Coupe du monde de football 1950

4ème édition de la Coupe du monde de football
Coupe du monde de football 1950
Description de l'image Fifa brésil 1950.jpg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA
Édition 4e
Lieu(x) Brésil
Date du au
Participants 13 (25 partants)
Épreuves 22 rencontres
Affluence 1 043 500
(moyenne 47 431)
Site web officiel FIFA

Palmarès
Tenant du titre Italie (2)
Vainqueur Uruguay (2)
Finaliste Brésil
Troisième Suède
Buts 88 (moyenne 4)
Meilleur joueur Zizinho[1]
Meilleur(s) buteur(s) Ademir (8)

Navigation

La quatrième Coupe du monde de football s'est tenue au Brésil du au et fut remportée par l'Uruguay.

HistoireModifier

Après l’arrêt de la compétition en raison de la Seconde Guerre mondiale, Brésil et Suisse sont les deux seuls pays à proposer l’organisation respective des Coupes du monde 1949 et 1951 et les deux pays sont désignés pour être pays hôte de ces deux tournois le 26 juillet 1946 lors du congrès à Luxembourg[2]. Le 27 juillet 1948, les Coupes du monde 1949 et 1951 sont décalées en 1950 et 1954[2] et retrouvent un rythme quadriennal les années paires où ne se tiennent pas les Jeux olympiques (comme c’était le cas avant la guerre avec les éditions de 1930, 1934 et 1938).

La Coupe du monde 1950 est la seule qui ne comporte pas de finale proprement dite, une poule finale à quatre terminant en effet l'épreuve[3]. Par une heureuse coïncidence, l'affiche de la dernière journée oppose les deux équipes en tête du classement, Brésil et Uruguay, les seules encore en course pour le titre et comptant respectivement 4 et 3 points (contre 1 et 0 points pour les deux plus mal classées). Le choc décisif Brésil-Uruguay au stade Maracanã, a donc fait office de véritable finale, au détail près que le Brésil pouvait se contenter d'un match nul pour devenir champion du monde.

À la surprise générale, c'est l'Uruguay qui gagna le match et empocha sa seconde Coupe Jules Rimet. Le président de la FIFA Jules Rimet remit à cette occasion pour l'avant-dernière fois le trophée à l'équipe championne du monde, mais cette remise de coupe fut assez discrète, car l'abattement et la confusion régnaient après le coup de sifflet final au Maracanã[4]. Le gardien de but brésilien Moacyr Barbosa porta cette défaite toute sa vie durant comme une croix, accusé abusivement d'être responsable de la défaite.

 
Match d'ouverture du stade Maracanã, avant la coupe du monde de 1950. Archives nationales du Brésil.

Outre la finale qui n'en était pas vraiment une, la surprise de l'épreuve fut la victoire des États-Unis 1-0[5] sur l'Angleterre. Les Britanniques étaient de retour à la FIFA après pratiquement deux décennies de bouderie, et ils pensaient bien marquer les esprits à l'occasion de cette première Coupe de l'après-guerre en s'y présentant parmi les grands favoris. Les Anglais trouvèrent le poteau à plusieurs reprises et firent preuve de maladresse face aux buts de la modeste équipe des États-Unis. C'est pourtant bien le « petit poucet » qui mit à bas l'« ogre », tant et si bien que de nombreux Anglais crurent à une erreur de typographie quand les journaux britanniques publièrent le résultat. Non content de perdre face aux États-Unis, les Anglais s'inclinèrent également 1-0[6] contre l'Espagne et quittèrent la Coupe du monde par la petite porte. Le match Angleterre-États-Unis entraîna aussi une polémique car l'équipe américaine était suspectée d'avoir illégalement aligné des joueurs étrangers et donc non sélectionnables. Effectivement, trois joueurs[7] étaient bien d'origine étrangère et n'étaient pas ou pas encore citoyens américains. Cependant, aucune infraction au règlement de l'époque[8] n'a finalement été constatée par la FIFA, l'Angleterre ne déposant par ailleurs pas de plainte, et l'affaire fut donc classée sans suite[9].

Cette Coupe du monde se disputa dans des enceintes géantes, au premier rang desquelles le stade Maracanã qui pouvait alors accueillir pas moins de 200 000 spectateurs. Le coût des nouveaux stades était d'environ 290 millions de dollars. Le Maracanã à lui seul a coûté environ 275 millions de dollars[10].

Bien que qualifiée pour la phase finale, l’Inde déclara forfait. Contrairement à la rumeur qui circula à l’époque selon laquelle cela venait de l’obligation de jouer avec des chaussures alors que les footballeurs indiens jouaient pieds nus, ou des coûts du déplacement jusqu’au Brésil, la raison provient du refus de la Fédération indienne de football, souhaitant se concentrer sur les Jeux olympiques et invoquant le manque de temps de préparation et des désaccords internes sur la sélection de l’équipe[11].

Tour préliminaireModifier

Équipes qualifiéesModifier

Europe

Amérique du Nord, centrale et caraïbes

Amérique du Sud

Asie

  •   Inde forfait pour la phase finale, non remplacée

StadesModifier

Sites de la Coupe du monde 1950

Premier tourModifier

Le tirage au sort de la phase finale est effectué le 22 mai 1950 à Rio de Janeiro, seulement un mois et deux jours avant le début de la compétition. Quatre équipes sont désignées « tête de série » et préalablement affectées dans leur groupe respectif : le Brésil, pays hôte est placé dans la poule 1, l'Angleterre dans la poule 2, l'Italie, double championne du monde en titre, dans la poule 3 et l'Uruguay, ancien champion du monde, dans la poule 4. Il reste donc douze équipes à placer, toutes regroupées dans le même chapeau en vue du tirage au sort. À la date du tirage, deux forfaits sont confirmés : celui de l'Écosse et celui de la Turquie. La France, qui dans un premier temps a accepté l'invitation (elle remplace l'Écosse), est à cet instant là concernée : le sort la placera dans le groupe de l'Uruguay. En revanche le remplaçant espéré de la Turquie est incertain : le Portugal décline l'invitation tandis que l'Irlande, tardivement invitée, en fait de même après avoir hésité[14] . La boule n° 12 correspondante ne désigne donc pas d'équipe précise et celle-ci sera également placée dans le groupe de l'Uruguay. La France renonce finalement après le tirage au sort prétextant de trop longues distances à parcourir entre les villes où devaient se dérouler ses matchs, et c'est au tour de l'Inde de déclarer forfait[15]. La répartition des groupes apparait alors déséquilibrée, avec notamment un groupe IV particulièrement incomplet. Prise par le temps, la FIFA ne parvient en effet pas à trouver d'autres candidats pour les places vacantes, notamment celle de la Turquie. Le résultat de ce tirage est cependant maintenu, ce qui évite ainsi de chambouler en dernière minute l'organisation du tournoi.

Poule IModifier

Le Brésil termine premier avec deux victoires contre le Mexique et la Yougoslavie, et réalise un match nul contre la Suisse. Le Mexique termine dernier avec 3 défaites et commence sa série de 5 Coupes du monde d'affilée avec élimination au premier tour. Les nations européennes terminent deuxième et troisième avec 4 points pour la Yougoslavie et 3 points pour la Suisse.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1   Brésil 5 3 2 1 0 8 2 +6
2   Yougoslavie 4 3 2 0 1 7 3 +4
3   Suisse 3 3 1 1 1 4 6 -2
4   Mexique 0 3 0 0 3 2 10 -8
24 juin Brésil   4 0   Mexique
25 juin Yougoslavie   3 0   Suisse
28 juin Brésil   2 2   Suisse
29 juin Yougoslavie   4 1   Mexique
1er juillet Brésil   2 0   Yougoslavie
2 juillet Suisse   2 1   Mexique

Match d'ouverture
Brésil   4 - 0   Mexique Estádio do Maracanã, Rio de Janeiro
15:00
  Historique des rencontres
Ademir   30e,   79e
Jair   65e
Baltazar   71e
Spectateurs : 81 000
Arbitrage : George Reader  
(Résumé)

Yougoslavie   3 - 0   Suisse Estadio Independencia, Belo Horizonte
18:00
  Historique des rencontres
Mitić   59e
Tomašević   70e
Ognjanov   84e
Spectateurs : 7 336
Arbitrage : Giovanni Galeati  
(Résumé)

28 juin 1950 Brésil   2 - 2   Suisse Stade Pacaembu, São Paulo
15:00
  Historique des rencontres
Alfredo   3e
Baltazar   32e
Fatton   17e,   88e Spectateurs : 42 032
Arbitrage : Ramon Azon Roma  
(Résumé)

Mexique   1 - 4   Yougoslavie Stade Ildo Meneghetti, Porto Alegre
18:15
  Historique des rencontres
Ortíz   87e (pén.) Bobek   19e
Že. Čajkovski   23e,   51e
Tomašević   81e
Spectateurs : 11 000
Arbitrage : Reginald Leafe  
(Résumé)

1er juillet 1950 Brésil   2 - 0   Yougoslavie Estádio do Maracanã, Rio de Janeiro
15:00
  Historique des rencontres
Ademir   3e
Zizinho   69e
Spectateurs : 142 000
Arbitrage : Benjamin Griffiths  
(Résumé)

Mexique   1 - 2   Suisse Stade Ildo Meneghetti, Porto Alegre
15:40
  Historique des rencontres
Casarín   89e Bader   10e
Antenen   44e
Spectateurs : 3 580
Arbitrage : Ivan Eklind  
(Résumé)

Poule IIModifier

L'Espagne termine première devant les néophytes anglais, les Chiliens et les Américains en faisant le plein de points. Interdite de participation au tour préliminaire de 1938 en raison de la guerre civile, la Roja atteint le dernier carré, ce qui constituera sa meilleure performance pendant 60 ans avant sa victoire en 2010. Les États-Unis réalisent l'exploit de battre l'Angleterre 1-0.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1   Espagne 6 3 3 0 0 6 1 +5
2[16]   Angleterre 2 3 1 0 2 2 2 0
3[16]   Chili 2 3 1 0 2 5 6 -1
4[16]   États-Unis 2 3 1 0 2 4 8 -4
25 juin Angleterre   2 0   Chili
25 juin Espagne   3 1   États-Unis
29 juin Espagne   2 0   Chili
29 juin États-Unis   1 0   Angleterre
2 juillet Espagne   1 0   Angleterre
2 juillet Chili   5 2   États-Unis
Angleterre   2 - 0   Chili Estádio do Maracanã, Rio de Janeiro
15:00
  Historique des rencontres
Mortensen   39e
Mannion   51e
Spectateurs : 30 000
Arbitrage : Karel van der Meer  
(Résumé)

Espagne   3 - 1   États-Unis Estádio Durival de Britto, Curitiba
15:00
  Historique des rencontres
Igoa   81e
Basora   83e
Zarra   89e
Pariani   17e Spectateurs : 9 000
Arbitrage : Mario Gonçalves Vianna  
(Résumé)

Espagne   2 - 0   Chili Estádio do Maracanã, Rio de Janeiro
15:00
  Historique des rencontres
Basora   17e
Zarra   30e
Spectateurs : 20 000
Arbitrage : Alberto Malcher  
(Résumé)

États-Unis   1 - 0   Angleterre Estadio Independencia, Belo Horizonte
18:00
  Historique des rencontres
Gaetjens   38e Spectateurs : 10 000
Arbitrage : Generoso Dattilo  
(Résumé)

Espagne   1 - 0   Angleterre Estádio do Maracanã, Rio de Janeiro
15:00
  Historique des rencontres
Zarra   48e Spectateurs : 74 000
Arbitrage : Giovanni Galeati  
(Résumé)

Chili   5 - 2   États-Unis Ilha do Retiro, Recife
18:00
  Historique des rencontres
Robledo   16e
Cremaschi   32e,   61e,   82e
Prieto   54e
Wallace   47e
Maca   48e (pén.)
Spectateurs : 10 000
Arbitrage : Mario Gardelli  
(Résumé)

Poule IIIModifier

À la suite du forfait de l'Inde, il ne reste que trois pays pour se disputer la première place. L'Italie touchée par le drame de Superga (8 internationaux italiens périrent dans le crash de leur avion), qualifiée d'office, est battue d'entrée par la Suède qui se qualifie malgré le nul concédé face au Paraguay au match suivant. La Squadra Azzurra termine seconde du groupe et sauve l'honneur lors du dernier match en battant le Paraguay à qui il restait pourtant une petite chance de qualification.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1   Suède 3 2 1 1 0 5 4 +1
2   Italie 2 2 1 0 1 4 3 +1
3   Paraguay 1 2 0 1 1 2 4 -2
  Inde forfait
25 juin Suède   3 2   Italie
29 juin Suède   2 2   Paraguay
2 juillet Italie   2 0   Paraguay
Suède   3 - 2   Italie Stade Pacaembu, São Paulo
15:00
  Historique des rencontres
Jeppson   25e   68e
Andersson   33e
Carapellese   7e
Muccinelli   75e
Spectateurs : 50 000
Arbitrage : Jean Lutz  
(Résumé)

Suède   2 - 2   Paraguay Estádio Durival de Britto, Curitiba
15:30
  Historique des rencontres
Sundqvist   17e
Palmér   25e
López   34e
López Fretes   74e
Spectateurs : 8 000
Arbitrage : Robert George Mitchell  
(Résumé)

Italie   2 - 0   Paraguay Stade Pacaembu, São Paulo
15:00
  Historique des rencontres
Carapellese   12e
Pandolfini   62e
Spectateurs : 26 000
Arbitrage : Arthur Ellis  
(Résumé)

Poule IVModifier

Cette poule ne contient que deux pays, à la suite du forfait des Turcs, des Écossais puis des Français. L'unique match du groupe fait par conséquent figure de quart de finale : l'Uruguay écrase la Bolivie 8-0 et se qualifie pour la poule finale. À noter que 4 ans plus tard, une poule comportera 4 pays du même continent, et est reconnue comme la seule dans ce cas, mais on peut remarquer que celle-ci, à la suite des forfaits des Européens, a mis aux prises uniquement des équipes de même continent.

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1   Uruguay 2 1 1 0 0 8 0 +8
2   Bolivie 0 1 0 0 1 0 8 -8
  Écosse ->   France _forfait
  Turquie ->   _forfait
2 juillet Uruguay   8 0   Bolivie
Uruguay   8 - 0   Bolivie Estadio Independencia, Belo Horizonte
15:00
  Historique des rencontres
Míguez   14e,   40e,   51e
Schiaffino   17e,   53e
Vidal   18e
Pérez   83e
Ghiggia   87e
Spectateurs : 5 000
Arbitrage : George Reader  
(Résumé)

Poule finaleModifier

Classement final
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1   Uruguay 5 3 2 1 0 7 5 +2
2   Brésil 4 3 2 0 1 14 4 +10
3   Suède 2 3 1 0 2 6 11 -5
4   Espagne 1 3 0 1 2 4 11 -7
9 juillet Brésil   7 1   Suède
9 juillet Uruguay   2 2   Espagne
13 juillet Brésil   6 1   Espagne
13 juillet Uruguay   3 2   Suède
16 juillet Suède   3 1   Espagne
16 juillet Uruguay   2 1   Brésil

Le Brésil lance parfaitement la poule finale en écrasant la Suède 7-1.

Brésil   7 - 1   Suède Estádio do Maracanã, Rio de Janeiro
15:00
  Historique des rencontres
Ademir   17e,   37e,   51e,   59e
Chico   39e,   87e
Maneca   85e
Andersson   67e (pén.) Spectateurs : 138 000
Arbitrage : Arthur Ellis  
(Résumé)

L'Uruguay est accroché par l'Espagne 2-2, permettant au Brésil de prendre seul la tête du groupe à l'issue de la première journée.

Uruguay   2 - 2   Espagne Stade Pacaembu, São Paulo
15:00
  Historique des rencontres
Ghiggia   27e
Varela   72e
Basora   39e,   41e Spectateurs : 44 000
Arbitrage : Benjamin Griffiths  
(Résumé)

Le Brésil conforte sa position en écrasant à nouveau son adversaire du jour, l'Espagne 6 à 1.

Brésil   6 - 1   Espagne Estádio do Maracanã, Rio de Janeiro
15:00
  Historique des rencontres
Parra   15e (csc)
Jair   21e
Chico   29e,   55e
Ademir   57e
Zizinho   74e
Igoa   70e Spectateurs : 152 000
Arbitrage : Reginald Leafe  
(Résumé)

L’Uruguay assure l'essentiel avec cette victoire contre la Suède : à une journée de la fin il compte trois points contre quatre pour le Brésil et peut encore prétendre à la couronne mondiale (contrairement aux Suédois et aux Espagnols qui n’ont respectivement que zéro et un point).

Uruguay   3 - 2   Suède Stade Pacaembu, São Paulo
15:00
  Historique des rencontres
Ghiggia   39e
Míguez   77e,   84e
Palmér   4e
Sundqvist   41e
Spectateurs : 8 000
Arbitrage : Giovanni Galeati  
(Résumé)

La Suède bat l'Espagne 3 buts à 1 lors de la dernière journée et obtient ainsi la troisième place du classement final.

Suède   3 - 1   Espagne Stade Pacaembu, São Paulo
15:00
  Historique des rencontres
Sundqvist   15e
Mellberg   34e
Palmér   79e
Zarra   82e Spectateurs : 11 000
Arbitrage : Karel van der Meer  
(Résumé)

FinaleModifier

Uruguay et Brésil s'étaient opposés à trois reprises au mois de mai, deux mois avant la compétition, dans le cadre de la Copa Rio Branco. L'Uruguay l'avait emporté une fois (4-3), le Brésil deux (2-1/1-0), les deux équipes étaient donc équivalentes et contrairement à l'Espagne et à la Suède (largement vaincues par le Brésil), les Uruguayens étaient habitués aux défis des grands stades sud-américains[17].

La poule finale disputée sur trois journées ne comprenait pas de finale proprement dite, mais le "hasard" du calendrier et les résultats des journées précédentes ont fait en sorte que la dernière rencontre de la Coupe du monde oppose les deux premières équipes au classement (assurées de terminer aux deux premières place de ce Championnat du monde), donc les deux seules encore en lice pour le titre mondial. Pour toutes ces raisons le match Brésil-Uruguay est considéré comme une véritable finale. De ce fait, il s'agit de la première finale du Brésil, et de la dernière finale sans pays européen. Un match nul aurait donné le titre au Brésil. L'affaire semble bien engagée quand le Brésil ouvre le score, mais, devant une foule effarée, l'Uruguay marque deux buts et remporte son deuxième titre mondial.


15h00
Brésil   1 – 2   Uruguay Maracana, Rio de Janeiro
  Historique des rencontres (  Ademir) Friaça   47e (0 - 0)   66e Schiaffino (Ghiggia  )
  79e Ghiggia (Pérez  )
Spectateurs : 199 854
Arbitrage :   George Reader
  Photos du match
(Résumé)

Titulaires :
Barbosa
Augusto  
Juvenal Amarijo
Bauer
Danilo
Bigode
Friaça
Zizinho
Ademir
Jair
Chico

Entraîneur :
Flávio Costa

Titulaires :
Roque Máspoli
Matías González
Eusebio Tejera
Schubert Gambetta
Obdulio Varela  
Víctor Rodríguez Andrade
Alcides Ghiggia
Julio Pérez
Oscar Míguez
Juan Alberto Schiaffino
Rubén Morán

Entraîneur :
Juan López Fontana

ButeursModifier

8 buts
5 buts
4 buts
3 buts

2 buts

1 but

  • Source : site fifa.com sur la coupe du monde 1950[18].

Classement des équipesModifier

À l'origine, les équipes ayant participé à cette Coupe du monde n'étaient pas classées. Cependant, en 1986, la FIFA établit rétroactivement un classement final de chaque Coupe du monde, basé sur la progression lors de la compétition, le nombre de points gagnés, la différence de buts puis enfin sur le nombre de buts marqués[19], le tout parfois en contradiction avec les modalités et règlements des compétitions concernées.

Classement final des équipes[19]
Place Sélection Stade
    Uruguay Poule finale
    Brésil Poule finale
    Suède Poule finale
4   Espagne Poule finale
5   Yougoslavie Premier tour
6   Suisse
7   Italie
8   Angleterre
9   Chili
10   États-Unis
11   Paraguay
12   Mexique
13   Bolivie

Notes et référencesModifier

  1. http://world-cup.findthedata.org/q/17/1386/Who-was-the-best-player-in-the-1950-World-Cup
  2. a et b [PDF] Annonce du pays hôte de la Coupe du Monde de football de la FIFA sur le site de la FIFA, consulté le 6 août 2018.
  3. « L'Uruguay éteint le Brésil », sur lequipe.fr, (consulté le )
  4. « L'incroyable erreur des officiels brésiliens à la Coupe du monde de 1950 », sur yahoo.com, (consulté le )
  5. (en) « USA 1–0 England », sur http://www.thefa.com (consulté le )
  6. (en) « Spain 1–0 England », sur http://www.thefa.com (consulté le )
  7. Joe Maca, Ed McIlvenny et Joe Gaetjens.
  8. Une déclaration signée d'intention de naturalisation suffisait au joueur pour être sélectionné dans l'équipe représentant le pays dont il n'était pas encore citoyen à part entière.
  9. « The US and the 1950 World Cup », sur web.archive.org, (consulté le )
  10. Matthias Fett, « The game has changed – a systematic approach to classify FIFA World Cups », International Journal of Sport Policy and Politics, vol. 12, no 3,‎ , p. 455–470 (ISSN 1940-6940, DOI 10.1080/19406940.2020.1784978, lire en ligne, consulté le )
  11. Entretien avec le capitaine de l’équipe indienne Sailen Manna
  12. La place est proposée à la France, deuxième du groupe 3 des éliminatoires derrière la Yougoslavie. La Fédération française de football accepte dans un premier temps avant de finalement décliner l'invitation.
  13. La place est proposée au Portugal, deuxième du groupe 6 des éliminatoires derrière l'Espagne, qui décline l'invitation. L'Irlande, deuxième du groupe 5 des éliminatoires, reçoit également une invitation pour l'une des places vacantes mais, après un temps d'hésitation, refuse à son tour.
  14. (en) « Invitation to World Cup turned down », sur independent (consulté le )
  15. « Brazil's first World Cup draw - FIFA.com », sur web.archive.org, (consulté le )
  16. a b et c Le classement précis des trois équipes terminant à égalité de points (Angleterre, Chili, USA) derrière l'Espagne (qualifiée pour la poule finale) sera confirmé ultérieurement par la FIFA. À noter que ce classement ne diffère pas, quel que soit le mode de calcul appliqué : celui de la différence de buts (actuel) ou celui de la moyenne de buts (en vigueur à l'époque).
  17. Massimo di Terlizzi, « Viaggio nelle grandi arene che hanno fatto la storia del calcio », Stadi da leggenda (SEM),‎ 2010, en italienne. (lire en ligne)
  18. (en) « FIFA World Cup™ 1950 », sur fifa.com éditeur=Fédération internationale de football association
  19. a et b (en)« FIFA World Cup™: All-time ranking », sur fifa.com, Fédération internationale de football association