Joseph (Nouveau Testament)

personnage biblique du Nouveau Testament, époux de Marie mère de Jésus

Joseph
Saint chrétien
Image illustrative de l’article Joseph (Nouveau Testament)
Saint-Joseph avec l'Enfant Jésus, par Bartolomé Esteban Murillo , Musée des Beaux-Arts de Séville, Séville.
Chef de la sainte Famille
Naissance Ier siècle av. J.-C.
Décès Ier siècle 
Nazareth
Vénéré par toutes les Églises chrétiennes qui admettent le culte des saints
Fête 19 mars, 1er mai (saint Joseph artisan, patron des travailleurs)
Attributs Équerre, bâton fleuri, gourde, lys
Saint patron de l'Église catholique (proclamé par le pape Pie IX en 1870), des charpentiers, des travailleurs, des jeunes époux et des pères de famille, de la bonne mort, de l'Amérique, de l'Océanie, de l'Autriche (ainsi que des Länder suivants : Vorarlberg, Tyrol, Carinthie et Styrie), de la Belgique, de la Croatie, du Canada, des États-Unis, du Mexique, du Pérou, de la Chine, de la Corée du Sud, du Vietnam, du Canton de Nidwald (Suisse), de la ville de Turin, du troisième millénaire et de la nouvelle évangélisation

Joseph (יוֹסֵף (Yosef) en hébreu, ce qui signifie « il ajoutera » ; Ἰωσήφ (Iôséph) en grec), plus connu sous le nom de Saint-Joseph, est un personnage du Nouveau Testament, nommé pour la première fois dans l'Évangile selon Matthieu et dans l'Évangile selon Luc. Il s'agit de passages sans doute ajoutés ultérieurement et appelés les évangiles de l'enfance de Jésus (Mt 1,18 et Lc 2,3). Joseph apparaît aussi dans un texte plus tardif, le Protévangile de Jacques, composé au milieu du IIe siècle ; cette version est incompatible par certains aspects avec celle des évangiles canoniques.

D'après les Évangiles synoptiques, puis selon les auteurs chrétiens et notamment les Pères de l'Église, Joseph serait un lointain descendant d'Abraham et du roi David (Mt 1,1-17) de la tribu de Juda. Il est fiancé à Marie lorsque celle-ci se retrouve enceinte par l'action de l'Esprit saint. Il épouse alors Marie et, acceptant l'enfant, devient le père nourricier de Jésus, qui, de ce fait, appartient à sa lignée, celle de David. Les Évangiles synoptiques insistent sur ce point, car pour eux Jésus est « le Messie fils de David ». Joseph est présenté comme un « homme juste » qui a accepté d'accueillir Marie et son enfant à la suite du message de l'ange du Seigneur. Des textes juifs polémiques comme les passages censurés du Talmud ou les Toledot Yeshu présentent Jésus comme étant né d'une relation hors mariage.

Il est indiqué en Mt 13,55 que Joseph est « charpentier », sans que l'on sache s'il faut prendre ce terme au sens premier ou dans celui « d'homme sage ». Joseph est cité pour la dernière fois lors du pèlerinage familial à Jérusalem lorsque Jésus, âgé de douze ans, se trouve au Temple (Lc 2,41-50). La tradition chrétienne ainsi qu'une partie de la critique historique en ont déduit qu'il était mort avant que Jésus n'entre dans la vie publique.

Joseph est appelé « Joseph le fiancé (de Marie) » dans la tradition orthodoxe ou plus généralement « saint Joseph ». Il est devenu un personnage de la tradition chrétienne.

Le mois de mars lui est dédié[1], surtout le 19 mars où il est célébré par toute l'Église catholique. Le 1er mai est consacré à saint Joseph, travailleur.

BiographieModifier

Évangiles synoptiquesModifier

Les récits néotestamentairesModifier

Les Épîtres de Paul, qui sont les premiers documents chrétiens existants, ne font aucune référence à Joseph ni à un quelconque père de Jésus, pas plus que l'Évangile selon Marc (Mc), considéré comme le plus ancien des évangiles[2]. Plusieurs théologiens estiment même que la formulation offensante de Mc[3], pour lequel Jésus est « fils de Marie » et non « fils de Joseph », suggère que sa mère est veuve ou que l'identité du père de Jésus est douteuse, voire inconnue. Cette origine pourrait expliquer certaines des attitudes que les évangiles prêtent à Jésus-Christ, qui se serait vu, à tort ou à raison, comme un enfant né de père inconnu[4],[5].

C’est dans les évangiles de Matthieu (Mt) et de Luc (Lc) que se trouve la première apparition de Joseph. Chacun des deux contient une généalogie de Jésus qui fait remonter ses origines à David, mais ils partent de deux fils différents de ce roi : Mt (Mt 1,1-16) suit la lignée aînée de Salomon, tandis que Lc (Lc 3,23-38) suit une ligne cadette, celle de Nathan (en), un autre fils de David et de Bethsabée. Il en résulte qu’entre David et Joseph tous les noms sont différents. Selon Mt « Jacob était le père de Joseph », tandis que, selon Lc, Joseph est dit être d'« Eli ». Certains théologiens concilient ces généalogies en considérant la lignée de Salomon selon Mt comme la lignée aînée de Joseph, et la lignée par Nathan dans Lc comme la lignée cadette de Marie[6],[7]. Pour Charles Guignebert, ces deux récits de la Nativité ne résistent pas à l'examen critique et sont du reste inconciliables[8] et, pour Géza Vermes, l'ascendance royale de Joseph est un embellissement théologique de ces deux rédacteurs bibliques[9].

Mt et Lc sont également les seuls à inclure les Évangiles de l'enfance et, là encore, ils diffèrent. Dans Lc, c'est à Nazareth que vit Joseph et il se rend à Bethléem pour obéir aux exigences d'un recensement ordonné par Rome[10]. C'est pourquoi Jésus y est né. Dans Mt, Joseph résidait à ce moment à Bethléem, et ensuite il s'est installé à Nazareth avec sa famille après la mort d'Hérode. Mt est le seul évangile qui relate le massacre des Innocents et la fuite en Égypte (Mt 2,13-16) : après la Nativité, Joseph reste à Bethléem pendant une durée indéterminée avant d'être forcé par Hérode de se réfugier en Égypte ; à la mort de celui-ci, il retourne avec sa famille en Judée, puis s'installe à Nazareth[11]. À partir de ce moment, on ne trouve plus de référence à Joseph sous son nom, même si l'épisode de Jésus au Temple, dans sa douzième année, met en scène « ses deux parents ».

D'après la tradition chrétienne, sa famille est originaire de Bethléem, et certains écrits apocryphes ou légendaires le voient lui-même natif de cette ville[12] comme le roi David. La tradition estime également que Joseph est mort peu avant le début de la vie publique de Jésus : Marie devient donc veuve, et c'est pour cela qu'elle va sans son époux aux noces de Cana[13].

Joseph le charpentierModifier

Les évangiles décrivent Joseph comme un « tekton (en) » (τέκτων, mot grec) que « charpentier » rend partiellement. Les textes canoniques et apocryphes racontent que Joseph, issu de la lignée de David, exerce, malgré ses origines royales, l'humble métier de charpentier (faber lignarius). La tradition a en effet interprété le mot dans le sens restrictif de « charpentier »[14]. Or le terme grec a une signification plus large : il évoque un artisan travaillant le bois en général (charpente, meubles, outils), mais aussi les métaux ou la pierre, c'est-à-dire capable de participer comme maçon, voire comme architecte, à la construction d'édifices importants, comme le rappelle Maurice Sachot, qui ajoute que le terme de « charpentier » peut alors être synonyme d'« homme sage » dans le milieu où évolue Jésus[15]. Cette activité de « tekton » nécessitait en effet une formation assez longue et des connaissances techniques approfondies. Les meilleurs artisans étaient très recherchés, notamment pour les travaux d'agrandissement et d'embellissement du Temple d'Hérode[16].

Une tradition, moins répandue et qui n'a eu qu'une faible postérité, reprend le sens habituel du mot faber pour faire de Joseph un forgeron[17]. L'apologète Justin Martyr[18] présente Jésus comme « fils de Joseph le charpentier », lui-même charpentier : il introduit ainsi des accessoires qui combinent le bois et le fer, pour faire de Jésus un fils qui comme son père « fabriquait ces ouvrages de charpentiers, des charrues et des jougs, enseignant à la fois les symboles de justice et la vie active »[19].

Quoi qu'il en soit, s'il était loin d'être riche, Joseph ne devait pas compter parmi les habitants de Nazareth les plus démunis[20].

Les évangiles ne donnent que très peu d'informations sur Joseph[21]. On ne rapporte jamais ses paroles. Matthieu raconte quatre rêves dans lesquels Joseph est informé de façon surnaturelle avant et après la naissance de Jésus et pendant ses premières années. Dans le premier rêve, un ange confirme à Joseph que Marie est enceinte d'un enfant conçu par l'Esprit saint, et qu'elle mettra au monde un fils nommé Jésus, qui sauvera son peuple de ses péchés ; Joseph ne devrait donc pas hésiter à l'épouser (Mt 1,20).

Dans le deuxième rêve, un ange dit à Joseph d'emmener Marie et Jésus en Égypte (depuis Bethléem) et d'y demeurer jusqu'à ce que l'ange en dise plus, car Hérode cherche à tuer Jésus (Mt 2,13). Dans le troisième rêve de Joseph, un ange ordonne à Joseph de retourner avec sa famille en Palestine, ce qui implique qu'Hérode est mort (Mt 2,20). Cependant, Joseph apprend que le fils d'Hérode, Archélaos, règne sur la Judée, et il a peur de continuer le voyage. Dans le quatrième rêve, Dieu Lui-même avertit Joseph[22] qu'il doit éviter de retourner en Judée (autrement dit, à Bethléem). Joseph s'installe alors avec Marie et Jésus à Nazareth, dans la province de Galilée.

Textes apocryphesModifier

L'Histoire de Joseph le charpentierModifier

Dans un texte des apocryphes[23], les apôtres rapportent le récit que Jésus leur a fait de la vie et de la mort de son père Joseph. Cet apocryphe a probablement été rédigé en Égypte vers les VIIe – VIIIe siècles, en langue copte, plus précisément en copte sahidique ; il aurait été ensuite traduit en copte bohaïrique, et de cette langue, en arabe (les premières traductions de l'Histoire dans l'Europe moderne sont effectuées à partir du texte arabe). Certains spécialistes supposent l'existence d'un original grec perdu, composé au IVe siècle, dont le texte copte serait la traduction, mais cette hypothèse est contestée[24].

« Par sa diffusion [cette œuvre] a certainement contribué à une certaine image de Joseph dont nous sommes dépendants encore aujourd'hui »[24].

Comme les récits des évangiles, celui-ci réécrit des épisodes de la Bible hébraïque (Ancien Testament) — où apparaissait déjà un personnage nommé Joseph. Ainsi par exemple, l'âge auquel meurt Joseph (père de Jésus), cent onze ans (début du chapitre 14), est à mettre en rapport avec l'âge auquel meurt le patriarche Joseph (père d'Éphraïm et de Manassé) dans le Livre de la Genèse, qui est de cent dix ans (Genèse, 50, 26). Cette année supplémentaire pourrait être « une façon de donner au père terrestre de Jésus la préséance sur son homonyme[25] ». Le personnage de Joseph présenté dans cette Histoire emprunte par ailleurs aux évangiles canoniques et à des évangiles apocryphes comme le Protévangile de Jacques et l'Histoire de l'enfance de Jésus (ou évangile du Pseudo-Thomas).

Jésus « fils de Pantera »Modifier

Certaines sources polémiques effacent le personnage de Joseph et attribuent la paternité de Jésus à un amant de Marie : c'est notamment le cas des passages censurés du Talmud. Jésus y est parfois appelé Jésus le nazôréen[26], mais est en général[27] appelé Jésus ben Pantera[28]. Selon Dan Jaffé, ce nom, « Fils de Pantera », est « une représentation juive du christianisme », « une raillerie commune et répandue dans le monde juif afin de tourner en dérision la croyance en la conception et en la naissance virginales de Jésus[29] ».

Un ouvrage de Celse, philosophe païen du IIe siècle, le Discours véritable, conforte cette hypothèse : Celse rapporte les propos d'un Juif érudit selon lequel Jésus serait le fils illégitime d'un soldat romain nommé Pantera. L'ouvrage de Celse est perdu, mais ces rumeurs polémiques sont citées par Origène dans son Contre Celse, afin de les réfuter[30]. Ces accusations sont également attestées dans les Actes de Pilate (IVe siècle), qui évoquent les « relations coupables » dont Jésus serait le fruit[31].

D'autres hypothèses ont été avancées à ce sujet[28]. Selon Thierry Murcia, Panthera serait tout simplement un autre nom (ou le surnom) de l'époux de Marie : Joseph (évangiles) et Panthera (Discours véritable de Celse et sources rabbiniques) seraient donc un seul et même personnage[32] « On l'a rapproché du grec petheros le « beau-père » (père du conjoint). On en a fait une déformation du grec parthenos, la « vierge »[33]. » D'autres ont estimé qu'il s'agirait d'un ancien surnom donné à Jésus dont on ne connaîtrait plus la signification[30]. Il pourrait aussi s'agir d'un titre ou d'un indicateur péjoratif appliqué à plusieurs ascendants de Jésus, tant dans sa branche paternelle que maternelle. La question est en débat et aucun consensus ne se dessine à ce sujet[28].

« Au IVe siècle, Épiphane affirme dans le Panarion 78, 7, que Pantera a été le surnom de Jacob, le père de Joseph, l'époux de Marie. Dans la Didascalie syriaque, un écrit liturgico-canonique du début du IIIe siècle, la mère de Jésus est fille de Joachim, fils de Pantera, frère de Melchi, de la famille de Nathan et fils de David[30]. » Pour Simon Claude Mimouni, « cette explication paraît assez vraisemblable, d'autant que la Didascalie syriaque rapporte nombre de traditions chrétiennes d'origine juive[30]. »

Traditions biographiquesModifier

L'Église catholique reprend une tradition orale, liée à Jérôme de Stridon qui relate que Joseph s'était consacré à Dieu avant de connaître la Vierge Marie, et explique donc que les termes de « frères et sœurs » de Jésus cités dans les Évangiles doivent être compris comme étant des cousins proches par le sang, l'affection et les relations, selon l'usage de ces mots.

L'Église orthodoxe enseigne de son côté que Joseph était veuf quand il s'est fiancé à Marie ; il aurait eu des enfants de son premier mariage, dont Jacques le Juste. Cette tradition s'appuie sur le Protévangile de Jacques, où il est dit que Marie est consacrée au Seigneur par ses parents (Protév. Jc 4,1) et qu'un prêtre ordonne à Joseph de l'épouser, malgré ses réticences : « J'ai des fils, je suis un vieillard et elle est une toute jeune fille. Ne vais-je pas devenir la risée des fils d'Israël ? » » (Protév. Jc 9,1-2).

Cette interprétation permet de comprendre, entre autres, que Jacques soit appelé le « frère du Seigneur » (par Paul dans l'Épître aux Galates | Ga 1,19) : celui-ci serait un des fils de Joseph, issus de son premier mariage. Joseph, selon la tradition orthodoxe, était beaucoup plus âgé que Marie. Sa mort expliquerait son absence totale du Nouveau Testament lorsque Jésus a atteint l'âge adulte.

Adoptèrent cette théorie : Évangile selon Pierre, Protévangile de Jacques, Clément d'Alexandrie, Origène, Eusèbe de Césarée, Hilaire de Poitiers, Ambrosiaster, Grégoire de Nysse, Épiphane de Salamine, Ambroise de Milan, Jean Chrysostome, Cyrille d'Alexandrie.

Dans l'iconographie traditionnelle, Joseph est souvent représenté comme un homme plus âgé que Marie, parfois même comme un vieillard, mais cet usage ne s'appuie sur aucun texte néotestamentaire. Pour Charles Perrot, il était jeune au moment de son mariage car les filles « étaient mariées entre douze et quinze ans et les garçons n'étaient guère plus vieux »[34].

CulteModifier

HistoireModifier

Selon une tradition antique, le culte rendu à Joseph s’est développé à partir du Ve siècle dans des monastères égyptiens où est rédigé l'apocryphe Histoire de Joseph le charpentier et où sa fête est fixée à la date du  ; il demeure inscrit à ce jour au calendrier copte. Le culte de ce saint se répand aussi autour de la « maison de Joseph » depuis au moins le VIIe siècle[35].

 
Couronnement de Saint-Joseph par Francisco de Zurbarán (c. 1636), musée des Beaux-Arts de Séville, Andalousie, Espagne.

Cependant, on prie peu Joseph dans toute la première partie du Moyen Âge et son culte reste marginal, comme le montre la rareté des toponymes qui le concernent : on n'en trouve guère qu'au Canada, ce qui ne remonte pas au-delà de trois siècles, dans le meilleur des cas. Ce « vieillard », ni précurseur, ni apôtre, ni martyr, intéresse peu les fidèles et embarrasse les théologiens : que faire de son épineux statut d’époux de la Vierge ? Quelle paternité attribuer à celui qui a élevé le fils de Dieu ? Dans les écrits des Pères de l’Église, les traités de l’époque carolingienne ou les sermons de Bernard de Clairvaux, il n’est jamais considéré par lui-même et n’apparaît qu’au sein de discours sur le mariage et la virginité de Marie.

Sa fête fixée au apparaît pour la première fois en l'an 800 dans un martyrologe gallican abrégé de Rheinau, dans lequel il est appelé Ioseph sponsus Mariæ (« Joseph époux de Marie »). Le choix de cette date six jours avant la fête de l'Annonciation est probablement dû à une confusion avec le nom d'un martyr d'Antioche nommé Joseph ou Josippe fêté déjà le et également une concordance syncrétique avec les Quinquatries, fêtes religieuses en l'honneur de la déesse Minerve[36]. La célébration de sa fête se limite aux grandes abbayes bénédictines. Joseph reste « dans l’ombre de la Vierge » : un retrait nécessaire pour valoriser l’incarnation du Christ qui s’est faite par Marie et non par lui. Les siècles suivants, il n'est plus simplement connu comme l'époux de Marie mais comme père, Nutritor Domini (« Nourricier du Seigneur »).

C'est à partir du XIIIe siècle qu'il sort de l’ombre, en lien avec une plus forte humanisation du Christ et des représentations de plus en plus nombreuses de la Nativité. Cet homme humble, pauvre, modeste et obéissant, père putatif et nourricier, modèle de dévotion au Christ et à la Vierge, séduit en particulier les franciscains (devenus les gardiens de la « maison de Joseph » et dont le chapitre général d'Assise adopte en 1399 sa fête du ), qui débattent pour savoir s’il est le dernier des patriarches ou le premier des saints. L’humble charpentier devient modèle pour tous les chrétiens. Au XVe siècle, durant le Grand Schisme et les rivalités entre Armagnacs et Bourguignons, c’est une véritable campagne de promotion en faveur de Joseph qui est lancée.

Gerson multiplie les écrits de 1413 à 1418 pour célébrer les noces de Joseph et de Marie, louer sa paternité responsable, le comparer à Jean-Baptiste (ses deux textes les plus importants : Les Considérations sur saint Joseph entre 1413 et 1414, et le sermon Jacob autem genuit, prononcé à Constance le ). À la fin du XVe siècle, l’Église institue une fête en l’honneur de Joseph. Une authentique dévotion populaire naît alors, qui connaîtra son apogée au XIXe siècle. La promotion de Joseph à la fin du Moyen Âge est particulièrement visible dans l'iconographie de la Nativité dans laquelle son personnage s'autonomise. Il devient reconnaissable grâce à des attributs spécifiques : vieillard, parfois nimbé, il tient très souvent le bâton fleuri et la gourde[37].

La Contre-Réforme a donné à Joseph une place importante. Les Jésuites le considèrent comme leur protecteur et Thérèse d'Avila lui dédia plusieurs couvents et fit de lui le protecteur de l'ordre des Carmes déchaux[38].

La seule relique connue de Joseph est conservée à l’église Notre-Dame de la Nativité à Joinville. Il s'agit d'une ceinture rapportée de Terre sainte par Jean de Joinville en 1248[39].

DévotionsModifier

Joseph voit son culte prendre de l'ampleur au XVIe siècle ;

Lieux d'apparitionsModifier

 
Représentation de la scène de l'apparition mariale de Knock, dans la chapelle de l'apparition, avec St Joseph sur la gauche, tourné vers la Vierge Marie.

L'Église catholique reconnaît officiellement quatre lieux d'apparitions de St Joseph[41] :

Autres lieuxModifier

Saint Joseph est vénéré plus particulièrement :

  • à l'église Saint-Joseph de Nazareth où une tradition ancienne fixe sa maison ;
  • à la Chapelle Saint-Joseph de Beauvais construite en 1861, siège de l'Archiconfrérie de Saint-Joseph ; fondée en 1859 par Mgr Joseph-Armand Claverie, elle fut érigée en Archiconfrérie par un Bref du pape Pie IX du 23 septembre 1861 ; son importance est mondiale grâce notamment à son bulletin[48] ;
  • au Sanctuaire Saint-Joseph-de-Bon-Espoir à Le Puy-en-Velay :
  • au Monastère_Saint-Joseph_du_Bessillon à Cotignac ;
  • à Cós (ou Coz), au Portugal, où saint Joseph est apparu aux moniales de l'abbaye cistercienne de Santa Maria, en 1661, au moment où elles entreprenaient la reconstruction de leur monastère ; l'année suivante fut érigée la Confrérie des Esclaves de Saint-Joseph ((pt) Irmandade dos Escravos de São José), à laquelle le pape Alexandre VII accorda plusieurs indulgences ;
  • à l’oratoire Saint-Joseph, à Montréal (Québec) ;
  • à Smakt, commune de Venray, aux Pays-Bas ;
  • à Bruxelles l’église Saint-Joseph, perle du patrimoine historique de Bruxelles, fut construite en 1842-1849 dans le « Quartier Léopold » à la suite de l’extension de la ville et grâce à la volonté politique du Roi Léopold Ier. Elle fut dédiée à saint Joseph (saint Joseph était déjà le saint patron de la Belgique depuis 1679). En effet, à la demande du roi Charles II d’Espagne, le pape Innocent XI, dans la bulle Eximia Pietas du , proclamait saint Joseph patron et protecteur de la Belgique, donc bien avant l’indépendance du pays en 1830. Et à cette époque il n’y avait encore aucun monument national dédié à saint Joseph dans la capitale. L’église se trouve square Frère-Orban qui s’appelait anciennement, place Saint-Joseph (Cette église a été acquise récemment par la Fraternité Saint-Pie-X, fondée par Mgr Marcel Lefebvre, et est actuellement desservie par cette Fraternité[49]) ;
  • à Fakarava en Polynésie française. Le Saint Joseph de Fakarava est une représentation de saint Joseph immergée à proximité de la passe nord de l’atoll de Fakarava. Cette statuette installée face à l’océan sur l’un des plus beaux sites de plongée du monde est dédiée à tous ceux qui ont perdu un père, un enfant, ou plus généralement un parent en plongée sous-marine. Les colliers de coquillages déposés autour de la statuette sont traditionnels de la Polynésie. On offre ces colliers à une personne au moment de son départ. On en pare les morts également avant les obsèques. Les colliers de fleurs, eux, sont offerts aux arrivants[49].

OrdresModifier

  • Congrégation des Joséphites :
    En 1817, l'abbé Constant Van Crombrugghe crée dans l'Église catholique la congrégation des Joséphites sous l’invocation de saint Joseph ; son but est de travailler avec les pauvres. Les premiers Joséphites en Amérique ont consacré leur mission dans l’Ordre à exercer leur ministère auprès des anciens esclaves noirs récemment émancipés.
  • Ordre des Carmes déchaux :
    Au XVIe siècle, lors de sa réforme du Carmel, Thérèse d'Avila place saint Joseph comme patron et protecteur des carmes déchaux[50]. Elle place les monastères de son ordre sous la protection de saint Joseph en lui dédiant le premier monastère (Saint-Joseph d'Avila), ainsi que plusieurs autres. Anne de Jésus appelée pour fonder le premier carmel déchaussé en France insiste pour qu'il soit dédié à saint Joseph (et mis sous sa protection), à la suite de l'opposition de Pierre de Bérulle, ce sera finalement le second carmel ouvert à Pontoise en 1605 (il s'agit du second carmel déchaussé ouvert en France) qui prendra le nom de « saint Joseph »[51].
    Saint Joseph est aussi, pour Thérèse d'Avila, un modèle spirituel, modèle de prière silencieuse : « Que celui qui n’a pas de maître dans l’oraison prenne ce glorieux saint pour guide, il ne risquera pas de s’égarer »[52]. Pour Thérèse, Joseph, par sa vie silencieuse (les textes bibliques ne rapportent aucune parole qu'il a prononcée), son écoute de la volonté divine (Joseph reçoit des demandes de Dieu lors de songes[53], et se met immédiatement en action), Joseph est un exemple de vie carmélitaine[50].

Saint patronModifier

Joseph est le saint patron des familles, des pères de famille, des artisans (menuisiers, ébénistes, charpentiers, charrons, bûcherons, barilliers, tanneurs et tondeurs), des travailleurs, des voyageurs et exilés, des fossoyeurs et des mourants. Le culte de Joseph patron des agonisants et de « la Bonne Mort » est issu d'une tradition qui veut que Joseph reçoive une mort douce, assisté de Jésus et de Marie. Ce culte provient d'Italie et s'impose en France à partir des années 1640[54].

Il est devenu le patron des affaires matérielles. Des catholiques confient à sa prière leurs affaires matérielles sérieuses : une recherche d'emploi, une recherche de logement, etc.[55]. Par ailleurs, en raison de sa qualité d'homme juste, beaucoup de catholiques demandent son intercession pour discerner leur vocation, rencontrer le bon époux, la bonne épouse, etc.

Il est également le protecteur et le saint patron à divers degrés de nombreuses villes, régions et pays, notamment de la Belgique, de la Chine, du Canada, du Vietnam, des États-Unis, de la Russie, de l'Autriche, du peuple croate, de la Corée du Sud, du Mexique et du Pérou[56].

Jean-Paul II a considéré saint Joseph comme étant le modèle du témoin du Royaume de Dieu, en l’appelant « minister salutis » dans son exhortation apostolique Redemptoris Custos : « le serviteur du salut »[57],[58]. Pour cette raison, il l'a voulu patron du troisième millénaire[59],[58] et patron de la nouvelle évangélisation[60],[58].

Il est aussi un modèle pour les prêtres.

Arts et littératureModifier

RomansModifier

Ma Vie de Jésus d'Eduardo Manet (Grasset, 2005) « raconte l'histoire de Jésus vue à travers les yeux de son père Joseph ». Soupçonnant une infidélité sexuelle de sa femme, Joseph se montre hostile à Jésus enfant, puis quitte le domicile conjugal « en claquant la porte, ce qui expliquerait, pour une part, le silence gêné des évangiles à son sujet[61] ». Par la suite, cependant, Joseph revient en Galilée, au moment de la condamnation à mort de Jésus ; à la demande de son « fils », il fait disparaître son cadavre et « pour faire croire à la résurrection de Jésus, Joseph s'empare de ses vêtements, se grime le visage, et se fait passer pour lui pendant quelques heures[61] ».

Joseph et l'enfant de Aurélien Clappe (Salvator, 2017), roman dans lequel Joseph s'interroge sur les mystères de la paternité et de la transmission[62].

Scénario de filmModifier

Le cinéaste Peter Greenaway publie en 2016 le script d'un nouveau film, Joseph, « portrait ironique de Joseph, père nourricier de Jésus, dont Dieu devient peu à peu jaloux[63] ».

PeintureModifier

SculptureModifier

MusiqueModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Liturgical Year : March, Month of St. Joseph », sur Catholicculture.org (consulté le ).
  2. (en) John Shelby Spong, Jesus for the non-religious, HarperCollins, (ISBN 0-06-076207-1).
  3. Mc 6,3.
  4. (en) Raymond E. Brown, The Birth of the Messiah : A Commentary on the Infancy Narratives in the Gospels of Matthew and Luke, Yale University Press, , p. 540.
  5. (en) Harvey K. McArthur, « Son of Mary », Novum Testamentum, vol. 15,‎ , p. 38–58.
  6. Harry A. Ironside (en), Luke, 2007 (ISBN 0-8254-2919-6), pages 73-75.
  7. Basic Theology par Caldwell Ryrie (en), 1999 (ISBN 0-8024-2734-0) pages 279-280.
  8. Charles Guignebert, Jésus, Albin Michel, , p. 90.
  9. (en) Géza Vermes, The Changing Faces of Jesus, Penguin UK, , p. 129.
  10. Lc 1,26-27 et Lc 2,1-7.
  11. (Mt 2,19-23).
  12. Évangiles apocryphes : Histoire de Joseph le charpentier
  13. La mort de saint Joseph
  14. Diane Jonte-Pace, Teaching Freud, p. Oxford University Press, 4 mars 2003, p. 109.
  15. Maurice Sachot, L'Invention du Christ : Genèse d'une religion, Odile Jacob, 1998, 2011 (ISBN 978-2-7381-2694-8).
  16. Lucien Deiss, Joseph, Mary, Jesus, Liturgical Press, 1er janvier 1996, p. 14.
  17. Louis Réau, Iconographie de l'art chrétien, Presses universitaires de France, , p. 752.
  18. Justin Martyr, Dialogue avec Tryphon, 88, 8.
  19. Emmanuel Luhumbu Shodu, La mémoire des origines chrétiennes selon Justin Martyr, Saint-Paul, , p. 137.
  20. Michel Quesnel, Philippe Gruson, La Bible et sa culture. Jésus et le Nouveau Testament, Desclée de Brouwer, , p. 75.
  21. Paul Mattei, Le Christianisme antique. De Jésus à Constantin, Armand Colin, , p. 54.
  22. Mt 2,22.
  23. BRUNET 1848, Les évangiles apocryphes (p.20). DE PLANCY 1860, Légendes du Nouveau Testament (p.131, St Joseph). MIGNE 1856, Dictionnaire des apocryphes, Tome 1 (p.1029) | ms arabe no 255 Bibliothèque du roi, trad. latin. WALLIN 1722, Histoire de Joseph le charpentier | mss arabes.
  24. a et b Jean Longère et Édouard Cothenet, Marie dans les récits apocryphes chrétiens, vol. 1, Mediaspaul, , 285 p. (ISBN 978-2-7122-0904-9, lire en ligne), p. 141-142.
  25. Jean Longère et Édouard Cothenet 2004, p. 147.
  26. cf. Mimouni 2004, p. 113.
  27. Selon Simon Claude Mimouni, pour échapper à la censure chrétienne, la majorité des textes imprimés remplacent Pantera par Peloni, c'est-à-dire « untel », Mimouni, 2004, p. 108.
  28. a b et c Mimouni 2004, p. 108.
  29. Dan Jaffé, « Une ancienne dénomination talmudique de Jésus : Ben Pantera. Essai d’analyse philologique et historique », dans Theologische Zeitschrisft 64, 2008, p. 258-270 (p. 267),lire en ligne.
  30. a b c et d Mimouni 2004, p. 109.
  31. Dan Jaffé, « Une ancienne dénomination talmudique de Jésus : Ben Pantera. Essai d’analyse philologique et historique », dansdans Theologische Zeitschrisft 64, 2008, p. 258-270 (p. 265), https://www.academia.edu/22449049/_Une_ancienne_d%C3%A9nomination_talmudique_de_J%C3%A9sus_Ben_Pantera._Essai_d_analyse_philologique_et_historique_in_Theologische_Zeitschrisft_64_2008_p._258-270.
  32. Thierry Murcia, « Yeshua Ben Panthera : l'origine du nom. Status quaestionis et nouvelles investigations », Judaïsme ancien / Ancient Judaism, no 2,‎ , p. 157-207.
  33. Mimouni 2004, p. 108-109.
  34. Charles Perrot, « Les récits de l'enfance de Jésus », Cahiers Évangile no 18, Cerf, 1976.
  35. Pierre Jounel, Le Renouveau du culte des saints dans la liturgie romaine, C.L.V., , p. 115.
  36. Les archives de folklore, Presses de L'Université Laval, , p. 71.
  37. Paul Payan, Joseph : Une image de la paternité dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2006, p. 253-269.
  38. L'Ordre du Carmel sur le site du Monastère Notre-Dame du Mont-Carmel à Haïfa.
  39. La seule relique de saint Joseph conservée en France à Joinville - article du site Aleteia
  40. « De Jules Ferry à Pierre Perret, l'étonnant palmarès des noms d'écoles, de collèges et de lycées en France », sur lemonde.fr, (consulté en ).
  41. Marzena Devoud, « Quelles sont les apparitions de saint Joseph reconnues par l’Église ? », Alétéia,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Marzena Devoud, « Cotignac XVIIe siècle », sur Alétéia, aleteia.org, (consulté le ).
  43. O. Tessier, Histoire de la commune de Cotignac, Marseille, (réimpr. 1979), 346 p. (lire en ligne), p. 80-83.
  44. Joachim Bouflet et Philippe Boutry, Un signe dans le ciel : Les apparitions de la Vierge, Paris, Grasset, , 475 p. (ISBN 978-2-246-52051-1), p. 26-31.
  45. Marzena Devoud, « Kalisz XVIIe siècle », sur Alétéia, aleteia.org, (consulté le ).
  46. Marzena Devoud, « Knock XIXe siècle », sur Alétéia, aleteia.org, (consulté le ).
  47. Marzena Devoud, « Fatima XXe siècle », sur Altéia, aleteia.org, (consulté le ).
  48. Chanoine Bézard, Mgr Claverie fondateur et premier directeur de l'Archiconfrérie de St Joseph de Beauvais, 1931.
  49. a et b Jacques Galloy, « Vénération de saint Joseph », (consulté le ).
  50. a et b « Vie et culte », sur carmel.asso.fr (consulté le ).
  51. La fondation du Carmel de Dijon sur le site consacré à Élisabeth de la Trinité.
  52. Livre de la vie, chapitre 6, Thérèse d'Avila.
  53. Lorsque Joseph se rend compte que Marie est enceinte et qu'il prévoit de la répudier en secret, l'ange lui dit de la prendre chez lui (Mt 1,20-24). Puis après la visite des Rois mages, l'ange lui dit de fuir en Égypte(Mt 2,13-14).
  54. La Circulation des dévotions, Presses universitaires Blaise Pascal, , p. 26.
  55. Jean-Robert Maréchal, Les saints patrons protecteurs, Cheminements, , p. 382-386.
  56. Jean-Robert Maréchal, Les saints patrons protecteurs, Cheminements, , p. 202.
  57. Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, La place de saint Joseph dans la nouvelle évangélisation. Actes du Colloque 19-20 mars 2011, Saint-Maur, Parole et Silence, 2012, 1re éd. (1re éd. 2012), p. 17.
  58. a b et c (fr) Exhortation apostolique Redemptoris Custos de Jean-Paul II sur la figure et la mission de saint Joseph dans la vie du Christ et de l'Église, Rome, mardi 15 août 1989.
  59. Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, op. cit., p. 19.
  60. Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, op. cit., p. 20.
  61. a et b Bruno Thibault, Un Jésus postmoderne: Les récritures romanesques contemporaines des Évangiles, Rodopi, 2016, p. 102.
  62. Aurélien Clappe, Joseph et l'enfant, Salvator, (ISBN 978-2-7067-1518-1, lire en ligne)
  63. http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=4917.
  64. Musée de Détroit

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Simon Claude Mimouni, Les Chrétiens d'origine juive dans l'Antiquité, Paris, Albin Michel, .
  • Jean-Michel Sanchez, Jean-François Froger, Jean-Paul Dumontier, Saint Joseph : image du père, Gap, Éditions Grégoriennes, , 125 p. (ISBN 978-2-914338-90-5)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier