Henri Amouroux

journaliste et historien français

Henri Amouroux, né le à Périgueux et mort le au Mesnil-Mauger, dans l'ancienne commune de Sainte-Marie-aux-Anglais (Calvados), est un journaliste, écrivain et historien français, membre de l'Institut de France et président du prix Albert-Londres pendant 21 ans. Son œuvre principale est La Grande Histoire des Français sous l'occupation.

Henri Amouroux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Académie des sciences morales et politiques
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Spécialité
Distinctions

C'est au cours du procès du secrétaire Général de la Gironde Maurice Papon en 1997, que l'avocat des parties civiles Maître Gérard Boulanger, va évoquer les activités passées d'Henri Amouroux, cité comme témoin par la défense, au sein du journal collaborationniste la Petite Gironde au cours de Seconde Guerre Mondiale. Henri Amoureux gagnera ensuite en appel un procès en diffamation contre l'avocat[1],[2].

BiographieModifier

Âgé de dix-huit ans, Henri Amouroux s'inscrit à l’École supérieure de journalisme de Paris[3], il effectue son premier stage à l’agence de presse Opera Mundi à Paris à la fin 1938.

Puis il retourne à Bordeaux et devient journaliste stagiaire[4] à La Petite Gironde qui est alors le plus ancien et le principal quotidien de la région et dans lequel il publie une série historique de « douze portraits de gloires nationales » incluant Napoléon Bonaparte, François-René de Chateaubriand, Victor Hugo et André-Marie Ampère[3].

Pendant la Seconde Guerre mondialeModifier

Il entre en janvier 1942 au sein du journal quotidien maréchaliste La Petite Gironde, âgé de 21 ans[3]. Henri Amouroux travaille au sein de la rédaction dirigée par Jacques Lemoine[5].

À cette époque La Petite Gironde compte parmi ses principales signatures André Maurois de l'Académie française, Gérard Bauër de l'Académie Goncourt ou bien encore le député radical-socialiste Jean Montigny.

Les responsables de la Petite Gironde se réunissent quotidiennement avec les responsables de la censure allemande, la Propagandastaffel, dirigée par l'officier allemand Kurt Dörnemann afin de déterminer la ligne éditoriale du journal[2].

Le [3], Henri Amouroux adhère au réseau Jade-Amicol[3],[6],[7], groupe de résistance rattaché à l'Intelligence Service britannique et fondé par un officier du Deuxième Bureau et un père jésuite. Ce réseau comptera jusqu'à 1 200 membres dont Hélie Denoix de Saint Marc. En 2009, François d'Orcival décrit le rôle tenu par Henri Amouroux au sein du réseau « il porte des plis, des consignes, transporte des postes émetteurs clandestins »[3] et dévoile le numéro de matricule (no 568) de son titre de la Fédération régionale des réseaux de Forces françaises combattantes du Sud-Ouest[3].

Le 1er mars 1943, Henri Amouroux quitte Bordeaux pour aller travailler en Allemagne au titre de la loi de la Relève du 4 septembre 1942[5], dans le train dit de la Presse, sur l'initiative mise en place par le directeur Me Delmas de l'imprimerie. Travaillant sur le chantier naval Burmeister und Mauret situé à Ostwine sur l'île de Wollin sur la Mer Baltique. Il rentre en France après 3 mois[5] ou 5 mois dans des conditions alors non élucidées [2].

Après la guerre, il est décoré de la Croix de guerre 1939-1945 pour un fait d'armes contre l'ennemi, à proximité de Royan, et durant lequel il est blessé[3].

A la libération et les décennies suivantesModifier

La Petite Gironde, journal favorable au régime de Vichy étant interdite de reparution pour cause de collaborationnisme à la Libération[7], sa carte de presse est alors suspendue pour une durée de 6 mois [5],[8].

Cependant, à la libération de Bordeaux, au mois d', il devient journaliste à Sud Ouest, nouveau quotidien remplaçant La Petite Gironde fondé par Jacques Lemoîne, un ancien du réseau Jade-Amicol et ancien rédacteur en Chef de la Petite Gironde[3].

Il occupe les postes successifs de secrétaire de rédaction, secrétaire général adjoint de la rédaction, secrétaire général de la rédaction, rédacteur en chef adjoint, rédacteur en chef (1966), avant de venir directeur général adjoint, puis directeur général entre 1968 et 1974. Il quitte alors le journal pour prendre la direction du quotidien national France-Soir[3] jusqu'en 1975. De 1977 à 1982, il est codirecteur et éditorialiste du quotidien régional Rhône-Alpes[7].

Président du jury du prix Albert-Londres[7] de 1984 à 2006[9], il avait souhaité démissionner et avait été alors élu président honoraire à l'unanimité des membres de l'association. Il était membre de l'Académie des sciences morales et politiques depuis 1978[3].

Il réalise également de grands reportages de politique étrangère, sur le Viêt Nam, l'Union soviétique et Israël[3] et réalise des émissions de radio pour France Inter : Les Rendez-vous de l'histoire et de télévision (pour TF1).

En 1984, au cours d'une conférence à Bordeaux, il indique être revenu d'Allemagne au cours de l'année 1943 avec des faux papiers[2].

Henri Amouroux était membre du réseau Jade-Amicol, important groupe de résistants bordelais. Cependant, Pierre Moniot, l'un des principaux responsables de l'organisation, portait sur un regard dubitatif, son nom étant inscrit dans une liste d'agents de Bordeaux, l'indication « renseignements trois derniers mois »[10]. Henri Amouroux avait également été inscrit, selon les mêmes sources, dans la « liste des agents dont nous ne connaissons pas assez l'activité pour estimer s'ils méritent une récompense »[10].

Carrière littéraireModifier

Parallèlement à son métier de journaliste, Henri Amouroux a mené une carrière littéraire qui, d'abord discrète, lui a conféré une notoriété certaine, et a provoqué une polémique avec certains historiens lorsqu'il a entrepris d'écrire La Grande Histoire des Français sous l'occupation, jugée comme étant ou une plaidoirie, du moins bien indulgente envers le régime de Vichy[11],[7].

Les premiers volumes de cette fresque, Le Peuple du désastre (1976), Quarante millions de pétainistes (1977), sont des succès de librairie. Les neuf premiers tomes ont été vendus à plus de deux millions d'exemplaires, le dernier paraît en 1993 : La Page n'est pas encore tournée.

Il a également publié Monsieur Barre (1986), première biographie de l'ancien Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing, De Gaulle raconté aux enfants (1990) et Pour en finir avec Vichy - tome I : Les Oublis de la mémoire 1940 (1997) – tome II : Les Racines des passions 1940-1941 (2005).

Henri Amouroux laisse après sa mort une très importante documentation inédite (« [...] 100 mètres linéaires de documentation[12] ») sur la Seconde Guerre mondiale, dont de multiples témoignages recueillis parmi la population. Le contenu de ces archives, dans lesquelles figurent souvent des faits de résistance isolés, constitue pour les chercheurs une source nouvelle et importante, relativement négligée jusqu'ici par les historiens[12].

Procès de Maurice Papon : la révélation de ses activités passéesModifier

Lors du procès de Maurice Papon à Bordeaux qui se tient du 8 octobre 1997 à , Henri Amouroux témoigne le 31 octobre 1997 à décharge du régime vichyste[13] et en faveur de Maurice Papon[7],[14],[13],[15],[16],[17],[18],[2]. Il s'oppose notamment à l'historien américain Robert Paxton[14],[13],.

En effet, cité comme témoin par la défense de Maurice Papon, Henri Amouroux soutenait au contraire que le régime de Vichy, à son point de vue, ignorait le sort réservé aux juifs déclarant malgré les nombreux appels de la BBC et alertes durant les années 1942 et 1943[2] jugeant « Le sachant, ils n'auraient pas tout fait pour envoyer les enfants à leurs parents déportés. Cela aurait été criminel»[13].

Robert Paxton a, au contraire, décrédibilisé très profondément la «stratégie du bouclier», idéologie de l'après guerre très vivace dans l'opinion française suivant laquelle le régime du Maréchal Pétain avait protégé la population afin de permettre au Général de Gaulle de reprendre l'offensive contre l'occupant allemand. Robert Paxton réduit en effet la résistance des fonctionnaires mise en avant par les gaullistes après la libération, invoquant la réalité des chiffres : 76 000 déportés dans un pays où, pour des raison géographiques et culturelles, les personnes juives sont difficiles a identifier en comparaison des Pays-Bas ou «A Amsterdam, ils étaient regroupés, ils parlaient yiddish, travaillaient sur le marché du diamant»[13].

L'historien américain souligne au contraire que le régime de Vichy a anticipé et créé ses propres lois antisémites avec la création du fichier juif, sans demande de la part des autorités allemandes afin de se glisser l'Europe nouvelle des puissances de l'Axe, en contrepartie de sa participation à «l'élimination des ennemis du Reich»[13].

Au cours du procès, ou sa déclaration apparaît comme embrouillée[13], Henri Amouroux est interrogé par Me Jakubowicz, avocat des parties civiles, sur sa qualité d'historien en ces termes :

Maitre Jakubowicz "Monsieur Amouroux, êtes vous historien ? " Henri Amouroux : "Certainement pas ! Mais j'essaie d'écrire des livres d'histoire, c'est ma passion"[2].

De même, son travail en tant que rédacteur au sein du quotidien «la Petite Gironde» de 1942 à 1944, une feuille vichyste et interdite de parution à la Libération (ce que Henri Amouroux confirma lui-même) fut exposé[2] :

Maître Jakubowicz : "Le témoin peut il nous dire ou était lui-même pendant la guerre ?"

Henri Amouroux. : "À Bordeaux"

Maître Jakubowicz : "A-t-il écrit dans le journal "la Petite Gironde" ?"

Henri Amouroux : "J'ai écrit 4 ou 5 articles dans la petite Gironde. Des articles sur les grandes gloires françaises, du Guesclin, Jeanne d'Arc..."

Maître Jakubowciz : "Est ce que la Petite Gironde avait des sympathies plutôt maréchalistes ou plutôt pour l'Allemagne Nazie ?"

Henri Amouroux : "Maréchaliste oui ! Pour l'Allemagne nazie, non !"

Maître Jakubowicz: "On trouve pourtant dans la petite Gironde des discours de Joseph Goebbels entièrement reproduits ainsi que des articles qui souhaitent que l'Allemagne Nazie triomphe".

Henri Amouroux :"Euh... pfff... Vous savez Monsieur le Président, tous les journaux de l'Occupation ont publié des discours de Goebbels..."

Un des avocats des parties civiles, Gérard Boulanger, interroge à nouveau le propre passé du journaliste[14],[13], lui rappelant qu'il était resté rédacteur à La Petite Gironde à l'époque où celle-ci fut soupçonnée par la suite d'être un journal ultra-collaborationniste. « Si vous avez écrit 40 millions de pétainistes, c'est sans doute pour vous sentir moins seul », lui avait-il lancé[19].

Henri Amouroux intente un procès en diffamation[20],[21] en raison des déclarations de ce dernier devant la presse hors prétoire et, après diverses péripéties judiciaires qui révélèrent son passé au cours des années 1940-1944[22],[23],[24],[5],[25],[2], qu'il perdit d'abord puis gagna en appel[7].

Procès pour diffamationModifier

Le procès en 1997Modifier

C'est au cours du Procès Papon, le 31 octobre 1997, qu'un des avocats des parties civiles, M Maître Gérard Boulanger, souhaita interroger M Henri Amouroux, cité comme témoin par la défense de l'ancien secrétaire général de la Gironde M Maurice Papon, sur ses activités au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Cette autorisation ne luit pas accordé par le président du procès[2],[8].

De ce fait, Maître Gerard Boulanger avait affirmé après avoir quitté le prétoire, au cours d'une déclaration devant la presse hors prétoire, à sa sortie de la salle d'audience qu'il aurait aimé demander au témoin :

« ce qu'il faisait quotidiennement dans les réunions de la Propaganda Staffel »[2].

C'est pour de ces propos repris en masse par la presse écrite, les radios, la télévision, Henri Amouroux réclame 1 franc de dommages et intérêts et 500 000 francs pour l'insertion du jugement dans vingt journaux[5]. Son avocat, Maître Bernard Prevost, soutenait qu'il n'y avait pas de preuve qu'Henri Amouroux se rendait «quotidiennement» dans les bureaux de la Propaganda Stafel, et qu'il y avait donc diffamation[2]. Le chef de la Propaganda Stafel, l'officier Kurt Doernemann, déclara dans ses mémoires n'avoir plus traces écrites des instructions transmises à la presse bordelaise parce que les registres étaient aux mains d'Amouroux et d'un autre journaliste de l'époque[8].

L'affaire est plaidée le 1er décembre 1997, devant la 1re Chambre Civile du Tribunal de Paris en l'absence de M Henri Amouroux et la présence de Maître Gérard Boulanger[2].

C'est au cours de ce procès que sont révélés d'une part son départ dans le chantier allemand Burmeister und Muret à Ostwine en Allemagne du 1er Mars au début du mois d'Août 1943 au titre du train de la presse, sur une initiative de M Delmas, directeur et propriétaire de l'imprimerie Delmas. D'autre part, le procès met en lumière les conditions particulières dont il a bénéficié à son retour d'Allemagne au cours de l'année 1943, au regard des circonstances drastiques en cours pendant la Seconde Guerre Mondiale[5]. C'est en effet dans un courrier du 8 novembre 1997, adressé à Maître Gérard Boulanger par M Henri Braun, le président de l'Association Départementale de la Gironde des Victimes et Rescapés des Camps Nazis du Travail Forcé (A.D.G.V.R.C.N.T.F) que la défense apprend qu'Henri Amouroux a bénéficié pour son retour de l'accord conjoint des autorités allemandes et françaises et non contrairement à ses déclarations de 1984 avec des faux papiers[2]. L'association indique que dans ce cas, la continuité de son activité professionnelle au sein de la Petite Gironde en cas de recherches conjointes de la gendarmerie et la police françaises n'aurait pas été rendue possible[2].

Me Georges Kiejman qui défend Maître Gérard Boulanger, souligne que ce dernier avait eu raison au cours du procès de Maurice Papon, de s'interroger sur la crédibilité d'Henri Amouroux en tant que témoin, appelé par la défense au procès Papon en comparaison des historiens de cette période historique reconnus comme l'américain Robert Paxton ou le français Jean-Pierre Azema cités comme témoins par les parties civiles.

En tant qu'avocat des parties civiles, Maître Boulanger avait «le devoir» de s'assurer de l'honnêteté de «quelqu'un qui pérore du haut d'une virginité affirmée, mais pas démontrée»[5] et que "le devoir de l'avocat est de s'assurer que l'expert qui vient témoigner dans un procès n'a pas dans son histoire personnelle des raisons qui le poussent à nous expliquer que 40 millions de français adhéraient au Maréchal Pétain, et qu'après tout cette adhésion était justifiée"[2].

Henri Amouroux, qui n'était pas présent pendant les débats, fut débouté le 5 décembre 1997[2]. Il fait appel de cette décision.

Le procès en appelModifier

Maître Gérard Boulanger est condamné en appel le lundi 14 juin 1999, la justice estimant qu' « aucun des documents produits par Me Boulanger ne lui permettait de proférer de tels propos » et qu' « en raison de l'inadéquation entre les éléments dont disposait Me Boulanger et la violence des propos diffamatoires tenus par ce dernier », il ne pouvait lui accorder le bénéfice de la bonne foi. Ces paroles ayant été prononcées « hors du contrôle du président ». Pour l'ensemble de ces raisons, le tribunal considère que ses déclarations n'étaient pas couvertes par l'immunité judiciaire. Condamné à une amende de 40 000 francs, Me Gérard Boulanger fait appel de cette décision[26].

Cette décision est confirmée le 9 mars 2000[27].

HommageModifier

Après une longue opposition à Henri Amouroux, l'historien de la Shoah, Serge Klarsfeld, lui a rendu hommage au moment de sa mort au sujet de son œuvre : La Grande Histoire des Français sous l'occupation[7] : « [...] remarquant que [cet ouvrage] avait mis en lumière « le rôle salvateur de la population française à l'égard des Juifs[7] ». « Sensible aux travaux d'autres historiens, Amouroux avait rectifié certains de ses jugements et souligné plus nettement la noirceur de Vichy. L'honnêteté de l'enquêteur, en somme, l'avait emporté sur les convictions politiques[7]. »

DistinctionsModifier

DécorationModifier

Principaux ouvragesModifier

  • Israël, Israël – Vallée de larmes ou « Amérique » du Moyen-Orient, éd. Domat, 1951.
  • Croix sur l'Indochine, éd. Domat, 1955.
  • Le Monde de long en large, éd. Domat, 1956.
  • Une fille de Tel-Aviv. Roman, éd. del Duca, 1957.
  • J'ai vu vivre Israël, éd. Fayard, 1958.
  • Le 18 juin 1940, éd. Fayard, 1964 et éditions J'ai lu leur aventure no A174.
  • Pétain avant Vichy, éd. Fayard, 1967.
  • La Grande Histoire des Français sous l'occupation, dix volumes, éd. Robert Laffont, 1976-1993.
  • Monsieur Barre, éd. Robert Laffont, 1986.
  • Pour en finir avec Vichy, éd. Robert Laffont, deux volumes parus depuis 1997.
  • Trois fins de règne, éd. Jean-Claude Lattès, 2007.
  • La Vie des Français sous l’Occupation, éd. Fayard, coll. « Les grandes études contemporaines », Paris, 1961, 577 p. ; version en 2 tomes, parue aux éditions J'ai lu leur aventure, no A102/103 & A104/105.

Notes et référencesModifier

  1. Henri Amouroux s'est éteint, par lexpress.fr, publié le 6 août 2007.
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Charlie Hebdo, Hors série : le procès Papon : En supplément l'Affaire Amouroux, Paris, , 145 p.
  3. a b c d e f g h i j k l et m « Notice sur la vie et les travaux d’Henri Amouroux » par François d’Orcival, à l’Académie des sciences morales et politiques, le 7 décembre 2009, mis en ligne le 13 décembre 2009 sur canalacademie.com, consulté le 20 décembre 2009.
  4. Henri Amouroux, de l’Académie des sciences morales et politiques : Les tribunaux du peuple à la Libération, publié sur Canal Académie le 19 janvier 2006.
  5. a b c d e f g et h Brigitte Vital-Durand, « Quel journaliste fut Henri Amouroux en 1942 ? Il poursuivait Me Boulanger, avocat dans le procès Papon, pour diffamation. », sur liberation.fr, 2 décembre 1997.
  6. « Le parcours d’Henri Amouroux » sur Canal Académie.
  7. a b c d e f g h i et j Laurent Joffrin, [http://www.liberation.fr/culture/0101108555-fin-d-histoire-pour-henri-amouroux« Fin d'histoire pour Henri Amouroux »], Libération, 7 août 2007.
  8. a b et c Bernard Frederic, « QUESTION SUR UN PASSÉ », sur https://www.humanite.fr/, L'Humanité, (consulté le 2 mai 2020)
  9. « Le prix Albert-Londres – Interview d'Henri Amouroux », réalisée par Véronique Hamel, sur le site du prix, scam.fr.
  10. a et b Gérard Boulanger, Papon, un intrus dans la République, p. 272-273, sur le site : Affaire Papon – Le site des parties civiles, matisson-consultants.com.
  11. « La disparition d’Henri Amouroux », Le Figaro, 6 août 2007 : « [...] malgré les critiques des universitaires lui reprochant de montrer trop d'indulgence pour le régime de Vichy. » En 1994, la revue L'Histoire critiquait ainsi La Page n'est pas encore tournée, dernier volume de La Grande Histoire des Français sous l'occupation : « [...] En somme, Henri Amouroux ne dévie pas de son optique maréchaliste — bien que cette ligne ait été depuis longtemps enfoncée par les historiens. Son entreprise s'apparente plus à un combat idéologique qu'à la recherche sereine de la vérité. » (L'Histoire, no 175, mars 1994, p. 66).
  12. a et b Charlotte Capelle et Pascal Gallien, « La Résistance dans les fonds entrés par voie extraordinaire », Revue historique des armées, no 257, 2009 ; mis en ligne le 28 octobre 2009 sur rha.revues.org, consulté le 16 décembre 2009.
  13. a b c d e f g et h Pascale Nivelle, « Maurice Papon devant ses juges – Maurice Papon méprise la leçon d'histoire. Son avocat a contesté le droit de Robert Paxton à témoigner. », Libération, 1er novembre 1997, sur le site liberation.fr, consulté le 27 février 2009.
  14. a b et c « Procès Papon : les archives – Deux visions de l'histoire », Sud Ouest, 30 octobre 1997, sur le site sudouest.com, consulté le 27 février 2009.
  15. « Le journaliste et historien Henri Amouroux est décédé », Libération, 6 août 2007.
  16. « L'historien et journaliste Henri Amouroux est mort », AFP, 6 août 2007, sur avmaroc.com, consulté le 27 février 2009.
  17. « L'historien et journaliste Henri Amouroux est mort », Le Monde, 6 août 2007.
  18. « Le Procès Papon », Charlie-Hebdo, hors-série no 6, p. 144.
  19. Pascale Nivelle, « Maurice Papon devant ses juges : l'Histoire contestée d'Henri Amouroux – À Bordeaux, l'écrivain-journaliste a été bousculé par la défense. », sur liberation.fr, 3 novembre 1997.
  20. Franck Johannes, « Maurice Papon devant ses juges– Henri Amouroux porte plainte. Il estime que Me Boulanger l'a déshonoré vendredi. », sur liberation.fr, 4 novembre 1997.
  21. « Henri Amouroux porte plainte. », sur liberation.fr, 15 novembre 1997.
  22. « Nouvelle plainte d'Henri Amouroux. », sur liberation.fr, 1er décembre 1997.
  23. « Pas de référé pour Amouroux », sur liberation.fr, 6 décembre 1997.
  24. « Henri Amouroux débouté », L'Humanité, 6 décembre 1997, sur humanite.fr.
  25. Françoise-Marie Santucci, « Sale histoire entre l'historien et l'avocat – Henri Amouroux attaquait Gérard Boulanger, qui l'accuse de collaboration. », sur liberation.fr, 18 mai 1999.
  26. « Un avocat des parties civiles au procès Papon condamné pour diffamation envers Henri Amouroux », sur https://www.lemonde.fr/, Le Monde, (consulté le 2 mai 2020)
  27. « DIFFAMATION : condamnation de Me Gérard Boulanger pour diffamation publique envers Henri Amouroux », sur https://www.lemonde.fr/, Le Monde, (consulté le 2 mai 2020)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :