Sicilien

langue

Le sicilien (en sicilien : sicilianu, /sɪʃɪˈljaːnʊ/) est une langue appartenant au groupe des langues romanes de la famille des langues indo-européennes. Au sens strict, ce terme désigne le sicilien de Sicile et ses multiples dialectes, tandis qu’au sens large, l’on se réfère au groupe linguistique sicilien comprenant le sicilien de Sicile, le calabrais centro-méridional, le salentin ainsi que le cilentain méridional.

Sicilien
Pays Italie
Région Sicile
Nombre de locuteurs 4 800 000[1]
Typologie SVO, flexionnelle, accusative, syllabique, à accent d'intensité
Écriture Alphabet latin
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Cadèmia Siciliana (de facto)
Codes de langue
ISO 639-2 scn
ISO 639-3 scn
Échantillon
article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

Artìculu 1

Tutti l'èssiri umani nàscinu lìbbiri e avali ntâ dignitati e nnê diritti. Sunnu addutati di raciuni e cuscenza e s'hannu a cumpurtari unu cu n'àutru cu spìritu di fratirnitati.

Le sicilien ne fait l'objet d'aucune protection réglementaire, n'étant pas mentionné parmi les langues protégées par la loi du sur les « Règles en matière de protection et de défense des minorités linguistiques historiques »[2]. Cependant, une loi régionale (numéro 9 de 2011) prévoit que la région Sicile en diffuse les aspects culturels, sans en mentionner les aspects de langue régionale à statut officiel.

Aire de répartitionModifier

L'aire de répartition naturelle des dialectes siciliens s'étend sur l'ensemble de la Sicile, sur la partie méridionale de la Calabre et sur les parties les plus méridionale et orientale des Pouilles : le Salento (plus précisément dans le « talon » de la « botte italienne »).

LittératureModifier

La littérature en langue sicilienne est l'une des toutes premières littératures en langue vulgaire à apparaitre en Italie après le déclin du latin. C'est au XIIIe siècle, sous l'impulsion de Frédéric II et de sa cour, composée de lettrés, de savants et de philosophes, que cette nouvelle littérature prend son essor. Le sicilien s'enrichit d'emprunts au toscan, au latin et au provençal. Les poètes de la cour développeront une poésie lyrique soignée et à forte composante scolastique.

Le sonnet et la chanson sont les formes privilégiées des poètes, qui exaltent leur dame ou discourent sur la nature de l'amour. Parmi les auteurs de cette époque, on trouve Giacomo da Lentini, Cielo d'Alcamo, Rinaldo d'Aquino, Giacomino Pugliese ou encore Pierre Des Vignes.

Accent sicilien en italienModifier

L'accent sicilien sonne très ouvert. Par exemple, le verbe èssiri (« être ») témoigne d'un e très ouvert[pas clair] et traînant sur la première syllabe.

De surcroît, les Siciliens prononcent toujours le s comme dans le mot français « messe », soit ss. Ainsi, un sicilien prononcera les mots casa (« maison ») et odioso (« haïssable ») avec un /s/ dur, alors que l'italien officiel lui substituerait le son /z/. Dès lors, il ne faut pas confondre « la maison » (la casa) prononcé /s/ et « la caisse » (la cassa) = prononciation en /s/ + accent tonique sur le s qui doit être très franchement accentué.

Le sicilien admet des variantes selon les endroits mais reste pour le moins une langue vivante qui fait partie du patrimoine de la région et qui manifeste la couleur locale de la Sicile. En effet, les locuteurs y sont très attachés, il reste d'ailleurs le premier moyen de communication (devant l'italien) lorsque l'on s'éloigne des zones touristiques. Il n'est pas reconnu par la Répubblique italienne, mais il est reconnu par la Région Sicilienne, l'Union Européenne, UNESCO et ETHNOLOGUE.

AlphabetModifier

Le sicilien utilise une variante de l'alphabet latin comportant 23 lettres : 5 voyelles et 18 consonnes.

Voyelles Consonnes
A E I O U B C D Ḍḍ F G H J L M N P Q R S T V Z
/d/ /ɖɖ/ /j/ /ʐ/

/ɽ/

/ts/

Le sicilien n'utilise donc pas les lettres k-K, w-W, x-X et y-Y, conformément à l'italien. Dans les anciens textes siciliens la lettre x-X était utilisée, comme dans le maltais, pour le son [ʃ], équivalent au ch français, et xh-XH était utilisé pour le son [ç], équivalent au ch allemand.

Le signe diacritique le plus utilisé en sicilien « standard » est l'accent grave pour marquer l'accent tonique.

  • Exemples d'emploi de l'accent grave en sicilien :
  • « èssiri » (en français : être) ;
  • « fràggili » (en français : frêle, fragile) ;
  • « òspiti » (en français : hôte, invité) ;
  • « màsculu » (en français : mâle, garçon, individu de sexe masculin) ;
  • « òstrica » (en français : huître) ;
  • « crìsciri » (en français : croître, grandir) ;
  • « apòstulu » (en français : apôtre) ;
  • « ìsula » (en français : île).

On utilise également l'accent circonflexe pour marquer la disparition d'une syllabe dans un mot (exactement comme dans les mots français : mâle, huître, âme, apôtre, île, où l'accent circonflexe est là pour signaler la disparition d'un s).

  • Exemples d'emploi de l'accent circonflexe en sicilien :
    • âmu, contraction de avemu (en français : nous avons) ;
    • malaûriu, contraction de malauguriu (en français : mauvais augure) ;
    • âti, contraction de aviti (en français : vous avez).

Cependant, certains écrivains siciliens ont utilisé également d'autres signes diacritiques comme l'accent aigu pour signaler l'accent tonique, comme en espagnol, et même le tréma pour signaler les fausses diphtongues.

  • Exemples d'emploi du tréma en sicilien :
    • castïari (en français : « châtier », « punir ») ;
    • cuntìnüu (en français : « continu », « continuel »).

TextesModifier

Extrait de Antonio VenezianoModifier

Celia, Lib. 2Modifier

(~1600)

Non è xhiamma ordinaria, no, la mia
è xhiamma chi sul'iu tegnu e rizettu,
xhiamma pura e celesti, ch'ardi 'n mia;
per gran misteriu e cu stupendu effettu.
Amuri, 'ntentu a fari idulatria,
s'ha novamenti sazerdoti elettu;
tu, sculpita 'ntra st'alma, sì la dia;
sacrifiziu lu cori, ara stu pettu.

Extrait de Giovanni MeliModifier

Don Chisciotti e Sanciu Panza (Cantu quintu)Modifier

(~1800)

Stracanciatu di notti soli jiri;
S'ammuccia ntra purtuni e cantuneri;
cu vacabunni ci mustra piaciri;
poi lu so sbiu sunnu li sumeri,
li pruteggi e li pigghia a ben vuliri,
li tratta pri parenti e amici veri;
siccomu ancura è n'amicu viraci
di li bizzari, capricciusi e audaci.

Extrait de Nino MartoglioModifier

Brìscula 'n CumpagniModifier

(~1900)

—Càrricu, mancu? Cca cc'è 'n sei di spati!...
—E chi schifiu è, di sta manera?
Don Peppi Nnappa, d'accussì jucati?
—Misseri e sceccu ccu tutta 'a tistera,
comu vi l'haju a diri, a vastunati,
ca mancu haju sali di salera!

VocabulaireModifier

Sicilien Italien Français
accattari comprare acheter
anciova, ancioa acciuga anchois
aḍḍumari accendere allumer
àrvulu, àrburu,
àrvuru, àrbulu,
àrbiru, àrbilu
albero arbre
agugghia, augghia,
avugghia, gugghia,
vugghia, ugghia
ago aiguille
batìa abbazia abbaye
troppu bonu benissimo très bien
'nzinu fino jusqu'à
fùsu fuso fuseau (à filer)
fumu fumo fumée
ghiacciu, ghiazzu ghiaccio glace
latti latte lait
leccu, lecu eco écho
pirrera, pitrera miniera mine (d'extraction)
munzeḍḍu, munzieddu,
munseḍḍu
mucchio amas (tas)
nurrizza balia nourrice
parma, pamma palma palme
piattu, chiattu piatto assiette (ou plat)
picciuttanza adolescenza adolescence
pòpulu popolo peuple
rusariu, rosario rosario chapelet (ou rosaire)
subbìssu abisso abysse
sapuni sapone savon
sceccu asino âne
sciarra, scerra lite litige (dispute)
sonu suono son
vòcula nzìcula altalena balançoire
zabbara, zabbarra agave agave
zu, ziu, zi zio oncle

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • (it) Cadèmia Siciliana, Proposta di normalizzazione ortografica comune della lingua siciliana, Cadèmia Siciliana, (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • (scn) LinguaSiciliana.org, site consacré à la langue sicilienne, incluant une grammaire en ligne ou téléchargeable en 48 pages (format .doc ou .pdf) dans neuf langues au choix : sicilien, anglais, espagnol, serbe, français, italien, allemand, portugais et roumain, en attendant d'autres versions.
  • (it) LinguaSiciliana.it