Zagreb

capitale de la Croatie

Zagreb
Blason de Zagreb
Héraldique
Drapeau de Zagreb
Drapeau
Zagreb
De haut en bas, de gauche à droite : place Ban-Jelačić, place Saint-Marc avec l'église Saint-Marc, bibliothèque nationale et universitaire, pavillon des arts, Théâtre national croate, place de la cathédrale.
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Ville de Zagreb
Maire Tomislav Tomašević (hr)
Code postal 10xxx
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local (0) 1
Démographie
Gentilé Zagrébois, Zagréboise(s) [1]
Population 688 163 hab. (2011[2])
Densité 1 073 hab./km2
Population comitat 790 017 hab. (2011[3])
Densité 1 232 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 47″ nord, 15° 58′ 38″ est
Altitude 122 à 1 035 m
Superficie 64 143 ha = 641,43 km2
Superficie comitat 64 143 ha = 641,43 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Croatie
Voir sur la carte topographique de Croatie
Zagreb
Géolocalisation sur la carte : Croatie
Voir sur la carte administrative de Croatie
Zagreb
Liens
Site web www.zagreb.hr

Zagreb (prononcé en croate : /ˈzɑːgrɛb/ ; hongrois : Zágráb ; italien : Zagabria ; anciennement nommée en allemand : Agram) est la capitale de la Croatie. Au recensement de 2011, la ville compte 688 163 habitants, tandis que le comitat compte 790 017 habitants, dont 93,14 % de Croates[4]. La région de Zagreb — le comitat de la ville de Zagreb et le comitat de Zagreb — compte 1 107 623 habitants.

Zagreb est située au nord du pays sur les flancs de la Medvednica à côté de la Save à une altitude d'environ 122 m. Sa situation géographique favorable dans le Sud-Ouest de la plaine de Pannonie qui s'étend des Alpes aux Alpes dinariques et à la mer Adriatique la place sur les axes de communication entre l'Europe centrale et la mer Adriatique. Les interconnexions de transports, la concentration des industries, de la recherche scientifique et industrielle font de Zagreb le centre économique de la Croatie. Zagreb est également le siège du gouvernement, des corps administratifs et de presque tous les ministères. En 2018, Zagreb rejoint le mouvement Fab City, suivant l'appel lancé par le maire de Barcelone, Xavier Trias, à ce que toutes les villes du monde deviennent autosuffisantes pour 2054[5].

Histoire modifier

Origines modifier

 
La place Tomislav (Zagreb).
 
Deux styles de l'architecture religieuse de Zagreb : gothique pour la cathédrale de Zagreb, et baroque pour l'église Sainte Marie. Ces deux monuments ont été sévèrement endommagés par le séisme du 22 mars 2020 à Zagreb et le séisme de 2020 à Petrinja, et, en 2021, ils restent fermés au public. Janvier 2010.

La région de la plaine de Pannonie, longtemps occupée par des populations celtes (dont les Amantes), devient province romaine de Pannonie en 20. Sous Trajan, en 105, la Pannonie est scindée en Pannonie supérieure (Carnuntum) et Pannonie inférieure (Aquincum et Sirmium). En 296, le Pannonie supérieure est scindée en Pannonia Savia (en) (Sisak, Ludbreg, Daruvar, Šćitarjevo-Velika Gorica) et Pannonia Prima (en) (Savaria-Szombathely). L'ensemble de la Pannonie est traversée, envahie, occupée, transformée, par les Huns, arrivés en Pannonie en 447, avec constitution de l'empire hunnique (316-484). Un khaganat avar s'établit sur une partie des Balkans de 560 à 805.

Vers 601 apr. J.-C., la province romaine d'Andautonia (en) (Scitarjevo/Šćitarjevo, partie de l'actuelle Velika Gorica) s'effondre. Les Croates (partie des Slaves méridionaux) arrivent dans ces contrées ; les traces les plus anciennes de leur arrivée sont des tombes situées au Visoki brijeg à Velika Gorica. En 879, les terres situées entre la Save et la Drave, qui comprennent la région actuelle de Zagreb, sont intégrés dans le royaume croate de Tomislav Ier, couronné premier roi des Croates en 925.

Fondation de la ville modifier

L'histoire de Zagreb remonte au moins à 1094, lorsque le roi Ladislas décide de fonder un diocèse à Kaptol et de construire une cathédrale. Deux bourgs existent alors : Kaptol (en) au nord et Gradec, place forte située sur les hauteurs (celle-ci représentant aujourd'hui le quartier de Gornji Grad de Zagreb, et l'un des centres historiques les mieux préservés de Croatie). Ces deux communautés étaient entourées de solides murailles et de tours, dont les vestiges ont été préservés jusqu'à nos jours.

En 1242, les deux sites subissent cette même année les attaques des Tatars, dans le cadre de l'invasion mongole de l'Europe (1236-1242), avec destruction de Kaptol et ravage de la cathédrale. Pour remercier Gradec de lui avoir donné un abri efficace, le roi Béla IV de Hongrie lui offre, cette même année, la Bulle d'or de 1242 (en) et déclare la ville « ville royale libre ». Plus tard, des combats éclatent entre le diocèse de Zagreb et la ville libre de Gradec.

Une situation entre Empire Ottoman et Empire Austro-hongrois modifier

Pendant les invasions turques en Europe, entre le XIVe siècle et le XVIIIe siècle, Zagreb constitue un important rempart frontalier. Le terme de Zagreb apparaît au XVIe siècle pour désigner les deux quartiers, l'ensemble étant devenu le principal centre politique de la Croatie et de la Slavonie. En 1557, Zagreb est mentionnée pour la première fois comme siège du gouvernement local de Croatie. La rénovation baroque de la ville aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle change l'aspect de Gradec et de Kaptol. Les vieilles maisons de bois sont détruites alors que des palais, des églises et des couvents font leur apparition. La ville s'enrichit grâce à de nombreux ateliers artisanaux et à des foires commerciales. Des riches familles de nobles, des serviteurs du roi, des hauts représentants religieux ainsi que des marchands fortunés en provenance de toute l'Europe s'établissent à Zagreb. De nombreuses écoles et hôpitaux voient le jour et les habitants acceptent les coutumes culturelles des capitales européennes. La ville dépasse ses frontières médiévales pour s'aventurer dans la plaine. Les premiers jardins publics et les premières grandes propriétés rurales font leur apparition. En 1669, l'empereur Léopold Ier confirme par une charte le statut d'université à l'académie royale.

La fusion de Kaptol et de Gradec ainsi que de leurs environs en une seule ville a lieu en 1850 et ceci accélère son développement. Le premier maire de Zagreb est Josip Kaufman, ancien magistrat de Gradec. En 1868, Zagreb devient capitale du royaume de Croatie-Slavonie au sein de l'Autriche-Hongrie, et l’université de Zagreb ouvre ses portes en 1874. Un tremblement de terre dévastateur frappe la ville en 1880 et engendre la rénovation et la modernisation de nombreux quartiers et constructions vétustes. Les quartiers industriels sont recyclés en quartiers résidentiels. À la suite de trop nombreuses inondations, le Medveščak (ruisseau) (en) est canalisé et couvert (Rue Tkalciceva (en) et Pont sanglant). Des bâtiments publics sont érigés, des parcs et des fontaines sont aménagés, et des transports publics et des services communaux sont introduits. Le premier tramway, tiré par des chevaux, est mis en service en 1891 et le premier tramway électrique entre en service en 1905. Les premières voitures font aussi leur apparition dans les rues de la ville en 1901.

Entre Yougoslavie et Croatie indépendante modifier

Le XXe siècle apporte à Zagreb l'esprit de la sécession. Zagreb est alors un centre fortement urbanisé, en relation étroite avec les centres artistiques, culturels et scientifiques européens de l'époque. Elle devient ensuite capitale de l'État indépendant de Croatie, satellite de l'Allemagne du Troisième Reich en 1941.

Libérée, elle reste la capitale de la république de Croatie en 1946, membre de la République fédérative socialiste de Yougoslavie. Avec l'accroissement des richesses et de l'industrie, la ville s'étend rapidement à partir de 1957, au sud des lignes de chemin de fer, vers la plaine qui longe la Save où pousse une ville contemporaine et d'affaires, avec beaucoup de zones résidentielles en habitat collectif. La nuit du , la Save déborde, détruit ou endommage des milliers de maisons, provoquant l'inondation la plus grave qu'ait connue Zagreb. Le , a lieu une terrible catastrophe ferroviaire (en).

Avec la dislocation de la République fédérative socialiste de Yougoslavie en 1991, Zagreb devient la capitale de la république de Croatie. Elle est aussi le siège économique et administratif du pays. Le , des bâtiments du centre-ville dont la cathédrale sont fortement endommagés par un séisme de magnitude 5.5 sur l'échelle de Richter.

Géographie modifier

Site modifier

Zagreb est située dans le Nord-Ouest de la Croatie, au sud-ouest du bassin de Pannonie et à 170 km de l'Adriatique. Construite au pied du massif de la Medvednica (dont le sommet est le mont Sljeme, qui culmine à 1 034 m), elle se situe entre celui-ci et les rives de la Save (45°15'N ; 15°30'E ; altitude : 122 m).

Zagreb est le siège des principales institutions administratives politiques et culturelles de la République croate : pouvoir exécutif (gouvernement et président), pouvoir législatif (le Sabor), autorité judiciaire. L'université de Zagreb (créée en 1669) est la plus importante du pays.

Zagreb est également le siège du comitat de Zagreb Zagrebačka županija. La ville est divisée en 17 arrondissements (en croate gradske četvrti).

Climat modifier

Le climat est de type continental modéré : la température estivale moyenne est de 20 °C et la température hivernale moyenne est de 1 °C.

Zagreb a un climat de type Cfb (océanique) avec comme record de chaleur 40,3 °C le 5/7/1950 et comme record de froid −22,2 °C le 24/1/1942. La température moyenne annuelle est de 12 °C.

Normales et records pour la période 1971-2000 à Zagreb-Maksimir
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3 −1,8 1,6 5,2 9,8 13 14,7 14,4 10,8 6,2 1,4 −1,7 5,9
Température moyenne (°C) 0,3 2,3 6,4 10,7 15,8 18,8 20,6 20,1 15,9 10,5 5 1,4 10,7
Température maximale moyenne (°C) 3,7 6,8 11,9 16,3 21,5 24,5 26,7 26,3 22,1 15,8 8,9 4,6 15,8
Record de froid (°C)
date du record
−24,3
31/1950
−27,3
17/1956
−18,3
1/1963
−4,6
2/2020
−1,8
9/1957
2,5
1/1955
5,4
6/1962
3,7
25/1980
−0,6
30/1970
−5,6
31/1971
−13,5
24/1988
−19,8
22/1969
−27,3
17/2/1956
Record de chaleur (°C)
date du record
19,4
7/2001
22,6
28/2019
26
31/1989
30,5
29/2012
33,7
27/2008
37,6
30/1950
40,4
4/1950
39,8
16/1952
34
11/2011
28,3
23/1971
25,4
16/1963
22,5
17/1989
40,4
5/7/1950
Nombre de jours avec gel 11,8 12 10,5 3,5 0,3 0 0 0 0,2 5 10 13,5 66,8
Ensoleillement (h) 55,8 98,9 142,6 168 229,4 234 275,9 257,3 189 124 63 49,6 1 887,5
Précipitations (mm) 43,2 38,9 52,6 59,3 72,6 95,3 77,4 92,3 85,8 82,9 80,1 59,6 840,1
Nombre de jours avec précipitations 9,8 9,4 11 13 13,5 13,7 11,2 10,4 10,4 10,9 11,3 11 135,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 10 mm 1,5 1,2 1,8 2 2,4 3,1 3 3,1 3,3 2,9 2,8 2,1 29,1
Humidité relative (%) 82,5 76,4 70,3 67,5 68,3 69,7 69,1 72,1 77,7 81,3 83,6 84,8 75,3
Nombre de jours avec neige 10,3 7,1 1,8 0,2 0 0 0 0 0 0 2,9 6,7 29
Nombre de jours d'orage 0,5 0,8 0,7 2 5,4 8 7,5 6,9 3,4 2 1,2 0,6 38,9
Nombre de jours avec brouillard 9,6 3,9 2 0,8 0,7 0,7 0,6 1 4 7,9 8,7 10,7 50,6
Source : Državni hidrometeorološki zavod[6],[7].
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
3,7
−3
43,2
 
 
 
6,8
−1,8
38,9
 
 
 
11,9
1,6
52,6
 
 
 
16,3
5,2
59,3
 
 
 
21,5
9,8
72,6
 
 
 
24,5
13
95,3
 
 
 
26,7
14,7
77,4
 
 
 
26,3
14,4
92,3
 
 
 
22,1
10,8
85,8
 
 
 
15,8
6,2
82,9
 
 
 
8,9
1,4
80,1
 
 
 
4,6
−1,7
59,6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,9 0,6 4,1 7,7 12,2 15,2 17 16,9 13,1 8,5 3,6 0,3 8,2
Température moyenne (°C) 1,5 3,7 8 12,1 16,8 19,8 21,9 21,5 17,3 12 6,3 2,6 12
Température maximale moyenne (°C) 3,9 6,7 11,9 16,4 21,4 24,5 26,7 26 21,4 15,4 9 5 15,7
Record de froid (°C) −22,2 −21,7 −17 −1,9 0,5 4,6 7,3 7,3 2,3 −6 −9,7 −18,7 −22,2
Record de chaleur (°C) 19 21,6 26,1 28,7 33,4 37 40,3 37,3 34,2 27,6 25 21,5 40,3
Précipitations (mm) 47,3 43,1 53,8 59,8 77,2 93,6 84,5 87,4 87,1 83,5 82,3 62 861,6
Source : Le climat à Zagreb (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1881)[1]


Héraldique modifier

Démographie modifier

 
Panorama de Zagreb la nuit.
 
Depuis L'observatoire Astronomique De Zagreb.
 
Pavillon des Arts.

Zagreb est la ville la plus peuplée de Croatie, et est la seule ville croate dont l'agglomération dépasse le million d'habitants. Au recensement de 2011, le comitat « ville de Zagreb » plus le comitat de Zagreb, comptait 1 107 623 habitants et la ville de Zagreb seule, comptait 688 163 habitants. Selon le recensement de 2011 la majorité des habitants était Croates (93,14 %) et parmi les minorités nationales, on comptait 17 526 Serbes (2,22 %), 8 119 Bosniaques (1,03 %), 4 292 Albanais (0,54 %), 2 755 Roms (0,35 %), 2 132 Slovènes (0,27 %), 1 194 Macédoniens (0,15 %), 1 191 Monténégrins (0,15 %) et ainsi que d'autres groupes ethniques moins représentés[4].

Évolution démographie modifier

Depuis 1857, l'évolution démographique de Zagreb a été (en milliers d’habitants) :

1857 1869 1880 1890 1900 1910
48 26654 76167 18882 848111 565136 351
1921 1931 1948 1953 1961 1971
167 765258 024356 529393 919478 076629 896
1981 1991 2001 2011 2021 -
723 065777 826779 145790 017767 131-
Sources[8],[9]:

La consommation de drogues est en forte augmentation à Zagreb. Entre 2019 et 2021, la consommation de cocaïne aurait doublé et celle des amphétamines sextuplé[10].

Économie modifier

Les sociétés basées à Zagreb totalisent 52 % du chiffre d'affaires et 60 % du profit de l'ensemble de la Croatie en 2006 ainsi que 37 % des exportations croates[11]. La ville de Zagreb a le plus important PNB par habitant de Croatie (87 396 Kn par habitant contre 48 426 pour l'ensemble de la Croatie)[12]. Les branches de l'industrie les plus importantes sont : la production de machines et équipements électriques (Končar Group exporte dans le monde entier), l'industrie chimique, pharmaceutique, textile et l'agroalimentaire[13].

En avril 2008, le salaire moyen mensuel à Zagreb était de 6 017 Kn (la moyenne nationale croate est de 5 036 kunas)[14].

Transport modifier

Administration modifier

Quartiers modifier

 
Cartes des quartiers de Zagreb.

La ville est divisée en 17 quartiers (gradska četvrt) qui sont[15] :

Les quartiers de la ville de Zagreb
Quartier Superficie
(km2)
Population
(2011)
Densité
1 Donji Grad +003,01 +37 024, +12 341,
2 Gornji Grad - Medveščak +010,12 +30 962, +03 096,
3 Trnje +007,37 +42 282, +06 040,
4 Maksimir +014,35 +48 902, +03 493,
5 Peščenica-Žitnjak +035,3 +56 487, +01 614,
6 Novi Zagreb-istok +016,54 +59 055, +03 474,
7 Novi Zagreb-zapad +062,59 +58 103, +00922,
8 Trešnjevka-sjever +005,83 +55 425, +09 238,
9 Trešnjevka-jug +009,84 +66 674, +06 667,
10 Črnomerec +024,33 +38 546, +01 606,
11 Gornja Dubrava +040,28 +61 846, +01 546,
12 Donja Dubrava +010,82 +36 363, +03 306,
13 Stenjevec +012,18 +51 390, +04 283,
14 Podsused-Vrapče +036,05 +45 759, +01 271,
15 Podsljeme +060,11 +19 165, +00319,
16 Sesvete +165,26 +70 009, +00424,
17 Brezovica +127,45 +12 030, +00095,
Total 641,43 790 017 1 232

Culture et tourisme modifier

 
Panorama de Zagreb avec vue sur la Cathédrale
 
Ville Haute.
 
Église Saint-Marc.
 
La Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption, Saint-Étienne et Saint-Ladislas
 
La Place de la Cathédrale avec le siège de l'Archidiocèse
 
Statue "Saint-Georges tue le Dragon".
 
Rue Tkalciceva (en), Église paroissiale St. Marije de Dolac (hr)
 
Place Ban-Jelačić.
 
Rue Ilica.
 
Musée Mimara.
 
Musée d'art contemporain de Zagreb.
 
Rue commerciale en 2022.

La ville compte une université, 10 théâtres, 21 musées, 14 galeries d’art. Les mouvements d'avant-garde artistiques y sont très actifs, et le collectif WHW, basé à Zagreb, composé d'historiens d'art, de critiques et d'artistes a organisé la Biennale d'Istanbul en 2009.

Zagreb est une ville importante pour le cinéma d’animation. Elle a apporté via son école une grande richesse au cinéma d'animation mondial. Tous les ans, le Festival international du film d'animation de Zagreb, est l'occasion pour de nombreux animateurs des quatre coins du monde de se retrouver. Depuis 1922, l’Institut français de Zagreb représente la culture française en Croatie dans tous les domaines.

Depuis 2005, l’École française de Zagreb offre une scolarité selon le modèle français à toutes les familles souhaitant un enseignement en langue française.

Places et monuments modifier

Les lieux et monuments anciens les plus remarquables, dans les arrondissements du centre ville, à l'exception des bâtiments religieux, relèvent, en partie seulement, de l'architecture néo-classique de l'époque austro-hongroise.

Autres modifier

Commerces modifier

La ville concentre la petite distribution, les commerces de luxe, la grande distribution (Konzum, Spar, Studenac, Lidl, Aldi...). Parmi les centres commerciaux : Arena centar, Avenue Mall, Bauhaus, Branimir mingle mall, Cvjetni center mall, City center one, City center one West, Galleria Busin center, Ikea, Importanne mall, Kaufland, Super-Konzum, Supernova...

Établissements scolaires et universitaires modifier

Spectacle vivant modifier

Le monde de la scène à Zagreb est très actif : salles, troupes, ensembles, spectacles, spectacles invités.

Parmi les salles :

Plus particulièrement à destination des enfants : ZeKaeM (en) (Zagreb Youth Theatre)), Théâtre Mala Scena (en), Ribica Children's Theatre, Dubravna Children's Theatre, et deux théâtres de marionnettes, le Zagreb Puppet Theatre (en) et le théâtre "Ivana Brlić-Mažuranić" (IBM).

Le ZPC (zagrebacki plesni centar), centre de danse de Zagreb, offre des performances chorégraphiques.

Parmi les grandes salles de spectacle musical, la salle Koncertna dvorana Vatroslav Lisinski, l'Arena Zagreb, le "Kulturni centar Mesnička".

Sports modifier

Zagreb est une ville sportive. Les différents clubs sportifs de la capitale enregistrent des bons résultats au niveau européen, et ceci dans des disciplines très diverses.

Football modifier

Dinamo Zagreb – vainqueur de la Coupe de l'UEFA en 1963 / NK Zagreb / NK Croatia Sesvete

Handball modifier

RK Zagreb – vainqueur de la Ligue des Champions en 1992 et 1993 /ŽRK Lokomotiva Zagreb vainqueur de la Coupe EHF en 1991/ RK Dubrava Zagreb / RK Medveščak Zagreb

Basket-ball modifier

Cibona Zagreb – Euroleague en 1985 et 1986 / Coupe Korac en 1988 / Coupe des Coupes 1982 et 1987 / KK Zagreb

Water-Polo modifier

HAVK Mladost ZagrebCoupe des clubs champions 1968, 1969, 1970, 1972, 1990, 1991 et 1996.

Hockey sur glace modifier

KHL Medveščak Zagreb - champion régulier de la ligue croate, le club a évolué en Ligue continentale de hockey de 2013 à 2017 avant son retour en Championnat d'Autriche de hockey sur glace

Autres modifier

  • Ski alpin, volley-ball, water-polo, tennis, athlétisme, gymnastique…

Personnalités liées à la ville modifier

Jumelages modifier

 
Jumelages et partenariats de Zagreb. 
Jumelages et partenariats de Zagreb. 
VillePaysPériode
Amasya Turquie
 Balakovo Russie
 Bologne Italiedepuis
 Budapest Hongriedepuis le
 Buenos Aires Argentinedepuis
 Cluj-Napoca[21] Roumaniedepuis
 Cracovie Polognedepuis
 Kyoto Japondepuis
 La Paz Bolivie
 Lisbonne Portugaldepuis
 Ljubljana Slovéniedepuis
Londres Royaume-Unidepuis
 Mayence[22] Allemagnedepuis
 Palerme Italie
 Pittsburgh États-Unisdepuis
 Podgorica Monténégrodepuis
 Prizren Kosovo
 Saint-Pétersbourg Russiedepuis
 Sarajevo Bosnie-Herzégovinedepuis
Shanghai Chinedepuis
 Skopje[23] Macédoine du Norddepuis
 Tirana Albaniedepuis
 Tromsø Norvègedepuis
 Varsovie Polognedepuis
 Vienne Autrichedepuis

Galerie modifier

Notes et références modifier

  1. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/no_106_janv-mars_2009_cle446315.pdf.
  2. Recensement 2011 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques, Population in major settlements.
  3. Recensement 2011 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques, Population in major towns and municipalities.
  4. a et b Recensement 2011 sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques, Population by ethnicity, by towns/municipalities.
  5. « Fab City Global Initiative », sur fab.city (consulté le ).
  6. (en) « Monthly values and extremes for Zagreb in 1949–2020 period », Croatian Meteorological and Hydrological Service (consulté le ).
  7. (en) « Zagreb Climate Normals », Croatian Meteorological and Hydrological Service (consulté le ).
  8. City Mayors & Tann vom Hove, « City Mayors: Largest cities and their mayors in 2011 (Countries A-D) » [archive du ], sur citymayors.com, (consulté le ) : « City Mayors & Tann vom Hove »
  9. Miroslav Sić, « Spatial and functional changes in recent urban development of Zagreb » [archive du ], Delo, (consulté le )
  10. Enis Zebić, « Croatie : les consommations de drogues augmentent », sur Le Courrier des Balkans, .
  11. (he) « Profil économique de Zagreb », Chambre de commerce de Croatie (consulté le ).
  12. « Gross Domestic Product for Republic of Croatia and Counties, 2004 », Bureau de national de statistiques, (ISSN 1334-0565, consulté le ).
  13. (en) « About Zagreb Economy », sur zagreb.hr (consulté le ).
  14. (hr) « Zagrebačka neto plaća 6.017 kuna », sur Suvremena.hr, (consulté le ).
  15. « Zagreb population by city districts (Census 2011) », sur dzs.hr, (consulté le ).
  16. « Les Archives nationales croates. La place Marulić est dominée par l‘ancien bâtiment de la Bibliothèque nationale. », sur infozagreb.hr.
  17. « Muzej Franje », sur muzej-franje-schneidera.com.
  18. « Jewish Museum Zagreb », sur visitzagreb.hr.
  19. « GRETA Exhibitions ».
  20. « Street Art in Zagreb », sur streetartcities.com.
  21. « https://primariaclujnapoca.ro/cultura/oras-infratit/zagreb/ »
  22. « https://www.mainz.de/verwaltung-und-politik/partnerstaedte/zagreb.php#c20 »
  23. « https://starportal.skopje.gov.mk/DesktopDefault.aspx?tabindex=0&tabid=172 »
  24. « Dotrscina Memorial Park », sur architectuul.com.

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier