Vittorio Gassman

acteur et réalisateur italien, XXe siècle

Vittorio Gassman [vitˈtɔːrjo ˈɡazman][1], né Vittorio Gassmann à Gênes (Ligurie) le et mort à Rome (Latium) le , est un acteur, metteur en scène, réalisateur, scénariste, écrivain et animateur de télévision italien, actif au théâtre aussi bien qu'au cinéma et à la télévision.

Vittorio Gassman
Description de cette image, également commentée ci-après
Vittorio Gassman avant 1990.
Naissance
Gênes, Ligurie
Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès (à 77 ans)
Rome, Latium
Italie
Films notables Le Fanfaron
Le Pigeon
La Marche sur Rome
Parfum de femme
La vie est un roman

Surnommé « il Mattatore » (d'après l'émission de télévision du même nom qu'il a animée en 1959, puis le film homonyme de Dino Risi sorti en 1960, dont le titre français est L'Homme aux cent visages), il est considéré comme l'un des meilleurs et des plus représentatifs acteurs italiens de tous les temps, dont on se souvient pour son professionnalisme (à la limite de la maniaquerie), sa polyvalence et son magnétisme. Artiste profondément enraciné dans le monde du théâtre le plus engagé, il a été le fondateur et le directeur du Teatro d'arte Italiano. Sa longue carrière en Italie et à l'étranger comprend d'importantes productions, ainsi que des dizaines de divertissements qui lui ont valu une grande popularité.

Il fait partie, au même titre que Nino Manfredi, Marcello Mastroianni, Alberto Sordi, Ugo Tognazzi et Monica Vitti, des monstres sacrés de la comédie à l'italienne telle qu'elle se cristallise à compter du Pigeon (1958)[2].

Biographie

modifier
 
Vittorio Gassman dans les années 1940 étudiant à l'Académie nationale d'art dramatique.

Vittorio Gassmann naît le dans l'actuel quartier génois de Struppa (it), alors municipalité autonome, d'un père allemand, Heinrich Gassmann (un ingénieur civil originaire de Karlsruhe, mort en 1936) et d'une mère italienne de confession juive, Luisa Ambron (née à Pise). En 1934, Luisa Ambron changera son nom en « Ambrosi » et retire un « n » du nom de ses fils[3].

À l'âge de cinq ans, il vit pendant un an à Palmi, dans la province de Reggio de Calabre, où son père travaille à la construction du nouveau lotissement Ferrobeton[4], une entreprise italienne opérant dans le domaine du béton armé. Gassman a souvent raconté les souvenirs de cette brève expérience dans la ville calabraise et comment il y est resté attaché, au point de la citer dans le film L'Homme aux cent visages (1960) de Dino Risi.

Années 1940

modifier

À l'âge de six ans, il déménage à Rome et obtient son diplôme d'études secondaires classiques au liceo Torquato Tasso (it) en même temps que Raimondo Vianello[5],[6], et fréquente l'Académie nationale d'art dramatique Silvio-D'Amico, où Paolo Stoppa a également étudié, Rina Morelli, Adolfo Celi, Luigi Squarzina, Elio Pandolfi, Rossella Falk, Lea Padovani et, plus tard, Paolo Panelli, Nino Manfredi, Tino Buazzelli, Gianrico Tedeschi, Monica Vitti, Luca Ronconi et d'autres. Au cours de ces années, doté d'un physique athlétique, il se distingue comme joueur de basket-ball inscrit au S.S. Parioli[7], accédant à l'équipe nationale universitaire et disputant la finale du Scudetto avec l'équipe « Bruno Mussolini Roma » en 1942[8].

Il débute au théâtre en 1943, avec Alda Borelli, dans Nemica de Dario Niccodemi. Il continue ensuite au Teatro Eliseo, rejoignant Tino Carraro et Ernesto Calindri dans un trio resté célèbre : avec eux, il joue dans plusieurs pièces, de la comédie bourgeoise au théâtre intellectuel, sans difficulté pour passer de l'un à l'autre.

C'est avec la compagnie de Luchino Visconti que Gassman connaît les succès de sa maturité, aux côtés de Paolo Stoppa, Rina Morelli et Paola Borboni. Gassman a joué le rôle de Kowalski dans Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams, il a joué dans Comme il vous plaira de Shakespeare et dans Oreste (it) de Vittorio Alfieri. Il rejoint ensuite le Théâtre national avec Massimo Girotti et Arnoldo Foà pour un Peer Gynt d'Ibsen couronné de succès.

 
Dans Riz amer (1949).
 
Avec Memmo Carotenuto dans Le Pigeon (1958).
 
Dans Guerre et paix (1956).
 
Dans Le Fanfaron (1962).

Il débute au cinéma en 1945, dans Incontro con Laura, de Carlo Alberto Felice ; depuis, ce film est considéré comme perdu[9], et son premier film aujourd'hui conservé est La Fille maudite (1946), de Giovanni Paolucci (it). En 1947, il se fait connaître du grand public avec Daniele Cortis, de Mario Soldati, l'année suivante il participe au film Le Juif errant de Goffredo Alessandrini, et deux ans plus tard il connaît son premier grand succès avec Riz amer, réalisé par Giuseppe De Santis, l'un des chefs-d'œuvre du néoréalisme naissant. La même année, il joue dans le film Una voce nel tuo cuore d'Alberto D'Aversa (it), où il interprète un journaliste aux côtés de Constance Dowling, Nino Pavese et Beniamino Gigli.

Années 1950

modifier

En 1952, il fonde et dirige avec Luigi Squarzina le Teatro d'Arte Italiano, qui produit la première version complète d'Hamlet en Italie, ainsi que des œuvres rares telles que Thyeste de Sénèque ou Les Perses d'Eschyle. Il joue Prométhée enchaîné d'Eschyle en 1954 à Syracuse pour le 13e cycle de pièces classiques, et en 1960 l'Orestiade mise en scène et traduite par Pier Paolo Pasolini.

En 1955, Gassman monte Kean d'Alexandre Dumas dans la version revue par Jean-Paul Sartre avant d'en co-réaliser l'adaptation cinématographique. En 1956, il joue Othello ou le Maure de Venise avec l'acteur Salvo Randone, avec lequel il alterne chaque soir les rôles du Maure et de Iago. La même année, il participe, dans un rôle majeur, à Guerre et Paix de King Vidor — qui reste, après Le Docteur Jivago (1965)[10],[11] le film italien le plus regardé de tous les temps — s'affirmant comme un acteur de stature internationale. Trois ans plus tard, dans une émission de télévision intitulée Il Mattatore, il connaît un succès inattendu, et « Il Mattatore » devient bientôt le surnom qui l'accompagnera tout au long de sa vie. C'est également le titre original de L'Homme aux cent visages (1960) de Dino Risi.

Années 1960

modifier

Les années 1960 se sont avérées très gratifiantes pour la carrière cinématographique de Vittorio Gassman[12], à la suite du grand succès obtenu en 1958 avec Pigeon de Mario Monicelli, avec Claudia Cardinale, Totò, Memmo Carotenuto, Marcello Mastroianni et Tiberio Murgia, qui a également eu deux suites (Hold-up à la milanaise, 1959, de Nanni Loy ; et le tardif Le Pigeon vingt ans après, 1985, d'Amanzio Todini (it)). Le cinéma l'avait jusqu'alors engagé, en Italie et à Hollywood, dans des rôles de films athlétiques et de méchants séducteurs (après le triomphe de Riz amer, 1949, de Giuseppe De Santis).

Monicelli le révèle également comme un excellent acteur dans des rôles comiques (comme dans La Grande Guerre, 1959, et dans le diptyque L'Armée Brancaleone, 1966, et Brancaleone s'en va-t-aux croisades, 1970) et il acquiert rapidement une grande notoriété avec des métrages plus populaires, en particulier sous la direction de Dino Risi[13] : Outre L'Homme aux cent visages (1960), Le Fanfaron (1962), La Marche sur Rome (1962), Les Monstres (1963), Le Gaucho (1964), L'Homme à la Ferrari (1967) et Le prophète (1968). En 1969, il coréalise L'Alibi, un film autobiographique réalisé avec ses camarades d'académie Adolfo Celi et Luciano Lucignani.

Fin de carrière cinématographique

modifier

Toujours pour les écrans italiens, Gassman retourne travailler avec Risi (Au nom du peuple italien, 1971 ; Parfum de femme, 1974[14] ; Âmes perdues, 1977 ; Cher papa, 1979 ; Valse d'amour, 1990) et Monicelli (Chambre d'hôtel, 1981), commençant une association fructueuse, déjà entamée dans les années soixante, avec Ettore Scola (Nous nous sommes tant aimés, 1974 ; La Terrasse, 1980 ; La Famille, 1987) ; à l'étranger, il est apprécié dans Un mariage (1978) de Robert Altman, Tempête (1982) de Paul Mazursky, Benvenuta (1983) d'André Delvaux ou La vie est un roman (1983) d'Alain Resnais[15].

Au cours de la dernière décennie de sa vie, il a continué à travailler pour le cinéma dans El largo invierno (1992) de Jaime Camino, dans Sleepers (1996) de Barry Levinson et à nouveau pour Scola dans Le Dîner (1998). Il a également interprété la voix italienne de Mufasa dans le « classique d'animation » des studios Disney Le Roi lion (1994)[16].

Carrière télévisuelle

modifier
 
Sur le plateau de La Grande Guerre (1959) avec Silvana Mangano et Alberto Sordi.
 
Dans Histoire d'aimer (1975).

À la télévision, il a dosé ses apparitions dans des programmes populaires, mais il a surtout participé aux émissions de Mina, Corrado et Pippo Baudo. Dans le domaine de la publicité, il a joué le rôle de Nostradamus dans un spot publicitaire pour l'Istituto Bancario San Paolo de Turin en 1997, dont la phrase d'accroche est devenue très connue : « Questo lo ignoro! »[17] (litt. « Ça, je l'ignore »).

Son autodérision et son sens de l'humour l'ont amené, dans les années 1990, à participer à une émission télévisée intitulée Tunnel (it) dans lequel il récitait, de manière très formelle et sérieuse, des documents tels que des factures de gaz, des menus de restaurants ou des annonces économiques[18] ; des « lectures » réalisées avec le même professionnalisme et le même ton docte qui l'avaient rendu célèbre lorsqu'il récitait la Divine Comédie de Dante. En 1999, il a joué dans l'émission Il Mattatore - corso accelerato di piccole verità, diffusée sur Canale 5 et qui a été sa dernière apparition à la télévision.

Il a également collaboré pour la télévision à de nombreux projets avec Rubino Rubini (it).

Retour au théâtre

modifier

Malgré ses succès cinématographiques, Gassman n'a jamais abandonné le théâtre. À la fin de sa carrière, il a ajouté la poésie à son répertoire, contribuant à introduire certaines œuvres étrangères en Italie.

Véritable perfectionniste jusqu'à la maniaquerie[19], il détestait la diction imparfaite ou les inflexions dialectales, même s'il était capable de rendre la plupart des dialectes italiens lorsque cela était nécessaire. Il a accepté le défi de mettre en scène Adelchi (it), l'un des opéras les moins connus et les moins faciles d'Alessandro Manzoni. La tournée de cette pièce a attiré un demi-million de spectateurs, traversant l'Italie avec son Teatro Popolare Itinerante (une nouvelle édition du célèbre Carro di Tespi)[20].

Ses productions théâtrales comprennent de nombreux auteurs parmi les plus célèbres du XXe siècle, ainsi que des retours fréquents à des classiques tels que Shakespeare, Dostoïevski et les grands dramaturges grecs.

Il a également fondé une école de théâtre au Théâtre Goldoni (it) de Florence, la Bottega Teatrale[21], qu'il a personnellement dirigée de 1979 à 1991 et qui a joué un rôle de premier plan dans le monde culturel florentin, attirant à Florence de nombreux noms parmi les plus célèbres du théâtre et du cinéma italien et international : de Giorgio Albertazzi (longtemps vice-directeur) à Orazio Costa (it), d'Adolfo Celi à Anthony Quinn, d'Antonella Daviso à Ettore Scola, d'Yves Lebreton à Siro Ferrone, pour n'en citer que quelques-uns.

Vie privée

modifier
 
Vittorio et sa fille Paola Gassman en 1967.

Vittorio Gassman a eu six compagnes[22], toutes actrices, en épousant trois d'entre elles. De ces unions sont nés quatre enfants.

  • Nora Ricci (fille de Renzo Ricci et de Margherita Bagni), première épouse, avec laquelle il a eu en 1945 sa fille aînée Paola, une actrice ayant épousé Ugo Pagliai ; son mariage avec Ricci a ensuite été annulé par la Rote romaine[23],[24] ;
  • Shelley Winters, qu'il épouse en , avec laquelle il conçoit leur fille Vittoria (Tori)[25], née le . Winters est une médecin gériatrique qui a toujours vécu aux États-Unis[26] ;
  • Juliette Mayniel, importante compagne qui ne s'est jamais mariée, relation dont est né le leur fils Alessandro, également acteur et réalisateur, qui l'a fait grand-père de Leo, auteur-compositeur-interprète ;
  • Diletta D'Andrea, sa troisième femme, avec laquelle il resta marié jusqu'à sa mort et dont il eut le dernier enfant, Jacopo, metteur en scène ; il fut pratiquement le second père d'Emanuele Salce (it), fils de D'Andrea et de son premier mari, le metteur en scène Luciano Salce ;
  • Anna Maria Ferrero, avec qui il a eu une relation tumultueuse entre 1953 et 1960, période au cours de laquelle ils se sont souvent associés dans leur travail ;
  • Annette Strøyberg, une actrice danoise avec laquelle il a été lié de 1961 à 1963.

Sa vie privée lui a souvent valu des critiques : sa liberté débridée en matière d'amours, de mariages et de concubinages, couronnée par l'annulation de son premier mariage à la Rote romaine, un divorce aux États-Unis et un fils extraconjugal (Alessandro), a fait scandale dans les années 1950 et 1960, tout comme son athéisme[25]. Gassman a également souvent exprimé des commentaires directs et non conventionnels, dans certains cas avec l'intention claire de s'en prendre à des positions modérées, s'attirant ainsi de nombreux ennemis dans le monde du spectacle et de la culture.

Positionnement politique et religieux

modifier

En 1987, sur proposition de Bettino Craxi, il fait partie des membres de l'Assemblée nationale du Parti socialiste italien[27].

Son athéisme initial a ensuite fait place à une foi très personnelle[25].

Gassman souffrait probablement de troubles bipolaires[28],[29].

Il est mort à son domicile de Rome à l'âge de 77 ans, le , dans son sommeil des suites d'un infarctus du myocarde. La chambre funéraire a été installée le lendemain au Palais sénatorial au Capitole dans la salle de la protomothèque et les funérailles ont eu lieu le dans l'église San Gregorio al Celio, en présence de nombreuses personnalités du monde du cinéma et du spectacle ; son corps a été incinéré et ses cendres ont été inhumées dans la tombe de la famille D'Andrea (la famille de sa troisième épouse), dans le cimetière monumental de Verano, sa présence étant signalée par une petite plaque de pierre en forme de livre ouvert portant l'épitaphe suivante, choisie par lui-même « Non fu mai impallato! » (litt. « Il n'a jamais été empalé ! »)[30],[31],[32],[33],[34].

Hommages

modifier
 
Tombe de Vittorio Gassman au cimetière communal monumental de Campo Verano à Rome.

La municipalité de Rome a dédié deux toponymes à Gassman dans deux zones différentes de la capitale : Largo Vittorio Gassman à l'intérieur de la Villa Borghese, dans le quartier de Pinciano, en 2003, et Lungotevere Vittorio Gassman dans une zone industrielle du quartier de Portuense, en 2006 (le nom précédent était Lungotevere dei Papareschi). Gassman, Anna Magnani et Marcello Mastroianni sont donc les seuls acteurs à être commémorés par deux zones différentes dans la municipalité de Rome.

Toujours à Rome, en 2004, l'historique Teatro Quirino a été baptisé Teatro Quirino - Vittorio Gassman en son honneur. Lors de l'inauguration officielle, le , son fils Alessandro Gassmann a déclaré que le fait d'avoir « son » théâtre représentait le seul rêve que Vittorio n'avait jamais réussi à réaliser au cours de sa prestigieuse carrière[35].

À l'occasion du dixième anniversaire de la mort de l'acteur, le , la municipalité de Milan a donné son nom à une rue du quartier Adriano - Marelli, la municipalité de Narni a donné son nom à une place d'un nouveau quartier résidentiel, tandis que le de la même année, la Mostra de Venise a ouvert ses portes avec un documentaire qui lui était consacré, Vittorio racconta Gassman, réalisé par Giancarlo Scarchilli (it) en collaboration avec Alessandro Gassmann.

Depuis 2010, le Festival international du film de Bari décerne un prix portant le nom de Vittorio Gassman au jeune acteur débutant (depuis 2011 au meilleur acteur principal) parmi les films du festival.

Gallarate donne son nom au Teatro Condominio.

La municipalité de Gênes, dans le quartier de Struppa, a donné le nom de Vittorio Gassman à la rue où il est né.

Filmographie

modifier

Réalisateur

modifier

Acteur de cinéma

modifier

Années 1940

modifier

Années 1950

modifier

Années 1960

modifier

Années 1970

modifier

Années 1980

modifier

Années 1990

modifier

Acteur de télévision

modifier

Documentaire

modifier
  • 2010 : Vittorio racconta Gassman - Una vita da mattatore de Giancarlo Scarchilli
  • 2018 : Sono Gassman! Vittorio re della commedia de Fabrizio Corallo

Acteur de doublage

modifier

Théâtre

modifier

Distinctions

modifier
 
Vittorio Gassman au Festival de Cannes 1997.

Récompenses

modifier
Lion d'or à la Mostra de Venise
En 1996, Le Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière (Leone d'oro alla carriera).
Festivals
David di Donatello du meilleur acteur
Ruban d'argent du meilleur acteur
Ruban d'argent du meilleur acteur dans un second rôle

Décoration

modifier

Voix françaises

modifier
Et aussi

Note : Pour les films franco-italiens des années 1980, aux côtés notamment de Fanny Ardant, il s'est lui-même exprimé en français.

Bibliographie

modifier
  • Vittorio Gassman,
    • Un grand avenir derrière moi - Vie, amours et prouesses d'un m'as-tu-vu, racontées par lui-même, Éditions Julliard, 1982 (Un grande avvenire dietro le spalle, éd. Longanesi et C, 1981)
    • Mémoires dans une soupente, Editions de Fallois, 1991.
  • Bernard Degioanni Vittorio Gassman, Éditions PAC, 1980
  • Gérard Pangon, Jean A. Gili Vittorio Gassman, Arte éditions, 1997

Notes et références

modifier
  1. Prononciation en italien standard retranscrite selon la norme API.
  2. Pour Gian Piero Brunetta les cinq acteurs sont les « […] personnages absolus et toujours plus acclamés de la scène […] » et « les mousquetaires, ou "monstres" de la comédie italienne […] » ; voir (it) Gian Piero Brunetta, Storia del cinema italiano, vol. IV, Dal miracolo economico agli anni novanta, 1960-1993, Rome, Editori Riuniti, , 820 p. (ISBN 88-359-3788-4), p. 139 et 141. Selon Callisto Cosulich, il a été, avec Alberto Sordi, Nino Manfredi et Ugo Tognazzi, un des « matadors » de la comédie à l'italienne ; voir (it) Callisto Cosulich, « Storia di un mattatore », Cinecittà News,‎ (lire en ligne).
  3. Cazzullo Aldo, « Gassman e la nuova «n»: l' ho aggiunta al cognome », Corriere della sera,‎ (lire en ligne)
  4. (it) « biografia », sur vittoriogassman.it (version du sur Internet Archive)
  5. (it) « Quei ragazzi terribili del Tasso », sur repubblica.it,
  6. (it) « Tra memoria e storia », sur liceotasso.edu.it
  7. (it) « In Serie A nella S.S. Parioli », sur dlib.coninet.it
  8. (it) « Basket, Venezia e quella «finale» vinta 75 anni fa contro Vittorio Gassman », sur gazzetta.it,
  9. (it) « Esordio disperso », sur corriere.it
  10. « TOP250 tous les temps en Italie (Reprises incluses) », sur jpbox-office.com (consulté le )
  11. (it) « La classifica dei film più visti di sempre al cinema in Italia », sur movieplayer.it (consulté le )
  12. Gian Piero Brunetta, Il cinema italiano contemporaneo : Da “La dolce vita” a “Centochiodi”, Gius.Laterza & Figli Spa (ISBN 9788858114797)
  13. « Jean Gili: «Les comédies de Dino Risi expriment une inquiétude sur la vie» », sur letemps.ch
  14. François Forestier, « « Parfum de femme », le show Vittorio », sur nouvelobs.com,
  15. « La vie est un roman », sur cinematheque.fr
  16. (it) Andrea Campana, « Vittorio Gassman doppia il Re Leone: il dietro le quinte », sur lascimmiapensa.com,
  17. (it) Federico Gironi, « Vittorio Gassman, quell'ultimo spettacolo, il cinema, la tv e YouTube: un ricordo personale del grande attore italiano »
  18. Simonetta Robiony, « Chiude il Tunnel dei dispiaceri », La Stampa,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  19. (it) « Vittorio Gassman, 100 anni e rimane inarrivabile », sur ansa.it : « Personalità contrastata, psiche probabilmente bipolare, formazione classica, perfezionista nel lavoro, irrequieto nella vita e negli amori, questo e tanto altro fu Vittorio, il Mattatore. »
  20. (it) Arianna Frattali, Testo e performance dal Settecento al Duemila. Esempi di scrittura critica sulla teatralità, EDUCatt Università Cattolica (ISBN 9788867806157, lire en ligne)
  21. (it) Giacomo Gambetti, Il teatro e il cinema di Vittorio Gassman, Gremese Editore (ISBN 9788884404206, lire en ligne), p. 82
  22. (it) « Paola Gassman - Curiosità e citazioni », sur movieplayer.it
  23. (it) Paolo Conti, « la lunga lista dei vip che hanno annullato il matrimonio: da mike bongiorno a vittorio gassman », il Corriere della Sera
  24. (it) « La passione per le donne di un inguaribile seduttore », sur repubblica.it,
  25. a b et c (it) Vittorio Gassman, Un grande avvenire dietro le spalle, Longanesi,
  26. (en) « Dr. Vittoria Gassman, MD - Norwalk, CT - Geriatric Medicine & Internal Medicine », sur healthgrades.com
  27. (it) « ORA SONO SALITI A 412 I MEMBRI ELETTI NELL' ASSEMBLEA DAL CONGRESSO DE », sur repubblica.it,
  28. (it) « Vittorio Gassman, dai successi de “Il sorpasso” e “I mostri” alla malattia: a 20 anni dalla scomparsa l’omaggio di Sky coi figli e tanti attori », sur ilfattoquotidiano.it
  29. (it) « Disturbo bipolare, una malattia che fa tendenza », sur ilgiornale.unipi.it (version du sur Internet Archive)
  30. (it) « In 15 mila per l'ultimo omaggio al Mattatore », sur repubblica.it
  31. (it) « Il cimitero del Verano », sur vivisanlorenzo.it
  32. (it) « Il cimitero del Verano, ultima meta del turismo alternativo », sur reporternuovo.it (version du sur Internet Archive)
  33. (it) « Perché sulla tomba di Vittorio Gassman al cimitero del Verano c’è scritto: “Non fu mai impallato” », sur fanpage.it
  34. (it) « Gassman, morto per paura di morire », sur Panorama (magazine italien) (version du sur Internet Archive)
  35. « Comunicato stampa Settembre 2004 », sur vittoriogassman.it (version du sur Internet Archive)

Liens externes

modifier