Yves Montand

chanteur et acteur français
Yves Montand
Description de cette image, également commentée ci-après
Yves Montand en 1965 dans une loge du Théâtre Royal de La Haye (Pays-Bas).
Nom de naissance Ivo Livi
Naissance
Monsummano Terme (Italie)
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Drapeau de la France Française (depuis 1929)
Décès (à 70 ans)
Senlis (France)
Profession Acteur
Chanteur
Films notables voir filmographie

Ivo Livi, dit Yves Montand, né le à Monsummano Terme (Italie) et mort le à Senlis (France), est un chanteur et acteur français d'origine italienne, naturalisé en 1929.

Issu d'une famille ayant fui l'Italie fasciste, le jeune Ivo Livi grandit à Marseille et se passionne pour le cinéma, notamment pour les comédies musicales américaines, admirant Fred Astaire et ses numéros de claquettes. D'abord dans les cabarets marseillais, puis dans des salles et en tournée, grâce à son producteur Émile Audiffred, il se fait un nom dans la chanson et finit par monter à Paris après la guerre. Grâce au soutien d'Édith Piaf, il devient une vedette du music-hall français, avec des chansons comme Les Feuilles mortes, C'est si bon, Mais qu’est-ce que j’ai ?, Rien dans les mains, rien dans les poches ou encore La Bicyclette.

Son succès musical l'amène vers le cinéma. Il parvient à s'imposer en tant qu'acteur avec son premier grand rôle dans Le Salaire de la peur (1952), film multiplement récompensé, ainsi qu'au théâtre dans Les Sorcières de Salem en 1955. Son passage sur les scènes de Broadway le conduit à tourner Le Milliardaire (1960), film musical hollywoodien, où il joue aux côtés de Marilyn Monroe. La consécration critique arrive avec la trilogie politique de Costa-Gavras (Z, L'Aveu et État de siège), qui lui confère son statut d'acteur engagé.

Acteur à succès tout au long des années 1960, 1970 puis 1980, il tourne sous la direction de grands réalisateurs français tels que Claude Berri, Henri-Georges Clouzot, Jean-Pierre Melville, Henri Verneuil, Costa-Gavras, Claude Sautet ou encore Alain Corneau, alternant les drames, les films politiques, les polars et les comédies. Beaucoup de ses films sont devenus des classiques du cinéma français, comme Paris brûle-t-il ? (1966), Le Diable par la queue (1969), Le Cercle rouge (1970), La Folie des grandeurs (1971), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul... et les autres (1974), Le Sauvage (1975), Police Python 357 (1976), I… comme Icare (1979) et le diptyque Jean de Florette / Manon des sources (1986).

Connu pour son engagement politique à gauche, Montand interprète de nombreux films et chansons engagés, dont ceux de Costa-Gavras dénonçant les extrémismes. Militant du Mouvement de la paix et des Droits de l'homme, il donne notamment un récital à l'Olympia en soutien aux Chiliens après le coup d'État de Pinochet. Dans les années 1980, son revirement idéologique sera total, il adhèrera au courant d'idées du libéralisme.

Avec Simone Signoret, qu'il épouse en 1951, il forme l'un des couples les plus célèbres du cinéma français.

BiographieModifier

Famille et jeunesseModifier

Ivo Livi, fils de Giovanni Livi et Giuseppina Simoni (1893-1971), naît à Monsummano Alto, en Toscane (Italie), un an avant l'arrivée au pouvoir de Benito Mussolini (le ) et la mise en place du régime fasciste. Il est le dernier d'une fratrie de trois enfants (sa sœur Lydia (1915-2003), et son frère aîné Giuliano — Julien — (1917-1994)). Il est issu d'une famille ouvrière et militante, qu'il vénérera toute sa vie, et qui lui transmet son attachement pour le communisme[1].

En 1923, en raison de ses activités militantes communistes, le père d'Ivo Livi voit son atelier incendié par les Chemises noires, qui le passent ensuite à tabac[2]. Il fuit alors les persécutions de l'Italie fasciste, amenant avec lui toute sa famille[2]. Il souhaite émigrer vers États-Unis et ils sont en transit à Marseille. Mais le consulat américain ne délivre plus de visas en raison de nouvelles restrictions à l'immigration. La famille est alors bloquée[3] dans la cité phocéenne, et s'installe dans un des quartiers industriels et ouvriers du Nord de la ville, où se trouve une importante communauté toscane. Ivo n'a que deux ans à ce moment-là. Son père crée une petite fabrique de balais dans le quartier des Crottes. Ses deux aînés quittent rapidement l'école pour gagner leur vie : Lydia devient coiffeuse, et son frère Julien serveur de café, et fervent militant communiste. L'enfance d'Ivo est difficile matériellement ainsi que moralement. Il est en effet considéré comme un « immigré rital ». C'est à cette époque qu'il se passionne pour le cinéma et notamment pour les comédies musicales américaines, en particulier celles de son idole, Fred Astaire, et ses numéros de claquettes.

Par décret du [4], la famille Livi obtient la nationalité française et Ivo voit son prénom francisé en Yves. La même année, la famille déménage dans le quartier de La Cabucelle, dans l'impasse des Mûriers. Les conséquences de la Grande Dépression ruinent le père d'Yves qui se voit contraint de déposer le bilan de la fabrique familiale de balais en 1932. Yves a onze ans et est nettement plus grand que la moyenne des enfants de son âge lorsqu'il falsifie ses papiers pour se faire engager dans une fabrique de pâtes (la loi interdit le travail avant l'âge de quatorze ans)[5]. Il sera encore livreur, également serveur dans la confiserie « Mignon » avant d'être à quatorze ans apprenti dans le salon de coiffure pour dames où travaille sa sœur Lydia, et passe avec succès un CAP de coiffeur[6]. Il travaille par la suite sur les docks de Marseille.

AscensionModifier

Premiers pas dans les cabarets marseillaisModifier

En 1938, à l'âge de dix-sept ans, Yves Livi décroche une place de « chauffeur de salle » dans un cabaret de music-hall de Marseille. Par la suite, il participe à un spectacle dont la première partie accueille des débutants. Il chante Trenet, C'est la vie, Boum, Chevalier, On est comme on est et se livre à des imitations de Fernandel et de personnages de Walt Disney. L'organisateur du spectacle, Francis T (de son vrai nom Trotobas, alias Berlingot), le prend sous son aile et lui conseille de se trouver un nom de scène. Yves Livi devient Yves Montant — orthographié alors avec un « t » — pseudonyme choisi en souvenir de sa mère. En effet, par un mélange d’italien et de français, elle lui disait, afin qu’il monte à leur appartement : « Ivo, monta »[7].

Francis T, chanteur-parodiste, organisateur et animateur de spectacles devient alors son premier imprésario et l'accompagne de 1938 à 1941. Il prend des cours de chant avec Marguerite Francelli à partir de l'été 1937. Le débutant, de temps à autre, décroche quelques engagements ; sur scène, il est accompagné au piano par Mado, la fille de son professeur de chant. Ses galas le conduisent parfois jusqu'à Narbonne et Toulouse et, au début de 1940, son nom attire le public. Montand ambitionne alors de passer à l'Alcazar de Marseille.

Le , il est sur la scène de l'Alcazar de Marseille, le public est conquis par son tour de chant qui mêle aux reprises des créations originales. Mais la guerre éclate et remet tout en cause pour celui qui ambitionnait de monter[non neutre] à Paris tenter sa chance.

Yves Montand se retrouve manœuvre aux « Chantiers et Ateliers de Provence ». Un emploi qu'il finit par perdre et, ne retrouvant pas de travail, il décide de chercher des engagements comme chanteur. Il passe dans des cafés, des cabarets modestes, des cinémas où il chante durant l'entracte. Il trouve un emploi de docker et chante encore parfois le dimanche. Francis T, en , lui permet de reprendre à plein temps la chanson.

Au début de l'été 1941, Yves Montand se produit une seconde fois à l'Alcazar et obtient un triomphe. Il est remarqué par le producteur Émile Audiffred, surnommé « Audi », qui prend en charge sa carrière, persuadé de tenir un chanteur au fort potentiel scénique. Avec lui le chanteur suit des cours de danse et affine son jeu de scène. Audiffred lui présente Reda Caire qui lui apprend à mieux chanter, articuler, soigner sa diction et sa présentation sur scène ; il lui enseigne aussi les bonnes manières et en fait son « secrétaire » particulier[Note 1]. Audiffred fait comprendre à Montand qu'il doit agrandir son répertoire, car « Vivre sans chanson, pour un artiste c'est vivre sans amour ; on n'est rien du tout » lui dit-il, et le chanteur ajoute des chansons célèbres qu'il se réapprorie avec succès[9]. Montand se souvient d'Audiffred pour L'Express en 1969 : « C'est à lui que je dois mes débuts. Il a été très chic pour moi. Il me disait : « Tu verras, petit, tu seras mondial à Marseille ! » Et on riait tous les deux. N'empêche que, le premier soir, j'avais un de ces tracs »[10].

Audiffred le fait chanter au Colisée Plage à Marseille et à Lyon en première partie de Rina Ketty. À Marseille, Montand obtient un nouveau succès avec son passage au Théâtre de l'Odéon. Il chante à Aix, Nice, Toulon

À la rentrée 1941, Émile Audiffred monte la revue Un soir de folie dont Yves est la vedette. Pour cela, il a besoin d'un répertoire original. Hubert Melone, alias Charles Humel, un auteur-compositeur aveugle, lui écrit deux chansons : Y'a du swing partout, qu'il n'enregistrera jamais, et Dans les plaines du Far-West, qui sera son premier vrai succès[11] Envoyé aux chantiers de la jeunesse créés par Vichy, il y reste presque une année durant, puis reprend la scène. En cette période, malgré l'occupation, il gagne assez bien sa vie, mais doit régulièrement prouver que son nom Livi ne dissimule pas en fait celui de Lévy. Risquant enfin d'être envoyé en Allemagne, afin d'éviter le service du travail obligatoire (STO), il décide, en accord avec Émile Audiffred, de partir pour Paris[12].

À Paris, sous l'aile d'Édith PiafModifier

 
Édith Piaf en 1939.

En 1944, fraîchement débarqué dans la capitale, épaulé par Audiffred et le comédien Harry-Max, Montand se produit au théâtre de l'ABC en février. Par la suite il joue à Bobino, aux Folies-Belleville et au célèbre Moulin-Rouge, où il passe grâce aux relations d'Émile Audiffred, fin juillet, en première partie d'Édith Piaf. Cette rencontre est décisive pour Montand, désormais soutenu par la déjà célèbre chanteuse et ses conseils avisés sur le métier et la vie d'artiste. Piaf lui apporte la reconnaissance d'un public élargi et le présente à de nombreux futurs collaborateurs : Loulou Gasté, Jean Guigo, Henri Contet, Louiguy, Marguerite Monnot, Philippe-Gérard… Une idylle naît, mais ils doivent s'aimer en secret car Piaf est alors — pour un temps encore — la maîtresse d'Henri Contet[13].

Le chanteur, sous l'influence d'Édith, peaufine ses entrées en scène, abandonne son accent méridional, se constitue un nouveau répertoire et renouvelle son jeu de scène. Peu à l'aise dans « son nouveau costume », en tournée avec Piaf, durant l'automne 44, Montand ne convainc pas vraiment le public. Le chanteur emporte son adhésion, en au Théâtre de l'Étoile, une fois encore en première partie d'Édith Piaf, laquelle lui a écrit plusieurs chansons, notamment Elle a… qui obtient du succès.

Le , il enregistre pour la première fois pour la marque Odéon : Luna Park, Dans les plaines du Far West, Elle a…, Il fait des…[14]. En octobre, Édith Piaf permet à Montand de chanter en vedette à l'Étoile. Durant sept semaines, il obtient un considérable succès, qu'il prolonge à l'Alhambra. La carrière du chanteur est définitivement lancée.

La même année, il débute au cinéma dans Étoile sans lumière de Marcel Blistène, avec Édith Piaf en vedette[15]. En 1946, il obtient un succès d'estime avec Les Portes de la nuit de Marcel Carné qui est un échec critique et commercial. Yves Montand partage la vedette avec Nathalie Nattier, vedettes par défaut de rôles initialement prévus pour Jean Gabin et Marlene Dietrich. Le chanteur fera encore quelques films, avant de trouver la consécration au cinéma en 1952.

En 1946, Édith et Yves se séparent, à l'initiative de Piaf qui juge que le talent de Montand lui fait quelque peu de l'ombre[14].

Premiers succès, débuts au cinémaModifier

Six nouvelles chansons sont enregistrées en novembre, puis il passe au Club des Cinq, un cabaret Faubourg-Montmartre. Francis Lemarque est présent dans le public et enthousiasmé par la performance de Montand, il lui propose trois chansons : Ma douce vallée, Bal, petit bal et Tueur affamé. Cela scelle le début d'une collaboration fructueuse et Montand, qui se réserve l'exclusivité sur les chansons de Lemarque, lui devra quelques-uns de ses plus grands titres.

Début 1947, le chanteur passe en vedette à l'ABC. Il signe un contrat de sept ans avec la Warner, qu'il finira par juger trop contraignant et qu'il dénoncera plus tard. Attaqué en justice, l'affaire se conclut sans préjudice pour lui. En , il chante Mais qu’est-ce que j’ai ? (musique d'Henri Betti et paroles d'Édith Piaf) au Théâtre de l'Étoile et l'enregistre le . L'année suivante, il enregistre trois autres chansons composées par Henri Betti qui seront des succès : C'est si bon (paroles d'André Hornez) le , Maître Pierre (paroles de Jacques Plante) et Rien dans les mains, rien dans les poches (paroles d'André Hornez) le .

Montand se console de la rupture avec Piaf en multipliant ses prestations sur scène. Il participe à l'opérette Le chevalier Bayard qui est un échec, sans que son succès personnel en soit entaché. Cette année-là, il engage le pianiste Bob Castella, qui pour les quarante-quatre années à venir sera son accompagnateur. Grâce à Jacques Prévert, il rencontre le guitariste Henri Crolla, qui sera emporté par un cancer en 1960.

 
Yves Montand en 1948.

Fort de cette fructueuse collaboration, le chanteur, plus jazzy, plus swing, enchaîne les enregistrements : Clopin-clopant, À Paris, Les cireurs de souliers de Broadway, Les enfants qui s'aiment - ces deux dernières sont signées Prévert - Clémentine… Le , il enregistre Les Feuilles mortes[Note 2],[16].

En 1948, son producteur, Émile Audiffred, meurt prématurément, Yves Montand fera une pause de trois ans au Music-hall. Prévert lui fait découvrir La Colombe d'Or, une auberge de Saint-Paul-de-Vence. Il y devient un habitué et c'est là qu'il rencontre Simone Signoret le . C'est un coup de foudre, ils ne se quittent plus. L'actrice met un temps sa carrière entre parenthèses et après son divorce avec le réalisateur Yves Allégret - de leur union est née Catherine Allégret - ils vivent place Dauphine.

En , le chanteur triomphe avec un tour de chant de vingt-deux chansons, qui marque l'histoire du music-hall et influencera nombre de chanteurs qui s'essayeront au one-man-show[17]. En 1953, ce tour de chant restera à l'affiche à l'Étoile pendant 8 mois à guichets fermés, un record, et ce sera le premier double album 33 T enregistré en public (toujours disponible en CD) qui reste une leçon de music-hall toujours exemplaire.

Le , Simone Signoret et Yves Montand se marient à la mairie de Saint-Paul-de-Vence et deviennent l'un des couples français les plus en vogue du monde du spectacle.

L'accès à la gloireModifier

La consécration du chanteur-comédienModifier

 
Véra Clouzot et Yves Montand, tenant son premier rôle d'envergure, dans Le Salaire de la peur (1953).

En 1953, Montand, avec le film d'Henri-Georges Clouzot Le Salaire de la peur, obtient son premier rôle marquant au cinéma. Cette année-là, le film obtient le Grand Prix du Festival de Cannes (ancêtre de la Palme d'or). La même année, la chanson Quand un soldat, datée de 1952, chantée par Montand et écrite par Francis Lemarque est interdite[18].

En 1954, le couple achète une propriété à Autheuil-Authouillet, en Normandie. Cette demeure devint par la suite un haut lieu pour des rencontres artistiques et intellectuelles. Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Serge Reggiani, Pierre Brasseur, Luis Buñuel, Jorge Semprún y séjournent régulièrement. Le couple milite en faveur de ses idées de gauche et est bientôt catalogué « compagnon de route » du Parti communiste français (PCF).

En 1955, Montand et Signoret se produisent au théâtre avec la pièce Les Sorcières de Salem de l'écrivain Arthur Miller. Traduite et adaptée en français par Marcel Aymé, elle est présentée pour la première fois au Théâtre Sarah-Bernhardt à Paris, dans une mise en scène de Raymond Rouleau. Le succès est tel que les représentations durent jusqu'à Noël 1955[précision nécessaire].

En 1956, il s'apprête à entamer une tournée de music-hall en URSS, lorsque le les chars de l'Armée rouge envahissent Budapest, en Hongrie (insurrection de Budapest). Montand décide malgré tout de chanter devant les Soviétiques à Moscou, où il rencontre le Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique, Nikita Khrouchtchev[19]. L'entretien dure quatre heures, et Montand demande personnellement des explications au chef du Kremlin sur les raisons de l'invasion de la capitale hongroise[réf. nécessaire].

En 1957, accompagné de Simone Signoret, (et ses musiciens, Bob Castella, Henri Crolla, Emmanuel Soudieux, Roger Paraboschi, et Marcel Azzola, qui remplace Freddy Balta pour la tournée en URSS), il entreprend une tournée triomphale dans tous les pays du Bloc de l'Est. Cependant, il en revient profondément désabusé, déçu de ce qu'il a vu de l'application concrète du communisme dans ces pays de l'Europe de l'Est. Ses convictions dans ce système politique étant enracinées en lui avant tout par les profondes croyances familiales, surtout paternelles, il aura beaucoup de mal à les réfuter et mettra du temps à reconnaître ses erreurs de jugement[20].

Passage aux États-Unis remarquéModifier

 
Yves Montand et Marilyn Monroe dans Le Milliardaire (1960).

En 1959, il est engagé par le producteur Norman Granz et, une fois les visas accordés, accompagné par Simone Signoret, il part pour les États-Unis, où, à partir du , il se produit à Broadway durant trois semaines. Le soir de la première, il est applaudi par de nombreuses célébrités : Montgomery Clift, Lauren Bacall, Ingrid Bergman et Marilyn Monroe. Le chanteur triomphe, obtient pas moins de seize rappels ; le lendemain, la presse ne tarit pas d'éloge sur sa prestation. Il chante ensuite à Hollywood, San Francisco et Montréal. Montand conquiert l'Amérique[21]. Il accède alors au statut de vedette internationale : il se produira à New York en 1961 et sera de retour à Broadway en 1963. Il accomplit également avec succès plusieurs tournées à travers le monde, au Canada et au Japon.

À cette époque, il danse à la télévision avec Dinah Shore, et c'est grâce à cette apparition sur la chaîne NBC qu'il se voit proposer un rôle dans le film Le Milliardaire de George Cukor, avec Marilyn Monroe[21].

 
Yves Montand et Marilyn Monroe en 1960.

En , Signoret et Montand au Beverly Hills Hotel de Los Angeles sympathisent avec leurs voisins Arthur Miller et Marilyn Monroe, alors époux à la ville. En avril, Signoret reçoit l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation dans Les Chemins de la haute ville de Jack Clayton, puis part à Rome pour un prochain tournage. Miller, lui, s'envole pour l'Irlande. Marilyn et Montand tournent à Hollywood le film de George Cukor. Bientôt, ils sont bien plus l'un pour l'autre que des partenaires de cinéma… Leur brève liaison alimente la presse, brise le couple Miller-Monroe, alors que Simone Signoret donne le change face à la presse à scandale.

Il tourne encore Sanctuaire de Tony Richardson avec Lee Remick pour partenaire, puis déclinant plusieurs autres propositions, il rentre en France. Cette infidélité de Montand brise définitivement une bonne partie de la confiance que Simone Signoret portait en elle-même. Yves Montand, de son côté, demeure un séducteur impénitent[réf. nécessaire]. Bien que l'équilibre du couple soit profondément affecté par cet épisode, que Signoret en son for intérieur a très mal vécu[22], ils resteront unis jusqu'à la mort de Simone Signoret, en 1985.

En , Montand triomphe encore à Broadway, au John Golden Theatre (en), où il chante durant huit semaines. L'année suivante, il effectue une longue tournée qui le mène de l'Angleterre au Japon. Début 1963, il chante à Paris à l'Étoile, où, bien que sa popularité soit sans faille, il constate que tout est en train de changer dans le métier. Il peine à trouver des titres nouveaux, et Francis Lemarque, à l'instar des Brassens, Brel, Ferré, Aznavour et autres Gainsbourg ou Nougaro, interprète désormais ses propres créations. Une autre génération, dont un certain Johnny Hallyday, bouleverse tout et Montand est conscient que sa grande période d'artiste de music-hall s'achève[23].

Un acteur à la fois estimé et populaireModifier

En 1963, il fait la narration dans le film Le Joli Mai de Chris Marker et Pierre Lhomme, et y interprète la chanson Joli mai, adaptation par Michel Legrand de la chanson populaire russe Odinokaya garmon' (russe : Одинокая гармонь, littéralement, « accordéon solitaire ») composée par Boris Mokrousov. Les paroles du poète Mikhaïl Issakovski n'ont pas été conservées dans cette version française.

À partir de 1964, il se consacre presque exclusivement à sa carrière d'acteur et ne reviendra à la scène que de façon épisodique. C'est à partir de 1965 qu'il s'impose définitivement au cinéma. La rencontre avec Costa-Gavras, avec qui il tourne Compartiment tueurs en est la clef de voûte. Il tourne avec Alain Resnais, René Clément, Claude Lelouch, Philippe de Broca, Jean-Pierre Melville, Gérard Oury, Jean-Luc Godard… et devient l'un des acteurs fétiches de Claude Sautet avec qui il tourne trois films[24]. Durant les années 1970, l'acteur alterne drames, films engagés et comédies et s'impose comme l'un des acteurs français les plus populaires.

 
Yves Montand est reconnu par la critique grâce aux films politiques de Costa-Gavras.

En , le chanteur prend une pause dans les répétitions de sa rentrée à l'Olympia pour un bref tournage à Alger[25]. Dans ces décors rappelant Athènes, Costa-Gavras réalise Z, retraçant l'assassinat du député grec Grigóris Lambrákis, le cinéaste entendant dénoncer avec son co-scénariste Jorge Semprún l'avènement du régime des colonels[26]. Son cachet mis en participation pour alléger le budget, Montand n'apparaît que douze minutes dans le rôle du député dont la mort « accidentelle » et l'enquête qui en suit est au cœur de ce thriller politique[26].

En septembre 1968, Yves Montand redevient chanteur le temps de se produire à l'Olympia. Il crée La bicyclette et Mon frère. Son retour sur scène après cinq d'absence est un triomphe et réaffirme sa place de roi du music-hall français[27].

Cette même année, son engagement et ses convictions politiques connaissent un revirement complet : après l'écrasement du Printemps de Prague, sa rupture avec le parti communiste français est définitive.

Si l'on excepte Le Milliardaire à Hollywood, Yves Montand n'obtient son premier rôle principal comique qu'en 1969 dans Le Diable par la queue de Philippe de Broca, auréolé du triomphe de L'Homme de Rio (1964)[28]. Montand démontre sa capacité à mener une comédie pure dans son rôle de voleur hâbleur et séducteur[28]. Le Diable par la queue sort en et enregistre au total un million et demi d'entrées[29]. La critique est surprise de le découvrir autant à l'aise dans la comédie populaire que dans des œuvres plus sérieuses[28]. Cependant, il pratiquait déjà ce passage d'un ton à l'autre dans ses tours de chants depuis les années 1930[30]. Sorti trois semaines après, Z remporte un étonnant succès[26], réunissant 3,5 millions d'entrées sur sa seule première année d'exploitation[29]. Cette association de la politique et du cinéma à spectacle est saluée par la presse généraliste mais rebute la critique cinéphilique de gauche[31]. À la fin de la décennie, Yves Montand prouve l'étendue de son registre et de ses possibilités, passant avec autant de talent de la légèreté de comédies à des rôles plus graves ou austères, et alternant les productions « grand public » avec des œuvres plus « difficiles » ou confidentielles[28].

Costa-Gavras adapte en 1970 L'Aveu d'Artur London publié en 1968. Ce dernier, né à Prague en 1915, entré aux Jeunesses communistes à l'âge de quatorze ans, fut des Brigades internationales anti-franquistes, résistant en France, et déporté à Mauthausen. Après la guerre, il devient vice-ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie, il sera arrêté en 1951 et accusé de trahison lors d'un procès stalinien à Prague en 1952, au cours duquel onze condamnations à mort sont prononcées. Artur London en réchappera, et sera réhabilité en 1956. Le film L'Aveu s'achève sur l'arrivée des chars soviétiques à Prague en 1968. Cette fois encore, Costa-Gavras a coécrit le scénario avec Jorge Semprun, mais c'est l'interprétation magistrale d'Yves Montand qui retiendra l'attention et permettra de faire comprendre au grand public l'ampleur de la répression dans les pays du bloc soviétique. L'exemple du courage d'Artur London suffit pour dénoncer les méthodes staliniennes des régimes communistes[32].

Afin de retranscrire au mieux la déchéance de London, Yves Montand s'inflige un dur conditionnement physique et psychologique[33]. Le tournage se déroule dans l'ordre chronologique de l'intrigue, suivant ainsi l'affaiblissement progressif de l'acteur comme du personnage[33]. Montand subit un régime drastique, perdant au total 12,5 kg au cours des six semaines de prises de vues, et finit avec les côtes saillantes et le visage émacié[34][33]. Il réclame que les menottes le serrent vraiment et marquent sa chair (à tel point que la douleur va persister après le tournage), que les comédiens incarnant les gardiens ne feignent pas leur violence, ou encore que de l'eau jetée sur lui lors d'une scène soit glacée (un séquence d'ailleurs rejouée vingt fois)[35]. En dehors du tournage, il s'isole volontairement des autres pour rester dans l'état d'esprit de son rôle[35]. Plutôt que l'habituelle suite d'hôtel, il dispose d'une chambre au confort minime et masque la fenêtre pour se sentir enfermé ; certaines nuits, il dort à même le sol, dans son costume du film, dans le froid[35]. La nuit lui viennent les mêmes cauchemars de prisonnier que faisait London dans sa cellule[35]. La privation et la douleur le sonnent et affectent tellement sa santé mentale que Costa-Gavras lui propose de mettre en pause le tournage, mais Montand refuse[36]. Il lui faut ensuite plusieurs mois pour recouvrer son poids et sa santé[37]. Toute cette souffrance que s'impose l'acteur constitue pour lui une manière d'expier ses aveuglements passés sur le stalinisme[36]. À l'exception de L'Humanité, la critique apprécie le film, son écriture et sa réalisation, et loue l'implication du comédien[37]. En dépit de son caractère oppressant, L'Aveu attire deux millions de spectateurs en France et connaît un excellent accueil à l'étranger[38]. Succès au box-office malgré des sujets lourds, les films de Costa-Gavras apportent à Montand la reconnaissance critique.

Tournant pour des réalisateurs aussi différents que peuvent l'être Jean-Pierre Melville, Henri Verneuil, Costa-Gavras ou encore Gérard Oury et Claude Sautet. Il campe aussi bien un flic alcoolique en recherche de réhabilitation dans Le Cercle rouge, qu'un père primesautier dans Tout feu, tout flamme ; un procureur intègre dans I… comme Icare ou un désespéré amoureux dans Clair de femme. Aussi à l'aise dans la comédie (Le Sauvage, La Folie des grandeurs) que le drame (Le Salaire de la peur), il s'impose également dans plusieurs polars : Compartiment tueurs, Police Python 357, Le Cercle rouge, Le Choix des armes. Sa rencontre avec Claude Sautet lui permit d'apposer une empreinte supplémentaire sur le cinéma français : César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul... et les autres (1974) et Garçon ! (1983).

Il remonte exceptionnellement sur scène en , pour soutenir les réfugiés chiliens et condamner le récent coup d'état du général Pinochet, en donnant un unique récital à l'Olympia. La préparation et la captation de ce tour de chant donnent lieu à un documentaire de Chris Marker, La Solitude du chanteur de fond[39].

Un monument de la chanson et du cinémaModifier

1980-1986 : Retour sur scène triomphal et dernier grand rôleModifier

 
Yves Montand sur scène à Strasbourg, en mars 1982.

Le début des années 1980 marque le grand retour d'Yves Montand à la chanson et à la scène, après treize ans d'absence (à l'exception du concert de 1974)[39]. Le chanteur enregistre l'album Montand d'hier et d'aujourd'hui, publié en 1980, qui donne lieu à un quatrième show télévisé de Jean-Christophe Averty ; l'album remporte un grand succès avec plus d'un million d'exemplaires vendus, ce qui le certifie deux fois disque d'or[40]. Montand triomphe ensuite sur la scène de l'Olympia, à guichets fermés trois mois durant, du au [40]. À presque soixante ans, il livre une prestation énergique, seul en scène, avec un chapeau, une canne et une chaise[39]. Le succès est tel que, après s'être produit en province de mars à juillet, il revient à l'Olympia durant l'été pour de nouvelles représentations, du au [40]. Fin août, il entame une tournée mondiale, qui le conduit au Brésil, aux États-Unis, au Canada et au Japon[39]. Ce retour triomphal est aussi son dernier passage au music-hall[39]. Il fête son soixantième anniversaire sur scène à l'Olympia[41]. La captation de la tournée par Guy Job sort en 1983 sous le titre Montand International[40],[42].

Claude Berri lui confie le rôle du « Papet », plein de truculence et de tragédie, dans le diptyque qu'il adapta de Marcel Pagnol : Jean de Florette et Manon des sources. Montand refuse d'abord, ne voulant pas se vieillir davantage à l'écran, puis se laisse séduire par le rôle lors d'essais filmés avec Coluche à Autheuil[43]. Le , lors du double tournage de ces films, Simone Signoret meurt d'un cancer du pancréas à l'âge de soixante-quatre ans.

1986-1988 : « Montand président ! »Modifier

« Que des gens aient été prêts à suivre un saltimbanque comme moi, ce n'est pas très bon pour la classe politique. »

— Yves Montand à La Nouvelle République, [44].

Yves Montand est de plus en plus sollicité pour exprimer ses opinions politiques, dans des interviews souvent très suivis, au moins à partir de 1983[40],[45]. Il prend en quelque sorte la suite de Coluche dans la posture de personnalité du spectacle très populaire qui prend part au débat public[44]. Lors d'un passage au journal de 20 heures d'Antenne 2 en 1983, Christine Ockrent va jusqu'à le qualifier de « phare de la pensée contemporaine »[46]. Il multiplie les interventions politiques à la télévision et aligne des audiences énormes par ses apparitions dans 7 sur 7 en 1983, Les Dossiers de l'écran en (où il explique longuement son retournement sur le communisme[47]), et ses présentations de Vive la crise ! en et La Guerre en face en 1985[40],[45]. Pendant ces années, Montand devient l'objet médiatico-politique qui l'installe à la une de journaux ou magazines, certains titrant « Montand président ! »[40].

Tandis que l'aura politique d'Yves Montand se consolide[48], divers commentateurs lui prêtent des ambitions, à une époque où l'ancien acteur Ronald Reagan est président des États-Unis[40],[49] et Clint Eastwood est maire d'une petite ville[50]. Certains voient en lui un potentiel rénovateur du centre gauche, une tête de liste aux élections européennes de 1984, un ministre voire un président[51]. En , répondant au New York Times qui lui demande s'il envisage de se lancer en politique, Montand explique : « La politique représente beaucoup de travail (…). Je n'ai ni parti ni organisation : je suis tout à fait seul (…). Mais peut-être (…). Pourquoi pas ? »[50],[52]. Dans son interview, l'acteur-chanteur critique à la fois le président François Mitterrand et le Premier ministre de cohabitation Jacques Chirac, explique que les Français aurait envie de dépasser les traditionnels clivages entre gauche et droite et chercherait des hommes politiques nouveaux, pragmatiques : il s'affiche comme l'un de ceux-là, ni de droite ni de gauche mais « indépendant »[50],[52].

Plusieurs personnes le confortent dans ses ambitions, notamment Bernard Kouchner qui lui met en tête de se présenter à la prochaine élection présidentielle, sur l'exemple de Reagan[53],[47]. De fait, après ses thrillers politiques, ses interventions médiatiques et ses deux documentaires sérieux, Yves Montand est vu comme un candidat possible à l'élection présidentielle de 1988[54],[47]. Un sondage indique que 36 % des Français seraient prêts à voter pour l'acteur-chanteur lors d'une élection présidentielle à venir[40],[49]. Des intellectuels parmi lesquels Michel Foucault, André Glucksmann, Jorge Semprún, Jean-Claude Guillebaud, Michel Albert, Chris Marker et Costa-Gavras l'entourent comme une équipe de campagne[44]. Même en Israël, où il se rend en , invité par le Premier ministre Shimon Peres à un spectacle de soutien aux Refuzniks, Montand est accueilli « comme un chef d'État »[55].

En , Yves Montand est le président du jury du quarantième festival de Cannes[40]. Il se montre pour la première fois au bras de Carole Amiel lors de la montée des marches, deux mois après avoir révélé leur relation à la presse[40]. Membre du jury, Danièle Heymann raconte plus tard que Montand « était un président chaleureux, flatté d'être ainsi distingué, et assez désarmé d'avoir à exercer une autorité. Lui qui était un super patron quand il faisait son métier de chanteur se montrait intimidé par des personnalités très fortes. Et il était très modeste devant ceux qu'il admirait… »[56]. La politique le rattrape pendant sa présidence du festival, quand une délégation d'ouvriers de la Normed, chantier naval au bord de la fermeture, lui demande une audience, après s'être vu refuser une rencontre avec le ministre du Travail ; le président Montand les reçoit symboliquement sur le galion du film Pirates de Roman Polanski et intercède pour leur obtenir un rendez-vous au ministère[48]. À la fin du festival, l'annonce du palmarès est houleuse, la remise de la Palme d'or à Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat étant vivement contestée[56],[57].

En , Yves Montand participe à l'opéra Garnier à une cérémonie célébrant le quarantième anniversaire de la fondation de l'État d'Israël, où il lit la déclaration d'indépendance à la demande de Shimon Peres[48]. L'annonce de sa candidature ou non à l'élection présidentielle est escomptée par la presse pour l'émission Questions à domicile sur TF1, en , six mois avant le scrutin[48]. Finalement, tout à la fin de cette interview chez lui, Yves Montand annonce qu'il ne sera pas candidat : « En soi, la Présidence de la République ne m'intéressait pas, puisque, pour l'essentiel, c'est la satisfaction d'un désir de gloire et de réussite, d'une ambition. Toutes proportions gardées, cela, je l'avais déjà. Mais j'avais envie de dire des choses. Or, pour les dire et être entendu, il fallait jouer le jeu. J'espérais faire de la politique sans devenir politicien. C'est impossible »[40]. La révélation par Le Canard enchaîné du cachet de 800 000 francs reversé à Montand pour cet interview provoque l'indignation les jours suivants[58],[59] et efface tout son crédit politique[49].

1988-1991 : Dernières années et décèsModifier

En 1989 il préside le jury du Festival international du film de Tokyo.

La dernière compagne d'Yves Montand sera Carole Amiel née le , son assistante sur la tournée de 1982, avec qui il entretenait déjà une liaison au moment où disparaissait Signoret. Il a eu avec elle son seul enfant, Valentin, né le .

Il tourne encore trois autres films : Trois Places pour le 26 de Jacques Demy (1988), comédie musicale où il interprète son propre rôle, revenant à Marseille pour y monter un spectacle chanté de sa vie, Netchaïev est de retour de Jacques Deray (1991) et IP5 de Jean-Jacques Beineix.

En 1990, Patrick Rotman et Hervé Hamon publient sa biographie « officielle », Tu vois, je n'ai pas oublié, fruit de longs entretiens depuis 1988[40],[60].

 
Tombe de Simone Signoret et d'Yves Montand au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

En 1991, Montand tourne son dernier film, IP5 de Jean-Jacques Beineix. Son personnage meurt d'ailleurs d'une crise cardiaque à la fin. Pour les besoins du scénario, protégé par une combinaison de plongeur sous ses vêtements, l'acteur se baigne, fin septembre, dans un lac glacé des étangs de Commelles dans la forêt de Chantilly, près de Senlis. Après le tournage d'un dernier raccord, Montand ressent un malaise. Il déclare à l'un des pompiers dans l'ambulance qui le conduit à l'hôpital de Senlis : « Avec tout ce que j'ai vécu, j'ai eu une vie tellement formidable que je ne regretterai pas de partir »[61]. Le dimanche à 13 h 50, Yves Montand meurt à Senlis[62] d'un infarctus du myocarde à l'âge de 70 ans. L'acteur-chanteur ambitionnait de faire sa rentrée sur la scène de Bercy au printemps 1992, un retour motivé par la volonté de chanter pour son fils[63],[40].

Une silhouette de roses rouges et blanches est dressée en hommage éphémère à l'homme de scène devant son dernier domicile parisien, au 114, boulevard Saint-Germain[64]. À ses obsèques le , au cimetière du Père-Lachaise, sont présents entre autres Jean-Louis Livi, son neveu, Catherine Allégret, sa belle-fille, Jean-Pierre Castaldi, son gendre, Catherine Deneuve, Michel Piccoli, Jack Lang, le sculpteur César, la marraine de Valentin Christine Ockrent, Bernard Kouchner, Gérard Depardieu, Claude Sautet, Alain Corneau, Claude Berri, André Glucksmann, Gérard Oury, Michèle Morgan, Danièle Thompson, Jean-Paul Rappeneau, Jorge Semprún, François Léotard, Léon Schwartzenberg, Olivier Martinez, Jean-Jacques Beineix, Serge Reggiani, François Périer, Costa-Gavras, Miou-Miou ou encore Daniel Auteuil[65]. Il est inhumé aux côtés de Simone Signoret, la seule femme à laquelle il a été marié.

Vie privéeModifier

 
Simone Signoret et Yves Montand lors de la cérémonie des Oscars en 1960, où elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice pour Les Chemins de la haute ville.

En , Yves Montand rencontre Simone Signoret en vacances à Saint-Paul-de-Vence[66]. C'est le coup de foudre. Elle quitte Yves Allégret pour le suivre, avec sa fille Catherine Allégret[40]. Ils se marient en [40]. Signoret, issue d'un milieu bourgeois, parfait son éducation et l'introduit dans les cercles intellectuels[66]. Ils forment l'un des couples les plus fameux de l'époque en France et l'un des plus célèbres du cinéma[66]. Malgré les infidélités, Signoret ne quitte jamais Montand jusqu'à sa mort[66].

En 1960, lors du tournage d'un film en commun Le Milliardaire, Yves Montand et Marilyn Monroe, entretiennent une liaison de plusieurs semaines, qui prend fin après avoir été dévoilée par la presse américaine[67]. Signoret doit affronter une honte internationale, mais livre à la presse des réponses remarquables comme « Si Marilyn est amoureuse de mon mari, c'est la preuve qu'elle a bon goût »[68] ou encore « Vous en connaissez beaucoup d'hommes, vous, qui resteraient insensibles en ayant Marilyn Monroe dans leurs bras ? »[40],[66]. Montand finit par se lasser des sentiments pourtant sincères de l'actrice américaine à son égard et revient vers Signoret[68]. Il raconte dans les années 1980 : « Pas une seconde je n'ai envisagé de rompre avec ma femme, pas une seconde ; mais si [Simone] avait, elle, claqué la porte, j'aurais probablement refait ma vie avec Marilyn. Ou essayé. Ça n'aurait peut-être duré que deux ou trois ans. Je n'avais pas trop d'illusions. N'empêche, ces deux ou trois ans, quelles années ! »[40],[69]. Par ailleurs, Marilyn Monroe tombe enceinte de Montand et ne partage le secret qu'avec sa photographe et confidente Frieda Hull, mais cette grossesse se termine par une fausse couche[69].

En , Yves Montand vit le drame de la disparition de Simone Signoret et fait la connaissance, lors du tournage de Manon des sources, d'une jeune assistante, Carole Amiel, dernière femme de sa vie et mère de son unique enfant reconnu, Valentin, né le . Invitée de l'émission « On va se gêner » de Laurent Ruquier sur la station Europe 1 en , Carole Amiel révèle qu'elle avait croisé Yves Montand sur une route de Saint-Paul-de-Vence alors qu'elle avait 14 ans. Elle avait ensuite entretenu une relation amicale avec lui jusqu'à l'âge de 20 ans, moment où cette relation a « évolué en relation amoureuse ». Au moment de la naissance de Valentin, Montand est âgé de 67 ans.

Image, opinions et engagements politiquesModifier

« Yves Montand a prêté au communisme à la française son visage, avant d'être, à la fin des années 1960, l'une des incarnations de la désillusion vis-à-vis des mythes staliniens et des trucages de l'Histoire, puis un militant de leur dénonciation. Homme de spectacle soucieux de participer au débat politique, il a témoigné de l'importance qu'a eue la culture communiste dans la société française. »

— Le Monde à sa mort en 1991[70].

 
Yves Montand en Yougoslavie lors de sa tournée dans les pays d'Europe de l'Est. Portrait par le photographie officiel Stevan Kragujević (en), 1957.

Issu d'une famille ouvrière et militante, Yves Montand suit longtemps les idéaux communistes, dans le sillage de son père qui a dû fuir l'Italie à cause de ses convictions et de son frère Julien Livi (1917-1994) qui tient des responsabilités à la CGT[70],[2],[44]. Devenu artiste, après ses boulots ouvriers, son engagement se précise vraiment à partir de sa rencontre avec Simone Signoret dans les années 1950, qui l'entraîne auprès des milieux artistiques et intellectuels parisiens, côtoyant Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir ou encore Jorge Semprún[70],[39],[44]. Sans jamais adhérer au Parti communiste français, il lui fait néanmoins de généreux dons[71]. Montand et Signoret figurent ainsi parmi les plus célèbres « compagnons de route » du parti[44]. Ils signent par exemple l'appel de Stockholm en 1950, pétition contre l'arme atomique[70]. Malgré ses liens avec le parti, Montand n'a pourtant jamais chanté à la fête de l'Humanité[70],[72]. Sa proximité avec les milieux communistes lui vaut d'être fiché et suivi par les Renseignements généraux et d'y disposer d'un numéro de dossier dès 1949[73].

Ce courant transparaît dans ses œuvres. L'origine prolétarienne d'Yves Montand, appelé parfois le « prolo chantant », est exploitée dans des chansons « réalistes » (J'aime flâner sur les grands boulevards, Luna Park)[39],[70],[74],[72]. L'époque de l'après-guerre est aux chansons et films sur le peuple, le souvenir du Front populaire et la mise en avant d'un Paris ouvrier, que Montand parvient à incarner[70]. Plus tard, en tant qu'acteur, il crée au théâtre avec Simone Signoret la version française des Sorcières de Salem, allégorie du maccarthysme, qu'il reprend ensuite au cinéma[44]. Dans Z, Costa-Gavras lui fait tenir le rôle du député de gauche Grigóris Lambrákis, dont l'assassinat par l'extrême-droite est à l'origine du coup d'État instaurant la dictature des colonels en Grèce[44].

La répression de l'insurrection de Budapest et la révélation des crimes de Staline en 1956 érodent une première fois ses convictions, en plus d'une tournée en Europe de l'Est qui ébranle sa vision de la société soviétique[40],[39],[74],[44]. Il adopte une position critique vis-à-vis du communisme, suivant son ami Jorge Semprún, qui écrit certains de ses films[40]. Son opinion reste toutefois discrète, par fidélité pour son père[40],[72]. Croyant d'abord à une possible réforme du communisme, il rompt définitivement du Parti et de l'idéologie au moment de l'écrasement du Printemps de Prague en 1968, après la mort de son père[74], perdant au passage tout rapport avec son frère Julien[40],[44].

 
Yves Montand, Artur London et Michel Broué à la Maison de la Mutualité lors d'une réunion de soutien aux pétitionnaires de la Charte 77 emprisonnés en Tchécoslovaquie.

Dès lors, Yves Montand met en avant son reniement du stalinisme tout en poursuivant son engagement à gauche hors du communisme[40],[44]. Ses chansons abandonnent le terrain politique pour se recentrer sur « les thèmes les plus traditionnels du charme, des sentiments de convention et de la nostalgie »[72]. Au cinéma, après le réquisitoire contre le régime grec, Costa-Gavras continue de dénoncer les totalitarismes de droite comme de gauche[39]. Dans L'Aveu, Montand incarne le vice-ministre tchécoslovaque Artur London incarcéré par le régime communiste lors des procès de Prague, l'acteur expiant par la fiction et la douleur du tournage ses illusions passées[40],[74]. Dans État de siège, il incarne un agent américain, inspiré de Dan Mitrione, conseiller d'un régime militaire sud-américain, enlevé par l'extrême gauche. En 1973, après le coup d'État de Pinochet, le chanteur décide brutalement de remonter sur scène par soutien au peuple chilien, démarche filmée par Chris Marker dans La Solitude du chanteur de fond[40],[74]. Il met ainsi sa notoriété au service de causes plus consensuelles, médicales, humanitaires ou politiques[44],[72].

Dans les années 1980, ferme opposant au Parti communiste, il critique l'entrée des ministres communistes au gouvernement, soutient l'installation des fusées américaines en Allemagne de l'Ouest et l'intervention française au Tchad, et s'engage en faveur du syndicat polonais Solidarność de Lech Wałęsa[44]. Il connaît un revirement idéologique et adhère au courant d'idées du libéralisme[44], qui arrive alors en France, promu par le courant de pensée There is no alternative[75]. Dans l'émission télé pédagogique Vive la crise ! ()[76] suivie par 20 millions de personnes[77], il prône un « capitalisme libéral »[78] tout en avouant ne rien connaître à l’économie[79]. L'historienne Gwénaëlle Le Gras considère qu'il devient « le prototype des stars politiques »[44]. Selon l'universitaire Michel P. Schmitt, Montand endosse à l'époque « le personnage de l'artiste engagé transformé en moraliste grisonnant, pourfendeur de l'oppression et défenseur tous azimuts des droits de l'homme, et dont le discours peut s'autolégitimer de la reconnaissance bruyante de ses erreurs passées »[74]. La popularité de ses interventions médiatiques est telle que l'hypothèse d'une entrée en politique est avancée, allant jusqu'à une potentielle candidature à l'élection présidentielle de 1988, l'érigeant en une sorte de « Ronald Reagan français »[40],[54],[80].

Toute sa vie, son engagement est empreint de coups de gueules, de ferveur, de lucidité (la reconnaissance de son aveuglement devant le stalinisme) et de fidélité aux idéaux de gauche. Malgré ses engagements et soutiens publics, il n'a jamais appartenu à un parti politique, mais fut militant des droits de l'homme et du Mouvement de la paix[39],[70].

PostéritéModifier

Enquêtes et révélations posthumesModifier

En 1989, Anne Drossart, ex-comédienne, engage une action en recherche de paternité au nom de sa fille Aurore, née le , pour démontrer que l'acteur est le père d'Aurore. En , le tribunal de Paris demande une analyse sanguine mais Yves Montand refuse de son vivant de se soumettre à cette expertise biologique et conteste la validité des témoignages suggérant des « relations stables et continues » entre lui et Anne Drossart. Ce refus des témoignages (dont celui de Claude Sautet) entraîne l'ouverture d'une instruction pénale qui conclut deux ans plus tard, en 1993, à l'existence confirmée de cette relation. Le tribunal de grande instance de Paris, par un jugement du tirant les conséquences probatoires d'un tel refus et s'appuyant sur les conclusions de l'instruction pénale ainsi que « sur la grande ressemblance de la jeune fille », déclare la paternité d'Yves Montand[81]. Les ayants droit d'Yves Montand (Catherine Allégret et Carole Amiel) saisissent la cour d'appel deux ans plus tard, en 1996, pour obtenir la réformation de la décision. Toutes les parties au procès sollicitent du juge que soit autorisée une expertise comparative d'ADN post-mortem. Cette décision fait suite au prélèvement biologique entre Drossart et Valentin Livi qui a conclu, avec une marge d'erreur de 0,1 %, à la non-paternité. Le résultat est contesté par Anne Drossart, les experts déclarent que seuls les tissus de l'acteur-chanteur peuvent apporter la certitude absolue. Sa dépouille est exhumée nuitamment le , pour être prélevé à l'institut médico-légal. L'exhumation émeut fortement l'opinion publique et divise les juristes[82],[83]. Le , trois experts remettent à la cour d'appel de Paris leur rapport concluant à la « non-paternité » d’Yves Montand[84]. Les Drossart, défendus par Gilbert Collard, se pourvoient en cassation en 1999. Le pourvoi est rejeté en 2001, clôturant définitivement la procédure[85].

En 2004, son petit-fils adoptif, Benjamin Castaldi, dans son livre Maintenant, il faudra tout se dire, soutient qu'il y aurait eu une liaison amoureuse filialement perturbante, à la fois dite et non dite et connue de Signoret, entre Yves Montand et sa mère Catherine Castaldi née Allégret, fille de Simone Signoret, élevée par Montand et tout juste majeure[86]. En 2005, quatre mois après les affirmations de son fils Benjamin Castaldi, Catherine Allégret évoque ladite relation avec son père adoptif, dans un livre intitulé Un monde à l'envers, dans lequel elle écrit qu'il se serait livré à des attouchements sur elle au moins une fois quand elle était enfant et qu'il aurait longtemps gardé plus tard une « attitude plus qu'équivoque » à son égard[87]. En réaction, Carole Amiel et Valentin Livi, accompagnés d'une soixantaine de personnalités dont Alain Delon et Line Renaud, viennent rendre hommage à Yves Montand sur sa tombe[88]. Ces déclarations isolent la branche Allégret-Castaldi du reste d'une partie de l'entourage et de la famille de Montand[88].

HommagesModifier

Georges Perec le cite dans son souvenir no 49 de Je me souviens (1978) : « Je me souviens que c'est grâce à Édith Piaf que les Compagnons de la chanson, Eddie Constantine et Yves Montand débutèrent ».

En 1998, la ville de Paris baptise promenade Signoret-Montand une voie longeant le bassin de la Villette.

FilmographieModifier

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Le prénom César est plusieurs fois présent dans sa filmographie, on peut citer, par ordre chronologique :

Courts et moyens métragesModifier

Box-officeModifier

 
Yves Montand sur le tournage de Grand Prix en 1966, l'un de ses plus grand succès dans le monde.

Il cumule 94 739 993 entrées sur 39 films répertoriés au box office, en France[89]. À Paris, Le Salaire de la peur reste son meilleur chiffre avec 1 601 140 entrées.

Ses films ont été également exportés principalement :

  • en Italie depuis le succès du Salaire de la Peur qui fera finalement 3 300 000 entrées, exploitation d’abord sporadique puis de plus en plus régulière ;
  • en Espagne de manière régulière à partir de 1965 avec Compartiment tueurs.

Grand Prix reste d’un de ses plus beaux succès à l’étranger avec 1 720 456 en Espagne et 3 500 000 en Italie.

Dans le tableau, sont comptabilisées et classées les entrées France des films auxquels Yves Montand a participé. Pour certains films, l’année de comptabilisation diffère avec l’année de tournage et de production pour des raisons de sortie et d’exploitation en salle différée.

Box-office d'Yves Montand en France
Film Année Réalisateur Entrées
Jean de Florette 1986 Claude Berri 7 223 657 entrées
Le Salaire de la peur 1953 Henri-Georges Clouzot 6 944 306 entrées
Manon des Sources 1986 Claude Berri 6 645 117 entrées
La Folie des grandeurs 1971 Gérard Oury 5 565 824 entrées
Napoléon 1955 Sacha Guitry 5 405 252 entrées
Paris brûle-t-il ? 1966 René Clément 4 946 274 entrées
Le Cercle rouge 1970 Jean-Pierre Melville 4 339 821 entrées
Z 1969 Costa-Gavras 3 952 913 entrées
Paris chante toujours ! 1952 Pierre Montazel 3 144 242 entrées
Vivre pour vivre 1967 Claude Lelouch 2 936 035 entrées
Les héros sont fatigués 1955 Yves Ciampi 2 874 200 entrées
Vincent, François, Paul... et les autres 1974 Claude Sautet 2 807 800 entrées
La Route du bonheur (Saluti e baci) 1953 Maurice Labro et Giorgio Simonelli 2 712 791 entrées
César et Rosalie 1972 Claude Sautet 2 577 865 entrées
Les Portes de la nuit 1946 Marcel Carné 2 559 337 entrées
Aimez-vous Brahms… 1961 Anatole Litvak 2 387 793 entrées
Souvenirs perdus 1950 Christian-Jaque 2 382 245 entrées
La Loi 1959 Jules Dassin 2 381 000 entrées
Le Sauvage 1975 Jean-Paul Rappeneau 2 373 738 entrées
Tout feu, tout flamme 1982 Jean-Paul Rappeneau 2 279 445 entrées
L'Aveu 1970 Costa-Gavras 2 140 297 entrées
L'Air de Paris 1954 Marcel Carné 2 074 167 entrées
I… comme Icare 1979 Henri Verneuil 1 829 220 entrées
Le Choix des armes 1981 Alain Corneau 1 787 299 entrées
Clair de femme 1979 Costa-Gavras 1 767 803 entrées
Les Sorcières de Salem 1957 Raymond Rouleau 1 686 749 entrées
Étoile sans lumière 1945 Marcel Blistène 1 651 284 entrées
Le Diable par la queue 1969 Philippe de Broca 1 620 703 entrées
Police Python 357 1976 Alain Corneau 1 464 582 entrées
Garçon ! 1983 Claude Sautet 1 434 467 entrées
Le Milliardaire 1960 George Cukor 1 434 281 entrées
La Menace 1977 Alain Corneau 1 346 966 entrées
Marguerite de la nuit 1955 Claude Autant-Lara 1 309 923 entrées
Hommes et Loups (Uomini e lupi) 1957 Giuseppe De Santis 1 285 991 entrées
L'Idole 1948 Alexander Esway 1 210 540 entrées
Compartiment tueurs 1965 Costa-Gavras 1 079 154 entrées
État de siège 1972 Costa-Gavras 1 067 741 entrées
Grand Prix 1967 John Frankenheimer 996 315 entrées
Un dénommé Squarcio (La grande strada azzurra) 1958 Gillo Pontecorvo 923 371 entrées
IP5 1992 Jean-Jacques Beineix 855 136 entrées
Le Fils 1973 Pierre Granier-Deferre 830 931 entrées
La Guerre est finie 1966 Alain Resnais 778 596 entrées
Le Hasard et la Violence 1974 Philippe Labro 717 036 entrées
Le Grand Escogriffe 1977 Claude Pinoteau 708 219 entrées
Ma geisha 1962 Jack Cardiff 684 781 entrées
Les Routes du sud 1978 Joseph Losey 561 951 entrées
Premier mai (Festa di maggio, Le Père et l’Enfant) 1959 Luis Saslavsky 529 798 entrées
Un soir, un train 1968 André Delvaux 318 632 entrées
Trois Places pour le 26 1988 Jacques Demy 295 017 entrées
Quelques pas dans la vie (Tempi nostri) 1954 Alessandro Blasetti et Paul Paviot 209 314 entrées
Netchaïev est de retour 1991 Jacques Deray 182 515 entrées
Tout va bien 1972 Jean-Luc Godard 157 162 entrées
Sanctuaire (Sanctuary) 1961 Tony Richardson 132 623 entrées
Mister Freedom 1969 William Klein 126 312 entrées
Beyond Therapy 1987 Robert Altman 101 315 entrées
Melinda (On a Clear Day You Can See Forever) 1970 Vincente Minnelli 28 456 entrées


DiscographieModifier

ThéâtreModifier

PublicationModifier

  • Yves Montand, Du soleil plein la tête, souvenirs recueillis par Jean Denys, Les Éditeurs français réunis, 1955.

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Emmanuel Bonini, un biographe controversé de Montand, soutient que cette « couverture » a pu cacher une relation plus intime[8].
  2. il grave également Et la fête continue - deux chansons extraites du film Les Portes de la nuit. Dès 1947, la chanson Les feuilles mortes est créée par Jacques Douai et enregistrée par Cora Vaucaire. En 1951, Yves Montand l'interprète dans le film de Luciano Emmer Paris est toujours Paris
  3. Jorge Semprun le présente dans son livre sur Yves Montand comme « un film de montage de documents et d'entretiens avec des militants et des leaders politiques ayant participé à la guerre civile espagnole dans l'un et l'autre camp. D'où son titre. »

RéférencesModifier

  1. Hervé Hamon et Patrick Rotman, Montand raconte Montand, Seuil, , p. 15.
  2. a b et c Antoine Olivesi et Claude Pennetier, « Livi Julien », sur maitron.fr, Le Maitron, .
  3. « Portraits d'artistes | Musée national de l'histoire de l'immigration », sur www.histoire-immigration.fr (consulté le )
  4. Pierre Lherminier, Signoret Montand. Deux vies dans le siècle, Ramsay, , p. 20.
  5. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 4
  6. Hervé Hamon et Patrick Rotman, Montand raconte Montand, Seuil, , p. 31.
  7. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 3.
  8. Marc Fourny, Ce livre qui raconte l’amitié particulière d’Yves Montand et de Reda Caire, lepoint.fr, 23 octobre 2021.
  9. Philippe Grocq et Jean Mareska, Montand, qu'est-ce qu'elles ont à tant l'aimer ?, lire en ligne.
  10. L'Express, 1969.
  11. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 6 et 7.
  12. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 9 et 10.
  13. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 10.
  14. a et b Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 11.
  15. Jean Tulard Dictionnaire du cinéma : les acteurs, ed. Robert Laffont
  16. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 13,14.
  17. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 15
  18. Biographie de Francis Lemarque Universalis.
  19. (en) Mila Oiva, Hannu Salmi et Bruce Johnson, Yves Montand in the USSR: Cultural Diplomacy and Mixed Messages, Springer International Publishing, (ISBN 978-3-030-69047-2 et 978-3-030-69048-9, DOI 10.1007/978-3-030-69048-9, lire en ligne)
  20. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 20.
  21. a et b Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 22.
  22. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 23.
  23. Rémi Raemackers, 2011, fascicule coffret CD Yves Montand Ce monsieur-là, p. 17, 23 et 24.
  24. Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma : les acteurs, éd. Robert Laffont.
  25. Hamon et Rotman 1990, p. 496.
  26. a b et c Hamon et Rotman 1990, p. 497.
  27. Hamon et Rotman 1990, p. 499.
  28. a b c et d Hamon et Rotman 1990, p. 532.
  29. a et b Fabrice Ferment / CNC, « Cote Officielle 1969 », sur top-france.fr (consulté le ).
  30. Hamon et Rotman 1990, p. 533.
  31. Hamon et Rotman 1990, p. 498.
  32. Les années 70 de Claude Sérillon, Éditions du Chêne, Hachette Livre, 2006, p. 38.
  33. a b et c Hamon et Rotman 1990, p. 515.
  34. Yoann Sardet, « 35 stars qui ont maigri pour un film : les plus grosses pertes de poids du cinéma », sur Allociné, .
  35. a b c et d Hamon et Rotman 1990, p. 516.
  36. a et b Hamon et Rotman 1990, p. 517.
  37. a et b Hamon et Rotman 1990, p. 519.
  38. Hamon et Rotman 1990, p. 520.
  39. a b c d e f g h i et j « Ivo Livi, dit Yves Montand », encyclopédie Larousse (consulté le ).
  40. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y et z « Biographie — Yves Montand », sur www.yves-montand-site-officiel.com (consulté le ).
  41. Vincent Josse, « Le grand Atelier fantôme d'Yves Montand », sur www.franceinter.fr, Le Grand Atelier, France Inter, .
  42. « Montand International », sur www.dvdcritiques.com (consulté le ).
  43. Claude Berri, Autoportrait, Paris, éditions Léo Scheer, , 368 p. (ISBN 9782914172684).
  44. a b c d e f g h i j k l m n et o Gwénaëlle Le Gras, « Montand Yves », sur maitron.fr, Le Maitron, .
  45. a et b Paul-Marie de La Gorce, « “La guerre en face” : fantasmes et manipulations », Traitement de choc à la télévision, sur www.monde-diplomatique.fr, Le Monde diplomatique, .
  46. « Plateau Yves Montand » [vidéo], sur ina.fr, Antenne 2, Journal de 20 heures, .
  47. a b et c « Quand Yves Montand disait « Vive la crise ! », sur www.franceinter.fr, émission La Marche de l'histoire, France Inter, .
  48. a b c et d « Citoyen Montand, au créneau ! », sur www.lemonde.fr, Le Monde, .
  49. a b et c Setni Baro, Positiver la crise avec Yves Montand, Paris, BoD, , 464 p. (ISBN 9782322096862, lire en ligne).
  50. a b et c (en) Judith Miller, « President Yves Montand? Not everybody scoffs », sur www.nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  51. Pascal Mouneyres, « Yves Montand Homo Politicus », ARTE Magazine, Arte, no 45,‎ , p. 6 (lire en ligne).
  52. a et b B.G., « Montand président : « Pourquoi pas ? », sur www.lemonde.fr, Le Monde, .
  53. « VIDÉO – Yves Montand se voyait “président de la République” en 1988 : qui l’a encouragé à se présenter ? », sur www.gala.fr, Gala, .
  54. a et b « Yves Montand n’envisage pas de devenir président », sur www.traces-ecrites.com, : « Merci pour votre sympathie et pour vos encouragements, mais pour le moment je n'envisage rien ».
  55. « Yves Montand en Israël » [vidéo], sur ina.fr, Antenne 2 Midi, .
  56. a et b Claude-Marie Trémois, « Quand Danièle Heymann racontait les coulisses du jury de Cannes 1987 », sur www.telerama.fr, Télérama, .
  57. [vidéo] Yves Montand et Maurice Pialat au Festival de Cannes - Archive INA sur YouTube, .
  58. [vidéo] Yves Montand Question à domicile : la politique et l'argent - Archive INA sur YouTube, .
  59. « Polémique autour de l'émission de TF1 « Moi, Yves Montand, recordman des galas de bienfaisance je ne travaille pas que pour le pognon » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  60. Marc Belpois, « Patrick Rotman : “Yves Montand est un formidable sismographe des passions du XXe siècle” », sur www.telerama.fr, Télérama, (consulté le ).
  61. « Les 7 stars du Père-Lachaise : les ultimes confidences d'Yves Montand à un pompier », Frédéric Lewino et Marie Salah, Le Point.fr, 1er novembre 2014 (consulté le 4 juillet 2016).
  62. Décès en France, « M. LIVI Ivo - Décès en France - Moteur de recherche des personnes décédées en France », sur www.deces-en-france.fr (consulté le )
  63. « Montand, 10 ans d'absence », Catherine Pouplain-Pédron, RFI Musique.com, 6 novembre 2001 (consulté le 4 juillet 2016).
  64. Voir Les Archives du JT de l’INA du 13 novembre 1991.
  65. Archives INA JT : MONTAND: factuel obsèques. (consulté le 3 décembre 2019).
  66. a b c d et e Frédéric Martinez, chap. 17 « Yves Montand et Simone Signoret. La gloire aux trousses », dans Patrice Gueniffey, Les couples illustres de l'histoire de France, Paris, Perrin, coll. « Tempus », , 536 p. (ISBN 9782262079383, présentation en ligne), p. 413-432.
  67. « vanityfair.fr/culture/people/story/marilyn-monroe-yves-montand-premier-scandale-people/ »
  68. a et b Les Légendes d'Hollywood, « Marilyn Monroe dans Les hommes préfèrent les blondes », p. 16.
  69. a et b « Des photos retrouvées montrent Marilyn Monroe enceinte d'Yves Montand. », sur lci.fr, (consulté le ).
  70. a b c d e f g et h « L'artiste « engagé » : Du communisme à la désillusion », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le ).
  71. Yves Montand, l'ombre au tableau, documentaire de Karl Zéro et Daisy d'Errata, Troisième Oeil et Arte France, 2015.
  72. a b c d et e Christian Marcadet, « Un chanteur populaire : Yves Montand », Sociétés & Représentations, vol. 8, no 1,‎ , p. 187–216 (présentation en ligne).
  73. Beau, Nicolas., Dans l'oeil des RG, Paris, Robert Laffont, 245 p. (ISBN 978-2-221-22081-8 et 2-221-22081-1, OCLC 1125270238, lire en ligne)
  74. a b c d e et f Yves Montand sur le site de l'Encyclopædia Universalis.
  75. « Vive la crise! Et caetera », sur archive.wikiwix.com (consulté le )
  76. « Quand Yves Montand et Laurent Joffrin criaient «Vive la crise!»... », sur web.archive.org (consulté le )
  77. André Halimi, Le show-biz et la politique, Ramsay, , p. 45.
  78. Vive la crise : pédagogie de la soumission. Reportage radio diffusé sur France Inter dans l'émission Là-bas si j'y suis en 2006.
  79. Il y a quinze ans, « Vive la crise ! » in le Monde diplomatique
  80. « L'Œil de l'INA : Yves Montand, centenaire du roi des troubadours qui rêvait d'être président », sur Le Figaro,
  81. Revue trimestrielle de droit civil, Sirey, , p. 540.
  82. « L'expertise contredit les prétentions d'Aurore Drossart. L'ADN laisse Montand reposer en paix. Les examens génétiques pratiqués sur la dépouille du comédien concluent qu'Aurore Drossart n'est pas sa fille », sur Libération,
  83. « Aurore Drossart ou la mémoire d’outre tombe », sur Le Progrès, . Pour le sondage IPSOS cité dans l'article : « L'exhumation d'Yves Montand[site= IPSOS »,
  84. Natalie Levisalles, « Trois experts, une seule conclusion. La comparaison des gènes leur permet d'être formels. », sur liberation.fr, (consulté le ).
  85. Condamnée à payer les dépens du procès (soit 33 500 euros) réclamés par la famille Montand, Aurore organise son insolvabilité, vit depuis de petits métiers et décide de ne jamais posséder d'appartement pour éviter qu’on saisisse son salaire ou son logement. (Juliette Demey, « Aurore Drossart : "Pour moi, mon père sera toujours Yves Montand" », sur archive.francesoir.fr, (consulté le )).
  86. Article paru dans Libération, Par Luc Le Vaillant, mercredi 29 septembre 2004.
  87. Hélène Mathieu, « Catherine Allégret : « Cette vérité, c’est à moi de la dire » », sur psychologies.com, (consulté le )
  88. a et b Marc Fourny, « Valentin Livi : le fils de Montand évoque ce père qui lui manque tant », sur www.lepoint.fr, Le Point, .
  89. Cf. Nombre d’entrée des films classés au box office avec Yves Montand. consultation du 16 novembre 2018.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

DocumentaireModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :