Harvey Keitel

acteur américain
Harvey Keitel
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance (83 ans)
New York, État de New York (États-Unis)
Nationalité Américain
Profession Acteur
Producteur
Films notables Mean Streets
Taxi Driver
Les Duellistes
La Dernière Tentation du Christ
Thelma et Louise
Bad Lieutenant
Reservoir Dogs
La Leçon de piano
Pulp Fiction
Copland
The Irishman
Séries notables Life on Mars

Harvey Keitel est un acteur américain, aussi producteur de cinéma, né le à Brooklyn, New York.

Il s'est distingué dans des films qui ont marqué l'histoire du cinéma américain comme Taxi Driver, Thelma et Louise, Smoke, Pulp Fiction ou Reservoir Dogs. Reconnu comme l'un des grands acteurs du cinéma américain, il n'a cependant jamais été récompensé par un Oscar, mais a reçu des prix prestigieux comme l'Ours d'argent à la Berlinale.

BiographieModifier

Jeunesse, formation et débutsModifier

Né à New York dans l'arrondissement de Brooklyn, de parents juifs, roumain par sa mère et polonais par son père, il grandit à Brighton Beach à Brooklyn[1].

Issu de l'Actors Studio, Keitel, ancien marine, commence sa carrière aux côtés de Martin Scorsese et Robert De Niro dans des films tels que Who's That Knocking at My Door (1967), Mean Streets (1973) et Taxi Driver (1976). Il quitte le tournage d'Apocalypse Now, pour divergence de vue avec le réalisateur Francis Ford Coppola en 1979, au bout de deux semaines (en 1998, il quittera également le tournage du dernier film de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut).

En disgrâce auprès des studios américains, il tourne alors dans des productions européennes : La Mort en direct de Bertrand Tavernier (1980) et La Nuit de Varennes d'Ettore Scola (1982). En 1988, il retrouve Martin Scorsese qui lui confie le rôle de Judas dans le très controversé film La Dernière Tentation du Christ.

 
Harvey Keitel en 2009.

CarrièreModifier

Au début des années 1990, sa carrière trouve un second souffle. En 1991 Ridley Scott le sollicite pour Thelma et Louise où sa prestation dans le rôle du détective Hal Slocumb est particulièrement remarquée. Cette même année, par l'intermédiaire d'une connaissance il reçoit le scénario d'un film de gangsters écrit par un jeune réalisateur encore inconnu : Quentin Tarantino. Emballé par l'histoire, il accepte de coproduire le film et d'y tenir le rôle principal. Ce sera Reservoir Dogs, salué lors de sa sortie en 1992 par la critique et devenu culte. Le film révèle Tarantino aux yeux du monde entier, et relance totalement la carrière de Keitel qui intéresse à nouveau des réalisateurs renommés.

On le voit ainsi tenir le rôle principal d'un "flic toxicomane amoral"[2] dans Bad Lieutenant d'Abel Ferrara (1992) ; beaucoup d'observateurs considèreront d'ailleurs qu'Harvey Keitel y tient le meilleur rôle de toute sa carrière. Il tourne ensuite dans La Leçon de piano de Jane Campion (1993), et retrouve à nouveau Quentin Tarantino pour Pulp Fiction (1994). Ces films lui offrent une célébrité qu'il n'avait pas alors conquise et lui permettent de mener sa carrière entre films d'auteurs et grosses productions hollywoodiennes.

En 1997, "casté pour jouer Victor Ziegler", il quitte avec fracas le tournage d'Eyes Wide Shut, de Stanley Kubrick, excédé par les méthodes du cinéaste, son personnage est finalement incarné par Sydney Pollack[3].

En 2008, Harvey Keitel obtient son tout premier rôle dans une série télévisée, Life on Mars, adaptation américaine de la série britannique du même nom. Mais la série ne dure qu'une seule saison.

En 2012, il est l'invité au 38e festival du cinéma américain de Deauville, pour un hommage qui lui est rendu pour l'ensemble de sa carrière.

Fin 2013, il apparait dans le clip Pretty Hurts de Beyoncé Knowles[4] (extrait de l'album Beyoncé), réalisé par Melina Matsoukas.

En 2014, il participe à une campagne publicitaire pour l'agence d'assurances britannique Direct Line, parodiant par la même occasion son célèbre personnage de Winston Wolf dans Pulp Fiction.[réf. nécessaire]

Une spécialitéModifier

Dès le début, la carrière de Harvey Keitel se singularise par des tournages avec des réalisateurs débutants dont certains sont d'ailleurs devenus très célèbres. C'est ainsi qu'il joua dans le premier film du réalisateur américain Martin Scorsese, Who's That Knocking at My Door mais aussi dans celui d'un réalisateur anglais qui connut une grande carrière, Ridley Scott, avec qui il tourna Les Duellistes (1977). Il joua aussi dans l'un des premiers films d'Alan Rudolph : Bienvenue à Los Angeles (1976). James Toback réalisa lui aussi son premier film avec Harvey Keitel, Mélodie pour un tueur (1978), tandis que Paul Schrader céda lui aussi face à cette mode dans son film Blue Collar. Enfin, il a coproduit et joué le rôle principal dans Reservoir Dogs, le premier film de Quentin Tarantino.

Vie privéeModifier

Marié à l'actrice Lorraine Bracco de 1982 à 1993, il est, depuis 2001, l'époux de Daphna Kastner, également actrice. Il est le père de trois enfants : Stella née en 1985 de Lorraine Bracco, Hudson né en 2001 de sa relation avec Lisa Karmazin, et Roman né en 2004 de Daphna Kastner. Il est le parrain de Max, fils de Michael Madsen[5].

FilmographieModifier

ActeurModifier

CinémaModifier

Années 1960Modifier
Années 1970Modifier
Années 1980Modifier
Années 1990Modifier
Années 2000Modifier
Années 2010Modifier
Années 2020Modifier

TélévisionModifier

Producteur / producteur déléguéModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

DécorationsModifier

  Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres

Voix francophonesModifier

En France, Daniel Russo et Bernard-Pierre Donnadieu[7] ont été les voix françaises régulières en alternance de Harvey Keitel puis Michel Papineschi[8] et Bernard Tiphaine[8],[7] sont devenus ses voix françaises les plus régulières. Il a également été doublé à quatre reprises par Patrick Floersheim[9] dans La Mort en direct, Le Flic était presque parfait, Snake Eyes et The Young Americans, à trois reprises par Patrick Poivey[7] dans Histoires fantastiques, Le Dragueur et The Ridiculous 6, à deux reprises par Philippe Ogouz[9] dans Ambulances tous risques et Enquête sur une passion ainsi que par José Luccioni[9] dans Mon beau-père et nous et Moonrise Kingdom.

À titre exceptionnel, il est doublé par Guy Chapellier dans Mean Streets[9], Sylvain Joubert dans Alice n'est plus ici[7], Daniel Gall dans Taxi Driver[9], François Leccia dans Buffalo Bill et les Indiens[9], Pierre Trabaud dans Les Duellistes[7], Sady Rebbot dans Mélodie pour un tueur[7], Michel Paulin dans Saturn 3[9], Jacques Frantz dans Falling in Love[7], Gérard Berner dans Calendrier meurtrier[7], Pascal Renwick dans Soleil levant, Hervé Pierre dans Holy Smoke[10], Jérôme Keen dans The Ministers[9], Georges Claisse dans Youth[7], Patrick Raynal dans The Irishman[9]. Il se double lui-même dans Wanted[7].

Au Québec, Éric Gaudry le double dans Pensées mortelles, Trésor National, Trésor National 2 : Le Livre des secrets et La Petite Famille. Il est doublé à deux reprises par Hubert Fielden dans La Nuit la plus longue et Détectives, Hubert Gagnon dans Soleil levant, Le Petit Nicky et Des ombres au soleil ainsi que par Jean-Marie Moncelet dans Sans retour, Eva et Dodger cassent la baraque et Sois Cool. À titre exceptionnelle, Marc Bellier le double dans Bugsy, le gangster sans scrupule, Yvon Thiboutot dans U-571et Sylvain Hétu dans Fatima

Versions françaises
  • Bernard-Pierre Donnadieu (*1949 - 2010) dans : La Dernière Tentation du Christ, Smoke, Clockers, Get Shorty, City of Crime, Le Mystère des fées : Une histoire vraie, U-571, Dragon rouge, Le Pont du roi Saint-Louis, Be Cool, Engrenage mortel[7]
  • Daniel Russo dans : The Two Jakes, Pensées mortelles, Thelma et Louise, Bugsy, Reservoir Dogs, Sister Act, Bad Lieutenant, Pulp Fiction, Point limite, Little Nicky[7]
  • Michel Papineschi dans : The Men's Club, La Leçon de piano, Taking sides, le cas Furtwängler, Un crime, Life on Mars, Inglourious Basterds, Lune de miel tragique, La Voie de l'ennemi, The Grand Budapest Hotel, Madame[7],[11],[12],[13],[14]
  • Bernard Tiphaine (*1938 - 2021)[15],[7],[16],[17],[18] : Une nuit en enfer, Petits meurtres entre nous, Copland, Benjamin Gates et le Trésor des Templiers, Benjamin Gates et le Livre des secrets, Le Congrès

Notes et référencesModifier

  1. (en) KRISTINE McKENNA, « MOVIES : Leaps of Faith : Harvey Keitel's search for God often involves confronting his darker self; case in »  , sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  2. https://www.telerama.fr/cinema/bad-lieutenant-le-plus-ripoux-des-mauvais-flics-infiltre-lacinetek-6800199.php
  3. https://www.lefigaro.fr/cinema/dans-les-coulisses-de-eyes-wide-shut-le-film-qui-a-tue-stanley-kubrick-20191111
  4. Harvey Keitel dans le nouveau clip de Beyoncé ! - Allociné
  5. https://akas.imdb.com/name/nm0000172/bio
  6. https://akas.imdb.com/name/nm0000172/awards
  7. a b c d e f g h i j k l m et n Carton du doublage français sur le DVD zone 2.
  8. a et b Voir les fiches de doublages des films sur les sites AlloDoublage et Voxofilm.
  9. a b c d e f g h et i « Comédiens ayant doublé Harvey Keitel en France » sur RS Doublage
  10. « Fiche du doublage français du film Holy Smoke » sur Alterego75.fr, consulté le 20 mai 2013
  11. « Doublages effectués par Michel Papineschi » sur Doublage Series Database
  12. « Fiche du doublage français du film Inglourious Basterds » sur AlloDoublage
  13. « Fiche du doublage français du film The Grand Budapest Hotel » sur AlloDoublage
  14. « Fiche du doublage français du film La Voie de l'ennemi » sur AlloDoublage
  15. « Fiche du doublage français du film Une nuit en enfer » sur AlloDoublage
  16. « Fiche du doublage français du film Benjamin Gates et le Trésor des Templiers » sur Voxofilm
  17. « Fiche du doublage français du film Benjamin Gates et le Livre des secrets » sur Voxofilm
  18. « Fiche du doublage français du film Le Congrès » sur AlloDoublage

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Travaux universitairesModifier

  • Florent L'Hélias, sous la direction de Roxane Hamery, Harvey Keitel, renaissance d'un acteur des années soixante-dix dans le cinéma urbain de l'Amérique des années quatre-vingt-dix. Mémoire de master en arts du spectacle, université Rennes 2, 2009, 137 p.

Liens externesModifier