Ouvrir le menu principal

Claudia Cardinale

actrice et mannequin italo-tunisienne francophone
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cardinale (homonymie).
Claudia Cardinale
Description de cette image, également commentée ci-après
Claudia Cardinale lors de la première de La Panthère rose en février 1963.
Nom de naissance Claude Joséphine Rose Cardinale
Naissance (81 ans)
Tunis, Protectorat de Tunisie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Drapeau de la Tunisie Tunisienne
Profession Actrice, mannequin
Films notables Cartouche
Huit et demi
Le Guépard
La Mafia fait la loi
Il était une fois dans l'Ouest
La Scoumoune
Site internet official-claudiacardinale.com

Claudia Cardinale, est une actrice et mannequin italo-tunisienne francophone, née le à Tunis.

Véritable sex-symbol des années 1960, elle a joué dans de nombreux films à succès, notamment dans les films Le Pigeon (1958), Le Guépard (1963) et Il était une fois dans l'Ouest (1968).

Sommaire

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Jeunesse et débutsModifier

Claude Joséphine Rose Cardinale[1] naît à Tunis à l'époque du protectorat français, dans un immeuble de l'avenue Jules-Ferry (aujourd'hui avenue Habib-Bourguiba), le « Foyer du combattant », derrière le quartier de la Petite Sicile. Son père, François, est ingénieur à la compagnie des chemins de fer de Tunis[2]. Elle est l'aînée d'une fratrie de quatre enfants avec Blanche, Bruno et Adrien élevés par sa mère Yolande Greco[2]. Ses grands-parents paternels et maternels sont originaires de Sicile[1].

Garçon manqué et enfant sauvage, elle est fascinée comme beaucoup d'adolescentes de sa génération, par Brigitte Bardot[2]. Elle étudie au lycée Cambon, rue de Marseille. Le sicilien est la langue parlée dans sa famille et le français la langue apprise pendant sa scolarité, de sorte que, bien qu'ayant toujours eu la nationalité italienne, elle n'apprend l'italien qu'à l'âge adulte, afin de pouvoir tourner[1].

Ses premiers contacts avec le cinéma ont lieu en 1955 à Venise, durant la Biennale, au cours d'un voyage qui lui a été offert après qu'elle a gagné, à dix-sept ans, l'élection de « la plus belle Italienne de Tunis », concours de beauté organisé par l'office du cinéma italien[1]. Cependant, désirant être institutrice, elle décline toutes les propositions qui lui sont faites et ne fait qu'une brève apparition dans un court métrage, Anneaux d'or[3] de René Vautier. Violée à l'âge de 17 ans, elle refuse de se faire avorter et c'est ce qui la pousse à s'engager dans le cinéma pour gagner sa vie et être indépendante pour pouvoir élever son fils Patrick[4].

Ses véritables débuts dans un long métrage se font en 1958 dans Goha de Jacques Baratier et surtout Le Pigeon de Mario Monicelli, sous l'égide du producteur Franco Cristaldi, qu'elle épousera en 1966.

Révélation internationale (années 1960)Modifier

 
L'actrice lors du tournage de La Panthère rose (1963).

Dans les années 1960, on la retrouve à l'affiche de nombreux succès critiques et publics. De célèbres et nombreux réalisateurs tiennent à sa présence devant leurs caméras. Ce sont notamment Mauro Bolognini, Abel Gance, Luchino Visconti, Henri Verneuil, Philippe de Broca, Luigi Comencini, Federico Fellini, Blake Edwards, Henry Hathaway et Sergio Leone. Avec le drame La Fille à la valise de Valerio Zurlini, elle devient « la petite fiancée de l'Italie[5] ».

À cause de sa voix rauque et de son italien alors approximatif, l'actrice est systématiquement doublée dans ses films[réf. souhaitée], jusqu'à Huit et demi. Dans la version italienne originale du film Le Guépard, elle est doublée par Solvejg D'Assunta (it). Sur le tournage, Claudia Cardinale parle le français dans les scènes avec Alain Delon, l'anglais avec Burt Lancaster et l'italien dans ses autres scènes.

Sa présence aux côtés d'Alain Delon dans Rocco et ses frères et dans Le Guépard de Visconti, et aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans Cartouche la font connaître du public français, alors que le succès aux États-Unis et la renommée internationale lui viennent en 1963 avec Huit et demi de Federico Fellini puis, en 1964, avec Le Plus Grand Cirque du monde d'Henry Hathaway ; ils se confirmeront en 1968 par Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone.

Diversification et confirmation (années 1970-1980)Modifier

 
L'actrice, invitée de l'émission italienne Teatro 10, en 1971.

Les années 1970 et 1980 la voient alterner les rôles : réalisations italiennes avec Marco Ferreri, Luigi Comencini, Franco Zeffirelli, Marco Bellocchio, Luchino Visconti (sous la direction duquel elle a joué quatre fois) et surtout son mari, le producteur Pasquale Squitieri ; réalisations françaises avec Christian-Jaque, José Giovanni, Michel Lang, Nadine Trintignant, Diane Kurys ou Robert Enrico ; réalisations internationales avec Jerzy Skolimowski, Mikhaïl Kalatozov, George P. Cosmatos, Alan Bridges, Werner Herzog ou Blake Edwards.

Sur le tournage difficile des Aventures du brigadier Gérard, elle empêche le renvoi du réalisateur polonais Jerzy Skolimowski en menaçant de quitter le film[6].

Durant les années 1970, elle se prête aussi à une parenthèse discographique qui lui vaut des succès disco en Europe et au Japon avec plusieurs passages télévisés et une large diffusion sur les ondes des radios périphériques en France de titres comme Love affair (classé n° 16 au hit-parade), et Sun... I love you[7],[8] en 1977 et en 1978.

Seconds rôles (années 1990-2010)Modifier

À partir de la fin des années 1990, Claudia Cardinale réduit le nombre de tournages de films pour se consacrer davantage au théâtre ou à l'écriture.

Dans les années 2000, elle monte sur scène à Paris, interprétant, en 2000, La Vénitienne (anonyme du XVIe siècle) et Doux oiseaux de jeunesse de Tennessee Williams en 2005.

En 1993, elle est membre du jury de la sélection officielle au festival de Cannes. Par ailleurs, à la Mostra de Venise 1993, elle reçoit un Lion d'or saluant sa contribution au patrimoine cinématographique mondial. Cette année marque le début d'une succession de récompenses saluant l'ensemble de sa carrière cinématographique.

L'Italie continue à la saluer : elle reçoit en 1997, un David di Donatello Awards, en 1998 un Flaiano International Prizes, en 2000 le Ruban d'argent d'honneur du Syndicat national des journalistes cinématographiques italiens.

Elle enchaîne avec des prix européens : en 2002 l'Ours d'or d'honneur au Festival de Berlin mais aussi le prix Platinum du Viareggio EuropaCinema. En 2003, elle est lauréate du Prix des acteurs européens au Festival du Film de Ludwigsburg.

Puis c'est la France qui prend le relais : en 2006, elle est lauréate du Prix Henri-Langlois de Vincennes puis en 2008 reçoit l'Ordre national de la Légion d'honneur. En 2013, à la 18e cérémonie des prix Lumières 2013, elle est lauréate du prix pour l’ensemble de sa carrière. Son pays d'origine suit rapidement : en 2009, elle reçoit les insignes du grand cordon de l'ordre national du mérite (Tunisie).

Jusqu'en 2015, elle recevra une dizaine d'autres récompenses dans des festivals internationaux à travers le monde.

Elle continue de tourner, mais dans des productions beaucoup moins exposées médiatiquement, et souvent pour des seconds rôles.

Vie privéeModifier

Après un viol, elle donne naissance discrètement à Londres à un garçon, Patrick, le 19 octobre 1958. Son producteur, Franco Cristaldi, lui conseille de le faire passer pour son petit frère pour ne pas contrarier sa carrière[4]. Quand son fils a eu 6 ou 7 ans, elle a révélé ce secret pesant à un journaliste. Le père souhaitera des années plus tard le reconnaître, ce que Patrick refusera[9].

Après un mariage malheureux de 1966 à 1975 avec Cristaldi (qui adoptera Patrick) qui organise lui-même la cérémonie[10] sans l'avertir[11], elle est la compagne de 1975 à 2013 du réalisateur Pasquale Squitieri (1938-2017). Ils ont une fille, Claudia qui a elle-même un fils, Milo, avec l'artiste plasticien Samon Takahashi.

Les rumeurs sur sa relation avec Rock Hudson à l'époque sont en réalité fausses, l'actrice révèlera plus tard avoir fait croire à son couple avec celui-ci aux journalistes pour protéger la carrière de l'acteur, à une époque où l'homosexualité était plutôt mal perçue.

Vie publiqueModifier

Elle a toujours adopté des positions politiques marquées par des idées progressistes. Femme de gauche, elle est engagée depuis longtemps dans la lutte contre le sida, dans la défense des droits des femmes et des homosexuels. Elle a apporté sa contribution à nombre de causes humanitaires. En 1999, l'UNESCO l'a désignée « Ambassadrice de bonne volonté ».

« J’ai été une star, très jeune. Je n'ai pas de mérite, le destin en a décidé ainsi. Une étoile a toujours veillé sur moi[12]. »

En 2009, elle publie Ma Tunisie aux éditions Timée, un livre de photos sur les traces de son enfance tunisienne.

En 2014, elle est membre du comité de soutien à la candidature d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris[13].

Le 29 mars 2017, elle est désignée comme l'égérie des 70 ans du festival de Cannes en figurant sur l'affiche du festival[14].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

Voix françaisesModifier

Alors qu'elle parle le français, il est arrivé à Claudia Cardinale de se faire doubler par d'autres comédiennes. Par ailleurs, dans sa jeunesse, ne parlant pas très bien italien, elle fut doublée par d'autres actrices dans la version italienne de ses films. Par exemple Le Guépard où sa voix est doublée par la comédienne Solvejg D'Assunta (it).

ThéâtreModifier

DistinctionsModifier

 
L'actrice recevant le Women's World Awards 2009 à Vienne, en Autriche.

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Aliza S. Wong, Spaghetti Westerns. A Viewer's Guide, Rowman & Littlefield, , p. 118.
  2. a b et c (it) Claudia Cardinale, Anna Maria Mori, Io, Claudia. Tu, Claudia, Frassinelli, , p. 5.
  3. (en) Anneaux d'or sur l’Internet Movie Database.
  4. a et b Annick Cojean, « Claudia Cardinale : « Je n’ai eu, dans ma vie, qu’un seul homme » », sur lemonde.fr, .
  5. Olivier Rajchman, « Claudia Cardinale, belle du seigneur », sur lexpress.fr, .
  6. Jacques Déniel, Alain Keit et Marcos Uzal, Jerzy Skolimowski : Signes particuliers, Yellow Now, , 256 p. (ISBN 978-2-87340-321-8), p. 103.
  7. « 45 Tours : Love affair et Sun... I love you », sur www.encyclopedisque.fr (consulté le 16 mars 2013).
  8. « Classement hit parade français : Love affair », sur www.infodisc.fr (consulté le 16 mars 2013).
  9. « Claudia Cardinale, violée et enceinte à 17 ans : elle se confie sur son secret ».
  10. L'union a lieu le 28 décembre 1966 à Atlanta dans l'État de Géorgie, aux États-Unis, mais elle ne sera jamais reconnue en Italie, Claudia Cardinale refusant sa validation.
  11. (it) Claudia Cardinale, Anna Maria Mori, Io, Claudia. Tu, Claudia, Frassinelli, , p. 59.
  12. Phrase extraite de son livre autobiographique, Mes étoiles, paru en janvier 2005 aux éditions Michel Lafon.
  13. Bertrand Gréco et Gaspard Dhellemmes, L'Histoire secrète d'une élection capitale, éditions du Moment, 2014, page 154.
  14. « L'affiche du festival de Cannes 2017 dévoilée ! », France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mars 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Référence littéraireModifier

Liens externesModifier