Ouvrir le menu principal

La Fenice

salle d'opéra à Venise, en Italie
La Fenice
Gran teatro la fenice.jpg
Teatro La Fenice (Venice) - Facade.jpg
Entrée de La Fenice
Présentation
Type
Style
Architecte
Ouverture
Inauguration
Propriétaire
Site web
Localisation
Adresse
1965 Campo San Fantin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
30124 San Marco
Flag of Italy.svg Italie
Coordonnées
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’ensemble instrumental, voir Ensemble La Fenice.

La Fenice est un opéra construit à Venise au XVIIIe siècle dans le style néo-classique avec une salle proposant cinq étages superposés de loges finement décorées en rouge et or.

Il est, avec la Scala de Milan et le San-Carlo de Naples, l'un des temples les plus prestigieux de l'opéra italien. La Fenice a vu la création de plusieurs opéras de Rossini, Bellini, Donizetti, Verdi

Sommaire

HistoriqueModifier

CréationModifier

En 1773 ou 1774, le théâtre San Benedetto du quartier de San Marco de Venise brûle et la noblesse de la ville décide de faire construire une nouvelle salle par l'architecte Gian Antonio Selva. Elle est inaugurée le avec un opéra et un ballet I giuochi d'Agrigento[1] (Les jeux d'Agrigente) de Giovanni Paisiello.

Ce haut-lieu des cultures italiennes et européennes acquiert une grande renommée et présente des opéras, des pièces de théâtre, des ballets et des concerts de musique classique.

Le , le théâtre est détruit par les flammes. Reconstruit à l'identique par les architectes Giambattista et Tommaso Meduna et décoré par Tranquillo Orsi, il rouvre ses portes au public le soir du .

De 1820 à 1839, Francesco Bagnara y crée les décors des plus grands chefs-d'œuvre de l'art lyrique italien (Lucia di Lammermooretc.) dont les esquisses sont conservées au Museo Correr. Dès 1844, Giuseppe Verdi y crée Ernani, suivi de Attila, Rigoletto, La traviata et Simon Boccanegra.

Après guerre, La Fenice occupe une place prépondérante dans l'opéra italien et accueille les œuvres modernes de Stravinsky, Britten, Prokofievetc.

Incendie et reconstructionModifier

La Fenice (en français « le Phénix », nom prédestiné pour un théâtre qui a connu deux incendies en 789 et 1846 : comme celui de la mythologie grecque, le Phénix de Venise renaît de ses cendres), le , alors que le théâtre est l'une des références mondiales de l'art lyrique, il est à nouveau détruit par un incendie criminel causé par deux électriciens d’une entreprise de maintenance, soupçonnés d'avoir mis le feu au théâtre pour éviter de payer des pénalités pour retard de travaux[2]. Rapidement, la décision est prise de le reconstruire à l’identique avec son luxe d'origine : « com'era e dov'era » (« comme il était et où il était »)[2]. La reconstruction a commencé en 2001. Pendant les travaux, les spectacles ont été accueillis par le Teatro Malibran et le PalaFenice (chapiteau installé dans l’île du Tronchetto, à l’emplacement des parcs de stationnement de l’entrée de la ville). Après deux ans de travaux et 60 millions d'euros issus de la ville de Venise, aidée par l'État italien, l’Unesco et d'importantes donations du monde entier, la Fenice renaît de ses cendres — pour la troisième fois. Le théâtre est inauguré le avec La traviata de Giuseppe Verdi, mise en scène par Robert Carsen.

Premières mondialesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Soutien à la suite de l'incendie de Notre-DameModifier

Au soir de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris La Fenice a adressé un message de soutien et d'espoir sur son compte Tweeter : « Nous avons brûlé deux fois, mais deux fois nous avons resurgi de nos cendres, plus forts. Nous sommes à vos côtés, amis, alors ne craignez rien ! »[3].

La Fenice au cinémaModifier

Le théâtre a été mondialement consacré grâce au film de Luchino Visconti, Senso, dont la première scène se déroule dans le décor réel de la Fenice où est donné, au printemps 1866, l'opéra de Giuseppe Verdi, Il trovatore. L'aria « Di quella pira » est l'occasion d'un appel au soulèvement des vénitiens contre l'occupant autrichien[4].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Giandomenico Romanelli, Giuseppe Pugliese, José Sasportes, Patrizia Veloli, Gran Teatro La Fenice, éditions Evergreen, 1999, 337 p. (ISBN 3-8228-7108-7).

Liens externesModifier