Omar Sharif

acteur égyptien
Omar Sharif
عمر الشريف
Omar Sharif 66ème Festival de Venise (Mostra) 4.jpg
Omar Sharif à la Mostra de Venise 2009.
Biographie
Naissance
Décès
(à 83 ans)
Le Caire (Égypte)
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
عمر الشريفVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Michel Dimitri Shalhoub[1]
Pseudonyme
عمر الشريفVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Victoria College (en)
Université du CaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Père
Joseph Chalhoub (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Faten Hamama (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Tarek Sharif (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Sport
Distinctions
Films notables

Michel Dimitri Shalhoub, dit Omar Sharif (arabe : عمر الشريف), également orthographié Omar El-Sharif[a],[1], né le à Alexandrie et mort le au Caire[2],[3], est un acteur égyptien.

Actif des années 1950 aux années 2010 dans des productions cinématographiques américaines, britanniques, françaises, italiennes et de nombreux autres pays, il est aussi renommé pour avoir été un joueur de bridge de classe mondiale ainsi qu'un passionné de chevaux de course et de courses hippiques.

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Michel Dimitri Shalhoub[b],[1] naît en 1932 à Alexandrie dans une famille d'origine syrienne chrétienne originaire de Damas[4],[5]. Élevé dans le rite melkite, il se convertira en 1955 à l'islam afin d'épouser l'actrice musulmane égyptienne Faten Hamama, dont il divorcera plus tard.

Au collège britannique Victoria d'Alexandrie, il étudie les mathématiques, la physique, le français ainsi que cinq autres langues, qu’il parle plus ou moins couramment : l'arabe, l'anglais, le grec, l'italien et l'espagnol[6].

Après avoir obtenu une licence[7] en mathématiques et physique à l'université du Caire, il travaille pendant cinq ans dans l'entreprise de bois précieux de son père avant d’aller étudier le métier d’acteur à la prestigieuse Royal Academy of Dramatic Art de Londres.

Vedette égyptienneModifier

En 1954, de retour en Égypte, il est découvert par son compatriote le cinéaste Youssef Chahine, qui le fait débuter dans Le Démon du désert, où il incarne un jeune bédouin répondant au nom d'« Omar El Sharif ». Deux ans plus tard, Youssef Chahine lui donne le rôle vedette, face à la star égyptienne de l’époque Faten Hamama dans Les Eaux noires.

Les films s'enchaînent. Le film est présenté au festival de Cannes, où il obtient ses premières louanges. Il joue pour Atef Salem, Fatin Abdel Wahab, puis Salah Abou Seif. En 1961, il est une des vedettes du film d’Henry Barakat, Fi Baytina Rajul [Un homme chez nous], aux côtés de Zubaida Tharwat. Ce film est consacré à une famille égyptienne qui est conduite à cacher un jeune révolutionnaire accusé de l'assassinat d'un homme politique. Ce thème de la résistance égyptienne contre l'occupation anglaise, avant la révolution du 23 juillet 1952, fait écho à la décolonisation en cours dans le continent africain[8]. Omar El Sharif devient une grande star du cinéma en tenant la vedette de vingt-six films égyptiens.

En 1955 il épouse Faten Hamama avec qui il a un fils en 1957, Tarek[9], ce qui augmente sa popularité dans le monde arabe. Ils divorcent en 1974, mais Omar Sharif ne se remariera pas.

Vedette internationaleModifier

En 1956, l'acteur entame une carrière internationale en venant tourner en France La Châtelaine du Liban sous la direction de Richard Pottier, car l'acteur Jean-Claude Pascal l'a vivement recommandé. Le film suivant, Goha, film franco-tunisien réalisé par Jacques Baratier, obtient le prix « Un certain regard » au Festival de Cannes.

 
Omar Sharif en 1963.

En 1962, à 30 ans, il joue le rôle du prince du désert Ali Ibn Kharish dans sa première superproduction internationale, Lawrence d'Arabie de David Lean, aux côtés de Peter O'Toole. Ce film consacrera son nouveau nom « Omar Sharif » dans la partie occidentale du monde, car ce rôle lui vaut une célébrité mondiale immédiate, ainsi qu'un Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle 1963 et une nomination pour l'Oscar du Meilleur Second Rôle 1963. Ce film marque le début de sa carrière d'acteur international et lui donne une place dans la légende du cinéma mondial. Il s'installe alors avec son fils à Hollywood, où il signe un contrat de sept ans avec les studios hollywoodiens Columbia Pictures. C'est à cette époque qu'il se sépare de sa femme, d'un commun accord malgré leurs sentiments, pour « incompatibilité de la vie de couple avec la vie d'acteur international[réf. nécessaire] ».

En 1965, il renoue avec un triomphe mondial dans Le Docteur Jivago aux côtés de Julie Christie, une autre réalisation de David Lean, pour lequel il obtient cette fois le Golden Globe Award du Meilleur Acteur en 1965 pour son rôle du poète médecin russe Youri Jivago.

Omar Sharif joue alors dans plus de 60 films américains et européens notamment, jeune premier puis figure paternelle, entre autres avec les cinéastes Anthony Mann, Francesco Rosi, Henri Verneuil, Sidney Lumet, Andrzej Wajda, Alejandro Jodorowsky, Blake Edwards, John McTiernan, David Zucker, Jim Abrahams et Jerry Zucker, Arielle Dombasle et Valeria Bruni Tedeschi, Roland Emmerich, Jim Sheridan, et les acteurs James Coburn et Anita Ekberg, Anthony Quinn, Catherine Deneuve, Jean-Paul Belmondo, Sophia Loren, Michael Caine, Gregory Peck, Julie Andrews, Claudia Cardinale faisant ses premiers pas devant une caméra, Jane Seymour à plusieurs reprises, Lea Massari, Antonio Banderas, Viggo Mortensen, à la télévision Jeanne Moreau et Grace Jones

Malgré d'indéniables réussites (La Nuit des généraux d'Anatole Litvak ; La Vallée perdue de James Clavell), Omar Sharif s'est toujours montré très critique à l'égard de son travail et de sa paresse.

Sa vie privée, réelle ou supposée, a fait le régal des tabloïds. Dès son premier film, il flirte avec Yolanda Gigliotti, future Dalida. Après sa séparation d'avec son épouse, la liste de ses conquêtes comprend Ingrid Bergman, de dix-sept ans son aînée, Annette Stroyberg, ancienne épouse de Roger Vadim, qu'il emmène à Los Angeles, Barbra Streisand dont l'identité juive menace la nationalité égyptienne de Sharif qui attendra presque dix ans pour retourner dans son pays (Streisand lui a d'ailleurs rendu hommage à l'annonce de sa mort), Ava Gardner, Anouk Aimée, Andréa Ferréol avec qui il a vécu ses dix dernières années.

Comme beaucoup de stars, Sharif a interprété un certain nombre de personnages historiques ou mythiques, au cinéma et à la télévision : Genghis Khan, Che Guevara, Nicolas II de Russie, le capitaine Némo, Saint Pierre en 2005, Jethro dans Les Dix Commandements de Robert Dornhelm en 2006[10], et dans nombre d'adaptations (de Joseph Kessel, James Hadley Chase, Jean-Paul Sartre, Fedor Dostoïevski, Michael Crichton…), passant de l'Allemagne ou l'Italie à l'Inde, d'un genre à un autre, western, espionnage, comédie musicale ou non…

 
Omar Sharif en avril 2015, trois mois avant son décès.

En 2003, son rôle d'épicier philosophe dans Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, de François Dupeyron (avec Isabelle Adjani déguisée en Brigitte Bardot), lui permet d'être récompensé par le César du meilleur acteur 2004. Le film est par ailleurs nommé au Golden Globe Award du Meilleur Film Étranger 2004.

En 2005, il donne sa voix au lion Aslan dans les doublages français et italien du film fantastique Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l'Armoire magique. En 2006, il prête sa voix, cette fois en anglais et comme narrateur, pour le road movie O Gengis réalisé par Alan Simon.

Fin de vieModifier

En mai 2015, son fils, Tarek El-Sharif, annonce dans une interview que Omar Sharif est atteint de la maladie d’Alzheimer[11]. Il meurt le des suites d'une crise cardiaque[12]. Ses obsèques ont lieu le dans une mosquée du Caire et il est inhumé au cimetière Sayyeda Nefissa dans le sud de la ville.

Sa passion du jeuModifier

 
Omar Sharif (au centre) lors d'un tournoi de bridge aux Pays-Bas en 1967.

Omar Sharif est un des joueurs de bridge les plus célèbres du monde. Il a signé un livre de bridge ainsi que des commentaires sur des donnes pour plusieurs journaux, dont Le Figaro en France.

Aux Olympiades de Bridge de Deauville en 1968, il représente l'équipe d'Égypte, opposée à celle du champion du monde italien Giorgio Belladonna. Quelques années plus tard, c'est face à ce même champion mondial qu'Omar Sharif fait une tournée internationale avec la Lancia Team. Dans chaque ville, une voiture est offerte au vainqueur, il en a gagné vingt-quatre[13].

Il devient vice-champion de France open en 1971, face à Pierre Jaïs associé à Michel Lebel.

Il a été vice-champion d'Europe seniors par équipes en 1999 à Malte avec l'équipe de France (associé entre autres à Paul Chemla et Pierre Chidiac)[14].

Il a aussi donné son nom à plusieurs jeux vidéo, et fréquenté assidûment les casinos français.

Il perd 80 millions de francs en une soirée au casino Palm Beach de Cannes en 1978, record de la plus forte perte[15], et précise qu'il a dû vendre son appartement à Paris pour payer ses dettes de jeu[16].

Il achète une villa luxueuse aux Canaries, sur l'île de Lanzarote. Il la perd au bridge le soir même. La villa qui a gardé son nom (Casa Omar Sharif) est ouverte à la visite. En 2021, elle est en vente pour la somme de 5M€ et cherche toujours preneur.

Sa passion du chevalModifier

 
Gregory Peck et Omar Sharif jouant au bridge sur le tournage de L'Or de MacKenna (1969).

Omar Sharif est attiré très jeune par le monde du cheval[17]. Plus tard, il interprète des rôles de cavaliers, notamment dans Gengis Khan, La Belle et le Cavalier ou Les cavaliers[18]. À partir des années 1980, installé en France, il suit assidument les courses hippiques. Pour cette raison il est choisi pour faire la publicité de Tiercé magazine pendant plusieurs années en rendant célèbre le slogan « Les courses, vous le savez, c'est ma grande passion ! ».

Propriétaire émérite, il explique alors que sa passion équestre est l'unique raison qui le pousse à continuer le 7e art : « Je trouve le cheval noble. Et beau. C'est un geste magnifique, le geste du cheval. L’encolure d'un cheval [est] d'une beauté extraordinaire. J'ai même une passion pour les peintures et les sculptures de chevaux. Je trouve que les formes des lignes d'un cheval sont les lignes les plus harmonieuses qu'on trouve chez les animaux. Et puis j'aime ce tempérament un peu piaffeur ». « J'ai une douzaine de chevaux. J'en achète tous les ans. La raison pour laquelle je continue de travailler, c'est uniquement pour acheter plus de chevaux et pour pouvoir entretenir les chevaux, qui coûtent assez cher »[18].

En tant que propriétaire, il remporte des courses de groupe dont le prix Perth ou le prix Guillaume d'Ornano sur l'hippodrome de Deauville qu'il affectionne, avec son cheval Don Bosco[19].

Sa pratique de l'athlétismeModifier

 
Omar Sharif lors du Mostra de Venise de 1993.

Bien qu'Omar Sharif soit aujourd'hui surtout connu pour sa carrière sur grand écran, il a également été considéré dans sa jeunesse comme l'un des plus grands espoirs africains dans le domaine de la course à pied. Spécialiste du 100 mètres, il est sacré champion d'Égypte espoir en 1951, puis termine troisième aux championnats d'Afrique de 1952. Une performance remarquable mais insuffisante, puisque seules les deux premières places étaient cette année-là qualificatives pour les Jeux Olympiques d'Helsinki. C'est à la suite de cette déception qu'Omar Sharif décida de se consacrer au cinéma. Bien que son record personnel en 10 s 6 lui ait sans doute permis d'envisager une honnête carrière internationale[20].

FilmographieModifier

CinémaModifier

Années 1950Modifier

Années 1960Modifier

Années 1970Modifier

Années 1980Modifier

Années 1990Modifier

Années 2000Modifier

Années 2010Modifier

TélévisionModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

 
Omar Sharif recevant le Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière lors la Mostra de Venise 2003.

NominationsModifier

DécorationsModifier

Voix françaisesModifier

Parlant couramment français, Omar Sharif s'est doublé lui-même en français dans certains des films qu'il a tournés en langue anglaise, comme Lawrence d'Arabie. Du fait de son accent, il a été postsynchronisé par d'autres comédiens lorsqu'il jouait des personnages non orientaux (anglophones ou européens). Il fut par exemple doublé par :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. (ar) عمر الشريف ; arabe égyptien : [ˈʕomɑɾ eʃʃɪˈɾiːf])
  2. arabe égyptien : [miˈʃel dɪˈmitɾi ʃælˈhuːb]

RéférencesModifier

  1. a b et c « Catalogue général, Notice d'autorité personne », sur catalogue.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France (consulté le ) : « Sharif, Omar (1932-2015) pseudonyme forme courante.
    Šarīf, ʿUmar al- (1932-2015) pseudonyme forme internationale système ISO de translittération simplifiée (hébreu, arabe, etc.) arabe.
    شريف, عمر (1932-2015) pseudonyme forme internationale arabe »
    .
  2. « Mort à 83 ans d'Omar Sharif, légende du cinéma », sur leparisien.fr, .
  3. Clément Ghys, « Disparition : Omar Sharif, le prince désœuvré », sur liberation.fr, .
  4. (ar) « عمر الشريف أصلي شامي وانا ابن قبيلة عربية », sur streamable.com (consulté le ).
  5. Son père, le financier Yûsuf Chalhûb, est né également à Alexandrie dans une famille grecque–catholique originaire de Damas ; https://books.google.com/books/about/Histoire_des_Orientaux_de_France_du_Ier.html?id=1bVnAAAAMAAJ
  6. « Omar Sharif », voir le texte sous le cadre de la vidéo qui ne fonctionne plus dans l’archive [archive du ], sur sonuma.be, (consulté le )
  7. (en) Lara Marlowe, « Omar Sharif: from desert prince to alone in Paris », sur irishtimes.com, (consulté le ).
  8. « Un homme chez nous (A man in our House) », sur africultures.com
  9. Tarek Sharif jouera le rôle du Docteur Jivago enfant dans l'un des principaux films de la filmographie de son père, mais sa carrière d'acteur sera brève (voir (en) courte filmographie sur imdb
  10. « Les Dix Commandements », sur AlloCine (consulté le )
  11. « Omar Sharif atteint de la maladie d'Alzheimer », Le Figaro.
  12. « Disparition », sur Libération, (consulté le )
  13. « Mort d'Omar Sharif, un acteur dévoré par la passion du jeu et des chevaux », sur huffingtonpost.fr,
  14. (en) « Actor Omar Sharif dies of heart attack, aged 83 », sur timesofmalta.com,
  15. « MarocHebdo le 09-07-1999 », sur maghress.com (consulté le ).
  16. Tout le monde en parle, France 2, 13 septembre 2003.
  17. Omar Sharif et la passion du cheval INA, 15 mai 1999
  18. a et b Omar Sharif : «Le cheval, c'est mon dada» Le Figaro, le 10/07/2015
  19. « Arrivée Prix Perth (Gr.3), jeudi à Saint-Cloud. DON BOSCO, ou l'option gagnante de Flavien Prat », sur canalturf.com,
  20. (en-US) Aiden Mason, « 25 Things You Never Knew About Omar Sharif », sur TVOvermind, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier