Ouvrir le menu principal

Kenpeitai
Image illustrative de l’article Kenpeitai
Officiers de la Kenpeitai à bord d'un train (1935)

Création 1881
Dissolution août 1945
Pays Drapeau du Japon Japon
Allégeance Empire du Japon
Branche Armée impériale japonaise
Type Gendarmerie
Effectif 7 500
Fait partie de Ministère de l'Intérieur dans les îles japonaises
Ministère de la Guerre en territoires occupés
Guerres Première guerre sino-japonaise
Guerre russo-japonaise
Invasion de la Mandchourie
Seconde guerre sino-japonaise
Seconde guerre mondiale
Commandant Hideki Tōjō
Commandant historique Yasumasa Fukushima

La Kenpeitai (憲兵隊?) est la police militaire de l'Armée impériale japonaise. Fondée en 1881 pendant l'ère Meiji, elle a été dissoute en 1945, puis officiellement supprimée en 1947.

HistoireModifier

Elle est fondée en 1881 par un décret concernant la gendarmerie (憲兵条例), prenant pour modèle la gendarmerie française.

Elle servait de police secrète pour traquer les opposants au régime ; elle fut l'une des polices les plus redoutées du Japon. La Kenpeitai fut dirigée par le général Hideki Tōjō durant la Seconde Guerre mondiale, puis supprimée par la Constitution japonaise de 1947. La Kenpeitai fut parfois surnommée « la Gestapo japonaise », car toutes deux ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

Un membre de ce corps était surnommé un kenpei.

Certains de ses agents ont procédé à des exécutions sommaires, notamment lors de l'incident d'Amakasu de 1923.

A la suite du coup de force japonais du 9 mars 1945 en Indochine, des milliers de prisonniers français — soldats et civils — sont massacrés à la mitrailleuse, au sabre ou à coups de pioches par la Kenpeitai. Des centaines d’autres sont envoyées dans des camps, en pleine jungle, où la mortalité est extrêmement élevée. Ils y suffoquent dans des cages en bambous infectes et exiguës et régulièrement soumis à la torture. Toutes les méthodes sont utilisées : les coups, l’eau, l’électricité, les brûlures[1].

Membres renommésModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Victimes françaisesModifier

Représentations dans la culture populaireModifier

La Kenpeitai est représentée dans la série télévisée The Man in the high castle, uchronie dans laquelle le Japon et le IIIe Reich ont gagné la Seconde Guerre mondiale et ont envahi les États-Unis en se partageant les territoires. La Kenpeitai y joue un rôle de premier plan dans la traque des réseaux de résistance qui se sont formés contre les deux nouveaux gouvernements de l'ancien territoire américain.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Guillaume Zeller, Les Cages de la Kempetaï. Les Français sous la terreur japonaise, Tallandier, 2019.