Odile Jacob

fondatrice des éditions Odile Jacob
Odile Jacob
Description de l'image Odile jacob portrait.jpg.
Naissance
Nationalité Française
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Formation
Distinctions
Grand prix de l'information scientifique de l'Académie des sciences (1991)
Prix Veuve Clicquot de la femme d'affaires (1995)
Prix Grinzane Édition (2004)
Docteur honoris causa de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (2005)
Officier de la Légion d'honneur (2010)
Officier de l'ordre national du Mérite (2011)
Ascendants
François Jacob, son père

Odile Jacob, née en 1954[1], est la fondatrice des éditions Odile Jacob.

BiographieModifier

Odile Jacob est la fille de François Jacob, prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965[2], et de la pianiste Lysiane Bloch.

Études et formationModifier

Ayant reçu une bourse de la Fondation Sachs, Odile Jacob passe trois ans aux États-Unis à l'université Harvard et à l'Institut Rockefeller, où elle étudie la philosophie, la psycholinguistique et l'éthologie, et rédige une thèse ayant pour sujet l'« acquisition des concepts chez l'enfant ».

Les Éditions Odile JacobModifier

De retour en France, après avoir été pendant deux semaines secrétaire de Roberto Rossellini au Festival de Cannes 1977 grâce à son cousin Gilles Jacob[3], elle apprend le métier d'éditeur aux éditions Jean-Claude Lattès entre 1979 et 1981, puis poursuit son apprentissage chez Fayard, avant de fonder sa propre maison d'édition en 1986[4].

Prise de position contre l'installation d'agriculteursModifier

En 2021, Odile Jacob, son conjoint Bernard Gotlieb et deux autres particuliers, s'opposent à l'installation d'un couple d'agriculteurs biologiques sur des parcelles agricoles près de sa résidence secondaire à Adainville (Yvelines). Madame Jacob, représentée par son avocate Maitre Corinne Lepage, dénonce des « nuisances olfactives, visuelles et sanitaires »[5],[6]. Sa requête demandant l'annulation du permis de construire octroyé aux agriculteurs est rejetée par le tribunal administratif de Versailles le [7],[8].

DistinctionsModifier

Comme fondatrice de cette maison d'édition, elle a reçu de nombreuses récompenses :

Notes et référencesModifier

  1. « Odile Jacob: la belle des Nobel », sur L'Express, (consulté le )
  2. « Le Prix Nobel et résistant François Jacob est mort » (consulté le )
  3. Gilles Jacob, La vie passera comme un rêve, Robert Laffont, 2009, p. 167 : "Juste avant le festival, Odile Jacob, la fille de mon cousin François, avait demandé à me voir. Elle revenait d'un long séjour dans une université américaine et n'était pas en forme. Pour lui remonter le moral, je la fis bombarder secrétaire de Rossellini. Elle passa quinze jours de rêve en compagnie d'un vieux sage devenu aussitôt fou d'elle. C'est peu après qu'elle décida de se lancer dans l'édition, avec la réussite que l'on sait."
  4. Sébastien Lemerle : Le singe, le gène et le neurone, Éditeur : Presses universitaires de France, Coll.: Science, histoire et société, 2014, (ISBN 2130621597) ; l'auteur y brosse un portrait de l'éditrice et femme d'affaires et analyse son impact dans la défense l'approche biologique "grand-public" à travers sa maison d'édition.
  5. Stéphane Kovacs, « Nuisances rurales: «Les bobos veulent du bio dans leur assiette mais pas à côté de chez eux!» »  , sur Le Figaro, (consulté le )
  6. Pascale Tessier, « 13 vaches près de sa résidence secondaire : la bataille d’Odile Jacob contre un « projet bio et écolo » »  , sur La Croix, (consulté le )
  7. Stéphane Kovacs, « Dans les Yvelines, l'éleveur rejeté par ses voisins «néoruraux» va pouvoir s'installer »  , sur Le Figaro, (consulté le )
  8. Nathalie Marchand, « Ruralité | Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines »  , sur Réussir, (consulté le )
  9. « Odile Jacob », sur Le Point (consulté le )
  10. Décret du 2 avril 2010
  11. Anne-Sophie Pic, Yvan Attal et Laurence Haïm parmi les nouvelles nominations dans l’ordre national du Mérite

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier