Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Ancenis

commune française du département de la Loire-Atlantique

Ancenis (prononcé [ãs.ni]) est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. Elle était, avec Châteaubriant et Saint-Nazaire, une des trois sous-préfectures du département. Au dernier recensement de 2014, la commune compte 7 461 habitants.

Ancenis
De haut en bas, de gauche à droite : le château, les drapeaux flottants au-dessus, l’hôtel de ville, le pont d'Ancenis, l'église Saint-Pierre, les halles de la ville, et un panorama de la ville vue de la Loire.
De haut en bas, de gauche à droite : le château, les drapeaux flottants au-dessus, l’hôtel de ville, le pont d'Ancenis, l'église Saint-Pierre, les halles de la ville, et un panorama de la ville vue de la Loire.
Blason de Ancenis
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique (sous-préfecture)
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton Ancenis (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Ancenis
Maire
Mandat
Jean-Michel Tobie
2014-2020
Code postal 44150
Code commune 44003
Démographie
Gentilé Anceniens
Population
municipale
7 461 hab. (2014 en diminution de 1,09 % par rapport à 2009)
Densité 372 hab./km2
Population
aire urbaine
17 377 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 24″ nord, 1° 10′ 55″ ouest
Altitude Min. 5 m
Max. 41 m
Superficie 20,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Ancenis

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Ancenis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ancenis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ancenis
Liens
Site web ancenis.fr

Avec Saint-Géréon, elle forme un pôle urbain de 10 000 habitants. Celui-ci est à la tête d'un bassin de vie de 61 000 habitants[1]. Elle se situe dans un quadrilatère Nantes-Angers-Rennes-Cholet, la commune étant à mi-chemin entre Angers et Nantes.

La cité est bâtie en sur une île dont on peut encore distinguer les contours grâce aux boulevards Joseph-Vincent et Léon-Séché. Les quais démontrent l'importance passée du trafic sur la Loire et l'importance du port d'Ancenis. La cité fait partie des Marches de Bretagne. À ce titre, le château fait l'objet d'un projet d'inscription à l'UNESCO avec les autres forteresses.

Aujourd'hui, l'économie de la ville repose sur le tertiaire, mais l’agriculture y est encore très présente surtout au nord.

Sommaire

GéographieModifier

SituationModifier

 
Ancenis en Loire-Atlantique.

Ancenis est situé à l'est du département de la Loire-Atlantique, en bordure de celui du Maine-et-Loire. La ville est à 35 km à l'est de Nantes, à 50 km à l'ouest d'Angers, à 50 km au nord de Cholet, et à 50 km au sud de Châteaubriant.

Ancenis est une commune urbaine. Elle forme avec Saint-Géréon une unité urbaine de deux communes, qui est le pôle urbain de l'aire urbaine d'Ancenis ; cette aire urbaine fait partie de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Ancenis fait partie de la Bretagne historique dans le pays traditionnel du Pays nantais.

TopographieModifier

Ancenis est construite sur une île, butte d'origine schisteuse. La commune est érigée en plaine, en terrain assez plat, peu vallonné. Le point culminant de la ville est évalué à 45 m, soit un écart de 40 m avec la minimale. La Loire explique le relief assez bas.

HydrographieModifier

Elle inclut principalement la Loire mais aussi, à l'est, le marais de Grée, « espace naturel et sensible départemental », qui marque la limite entre Ancenis et Saint-Herblon. S'y ajoutent plusieurs étangs comme celui de La Planche, ou l'étang artificiel du Clos Géréon, que se partagent la ville et Saint-Géréon.

ClimatModifier

Article détaillé : Climat de la Loire-Atlantique.

Le climat général est de type tempéré océanique. Ce climat est typique du département et de la côte Ouest française. L'hiver y est doux (5 °C en moyenne) et l'été doux aussi (20 °C en moyenne), il n'y pas de grandes différences de températures entre ces deux saisons. Les pluies sont assez présentes mais peu intenses[2].

Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

 
Barrière de péage d'Ancenis sur l'A 11.

La ville d'Ancenis est très bien reliée aux autres villes de la région, par différents axes routier (autoroute, nationales, routes départementales…).

Ancenis est reliée au réseau national par son échangeur autoroutier ainsi que son péage sur l'A 11 reliant Nantes à Paris (autoroute gérée par Cofiroute).

Elle est aussi reliée au réseau départemental par :

Transports en communModifier

 
La gare routière.

La ville ne possède plus de réseaux de bus à l'intérieur de la ville, arrêté par manque de fréquentation (Amibus, Navette Gare ↔ Zone Industrielle). Cependant, la ville est desservie par les autocars de la Région et par les cars départementaux de Maine-et-Loire : les lignes 8 (Cholet ↔ Ancenis) et 23B (Ancenis ↔ Saint Florent le Vieil ↔ Angers) ont pour terminus Ancenis ; au nord, la Zone Industrielle de l'Aéropôle est desservie par la ligne 28 du réseau TER (Laval ↔ Nantes).

Voies ferroviairesModifier

Ancenis possède sa propre gare située en plein centre-ville, boulevard de la Libération. Elle est desservie quotidiennement par des TER, circulant entre Le Croisic, Saint-Nazaire, Nantes et Angers, Le Mans, Saumur, Tours[3].

Elle est aussi desservie par des TER 200 Interloire circulant entre Le Croisic/Saint-Nazaire/Nantes et Orléans[3] et quelques TGV (au nombre de trois fin 2016 : TGV 8977, 8682 et 8800) circulant entre Les Sables-d'Olonne/Nantes et Paris-Montparnasse[4] mettant la ville à deux heures de la capitale.

La gare est l'une des plus fréquentées de la région, la seconde en termes de voyageurs[5], ainsi la région Pays de la Loire, RFF, et la ville décident que la gare d'Ancenis deviendra multimodale. Durant les travaux, un parvis est créé devant la gare ainsi qu'un abri à vélos et un parking de 250 places, aux abords de la gare, nécessitant la destruction de vieilles bâtisses. Tout cela entre dans un vaste projet qui a pour but de faciliter l’accès à la gare et d'en embellir les abords.

Voies aériennesModifier

AérodromeModifier

La ville d'Ancenis dispose d'un aérodrome d'affaires, situé dans la zone de l'Aéropôle, à proximité de l'échangeur de l'A11[6]. Il est doté d'une piste de 1 200 m, mais n'est pas desservi par des compagnies régulières[7], il est donc principalement utilisé pour les voyages d'affaires et par l'aéro-club du Pays d’Ancenis[8]. En , Vinci est désigné gestionnaire de l'aéroport[9].

Aéroport Nantes-AtlantiqueModifier

L'aéroport Nantes Atlantique se situe à 50 km et 40 minutes de la ville[10] et propose plusieurs vols réguliers vers les grandes capitales européennes comme Londres, Bruxelles, Berlin ou des vols de province comme Paris, Marseille, Lyon, Lille, Strasbourg...

Le futur aéroport du Grand Ouest, devrait être, quant à lui, à 50 km, soit 45 min de la ville.

Aéroport d'Angers-LoireModifier

L'aéroport d'Angers se situe à 80 km et 50 minutes de la ville[11]. Il propose des liaisons avec les villes de Londres, Nice et Dole.

Voies maritimesModifier

 
La capitainerie en construction.

La ville d'Ancenis dispose d'une capitainerie et d'une halte fluviale, où deux passerelles flottantes peuvent accueillir les bateaux des Anceniens et touristiques, comme « La Luce »[12].

ToponymieModifier

Le nom de la localité , dans les anciens actes, est attesté sous les formes Ancenium, Ancenisium ou Andenisium[13].

Le nom d'Ancenis vient probablement de la langue celtique (gaulois ou breton apparenté). Ank (resserrement, exigu en breton) et Eniz : « île » en vieux-breton, attestant d'une ville bâtie sur une île de la Loire, constituée par une butte schisteuse[14], l'« île d'Ank » [13].
L'historien Bertrand Boquien lors de sa conférence intitulée « Ancenis, port de Loire oublié » le lundi 10 juin 2013, évoque le nom Ancenis ; « Le toponyme de la ville est celtique et la terminaison enis (mot celte qui en français signifie "île") correspond à la réalité géographique. En effet, située sur la rive droite de la Loire, à une centaine de kilomètres de l'océan, Ancenis est bâtie sur une butte schisteuse (schistes lie de vin et vert amande) qu'entoure une dépression en voie de comblement »[15].

D'autres explications ont été avancées par le passé mais paraissent moins convaincantes : Rigord, dans sa Vie de Philippe-Auguste[16], parle d'Ancenis et l'appelle Andenesium, mot qui se rapproche beaucoup de l'étymologie an-den-ès qui signifie "belle forêt et rivière..." en gaulois[17],[18].

Les habitants sont appelés les Anceniens.

Ancenis possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale, écrit Anceniz selon l'écriture ELG ou Ançni et Aunçni selon l'écriture MOGA. En gallo, le nom de la commune se prononce [ɑ̃.sni] ou [ɑ̃ː.sni][19],[20].

Ancenis se traduit par Ankiniz[21] en breton moderne.

HistoireModifier

Article détaillé : Histoire d'Ancenis.

La ville actuelle est fondée en par Guérech, fils d'Alain Barbetorte, duc de Bretagne, ou par sa femme Aremberge. Une occupation gallo-romaine antérieure existe sur le territoire actuel de Saint-Géréon, sur un point plus élevé des coteaux de la Loire, les Pierres Meslières. La fondation d'Ancenis est destinée à défendre la nouvelle frontière bretonne créée par la victoire d'Alain Barbetorte sur les Normands, notamment des prétentions des ducs d'Anjou qui, dès , assiègent la ville.

En , le traité d'Ancenis est signé, engageant François II de Bretagne à rompre ses alliances avec Charles le Téméraire et le roi Édouard IV d'Angleterre.

Un premier pont est construit sur la Loire de à . En janvier , on inaugure un nouveau pont, le pont Anjou-Bretagne. C'est le début du projet de la construction des quais et du nouveau port, qui fait face au château.

Politique et administrationModifier

Ancenis fait partie de la région Pays de la Loire, du département de la Loire-Atlantique, de l'arrondissement de Châteaubriant-Ancenis, de la 5e circonscription de la Loire-Atlantique ; elle est chef-lieu de son canton.

Administration municipaleModifier

Le conseil municipal est composé de 29 élus. Le maire est entouré de huit adjoints, 14 conseillers de la majorité et 6 de l'opposition[22],[23].

Liste des mairesModifier

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
 
Hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1870 1882 Émilien Maillard[24]    
1931 1945 Georges Bousseau[25]   médecin
  1965 Joseph Vincent   pharmacien
1965 1970 Maurice Moutel[26] MRP  
1977 2001 Édouard Landrain UDF conseiller général
2001 en cours Jean-Michel Tobie[Note 1] UDF puis MoDem puis UDI médecin, conseiller général (2004-2015)
Les données manquantes sont à compléter.

ÉlectionsModifier

Article détaillé : Élections à Ancenis.

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune d'Ancenis sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Ancenis Maire Jean-Michel Tobie
Cantonales Ancenis Conseiller général Jean-Michel Tobie
Législatives 6e circonscription Député Yves Daniel
Régionales Pays de la Loire Président du conseil régional Jacques Auxiette
Présidentielles France Président de la République François Hollande

FiscalitéModifier

Taux et produits des impôts locaux à Ancenis en 2009[27]
Taxe Taux appliqué (part communale)
Taxe d'habitation (TH) 12,07 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 14,26 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 46,86 %

Sécurité et JudiciaireModifier

GendarmerieModifier

La ville dispose d'une gendarmerie qui est situé rue René Urien. Elle comprend une unité de recherche, une brigade territoriale et d'un PSIG (peloton de surveillance et d'intervention). La gendarmerie étant trop petite, un projet de transfert à proximité du contournement de l’agglomération d'Ancenis est décidé.

La ville dispose d'un peloton d'autoroute sur l'A11, au nord de la ville.

PompiersModifier

Ancenis dispose d'un centre d'incendie et de secours qui fait partie du SDIS 44, dépendant de la brigade territoriale de Riaillé. Depuis novembre 2016, le centre est situé dans le quartier de la Chauvinière à la sortie nord-ouest de la ville, près du contournement (D464)[28]

JusticeModifier

La commune dépend du tribunal de grande instance et d'instance, du tribunal de commerce ainsi que du conseil de prud'hommes de Nantes. Cependant la ville dépend de la cour d'appel de Rennes.

La ville dispose d'un CIF-CIDF et d'un SPIP, situés à l'Espace Corail[29].

Politique et administrationModifier

Ancenis est le chef-lieu de son canton, regroupant environ 25 000 habitants, et de son arrondissement, regroupant environ 60 000 habitants. La sous-préfecture est située allée de la Providence.

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Selon le classement établi par l'Insee, Ancenis est le centre d'une aire urbaine, d'une unité urbaine, d'une zone d'emploi et d'un bassin de vie[30]. Toujours selon l'Insee, en 2010, la répartition de la population sur le territoire de la commune était considérée comme « intermédiaire » : 88 % des habitants résidaient dans des zones « intermédiaires » et 11 % dans des zones « peu denses »[31].

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[33].

En 2014, la commune comptait 7 461 habitants[Note 2], en diminution de 1,09 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : +6,34 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 295 2 923 2 945 3 888 3 749 3 667 3 802 3 824 3 689
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 198 4 628 4 148 4 358 5 177 5 361 5 544 5 141 5 048
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 199 4 998 5 013 4 222 3 942 4 040 4 149 4 815 5 050
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5 102 5 648 6 997 7 076 6 896 7 009 7 407 7 459 7 511
2013 2014 - - - - - - -
7 474 7 461 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,9 %) est en effet supérieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[36],[37],[38]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,8 %) est supérieur au taux national (51,6 %)[36],[37],[38].

Pyramide des âges à Ancenis en 2013 en pourcentage[36]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
7,8 
75 à 89 ans
10,8 
14,5 
60 à 74 ans
16,4 
20,4 
45 à 59 ans
19,3 
18,9 
30 à 44 ans
18,3 
18,5 
15 à 29 ans
16,4 
19,4 
0 à 14 ans
17,4 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[37]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

EnseignementModifier

Ancenis dépend de l'académie de Nantes, dans la zone A. La ville compte quatre écoles primaires auxquelles sont attachées quatre écoles maternelles[39], deux collèges, Saint-Joseph[40] et René-Guy-Cadou[41], le lycée Joubert-Maillard[42] d'enseignement général, technologique et professionnel, le lycée général privé Saint-Joseph[43], deux lycées professionnels privés, Saint-Thomas-d'Aquin[44] et Jean-Baptiste-Ériau[45], le lycée agricole privé de Briacé[46]), l'établissement ou service d'aide par le travail[39], l'institut médico-éducatif[39], l’institut de formation d'aides soignants[47], et le centre de formation professionnelle privé[48]. Actuellement, la ville accueille 5 000 scolaires par jour[49].

Écoles primaires et maternellesModifier

 
École Albert-Camus, première école Passivhaus.

La ville d'Ancenis gère ses deux écoles publiques et les deux autres sont des écoles privées. Elles sont placées de façon à ce qu'il y ait une école publique et une école privée aussi bien au nord qu'au sud.

Groupe scolaire public Madame-de-SévignéModifier

Le groupe scolaire Madame-de-Sévigné est situé sur le boulevard du même nom, au nord. Il comprend une école primaire et une maternelle bien distinctes, partageant la même cantine, « Croq'Loisirs », qui est aussi un centre de loisirs.

L'école accueille les classes allant de la pré-petite section à la grande section pour l'école maternelle, et pour l'école primaire du CP au CM2.

Groupe scolaire public Albert-CamusModifier

Le groupe scolaire Albert-Camus, est, lui situé au sud, sur le boulevard Joseph-Vincent. Elle est composée de d'une école primaire, d'une école maternelle et de la cantine. L'école primaire est détruite en 2009 afin d'être reconstruite en 2011 aux normes BBC. Ces normes permettent à l'école de recevoir le prix Passivhaus[50]. L'école maternelle est aussi reconstruction, aux mêmes normes. L'école maternelle accueille les classes allant de la pré-petite section à la grande section, et du CP au CM2 pour l’école primaire.

École privée Sainte-AnneModifier

L’école Sainte-Anne est une école privée située sur le boulevard Henry Ottmann, au nord de la ville. Elle fait partie de l'enseignement catholique de la Loire-Atlantique[51]. L'école comprend aussi bien une école primaire qu'une maternelle, dans le même bâtiment. L'école compte 289 élèves[52].

École Saint-Louis-de-GonzagueModifier

L'école Saint-Louis-de-Gonzague est située rue Barème, en plein centre-ville. Elle fait également partie de l'enseignement catholique de la Loire-Atlantique[51]. Elle est composée d'une école primaire, d'une maternelle et comporte 203 élèves.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

CollègesModifier

La ville accueille deux collèges, un au nord et un au sud, l'un public et l'autre privé.

Collège René-Guy-CadouModifier
 
L'entrée du collège René-Guy-Cadou.

Le conseil général de la Loire-Atlantique est responsable du collège René-Guy-Cadou, situé sur le boulevard du même nom. Il est construit en 1979[53], sur le site actuel, mais existait sur le site du Pressoir Rouge[53]. Il compte 9 classes de 6e, 10 5e, 9 4e et 10 de 3e, comprenant des classes de SEGPA pour les élèves en difficultés. En 2008, le parvis et les parkings (des cars notamment) sont rénovés.

Collège Saint-JosephModifier
 
Entrée « Nord » du collège, comprenant le bâtiment blanc et tous les autres en arrière-plan.

Le collège Saint-Joseph est situé au sud de la ville. Il s'agit d'un hospice rénové et transformé. Le collège fait partie de l'enseignement catholique de la Loire-Atlantique[51]. Il comporte 7 classes de 6e, dont une bilingue (allemand-anglais) et une de consolidation en 2 ans, 6 classes de 5e, de 4e et de 3e. Le site du collège se partage avec le lycée . En 2009, le site compte 1 140 élèves[54].

LycéesModifier

 
L'entrée du lycée Maillard-Joubert.

Ancenis propose un large choix en matière d'enseignement secondaire puisqu'elle est dotée de cinq lycées : un général-technologique-professionnel, deux professionnels, un professionnel agricole et un général technologique. Ils sont un peu éparpillés dans toute la ville et proposent différentes orientations.

Lycée polyvalent public Joubert-MaillardModifier

Le lycée polyvalent Joubert-Maillard est né en 2011, à la suite de la fusion des lycées général et technologique Joubert et professionnel Maillard. Les travaux du fusionnement permettent la réhabilitation de 938 m2, la construction de 1 452 m2 et la démolition de 577 m2. Ils sont menés principalement par la région, pour un budget de 9 millions d'euro[55]. Aujourd'hui, la « cité scolaire » comprend plus de 1 000 élèves[56].

Lycée général et technologique privé Saint-JosephModifier

Le lycée Saint-Joseph est placé dans la même enceinte que le collège du même nom. Il est situé au sud de la ville, sur le boulevard Joseph-Vincent. Actuellement il compte environ 550 élèves[54] au lycée. Il propose les filières suivantes : bac L, bac S, bac ES, bac STG, bac ST2S ainsi qu'un BTS management des unités commerciales, le tout accompagné d'options. Le lycée est composé de bâtiments administratifs, de salles de classes, d'une chapelle, d'un self, d'une cafétéria et d'une salle de sports.

Lycée professionnel privé Saint-Thomas-d'AquinModifier

Le lycée professionnel Saint-Thomas-d'Aquin, jouxtant le lycée Saint-Joseph, possède quasiment le même organigramme administratif[57]. Il propose des bacs pro suivants : gestion administration, commerce, vente, ASSP. Il dispose des mêmes équipements que Saint-Joseph.

Lycée professionnel privé Jean-Baptiste-ÉriauModifier

Le lycée professionnel Jean-Baptiste-Eriau est situé dans le quartier Rohan.

Lycée professionnel privé AgricoleModifier

Le lycée Briacé est un lycée professionnel agricole située au nord de la ville.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Ancenis rend la culture accessible à tous en évitant le stéréotype « La culture, privilège des grandes villes[58] ».

La ville accueille de grands festivals et manifestations, comme le festival Anne de Bretagne, en et, un spectacle de Royal de luxe, en , le Tour de Bretagne des véhicules anciens et bien d'autres.

La fête de la musiqueModifier

La Fête de la musique a lieu tous les ans, le vendredi précédent le , dans le centre-ville, et réunit tous les genres de musique : jazz, reggae, celtique, folk, fanfares, blues, rock, disco, techno... L'édition de 2011 est annulée[59] pour cause de mauvaises conditions météorologiques.

Le Salon du dahliaModifier

Le Salon du dahlia est une manifestation florale bisannuelle où sont présentées des compositions florales et des activités autour du dahlia. Il a lieu toutes les années impaires, à l'espace Édouard-Landrin.

Marché de l'AscensionModifier

Le marché de l'Ascension, le jeudi de l'Ascension, s'étale du centre-ville au centre commercial des Arcades. Il s'agit d'un des temps forts de la ville attirant, chaque année, plus de 10 000 personnes et 350 commerçants, en plus des boutiques fixes[60]. Un vide-grenier est mis en place par l'Office de tourisme.

14-JuilletModifier

Le feu d'artifice du 14-Juillet est suivi d'un bal. Ancenis bénéficie d'un cadre particulier pour organiser son feu d'artifice : la Loire. Des passerelles flottantes sont mises en place afin d'accueillir le spectacle et les spectateurs peuvent alors se disposer sur chacune des rives du fleuve ainsi que sur le pont.

Le bal a lieu dans le jardin de l’Éperon, où sont alors mis en place une baraque à frites, une piste de danse avec une sonorisation et plusieurs stands.

Hall MusicModifier

« Hall Music » est une manifestation musicale qui a lieu, le temps d'une soirée, dans le hall du Théâtre du quartier libre. Cela permet aux artistes locaux de se faire connaitre.

Clap en LoireModifier

« Clap en Loire » est un festival de cinéma, destiné aux jeunes de 11 à 18 ans. Il se déroule une fois par an au cinéma Éden.

Noël et fin d'annéeModifier

Fin novembre, les services municipaux de la ville ornent les rues de décorations de Noël. Lesguirlandes de sont des diodes basse consommation[61]. Un marché de Noël est mis en place au niveau du centre commercial des Arcades. Une patinoire est installée dans un des lieux de la ville, suivi de la traditionnelle marche aux lampions. Le programme d'animation pour les Fêtes de fin d'année est très important et propose de nombreuses animations, comme un spectacle de rue sur le thème des « Contes et légendes » médiévaux, en .

SantéModifier

Centre hospitalierModifier

 
Bâtiment administratif du Centre hospitalier.

Le premier hôpital d'Ancenis est un Hôtel-Dieu, qui devient, en , l'hôpital général. Le centre hospitalier d'aujourd'hui, est construit en [, par Francis Robert, un riche bienfaiteur. De à , plusieurs transformation se succèdent : installation du service de médecine et son extension[62], addictologie, d'anesthésie/réanimation, chirurgie, CPEF, maison de retraite, maternité, médecine du travail, radiologie médicale, soins de suite, et urgences.

L'hôpital est surtout un service de proximité et gère donc tout le pays d'Ancenis, ainsi qu'une partie du Maine-et-Loire. Il entretient des liaisons avec les CHU d'Angers et de Nantes. L'hôpital gère environ 500 emplois pour 17 000 passages aux urgences, 6 000 admissions en services de Médecine et de Chirurgie, 26 000 consultations et plus de 750 accouchements.

SportsModifier

Complexes sportifsModifier

Actuellement, on peut compter quatre complexes sportifs : deux au nord et deux au sud de la ville. Au nord, on trouve le Bois Jauni et le Pressoir Rouge et, au sud, on trouve l'espace Édouard-Landrin et le Pontreau. Ces complexes sont situés près des écoles, permettant une pratique très variée du sport.

Complexe du Bois JauniModifier
 
Le complexe sportif du Pontreau

Celui-ci se situe dans le quartier du même nom, en face de la piscine, rue des Jeux olympiques. C'est le plus grand complexe sportif de la ville, en nombre d'activités praticables. Le site se compose des salles A et B (les plus grandes), une salle de réception, une mezzanine, des vestiaires, et plusieurs terrains extérieurs. La salle A possède un terrain omnisports permettant la pratique du football, du basket-ball, du badminton, du volley-ball, du rugby, du handball, du tennis, etc. La salle B possède la même configuration que la salle A plus des barrières en bois permettant la pratique du roller in line hockey, rink hockey et du roller, et un mur d'escalade.

Complexe du Pressoir RougeModifier

Ce complexe se situe dans la rue du même nom, près du nouveau lycée Maillard-Joubert. Il se compose principalement d'une salle à gradins. Les sports pouvant être pratiqués sont quasiment les mêmes que ceux de la salle A du complexe du Bois Jauni, ainsi qu'une piste d'athlétisme, un terrain de football et un de rugby. On peut aussi y pratiquer le lancer javelot, de marteau, le saut en hauteur, en longueur, etc.

Complexe du PontreauModifier

Le Pontreau est situé boulevard Joseph-Vincent, près du lycée Saint-Joseph. Il est composé de trois salles, un dojo pour les arts martiaux, une salle de gymnastique, et un court intérieur de tennis. Chaque salle possède ses propres vestiaires. Il est aussi équipé d'un bar et de salles de réunions.

Complexe sportif de l'Espace Édouard-LandrainModifier

L'Espace Édouard-Landrin, situé sur les bords de Loire, est composé de trois salles : la Sablière, la Loire et la Charbonnière. La salle de la Charbonnière est dotée de la même configuration que le Pressoir Rouge, plus un mur d’escalade. En extérieur, on y trouve un boulodrome, et trois courts de tennis.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Stade et terrains extérieurModifier

 
Stade de la Davrays.
Stade de la DavraysModifier

Grâce au Racing Club d'Ancenis (qui a joué jusqu'en en L2), la ville d'Ancenis possède un stade : le stade de la Davrays, d'une capacité d'accueil de 4 000 places. Il possède quatre terrains de football adjacents, ainsi que buvettes, vestiaires guichets d'entrée.

KartingModifier

La piste se situe au nord de la ville, à l'Aubinière. Il s'agit d'un site de 6 000 m2, avec un local réservé au club, avec une piste de 1 170 m, homologuée (piste Roger-Gaillard). Ceci lui permet d'accueillir des compétitions de niveau national : trophée de Bretagne, championnat de France de cadet/minime et féminin[63].

Espace de glisseModifier

C'est un skatepark, situé boulevard Joseph-Vincent, en face de la gare routière. Il est composé de trois éléments pour la pratique du skateboard, du roller et du BMX.

Salles spécialiséesModifier

 
Espace Corail.

Le stand Lamoricière est situé dans la périphérie du centre-ville, dans la rue du même nom. Il s'agit d'une salle ou l'on peut pratiquer la boule de fort, la pétanque, et le billard.

Le stand de tir de l'Aubinière est situé dans la même enceinte que le karting. Il accueille le club des Arquebusiers du Pays d'Ancenis (APA). Tirs possibles avec armes anciennes à poudre noire et modernes, de 10 à 200 mètres.

L'Espace Corail est un ancien magasin réaménagé par la ville, contenant plusieurs bureaux, mais surtout une grande salle de tennis de table et une salle « Poing-Pied » réservée aux sports de combat.

Espaces aquatiquesModifier

Le centre aquatique Jean Blanchet la plus grande piscine du pays d'Ancenis. Il est géré par le SIVOM et est équipée d'un grand et un petit bassin, d'un sauna, d'un hammam, d'un jacuzzi, d'un plongeoir et d'un parc extérieur avec transats.

La piscine de la Charbonnière est située au sud de la ville, il s'agit d'une piscine de plein air qui est gérée par le même organisme que le centre aquatique Jean-Blanchet. Elle est équipé d'un plongeoir de 1 m et un autre de 3 m.

MédiasModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

Grandes entreprisesModifier

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Nantes et de Saint-Nazaire, ainsi qu'une antenne de la Chambre de l'agriculture de la Loire-Atlantique.

La ville comprend beaucoup de commerces, services, et industries, les plus connus étant : Manitou, Toyota[64], Terrena, Bouhyer et Monnier SARL.

TerrenaModifier

 
Siège de Terrena, à l'est de la ville.
Article détaillé : Terrena (entreprise).

L'entreprise Terrena naît en , grâce à la fusion de la CANA, installée à Ancenis en , avec Caval et CGA. Elle est spécialisée dans l'agro-alimentaire, l'agro-fourniture, la distribution, les productions animales et végétales, tout en développant une agriculture écologiquement intensive (AEI)[65]. Elle regroupe 25 000 agriculteurs et 10 843 salariés. Son chiffre d'affaires est de 3,9 milliards d'euros ().

ManitouModifier

 
Siège social et usine Manitou.
Article détaillé : Manitou (entreprise).

L'entreprise Manitou, créée en sous le nom de Braud & Faucheux, construit principalement des tracteurs agricoles et des moissonneuses. En , les locaux près de la gare étant trop petits, l'entreprise déménage au nord de la ville dans la zone de la Fouquetière. C'est qu'en 1981 que l'entreprise prend le nom de Manitou et, en , la société entre au CAC Mid 100. Aujourd'hui, l'entreprise possède 23 filiales dans le monde, avec presque 600 points de vente. Son chiffre d'affaires s'élève à 1 264 771 , en 2012[66].

ViticultureModifier

 
La Maison des vins.
Article détaillé : Coteaux-d'ancenis.

La ville est reconnue pour ses divers vins, cultivés sur les coteaux de la Loire : gamay, cabernet[Lequel ?], malvoisie, muscadet, pinot et pinot gris. Le territoire s'étend de chaque côté de la Loire, de Thouaré à Varades.

Centre commerciauxModifier

La ville est équipée de commerces, services et boutiques en tout genre. On peut voir quatre « espaces commerciaux » : les Arcades, le Centre Ville, les Grands-Champs, et l'Espace 23 (Saint Géréon) qui tient son nom de l'ex-nationale 23.

Les ArcadesModifier

 
Centre Commercial des Arcades : banques

Situé aux abords du centre-ville, ce centre commercial regroupe principalement des commerces de proximités (Poste, boulangerie-pâtisserie, banques…), des magasins indépendants, l'hôtel Akwaba et son restaurant, un café, une agence de voyage, une agence immobilière…

Les Grands-ChampsModifier

Un peu plus excentré, mais toujours à proximité du centre-ville, le centre commercial des Grands-champs, le plus grand centre commercial d'Ancenis intra-muros, comprend un Super U et son drive, un Roady, un Kiabi, un Bricomarché, un Crédit mutuel, des agences d’intérim (Adecco, Adia, ou encore StartPeople), un cabinet de dentiste, etc.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Espace 23Modifier

 
Leclerc d'Ancenis.

Situé à l'opposé de la ville, sur le territoire de Saint-Géréon, c'est le plus grand espace commercial de la ville et de tout le pays d'Ancenis. Il se divise en deux parties : les Espace 23 Nord et Sud, séparées par l'ex-nationale 23. Il est actuellement en pleine expansion et comprend le Leclerc et son drive, Celio, Armand Thiery, Devred, Tape à l'œil, Gémo, Vertbaudet, Distri Center, McDonald's, Crescendo, Buffalo Grill, Subway, Espace SFR, Orange, Bouygues Telecom, Gamm Vert, Mr Bricolage, Gifi, La Foir'Fouille, Intersport, Décathlon et des boutiques indépendantes.

Zones d'activitésModifier

Au nord de la ville il y a cinq zones industrielles à la charge de la ville[67] et de la COMPA[68] : l'Hermitage, l'Aufresne, la Fouquetière, l'Aubinière et l'Aéropôle. La ville et la COMPA en assurent l'entretien, l'aménagement, ainsi que la gestion. Leur attractivité, notamment liée à l'aérodrome, à la gare et à l'échangeur permettant un accès à l'A11, ont permis l’implantation d'entreprises variées. Aujourd'hui[Quand ?] la ville compte environ 330 entreprises[69] et anime un bassin d'emploi de 80 000 habitants[70].

Zone industrielle de l'HermitageModifier

La Zone Industrielle de l'Hermitage se situe au Nord-Est de la ville et est gérée par la ville. Elle regroupe plusieurs industries notamment la laiterie Laïta, des magasins de bricolage comme Point P, Lebert[71], un VM Matériaux, une Direction départementale de l'Équipement, plusieurs PME...

Zone industrielle de la FouquetièreModifier

La Zone Industrielle de la Fouquetière est situé dans le nord-ouest de la ville, séparée de l'Hermitage par la route de Laval. Elle est gérée par la COMPA. Actuellement[Quand ?] elle est en pleine expansion et a pour but d'accueillir des PME et des services. Elle possède une superficie de 6,4 ha, dont 5 ha réservé à la commercialisation[72]. Aujourd'hui, quasiment tous les terrains sont vendus.

Parc d'activités de l'AéropôleModifier

La zone industrielle de l'Aéropôle est située en partie à l'extrême nord de la commune et sur la commune de Mésanger. Avec 150 ha[73], c'est de la plus grande zone industrielle de la ville. Elle est gérée par la COMPA. Elle est la mieux équipée, avec l'aérodrome, l'échangeur autoroutier (direction de Paris ou Nantes. Actuellement[Quand ?] le P.A. dispose d'un Hôtel d'entreprise, de l'usine Toyota de chariots élévateurs, d'un Étap Hôtel, d'une Chambre d'agriculture, d'une antenne de la CCI Nantes-Saint-Nazaire, et de nombreux bureaux.

Z.A.C. de l'AubinièreModifier

La Z.A.C. de l'Aubinière est un parc d'activité située au nord d'Ancenis, au bord de l'A11. Elle comporte 25 entreprises[74], et fait l'objet d'une extension. La zone est répartie sur 70 ha et comporte des entreprises comme PLS (Pays de Loire Sanitherm), le service de pièces détachées de Manitou. C'est aussi ici que se situe la piste de karting.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Ancenis possède un riche patrimoine, qu'il soit naturel, religieux, ou civil. Ainsi, trois sites sont classés et deux autres sont inscrits aux monuments historiques. L'on trouve aussi d'autres monuments, tels que le château, le couvent des Ursulines, l'église Saint-Pierre.

On y trouve un patrimoine naturel comme le marais de Grée, connu pour la pratique de l’ornithologie, les îles de Loire, de nombreux parcs à travers la ville, comme le jardin de l'éperon, en bord de Loire.

Patrimoine religieuxModifier

Église Saint-PierreModifier
Article détaillé : Église Saint-Pierre d'Ancenis.

L'église Saint-Pierre, est construite aux XVe et XVIe siècles, sur la place Saint-Pierre, en plein centre-ville, à proximité de la Loire. Elle est de style gothique et connue pour sa tour-clocher et sa sacristie voûtée du XVe siècle. On retrouve l'aspect breton sur les côtés du narthex, témoins de l'appartenance d'Ancenis à la Bretagne. Elle contient de nombreuses œuvres d'art, classées pour certaines. On peut citer la chaire ou les vitraux[75].

Couvent des UrsulinesModifier

Le couvent des Ursulines, plus connu sous le nom de quartier Rohan, est un ancien couvent créé par les Ursulines, vers 1642[76] sur l'ancien fief de la Davrays. Les bâtiments sont d'architecture classique. C'est grâce aux dons des Ursulines de Nantes, de Louis XIV, et de divers donateurs, qu'un cloître, une chapelle, et un parloir ont vu le jour.

Ce couvent accueille aussi bien des jeunes filles issues de familles aisées, qui y viennent en pension, que des jeunes filles pauvres qui y reçoivent une instruction religieuse. Quant aux Ursulines, elles donnent des soins gratuits aux malades.

Cependant, en , les Ursulines doivent quitter Ancenis, laissant derrière elle le site qui deviendra un hôpital militaire. À partir de , la caserne reçoit de nombreux régiments d'infanterie, notamment le 64e. Le grand nombre de militaires impose donc la construction de nouveaux bâtiments afin de les loger, ils sont construits à l'est du site.

De à , il accueille un escadron de la gendarmerie mobile. En , la ville rachète le site de la Davrays en entier et y a fait des travaux, principalement la destruction d'un bâtiment de 1875 afin d'y laisser place à un lycée professionnel privé. L'aile du bâtiment est rénovée, laissant place aux bureaux de la COMPA. Le restant est rénové de à par une entreprise privée, afin d'y accueillir des logements et des bureaux.

Le couvent témoigne du passé militaire et religieux de la ville. La chapelle est inscrite aux monuments historiques depuis , puis le couvent en entier, en .

Chapelle des UrsulinesModifier
Article détaillé : Chapelle des Ursulines (Ancenis).

La chapelle des Ursulines est construite au même moment que le couvent du même nom. Elle se situe Boulevard de la Davrays, elle est construite en 1642. Elle se compose de deux bâtiments : la chapelle et le chœur des moniales.

Après la rénovation totale du site, le bâtiment a pour fonction d'être une galerie d'art.

Chapelle Notre-Dame-de-la-DélivranceModifier

La chapelle Notre-Dame-de-la-Délivrance est une petite chapelle située à droite de l'église, place Saint-Pierre. Cette petite chapelle est très importante car c’est ici, en , qu'un sarcophage mérovingien est découvert. Cela permet de témoigner de la présence chrétienne aux VIIe et VIIIe siècles. Actuellement, la vigne vierge masque des détails de la sculpture due à Jean Mazuet (1908-1984), en façade. À l'intérieur le vitrail du chevet est d'Henri Uzureau.

La chapelle GauvinModifier

Cette petite chapelle est située dans le village éponyme, au nord de la ville.

GalerieModifier
  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civilModifier

 
Entrée du château.
Château d'AncenisModifier
Article détaillé : Château d'Ancenis.

Le château est construit à la suite de la destruction d'une motte castrale, en 984, par Aremberge, épouse du comte Gérech de Nantes, duc de Bretagne. Sa situation, en bordure de Loire, est très stratégique, surtout pour défendre l'arrivée des ennemis par le fleuve. Cependant, dans la deuxième partie du XVe siècle, le château est en partie détruit et, sur ordre d'Anne de Bretagne, en conflit avec le seigneur d'Ancenis, les fossés sont comblés pendant la Guerre folle. À la suite de la réconciliation, le château est alors rendu au seigneur.

À partir du XVIIe siècle, le rôle du château diminue fortement, jusqu'en où, sur ordre de Richelieu, il est démantelé. Le château se dégrade au fil du temps : des pans de murs entiers disparaissent. Les douves sont comblées pour la création des quais, en .

Ce n'est qu'en qu'il est inscrit aux monuments historiques et il devient propriété de la ville, en  ; celle-ci restaure le châtelet d'entrée, démolit la chapelle du XIXe siècle, et le lycée des années 1960. En , une opération controversée[77] consiste à installer une partie des services du conseil général de la Loire-Atlantique dans l'enceinte du château.

Pont Bretagne-AnjouModifier
Article détaillé : Pont suspendu d'Ancenis.
 
Plaque du baptême, posée en 2003.

Le pont d'Ancenis, ou pont Bretagne-Anjou, ou pont Anjoue-Bretagne, est un pont suspendu, au-dessus de la Loire. Il est bâti en 1952, pour être inauguré le [78]. Il remplace trois autres ponts dont le dernier, en bois, date de 1839, qui eux-mêmes remplaçaient un bac. Il est baptisé Pont Bretagne-Anjou, le , par M. André Trillard, président du conseil général de la Loire-Atlantique, comme l'atteste la plaque en granite rose, apposée sur le parapet droit, rive droite.

Actuellement le pont mesure 412 m de long, pour une portée centrale de 238 m, et 28,7 m de hauteur, soit 1 500 tonnes d'acier[79].

Le pont lie le bas du centre-ville d'Ancenis au village du Fourneau, sur la commune de Liré (Maine-et-Loire). Fin , débutent la rénovation la plus importante qu'il ait eue, avec le changement complet des câbles porteurs et des travaux de peinture pour éviter la corrosion de la charpente[80]. Les travaux doivent durer jusqu'en août 2015. Un pont provisoire, latéral, est mis en place afin d'assurer la liaison sud-nord, tandis que les liaisons nord-sud continuent, en alternance, sur les voies habituelles. Ce pont provisoire a été démonté en juin 2015, la circulation à double sens pouvant à nouveau s'effectuer sur le pont malgré les travaux pas encore complètement terminés.

Dolmen de la Pierre CouvretièreModifier
 
La Pierre-Couvretière ou Pierre-au-Diable.
Article détaillé : Dolmen de la Pierre Couvretière.

La Pierre Couvretière est située boulevard des Alliés, dans la prairie Saint-Joseph, près de l'ancienne zone industrielle de la gare. C'est un mégalithe qui a été élevé au IVe millénaire av. J.-C. Il s'agit d'un monument funéraire qui est fouillé en - et d'où d'importants matériaux archéologiques sont découverts.

Le dolmen est inscrit aux monuments historiques en .

Villa de la DouvelièreModifier
 
Villa en bord de Loire.
Article détaillé : Villa de la Douvelière.

La villa de la Douvelière est une demeure située en bord de Loire, sur le quai de la Marine. Elle a une architecture néoclassique, et est construite dans la première moitié du XIXe siècle.

Les HallesModifier
 
Les halles.

Les halles sont le cœur du centre-ville, autour duquel tous les commerces de la ville sont installés. Elles sont construites sur l'emplacement des anciennes halles qui dataient du XVe siècle, rasées en . C'est en qu'elles sont inaugurées. Elles comprennent le marché couvert, surmonté d'un beffroi, le tout est d'architecture Napoléon III, caractéristique de l'architecture haussmannienne.

Depuis , c'est ici que se tient la foire aux vins. Elle cesse en .

MairieModifier
 
L'hôtel de ville.

L'hôtel de ville est construit en même temps que les halles et y est accolé. Il est inauguré en , dans le même style Napoléon III que les halles.

Autres monumentsModifier

Patrimoine naturelModifier

Îles de LoireModifier

Ancenis est une ville qui possède un riche patrimoine naturel, grâce notamment à la Loire et à ses îles qui offrent une biodiversité importante.

Six de ces îles (Kerguelen, Bernardeau-Boire-Rousse, Delage, Coton, île aux Moines, et l'ancienne île Mouchet) ont sur le territoire de la commune. Les îles Mouchet et Delage[81] sont aménagées de sentiers de randonnées et de balades.

L'île Mouchet est la première à être aménagée, avec quatre kilomètres de sentiers accessibles aux personnes à mobilité réduite : les prairies sont reconstituées, des panneaux d'information sont implantés ainsi qu'un parcours ludique et des aires de jeux. Ces travaux sont réalisés dans le cadre de Natura 2000, le projet ayant été approuvé par le Conservatoire des Rives de Loire.

L'île Delage est propriété de Terrena. Cependant, la ville réalise des travaux d'aménagement similaires à ceux réalisés sur l'île Mouchet. Ces terres étaient exploitées pour l'agriculture, par les familles occupant le manoir situé sur la rive nord du bras de l'île.

Marais de GréeModifier

Le marais de Grée est un marais situé à l'est de la ville, en limite de la commune de Saint-Herblon. Il s'étend sur 450 ha et, à l'aide de canaux, se jette au sud, dans la Loire. Il compte une biodiversité exceptionnelle, tant en flore, qu'en faune. On y trouve de nombreuses espèces de batraciens, insectes, poissons, mais surtout d'oiseaux, avec plus de 150 espèces observées. Le site contient aussi un point d'observation, une petite hutte situé en bordure du marais, ainsi que la Maison du marais de Grée, située un peu plus haut, dominant le marais. Le site est très prisé par les ornithologues.

Grâce à sa grande richesse florale et animale, le site est classé « Espace naturel et sensible départemental[82] ».

Parcs et jardinsModifier

La ville d'Ancenis détient trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris et elle possède beaucoup de parcs, jardins, squares, aires de jeux. Les plus grands sont :

  • Le jardin de l’Éperon a la particularité de se situer tout le long de la Loire, du pont jusqu'à la piscine découverte. On y trouve une aire de jeux, des jeux d'eau, et un mini-golf. Il offre une vue imprenable sur la Loire et sur le pont ;
  • Le Clos Géréon est un parc que les villes d'Ancenis et de Saint-Géréon se partagent. Il se compose d'un étang artificiel, de tables et bancs, et d'un bloc sanitaire. C'est un des parcs les plus fréquentés de la ville car il se situe en plein milieu de lotissements très peuplés et à proximité de plusieurs lycées. On peut y pratiquer la pêche, le vélo, la pétanque, le jogging, et bien d'autres activités ;
  • Le Jardin des Enfants de l'An 2000, situé près de l'hôpital, ce jardin est créé en . Un arbre par enfant né en y est planté ;
  • La cour du château, où se trouvent les arbres les plus vieux de la ville ;

Tous ces parcs et jardins sont gérés par le service des espaces verts de la mairie.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel et sportifModifier

CultureModifier

InfrastructureModifier

La ville possède d'importantes infrastructures culturelles telles que :

  • La chapelle des Ursulines, transformée en galerie d'exposition, rénovée par la ville, inscrite aux monuments historiques en 1929 ;
  • La galerie d'art « Rives de Loire », située place du Millénaire, que la ville la met gratuitement à disposition d'artistes afin d’accueillir des expositions de petites tailles ;
  • Une autre galerie d'art, plus grande, est située à l'espace Édouard-Landrain, anciennement la Charbonnière ;
  • La médiathèque de la Pléiade, située en centre-ville, permet l'accès tant à la littérature qu'au monde musical et à l'Histoire. Chaque mercredi après-midi une lecture est proposée aux enfants ;
  • Le théâtre du Quartier Libre, principal centre culturel de la ville, qui propose un programme varié en spectacles théâtraux, humoristiques, musicaux, danse, renouvelé tous les ans. Ce théâtre, bénéficiant de la décentralisation du Grand T de Nantes, voit passer de grands artistes et manifestations, comme Anne Roumanoff, Jacques Weber, Les harpes Camac, Ibrahim Maalouf, Vincent Dedienne, Antoine Duléry, le Bibliothéâtre… C'est ici que se sont tenues les assises de prévention contre les addictions, ce qui a valu à la ville la Marianne d'Or 2011 ;
  • Un théâtre de verdure propose 120 m2 de scène, pour 340 places, situé en bord de Loire. En période estivale, il propose de multiples spectacles, dont un gratuit, tous les mercredis soirs, dans le cadre des « Couleurs Parasols » ;
  • Le cinéma Éden, situé à proximité de la médiathèque, est équipé d'un projecteur 3D[83]. Avec une capacité de 256 places, dont 4 PMR, elle permet d'accueillir aussi bien du public classique, que du scolaire ;
  • L'ancien Relais de poste accueille l'école de musique de la ville, ainsi que l'école d'art ;
  • Les anciens abattoirs accueillent l'école de Danse, ainsi que plusieurs salles de réunions, servant aux multiples associations de la ville. Des cours de langue bretonne y ont lieu depuis 2013.
  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Vie militaireModifier

Unités militaires ayant été stationnées à Ancenis : 64e régiment d'infanterie, .

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, devise, logotypeModifier

HéraldiqueModifier

De gueules à trois quintefeuilles d'hermine, 2 et 1.
Armes parlantes (les trois quintefeuilles représentent des agènes, fleurs héraldiques, et rappellent le nom de la ville : Ancenius dériverait de agenius : « agène » (ce qui est faux)). L'hermine évoque le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Brevet d'Hozier (1696). Dans La France illustrée[87], en 1882, Malte-Brun rapporte un autre blasonnement : D'azur, à cinq quintefeuilles d'hermine.

LogotypeModifier

 
Logo d'Ancenis.

Nouveau logo de la ville.

DeviseModifier

La devise d'Ancenis : Folium ejus non defluet. Sa fleur ne tombera pas[88].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

RéférencesModifier

  1. « Le pays d'Ancenis en chiffres », sur pays-ancenis.com (consulté le 8 janvier 2014)
  2. « Climat de la Loire-atlantique », sur climat.meteofrance.com
  3. a et b « Horaires des trains en gare d'Ancenis », sur sncf.com (consulté le 16 décembre 2016)
  4. « Horaires des trains en gare d'Ancenis », sur sncf.com (consulté le 16 décembre 2016)
  5. « Gare d'Ancenis 2020 », sur pays-ancenis.com (consulté le 16 décembre 2016)
  6. « L'aéroport d'Ancenis », sur pays-ancenis.com
  7. « Aéroport d'Ancenis », sur aeroport.fr
  8. « Bienvenue sur le site de l'Association », sur ac.ancenis.free.fr
  9. « ? », sur vinci-concessions.fr
  10. Distance et temps entre la mairie d'Ancenis et l'aéroport de Nantes-Altantique consultés sur Google maps le .
  11. Distance et temps entre la mairie d'Ancenis et l'aéroport d'Angers-Loire consultés sur Google maps le .
  12. « Le bateau », sur pays-ancenis.com
  13. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Ancenis »
  14. http://www.ancenis.fr/Histoire-de-la-ville.html
  15. Roberte Jourdon dans le quotidien Ouest France le 29/09/2013, « Bertrand Boquien fait revivre le port d'Ancenis »
  16. http://www.irht.cnrs.fr/fr/publications/rigord-histoire-de-philippe-auguste
  17. Mémoire sur la langue celtique, contenant l'histoire de cette langue et un dictionnaire des termes qui la composent (Besançon, 1754), p. 123
  18. lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1234615
  19. « ChubEndret — Motier d non d'endret », Chubri (consulté en 9 décember 2016)
  20. « Villes bretonnes, noms gallo », geobreizh.com (consulté le 18 mars 2013)
  21. http://www.geobreizh.bzh/geobreizh/fra/villes-fiche.asp?insee_ville=44003
  22. « Le Maire et les adjoints », sur ancenis.fr
  23. « Les conseillers municipaux », sur ancenis.fr
  24. Source : D'où vient le nom de ma rue ? sur le site de la mairie.
  25. Source : La reconnaissance tardive du Docteur Bousseau à Ancenis dans Ouest-France.
  26. books.google.fr
  27. Ministère des finances, « Taxes locales à Ancenis », sur taxe.com (consulté le 21 mars 2012).
  28. « Les pompiers d'Ancenis intègrent leur caserne flambant neuve », sur ouest-france.fr, (consulté le 9 janvier 2017)
  29. [PDF] « Guide pratique »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ancenis.fr (consulté le 8 janvier 2014)
  30. « Commune d'Ancenis (44003) », Insee (consulté le 29 août 2017).
  31. « La grille communale de densité », Insee (consulté le 29 août 2017), données récupérées dans un fichier téléchargeable sous format Excel.
  32. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  36. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Ancenis - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  37. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee.
  38. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee.
  39. a, b et c « Les établissements scolaires », sur ancenis.fr
  40. « Les collèges et lycées de l'académie - Saint-Joseph », sur annuaire-ec.ac-nantes.fr
  41. [PDF] « Collèges publics (année scolaire 2011 - 2012) », sur loire-atlantique.fr
  42. « Les collèges et lycées de l'académie - Joubert-Émilien Maillard », sur annuaire-ec.ac-nantes.fr
  43. « Les collèges et lycées de l'académie -Saint-Joseph », sur annuaire-ec.ac-nantes.fr
  44. « Les collèges et lycées de l'académie Saint-Thomas-d'Aquin », sur annuaire-ec.ac-nantes.fr
  45. « Les collèges et lycées de l'académie - Jean-Baptiste-Ériau », sur annuaire-ec.ac-nantes.fr
  46. « Les collèges et lycées de l'académie - LP Agricole PR La Marchanderie », sur annuaire-ec.ac-nantes.fr
  47. « IFASA Institut de formation aides-soignantes », sur eas-ancenis.com
  48. « Présentation du centre »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur nantes-web.com (consulté le 8 janvier 2014)
  49. « Éducation et jeunesse », sur ancenis.fr
  50. « L’école Albert-Camus : passivhaus », sur ancenis.fr
  51. a, b et c « Enseignement catholique en Loire-Atlantique », sur ec44.fr
  52. « Liste des établissements de Loire-Atlantique »
  53. a et b « Historique »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur clg-cadou-ancenis-44.ac-nantes.fr (consulté le 8 janvier 2014)
  54. a et b « Année scolaire 2009-2010 », sur stjoseph-ancenis.com
  55. « numérisation0001.jpg - Joubert et Maillard : désormais un seul lycée », sur docs.google.com
  56. « Ancenis. Les deux lycées ne font plus qu'un », sur paysdelaloire.fr
  57. « Site officiel de Saint Thomas d'Aquin », sur lppsta.com
  58. « Spectacle vivant, patrimoine, arts plastiques, cinéma, lecture publique… Ancenis a investi tous les champs de la culture », sur ancenis.fr
  59. « La Fête de la musique était prévue pour ce soir », sur ouest-france,
  60. « Marché de l'Ascension », sur ancenis.fr
  61. « La ville innove ses illuminations de Noël », sur ancenis.fr,
  62. « Centre Hospitalier Francis Robert », sur ch-ancenis.fr
  63. « accueil », sur anceniskarting.fr
  64. « Chariots élévateurs - Fabrication européenne », sur toyota-manutentio.com
  65. Isabelle Hennebelle, « Chez les pionniers de l'économie circulaire », L'Express,‎ (lire en ligne).
  66. « Résultats & Chiffres Manitou Group », sur daiy-bourse.fr (consulté le 9 janvier 2014)
  67. « Les parcs d'activité », sur ancenis.fr
  68. « Zone d'activités », sur pays-ancenis.com
  69. « Les entreprises », sur ancenis.fr
  70. « Emplois », sur ancenis.fr
  71. Site officiel de Lebert
  72. « Z.A.C de la Fouquetière - Superficie totale », sur pays-ancenis.com
  73. « P.A. de l'Aéropole - Superficie totale », sur pays-ancenis.com
  74. « Z.A.C. de l'Aubinière », sur pays-ancenis.com
  75. « Des œuvres d'art classées »
  76. « Le quartier Rohan », sur ancenis.fr
  77. « Château d'Ancenis : serat-il défiguré par du neuf ? », sur ouest-france.fr,
  78. « Le pont d'Ancenis », sur ancenis.fr
  79. « Pont suspendu d'Ancenis », sur structurae.de,
  80. « Le pont d'Ancenis va faire peau neuve »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ouest-france.fr, (consulté le 9 janvier 2014)
  81. « L'île Delage », sur ancenis.fr
  82. « Marais de Grée », sur jedecouvrelafrance.com (consulté le 9 janvier 2014)
  83. « Le cinéma Éden », sur ancenis.fr
  84. (en) Tate, « ‘Ancenis-sur-Loire’, Joseph Mallord William Turner, 1826-31 | Tate », Tate, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  85. [1]
  86. [2]
  87. Malte-Brun, La France illustrée, 1882.
  88. Devises des villes bretonnes sur le site geobreizh.