Ouvrir le menu principal

Ridha Béhi

réalisateur et producteur tunisien
Ridha Béhi
Ridha Béhi.JPG
Ridha Béhi en 2014.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
KairouanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
رضا الباهيVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Films notables

Ridha Béhi (arabe : رضا الباهي), né le 7 août 1947 à Kairouan[1], est un réalisateur et producteur tunisien.

BiographieModifier

Il poursuit des études de sociologie et obtient une maîtrise en 1973 à la faculté de Nanterre puis un doctorat à l'École pratique des hautes études en 1977[2], avec une thèse intitulée Le cinéma et la société en Tunisie dans les années 60 sous la direction de Marc Ferro[3]. Assistant à la télévision tunisienne[2], il écrit les scénarios de trois courts métrages entre 1964 et 1967 puis réalise en 1967 son premier court métrage, La Femme statue[4], dans le cadre de la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs[3].

Ses deux premiers longs métrages, Soleil des hyènes (1977) et Les Anges (1984) sont sélectionnés à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, respectivement en 1977 et 1985[2]. Les hirondelles ne meurent pas à Jérusalem obtient le prix de la critique internationale aux Journées cinématographiques de Carthage en 1994[2],[4]. La Boîte magique (2002) est sélectionné à la Mostra de Venise, ce dernier obtenant le prix spécial du jury aux Journées cinématographiques de Carthage, ainsi qu'une mention spéciale du jury au 22e Festival international du film d'Amiens[4],[2].

Le tournage de son long métrage de fiction, intitulé au départ Brando and Brando, est interrompu par le décès de Marlon Brando[4]. Le film est finalement réalisé en 2011 sous le titre de Always Brando (en)[4] et figure dans la sélection officielle du Festival international du film de Toronto[5].

Ridha Béhi a également réalisé une douzaine de documentaires dans les pays du Golfe entre 1979 et 1983[2] et une série pour la chaîne Al Jazeera, intitulée Portraits de cinéastes, entre 2006 et 2008[4]. Parallèlement, il distribue entre 1977 et 1980, des films en France dont Ceddo d'Ousmane Sembène et Alexandrie pourquoi ? de Youssef Chahine[4].

Enseignant à l'École supérieure de l'audiovisuel et du cinéma de Gammarth[4], il dirige divers ateliers d'écriture à travers le monde, dont Méditalents qu'il préside au Maroc en 2012[6].

Distinctions et reconnaissancesModifier

Il est régulièrement membre ou président de jurys dans le monde arabe :

FilmographieModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Ridha Béhi sur l’Internet Movie Database.
  2. a b c d e et f « Ridha Behi », sur quinzaine-realisateurs.com (consulté le 26 février 2019).
  3. a et b Roy Armes, Dictionnaire des cinéastes africains de long métrage, Paris, Karthala, , 401 p. (ISBN 978-2-845-86958-5), p. 54.
  4. a b c d e f g et h Ridha Béhi sur Africultures.
  5. « Always Brando, un film de Ridha Béhi », sur vrcinet.ca, (consulté le 26 février 2019).
  6. Kenza Alaoui, « Un tremplin pour les scénaristes en herbe »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lematin.ma, .
  7. « Hommage à Ridha Béhi au 19e Festival méditerranéen de Tétouan », sur turess.com, (consulté le 25 février 2019).
  8. « Ordre national du mérite », Journal officiel de la République tunisienne, no 48,‎ , p. 1566 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 16 octobre 2017).
  9. « Décrets et arrêtés », Journal officiel de la République tunisienne, no 94,‎ , p. 3389 (ISSN 0330-7921, lire en ligne [PDF], consulté le 25 février 2019).
  10. « Le cinéaste Ridha Behi honoré aux JCC 2017 », sur kapitalis.com, (consulté le 26 février 2019).
  11. « Le cinéma tunisien triplement primé au Festival international du cinéma des pays méditerranéens d'Alexandrie », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 26 février 2019).
  12. Yassine Bellamine, « Le film Fleur d'Alep lauréat du prix du public au Festival international du film d'amour de Mons », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 22 août 2017).
  13. « Ridha Béhi », sur annabamedfilms.org (consulté le 26 février 2019).
  14. « Des Tunisiens primés », La Presse de Tunisie, 26 mars 2014
  15. « Le cinéaste Ridha Behi dans le grand jury… », sur nessma.tv, (consulté le 26 février 2019).
  16. « De l'aéroport au tribunal : l'incroyable mésaventure vécue par le réalisateur Ridha Behi », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 8 octobre 2019).
  17. « Soleil des hyènes », sur africine.org (consulté le 26 février 2019).
  18. André Videau, « La boîte magique. Film tunisien de Ridha Behi », Hommes et Migrations, vol. 1245,‎ , p. 136-137 (ISSN 0223-3290, lire en ligne).
  19. (en) « Brando's final film back on track », sur news.bbc.co.uk, (consulté le 26 février 2019).
  20. Hatem Bourial, « Ridha Béhi, le vent en poupe ! », sur turess.com, (consulté le 25 février 2019).

Liens externesModifier