Ouvrir le menu principal

Vaucresson

commune française du département des Hauts-de-Seine

Vaucresson
Vaucresson
La façade de la mairie.
Blason de Vaucresson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement Nanterre[1]
Canton Saint-Cloud
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Paris Ouest La Défense
Maire
Mandat
Virginie Michel-Paulsen
2014-2020
Code postal 92420
Code commune 92076
Démographie
Gentilé Vaucressonnais
Population
municipale
8 628 hab. (2016 en augmentation de 0,19 % par rapport à 2011)
Densité 2 801 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 21″ nord, 2° 09′ 28″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 178 m
Superficie 3,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

Voir sur la carte administrative des Hauts-de-Seine
City locator 14.svg
Vaucresson

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

Voir sur la carte topographique des Hauts-de-Seine
City locator 14.svg
Vaucresson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaucresson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaucresson
Liens
Site web mairie-vaucresson.fr

Vaucresson est une commune française située dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.

Sommaire

ToponymieModifier

L'origine du nom de la commune est attestée sous la forme latinisée Valle Crisonis dès 1145.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Située dans les Hauts-de-Seine à 7 kilomètres à l’ouest de Paris (porte de Saint-Cloud), à mi-chemin entre Versailles et Saint-Cloud, Vaucresson mérite bien son nom de « ville verte » : en effet, sur une superficie de 308 hectares, 22 hectares sont classés en zone naturelle et 85 en zone de loisirs. Plus de 30 hectares sont protégés comme « espaces boisés classés ». C'est la commune la plus à l'ouest du département.

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 308 hectares ; l'altitude varie de 132 à 178 mètres[2].

ClimatModifier

Le climat de Vaucresson est un climat tempéré de type océanique dégradé caractéristique de celui de l'Île-de-France. Les précipitations y sont importantes. Même lors des mois les plus secs, les averses persistent encore. D'après le botaniste Köppen, le climat y est classé Cfb. La température moyenne annuelle est de 10,6 °C. La moyenne des précipitations annuelles atteint 654 millimètres.

En 2014, la commune a bénéficié de 1 533 heures d'ensoleillement en 2014 (contre une moyenne nationale de 1 664 heures) soit l'équivalent de 128 jours de soleil.

Elle a connu 497 millimètres de pluie en 2014, contre une moyenne nationale de 652 millimètres.

Le climat à Vaucresson par saison en 2014

Voies de communication et transportsModifier

Le territoire de Vaucresson est traversé par le chemin de grande randonnée GR1, entre Marnes-la-Coquette à l'est et La Celle-Saint-Cloud à l'ouest.

Voies routièresModifier

 
La D 907, un des axes routiers principaux de Vaucresson.

Vaucresson est traversée par la route départementale 907 d'est en ouest, qui mène jusqu'à Saint-Cloud à l'ouest et jusqu'à La Celle-Saint-Cloud à l'est, mais aussi par la D 182 qui la relie à l'autoroute A 13 et à Versailles.

Transports en communModifier

 
La gare de Vaucresson.

La commune est reliée de plusieurs façons au réseau de transport de l'Île-de-France :

HistoireModifier

 
Envol de la montgolfière.

Sous l'impulsion d'un éminent personnage à la fois ministre et abbé supérieur de l'abbaye de Saint-Denis, l'abbé Suger voulant sécuriser la région qui était infestée de brigands, fit défricher les terres environnantes par des moines. Ils construisirent une église et une maison. Grâce à des nombreuses incitations, près de soixante personnes s'installèrent sur ces terres dès la première année.

Il en fait une présentation dans son De administratione sua (Mémoire de mon administration abbatiale) en 1145 :

« Nous avons fondé une ville à Vaucresson, nous avons établi une église et une maison, nous avons fait défricher la terre inculte par la charrue. Ceux qui s'efforceront de la bâtir sauront mieux ce qu'elle doit coûter, puisque presque soixante hôtes y sont déjà et que beaucoup d'autres souhaitent y venir, s'il se trouve quelqu'un qui y pourvoit. Ce lieu était, en effet, comme une caverne de voleurs, terrain désert sur plus de deux milles, sans aucun rapport pour notre église, bon pour les brigands et les vagabonds par suite de sa proximité avec les bois. C'est pourquoi nous avons installé là nos frères pour servir Dieu, afin que dans les tanières où habitaient d'abord les dragons, croisse la verdure et du jonc[3]. »

C'est à Vaucresson, en limite de la forêt de Fausses-Reposes, qu'atterrit le 19 septembre 1783, la première montgolfière habitée par trois animaux, partie de la place d'armes du château de Versailles.

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

LogementModifier

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 3 848, alors qu'il était de 3 553 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 90,5 % étaient des résidences principales, 2,3 % des résidences secondaires et 7,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 30,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 67,5 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 73,4 %, en augmentation par rapport à 1999 (66,1 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) n'était que de 4,8 %[I 3].

Projets d'aménagementModifier

Le projet consiste à réaménager la place du marché de Vaucresson avec un parc de stationnement souterrain de cinq niveaux et l’agrandissement du centre culturel actuel : « La Montgolfière » appelé projet de revalorisation de centre-ville par la mairie de Vaucresson.

Pour continuer les améliorations du centre-ville et rendre Vaucresson plus attractif, le maire Virginie Michel-Paulsen a également été à l'origine du projet "Coeur de Ville" en 2015. Dans le cadre de ce projet, plusieurs nouveaux logements avec parking souterrains privés, boutiques, un parking souterrain public de 103 places et en rez-de-chaussée rue de la Folie un nouveau centre médical de 165 m2 devraient être construits[4].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

IntercommunalitéModifier

La commune était adhérente de la communauté d'agglomération Cœur de Seine.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[5].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015 prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT).

La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Paris Ouest La Défense, qui succède à la communauté d'agglomération Cœur de Seine[6].

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29[7].

Le maire de Vaucresson a été suspectée de prise illégale d’intérêts dans le cadre de la cession en 2010 d'un terrain municipal à un promoteur. Lors de ses réquisitions devant le tribunal correctionnel de Nanterre du 28 janvier 2016, le procureur a requis 18 mois de prison avec sursis, 30 000 € d’amende et trois ans d’inéligibilité à l’encontre de l'élue[8].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1799 1810 Jean-Joseph Johannot   Parlementaire des assemblées de la Révolution et du Directoire
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1989 Bernard Bruneau    
1989 1995 Jean-Marc Janodet SE Administrateur puis membre du conseil de surveillance de Wendel[10] (2002 → 2012)
1995 mars 2001 Pierre-Louis Doucet RPR puis RPF Ancien directeur de société
mars 2001[11] En cours
(au 29 janvier 2016)
Virginie Michel-Paulsen UMP
puis LR
Vice-présidente de la CA Cœur de Seine (2014 → 2015)
Réélue pour le mandat 2014-2020[12]

JumelagesModifier

Au 12 mai 2015, Vaucresson n'est jumelée avec aucune commune[13].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2016, la commune comptait 8 628 habitants[Note 1], en augmentation de 0,19 % par rapport à 2011 (Hauts-de-Seine : +1,37 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
254258347231283286304318282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
332341315362331623526670804
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0161 1271 2311 8162 2692 5962 7183 2834 268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6 6908 0659 2578 3138 1188 1418 5478 6128 628
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,7 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,4 %, 15 à 29 ans = 15 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 19,2 %) ;
  • 52 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 22,9 %).
Pyramide des âges à Vaucresson en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
0,8 
7,0 
75 à 89 ans
9,0 
11,7 
60 à 74 ans
13,1 
20,8 
45 à 59 ans
20,7 
21,4 
30 à 44 ans
21,4 
15,0 
15 à 29 ans
14,6 
23,4 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département des Hauts-de-Seine en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
4,8 
75 à 89 ans
7,8 
10,2 
60 à 74 ans
11,0 
18,5 
45 à 59 ans
18,9 
24,7 
30 à 44 ans
23,3 
21,0 
15 à 29 ans
19,9 
20,6 
0 à 14 ans
18,1 

EnseignementModifier

Vaucresson est située dans l'académie de Versailles.

Établissements scolairesModifier

La ville administre deux écoles maternelles et deux écoles élémentaires communales[20].

Le département gère un collège, le collège Yves-du-Manoir[21]. Au début de 2018, un projet VO2 sur le terrain Yves-du-Manoir a été lancé à la suite de l'appel à projets « Inventons la Métropole du Grand Paris »[22].

Aussi, il existe une école, un collège, et un lycée (dispensant des formations de BTS) accueillant des élèves atteints d'un handicap moteur. Ces trois établissements scolaires sont regroupés sous le nom d'EREA Toulouse-Lautrec[23].

Par ailleurs, un établissement secondaire privé se trouve sur la commune.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

En mai 2014, la première manifestation « 100 % nature », a été organisée pour faire découvrir au grand public le développement durable et les pratiques bio.

SantéModifier

La commune de Vaucresson dispose de nombreux services médicaux et paramédicaux. Les hôpitaux les plus proches sont l’hôpital Raymond-Poincaré à Garches et l’hôpital André-Mignot au Chesnay. La ville dispose aussi de trois médecins généralistes et quelques infirmières à domicile. On trouve aussi dans la commune deux pharmacie dans le centre ville.

SportsModifier

La commune dispose d'un grand complexe sportif composé d'un gymnase, d'un terrain de football, une piste de 120 mètres avec bac a sable pour le saut en longueur, ainsi que d'un terrain de rugby. Le gymnase est composé d'une grande salle omnisports, d'une salle de gymnastique, d'une salle de judo et d'une petite salle omnisports.

CultesModifier

 
L'église Saint-Denys.
Article connexe : Paroisses des Hauts-de-Seine.

Les Vaucressonnais disposent de deux lieux de culte catholique. Depuis janvier 2010, la commune de Vaucresson fait partie du doyenné des Collines, l'un des neuf doyennés du diocèse de Nanterre[24]. Au sein de ce doyenné, les deux lieux de culte catholique sont l'église Saint-Denys et la chapelle Sainte-Hélène qui relèvent de la paroisse Saint-Denys[25],[26].

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 61 973 €, ce qui plaçait Vaucresson au 43e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[27].

En 2009, 19,9 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

EmploiModifier

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 5 317 personnes, parmi lesquelles on comptait 73,0 % d'actifs dont 67,9 % ayant un emploi et 5,1 % de chômeurs[I 5].

On comptait 2 702 emplois dans la zone d'emploi, contre 2 581 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 3 705, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] est de 72,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre seulement deux emplois pour trois habitants actifs[I 6].

Entreprises et commercesModifier

Au 31 décembre 2010, Vaucresson comptait 777 établissements : 3 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 18 dans l'industrie, 27 dans la construction, 630 dans le commerce-transports-services divers et 99 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, 87 entreprises ont été créées à Vaucresson[I 8], dont 51 par des auto-entrepreneurs[I 9].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La commune compte un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[28] et 35 lieux et monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[29]. Par ailleurs, elle compte 4 objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[30] et 33 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[31].

Villa SteinModifier

La villa Stein, également nommée villa de Monzie ou les Terrasses a été construite en 1927. Malgré les nombreuses localisations erronées indiquant Garches, ce bâtiment majeur de l'architecture moderne se situe bien à Vaucresson. Les façades et toitures sont « inscrites » depuis le 12 mai 1975[32]

Autres lieux et monumentsModifier

 
L'église avant 1910.
  • L'église paroissiale Saint-Denys a été construite au milieu du XIIe siècle sur l'ordre de l'abbé Suger. Clocher restauré en 1460 sur ordre de Nicolas Dugué, premier seigneur de Vaucresson. Église reconstruite en 1694 par Libéral Bruand, architecte de l'Hôtel des Invalides et Geoffroy Maillard, maçon. Démolie puis reconstruite en 1770. Restaurations diverses au XIXe siècle. Suppression du porche et modification de la façade en 1904. Démolie et reconstruite en 1964 par l'architecte Kindermans. Seul le clocher du XIIe siècle a résisté aux nombreuses reconstructions.
 
Le château.
  • Le Château de Vaucresson a été construit en 1855 en brique et pierre, près de l'emplacement de l'ancien château du duc de Beauvillier.
  • La Division Théry, lotissement en plan hippodamien fondé en 1860 par Zacharie Théry, richesse fabricant de chocolat. Une des premières ASA en 1908[33].
  • La Maison la-vieille-église a été construite en 1880. Elle est atypique avec son clocher, ses vitraux, gargouille et porches.
  • L'Ecole Primaire du Coteau, construite en 1894 au 1, rue Louis Barthou par les architectes Olezinski et Farcy sur un terrain cédé par Christen, maire de la ville. Les logements des instituteurs sont installés dans deux pavillons à chaque aile du bâtiment central. En 1903, ces ailes latérales sont surélevées et deux préaux sont construits dans la cour[35].
  • La Chapelle Sainte-Hélène construite en 1908 au 12, avenue de la Celle-Saint-Cloud par Barbier Bouvet[37], architecte à Versailles, et Laborderie, entrepreneur, pour répondre aux besoins des fidèles habitant ce quartier loin du centre de Vaucresson[38]. Elle est ornée d'une mosaïque murale et d'une fresque d'influence byzantine représentant sainte Hélène, peinte par André Guilbert et Hannotin[39]. Elle est prêtée depuis 2010 au diocèse d'Europe occidentale du Patriarcat grec-orthodoxe d'Antioche[40].
  • La Villa Besnus, ou Ker-Ka-Ré, a été construite en 1922 au 85, boulevard de la République sur les plans de l'architecte Le Corbusier[42]. Première construction du style puriste, et une des premières réalisations de l'architecte, celle-ci a été lourdement modifiée.
  • Maison la Guimardière, construite à Vaucresson par Hector Guimard, en 1930, pour lui même ; destinée à être sa maison de campagne, sur une structure classique de pavillon de banlieue en meulière, Guimard utilise un décor de briques et un chaînage vertical en poteaux de fibro-ciment ; maison détruite en 1967[44].

Patrimoine culturelModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • L'abbé Suger, abbé de Saint-Denis (1080-1151), fondateur du village d'origine.
  • Alphonse Liébert, (1827-1913), officier de marine et photographe, notamment de la Commune de Paris. Habitait au 137, avenue de la Celle-Saint-Cloud, aux Tourelles, ou Villa Liébert, par Marcus Grin, architecte.
  • Victor Pauchet (1869-1936), célèbre chirurgien et écrivain qui possédait une résidence secondaire à Vaucresson de 1919 à 1936 et fut conseiller municipal.
  • Albert Goursaud (1899-1970), contre-amiral et ethnologue, auteur de La Société rurale traditionnelle en Limousin (4 volumes).
  • Jeanne Mas, chanteuse des années 1980, y a fait ses études secondaires et y a obtenu son bac littéraire.
  • Yves du Manoir (1904-1928), aviateur et international de rugby, né à Vaucresson.
  • Jean Ferrat (1930-2010), parolier, musicien, compositeur et chanteur, né à Vaucresson.
  • Paul Belmondo (né en 1963), fils de Jean-Paul Belmondo, réside à Vaucresson avec sa famille.

HéraldiqueModifier

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : Fascé d'argent et de sinople de six pièces, les fasces d'argent chargées de six merlettes de gueules, 3, 2 et 1 (qui est de la famille de Beauvillier), au chef d'azur chargé d'un clou d'argent accosté de deux fleurs de lis d'or (qui est de l'abbaye de Saint-Denis).

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Notice historique sur Vaucresson depuis ses origines jusqu’à nos jours, Éd. Christen, fils d’un ancien maire de Vaucresson, 1923.
  • Docteur Christen, Histoire de Vaucresson, 1923-1991, Des Universis.
  • Collectif, Vaucresson, du bourg à la petite ville, éditions du Valhermeil, 2017. (ISBN 9782354670023)

Article connexeModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

RéférencesModifier

InseeModifier

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres sourcesModifier

  1. [1], consulté le 8 février 2017
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  3.  éd. A. LECOY DE LA MARCHE, Paris, 1867, p.  164-165
  4. « travaux - Coeur de Ville », sur www.vaucresson.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  5. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  6. Décret n° 2015-1658 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Nanterre sur Légifrance.
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. Thibault Chaffotte, « Prison avec sursis et inégibilité requises contre le maire de Vaucresson », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne).
  9. « Les maires de Vaucresson », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 20 août 2014).
  10. « Extrait de la fiche de M. Jean-Marc Janodet », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le 30 janvier 2016).
  11. Guillaume Doyen, « Vaucresson fait table rase du passé », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  12. « Liste des maires des Hauts-de-Seine » [PDF], le site de la préfecture des Hauts-de-Seine, (consulté le 20 août 2014).
  13. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 12 mai 2015).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Évolution et structure de la population à Vaucresson en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 septembre 2010).
  19. « Résultats du recensement de la population des Hauts-de-Seine en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 7 septembre 2010).
  20. « Ecoles primaires », sur www.vaucresson.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  21. « Collège Yves du Manoir », sur www.clg-manoir-vaucresson.ac-versailles.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  22. « travaux - Terrain Yves-du-Manoir », sur www.vaucresson.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  23. http://www.lyc-erea-toulouse-lautrec-vaucresson.ac-versailles.fr/spip
  24. « Carte des doyennés janvier 2010 », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le 18 septembre 2011).
  25. « Liste des paroisses des Hauts-de-Seine », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le 18 septembre 2011).
  26. « Page d'accueil », sur le site des paroisses de Marnes et de Vauvresson (consulté le 18 septembre 2011).
  27. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  28. « Liste des monuments historiques de la commune de Vaucresson », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Liste des lieux et monuments de la commune de Vaucresson à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Liste des objets historiques de la commune de Vaucresson », base Palissy, ministère français de la Culture.
  31. « Liste des objets de la commune de Vaucresson à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  32. « Villa Stein », notice no PA00088160, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. [2]
  34. [3] Inventaire général du patrimoine d'Île de France
  35. [4]
  36. [5]
  37. Chapelle Sainte-Hélène
  38. [6]
  39. Les riverains veulent sauver « leur » chapelle
  40. Paris: inauguration du nouveau lieu de culte de la communauté antiochienne
  41. [7]
  42. [8]
  43. [9]
  44. [10]