Ouvrir le menu principal

Société nationale des chemins de fer tunisiens

SNCFT
logo de Société nationale des chemins de fer tunisiens
Logo de la Société nationale des chemins de fer tunisiens
illustration de Société nationale des chemins de fer tunisiens
Dépôt ferroviaire de Djebel Jelloud

Création 27 décembre 1956
Dates clés 1er janvier 1967 : gestion de l'ensemble du réseau national
Forme juridique Entreprise publique à caractère non administratif
Siège social Tunis
Drapeau de Tunisie Tunisie
Direction Fraj Ali (PDG)
Activité Transport ferroviaire de voyageurs et de marchandises
Effectif 5 370 (2013)[1]
Site web http://www.sncft.com.tn

Chiffre d'affaires 122 871 000 (TND) en 2008[2]

La Société nationale des chemins de fer tunisiens (arabe : الشركة الوطنية للسكك الحديدية التونسية) ou SNCFT est une entreprise publique chargée de la gestion, de l'entretien et de l'exploitation du réseau ferroviaire tunisien. Cette entreprise ferroviaire, placée sous tutelle du ministère du Transport, gère un réseau de 23 lignes d'une longueur totale de 2 153 kilomètres et 200 gares et transporte aussi bien des voyageurs (grandes lignes et banlieues) que des marchandises, aux trois-quarts des phosphates.

Sommaire

HistoriqueModifier

Avant la création de la SNCFT, la Compagnie des phosphates et des chemins de fer de Sfax-Gafsa possède le monopole du réseau au sud de Sfax. Dans le même temps, de Tunis à Sfax, le réseau est exploité à l'origine par la Compagnie des chemins de fer Bône-Guelma et racheté en 1922 par l'État tunisien qui en confie l'affermage à la Compagnie fermière des chemins de fer tunisiens.

La SNCFT est créée par le décret du 27 décembre 1956 pour prendre en main la partie nord du réseau national. La partie sud, c'est-à-dire la ligne Sfax-Gafsa-Métlaoui et l'Étoile minière (ensemble des liaisons courtes rayonnant de Métlaoui vers les centres miniers locaux du phosphate tels que Redeyef et Mdhilla), est gérée par la Compagnie des phosphates et des chemins de fer de Sfax-Gafsa conformément à une concession du 22 mai 1897 et accordée par l'État tunisien à cette compagnie.

À l'expiration de cette concession, le 31 décembre 1966, le gouvernement reprend possession de la partie sud, le 1er janvier 1967, et en confie la gestion à la SNCFT.

OrganisationModifier

La SNCFT est charge de la gestion des différentes lignes de chemin de fer de Tunisie. Afin d'exploiter ce réseau ferroviaire, elle est organisée autour de cinq grandes unités d'affaires[3] :

Grandes lignesModifier

La SNCFT exploite douze grandes lignes à travers le pays, dont neuf en train et trois en bus[4].

Lignes de la banlieue de TunisModifier

Début 2019, une seule ligne est en exploitation, la ligne de la banlieue sud de Tunis, reliant Erriadh à la gare de Tunis[5]. Cette dernière préfigure la mise en place du Réseau ferroviaire rapide de Tunis, plus couramment appelé RFR[6]. Les lignes de la banlieue de Tunis, bien que gérées par la Société du Réseau ferroviaire rapide de Tunis, doivent être exploitées par la SNCFT[7].

Ligne de la banlieue du SahelModifier

Depuis 1984, la SNCFT exploite une ligne de trains omnibus entre Sousse et Mahdia sous l'appellation de Métro du Sahel[8].

Transport de phosphateModifier

La SNCFT est chargée de convoyer le minerais de phosphate[9] extrait par la Compagnie des phosphates de Gafsa vers les usines de transformation du Groupe chimique tunisien situées autour du golfe de Gabès.

Transport de fretModifier

D'une manière générale, la société transporte le fret sur l'ensemble du territoire tunisien[10].

DirectionModifier

RéseauModifier

La partie nord du réseau (471 kilomètres)[15] est à voie normale (écartement international de 1 435 millimètres) tandis que la partie sud (1 688 kilomètres) est à voie métrique et majoritairement utilisée pour le fret. Ce réseau est relié au réseau algérien par le poste frontière de Ghardimaou.

En 2007, le réseau transporte 40 000 000 voyageurs dont 5,5 millions pour les trajets interurbains[16] et achemine 11 000 000 tonnes de fret, dont huit millions de tonnes de phosphate.

DéveloppementModifier

La flotte de la SNCFT a été renforcée par dix trains livrés à la fin du mois de novembre 2007. Le nouveau matériel est consacré aux lignes à grand trafic : Tunis-Sousse et Tunis-Sfax. Les nouvelles machines remplacent les trains qui ne sont plus en mesure d'assurer un minimum de confort pour les voyageurs.

Un projet d'électrification de la ligne de la banlieue sud de Tunis (Tunis-Borj Cédria) associé à la livraison de vingt trains a été signé en janvier 2007 avec les fournisseurs et autres partenaires. L'exploitation est effective depuis 2009.

Notes et référencesModifier

  1. « Chiffres », sur sncft.com.tn (consulté le 31 octobre 2017)
  2. « Classement des 50 plus grandes entreprises tunisiennes » [PDF], sur poulinagroupholding.com,
  3. « Présentation générale », sur sncft.com.tn (consulté le 1er mai 2019)
  4. « Présentation transport grandes lignes », sur sncft.com.tn (consulté le 1er mai 2019)
  5. « Ligne banlieue sud de Tunis », sur sncft.com.tn (consulté le 1er mai 2019)
  6. « Lignes en construction », sur rfr.tn (consulté le 1er mai 2019)
  7. « Situation administrative du projet », sur rfr.tn (consulté le 1er mai 2019)
  8. « Trains banlieue Sahel », sur sncft.com.tn (consulté le 1er mai 2019)
  9. « Transport ferroviaire phosphate », sur sncft.com.tn (consulté le 1er mai 2019)
  10. « Fret ferroviaire », sur sncft.com.tn (consulté le 1er mai 2019)
  11. « Ali Cheick Khalfallah », sur leaders.com.tn, (consulté le 31 octobre 2017)
  12. « Sarra Rejeb : de Tunisair à la Sncft », sur leaders.com.tn, (consulté le 31 octobre 2017)
  13. « Tunisie – Nomination : Anis Oueslati, nouveau PDG de la SNCFT », sur webmanagercenter.com, (consulté le 31 octobre 2017)
  14. « Tunisie : nomination d'un nouveau PDG de la SNCFT », sur tunisienumerique.com, (consulté le 21 juin 2019)
  15. « Réseau », sur sncft.com.tn (consulté le 31 octobre 2017)
  16. « Présentation générale », sur sncft.com.tn (consulté le 31 octobre 2017)

Voir aussiModifier