Guerre d'Indochine

conflit armé en Indochine française entre 1946 et 1954
Guerre d’Indochine
Description de l'image First Indochina War COLLAGE.jpg.
Informations générales
Date -
(7 ans, 7 mois et 2 jours)
Lieu Indochine française
Casus belli Bombardement de Haïphong
Bataille de Hanoï
Issue

Victoire du Việt Minh[1],[2],[3],[4] :

Changements territoriaux Partition du Viêt Nam entre Nord Viêt Nam et Sud Viêt Nam
Belligérants
Drapeau de la France Union française Soutenus par :
Drapeau des États-Unis États-Unis (1950-1954)[5]
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Việt Minh
Drapeau du Laos Pathet Lao[6]
Flag of the People's Republic of Kampuchea.svg Khmers issarak[7]
Drapeau du Japon Volontaires japonais
Soutenus par :
Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Drapeau de l'Allemagne de l'Est République démocratique allemande[8],[9]
Drapeau de la Pologne Pologne[10]
Commandants
Drapeau de la France Raoul Salan
Drapeau de la France Jean de Lattre de Tassigny
Drapeau de la France Marcel Carpentier
Drapeau de la France Marcel Alessandri
Drapeau de la France Jean Étienne Valluy
Drapeau de la France Henri Navarre
Drapeau de la France René Cogny
Drapeau de la France Jean Gilles
Drapeau de la République du Viêt Nam Nguyễn Văn Hinh
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Hô Chi Minh
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Võ Nguyên Giáp
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Nguyễn Bình
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Phạm Văn Đồng
Drapeau du Laos Souphanouvong
Forces en présence
Union française : 190 000
Auxiliaires locaux : 55 000
État du Viêt Nam : 150 000[11]
Total : ~400 000
125 000 réguliers,
75 000 régionaux,
250 000 forces populaires / irréguliers[12]
Total : 450 000
Pertes
Union française : 75 581 morts, 64 127 blessés,
40 000 prisonniers
État du Viêt Nam : 419 000 morts, blessés ou prisonniers[13]
Total : ~560 000 morts, blessés ou prisonniers
Total : 300 000 morts, 500 000 blessés, 100 000 prisonniers
Total : 900 000 morts, blessés ou prisonniers + 150 000 civils tués[14]

Guerre d’Indochine

Batailles

La guerre d’Indochine ou guerre d'indépendance d'Indochine, également désignée au Viêt Nam comme la guerre de résistance antifrançaise ou encore la première guerre d'Indochine dans le monde anglo-saxon, est un conflit armé qui se déroula de 1946 à 1954 en Indochine française (ou Fédération indochinoise) : actuels Vietnam, Laos et Cambodge.

Opposant l'Union française au Việt Minh, le conflit aboutit, à la suite des accords de Genève, à la fin de la Fédération indochinoise et à la partition du territoire vietnamien en deux États rivaux : République démocratique du Viêt Nam et Sud-Viêt Nam. La guerre d’Indochine fit plus de 500 000 victimes[15] et fut suivie par la guerre du Viêt Nam (1955-1975).

Résumé du conflitModifier

En août 1945, le Việt Minh, mouvement indépendantiste vietnamien d'obédience communiste, profitant du coup de force des Japonais de mars dans le contexte de la guerre du Pacifique, prit le pouvoir lors de la révolution d'Août, notamment dans la colonie française du Tonkin. Si le Gouvernement provisoire de la République française ne tarda pas à envoyer un Corps expéditionnaire (automne 1945) afin de reprendre en main son territoire, la situation se mua rapidement, après novembre 1946, en guerre ouverte entre forces du Việt Minh et Français[16].

Un conflit en deux phasesModifier

Le conflit peut être divisé en deux phases historiques. Durant la première, entre 1946 et 1949, le Việt Minh applique une guérilla meurtrière. La guerre est alors semblable à une lutte de décolonisation. Mais l'aspect communiste du Việt Minh, le déclenchement de la guerre de Corée en 1950, l'avènement d'une Chine communiste en 1949 qui assura une aide logistique importante au Việt Minh, et la confrontation de plus en plus avouée entre les États-Unis et le monde marxiste-léniniste achevèrent de transformer la guerre d'Indochine en un conflit armé ancré dans la Guerre froide. Une seconde phase, qui s'étend de 1949 jusqu'à la fin des combats, en 1954 : tout en bénéficiant de l'aide matérielle et logistique des Américains, les Français menèrent lors de cette période une guerre de plus en plus directe et frontale contre leurs ennemis, qui bénéficièrent quant à eux du soutien des Chinois leur permettant de mettre sur pied une véritable armée conventionnelle et formée.

Malgré l'intervention indirecte américaine, la France, dont les forces militaires étaient exténuées par la résistance adverse et plusieurs années de combats de plus en plus impopulaires en métropole, dut renoncer après la lourde défaite de Diên Biên Phu de mai 1954.

Des accords temporaires en 1954Modifier

Les accords de Genève, signés en , consacrèrent le départ des Français du Nord du Vietnam (Tonkin) et la division du Viêt Nam en deux, la limite étant le 17e parallèle : d'une part la République démocratique du Viêt Nam au nord, communiste, d'autre part le Centre et le Sud sous administration française, avec des élections prévues en 1956 pour réunifier toute l'ancienne colonie, alors séparée en deux.

L'échec des accords : la scission en deux ÉtatsModifier

En 1955, un coup d'État dans le Sud organisé par le président Diem, un fervent catholique qui n'accepte pas une collaboration avec le régime du Nord, et qui ne veut donc pas entendre parler d'élections réunifiant le pays, créé une république du Viêt Nam, soutenue financièrement puis militairement par les États-Unis (qui n'ont pas signé les accords de Genève).

La guerre entre Français et Việt Minh, outre un lourd bilan humain et matériel, aura d'importantes conséquences dans l'avenir du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge. Le départ des Français laissera face à face, d’un côté les Américains et la République du Viêt Nam, et de l’autre, les Nord-Vietnamiens soutenus par la Chine et l'URSS. En 1955, la guerre du Viêt Nam éclate. Elle aboutit en 1973 au retrait militaire américain (Accords de paix de Paris), et en 1975, à une victoire complète du Nord-Viêt Nam et du communisme dans cette partie de l'Asie, avec l'absorption par le Nord-Viêt Nam de la république du Viêt Nam du Sud.

Les Français quittent définitivement le Sud-Viêt Nam le , jour de la liquidation et de la dissolution du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CEFEO) opérées par le général Jacquot[17]. Le départ des Français met fin à environ 100 ans de présence française en Indochine.

La guerre d'Indochine est ainsi la première d’une série de trois guerres qui se sont déroulées sur les territoires de l’ancienne Indochine française : elle a été suivie par la guerre du Viêt Nam (en parallèle de deux conflits annexes, la guerre civile laotienne et la guerre civile cambodgienne), puis par la guerre sino-vietnamienne qui clôture le tout. Ces deux derniers conflits sont parfois appelés respectivement 2e et 3e guerres d’Indochine.

Historique généralModifier

Durant la période colonialeModifier

 
L'Indochine française entre 1900 et 1945.

En 1884, la France réunit la Cochinchine, l'Annam et le Tonkin (qui composent maintenant le Viêt Nam), ainsi que le Laos et le Cambodge au sein de l'Indochine française.

Lors de la Première Guerre mondiale, les « Annamites », nom donné aux Vietnamiens par les métropolitains jusqu’en 1945, aidèrent à l'effort de guerre sur la ligne de front et dans les usines françaises.

Dans les années 1920 et au début des années 1930, avec la révolte de Vinh et la mutinerie de Yên Bái (évoquées en 1992 dans le film français Indochine), les bagnes, comme le bagne de Poulo Condor, ont contribué à développer des nationalismes de tendances très diverses :

  • les royalistes de la Cour de Huê, comme la famille de Ngô Đình Diệm : son père fonda l’École nationale « Quoc Hoc » de Huê fréquentée par Ngo Dinh Diem et le futur Hô Chi Minh. Le premier d'entre tous est certainement le prince Vinh San (1899-1945) intronisé sous le nom dynastique d'« Empereur Duy Tân » en 1907, détrôné en 1916, exilé à La Réunion par les autorités coloniales et mort mystérieusement le dans un accident d'avion en Afrique centrale, peu après la déclaration d'indépendance du Viêt Nam du  ;
  • les pro-Japonais, qui fondèrent le parti « Dai Viêt » à la suite de l’intellectuel nationaliste Phan Bội Châu, pionnier du nationalisme vietnamien du XXe siècle, exilé au Japon par l’administration coloniale française. Les Japonais soutenaient le prince Cuong pour devenir empereur du Vietnam à la place de Bao Dai ;
  • les pro-Chinois du parti nationaliste VNQDĐ (Việt Nam Quốc Dân Đảng), proches du Kuomintang de Sun Yat-sen et Tchang Kaï-chek, qui lancèrent la révolte ratée de Vinh et la mutinerie de Yên Bái dans les années 1920 et 1930 ;
  • les pacifistes de Phan Châu Trinh (grand-père de Nguyễn Thị Bình) ;
  • les communistes du parti communiste indochinois (PCI) fondé en 1930 par Nguyen Ai Quoc (futur Hô Chi Minh) à Hong-Kong. Au Viêt Nam, le PCI était le plus important des groupes nationalistes.

Durant la Seconde Guerre mondialeModifier

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'occupation par l'empire du Japon montra aux Vietnamiens les faiblesses de leur colonisateur : l'administration française, directement liée au gouvernement de Vichy, collabora avec le Japon impérialiste par de multiples concessions économiques et militaires. En effet, la faiblesse de la situation des forces françaises en place et leur isolement face aux Japonais ne laissaient guère le choix : négocier, se démettre ou se lancer dans un affrontement qui ne laissait aucun doute quant à l'issue.

Cela contribua au développement du nationalisme vietnamien, qui luttait à cette époque contre les Japonais aux côtés des Alliés — Hô Chi Minh était alors un agent travaillant avec les États-Unis —, et à la déclaration d'indépendance de septembre 1945, après la révolution d'Août et la capitulation japonaise.

À l'époque de l’Armistice de 1940 et de la création du régime de Vichy, l’Indochine française était administrée par le général Georges Catroux (nommé en ), qui tentait de régler les problèmes avec le Siam et le Japon. Mais ses choix déplurent au nouveau gouvernement — notamment les facilités accordées aux Japonais — et il fut remplacé par l'amiral Jean Decoux. Finalement, étant complètement coupé de la France, avec des forces militaires insuffisantes sur l'ensemble de la péninsule, le nouveau gouverneur général de l'Indochine finit par céder, lui-aussi, de plus en plus aux Japonais. Ainsi, les armées japonaises furent autorisées à circuler librement de la frontière de Chine jusqu’au Siam (renommé Thaïlande en 1939). Le général Catroux rejoint le général de Gaulle sur son chemin de retour en France.

En , l'administration vichyste, qui était toujours en place, et l'armée française d'Indochine furent attaquées par les Japonais dans une opération appelée le coup de force du 9 mars 1945. Les postes militaires français à travers toute l'Indochine (Viet Nam, Laos, Cambodge) furent touchés. Les troupes japonaises prirent, par exemple, les citadelles d'Hanoï et de Langson et en massacrèrent les Européens et les troupes annamites malgré les promesses faites en cas de reddition. Certaines unités réussirent à se dégager et à entreprendre une remontée vers la Chine (la colonne Alessandri par exemple) ou à tenir la jungle (des hommes des Jedburghs ou de la Force 136, parachutés pour monter des maquis anti-japonais et entraînés par les Britanniques en Inde et en Birmanie, certains de ces hommes reprirent plus tard les villes de Vientiane et Savanaketh au Laos). Le gouvernement américain interdit à ses troupes basées en Chine d'intervenir. Seul le général Claire Lee Chennault, dirigeant les fameux Tigres volants, tentera, contre les ordres reçus, d'aider les troupes en retraite. Les civils français et les « Indochinois » sympathisants furent enfermés dans des camps de détention dirigés par la Kenpeitai (police ou gendarmerie militaire japonaise), torturés pour nombre d'entre eux, affamés et abandonnés. Les Japonais proclamèrent l'indépendance du Viêt Nam le , en maintenant l'autorité de l’empereur Bảo Đại et en maintenant Pham Quynh à la tête du gouvernement, puis, en le remplaçant quelques jours plus tard par Trần Trọng Kim.

Par ailleurs, pendant la Seconde Guerre mondiale, l'état-major allié (américain) en Asie avait décidé en 1942 de séparer l'Indochine en deux zones géographiques de combat, étant entendu que le Nord du 16e parallèle sera occupé par les Chinois nationalistes de Tchang Kaï-chek et le Sud du 16e parallèle par les Britanniques. Cette séparation, approuvée ensuite par l'URSS, fut entérinée par les accords de Potsdam.

À l'issue du conflit mondial : 8 ans de conflit armé en IndochineModifier

En 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le conflit avec l’empire du Japon aboutit à la désorganisation complète de l’administration coloniale française en Indochine. Le Việt Minh, mouvement nationaliste fondé par le parti communiste indochinois, en profite pour prendre le contrôle d'une grande partie du territoire vietnamien à la faveur de la révolution d'Août qui aboutit à la proclamation par Hô Chi Minh, chef du parti, de l’indépendance de la République démocratique du Viêt Nam le .

Le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CEFEO) reprend progressivement le contrôle de l’Indochine. L’État français repense ensuite le statut de la fédération au sein de la nouvelle Union française. Un conflit larvé se poursuit avec le gouvernement indépendantiste vietnamien, tandis qu’une solution diplomatique est recherchée en vain (conférence de Fontainebleau). Le haut commissaire d’Argenlieu suscite en l’autonomie de la Cochinchine ; c’est une entorse aux accords Hô-Sainteny.

En éclate l’affaire de Haïphong ; ce sont des affrontements liés à un contrôle douanier. Le bombardement du port par l'artillerie de l'Armée de terre française et ses trop nombreuses victimes civiles[18] rendent la paix impossible. La guerre éclate au grand jour à la fin 1946, quand le Việt Minh tente un coup de force contre les Français puis prend le maquis. Plusieurs années de guérilla opposent alors le Corps expéditionnaire à l’Armée populaire vietnamienne, force armée du Việt Minh, qui passe progressivement à une guerre de mouvement de plus en plus audacieuse.

La France fonde en 1949 l’État du Viêt Nam, gouvernement central vietnamien proposant une alternative politique à Hồ Chí Minh, et le dote d'une force militaire, l’Armée nationale vietnamienne, afin de « vietnamiser » le conflit. Le Laos et le Cambodge sont également concernés par le conflit, le Việt Minh soutenant des mouvements indépendantistes moins importants, le Pathet Lao et les Khmers issarak. Les États-Unis apportent à partir de 1949 (victoire communiste en Chine) et surtout 1950 (guerre de Corée) un soutien matériel à la France, tandis que la République populaire de Chine aide officieusement le Việt Minh à partir de 1949.

La France, affaiblie par l’instabilité politique de la Quatrième République, doit gérer une guerre de plus en plus coûteuse et impopulaire. Des pourparlers de paix sont entamés à Genève en 1954, alors même que sa défaite lors de la bataille de Diên Biên Phu met la France en situation de faiblesse psychologique. Les accords de Genève mettent fin à l'Indochine française (le royaume du Cambodge ayant déjà proclamé son indépendance en ) et laissent le Viêt Nam divisé en deux États. À noter que la fin de cette guerre coïncide sensiblement avec le début de la guerre d'Algérie, qui durera huit ans elle aussi.

Déroulement détaillé du conflitModifier

Retour des forces françaises (1945-1946)Modifier

Décision politique (mars 1945 - septembre 1945)Modifier

 
Commando du C.L.I. (Corps léger d'intervention) défilant en Indochine occupée par les Japonais après la capitulation du Japon. Ces derniers leur rendant les honneurs militaires
 
Un parachutiste utilise un FM 24/29 durant une embuscade (mai 1952).
 
Colonne de paras coloniaux dans les hautes herbes (mai 1952).
 
Soldats français utilisant un canon sans recul de 57 mm contre de l'artillerie Việt Minh pendant l'opération Mouette (novembre 1953).
 
Les Bearcat de l'Aéronavale larguent du napalm sur la division 320 du Việt Minh pendant l'opération Mouette (novembre 1953).
 
Combattants du Việt Minh en 1954.

Le , le Gouvernement provisoire de la République française déclara vouloir créer une Fédération indochinoise au sein de l'Union française. Il envoya dès le début de 1945 trois émissaires (Pierre Messmer, Jean Sainteny et Paul Mus) en Indochine, encore sous le contrôle de l'administration pétainiste. Largués en parachute par les Britanniques de Colombo, seul Paul Mus réussit à s'échapper au Yunnan, les deux autres étant faits prisonniers par les Japonais.

Le , le Japon signe officiellement sa capitulation. La conférence de Potsdam avait confié le désarmement japonais, en Indochine, aux Chinois nationalistes de Tchang Kaï-chek pour la partie Nord, et à la Grande-Bretagne pour la partie Sud. La France doit agir vite pour réaffirmer sa présence. Le général de Gaulle, chef du gouvernement provisoire, nomme l'amiral Thierry d'Argenlieu, Haut Commissaire de France et commandant en chef et le général Leclerc, commandant supérieur des troupes, avec pour mission de rétablir la souveraineté française sur l'Indochine libérée, mais, en faisant « du neuf », c'est-à-dire en construisant une Fédération indochinoise autonome au sein de la nouvelle Union française. La Marine est chargée de convoyer en Indochine les forces armées placées sous les ordres du général Leclerc.

Le , à Hanoï, sur la place Ba Dinh, en une cérémonie au rituel confucéen avec tous les corps constitués, Hô Chi Minh lut la déclaration d'indépendance, dont le préambule est copié sur la Déclaration d'indépendance des États-Unis et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen[19]. L’empereur Bao Dai « choisit » de s'associer en tant que « conseiller spécial » du premier gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam, assurant ainsi la continuité du pouvoir vietnamien et la légitimité de ce gouvernement. Ce geste vaudra à Bao Dai d'être exilé à Hong Kong par les autorités françaises, avant que ces mêmes autorités ne le ramènent de cet exil, peu de temps après, pour lui confier, à Saïgon, la création de l'État du Viêt Nam « indépendant ».

Débarquement (septembre 1945)Modifier

Les premiers débarquements alliés ont lieu à Saïgon du 5 au , avec la 20e division indienne du général Douglas David Gracey, complétée d'un détachement français symbolique, sous uniforme britannique, le 5e RIC, ex-Corps léger d'intervention.

La reconquête française commença vers la fin de l'été 1945, saison marquée par une terrible famine dans le nord qui fit un million de morts[réf. nécessaire]. Les Japonais avaient réquisitionné toute la récolte de riz. Traditionnellement, le riz du Sud venait combler les carences entre deux récoltes au nord. Les destructions et le pillage des Japonais d'une part, et la pénurie des moyens de transport d'autre part ne permirent pas de faire venir le riz en provenance du Sud en quantité suffisante.

Octobre 1945 : Leclerc et d'Argenlieu sont à SaïgonModifier

Quatre mois plus tard l'autorité française est rétablie au protectorat du Cambodge et dans la colonie de Cochinchine (Sud du Viêt Nam actuel). Pour établir les bases de la Fédération indochinoise voulue par la France, il reste à reprendre le contrôle du Laos, de l'Annam (Viêt Nam central) et surtout du Tonkin (Nord du Viêt Nam), où Hô Chi Minh a proclamé à Hanoï le la République démocratique du Viêt Nam. L'amiral Thierry d'Argenlieu a pesé lui-même chaque mot[réf. nécessaire] de la convention signée le , à sa demande, par Jean Sainteny avec Hô Chi Minh, en plein accord avec le général Leclerc (accords Hô-Sainteny).

Les troupes françaises débarquèrent au port de Haïphong et entrèrent dans Hanoï sous la conduite du général Leclerc sans tirer un seul coup de feu, grâce aux négociations avec Hô Chi Minh qui avait été préconisées par Leclerc, qui alla jusqu’à recommander à la France d'utiliser le mot « indépendance » (Doc Lap). Hô Chi Minh a accepté cet accord pour se débarrasser de l'armée chinoise de Tchang Kaï-chek qui pillait le Tonkin et aurait vraisemblablement fini par supplanter le Việt Minh[20].

En juillet 1946, Leclerc rentre en FranceModifier

Voici son diagnostic lucide sur la situation :

« J'ai recommandé au gouvernement la reconnaissance de l’État du Viêt Nam, il n'y avait pas d’autre solution. Il ne pouvait être question de reconquérir le Nord par les armes, nous n'en avions pas, et nous n'en aurions jamais les moyens. Rappelez-vous le Sud. Ici l'insuccès est certain… Il faut garder le Viêt Nam dans l'Union française, voilà le but, même s'il faut parler d'indépendance. À Fontainebleau doit être trouvée une solution garantissant à la France au moins le maintien de ses intérêts économiques et culturels… étant entendu que Hô Chi Minh persistera à vouloir se débarrasser de nous… Pour cela, tendez la corde, tirez dessus… mais surtout qu'elle ne casse jamais !… Il nous faut la paix[21] ! »

Rupture politique et militaire (novembre - décembre 1946)Modifier

Après le bombardement du port de Haïphong le par l'artillerie de l'Armée de terre française, qui marque un revirement total de la politique menée jusqu'alors par le gouvernement français vis-à-vis de la République démocratique du Viêt Nam, il apparaît clairement qu'Hô Chi Minh ne jouera plus l'option de la Fédération indochinoise. Le , l'insurrection de Hanoï marque le début de la guerre : le gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam déclenche des hostilités dans tout le nord du Viêt Nam, et entre dans la clandestinité.

Déroulement « local » de 1946 à 1949Modifier

Une guérilla sanglante, sans possibilité de faire marche arrièreModifier

 
Colonne de vélos supportant la logistique du Việt Minh en 1954.

Le marque le début de la guerre d'Indochine : après le bombardement du port de Haïphong le par l'artillerie de l'Armée de terre française, le Việt Minh , dirigé par Hô Chi Minh, décide de lancer une offensive ayant pour but la libération de la ville de Hanoï. À 20 heures, une explosion dans la centrale électrique de la ville annonce le début de l'insurrection. Des ressortissants français sont massacrés et des maisons pillées. Ho Chi Minh appelle tout le peuple vietnamien à se soulever contre la présence française :

« […] Que celui qui a un fusil se serve de son fusil, que celui qui a une épée se serve de son épée… Que chacun combatte le colonialisme. »

Demande infructueuse d'un soutien américain à la décolonisation (Nord)Modifier

Hô Chi Minh chercha alors le soutien des États-Unis par un télégramme à Harry S. Truman, mais celui-ci marquait un arrêt dans la politique de décolonisation de Roosevelt. L'Union soviétique ne disposait pas encore de l'arme nucléaire, et la Chine restait sous la férule de Tchang Kaï-chek. L’Indochine française de 1946 s'est alors retrouvée dans les prémisses de ce qui participera plus tard à la guerre froide. C’est dans ce contexte local que les États-Unis ont été, petit à petit, impliqués en Indochine.

Aguerrie dans la guerre du peuple, l’armée populaire vietnamienne se fondait sur la mobilité des dispersions d’évitement et concentrations de frappe pour compenser sa faiblesse matérielle. C’était « le combat du tigre et de l’éléphant » annoncé par Hô Chi Minh : le tigre tapi dans la jungle allait harceler l’éléphant figé qui, peu à peu, se viderait de son sang et mourrait d’épuisement.

Cette fluidité permettait à la jeune armée populaire l’initiative du refus ou de l’acceptation des combats, de fixer ici et déplacer là les troupes françaises qui n’occupaient que les villes, les axes routiers, les voies d’eau et la ligne du chemin de fer trans-indochinois. Les pertes françaises devenaient de plus en plus grandes dans les attaques de convois de ravitaillement, de postes isolés et d’épuisantes patrouilles à la recherche d’un ennemi qui apparaissait et disparaissait comme des fantômes. Souvent, l’attaque d’un poste avait pour but la sortie d’une colonne de secours à détruire.

L’Armée populaire vietnamienne était à la base constituée des troupes locales d’autodéfense des hameaux et villages. Ces troupes locales étaient à la fois l’académie militaire et l’école de guerre, dont les membres méritants rejoignaient les troupes régionales qui opéraient dans des districts plus vastes. Une concentration de troupes locales pouvait prêter main-forte à un élément des troupes régionales, qui pouvaient également se disperser en troupes locales.

Le tournant de 1949 : la Chine s'implique pour soutenir le NordModifier

La création de l'État du Viêt Nam par la France au SudModifier

 
Une patrouille de légionnaires interroge un suspect se cachant dans la jungle.
 
Un médecin franco-vietnamien donne les premiers soins à un blessé Việt Minh à Hung Yen.

En 1949, la France, voulant créer un contrepoids politique à la République démocratique du Viêt Nam proclamée à Hanoï en 1945 et au Việt Minh, créé à Saïgon un État du Viêt Nam « indépendant » sous la direction de l'empereur Bảo Đại ramené à cet effet de son exil de Hong Kong. La guerre de reconquête coloniale se transforme alors progressivement en une guerre civile[non neutre].

L’empereur Bao Dai a signé les accords franco-vietnamiens avec son nom civique « Vinh Thuy » n’engageant que lui-même en tant que citoyen, et non avec son nom dynastique « Bao Dai » qui pouvait engager tout le pays dont il était le souverain.

Un changement majeur en Chine devenue communisteModifier

 
Une patrouille de légionnaires en zone contrôlée par les Viêt Minh. Le M24 Chaffee a été fourni par les Américains.

Lorsque le Parti communiste chinois de Mao Zedong prend le contrôle de la Chine continentale, le Kuomintang de Tchang Kaï-chek se réfugiant à Taïwan, la Chine devient un allié de la République démocratique du Viêt Nam et du Việt Minh.

Les immenses camps américains du Sud de la Chine deviennent des centres de détention, d'armement et d'entrainement des troupes du Việt Minh qui multiplie ainsi les divisions armées, alors que les gouvernements français envoient des renforts au compte-goutte.

L’arrivée de Mao Zedong à Pékin met fin à l'isolement diplomatique et militaire du Việt Minh et amplifie la menace communiste ressentie par les États-Unis.

La France concède théoriquement à l'État du Viêt Nam une souveraineté en matière de diplomatie, et crée une « armée nationale » sous commandement français et agissant comme force supplétive des forces françaises d'Indochine. La France accorde leur indépendance aux royaumes du Laos et du Cambodge, de la même façon qu'elle l'a accordée au Viêt Nam.

Le conflit au Viêt Nam s'amplifieModifier

Avec l'expérience acquise au combat, l'Armée populaire vietnamienne inflige une série de revers aux troupes françaises dans la haute région de Cao Bang et Lang Son (bataille de la RC 4). Le projet initial de « reconquête coloniale » s'est épuisé dans un interminable enlisement, a entraîné une grande lassitude dans l'armée française d'Indochine et dans le gouvernement français, ainsi qu'une opposition croissante de l'opinion publique française à une guerre dont les enjeux étaient de moins en moins clairs, dès lors que le Viêt Nam, le Laos et le Cambodge étaient, au moins en théorie, devenus indépendants. La « reconquête coloniale » sortit des objectifs politiques.

A compter de 1950 : l'enlisement à grande échelleModifier

À compter de 1950 et dès le début de l'année, le conflit est contesté par des actions violentes lors de la grève des dockers de 1949-1950 en particulier à Marseille mais aussi dans de nombreux ports de France. En , le Việt Minh lance l'offensive dans le Nord-Est du Vietnam ; c'est la terrible défaite française de la route coloniale no 4 (RC 4) dans les calcaires de Dong Khé, où l'armée française perd 7 000 hommes, tués, disparus et prisonniers, et une énorme quantité de matériel. La guerre d'Indochine a en fait été perdue en , car les troupes françaises évacuèrent toute la région bordant la frontière chinoise et ne contrôlèrent plus au Tonkin que le delta du fleuve Rouge et quelques gros postes. La panique s'empara alors du gouvernement français à Paris. Le général de Lattre de Tassigny est envoyé en Indochine pour redresser la situation mais doit immédiatement faire face à des offensives Việt Minh. Il parvient à vaincre trois fois ses ennemis, notamment aux batailles de Vinh yen et de Mao khê, écartant définitivement toute menace sur Hanoï, mais ne peut les anéantir. Ayant assuré la construction d'une ligne de défense, de Lattre commence à chasser les Việt Minh du delta du fleuve Rouge et décide de lancer une contre-offensive dans la région de Hoa Binh, qu'il pense pouvoir être décisive mais, atteint d'un cancer de la hanche, il doit repartir pour la France. Sous l'égide de son successeur Raoul Salan, cette offensive, concluante au début (Giap échoue lors de la bataille de Na San, un camp fortifié français sur la route Hanoi-Diên Biên Phu que Giap essayait de couper), s'épuise d'elle-même (Hoa Binh doit être évacué en catastrophe) et doit être arrêtée sans résultat décisif. En France, de Lattre, qui doit défendre son projet d'envoyer des renforts en Extrême-Orient, voit sa santé se dégrader et meurt en .

Une guerre contre le communismeModifier

 
Vietnamiens catholiques fuyant une zone occupée par les Việt Minh.
 
Les marines française et américaine ont évacué 293 000 réfugiés vietnamiens fuyant la zone nord, où la souveraineté de la République démocratique du Viêt Nam a été rétablie (octobre 1954).

Avec la guerre de Corée qui a focalisé l’anti-communisme vers l’Extrême-Orient, la France tente alors de transformer une guerre de reconquête coloniale dont elle a elle-même reconnu l'échec en proclamant l'indépendance du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge, en croisade anticommuniste, cette fois-ci pour la « défense de l’Occident sur le Rhin et le Mékong ». Dès lors, la France fait en Indochine une guerre avec les dollars américains et les soldats des troupes françaises et coloniales. Le président Harry S. Truman signe avec l'État du Viêt Nam des accords d’aide militaire, que la France se charge de mettre en œuvre. Ainsi, les États-Unis, pourtant profondément anti-colonialistes mais agissant maintenant dans le cadre de la guerre froide, mettent le doigt dans un engrenage qui s’avérera fatal (cette aide militaire continuera d'ailleurs après le départ des Français en 1955). Avec l’afflux de matériels militaires des deux côtés, les combats se sont évidemment intensifiés.

Avec l'argent et le matériel américains et des légionnaires et des troupes d'Afrique, la France continue à mener une guerre s'inscrivant maintenant dans le cadre de la guerre froide, dans une suite de « scandales » et « d'affaires », dont certains ont aussi une dimension financière et d'enrichissements personnels, comme l'affaire des piastres[22],[23].

« En revanche, l’économie française tirait profit indirectement de la guerre. Grâce aux apports en devises américaines, non seulement elle n’était plus obérée par les charges militaires, mais encore elle pouvait poursuivre son effort d’investissement et ses achats à l’étranger. La plus grande partie des dollars donnés pour l’Indochine était affectée à l’équilibre des comptes. C’est ce qui faisait dire à un expert qu’on « avait transformé l’armée en une industrie d’expansion. C’est une des raisons pour lesquelles le gouvernement français s’opposait fermement à ce que l’aide financière américaine fût versée directement aux États associés, comme les Américains le souhaitaient… » »

— Yves Gras, Histoire de la guerre d’Indochine p. 489, Plon, Paris, 1979.

En 1952, l’armée populaire vietnamienne lance des attaques contre les fortins de la « Ligne De Lattre » derrière laquelle se sont retranchées les troupes françaises. Tout en continuant les coups de main et les embuscades, l’armée populaire se retire pour se préparer à des opérations sur une plus grande échelle.

L'aide des États-Unis à la France ne suffit pasModifier

En attendant que le général Dwight Eisenhower, du Parti républicain, devienne président des États-Unis en janvier 1953 et devienne le premier à avancer la « théorie des dominos » pour la défense de l'Indochine contre le communisme, dès , les États-Unis avaient créé le Military Assistance Advisory Group (en) (MAAG) pour regrouper les demandes d'aide française, conseiller en stratégie et entraîner les soldats vietnamiens[24]. L'aide américaine s'accroît considérablement cette année-là, tant en proportion des dépenses totales qu'en valeur absolue. Pour l'année fiscale américaine 1951-1952, le financement américain se montait à 330 millions de dollars, soit 20 % du coût de la guerre. En 1953-1954, ce financement monta à 785 M$ soit 41 % de l'effort de guerre. En tout, entre 1951 et 1954, les États-Unis déboursent 1,525 milliard de dollars[25] (15 milliards actuels).

Il y eut également des discussions entre les Français et les Américains sur la possibilité d'utilisation de trois armes nucléaires tactiques, bien que les rapports sur le niveau de probabilité, et sur qui en a fait la proposition soient vagues et contradictoires[26],[27]. Une des versions du plan proposé - opération Vulture (en) - prévoyait d'envoyer 60 B-29, B-36 et B-47 depuis des bases américaines, appuyés par 150 chasseurs lancés depuis des porte-avions de la septième flotte pour bombarder les positions du commandant Việt Minh Võ Nguyên Giáp, avec l'option d'utiliser jusqu'à trois armes atomiques. L'amiral Arthur W. Radford, chef d'état-major des armées des États-Unis, donne son accord à l'option nucléaire[28].

Le statu quo militaireModifier

De son côté, la menace sur les centres importants étant écartée, le général Salan entreprend de prendre l'initiative. Il lance une série d'offensives, et ne connaît guère de défaites tactiques, mais le CEF doit systématiquement se replier faute de moyens et d'avoir pu porter un coup décisif.

Le général Navarre rapporte au gouvernement français qu’il n’y a pas de possibilité d’une victoire militaire étant donnée la faiblesse des moyens du CEF, mais promet une grande offensive avec l’opération Castor, qui consiste à occuper l’ancienne piste d’aviation japonaise de Diên Biên Phu pour verrouiller le passage au Laos de l’armée populaire, opération militaire qui avait pour but politique de permettre à la France de négocier à Genève la fin de la guerre en position de force.

En dépit de l'héroïsme dont font preuve le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient et l’Armée nationale vietnamienne, la bataille de Diên Biên Phu est perdue en 57 jours. Les combats continuent avec intensité pendant trois mois.

Annonce des accords finauxModifier

Le nouveau gouvernement, dirigé par Mendès France, promet alors de conclure les accords de Genève au plus tard au mois de , ce qui advient le .

Le général Gras conclut au sujet de Diên Biên Phu :

« il n'y a pas de places fortes imprenables lorsqu'on renonce à les secourir. Le camp retranché a fini par tomber, comme sont tombées, au cours de l'histoire, toutes les forteresses assiégées abandonnées à leur sort »

— Général Yves Gras, Histoire de la guerre d'Indochine, Éditions Denoël, 1992, p. 561.


La sortie de la guerre : un échecModifier

 
Réfugiés vietnamiens transbordant d'un LSM français au bâtiment américain USS Montague (AKA-9) durant l'opération Passage to Freedom (août 1954).

Les accords de Genève du reconnaissent l'indépendance du Laos, du Cambodge et le partage temporaire du Viêt Nam en deux zones de regroupement militaire (l'Armée populaire vietnamienne au nord du 17e parallèle, et le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient au sud de cette zone de démarcation militaire). La souveraineté de la République démocratique du Viêt Nam était reconnue par ces accords au nord du 17e parallèle, celle de l'État du Viêt Nam sous administration franco-vietnamienne au sud de ce parallèle, et la réunification entre les deux zones était envisagée pour 1956, après référendum. Une Commission internationale de contrôle (CIC) avait été créée pour surveiller l'application des accords d'armistice. Elle était constituée par le Canada, la Pologne et l'Inde.

Les accords de Genève prévoyaient des élections en 1956, afin de former un gouvernement unifié pour tout le Viêt Nam. Toutefois, en parallèle de la conférence de Genève en , l’empereur Bao Dai, chef de l'État du Viêt Nam, a rappelé des États-Unis Ngô Đình Diệm pour en faire son Premier ministre.

À la suite des accords de Genève, dont l'État du Viêt Nam et les États-Unis n'avaient pas signé la déclaration finale, et ainsi libéré des obligations de respecter ces accords, Ngô Đình Diệm, un fervent catholique qui haïssait le communisme, organisa avec l'aval des États-Unis un référendum manifestement truqué, avec plus de voix favorables que d’électeurs, et créa la république du Viêt Nam le , avec lui comme chef d’État. C'est contre cette dictature du régime de Diêm que s'est formé le Front national de libération du Sud Viêt Nam (dit également Viêt Cong) en 1956. Des éléments du Việt Minh résidents au sud ont alors repris le combat contre ce gouvernement, menant alors à la Deuxième Guerre d'Indochine de réunification, plus communément appelée guerre du Viêt Nam, qui durera de 1954 à 1975.

Les derniers soldats français quittèrent Saïgon vers le . En , déjà 85 % des effectifs des soldats de l'Union française étaient rentrés en métropole. Ils furent progressivement remplacés par des conseillers militaires américains qui formaient l'armée de la république du Sud Vietnam, et à partir de 1961, avec la Seconde Guerre du Vietnam, l'armée américaine prit la relève.

La guerre d'Indochine vue de la métropole françaiseModifier

La difficulté de l'opinion à se faire une opinion sur la guerre d'Indochine est importante. Vus de la métropole française, les faits rapportés sont souvent tributaires des censures, pressions et intimidations vécues par les médias, au sein desquels une propagande officielle très optimiste tranche avec l'opposition brutale manifestée dans la rue à partir de 1950 par le PCF et les syndicats, opposés à la guerre, tandis que le MRP, seul parti qui la soutient inconditionnellement, laminé dans les urnes dès 1951, est confronté aussi bien au scepticisme d'une partie importante de ses sympathisants qu'au départ de quelques élus prestigieux.

La presse majoritairement opposéeModifier

Les grands engagements de la presse française pour la cause anticolonialiste dataient de bien avant la de Guerre d'Indochine, avec les premiers articles aux débuts des années 1930 des grands reporters Andrée Viollis, du Petit Parisien et Pierre Herbart dans l’hebdomadaire Monde. Ils vont influencer les journalistes, qui écrivent contre la Guerre d'Indochine, malgré les pressions de l'armée, crééent de nouveaux journaux ou inventent des statuts protégeant l'indépendance des titres existants.

Dans l'autre camp, malgré un puissant « lobby, militaire, civil et financier en faveur d'un renforcement de l'effort de guerre », ce dernier n'eut « guère de prise sur l'opinion »[29] et « l'indifférence engendra l'acquiescement à l'inévitable », la fin de la présence française en Indochine[29]. Même s'ils sont bien renseignés par les militaires, les quotidiens de droite échouent ou répugnent à mobiliser la sympathie de leur lectorat, ce qu'Henri Amouroux, grand reporter à Sud Ouest et à L'Aurore, résumera par « la métropole traite le corps expéditionnaire comme une immense Légion étrangère »[30].

La perception en métropole est obscurcie par l'espoir d'une majorité de politiques de négocier avec Hô Chi Minh[31], conservé jusqu'à la fin de l'été 1947[31], malgré la responsabilité personnelle de Thierry d'Argenlieu dans les 6 000 victimes vietnamiennes[32] du Bombardement de Haïphong le [31], motivé par un simple un contrôle douanier et visant à s’emparer de ce port, essentiel dans l’activité économique, comme le montrent les cartes du temps du colonialisme. D'Argenlieu qualifie, en privé, de « Munich indochinois » les accords Hô-Sainteny du , par lesquels « la France reconnaît la République du Viêt Nam comme un État libre ayant son gouvernement, son Parlement, son armée et ses finances », et proclame une République de Cochinchine le , alors qu’Hô Chi Minh est en France avec le général Raoul Salan, pour des négociations que d'Argenlieu réussira à entraver, après avoir provoqué le départ en du général Leclerc, présent depuis le 5 octobre en raison de leur brouille au sujet de ces négociations avec Hô Chi Minh[33].

L'espace médiatique sera aussi dominé par l'interventionnisme d'un autre général De Lattre de Tassigny, qui en octobre 1951 voyage jusqu'à Rome pour convaincre personnellement le pape Pie XII de recadrer les évêques et notables catholiques du Viêt-nam, qu'il juge trop indulgents envers le Vietminh[34], après avoir mis en place à Saïgon un contrôle envahissant des médias.

Deux généraux portés sur la communicationModifier

En l'absence de consensus dans la classe politique, et même entre partis au pouvoir, des militaires improvisent et imposent très vite un agenda médiatique calqué sur leurs propres priodités, d'abord l'amiral d'Argenlieu, fermement opposé à l'Indépendance et au Vietminh puis de Lattre.

À peine arrivé en octobre 1945, d'Argenlieu demande à Jacques Fischbacher[35], un ex-planteur de caoutchouc qui avait animé localement la "France Libre" avec Pierre Boulle, futur auteur du film Le Pont sur la rivière Kwai[36] de relancer l'ancienne Agence radiotélégraphique de l'Indochine et du Pacifique (ARIP) liée à l'agence de presse Havas et au monde colonial, avec son émetteur exploité par la CSF, diffusant jusqu'en Australie[37]. C'est l'ancienne Radio Saïgon, déjà relancée en mai 1939 par Jacques Le Bougeois, dans le sillage de la "voix de la France" du Poste colonial[38] créé lors de l'exposition coloniale de 1931 puis fermé le 9 mars 1945 par les japonais[39]. Passée sous le contrôle du Vietminh quelques semaines, elle a été reprise par le colonel Jean Cédile [40]. Le 9 décembre 1945, d'Argenlieu y fait une allocution de 50 minutes, sous des applaudissements mis en scène dans la rue tandis que sont embauchés des reporters liés à l'armée, comme Brigitte Friang, cofondatrice du RPF en 1947, attachée de presse d'André Malraux et Jacques Chancel, qui a fini son service militaire en Indochine, où son oncle l'a confié à William Bazé, grand propriétaire terrien[41],[42]. Après avoir animé une émission de dédicaces aux militaires, il devient correspondant de guerre[43].

Mais au Nord, La Voix du Vietnam émet déjà clandestinement depuis septembre 1945 pour le Viet Minh, les Français l'accusant d'avoir récupéré son matériel auprès des japonais[44]. Il faudra attendre une convention franco-vietnamienne de 1949 pour scinder Radio-Saigon en deux: "Radiodiffusion du Vietnam", moins coloniale, et Radio France-Asie, qui emploie 140 personnes et recoure cette fois à signatures prestigieuses de la presse écrite: Yves Desjacques du Figaro et Max Clos du Monde.

Dès la fin de 1946, le directeur du cabinet de d'Argenlieu tente d'étendre son influence à la presse écrite: il convoque René Dussart, correspondant de Paris-Presse après une dépêche du 20 décembre décrivant des bavures « commises par des militaires français sur la personne d'Annamites du Viêt-minh » qui avait entraîné un éditorial au vitriol de Franc-Tireur, mentionnant la lettre d'un soldat français comparant les faits au Massacre d'Oradour-sur-Glane. Nathan Bloch, de la presse australienne a également couvert l'affaiore et son article été reproduit par l'Associated Press américaine. D'Argenlieu, dont il est l'une des bêtes noires, reconnaîtra avoir reçu des instructions du nouveau ministre des Colonies Jacques Soustelle, inquiet de l'impact sur l'opinion publique[45]. L'année suivante, en 1946, c'est le grand quotidien américain Chicago Tribune qui compare ces exactions à celles des nazis[45],[46], tandis que la presse belge souligne que la Légion envoie en Indochine les anciens de l'Afrikakorps[47].

La volonté d'influencer les médias pour gagner l'opinion publique recourt à tous les procédés : censure, pression, mais aussi soutien appuyé, par divers moyens, y compris matériels, à des journalistes "amis", qui donnent écho au discours des généraux. Lucien Bodard, un ancien de la section presse-information du gouvernement provisoire chargé de l'Extrême-Orient[48] est recruté parFrance-Soir en 1948. Avec Max Olivier-Lacamp, passé au Figaro, il forme un duo que les conseillers militaires accueillent « comme des plénipotentiaires importants » et dont ils saluent les écrits[49]. Il a ses entrées chez l'état-major du corps expéditionnaire et l'empereur Bảo Đại. Le reporter Jean Lartéguy, futur Prix Albert-Londres (1955)[50], est aussi un ex-militaire devenu correspondant de Paris-Presse. Comme Bodard, il devient très proche du général De Lattre[51], arrivé fin 1950, qui pense que le conflit « se gagnera d'abord avec le soutien de l'opinion publique » et créé donc un "camp de presse"[52]« d'âpres marchandages ont lieu dans le bureau des censeurs »[52], qui « raturent, coupent »[52]. Certains journalistes s'indignent, les anglo-saxons en particulier[52], que le commandement militaire y mène « contre eux une guerre plus efficace que contre le Vietminh »[52][51]. Lucien Bodard y place un de ses amis, le jeune pigiste Robert Aeschelmann, et le général met un appartement à disposition de son épouse Mag Bodard[51], qui écrit sur la vie urbaine à Saigon et Hanoï[53],[54],[55] et devient la maîtresse du patron de France-Soir Pierre Lazareff[56], qu'elle épousera après la guerre, comme le révèlera le patron des deux palaces locaux, "Le Continental" et "Le Majestic"[56][57]. Lors de sa nomination au haut-commissariat à l'Indochine, en 1951, le radical Albert Sarraut, lit aux journaliste un sermon de 20 minutes sur leur métier[58].

En mai 1953, Henri Navarre devient le septième commandant en chef en Indochine, censé « reconquérir l’initiative », salué par un article-fleuve du général Georges Catroux dans Le Figaro 21 juillet 1953[59]. D'autres journaux sont au contraire accusés d'avoir fait fuiter des informations: c'est l'inculpation de Roger Stéphane, de L'Observateur et la saisie de L'Express du 29 mai [60]. La proximité entre généraux et médias va les entrainer dans un désastre commun.L’Aurore du 23 salue l'arrivée des parachutistes à Diên Biên Phu, qui « confirme la valeur de ces troupes et l'autorité de ses chefs »[61] tandis que Étienne Anthérieu écrit peu après dans Le Figaro « dans l’ombre des réguliers Viet-minh, endoctrinés et fanatiques, combien d’indécis, d’attentistes ? » puis annonce fin janvier « un tournant dans la guerre d’Indochine »[62] en faveur de la France alors que l'inverse se produira juste après[61].

À Paris, au contact de l'opinion publique, les éditorialistes sont souvent plus mesurés que les envoyés spéciaux. La France « sacrifie sans compter ses hommes et ses milliards » pour une « cause qui n'est pas la sienne » et « dès le danger communiste passé, il faudra, de toute façon, que la France s'en aille », écrit ainsi le 22 octobre 1953 André Guérin, rédacteur en chef de L'Aurore, pourtant journal le plus favorable à la guerre[63]. Le quotidien tirait en 1952 au-dessus de 400 000 exemplaires et grimpe à 500 000 exemplaires en 1956[64] année d'une innovation, l'illustration en couleur[65] mais surtout grâce à la fusion en 1954 avec Ce matin[66], qui tirait encore à 120.000 en 1952 [67]. En baisse ensuite, il retombe à 355 000 exemplaires en 1960 et 289 000 en 1976.

France-Soir se vend lui à un million d'exemplaires en 1954[68], mais c'est en puisant dans le lectorat de Paris-Presse, ex-rival devenu "associé" par un premier contrat à la fin des années 1940[69], qui rend une quasi-fusion effective dès 1950[70]. Paris-Presse est ainsi passé de 600 000 exemplaires en 1948[69] à 300.000 en 1951[69], causant la moitié de la chute des tirages de la presse quotidienne nationale en 1949 et 1950[71] . Depuis 1951, les deux journaux sont réunis dans la société Franpar[72], détenue par Hachette[69] et la chute de Paris-Presse tombe à seulement 150 000 exemplaires en 1952, deux fois moins en un an[69], les lecteurs étant récupéré par France-Soir, dont le déclin prolongé se mettra en place à son tour en 1960[68]. Dès l'été 1947 L'Echo de la presse avait signalé un accord entre France-Soir et L'Intransigeant, faisant passer indirectement le second sous le contrôle du premier, pour imprimer une ligne politique semblable à celle de Paris-Presse (droite gaulliste) et lui enlever suffisamment de lecteurs pour le mettre en difficultés[73],

De nouveaux statuts pour l'AFP et Le MondeModifier

L'indifférence d'une partie de l'opinion en France est renforcée par les difficultés à se faire un opinion, sur fond de pressions sur la presse émanant des deux camps, qui ne génèrent pas la confiance du public. L'Agence France-Presse se met dès 1950 à la recherche d'un statut d'indépendance, qui aboutira en 1955-1956, après avoir subi censures et intimidations du gouvernement français pour sa couverture de la Guerre. En octobre 1945 un ancien de l'Office français d'information (OFI), Michel Peutin, ouvre le bureau de Saigon [74], avec Jean Hertrich et Jacques Dauphin, ex-résistant gaulliste emprisonné sous l'Occupation à Long Xuyen, réintégré ensuite dans l'armée, puis arrêté et torturé par les Japonais en 1945[74].

Dès le 18 avril 1947, Gilles Martinet, rédacteur en chef depuis août 1944, est écarté par le directeur général Maurice Nègre [74],[75] à la demande de l'amiral Georges Thierry d'Argenlieu, depuis septembre 1945 commandant en chef pour l'Indochine, et malgré le soutien de ses collègues journalistes[74],[75], après avoir refusé de censurer les déclarations et communiqués du Viêt-Minh[74]. Il est ensuite élu au comité d’entreprise de l'AFP[75] puis anime avec Claude Estier la Revue internationale, très critique de la guerre d’Indochine[75]. En 1947, D'Argenlieu obtient aussi le renvoi en France de Jacques Dauphin, après lui avoir reproché des dépêches pas assez valorisantes pour l'armée[74] puis celui du directeur du bureau Pierre Norgeu, au prétexte d'une erreur du desk parisien dans une dépêche sur ses projets personnels[74], qui aurait pu gêner celui de créer un service en anglais sur l'Indochine, finalement jamais abouti. Des dépêches de Pierre Guillain, un des rares Occidentaux à avoir passé la Seconde Guerre mondiale à Tokyo, au service de l'AFP, ensuite auteur de plusieurs scoops annonçant les difficultés françaises [74], ne sont diffusées qu'aux clients étrangers [74] et il part couvrir la décolonisation de l'Inde, où il se fait embaucher par Le Monde[74].

Mal vue par certains généraux[76] puis par le Viet Minh, qui finit par refuser d'accréditer un correspondant[76], l'AFP n'a droit qu'à quelques communiqués, parfois à survoler des champs de guerre[76]. Le quotidien catholique belge La Gazette de Liège juge ses dépêches partisanes et préfère celles de la rivale américaine Associated Press[47]. Dès 1947, son patron a préféré « un Belge qui connaît parfaitement » le Vietnam et défend le Viet Minh, car l'AFP « verrouille tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à une contestation de la politique française »[77]. Plusieurs clients français de l'AFP[78] s'indigneront en 1954 d'autres pressions sur l'AFP, quand Gustave Aucouturier et son adjoint, Georges Bitar sont écartés de la direction[79] pour avoir diffusé un extrait d’un article de L'Express consacré au rapport, jugé pessimiste, des généraux Ely et Salan sur l’avenir de l'Indochine[79]. Les sources diplomatiques préfèrent, elles, donner les informations sensibles à la britannique Reuters[80]. L'AFP subit dès 1951 la concurrence de l'ACP, créée par deux groupes de presse de gauche. Président de la presse française[81], Albert Bayet multiplie alors les dénonciations d'une « agence d’État »[79] dont le statut via une loi garantissant l'indépendance ne sera voté qu'en 1956. Dès 1949, un projet signé de François Mitterrand, imagine une taxe spéciale pour la financer. Puis en 1954, sous Pierre Mendès France, Jean Marin est nommé président de l'AFP : il met sur pied deux groupes de travail comprenant la plupart des fédérations de la presse française et déclare à ses reporters : « votre directeur général prendra sur lui d'assumer la responsabilité de ce pour quoi vous étiez dénoncés par un pouvoir excessif »[82]. Le , Pierre Mendès France est renversé. La veille de son départ, il créé la commission « chargée d'étudier les réformes de l'AFP et de préparer un projet de statut ». Le , il est prêt puis plébisicité fin août par un référendum auquel participent 83 % des 1 001 salariés 1001 inscrits. Puis c'est le Parlement qui l'adopte à son tour à l'unanimité. La Presse quotidienne régionale, qui a réclamé ce statut, en profite au cours des dix ans qui suivent, gagnant un millions d'exemplaires quand celui de la Presse quotidienne nationale stagne[83],[84].

Au quotidien Le Monde, Jacques Guérif, embauché en octobre 1945 comme spécialiste des questions coloniales, signe dès l'été 1946 des articles « prônant l'autonomie de l'Indochine et montrent l'impossibilité de la reconquête » rêvée par l'Amiral d'Argenlieu [85]. Pour lui comme pour le directeur Hubert Beuve-Méry, l'Indochine ne peut être conservée dans l'Empire colonial[85], mais Le Monde cultive tout d'abord une forme de pluralisme, publiant aussi un éditorial de Rémy Roure, journaliste chevronné issu du MRP, allant dans le sens inverse[85].

Pour consolider son anticolonialisme, Hubert Beuve-Méry publie l'hebdo Une semaine dans le Monde, d'avril 1946 à septembre 1948 [85]. Son opposition à la Guerre d'Indochine le prive de Martial Bonis-Charancle, secrétaire général administratif, qui avait joué un rôle-clé dans la naissance du Monde[86], qui sort de son bureau en lançant: « Vous avez un clairon qui ne sonne que les défaites! » [86] puis claque la porte en décembre 1947[86].

Hubert Beuve-Méry est le premier à évoquer « Une guerre sale » dans Le Monde du 17 janvier 1948, expression reprise comme "sale guerre" 4 jours après dans L'Humanité. Son engagement contre la guerre provoque aussi le mécontentement de certains ministres[86] puis début de 1948 et début 1950[86], quand la polémique sur la guerre s'avive, des projets de créer un quotidien concurrent, en utilisant le nom de son ancêtre jusqu'en 1944, Le Temps dont plusieurs ex-dirigeants sont sollicités. Le projet émerge dès 1948[86], sous la houlette de Paul Cheminais, PDG de la Société d'études économiques et sociales[86], et se concrétisera en 1956[86] mais n'aboutira pas, tandis que Beuve Méry œuvre à protéger aussi de l'intérieur l'indépendance du journal, devenu clairement anticolonialiste. En 1951, la Société des rédacteurs du Monde est créée, pour veiller à l'indépendance journalistique, avec 28 % des parts de la SARL Le Monde[87] et la totalité des droits de vote. Dès 1956, Le Monde devient propriétaire de son immeuble rue des Italiens et en 1960 sa diffusion s'envole, triplant en 10 ans pour atteindre 347 783 en 1971, puis près de 500 000 à la fin des années 1970[88]. Entre-temps, ses journalistes font preuve de clairvoyance: Jacques Fauvet estime en 1953 que « Cette guerre, sans issue militaire, devient sans solution politique »[61] et Pierre Guillain le 7 mai 1954, qu’en cas d’élections libres, « Ho Chi Minh recueillerait dans toute la partie nord du Vietnam entre 80 et 90 % des voix, même si ailleurs les suffrages seraient moins inégalement partagés[61].

Naissance des hebdos d'actualité L'Obs et L'ExpressModifier

Franc-Tireur soutient la cause anticolonialiste via les articles de Madeleine Jacob [89] et Claude Bourdet[60], mais la diffusion qui était encore de 370 000 exemplaires chute, quand ils partent avec une partie de la rédaction fusionner avec Libération, plus investi dans l"anticolonialisme, également soutenu par Témoignage Chrétien etCombat[90], où Bourdet a été désigné en mai 1947 par Albert Camus pour lui succéder comme éditorialiste[91]. L'Indochine va l'y opposer à l'ex- capitaine d'état-major Henri Frenay, l'un des premiers chefs de la Résistance, cofodateur de ce quotidien à 100 000 exemplaires[92], où famine et répressions en Indochine des années 1930 ont été rappelés dès l'hiver 1944-1945 par les éditoriaux Pierre Herbart, grand reporter qui les avaient révélées à l'époque[93].

Fin 1949, Bourdet signe aux côtés d'André Gide et Louis Jouvet[94] une pétition réclamant des négociations de paix[94]. Et début 1950, la question de l'Indochine l'amène à traiter de "néofasciste" Henri Frenay[95]. En février 1950, François Mauriac lui reproche des articles soutenant le refus des cheminots de charger du matériel militaire[96]. L'anticolonialisme de Bourdet était pourtant public, depuis ses articles dans Octobre[95],[97] puis sous sa plume dès 1947, dans Combat[95].

Il en alors appelle aux lecteurs de Combat, dans deux numéros successifs, les 6 et 9 février 1950[91] , pour fonder avec une partie de la rédaction l'hebdomadaire anticolonialiste L'Observateur politique, économique et littéraire[98],[75]. Grâce à leurs souscriptions financières et à l'argent de la mère de Roger Stéphane[99], le premier numéro, le 13 avril 1950, est tiré à 20 000 exemplaires, avec des articles de Gilles Martinet, Claude Bourdet , Hector de Galard,, et la collaboration de Jean-Paul Sartre. Combat, qui a renvoyé Bourdet et perdu peu après la moitié de ses lecteurs, le poursuit en Justice[100].

Les titres d'articles publiés de 1950 à 1953 par le nouvel hebdo annoncent la couleur: « Détruire le Vietnam c'est détruire la France », souligne Claude Bourdet, tandis que Gilles Martinet dénonce le « bluff indochinois » et Roger Stéphane « les combats douteux de la France »[101]. L'équipe inclut des journalistes SFIO anti-colonialistes, Claude Estier, exclu du Populaire pour un article titré "Jules Moch, assassin", et Maurice Laval, maire adjoint de Montrouge, présent avec Bourdet à Octobre dès 1947 [102],[103]. L'hebdo se repbatise L'Observateur Aujourd’hui en 1953 puis France Observateur en 1954, quand il tire à plus de 100 000 exemplaires grâce à sa notoriété dans le combat anticolonial[104].

Ce succès lui attire un concurrent L'Express, créé le 16 mai 1953 par Jean-Jacques Servan-Schreiber, dont la famille avait fondé Les Échos, engagé à 25 ans par Le Monde comme éditorialiste en politique étrangère pour sa bonne connaissance des États-Unis, qui lui permet de se spécialiser sur la guerre froide[105]. Depuis 1951, il fréquente son futur beau-frère Pierre Mendès France, après avoir applaudi son discours de deux heures sur l'indépendance future de l'Indochine[105]. C'est pour l'aider dans cette cause que JJSS créé L'Express, rejoint par Françoise Giroud, jeune directrice de la rédaction d'Elle. Le tirage augmente rapidement, la maquette offrant une large place à la photographie[106]. Les difficultés financières de ces deux hebdomadaires n'apparaitront qu'après l'été 1962: la fin des guerres coloniales fait perdre des lecteurs[106]. Jean Daniel et d'autres de L'Express négocient leur fusion avec France-Observateur[106], qui le 12 novembre 1964 se rebaptise Nouvel Observateur, pour un tirage revenu à 50 000 exemplaires[106], sauvé par le financier, Claude Perdriel[106]. D'autres journalistes de L'Express créeront le magazine Le Point en 1972.

Face à L'Obs et au projet de L'Express, Paris Match, alors seul grand hebdo d'actualité anticolonialistes, se remet en cause. Son directeur Philippe Boegner ne supporte plus les correspondants de guerre habituels[107]. Pour obtenir des "des images différentes" ou inattendues[107] il envoie en Indochine Willy Rizzo, célèbre photographe des stars, qui innove en pénétrant dans un camp de prisonniers Vietminh[107] ou par des photos de tranchées, jusque là évités pour pas faire penser à la Première Guerre mondiale[107]. Elles seront interdites de diffusion[108]. Le général Salan déclare même: "Si je revois Rizzo en Indochine, je l'encule devant mon bataillon", car le photoreporter réussi à montrer que la France menait "une guerre et pas une opération de police"[107]. Plus arrangeant, son comparse Philippe de Baleine écrit maladroitement, fin 1952, que Mgr Le Huu Tu, ex-conseiller de Ho Chi-Minh [109] en froid avec lui, est le « meilleur allié des Français »[34],[110], alors qu'il a en réalité souvent caché des concentrations de troupes viêt-minh dans son évéché[34] et que « jamais ses relations avec les chefs militaires français ne furent aisées »[109]. Tous deux ont inspiré à Hergé en 1962 les personnages de Walter Rizotto et Jean-Loup de la Batellerie, envoyés de Paris-Flash à Moulinsart, après un reportage photo à Milan sur Maria Callas[107],[111].

Paris Match fait l'actualité mais perd en autorité auprès du public. Par la suite, subissant la concurrence de ces nouveaux hebdomadaires, sa diffusion est divisée par trois en seize ans, passant de 1 800 000 exemplaires en 1958 à 550 000 en 1975[112].

La presse communiste perd son lectorat populaireModifier

L'intimidation des hebdomadaires communistes Regards[113] et France d'abord[114], par des perquisitions et interpellations dès février 1949 [113], puis le 14 juillet 1949[115] précèdent une radicalisation sur ce thème: par sa presse et ses actions dans les entreprises et les transports, le PCF, alors premier parti de France avec un quart de l'électorat, va prendre systématiquement à témoin l'opinion publique, à partir de 1950, contre la guerre.

L'Humanité ne consacre d'abord qu'une colonne au Bombardement de Haïphong du 23 novembre 1946, pourtant réel départ de la guerre[116]. Et quand Charles Tillon est écarté de son ministère en janvier 1947, Maurice Thorez intime aux parlementaires du PCF d'aplaudir la déclaration du Président du conseil qui rend hommage aux militaires responsables de ce bombardement. Mais le 22 mars 1947, le jeune résistant René L'Hermitte[117], envoyé à Saïgon par L'Humanité, cite un officier dénonçant des tortures contre des prisonniers Viet-minh[59]. Quelques semaines après le PCF quitte le gouvernement. Le 18 septembre 1949, c'est le quotidien breton Ouest-Matin, fondé dix mois plus tôt par des chrétiens de gauche, qui publie à son tour la lettre d'un soldat accusant les troupes françaises d'atrocités[118][119], sur fond de vif débat dans l'opinion en métropole sur les « atrocités françaises »[120],[121], et René L'Hermitte couvre fin 1949 les premières manifestations de rues et des refus de chargement d’armes, à Dunkerque et Marseille, qui débouchent sur une longue grève des dockers.

La quotidien populaire du PCF Ce soir a recruté Andrée Viollis, ex-grand reporter du Petit Parisien, qui avait témoigné de la famine et des répressions lors la visite en 1932 de Paul Reynaud, ministre des Colonies, venu tenter de rassurer les colons, puis dans son livre de 1935 "S.O.S. Indochine", réédité fin 1949 sans la préface d'André Malraux[122][123][124]. Le 2 juillet 1946, elle présente Hô Chi Minh, venu négocier la conférence de Fontenaibleau, à sa jeune collègue, la résistante Madeleine Riffaud[125], qui se passionne pour la cause indochinoise[126] et reçoit régulièrement jusqu'en 1949 Tran Ngoc Danh, membre de la délégation vietnamienne[126]

Malgré ces deux plumes prestigieuses, Ce soir, qui dès la fin des années 1930 souhaitait donner la priorité à la lutte anti-fasciste sur l'anticolonialisme[121], couvre peu la Guerre d'Indochine. Le quotidien disparait début 1953 alors qu'il tirait encore à un demi-million d'exemplaires en 1946. Andrée Viollis y avait pourtant signé 5 articles sur le sujet dès 1945[121] puis préfacé la brochure du PCF La Vérité sur le Viêt-Nam, militant à l'hiver 1947-1948 pour libérer Vietnamiens emprisonnés[121], avant d'être envoyée par Ce soir en Afrique du Sud et à Madagascar[121]. Elle poursuivra dans La Marseillaise la dénonciation de « la sale guerre » en Indochine[127], tandis que Madeleine Riffaud n'exprimera cette passion que dans la Vie ouvrière, journal de la CGT.

La presse communiste s'aprovisionne alors auprès de l'Union française de l'information qui sert 20 quotidiens et 91 hebdomadaires, mais dont la crédibilité vient d'être affaiblie par le soutien public du PCF aux purges staliniennes de la fin 1949, via la censure d'une déclaration du bulgare Traïcho Kostov soulignant que ses aveux ont été extorqués[128] ou même de la couverture d'un match décisif pour la qualification française pour la Coupe du Monde de football 1950 au Brésil, au motif que l'adversaire est la Yougoslavie du Maréchal Tito. Ces censures causent la démission du directeur de l'UFI début 1950 et affaiblissant les journaux clients, qui avaient au même moment, entre 1949 et 1952, massivement couvert les actions parfois violentes du PCF contre la Guerre d'Indochine qui est alors en passe, avec l'aide américaine, de devenir une guerre contre le communisme plus qu'une guerre coloniale. Les 20 quotidiens communistes ne sont plus que 14 en 1953, et leur tirage a été divisé par deux. En 1955-1956, quand la constestation anti-colonialiste reprendra, cette fois sur l'Algérie, plusieurs de ceux qui avaient combattu la guerre d'Indochine sont déjà asphyxiés financièrment.

L'Humanité, plus investi dans la question indochinoise, au lectorat plus militant et moins populaire, a mieux résisté que ces journaux et surtout que Ce soir. Elle diffuse toujours 161 000 exemplaires en 1954, devant Le Monde (155 000 exemplaires)[129], malgré la crise générale de la presse française en 1952, qui l'a vue tomber à 140 000 exemplaires, et la fonte d'un tiers des effectifs militants du PCF entre 1951 et 1953. Le journal Libération, animé par un grand résistant proche du PCF, Emmanuel d'Astier de La Vigerie, qui combat fermement la guerre a encore mieux résisté et reste proche de 100 000 exemplaires.

À partir de 1950, les principaux dirigeants du PCF écrivent dans L'Humanité contre la guerre d'Indochine: Étienne Fajon, Marcel Cachin[59], Jacques Duclos et le numéro trois André Marty, grand spécialiste des questions coloniales au PCF jusqu'à son éviction, en 1952[59] comme d'autres grands résistants anticolonialistes, Auguste Lecoeur qui organisa des manifestations régionales dès juin 1949[130],[131], Georges Guingouin, qui avait refusé de partir en mission en Indochine[132] comme beaucoup d'officiers issus de la Résistance FTP que l'armée pressait d'accepter[133] et Charles Tillon, qui avait tenté d'accueillir plus chaleureusement le Vietminh en 1946[116].

L'Humanité publie presque chaque jour un article sur l'Indochine de Pierre Durand[59]. Le jeune André Stil, promu rédacteur en chef en avril 1950 juste après sa nouvelle sur les dockers de Dunkerque, le chef du service international Pierre Courtade, qui séjournera discrêtement dans les maquis Viet minh[59], fin 1952 début 1953, d'où il ramènera un numéro spécial de 80 pages[134], son adjoint et successeur Yves Moreau[59] y consacrent aussi de nombreux articles et livres, certains accusant Paris de complaisance à l’égard des « ex-nazis de la Légion étrangère » envoyés en Indochine[134] sur les missions les plus difficiles : sur les 72833 légionnaires qui y servirent, près de 12 % périrent soit le pire taux de pertes humaines[135].

Les partis politiques et l'ÉgliseModifier

En 1953, un an avant la fin de la guerre, l'électorat de droite montre ses doutes : seulement 2 % des électeurs RGR, 1 % des RPF et 0 % des « modérés » et des MRP estiment que leurs partis n'accordent pas assez d'importance à l'Indochine, alors que la question est très présente dans le débat politique.

Le MRP, seul parti vraiment investiModifier

Le MRP est le seul parti politique français à faire son cheval de bataille de cette guerre[29], au point que les historiens en parlent comme « la guerre du MRP »[136], et en paie le prix car elle a renforcé « son discrédit par les critiques internes et externes qui lui furent adressées »[29] et l'a éloigné de « nombre de syndicalistes, catholiques et intellectuels » auparavant proches du MRP[29]. Les sondages montrent que dès mai 1953 environ 41 % des électeurs MRP sont partisans de négocier et de retirer les troupes.

Alors que le partenaire socialiste au sein de la majorité ne cesse de déplorer la rupture des contacts avec Hô Chi Minh et de critiquer la réinstallation au pouvoir de Bao Daï, ces réticences troublent les militants MRP de la fédération de la Seine. Dans ce parti catholique, l'opinion générale n'apprécie guère les mœurs de Bao Daï, « l'empereur des casinos »[136]. André Denis, député de la Dordogne et ex-rédacteur en chef du journal catholique de Limoges, La Liberté du Centre, dirigé par Robert Schmidt, avait plaidé dès 1949 pour des négociations dans son journal, La Gazette du Périgord[136] .En 1950 se manifeste pour la première fois, au sein de ce parti un courant d'opposition important à la guerre[136], d'autant que le syndicat CFTC, traditionnellement proche du MRP, prend lui aussi ses distances avec la politique indochinoise[136]. Syndicalisme, journal de la CFTC, condamne les violences du PCF et de la CGT contre la « sale guerre » au début de 1950, mais réclame aussi un règlement négocié[137],[136]? tandis que Jacques Madaule, maire d'Issy-les-Moulineaux, réunit le 19 février 1950 des catholiques pour la paix en Indochine dont des MRP[136], parmi lesquels André Denis. Trois députés, l'abbé Pierre, le professeur Paul Boulet[Lequel ?] et le marquis Charles d'Aragon, membre du comité directeur, critiquent la dérive droitière et la dérive guerrière du MRP[136] et quittent le parti[136], avant son congrès de Nantes (18-21 mai 1950) qui entérine la politique indochinoise du gouvernement[136]. Charles d'Aragon fonde dans la foulée la "Gauche indépendante" en 1951.

Le MRP est alors l'épine dorsale, sur la question indochinoise, de la "Troisième Force" qui l'associe aux radicaux et à la SFIO, mais toujours sur la défensive sur l'Indochine, ces trois partis ne se « réconciliant que sur la réduction des crédits militaires »[29]. La Loi des apparentements, importante réforme électorale permettant à la "Troisième Force" de ses maintenir au pouvoir malgré sa baisse importante lors des élections législatives françaises de 1951 n'autorise cependant pas les dissensions en son sein à aller au-delà de simples changements de tête à la direction de l'exécutif.

En 1953, 28 % aussi des électeurs RPF sont partisans de négocier et de retirer les troupes[61]. C'est également le cas de 38 % des « modérés », 43 % des électeurs RGR, 61 % des socialistes et la totalité au PCF[61]. En 1952, deux ans avant la fin, seuls les électeurs RPF sont majoritairement (52 %) pour continuer l'effort de guerre mais en mai 1953[61], il n'y a plus un seul électorat favorable à la guerre: c'est le cas de seulement 18 % des électeurs SFIO, 28 % des RGR, 30 % des MRP, 29 % des « modérés » et 46 % des RPF. Selon Alain Ruscio, seuls quelques dizaines de milliers de Français ont milité pour l'Indochine française, dont 7 à 8 000 via l'Association des anciens du CEFEO.

L'Église de France et d'Indochine diviséeModifier

Les partisans de l'Indochine française au sein du monde catholique ont tenté de mobiliser l'opinion publique mais se heurtèrent à d'autres catholiques, de France comme d'Indochine, et aux principes édictés par le pape Benoît XV (1914-1922) d’abandonner progressivement la logique colonialiste[34]. Dès l'époque des portugais venus de Goa le Vietnam a vécu une influence catholique et le missionnaire français Alexandre de Rhodes a au siècle suivant inventé un alphabet vietnamien à caractères latins[34]. Au début du XXe siècle, environ 10 % de la population se déclarait déjà catholiques et les gouverneurs encourageaient cette religion[34], mais dès les années 1920, un clergé vietnamien se développe, qui le 2 septembre 1945 soutient en grande partie la proclamation d’indépendance par Hô Chi Minh[34]. Trois semaines plus tard, quand la France reprend Saigon dans l'espoir d'une reconquête, les quatre évêques vietnamiens s'y opposent, écrivant au pape pour qu’il reconnaisse l’indépendance du nouveau pays[34]. Au cours de l'année 1945, l'évêché tonkinois de Mgr Le Huu Tu et celui de Bui-Chu, juste à côté, sont des môles de résistance à la pénétration française[34],[34] et que « jamais ses relations avec les chefs militaires français ne furent aisées »[109]. Ho Chi-Minh était désireux de négocier avec la France jusqu’en 1947 et la Guerre posait la question de l’indépendance. Mais après 1947, il devient plus difficile aux chrétiens modérés de le soutenir car il apparait plus comme un communiste[34] et plusieurs s'éloignent[34] mais l'espoir de l'armée, relayé par la presse, d'un fidèle soutien à la France restera illusoire[138],[139].

Les milieux chrétiens de droite accusent souvent l’Église d’encourager la décolonisation[34]. François Méjan, conseiller d'État (1960-1978), conseiller juridique de l'Église réformée de France, et président de la Société de l'histoire du protestantisme français (1978-1982)[140],[141] écrivit même que le clergé travaillait « à la sécession totale de la France d’outre-mer » et « favorisait les revendications nationalistes d’indépendance totale »[142]. Ces critiques eurent de l'écho, paradoxalement, chez une frange d'anticléricaux socialistes partisans de l'Indochine française, qui évoquèrent le « Vaticform » par allusion au Kominform[34]. En octobre 1951, le général de Lattre tenta de convaincre le pape Pie XII, par un voyage à Rome d’intervenir en faveur de la France auprès des évêques et des notables catholiques du Viêt-nam[34]. Il obtint la nomination d'un délégué apostolique au Vietnam, Monseigneur Dooley, mais sans influence réelle sur le cours des choses[34] malgré un soutien à l'empereur Bảo Đại[34], qui dès 1947 était prêt à remonter sur le trône[34] et y est parvenu en 1949 à l'instigation des Français en 1949 alors qu'il est un héritier de monarques qui avaient jadis persécuté les chrétiens[34]. En , le journal Témoignage chrétien publie le récit de Jacques Chegaray sur l'utilisation de la torture par l'Armée[143] et deux mois après c'est le nouveau quotidien breton Ouest-Matin, fondé peu avant par des chrétiens de gauche, qui fait d'autres révélations, suscitant l'animosité d'une bonne partie des chrétiens contre la guerre.

Au même moment, une « contre-propagande » se développe en Belgique[47], où la gauche est rejointe par un monde catholique qui « voit sa survie outre-mer dans la dissociation claire entre colonisation et christianisation »[47]. Le quotidien catholique bruxellois La Libre Belgique est ainsi très en pointe dans la critique de la guerre[47]. Même si la Flandre est moins concernée que Bruxelles et la Wallonie[47], une influence déteint sur les catholiques français, d'autant qu'elle est relayée par des journaux de province de gauche mais sans liens politiques comme Indépendance, quotidien de Charleroi proche des milieux de la Résistance, à la ligne anticolonialiste également affirmée[47].

La SFIO et le RPF souvent critiquesModifier

Au RPF, qui voit peu à peu affluer les partisans de la guerre, le leader De Gaulle a exclu tout meeting sur le sujet[29] et salué « avec soulagement et quasi-gratitude une fin scellée »[29] en 1954-1955 par Pierre Mendès France. Entre-temps, le RPF est passé de 3% à 21,75% des voix lors des élections législatives françaises de 1951, tandis que le MRP est tombé à 12% contre près de 26% en 1946. Au RPF, pendant la Guerre, les gaullistes « critiquent systématiquement tout ce qui se fait en Indochine »[90].

Le quotidien du Parti socialiste belge, Le Peuple, ouvre ses colonnes à des socialistes français de toutes tendances[47] sur la question de l'Indochine. Dès le 20 décembre 1946, Grégoire Koulischer, son chroniqueur de politique étrangère titre « Vers l’indépendance des empires coloniaux »[47]. Il observe que que l'armée française emploie, via la Légion étrangère, « « des Allemands, anciens soldats de l’Afrika-Korps de Rommel, faits prisonniers en Afrique »[47]. La semaine suivante, il « insiste sur le caractère irrésistible et irréversible d’un processus » dont les socialistes anglais et français, alors au pouvoir, doivent selon lui faciliter le déroulement, de manière pacifique[47], et son influence déteint sur les socialistes français, ce qui inquiète l’Ambassadeur de France à Bruxelles, Raymond Brugère[47], ce dernier affirmant même que Victor Larock, le directeur du quotidien, lui aurait donné des instructions ne plus laisser passer d’informations[47].

La SFIO reste peu unie sur la question indochinoise. En perte de vitesse, mais moins que le MRP, aux législatives de 1951, elle a vu 3 ans avant son leader historique Léon Blum signer en 1948 un article dans le grand quotidien du parti Le Populaire pour demander des négociations avec le Việt Minh[90]. Un ton qui tranche avec celui, dans le même journal trois ans plus tôt, de l'ex-député, ingénieur militaire et commissaire à l'Indochine française Jean Bourgoin[144], selon qui 'Indochine, « fédérée par l'arbitrage et le ciment de la civilisation française, cesserait d'exister le jour même où elle viendrait à l'indépendance ». Le 17 janvier 1949 Guy Mollet, insiste auprès du gouvernement sur la nécessité de traiter avec Ho Chi Minh[145] et dénonce l'accord passé la veille avec Bao Daï[145], pourtant une chance " bien fragile " de résoudre ce conflit, selon Robert Verdier, dans Le Populaire, quotidien socialiste[145]..

Fin 1950, un nouvel article de la presse socialiste belge, qui compare la réussite du Gouvernement travailliste anglais en Inde et les échecs de la politique française en Indochine est critiqué par l’Ambassadeur de France à Bruxelles, Raymond Brugère[47].

Le PCF très engagé à partir de la fin 1949Modifier

Le Parti communiste français, « jeta toutes sa force militante dans une bataille contre la sale guerre avec des arrière-pensées très franco-françaises »[29], mais son action « violente, obstinée, cohérente »[29], que ses militants paient par des morts et blessés graves, de lourdes peines de prisons et des centaines de révocations, lors de la longue grève des dockers de novembre 1949 à mai 1950, n'a pas mobilisé au-delà de ses « marges les plus engagées », selon Jean-Pierre Rioux. À partir de 1948, après discussion, le PCF — par la voix de Maurice Thorez — a officiellement décidé d'encourager ses militants à accepter l'engagement dans l'armée afin de veiller au respect des conventions de Genève, lors des captures de prisonniers ou des ratissages de villages[146]. Philippe Farine, député du Mouvement républicain populaire (MRP) des Alpes-de-Haute-Provence et benjamin de l'Assemblée nationale [147], déclare ainsi que c'est Maurice Thorez qui a « signé les instructions aux troupes françaises », lors des débats parlementaires, agités du 27 janvier 1950, où il s'oppose à l'épouse de ce dernier et au communiste Auguste Lecoeur, selon qui qui le MRP veut dissimuler des « crimes colonialistes ».

Le PCF dénonça les tortures commises par les troupes françaises. Le PCF a été précédé par les trotsktistes du Parti communiste internationaliste, où milite un "groupe trotskiste vietnamien" en métropole[114],[148]. Le Monde et Franc-Tireur[114] rapportent que dès avril 1948 que dix de ses militants sont poursuivis devant la 17e chambre correctionnelle en raison d'une affiche " contre la guerre d'Indochine, et défendus par l'avocat gaulliste de gauche David Rousset qui les a connu dans la Résistance[149].

La mobilisation contre la Guerre sera cependant renforcée en 1953 par des intellectuels qui n'ont pas ou plus de liens avec le PCF, comme Jean-Marie Domenach et la revue Esprit, Jean Cocteau, Hervé Bazin, Francis Jeanson, Michel Leiris, Jacques Prévert, Vercors ou Jean-Paul Sartre, au moment précis où le soutien public du PCF aux purges staliniennes de la fin 1949 en a éloigné de lui un bon nombre. Sartre publie, plus tard, en 1953,L'Affaire Henri Martin, lors des rebondissements du procès du militaire Henri Martin, condamné le 20 octobre 1950 à cinq ans de prison pour complicité de sabotage, jugement cassé le , confirmé le , Henri Martin, promu symbole de la « lutte du peuple français contre la sale guerre d'Indochine », sortant de prison le , quand la France ne parle plus que de l'Affaire Henri Martin[150], dont le PCF a fait une seconde "affaire Dreyfus"[151],[151].

Sur le terrain, des militaires communistes ou communisants et anciens résistants désertèrent ou s'engagèrent dans le Việt Minh[152]: « Il arrive justement où tu ne peux plus supporter le travail qu'on te fait exécuter… Le drapeau rouge, nos adversaires — les « Viet » comme ils disaient à l'armée — l'arboraient fièrement en nous donnant l'assaut ! Comme les ouvriers de la Commune en 1871, comme les bolcheviks à Léningrad. Et les appels à la lutte contre l'oppression, au combat pour l'indépendance, les soldats vietnamiens en écrivaient en français avec de grandes lettres blanches, dans les villages, comme le faisaient les mômes du FTP, les anciens des Jeunesses communistes, quand ils se battaient contre les nazis. Tout était désormais à l'envers et je n'y comprenais plus rien… »[153].

Les sondagesModifier

Près deux-tiers des Français sont opposés à la Guerre lors des dernières années alors qu'elle était soutenue par près de 60% d'entre eux encore en 1946. Une évolution où le désintérêt croissant de l'opinion conservatrice a joué un rôle important.

Un peu moins de la moitié de l'opinion publique française[29] est tout d'abord restée « dans l'expectative » concernant cette guerre, menée sans rappel du contingent, contrairement à ce qui se passera en 1956 en Algérie, dans des régions éloignées, et en l'absence de couverture de presse indépendante, selon la synthèse de Jean-Pierre Rioux, se fondant notamment sur les travaux de Charles-Robert Ageron, d'Alain Ruscio et les sondages de l'IFOP de la période[29]. La part des Français qui reconnaissent « ne jamais lire les nouvelles d'Indochine dans leurs journaux habituels » est cependant variable en fonction du temps, passant de 30% en 1947 à 20% en 1950 pour remonter à 30% en 1954, à la fin de la guerre[29].

Le poids des "sans opinion"Modifier

Le quart des Français, en septembre 1945, est sans opinion à la question qui leur est pour la première fois posée par l'Institut de sondage IFOP : « Quel sera le sort de l'Indochine ? »[61]. En janvier 1947, peu après les événements de Haiphong et de Hanoi, pourtant projetés en « unes » des quotidiens[61], 30 % des français estiment toujours qu'ils n'ont, sur ce sujet, pas d'opinion[61]. En octobre 1950, un Français sur 5 reste « sans opinion »[61] et c'est le cas de 3 sur 10 en février 1954[61]. En mai 1953, parmi les personnes ayant déclaré lire un ou plusieurs journaux, 22 % disaient ne jamais lire les nouvelles d'Indochine, 48 % « de temps en temps » et 30 % régulièrement[61]. En février 1954, alors que la tension augmente dans les deux camps et que les vietnamiens semblent monter en puissance, c'est 32 % de « jamais », de 45 % de « épisodiquement » et 23 % de « régulièrement »[61]. Le « parti colonial » qui avait pour espoir depuis trois-quarts de siècle de créer « un véritable et profond esprit d'attachement à l'Empire » subit ainsi un échec, selon l'historien Alain Ruscio.

Les causes de l'indifférenceModifier

L'importance de la propagande, aussi bien dans la presse communiste opposée à la guerre que dans les journaux qui reprenaient celle de l'armée, n'a pas favorisé l'intérêt des Français.

Les images de cercueils de soldats tombés au front ayant été utilisées par le PCF contre la Guerre, l'armée française a rapidement recruté des « volontaires Indochinois » et dans les colonies d'Afrique: si 88 % des pertes humaines sont originaires de métropole en 1946 ce n'est plus que 17 % en 1952 contre 52 % de « volontaires » indochinois. Le nombre des combattants français n'a jamais dépassé 69513 (en 1952), et le nombre morts n'a connu sa pire qu'année qu'en 1954 avec 4 158 soldats, souvent dans des escarmouches et embuscades, sans véritables combats frontaux.

Autre différence notable avec la Guerre d'Algérie, l'Indochine comptait seulement 34500 citoyens français, Asiatiques et métis français inclus, trente fois moins qu'en Algérie.

À partir de 1950, l'intervention croissante d'un grand allié, les États-Unis, qui se déclarent à cette occasion anticolonialistes, se révèle en plus irritante, pour une partie de l'opinion française, à gauche comme à droite : en janvier-février 1953, seuls 12 % approuvent l'attitude des Américains en Indochine, contre 49 % qui la désapprouvent. Dean Acheson, le nouveau Secrétaire d'État de l'administration Truman avait dès le 1er décembre 1949 réclamé à la France un calendrier menant à l'indépendance du Vietnam, sous la supervision d'une commission internationale et dès l'été 1949 réclamé que le dossier passe du ministère des colonies à celui des Affaires étrangères[90].

Les conséquences de l'indifférenceModifier

Dès 1953, le général Catroux, reconnait que « la France, dans de très larges couches de sa population, subit la guerre beaucoup plus qu'elle ne la vit »[154]. Les militaires se sentent abandonnés, financièrement comme moralement. Les deux camps, l'armée française comme le Viet Minh, « n'eurent jamais les énormes moyens » déployés plus tard au cours la phase américaine du conflit.

Retour, nouvelle de l'écrivain Jean Hougron témoignant des difficultés des militaires de «retour d'Indo » [155] ou encore le personnage héros du « crabe-tambour »[156] montrent qu'ils parfois plus perçus comme des baroudeurs recherchant l'avenure, parfois jusqu'à l'opium, que comme investis d'une mission d'intérêt général. Plus généralement, tous les ouvrages autobiographiques des anciens du corps expéditionnaire ont déploré d'être abandonnés par un peuple imperméable à l'engagement en Asie.

Parmi les conséquences importantes de l'indifférence de la population métropolitaine :

  • elle ne se mobilisa pas pour la guerre ;
  • les volontaires étaient relativement peu nombreux ;
  • l'état-major et le gouvernement n'engagèrent jamais le contingent comme plus tard en Algérie;
  • ilscréerent une armée vietnamienne, l'une des préconisations du général Revers.

La montée de l'opposition à la guerreModifier

Le sentiment d'opposition à la guerre monte progressivement, par vagues successives, jusqu'à devenir majoritaire[61], même s'il est temporairement freiné par le déclenchement en 1950 de la Guerre de Corée, synonyme de menace du communisme en Asie[61]. L'évolution de l'opinion publique est marquée par deux grands tournants. Le premier a lieu dans les derniers jours de 1949[61], quand l'armée chinoise parvient à la frontière sino- vietnamienne, amenant les Américains à débarquer des armes à Saigon en mars 1950. Le second a lieu en 1953-1954.

En 1946 encore, 63% des Français pensaient que l'Indochine restera française et seulement 12 % le contraire[61]. Dès juillet 1947, 37% sont d'accord pour reconnaître l'indépendance du Viet Min ou négocier avec lui, soit autant que ceux souhaitant en priorité le rétablissement de l'ordre[61], qui eux-mêmes dès octobre 1950 ne sont plus que 27 %, 8 % préférant un « appel à l'ONU ou aux Américains »[61]. Ensuite, le soutien à la guerre ne cesse de baisser[61], chutant à 21 % en mai 1953[61], puis 8 % en février 1954[61]. Deux mois après, c'est la défaite de Dien Bien Phu et 60 % des Français sont désormais contre la Guerre[61].

Les cinéastes, peintres, écrivains et la censureModifier

Les œuvres artistiques qui sont consacrées au conflit indochinois sont peu nombreuses pendant la Guerre car exposées à une censure assez imprévisible, en particulier les chansons « Quand un soldat », écrite par Francis Lemarque en février 1952 et immédiatement chantée par Yves Montand [157] et « Le Déserteur » de Boris Vian composé en février 1954 avec l’arrangeur et ancien G.I. américain Harold B). Berg.

Quand Francis Lemarque fait écouter à Montand les premières strophes, le "prolo chantant" lui demande de la "terminer le plus vite possible"[158] puis modifie le dernier vers, jugé trop didactique et la chante 48 heures plus tard sur la scène du Palais de la Mutualité[158], avant qu'elle ne soit interdite à la radio d'État[158]. Un risque d'incident surviendra à Lyon après un spectacle, quand des groupes de parachutistes l'attendront dehors avec leurs bérets rouges, mais impressionner Montand, qui traverse la foule sans créer d'incident[158].

Mouloudji ajoute lui Le Déserteur à son programme de concert le 7 mai 1954[159], jour de la défaite de Diên Biên Phu[159], mais en modifiant la fin, qui parlait de « je sais tirer » (sur les gendarmes, remplacée par « ils pourront tirer »[160],[161]. Il l'enregistre quelques semaines plus tard[159], mais le Comité d'Écoute Radiophonique interdit sa diffusion[159], tandis que le maire de Dinard, Yves Verney, envoie des manifestants perturber sa tournée[159].

Côté peinture, le Salon d'automne une exposition artistique qui se tient chaque année à Paris subit une édition 1951 mouvementée, avec 5 tableaux représentant la grève des dockers contre la guerre d'Indochine. Parmi eux Les Dockers de Georges Bauquier, et son inscription Pas un bateau pour l'Indochine et La Riposte, vaste fresque épique de 2,20 × 3 mètres, peinte en 1950 par Boris Taslitzky, probablement inspirée d'articles de presse[162], qui représente les dockers de Port-de-Bouc, repoussant les assauts des CRS et des chiens policiers, avec une Marianne brandissant le drapeau républicain.

C'est seulement entre 1962 et 1966, après la Guerre d'Algérie, que les auteurs sont nombreux à écrire sur la guerre d'Indochine avec 78 ouvrages parus en seulement 4 ans[163]. Les livres parus juste après 1954, moins nombreux, se polarisaient sur la Bataille de Dien Bien Phu, via des autojustifications de militaires.

Sur un total de 46 films réalisés entre 1945 et 2006: seulement 8 sont consacrés directement à la Guerre d'Indochine[164],[165], alors qu'elle ne constitue, pour tous les autres, qu'un arrière plan ou le point de départ d'un scénario qui ensuite s'en éloigne.

Pendant la guerre, Vivent les dockers de Robert Ménégoz sorti en juin 1950, qui filme les grèves contre la guerre, à Dunkerque, Rouen Saint-Nazaire, Marseille, Nice, La Pallice, Bordeaux, Cherbourg, Brest et Tunis[166] avec des images dérobées des cercueils des soldats français est interdit par la censure[166]. Le Rendez-vous des quais avec des images de 1950 dans deux autres ports, Nantes et Saint-Nazaire, touchés par les grèves plus tard, ne sort qu'en 1955 après interdiction initial d'André Morice, chargé de l'Information au gouvernement et futur maire de Nantes. Paul Carpita y filme en fondu enchaîné une voiture se muant en canon, symbole des espoirs déçus de la Résistance et prend le contrepied du film Un homme marche dans la ville, tourné et présenté en avant-première au Havre en octobre 1949, qui avait subi un tir de barrage de la presse communiste, lui reprochant de dépeindre les dockers domme « des ivrognes paresseux et brutaux, préoccupés surtout de bagarres et de coucheries »

Patrouille de choc, premier film français de guerre ne sort qu' en 1957, financé par un ex-militaire enrichi dans le trafic de piastres[165] et réalisé par Claude Bernard-Aubert reporter de guerre en Indochine pour Radio-France Hanoï [165] dès 1950, contraint par la censure à modifier son titre inital Patrouille sans espoir. Son second film, Les Tripes au soleil, sorti en 1959, a attendu pendant deux ans une levée d'interdiction[167].

Rares aussi sont les films de fiction, à part ceux de Pierre Schoendoerffer et les deux tournés sur place avant la visite en 1993 de François Mitterrand: L'Amant de Jean-Jacques Annaud et Indochine de Régis Wargnier[168].

Les actes d'opposition de civils à la guerreModifier

Parmi les actes d'opposition à la guerre, on peut citer :

Otages du Việt Minh et camps de rééducationModifier

Durant le conflit, le Việt Minh effectue de nombreuses prises d'otage, incluant des civils. Beaucoup de prisonniers militaires français passent dans des camps d'internement, situés dans les régions sous contrôle indépendantiste. Il semble que jusqu'en 1949 environ, la grande majorité des prisonniers ait été tuée. Ensuite, le Việt Minh conserve les captifs dans des camps en Haute région. Selon les sources militaires, le nombre de captifs varie, à l'été 1954, entre 22 474 et 21 526. Environ 60 % des prisonniers [173] ne reviendront jamais.

Les enquêtes n'ont permis d'identifier avec certitude que 3 768 décès au plus, le sort des autres prisonniers restant un mystère. Certains otages, comme l'administrateur colonial René Moreau capturé en 1946, sont gardés prisonniers durant huit ans. Les prisonniers du Corps expéditionnaire sont soumis à une tentative de « rééducation » par des commissaires politiques, qui tentent de leur inculquer le marxisme. Quelques communistes étrangers, dont des Français, prêtent main-forte au Việt Minh dans cette entreprise. Dans certains camps, de juillet à , le taux de décès atteint les 90 %[173],[174].

Le sort des prisonniers dans les camps de rééducation a longtemps été méconnu du grand public : l'affaire Georges Boudarel a contribué à le rappeler à l'opinion publique dans les années 1990[175].

Une Association nationale des anciens prisonniers internés déportés d'Indochine (ANAPI) a été créée[176].

Opération Passage to Freedom (août 1954-mai 1955)Modifier

À la suite des persécutions orchestrées par le Việt Minh et subies par les Vietnamiens catholiques et loyalistes, s'ensuivit la plus importante opération d'évacuation de l'Histoire, l'opération Passage to Freedom[177].

Détail des forces françaises en IndochineModifier

 
Comparaison annuelle des effectifs des belligérants.

EffectifsModifier

Le CEFEO (Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient) a été constitué d'unités provenant de l'ensemble de l'Union française, aidé par les forces des États associés d'Indochine[178],[179]. Les soldats coloniaux représentaient une part très importante des effectifs. Entre 1947 et 1954, 122 900 Maghrébins et 60 340 Noirs d'Afrique débarquèrent en Indochine soit 183 240 Africains au total. Le , ils représentaient 43,5 % des 127 785 hommes des Forces terrestres (autochtones non compris)[180],[181]. Les derniers militaires français quittèrent l'Indochine par le port de Saïgon en , soit 100 ans après la prise de Saïgon, en 1858[réf. nécessaire].

De au cessez-le-feu en , 488 560 hommes et femmes débarquèrent en Indochine[182] :

  • 223 467 Français de métropole ;
  • 122 920 Algériens, Tunisiens ou Marocains ;
  • 72 833 Légionnaires ;
  • 60 340 Africains ;
  • 8 000 militaires déjà basés en Indochine en 1945, non rapatriés.
Commandants en chef du CEFEO Début Fin
général Philippe Leclerc
général Jean Étienne Valluy
général Raoul Salan (intérim)
général Roger Blaizot
général Marcel Carpentier
général Jean de Lattre de Tassigny
général Raoul Salan
général Henri Navarre
général Paul Ély
Effectifs du corps expéditionnaire français 1946-1949
Origine Effectifs Pourcentage
Métropolitains 43 700 38 %
Indochinois 35 650 31 %
Nord-Africains 13 800 12 %
Africains 8 050 7 %
Légionnaires 13 800 12 %
TOTAL 115 000 100 %

Maurice Vaïsse donnent les effectifs suivants en [183] :

Effectifs du corps expéditionnaire français 1954
Origine Effectifs Pourcentage
Métropolitains 50 000 28 %
Indochinois 59 000 33 %
Nord-Africains 35 000 20 %
Africains 19 000 11 %
Légionnaires 14 000 8 %
TOTAL 177 000 100 %
 
Allée dans le mémorial des guerres en Indochine.

PertesModifier

L'ouvrage Guerre d'Indochine estime le nombre de tués et disparus, hors Indochinois, à 47 674 hommes répartis comme suit[184] :

Origine Tués Pourcentage
Métropolitains 20 524 43 %
Nord-Africains 12 256 26 %
Légionnaires 11 493 24 %
Africains 3 401 7 %
TOTAL 47 674 100 %

Jacques Dalloz[185], annonce un total des pertes du CEFEO égal à 37 800 réparties comme suit :

Origine Tués Pourcentage
Métropolitains 18 000 48 %
Nord-Africains 8 000 21 %
Légionnaires 9 000 24 %
Africains 2 800 7 %
TOTAL 37 800 100 %

Une autre source donne les estimations suivantes[réf. nécessaire] :

Tués Blessés Disparus
CEFEO 40 000 (1 600) 70 000 9 000 (314)
dont Légion étrangère 10 068 (340) 1 000
dont Nord-Africains 8 350[186]

Les valeurs entre parenthèses indiquent le nombre d'officiers compris dans chacune des rubriques.

Le mémorial des guerres en Indochine se trouve à Fréjus : environ 34 000 noms y sont inscrits.

Dans la fictionModifier

RomansModifier

  • Guetteur, qu'en est-il de la nuit ? de Jo Sohet.
  • Par le sang versé de Paul Bonnecarrère.
  • Pour une parcelle de gloire du général Marcel Bigeard.
  • Faut pas rire avec les barbares, mémoires d'Indochine de Albert Spaggiari.

FilmsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Michael Lee Lanning, Inside the VC and the NVA : The Real Story of North Vietnam's Armed Forces, Texas A&M University Press, , 354 p. (ISBN 978-1-60344-059-2, lire en ligne), p. 119.
  2. Brian Crozier, Political Victory : The Elusive Prize Of Military Wars, Transaction, , 225 p. (ISBN 978-0-7658-0290-3), p. 47.
  3. Fall, Street Without Joy, p. 63.
  4. Fredrik Logevall, Embers of War : the fall of an empire and the making of America's Vietnam, Random House, , 596–9 p. (ISBN 978-0-375-75647-4).
  5. France honors CIA pilots.
  6. Jacques Dalloz, La Guerre d'Indochine 1945–1954, Paris, Seuil, , p. 129–130, 1206.
  7. Jacques Dalloz, La Guerre d'Indochine 1945–1954, Paris, Seuil, , p. 129–130.
  8. http://geb.uni-giessen.de/geb/volltexte/2013/9311/pdf/DaoDucThuan_2013_02_05.pdf
  9. « East Germany – The National People's Army and the Third World »
  10. Radvanyi, Janos (1980). "Vietnam War Diplomacy: Reflections of a Former Iron Curtain Official" (PDF). Paramaters: Journal of the US Army War College. Carlise Barracks, Pennsylvania. 10 (3): 8–15.
  11. (en) Martin Windrow, The French Indochina War 1946–1954 (Men-At-Arms, 322), London, Osprey Publishing, , 48 p. (ISBN 978-1-85532-789-4), p. 11.
  12. Windrow 1998, p. 23.
  13. France's world newspaper, 15 juillet 1954.
  14. M. Smedberg, Vietnamkrigen: 1880–1980. Historiska Media, 2008, p. 88.
  15. (en) Spencer C. Tucker, Vietnam, University Press of Kentucky, , p. 78.
  16. Les parties ne trouvant pas par la voie diplomatique (conférence de Fontainebleau) une solution à la crise.
  17. Corps expéditionnaire fort de plus de 100 000 hommes.
  18. De 300 selon l'État-Major français à 6 000 selon l'amiral Battet, chiffre mis en cause par le général Gras en raison de la puissance de feu insuffisante, Histoire de la guerre d'Indochine, p. 148.
  19. Déclaration d'indépendance de la République démocratique du Viêt Nam (Hanoi, 2 septembre 1945).
  20. Apocalypse, la guerre des mondes, épisode 1
  21. Philippe Franchini, Les mensonges de la guerre d'Indochine, p. 196.
  22. "La piastre et le fusil: Le coût de la guerre d’Indochine. 1945-1954" par Hugues Tertrais, aux IGDPE Editions publications, en 2002 [1]
  23. Présentation du livre consacré à l'affaire par Hugues Tertrais, agrégé d’histoire et docteur en histoire contemporaine, est maître de conférences à l’université de Paris I - Panthéon-Sorbonne. [2]
  24. George C. Herring, America's Longest War, p. 18.
  25. Hugues Tertrais, La piastre et le fusil, le coût de la guerre d'Indochine 1945-1954, Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, , 634 p. (ISBN 978-2-11-091055-4), p. 270.
  26. Michael Maclear, Vietnam The Ten Thousand Day War, Thames, 1981, p. 57.
  27. Vietnam at War: The History: 1946–1975 (ISBN 978-0-19-506792-7), p. 263.
  28. « Dien Bien Phu », Air Force Magazine vol. 87 no  8, August 2004.
  29. a b c d e f g h i j k l et m Maurice Vaïsse et Alain Bizard, L'Armée française dans la guerre d'Indochine (1946-1954) : adaptation ou inadaptation ?, par Maurice Vaïsse, chapitre "Varus qu'a tu fait de mes légions", rédigé par Jean-Pierre Rioux, aux Editions Complexe, 2000 (OCLC 44883311), page 24.
  30. "Violence et colonisation: pour en finir avec les guerres de mémoires" par Claude Liauzu -Editions Syllepse 2003
  31. a b et c "Les communistes français et la guerre d'Indochine, 1944-1954" d'Alain Ruscio, publication de la thèse de 1984, fiche de lecture par Denise Bouche dans la Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine [3]
  32. Selon les archives officielles
  33. Paul-François Paoli, « D'Argenlieu, croisé d'un autre temps », Figaro littéraire,‎ (lire en ligne).
  34. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s "Le général gambiez et les catholiques vietnamiens pendant la guerre d'Indochine" par Francis Latour, article de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains en 2010 [4]
  35. "La République et son armée face au péril subversif: guerre et action psychologiques en France, 1945-1960" par Paul Villatoux et Marie-Catherine Villatoux, aux Editiond Indes savantes, 2005
  36. "Une vie pour la Chine. Mémoires, 1937-1989" par Jacques Guillermaz Laffont, Paris, 1989 [5]
  37. « Un siècle de chasse aux nouvelles : de l'Agence d'information Havas à l'Agence France-presse (1835-1957), par Pierre Frédérix, page 360
  38. "La politique française en Extrême-Orient, 1936-1938" par Roger Lévy, aux Editions Paul Hartmann, 1939
  39. "ICI RADIO SAÏGON ! 1939 - 1945" par Jacques Le Bourgeois: 1985, France-Empire Editions
  40. [6]
  41. Le Point du 21 novembre 2013  [7]
  42. "Jacques Chancel se souvient de l'Indochine" par Astrid De Larminat dans Le Figaro du 4 décembre 2013 [8]
  43. "Pourquoi partir Journal 2011-2014" par Jacques ChancelFlammarion  [9]
  44. "Quelles radios émettaient au Vietnam avant le départ des Français ?" octobre 2017 [10]
  45. a et b "Britain in Vietnam: Prelude to Disaster, 1945–46" par Peter Neville, aux Editions sRoutledge, [11]
  46. "Chronique d'Indochine, 1945-1947 " par l'Amiral Thierry d' Argenlieu, aux Editions Albin Michel, 2013 [12]
  47. a b c d e f g h i j k l m et n "Contre-propagande sur l'Indochine. La France officielle face à l'anticolonialisme en Belgique francophone (1946-1950)" par Catherine Lanneau dans la revue Guerres mondiales et conflits contemporains en 2011 [13]
  48. Lucien Bodard dans l'Encyclopedia Universalis.
  49. Synthèse des écrits de Lucien Bodard par l'association Saigon-Vietnam [14]
  50. "Les écrivains d'Indochine - 2 - Les journalistes" Le 9 août 2016 [15]
  51. a b et c "Lucien Bodard" L'EXPRESS le 01/12/1997 [16]
  52. a b c d et e Article publié le 31 juillet 1954 dans la revue mensuelle illustrée "Indochine Sud-Est Asiatique", édité par la "Société Asiatique d'Éditions". [17]
  53. "L'Indochine, c'est aussi comme ça", par Mag Bodard, en 1954 dans la Collection de « l'Air du temps » chez .Gallimard
  54. "Éditeurs et éditions pendant la guerre d'Algérie, 1954-1962" par Nicolas Hubert - 2012 [18]
  55. Compte-rendu dans Le Monde du 30 novembre 1954 [19]
  56. a et b "La nuit attendra" par Jacques Chancel aux Editions Flammarion en 2013
  57. Enrichi par le L’affaire des piastres, trafic de piastre
  58. L'historien communiste Alain Ruscio a dans un passage d'un article de 1991 comportant une erreur factuelle, cité André Géraud, de son nom de plume « Pertinax », écrivant dans France-Soir « la France récupérera tel quel son domaine d'Extrême-Orient » le 8 août 1945 », mais cette citation, par ailleurs ambigüe, date d'une période où la situation est encore peu claire et France-Soir encore émergent
  59. a b c d e f et g "La fin de la guerre d’Indochine (1953-1954) vue par L'Humanité, article de Alain Ruscio en 1993 dans Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [20]
  60. a et b "Dictionnaire de la Guerre d'Indochine: 1945-1954" par Jacques Dalloz, aux Editions Armand Colin, 2006 [21]
  61. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x "L'opinion française et la guerre d'Indochine (1945-1954). Sondages et témoignages" par Alain Ruscio, dans la revue d'histoire Vingtième Siècle en 1991 [22]
  62. "Jean Lartéguy: Le dernier centurion" par Hubert le Roux [23]
  63. "De toute façon la France devra s'en aller" par André Guérin, rédacteur en chef, dans L'Aurore du 22 octobre 1953, reprise dans Le Monde [24]
  64. Claude Bellanger, Jacques Godechot, Perre Guiral et Fernand Terrou, op. cit., p. 267.
  65. Claude Bellanger, Jacques Godechot, Perre Guiral et Fernand Terrou, Histoire générale de la presse française, Presses universitaires de France, 1976, p. 222 et suivantes.
  66. "Journal du septennat, 1947-1954: 1953-1954, éditée par Jacques Ozouf, 1970
  67. "Une fiscalité pour la croissance: La direction générale des impôts et la politique fiscale en France de 1948 à la fin des années 1960" par Frédéric Tristram, Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013 [25]
  68. a et b Article dans Le Monde du 10 avril 2006 [26]
  69. a b c d et e Le Monde du 17 juin 1970 [27]
  70. "L'âge d'or de la corruption parlementaire" par Jean-Yves MOLLIER Place des éditeurs, 2018 [28]
  71. Le tirage cumulé passant de 4,49 millions à 3,79 millions puis 3,67 millions en 1950, avec un également un "trou d'air" du quotidien communiste Ce soir en 1950
  72. Franpar veut dire "France-Soir, Paris-Presse-l'Intransigeant
  73. Le Monde du 2 août 1947 [29]
  74. a b c d e f g h i et j "A.F.P. : une histoire de l'Agence France-Presse (1944-1990)" par Bernard Ullmann, Jean Huteau 1991 [30]
  75. a b c d et e "L’AFP, une entreprise unique, des origines à l’histoire de son statut d’exception, 1832-2015" par Jade Azzoug-Montane, Thèse de doctorat de l'Université Paris-Saclay préparée à l’Université de Versailles, Saint-Quentin-En-Yvelines [31]
  76. a b et c "Le monde en direct: De Charles-Louis Havas à l'AFP, deux siècles d'histoire" par Xavier BARON, aux EDitions La Découverte, 2020 [32]
  77. Joseph Demarteau, patron de La Gazette de Liège le 16 janvier 1947, cité par Catherine Lanneau [33]
  78. Le Monde le 8 juin 1954 et Combat le lendemain, cités par Barbara Vignaux, dans la revue d'histoire Le Vingtième Siècle en 2004 [34]
  79. a b et c "L'Agence France-Presse en guerre d'Algérie" par Barbara Vignaux, dans la revue d'histoire Le Vingtième Siècle en 2004 [35]
  80. "Vers une coordination franco-britannique en Indochine et en Malaisie", Le Monde du 06 août 1948 [36]
  81. Fédération nationale de la presse française (FNPF)
  82. L'arrivée de Jean Marin à la tête de l'AFP.
  83. Archives en ligne du Ministère de la Culture
  84. "Georges Pompidou et la modernité: les tensions de l'innovation, 1962-1974", par Pascal Griset 2006 [37]
  85. a b c et d "Histoire du journal « Le Monde » 1944-2004" par Patrick Eveno 2015 [38]
  86. a b c d e f g et h «Le Monde» de Beuve-Méry ou le Métier d'Alceste, par Jean-Noël Jeanneney, Jacques Julliard, aux Editions Seuil essais en 1979 [39]
  87. Jacques Thibau, Le Monde : Histoire d'un journal, un journal dans l'Histoire, J.-C. Simoën, , page 239.
  88. Laurent Martin, La presse écrite en France au XXe siècle, éditions Le Livre de poche.
  89. Article de Madeleine Jacob dans Franc-Tireur du 10 avril 1948 [40]
  90. a b c et d " Indochine 1940-1955 : la fin d'un rêve" par Jacques de Folin ; préface d'Olivier Todd aux Editions Perrin en 1993 Franc-Tireur%20%201948%20%20indochine&f=false
  91. a et b Notice biographique Maitron deClaude Bourdet [41]
  92. Article d'EUGÈNE MANNONI dans Le Monde d[42]
  93. "Pierre Herbart, journaliste engagé" par Claude Gillet, revueRoman en 2006 [43]
  94. a et b "Claude Bourdet, 86, Leader of French Resistance and Leftist Editor", nécrologie par Lawrence Van Gelder le 22 mars 1996 dans le New York Times [44]
  95. a b et c "À la vie, à la mort : histoire du journal Combat, 1941-1974" par Yves-Marc Ajchenbaum, Le Monde Éditions, 1994[45]
  96. "François Mauriac: biographie intime, 1940-1970" par Jean-Luc Barré 2010' [46]
  97. Thèse de Philippe Tétart , "France observateur" : 1950-1964 : histoire d'un courant de pensée intellectuel
  98. "L'observateur engagé" par Gilles Martinet, éditions Lattès 200
  99. De France Observateur au Nouvel Observateur : 45 ans d'histoire, par Emmanuel Laurentin, le 1er février 2010 sur France Culture [47]
  100. "Le procès Claude Bourdet contre Combat est plaidé devant la 1re chambre" dans Le Monde du 22 décembre 1950 [48]
  101. Philippe Baudorre, La plume dans la plaie. Les écrivains journalistes et la guerre d'Algérie, Bordeaux, Presses de l'Université de Bordeaux, 2003. [49]
  102. Notice biographique Le Maitron de Maurice Laval [50]
  103. Notice Le Maitron de Claude Estier [51]
  104. "Le Nouvel Observateur, un œil, un leader" dans la Revue internationale le 20 juin 2011 [52]
  105. a et b "Françoise Giroud: "L'Express est insubmersible", dans LEXPRESS du 3 juin 1999 « L'Express est insubmersible », sur www.lexpress.fr, (consulté en août 2020)
  106. a b c d et e Encyclopédia universalis [53]
  107. a b c d e et f "Willy Rizzo, chasseur de stars et pionnier de "Paris Match", par Michel Guerrin dans Le Monde du 28 février 2009 [54]
  108. " La Guerre d'Indochine de Willy Rizzo. Un photographe à contre-emploi." par Stéphane Dubreuil, article dans la revue Guerres et Histoire le 27 décembre 2017 [55]
  109. a b et c Nécrologie dans Le Monde du 25 avril 1967 [56]
  110. Philippe de Baleine et Willy Rizzo, « Dans Na-Sam assiégée », Paris Match, no 194, 29 novembre-6 décembre 1952. [57]
  111. Article du Monde repris et illustré par couvertures fictives de Paris-Flash [58]
  112. Francis Balle, Médias et sociétés, LGDJ, , p. 76
  113. a et b Le Monde du 28 février 1949 [59]
  114. a b et c Images et Archives de militants, Carnet de Jeanne Menjoulet CHS Réalisation audiovisuelle. CNRS [60]
  115. "Punir les opposants - PCF et procès politique (1947-1962)" par Vanessa Codaccioni, aux Editions du CNRS, 2013
  116. a et b "J'ai cru au matin", par Pierre Daix, Editions Robert Laffont 1976 [61]
  117. Biographie Le Maitron de René L'Hermitte [62]
  118. Le Monde du 18 mars 1950 [63]
  119. Le directeur de Ouest-Matin est condamné à six mois de prison avec sursis et 400 000 francs d'amende pour diffamation envers l'armée française, dans Le Monde du 25 mai 1950 [64]
  120. "Indochine S.O.S" par Andrée Viollis Préface d'André Malraux. Collection Problèmes et Documents, Gallimard. Parution : 16-08-1935 puis fin 1949
  121. a b c d et e "Andrée Viollis et la question coloniale" par Anne Renoult, Diplômée d’études approfondies [65]
  122. Notice biographique Le Maitron d'Andrée Viollis [66]
  123. Extraits - réédition de 1949 [67]
  124. Couverture de SOS Indochine par la presse coloniale des années 1930 [68]
  125. "TOUS LES COMBATS DE MADELEINE RIFFAUD", dans L'Humanité du 22 août 2014 [69]
  126. a et b "Madeleine Riffaud: L'esprit de résistance" par Isabelle Mons, 2019 [70]
  127. L'Humanité du 28 août, 2012 [71]
  128. Biographie sur "Les ex-PCF" [72]
  129. Répertoire pratique de la presse, Écho de la presse et de la publicité, Paris 1955
  130. Aragon au pays des mines par Lucien Wasselin et Marie Léger, Le Temps des Cerises éditeurs, 2007.
  131. Aragon et la grève des mineurs de mai-juin 1941 par Lucien Wasselin, dans Faites entrer l'Infini de juin 2011.
  132. "IL Y A 10 ANS, DISPARAISSAIT GEORGES GUINGOUIN, LE « PRÉFET DU MAQUIS »", dans L'Humanité du 27 octobre 2015 [73]
  133. Interview du FTP Louis Gendillou, par Vincent Goubet pour son film « Faire quelque chose » [74]
  134. a et b Biographie Le Maitron de Pierre Courtade [75]
  135. Amicale de Saïgon-Vietnam[76]
  136. a b c d e f g h i et j "L'opposition M.R.P. à la guerre d'Indochine" par Jacques Dalloz, dans la Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine en 1996 [77]
  137. Syndicalisme, journal de la CFTC du 8 février 1950
  138. "Le général gambiez et les catholiques vietnamiens pendant la guerre d'Indochine" par Francis Latour, article de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains en 2010 [78]
  139. Philippe de Baleine et Willy Rizzo, « Dans Na-Sam assiégée », Paris Match, no 194, 29 novembre-6 décembre 1952. [79]
  140. Pierre Bolle, « François Méjan », dans André Encrevé (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 5 Les Protestants, Paris, Beauchesne, (ISBN 2701012619), p. 330-331.
  141. Roger Zuber, « François Méjan (nécrologie) », Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, vol. 140,‎ janvier-mars 1994), p. 177-180 (lire en ligne, consulté le 26 mai 2019).
  142. "Le Vatican contre la France d’outre-mer" par François Méjean, Librairie Fischbacher, 1957 [80]
  143. (en) « Torture, French » [« Torture, Français »], Le dictionnaire de la Guerre d'Indochine, Faculté des sciences humaines, Université du Québec à Montréal, Canada (consulté le 8 août 2017).
  144. Le Populaire du 2-3 septembre 1945 [81]
  145. a b et c Le Monde le 10 mars 1949 [82]
  146. Jacques Doyon, Les soldats blancs…, p. 279.
  147. Fiche de Philippe Farine, sur le site de l'Assemblée nationale
  148. Evoqué dans l’ouvrage du trostkiste Ngo Van (1913-2005) "Au pays de la Cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale", Paris, Editions L’Insomniaque, Petites insomnies, 2013, [83]
  149. "Dix trotskistes en correctionnelle" dans Le Monde du 12 avril 1948 [84]
  150. Raymond Mourlon, « Henri Martin dans la lutte pour la paix en Indochine », sur l'Humanité, (consulté le 26 octobre 2019).
  151. a et b Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, t. IV, Fayard, , p. 414-415.
  152. Jacques Doyon, Les soldats blancs de Hô Chi Minh, Paris, Fayard, 1973 ; préface de Henri Leclerc, avocat à la Cour.
  153. Jacques Doyon, Les soldats blancs…, p. 18.
  154. Le Figaro du 2 juin 1953 []
  155. Critique de l'œuvre de l'écrivain Jean Hougron[85]
  156. Le Crabe-tambour est un film français, réalisé par Pierre Schoendoerffer, sorti en 1977
  157. Biographie de Francis Lemarque Universalis.
  158. a b c et d Biographie par Raoul Bellaïche pour la revue Je chante ! parue en 2001 chez Universal [86]
  159. a b c d et e "Antimilitariste puis pacifiste, l'histoire du Déserteur de Boris Vian" France-Musique le mardi 10 mars 2020 [87]
  160. "Le manuscrit du Déserteur enfin accessible : Boris Vian l'insoumis" par Marianne Payot, dans L'Express du 05/05/2017 [88]
  161. "Boris Vian - Le sourire créateur" par Valère-marie Marchand, aux Editions L'Archipel, 2009 [89]
  162. La lutte des travailleurs port-de-boucains au musée Tate Gallery de Londres, par Isabelle L, Maritima
  163. "Dien Bien Phu, mythes et réalités. cinquante ans de passions françaises, 1954-2004", par Alain Ruscio, Serge Tignères Editions Les Indes savantes, 2005
  164. Selon la thèse consacrée au sujet par Delphine Robic-Diaz: "La Guerre d’Indochine dans le cinéma français. Images d’un trou de mémoire", Presses universitaires de Rennes, 2014 [90]
  165. a b et c "La guerre d'Indochine dans le cinéma français: Images d'un trou de mémoire" par Delphine Robic-Diaz [91]
  166. a et b Vivent les dockers sur Ciné archives [92]
  167. Henri Copin, L'Indochine des écrans, 2 février 2011, sur le site www.larevuedesressources.org
  168. "60 ans après la guerre d’Indochine : pour un humble travail de mémoire" par Bénédicte Chéron, le 07 mai 2014 dans La Croix [93]
  169. indre-et-loire.pcf.fr, « Pourquoi une rue du 23 février 1950 à Saint-Pierre-des-Corps ? »
  170. "LA GRÈVE HISTORIQUE DES DOCKERS D’ORAN" par l'historien Ahmed AABID, dans El Watan du 13 février 2010 [94]
  171. "La grève des dockers d'Oran en février 1950" par Michel Pigenet dans L'Humanité du 21 février, 2020 [95]
  172. « Bagarre sur un autobus, citant Jean Planchais, Une histoire politique de l'armée, Édition du Seuil, 1967 » (consulté le 25 mars 2013).
  173. a et b « Les chiffres », sur www.anapi.asso.fr (consulté le 9 mai 2020)
  174. Jacques Valette, La Guerre d'Indochine 1945-1954, Armand Colin, 1994, pages 398–399.
  175. L'affaire Boudarel sur le site de l'ANAPI.
  176. Site officiel.
  177. Ronald B. Frankum, département Histoire de l'université de Pennsylvanie.
  178. Maurice Vaïsse, L'Armée française dans la guerre d'Indochine (1946-1954) : adaptation ou inadaptation?, Éditions Complexe, 2000, p. 146.
  179. (fr) « Chehada, North African units in Indochina », sur Indochine54 (consulté le 16 avril 2010).
  180. Michel Bodin, Les Africains dans la guerre d'Indochine 1947-1954, L'Harmattan, 2000, p. 10.
  181. (en) North African units in Indochina.
  182. Les Forces françaises en Extrême-Orient.
  183. Maurice Vaïsse, L'Armée française dans la guerre d'Indochine (1946-1954) : adaptation ou inadaptation?, Éditions Complexe, 2000, p. 146.
  184. Collectif, Guerre d'Indochine - 1945-1954, éditions Trésors du Patrimoine, 2004, p. 200. Les pertes comprennent les tués au combat, les décès en Indochine ainsi que les disparus au 1/09/54.
  185. Dictionnaire de la guerre d'Indochine, page 194.
  186. « dont 1 350 décédés de maladie ou par accident », Général Maurice Faivre, Les Combattants musulmans de la guerre d'Algérie : des soldats sacrifiés, Éditions L'Harmattan, 1995, p. 13.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographieModifier

  • Amiral Georges Thierry d'Argenlieu, Chronique d'Indochine, Albin Michel, 1985.
  • René Bail et Jean Pierre Bernier, Indochine 1945-1954, quatre tomes :
    • 1re partie : La reconquête, éditions Heimdal, 1988.
    • 2e partie : Haiphong-Hanoi…, éditions Heimdal, 1988.
    • 3e partie : La guerre, éditions Heimdal, 1988.
    • 4e partie : Le tournant, éditions Heimdal, 1989.
    • Indochine 52-53, Presses de la cité, 1990.
  • Jean Balazuc, DIÊN-BIÊN-PHU 20 novembre 1953 - 7 mai 1954, Edition L'Harmattan, 2020.
  • Erwan Bergot, Indochine 1951, l'année de Lattre, Presses de la cité, 1987.
  • Général Marcel Bigeard, Ma guerre d'Indochine, Hachette, 1994.
  • Lucien Bodard, La guerre d'Indochine, cinq tomes :
    • L'Enlisement, tome I, Gallimard, 1963.
    • L'Illusion, tome II, Gallimard, 1965.
    • L'Humiliation, tome III, Gallimard, 1965.
    • L'Aventure, tome IV, Gallimard, 1967.
    • L'Épuisement, tome V, Gallimard, 1967.
  • Michel Bodin, Dictionnaire de la Guerre d'Indochine 1945-1954, Paris, Economica, Hautes Études Militaires, ISC, 2004.
    • Les Combattants français face à la Guerre d'Indochine, Paris, L'Harmattan, 1998.
    • Les Africains dans la guerre d'Indochine 1947-1954, Paris, L'Harmattan, 2000.
    • La France et ses soldats, Indochine 1945-1954, Paris, L'Harmattan, 2000.
    • Soldats d'Indochine, Paris, L'Harmattan, 1996.
  • Colonel Robert Bonnafous, Les Prisonniers de guerre du Corps expéditionnaire français dans les camps du Việt Minh , 1945-1954, 1991, CNRS-ESID.
  • Paul Bonnecarrère, Par le Sang Versé, éditions Fayard, 2000.
  • Aldo Bragagnolo, Transports de troupes vers l'Indochine, 1999.
  • Laurent Cesari, L'Indochine en guerres, Belin-Sup Prepa, Paris, 1995.
  • Alain Crosnier et Jean Michel Guhl, L'armée de l'air en Indochine, volume 1 : Transport et bombardement 1945-1954, Sup Air, 1981.
  • Jacques Dalloz, La Guerre d'Indochine, Seuil, Paris, 1987.
  • Philippe Devillers, Histoire du Viêt-Nam de 1940 à 1952, Seuil, 1952.
  • Jacques Doyon, Les soldats blancs de Hô Chi Minh ; les transfuges antifascistes et les communistes français dans le camp du Việt Minh, Paris, Fayard, 1973, Attestation de Henri Leclerc, avocat à la Cour.
  • Christophe Dutrone,
    • « Indochine 1945-1946 le rendez-vous raté », Batailles hors série no 1, Histoire & Collections, 2004.
    • « Indochine 1947 la guerre coloniale », Batailles hors série no 7, Histoire & Collections, 2005.
    • « Les troupes aéroportées françaises en Indochine 1945-1956 », Gazette des uniformes hors série no 17, 2004.
  • Général Ély, Les enseignements de la guerre d’Indochine (1945-1954) [Tome 1], Vincennes, Service historique de la Défense, , 404 p. (ISBN 978-2-11-098059-5, présentation en ligne).
  • Bernard B. Fall,
    • The Việt Minh Regime (1954), Le Việt Minh (1960, traduction française, Colin).
    • The Two Vietnams (1963), Les deux Viêt Nam (1962, traduction française, Payot).
    • Indochine 1946-1962 (1962, Laffont).
    • Viêt Nam Witness, 1953-66 (1966).
    • Hell in a Very Small Place: The Siege of Dien Bien Phu (1966), Dien Bien Phu, un coin d’enfer (1968, traduction française posthume, Laffont).
    • Anatomy of a Crisis: The Laotian Crisis of 1960-1961 (publié 1969).
    • Street Without Joy, Stackpole Books, , 408 p. (ISBN 0-8117-1700-3, lire en ligne).
  • Vital Ferry, Les ailes du dragons tome 1 : dix ans d'aviation civile en Indochine (1946-1955), Le trait d'union no 162, 1995.
  • Général Michel Fleurence, Rotors dans le ciel d’Indochine : L’épopée des hélicoptères de l’armée de l’Air en Extrême-Orient (1950-1997), Service historique de la Défense.
  • André Fournier, Baroud d'honneur, imprimerie Cauquil, 2013.
  • Philippe Franchini,
    • Les Guerres d'Indochine (2 tomes), Pygmalion-Gérard Watelet, Paris, 1988.
    • Les mensonges de la guerre d'Indochine, Perrin, Paris, 2005 (ISBN 2-262-02345-X).
  • Alain Gandy, La légion en Indochine 1885-1955, Presses de la Cité, 1988.
  • Patrice Gélinet, Indochine 1945-1954, Chronique d'une guerre oubliée, Acropole, 2014.
  • Général Yves Gras, Histoire de la guerre d'Indochine, Plon, 1979 [lire en ligne].
  • Jean Lacouture, Hô Chi Minh, Seuil, col. Politique, Paris, 1967.
  • Colonel Jean Leroy avec Pierre Demaret, Fils de la rizière, Robert Laffont, 1977.
  • Franck Michelin, « L’occupation du Vietnam par le Japon, point de départ de l’indépendance ? », Dominique Barjot et Jean-François Klein (éds), De l’Indochine coloniale au Viet Nam actuel, Académie des sciences d’Outre-Mer, Magellan & Cie, 2017, p. 415-427.
  • Pierre Montagnon, La France coloniale, tome 2, Pygmalion-Gérard Watelet, 1990.
  • Paul Mus, Viêt Nam. Sociologie d’une guerre, Seuil, Paris, 1952.
  • Revue historique des armées no 177, guerre d'Indochine, SHAT, 1989.
  • Éric Roussel, Pierre Mendès France, Gallimard, 2007.
  • Jules Roy, La Bataille de Dien Bien Phu: Julliard, 1963 ; Albin Michel, 1989.
    • Les communistes français et la guerre d’Indochine, 1944-1954, Paris, Éd. L’Harmattan, 1985.
    • La guerre française d’Indochine (1945-1954), Bruxelles, Éd. Complexe, Coll. La Mémoire du Siècle, 1993.
  • Alain Ruscio, Serge Tignères, Dien Bien Phu. Mythes et réalités, 1954-2004. Cinquante ans de passions françaises , Paris, Éd. Les Indes savantes, 2005.
  • Jean Claude Soumille, L'aviation militaire française en Indochine 1946-1954, tomes 1 et 2, Association Airdoc, 1994-1996.
  • Jacques Valette, La guerre d'Indochine 1945-1954, Armand Colin, 1994.
  • Mirmont Franck, en collaboration avec Heinrich Bauer, Jean Carpentier, Jean Guêtre, Pierre Latanne, Bernard Ledogar, Jean-Louis Rondy, Les chemins de Diên Biên Phu (sous-titre : L'histoire vraie de six hommes que le destin va projeter en Indochine), Nimrod, 2015, 576 p.
  • Ivan Cadeau, La guerre d'Indochine : de l'Indochine française aux adieux à Saigon, 1940-1956, Paris, Tallandier, (réimpr. 2019), 619 p. (ISBN 979-1-021-01019-2).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

VidéosModifier

  • (en) Rencontre entre Marius Moutet et Jacques Leclerc suite aux évènements survenus en Indochine (Actualités américaines, ) :