Ajaccio

commune française et chef-lieu du département de la Corse-du-Sud (Corse)

Ajaccio
Aiacciu.jpg
Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption d'Ajaccio - panoramio (6).jpg Corsica Ajaccio Place Austerlitz Napoleon.jpg
Ajaccio citadelle.jpg Korsika - Ajaccio – Hafen - panoramio (1).jpg
Ajaccio les Sanguinaires.jpg
De haut en bas, de gauche à droite : Vue du centre-ville d'Ajaccio, la Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption, la statue Napoleon Ier, la Citadelle, le port, vu sur l'Archipel des Sanguinaires.
Blason de Ajaccio
Blason
Ajaccio
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse (préfecture)
Circonscription départementale Corse-du-Sud
(préfecture)
Arrondissement Ajaccio
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays ajaccien
(siège)
Maire
Mandat
Stéphane Sbraggia
2022-2026
Code postal 20000, 20090 et 20167
Code commune 2A004
Démographie
Gentilé Ajacciens
Population
municipale
72 647 hab. (2020 en augmentation de 5,92 % par rapport à 2014)
Densité 886 hab./km2
Population
agglomération
84 590 hab. (2020)
Géographie
Coordonnées 41° 55′ 36″ nord, 8° 44′ 13″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 790 m
Superficie 82,03 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Ajaccio
(ville-centre)
Aire d'attraction Ajaccio
(commune-centre)
Élections
Départementales Chef-lieu de cinq cantons
Législatives 1re de la Corse-du-Sud
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ajaccio
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ajaccio
Géolocalisation sur la carte : Corse-du-Sud
Voir sur la carte topographique de la Corse-du-Sud
City locator 14.svg
Ajaccio
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Ajaccio
Liens
Site web ajaccio.fr

Ajaccio (prononcé en français : [aʒaksjo] ; en italien : [aˈjat.t͡ʃo][Note 1] ; en corse : [aˈjattʃu]) est une commune française, préfecture du département de la Corse-du-Sud et chef-lieu de la Corse. Elle se situe sur la côte ouest de l'île, à 390 km de Marseille.

Ajaccio comptait 72 647 habitants en 2020, ce qui en fait la plus grande ville de Corse. Ses habitants sont appelés Ajacciens. Son unité urbaine rassemblait 84 590 habitants en 2020 et son aire d'attraction, qui s'étend sur 79 communes, comptait 117 405 habitants. Elle est au centre d'une intercommunalité, la communauté d'agglomération du Pays ajaccien, comprenant 10 communes et 89 990 habitants en 2020.

La ville, dont la fondation date d'avant le VIe siècle, connaît un déclin important durant le Moyen-Âge notamment durant les premiers siècles de domination génoise. Les Génois refondent la ville en 1492 qui se développe autour de la citadelle. Ville d'importance moyenne par rapport à Bastia ou même Corte jusqu'au début du XIXe siècle, elle connaît un développement important à partir du Premier Empire lorsque Napoléon Ier décide de faire de la ville la préfecture du département unique de la Corse en 1811.

Ajaccio est surnommée la « cité impériale » — auparavant la « cité du corail » — en référence à l'empereur Napoléon Ier, originaire de la ville et né le trois mois après la conquête de l'île par l'armée de Louis XV. Elle fut la première ville libérée de France métropolitaine pendant la Seconde Guerre mondiale, le .

GéographieModifier

LocalisationModifier

La ville se situe dans la partie sud de la Corse, bordée par la mer Méditerranée[1]. Elle possède une position avantageuse par rapport au reste de l'île. Elle est implantée en position d'abri sur la côte occidentale de l'île. La commune en elle-même s'étend sur la rive nord du golfe d'Ajaccio, entre la Gravona et la pointe de la Parata, incluant les îles Sanguinaires. De nombreuses plages et criques bordent son territoire dont la partie ouest est particulièrement accidentée (point culminant : 790 mètres). Il existe de rares plaines, comme aux Cannes et aux Salines.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

La commune se situe sur le littoral dans le Sud-Ouest de l'île. Sur le plan géologique, la région d'Ajaccio est constituée d'un ensemble de hauts reliefs avec des roches granitiques et granulitiques[2], notamment du gravier et des galets[3]. Le sable est constitué essentiellement de quartz[3]. Il y a également une petite partie du sous-sol qui est constituée d'argile[3]. Les courants marins ont contribué par dépôt de tempête à transporter les galets[4]. L'altitude de certains dépôts marins du quaternaire peut atteindre jusqu'à 160 m dans la moyenne vallée de la Gravona[5].

Les cours de l'eau et les variations du climat méditerranéen ont découpé le pays en petites chaînes de montagne ou en massifs isolés. Le point culminant de la partie Nord du golfe d'Ajaccio est à 529 mètres (mont Salario) tandis que le point culminant de la ville est à 790 mètres[2].

PaysagesModifier

Le golfe d'Ajaccio s'étend sur 17 kilomètres des îles Sanguinaires au Nord au Capo di Moru au Sud, en direction Sud-Ouest[6].

Hydrographie et les eaux souterrainesModifier

  • Fleuve Le Prunelli.
  • Rivière La Gravona marque la limite orientale de la commune.
  • Rivière De Ponte Bonellu[7].
  • 17 ruisseaux[8].

ClimatModifier

Une station existe depuis le à l'aéroport à 41,91806, 8,79278, à 5 m d'altitude[9].

La ville possède un climat méditerranéen, classé Csa dans la classification de Köppen et Geiger[10]. L'ensoleillement moyen annuel est de 2 726 heures.

On note d'importantes variations climatiques locales, en particulier concernant l'exposition aux vents et les précipitations totales, selon que l'on se situe dans le centre urbain, près de l'aéroport ou des îles Sanguinaires. Les précipitations moyennes annuelles sont de 645,6 mm à la station de Campo dell'Oro et de 523,9 mm à celle de la Parata, la troisième plus sèche de France métropolitaine[11]. La chaleur et la sécheresse de l'été sont quelque peu tempérées par la proximité de la mer Méditerranée, sauf lorsque souffle le sirocco. En automne et au printemps, de violents épisodes pluvio-orageux peuvent se produire. Les hivers sont doux et la neige assez rare. Ajaccio est la ville de France qui détient, sur la période de référence 1971-2000, le record du nombre d'orages, avec une moyenne de 39 jours d'orage par an[12].

Le , la ville fut frappée par une tornade d'intensité F1 sur l'échelle de Fujita. Il n'y eut que peu de dégâts (notamment des panneaux publicitaires arrachés, des tuiles envolées, des voitures retournées et des vitres cassées) et aucune victime.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1944 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[13]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records AJACCIO (20) - alt : 5 m 41° 55′ 00″ N, 8° 47′ 30″ E
Records établis sur la période du 01-10-1949 au 27-05-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 4,2 4,1 5,6 7,9 11,6 14,8 17,3 17,6 15,1 12,3 8,4 5,5 10,4
Température moyenne (°C) 8,9 9 10,6 12,9 16,7 20,1 22,8 23,1 20,5 17,4 13,2 10,1 15,5
Température maximale moyenne (°C) 13,7 13,9 15,5 17,9 21,7 25,3 28,4 28,7 25,9 22,5 17,9 14,7 20,5
Record de froid (°C)
date du record
−7
09.01.1981
−8,1
11.02.1986
−5,6
06.03.1971
−1,7
08.04.1956
3
02.05.1960
6,8
02.06.1980
9,2
06.07.1954
9,1
31.08.1956
7,6
24.09.1977
1,6
31.10.1974
−3,2
22.11.1998
−4,9
09.12.1980
−8,1
1986
Record de chaleur (°C)
date du record
22,4
23.01.1997
25,3
11.02.1979
29,6
24.03.01
32,2
28.04.12
36,2
27.05.22
40,1
14.06.19
40,3
26.07.1983
39,5
03.08.1988
40
17.09.1975
35
15.10.1988
29,4
16.11.1967
22,7
22.12.1989
40,3
1983
Ensoleillement (h) 137,2 154,9 211,7 224,9 286,8 324,7 369,8 335,1 257,6 200,6 136,5 116,2 2 755,8
Précipitations (mm) 56,7 45,1 49,1 54,8 44 22,1 6,7 19,7 51,5 85,6 103,9 76,4 615,6
Source : « Fiche 20004002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

 
Rue du Cardinal-Fesch.

La ville est accessible par la RT 21 (ex-RN 193) depuis Bastia et Corte, par la RT 40 (ex-RN 196) depuis Porto-Vecchio, Bonifacio et Sartène et par la RD 81 depuis Calvi et Vico. Néanmoins, 62 % des communes de l'île se situent à plus d'une heure de transport d'Ajaccio[14].

Ces principaux axes, ainsi que les routes secondaires menant aux villages périurbains, relient Ajaccio par le nord, le site de la cité impériale formant un cul de sac obstrué par la mer au sud. Seuls le cours Napoléon et le boulevard du Roi-Jérôme permettent de traverser la ville.

Cela explique avec la forte densité urbaine les problèmes importants de circulation et de stationnement rencontrés, notamment aux heures de pointe et durant la saison touristique estivale. Une rocade de contournement traversant plusieurs quartiers est en voie d'achèvement.

La ville est distante, par route[15], de :

Transports en communModifier

Le réseau Muvistrada offre un service d'une quinzaine de lignes urbaines et 8 lignes périurbaines, dont la fréquence varie selon la fréquentation des lignes (intervalle de 30 minutes pour les plus importantes). En outre, deux navettes Aiaccina desservent le centre-ville et la navette maritime Muvimare relie la ville à Porticcio depuis 2015.

Un parc relais de 300 places a été construit à Mezzana sur la commune voisine de Sarrola-Carcopino dans le but de promouvoir l'intermodalité entre les voitures et les transports en commun[16]. Il a été inauguré le [17].

Par ailleurs la municipalité a évoqué l'introduction d'un tramway ou d'un tram-train entre la gare de Mezzana en zone périurbaine et la gare d'Ajaccio située dans le centre.

AéroportModifier

La ville est desservie par un aéroport d'Ajaccio-Napoléon-Bonaparte, aéroport international, siège d'Air Corsica, compagnie aérienne corse. Il relie Ajaccio à un certain nombre de villes de France continentale (notamment Paris, Marseille, Nice, Lyon, Bordeaux, Lille, Toulouse, Clermont-Ferrand, Brive, Brest, Rennes, Caen)..., et d'Europe, Londres, Genève, Amsterdam, Bruxelles, Rome, Barcelone etc de par sa fonction touristique. C'est le premier aéroport de Corse en termes de trafic. Il peut accueillir un peu plus de 1 000 000 passagers par an[18],[19].

PortModifier

 
Navire mixte de la compagnie Corsica Linea assurant les liaisons avec Marseille.
 
Vue sur le port de plaisance

Le port d'Ajaccio est relié au continent français de manière quotidienne (Marseille, Toulon et Nice)[20]. Des liaisons saisonnières existent vers la Sardaigne (Porto Torres) de même qu'un service saisonnier dessert Calvi et Propriano[21]. Les trois compagnies de navigation assurant ces liaisons sont Corsica Linea, La Méridionale et Corsica Ferries.

Ajaccio est devenu également une escale de croisière notable (avec 909 752 passagers en 2011), de loin la première de Corse et la deuxième de France (derrière Marseille, mais devant Nice/Villefranche-sur-Mer et Cannes). L'objectif est à terme qu'Ajaccio devienne le premier port français pour les croisières mais également que la ville devienne une tête de pont pour les départs[21].

 
Le port de pêche

La fonction portuaire de la ville est aussi constituée par le commerce, la plaisance et la pêche artisanale (3 ports)[21]. Autrefois, le port d'Ajaccio était chaque jour le lieu de départ de dizaines de corailleurs pour de longs mois à la recherche de leur marchandise près des côtes d'Afrique du Nord.

Voies ferroviairesModifier

La gare d'Ajaccio, appartenant aux Chemins de fer de Corse, se situe près du port, square Pierre-Griffi et permet de relier en train Corte, Bastia (durée : 3 h 25 min) et Calvi (par correspondance).

Trois autres arrêts sont situés sur le territoire de la commune :

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Ajaccio est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[22],[23],[24]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Ajaccio, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[25] et 84 590 habitants en 2020, dont elle est ville-centre[26],[27].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Ajaccio, dont elle est la commune-centre[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[28],[29].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[30]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[31],[32].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par la présence de forêts et milieux semi-naturels (59,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (47,1 %), zones agricoles hétérogènes (13,6 %), zones urbanisées (13,4 %), forêts (7,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (7,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (5 %), prairies (3 %), cultures permanentes (1,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,1 %), eaux maritimes (0,2 %), zones humides intérieures (0,1 %)[33].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[34].

PlanificationModifier

Ajaccio dispose d'un plan local d'urbanisme[35].

Une charte d'écoquartier du Finosello a par ailleurs été signée[36] et la procédure de mise en œuvre d'une aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine a été engagée.

Morphologie urbaineModifier

Si la commune d'Ajaccio a une vaste superficie (82,03 km2), seule une partie est urbanisée. De ce fait, l'unité urbaine d'Ajaccio se situe dans l'est de la commune, sur une bande littorale formant un arc de cercle très densément peuplé. Le reste du territoire communal est naturel, avec un habitat peu important et assez diffus. La périurbanisation se développe au nord et à l'est de l'agglomération.

 
Panorama sur le port d'Ajaccio

Le noyau urbain originel, à proximité de l'ancienne plaine marécageuse des Cannes, s'est effacé au profit de la ville génoise, articulée à proximité de la Punta della Lechia. Celle-ci a subi divers aménagements, notamment sous Napoléon, qui est à l'origine des deux grandes artères structurantes actuelles (Cours Napoléon orienté nord-sud, Cours Grandval dans le sens est-ouest).

Mais Ajaccio a connu une forte expansion démographique dans les années 1960, ce qui explique que 85 % des logements sont postérieurs à 1949[37]. Cela se ressent dans l'urbanisme de la ville, très marqué par les barres et tours en béton présents dans plusieurs quartiers, en particulier les grands ensembles situés sur les hauteurs (Les Jardins de l'Empereur), le nord et l'est de la ville (front de mer, Les Cannes, Les Salines) entre autres. Une dichotomie apparaît dans le paysage, entre la ville ancienne et d'imposants immeubles modernes. Ajaccio donne ainsi l'image d'une ville construite sur deux niveaux différents.

QuartiersModifier

Dix quartiers sont comptabilisés par la municipalité[38] :

  • Cannes-Binda : quartier populaire du nord de la ville, constitué de grands ensembles, ayant fait l'objet d'une politique de rénovation urbaine ;
  • Centre-ville : cœur touristique de la ville, constitué de ruelles commerçantes et de grandes artères de circulation ;
  • Casone : quartier bourgeois à population aisée, situé dans l'ancienne station d'hiver sur les hauteurs de la ville sud ;
  • Les Jardins de l'Empereur : cité classée ZUS sur les hauteurs de la ville, constituée de grands ensembles dominant le centre-ville ;
  • Mezzavia : quartier du nord de la ville, occupé par plusieurs lotissements ainsi que par des zones d'activités commerciales et économiques et le stade Ange-Casanova ;
  • Octroi-Sainte Lucie : il constitue la partie nord du centre-ville, près du port et de la gare ferroviaire ;
  • Pietralba : quartier populaire du nord-est de la ville, classé ZUS ;
  • Résidence des Îles : quartier du sud de la ville près de la touristique route des Sanguinaires, dans un environnement de qualité ;
  • Saint-Jean : ensemble d'immeubles abritant une population aux revenus modestes, à proximité du noyau urbain historique de la ville, classé ZUS ;
  • Les Salines : quartier populaire du nord-est de la ville, constitué de grands ensembles, classé prioritaire, faisant l'objet d'une politique de rénovation urbaine[39] ;
  • Vazzio : quartier du nord-est de la ville, à proximité de l'aéroport, de la centrale EDF et du stade François-Coty.

LogementModifier

 
Port de plaisance

Ajaccio a toujours souffert d'un déficit chronique en offre de logements, dû à un manque d'espace, ce qui a profité aux communes périurbaines. Au cours des années 1960 et plus tard encore, le développement urbain s'est réalisé au gré des opportunités foncières sans réflexion préalable sur un choix d'aménagement urbain global et tranchant avec la qualité de la trame urbaine du centre ancien, reflet d'une époque et du souci de l'esthétique urbaine[40]. Actuellement un effort est réalisé dans le renouvellement urbain du centre ancien et des quartiers d'habitat social. Cependant l'histoire et l'actualité de l'urbanisme à Ajaccio sont marquées par de très nombreuses illégalités dont une partie sanctionnée par les juridictions [41].

Un développement important de l'offre de logements est possible dans le quartier du Vazzio, de Saint-Joseph ainsi que sur les hauteurs du quartier Pietralba qui sont situés à l'est de la ville. En outre, un développement urbain est également possible le long de la rocade extérieure au nord de la ville. Plus au sud, le long de la route des Îles Sanguinaires, située entre mer et montagne, un développement de l'offre de logements est projeté sur les quelques parcelles encore disponibles et en particulier sur le secteur de Vignola qui envisage aussi d'accueillir des activités de hautes technologies et un centre de thalassothérapie. Pourtant ce secteur de Vignola est classé en espace remarquable ou caractéristique du Plan d'aménagement et de développement durables de la Corse [42] et en Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1, en raison notamment de la présence de trois espèces de faune protégées au plan national (et l'une en outre au plan européen)[43]. Enfin, pour répondre à l'attractivité de la ville et à la demande de logements qui en résulte, d'autres secteurs selon les dispositions du plan local d'urbanisme (PLU) en cours d'élaboration pourraient s'ouvrir à l'urbanisation tout en privilégiant la densité urbaine plutôt que l'étalement urbain contraire au développement durable.

Une zone d'aménagement concerté (ZAC) dont les contours restent à préciser est aussi prévue en plein cœur du quartier des Salines et les terrains dits de la gare-amirauté en continuité du centre-ville ont vocation à devenir à plus long terme, après les études d'un aménagement urbain adéquat, un nouveau quartier, emblème du renouveau urbain d'Ajaccio.

ToponymieModifier

En corse, le nom de la commune est Aiacciu /aˈjat͡ʃu/, ou localement Aghjacciu (dans la vallée de la Gravona notamment).

Plusieurs hypothèses ont été émises quant à l'étymologie du nom Ajaccio (Aiacciu en corse, Addiazzo sur les vieux documents). Parmi celles-ci, la plus prestigieuse prétend que la ville aurait été fondée par le héros grec légendaire Ajax qui lui aurait donné son nom. D'autres explications sont cependant bien plus réalistes. Par exemple, le nom Ajaccio pourrait être apparenté au toscan agghiacciu (enclos à brebis). De même, aghja est en corse l'aire où l'on bat le blé. Une autre explication, étayée par des sources byzantines voisines de l'an 600, nomment la ville Agiation, suggérant une origine grecque du mot, agathè pouvant signifier « bonne fortune » ou « bon mouillage » (racine également à l'origine du nom de la ville d'Agde).

"Remarques concernant le nom de la ville : À l'origine, on trouve Adjacium, mentionné au Ve siècle dans la cosmographie de Ravenne (...) Adjacium, du latin ad-jacere (être situé près) semble avoir désigné le port (près de la mer). Le nom de la localité est attesté sous les formes Agiation entre 667 et 670, Aiazo entre 1311 et 1320[44]. Aux XVIe et XVIIe siècles, le nom a été transcrit en français sous la forme "La Hiace" (...) Ajaccio, forme italienne, est le nom de la ville génoise, prononcé Aiaccio (...) Dans les pieves avoisinantes on emploie encore de nos jours le toponyme Aghjacciu (l'aghjacciu, enclos à bétail) du verbe corse ghjace/ghjacia qui correspond au français gésir, et qui lui-même est issu du verbe latin de le deuxième conjugaison jacere, pris dans le sens de "être étendu, couché" (...) Dans le reste de l'ile, on dit Aiacciu, prononciation corse du nom de la ville génoise. C'est cette forme qu'il convient d'adopter comme étant consacrée par un usage largement majoritaire. Cela ne disqualifie nullement Aghjacciu qui garde sa valeur sémantique et qui doit conserver toute sa vigueur dans les territoires de l'intérieur immédiat où, d'ailleurs, les habitants de la ville sont appelés l'Aghjaccinchi. C'est pourquoi nous avons proposé : Aiacciu (Aghjacciu)." D'après PM Agostini, I nomi di i nostri locchi, p. 102 et 103, 1990.

Les habitants d'Ajaccio sont appelés les Ajacciens (Aiaccini ou Aghjaccinchi par les Corses de l'intérieur. On note également "Ajacciotti" pour -habitants du bourg- dans une correspondance de P.Paoli : "Avrebbero potuto entrare nel Borgo; ma gli Ajacciotti non si meritano da noi violenze". Pasquale Paoli al Conte Rivarola, Corti, 2 dicembre 1763. In, Lettere di Pasquale Paoli : con note e proemio di N. Tommaseo. G. P. Vieusseux ed. Firenze, 1846.)

HistoireModifier

Antiquité et haut Moyen-ÂgeModifier

 
Carte de la République de Gênes et des possessions, vers 1395.

Le diocèse d'Ajaccio se forme avant le VIe siècle, en témoigne une lettre datée d'août 601 du pape Grégoire le Grand à Boniface, qualifié de défenseur de la Corse, pour lui demander de régler le problème du diocèse, privé d'évêque depuis un certain temps[45]. Les premiers édifices chrétiens datent de la même période[46]. La ville décline progressivement dès le VIIe siècle lorsque la Corse est réunie sous l'égide d'un seul évêché, sans doute déplacé à l'ancienne cité romaine de Mariana[Note 4],[47]. Ce n'est qu'à partir du XIe siècle, avec les privilèges accordés par les papes Grégoire VII puis Urbain II à l'évêque de Pise, que la cité médiévale sort de son déclin avec la restauration du diocèse[47],[48]. Néanmoins, la ville reste très peu peuplée, les historiens et les archéologues pensant même que les différents évêques jusqu'au XVe siècle résidaient à Bonifacio et non pas à Ajaccio[49]. Les monnaies génoises se diffusent à Ajaccio et alentour à partir du XIIIe siècle. C'est d'ailleurs à cette époque que la ville est choisie pour être l'un des ports fortifiés, en 1272[50],[51]. En 1274, la flotte de Charles Ier attaque la flotte génoise sur les côtes ajacciennes[50]. Néanmoins, la forteresse est rapidement abandonnée, Gênes privilégiant la position de Bonifacio ou de Calvi[50].

En 1405, Vincentello d'Istria et Ghilfuccio d’Ornano proposent au roi Martin Ier de rebâtir une forteresse sur le site médiéval. Néanmoins, le projet n'aura aucune réponse. La République de Gênes reprend à son compte l'idée à partir de 1455, mais se contente de reconstruire la forteresse du XIIIe siècle[50].

De la refondation de la cité à la Révolution françaiseModifier

En 1492, la République de Gênes décide de rebâtir la ville, qui avait décliné les siècles précédents[52],[53]. L'Office de Saint Georges finance le projet et Gênes fait appel à l'architecte milanais Cristoforo di Gandino[54]. Plusieurs sites furent alors considérés : la Pointe de la Parata (non retenue car trop exposée aux vents), l'ancienne ville (considéré finalement comme insalubre à cause de la proximité de l'étang des Salines), enfin la Punta della Lechia sur laquelle le choix a été arrêté. La ville est refondée le [55]. Les travaux, notamment de la citadelle, débutèrent le . Le siège épiscopal est transféré dans Ajaccio intra-muros vers 1502/1503[56]. Dans les années 1520, un projet de construction d'une nouvelle cathédrale est lancé, mais celle-ci est détruite lorsque Gênes décida de renforcer les fortifications de la ville et de creuser un fossé[57]. Un autre projet est lancé dans les années 1580 à la demande du pape Grégoire XIII, et la cathédrale est achevée en 1593[52].

En 1553, une garnison française prend place à Ajaccio. Le bourg ne compte alors plus qu'une centaine d'habitants[55]. Paul de La Barthe de Thermes, chef de la garnison, supervise la fin des travaux de la citadelle achevée en 1554[54]. Le traité de Cateau-Cambrésis met fin à la présence française[54],[58]. La garnison quitte Ajaccio le [59]. Après le départ des Français, la ville se développe principalement autour de la citadelle[60]. En 1564, le plan d'urbanisme de la ville est en partie redessiné par l'architecte Giovan Giacomo Paleari Fratino (it)[55].

Le recensement de 1770 fait état de 3 916 habitants, dont 1 910 habitants originaires d'Ajaccio, 440 grecs et 1 566 personnes identifiées comme « paysans »[61].

Époque contemporaineModifier

Révolution et EmpireModifier

Lorsque la bidépartementalisation du département unique de la Corse est décidée, Ajaccio est choisie comme chef-lieu du département du Liamone[61]. Trois routes sont construites pour désenclaver la ville, la première entre 1801 et 1802[62], jusqu'à Bastia et élargie à partir de 1817[62], la seconde, construite à partir de 1805 jusqu'à Calvi et la troisième, achevée en 1845, jusqu'à Bonifacio[63]. À partir de 1802, année du rétablissement de l'esclavage par la loi du 20 mai 1802, la ville accueille des déportés venus de Guadeloupe et de Saint-Domingue qui s'étaient révoltés contre le retour de l'administration coloniale[64]. Le premier navire transportant des déportés accoste au port d'Ajaccio en octobre ou novembre 1802. Un bagne d'une capacité d'accueil de 550 prisonniers est construit à Ajaccio pour désengorger celui de Toulon, placé sous la direction du ministère de la Marine[64]. Seuls ceux que l'administration qualifiait de « nègres malfaiteurs » sont envoyés au bagne d'Ajaccio[64]. Parmi les détenus passés par le bagne figure Bernard Chancy, aide de camp de Toussaint Louverture[65]. Les détenus sont logés au couvent des Capucins jusqu'en 1815[66]. Ils participent à la construction de la route entre Ajaccio et Bastia[67]. C'est d'ailleurs sur les chantiers que la plupart des décès ont lieu, les décès étant généralement constatés à l'hôpital militaire d'Ajaccio, mais il ne subsiste presque aucune trace dans les actes d'état civil[68]. Au total, 12 détenus parviennent à s'évader, généralement en Sardaigne, leur parcours après l'évasion étant inconnu leurs noms n'ayant pas pu être identifiés[69]. Il ne reste que deux déportés encore en vie en 1814[70]. La dernière trace de cet épisode est l'acte de décès d'un Guadeloupéen en 1816[70].

Le , un sénatus-consulte met fin à la bidépartementalisation de la Corse, qui redevient un département unique. Napoléon Ier fait d'Ajaccio la préfecture du département[1],[61],[71]. Le choix d'Ajaccio permet à l'île de s'ouvrir davantage sur l'ouest de la Méditerranée[72].

De la Restauration à la IIIe RépubliqueModifier

Après la première abdication de Napoléon, les autorités d'Ajaccio refusent de suivre celles de Bastia qui ont négocié un traité avec le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande. Le , les Alliés reconnaissent par le traité de Paris la souveraineté française sur la Corse, ce qui rend caduque le traité négocié à Bastia[71].

Le , le premier bateau à vapeur accoste au port[63]. En 1839, la commune d'Alata demande à être rattachée à Ajaccio, comme en atteste une lettre du maire adressée au préfet[73] :

«  Dans le cas où il rencontrerait de l'opposition de la part du conseil municipal d'Ajaccio, il est prié de ne pas s'y arrêter.  »

La ville refusa la fusion, mais la commune d'Alata effectue une autre demande une vingtaine d'années plus tard, en compagnie d'Afa et d'Appietto[73]. La demande concerne cette fois l'intégration dans le canton d'Ajaccio. L'intégration des trois communes fut acceptée par le conseil municipal en février et juillet 1857[73]. La politique d'aménagement du Second Empire aboutit à la création d'un certain nombre de communes autour d'Ajaccio. Le hameau de Villanova fut érigé en commune le , malgré les protestations d'Alata, et intégrée au canton d'Ajaccio[74]. Ajaccio et Alata ont d'ailleurs cédé une partie de leur territoire pour la création de la nouvelle commune[74].

En janvier 1855, le bagne pour enfants, qui fut construit dans la cité impériale dans le cadre de la loi du [75], accueille ses premiers pensionnaires[76]. Jusqu'en 1866, il accueille plus de 1 600 enfants où beaucoup subissent des mauvais traitements et certains meurent de maladie, notamment la malaria[76]. Ces enfants passaient la journée à effectuer des travaux agricoles[76]. La plupart des enfants morts sont enterrés dans un cimetière improvisé en annexe du bagne[77]. Le bagne devient un bagne pour adultes, et ferme définitivement en 1907[77].

En 1869, un phare est installé sur la citadelle[78]. Le , la construction de la ligne de chemin de fer entre Ajaccio et Bastia commence, dans le cadre du plan Freycinet[63].

En 1892, le Comité napoléonien est créé en réponse à la pénétration du républicanisme dans l'île. Il devient le Comité central bonapartiste en 1908 et se vide de tout contenu doctrinal hostile à la IIIe République[79].

La municipalité adopte une attitude de plus en plus autonomiste après la Première Guerre mondiale. Le maire Dominique Paoli, est partisan de l'irrédentisme italien et souhaite que la Corse intègre l'Italie fasciste. En 1936, il n'hésite pas à envoyer ses félicitations à Benito Mussolini pour la victoire contre l'Éthiopie[80]. Il est d'ailleurs maintenu en fonction par le régime de Vichy[81].

Seconde Guerre mondialeModifier

Lorsque est signé l'armistice du 22 juin 1940, les Corses sont encore traumatisés par la Première Guerre mondiale pour laquelle la Corse a payé un lourd tribut sur le plan humain. Une bonne partie des anciens combattants s'engagent dans la Légion française des combattants mise sur pied par Joseph Darnand. Une première manifestation de la Légion a lieu en décembre 1940 à Ajaccio lors d'une cérémonie en hommage à Jean Chiappe, dont l'avion a été abattu par la Royal Air Force[82]. Néanmoins, leur engagement ne signifie pas pour autant que la plupart des légionnaires adhèrent au nouveau régime. La peur d'une annexion italienne explique en partie ces réticences. Les chefs de garnisons et les commandants militaires appellent d'ailleurs à la résistance armée en cas de débarquement[83]. Lorsque l'armée royale italienne occupe l'île à partir du [83], une bonne partie des légionnaires rejoint le mouvement de résistance Combat[84].

Le , le préfet et chef du réseau Action R2 Corse Fred Scamaroni se suicide à la citadelle où il est emprisonné pour éviter la torture et de dénoncer des résistants à l'OVRA, la police fasciste[85],[86]. L'annonce de l'armistice de Cassibile et de la proclamation du maréchal Badoglio amorcent le soulèvement d'île[85]. Ajaccio est la première ville libérée de France métropolitaine, le [87]. Le , le général de Gaulle se rend à Ajaccio et rend hommage à la résistance corse, dans un discours resté célèbre[85] :

«  Nous devons sur le champ tirer la leçon de la page d'histoire que vient d'écrire la Corse française. La Corse a la fortune et l'honneur d'être le premier morceau libéré de la France ; ce qu'elle a fait éclater de ses sentiments et de sa volonté, à la lumière de sa libération, démontre que ce sont les sentiments et la volonté de la Nation tout entière.  »

Peu de légionnaires seront inquiétés après la guerre, la plupart étant envoyés en Algérie pour éviter exécutions sommaires et lynchage[88].

Depuis 1945Modifier

6 000 rapatriés d'Afrique du Nord s'installent à Ajaccio pendant la décolonisation[89]. À partir des années 1960, la ville devient une des principales destinations touristiques de l'île et du bassin méditerranéen[72],[90]. Elle renforce son attractivité au détriment de Bastia, notamment par le cadre de vie mais aussi par la situation propre de la ville, plus favorable à l'extension urbaine[72].

En 1982, le gouvernement fait adopter la première loi de décentralisation. La Corse obtient un statut particulier et Ajaccio est choisie pour accueillir l'Assemblée de Corse. Une centaine d'attentats accompagne l'élection de la première assemblée territoriale[91].

Le , un accident aérien fait 4 morts.

Le , le préfet de Corse Claude Érignac est assassiné par des nationalistes corses[92]. Yvan Colonna est condamné en 2003 après plusieurs années de cavales. Près de vingt-cinq ans plus tard, après l'assassinat d'Yvan Colonna à la maison centrale d'Arles, une manifestation est organisée en la mémoire du militant nationaliste[93].

Depuis le milieu du XXe siècle, Ajaccio a connu un développement important. La cité impériale a connu un accroissement démographique et un étalement urbain considérable. Aujourd'hui chef-lieu de la Corse et principale agglomération de l'île, elle cherche à s'affirmer comme une véritable métropole régionale[94]. La ville est touchée par des crues exceptionnelles pendant l'hiver 2019, au point que l'aéroport doit fermer plusieurs jours[95].

Politique et administrationModifier

 
La préfecture de région

Administration municipaleModifier

Ajaccio a été successivement :

La commune est rattachée à l'arrondissement d'Ajaccio depuis sa création par la loi du 28 pluviôse an VIII (). Elle fait également partie de la communauté d'agglomération du Pays ajaccien (CAPA) avec neuf autres communes (Afa, Alata, Appietto, Cuttoli Corticchiato, Peri, Sarrola-Carcopino, Tavaco, Valle di Mezzana et Villanova), créée en 2001. La ville est située dans la 1re circonscription de la Corse-du-Sud.

Tendances politiques et résultatsModifier

La cité impériale resta (avec quelques interruptions) un bastion électoral bonapartiste (CCB) jusqu'aux élections municipales de 2001. La municipalité sortante fut alors battue par une coalition de gauche dirigée par Simon Renucci, rassemblant sociaux-démocrates, communistes ainsi que Charles Bonaparte, prétendant au trône impérial. La droite retrouve le pouvoir avec la victoire de Laurent Marcangeli aux élections municipales de 2014.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1935 1943 Dominique Paoli CCB  
1943 1945 Eugène Macchini CCB  
1945 1947 Arthur Giovoni PCF Licencié en Lettres et Philosophie, professeur,

Député[96]

1947 1949 Nicéphore Stephanopoli de Commene CCB  
1949 1953 Antoine Sérafini CCB  
1953 1959 François Maglioli CCB  
1959 1964 Antoine Sérafini CCB  
1964 1975 Pascal Rossini CCB  
1975 1994 Charles Ornano CCB Licencié en droit
1994 2001 Marc Marcangeli CCB Médecin, Député
2001 2014 Simon Renucci CSD Médecin
2014 2014 Laurent Marcangeli CCB Député
2015 2022 Laurent Marcangeli LR puis Horizons Député
2022 En cours Stéphane Sbraggia Horizons Dirigeant d’établissements de santé
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2018Modifier

En 2018, le budget de la commune était constitué ainsi[97] :

  • total des produits de fonctionnement : 93 253 000 , soit 1 344  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 92 260 000 , soit 1 330  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 20 013 000 , soit 288  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 20 044 000 , soit 289  par habitant ;
  • endettement : 72 475 000 , soit 1 344  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 22,72 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 18,40 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 46,24 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2016 : médiane en 2016 du revenu disponible, par unité de consommation : 20 412 [98].

IntercommunalitéModifier

Ajaccio fait partie depuis de la communauté d'agglomération du Pays ajaccien (CAPA) avec neuf autres communes (Afa, Alata, Appietto, Cuttoli Corticchiato, Peri, Sarrola Carcopino, Tavaco, Valle di Mezzana et Villanova).

OriginesModifier

La communauté d'agglomération du Pays ajaccien est créée par la loi du sur le renforcement de l’intercommunalité dite loi Chevènement. L’action de la communauté d’agglomération s’inscrit également dans les directives de deux autres textes fondateurs de l’aménagement du territoire ; la loi sur la solidarité et le renouvellement urbain dite loi Gayssot du 13/12/2000 et la loi d’orientation et d’aménagement durable du territoire dite loi Voynet du 25/06/1999.

CréationModifier

De juin à , le marathon de la concertation.

Les élus municipaux du Pays Ajaccien ont engagé un véritable marathon politique. En moins de sept mois, plus de 30 réunions sont organisées[réf. souhaitée]. , l’arrêté de création du préfet La communauté d'agglomération du Pays ajaccien (CAPA) constituée par un arrêté du préfet se compose des dix communes. Elle compte 65 000 habitants (INSEE 99) soit 54,8 % de la population du département de la Corse du Sud.

Le Conseil de développement, constitué de 38 membres de la société civile, se met en place le pour participer à la définition et aux choix des grandes orientations de la politique communautaire.

CantonsModifier

Ajaccio est le chef-lieu de cinq cantons[99] :

SécuritéModifier

Ajaccio est une ville relativement calme du point de vue de la petite délinquance, se classant en 2007 au 21e rang des agglomérations supérieures à 20 000 habitants les plus sûres, même si la ville possède un certain nombre de quartiers défavorisés[réf. nécessaire].

JumelagesModifier

 
Jumelages et partenariats d’Ajaccio. 
Jumelages et partenariats d’Ajaccio. 
VillePaysPériode
Aksaray Turquie
Dana Point États-Unis
 Iéna Allemagne
La Maddalena Italiedepuis
 Lárnaca (municipalité)[100] Chypredepuis le
 Marrakech Maroc
 Palma de Majorque[101] Espagnedepuis

ÉconomieModifier

Jusqu'au XIXe siècle, la ville a du mal à se développer et à s'ouvrir à l'intérieur de l'île. Son développement est principalement axé sur le littoral[2]. La ville est, avec Bastia, le centre économique, commercial et administratif de la Corse. Son aire d'attraction de près de 120 000 habitants s'étend sur une part importante de la Corse-du-Sud, de part et d'autre du golfe d'Ajaccio et remontant la vallée de la Gravona. Son activité est avant tout orientée vers le tertiaire et les services. La commune a encore du mal à interagir avec les communes situées à l'intérieur des terres[20]. En 2015, 66 % des emplois de l'île se concentrent dans 6,5 % du territoire, notamment à Ajaccio et Bastia[14]. La commune représente également 37 % des revenus fiscaux de l'île[14].

TertiaireModifier

Le secteur tertiaire représente de loin le principal pourvoyeur d'emplois de la ville. Ajaccio est un centre administratif, regroupant les services communaux, intercommunaux, départementaux, régionaux et préfectoraux.

 
Stand du marché d'Ajaccio

C'est aussi un centre commercial, avec les rues commerçantes du centre-ville, le marché central d'Ajaccio, sur la place Foch, à côté de la mairie, la Halle aux poissons est situé dans le bâtiment de l'office du tourisme, derrière la mairie, et le Marché de la place Abbatucci, sont ouverts tous les matins sauf le lundi et proposent des produits frais et spécialités régionales, attirant à la fois les habitants et les touristes. Un marché forain est également ouvert le week-end et un marché au puce tous les dimanches.

Les zones d'activités périphériques, dont celle de Mezzavia (hypermarché Géant Casino), le long de la rocade (hypermarchés Carrefour et E.Leclerc), ainsi que le centre commercial Atrium sur la commune voisine de Sarrola-Carcopino (hypermarché Auchan).

Ajaccio a basé son économie sur le tourisme dès le XIXe siècle. Ville de passage mais pas seulement[90], la cité impériale est également une ville touristique de premier plan notamment pour la saison estivale[102]. Le reste de l'année, elle est surtout un point de passage pour les commerciaux et le monde des affaires, qui effectuent de courts séjours[103]. En 2015, elle accueille 800 000 croisièristes[14].

Le palais des congrès d'Ajaccio a vocation à développer le tourisme d'affaires[94].

Ajaccio est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud. Elle gère le port de commerce d’Ajaccio, le port de commerce de Bonifacio, le port de commerce de Porto-Vecchio, le port de commerce de Propriano et le port de plaisance Tino Rossi. Elle gère aussi l'aéroport d'Ajaccio Napoléon Bonaparte[104], et l’aéroport de Figari-Sud-Corse ainsi que le palais des congrès et le Centre du Ricanto.

IndustriesModifier

Le secteur secondaire est encore peu développé, mis à part l'aéronautique (Corse Composites Aéronautiques CCA)[20], plus grosse entreprise de l'île avec 135 employés répartis sur deux sites. Les sites de stockage GDF et d'Antargaz, dans le quartier du Vazzio, sont classés à risque Seveso.

ÉnergieModifier

La centrale EDF du Vazzio, avec des moteurs diesel au fioul lourd entraînant des alternateurs, fournit le sud de l'île en électricité.

Approvisionnement en eauModifier

Le canal de la Gravona était chargé d'acheminer l'eau destinée à l’adduction d'eau potable de la ville. Le canal mal entretenu sert maintenant pour l'irrigation. La ville est désormais alimentée principalement par le bassin de compensation d'Ocana dont l'eau est issue du barrage de Tolla.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

Le développement démographique d'Ajaccio a connu une certaine hausse à partir des années 1950. Cela s'explique par l'exode rural et l'installation d'immigrés notamment d'origine pied-noir, sarde, italienne, maghrébine, portugaise et française du continent.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1615. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[105],[Note 5].

En 2020, la commune comptait 72 647 habitants[Note 6], en augmentation de 5,92 % par rapport à 2014 (Corse-du-Sud : +6,04 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1615 1794 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
2 4014 7016 5707 2037 4018 9209 0039 83411 541
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
11 94411 04914 08914 55816 54517 05018 00517 57620 197
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
20 56121 77922 26419 22722 61423 39223 91737 14631 434
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
32 99733 64243 43849 06554 08958 31552 88063 72366 809
2016 2020 - - - - - - -
69 07572 647-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[106] puis Insee à partir de 2006[107].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Ajaccio est le siège de l'académie de Corse. Elle est l'une des rares villes moyennes à ne pas avoir d'antenne universitaire[72].

La ville d'Ajaccio compte[108]:

  • 18 écoles maternelles (16 publiques et 2 privées) ;
  • 17 écoles primaires (15 publiques et 2 privées) ;
  • 6 collèges :
  • 3 lycées d'enseignement général :
  • 2 LEP :
    • lycée Finosello ;
    • lycée Jules-Antonini.

L'enseignement supérieur est encore peu développé mis à part les BTS et l'IFSI, l'université de Corse se situant à Corte. Un établissement de recherche de l'INRA est également implanté sur Ajaccio[109].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • La ville dispose de deux ports de plaisance, le port Tino-Rossi (320 anneaux) et le port Charles-Ornano (835 anneaux), garantissant une escale bien abritée et de qualité pour les marins sur la côte ouest de la Corse. Ajaccio est la seule cité de l'île à disposer également d'un casino.
  • Les principales animations se concentrent au centre-ville et sur la route des Sanguinaires (cinémas, bars, discothèques entre autres).

SantéModifier

Ajaccio possède 3 sites hospitaliers :

  • l'hôpital de la Miséricorde, construit dans les années 1950, se situe sur les hauteurs du centre-ville. C'est le principal établissement de santé de la région ;
  • l'annexe Eugénie ;
  • l'hôpital psychiatrique de Castelluccio, à 5 km à l'ouest du centre-ville, accueille également des services de cancérologie et de long séjour[110].

Afin de répondre aux besoins de développement de l'offre hospitalière, actuellement enserrée dans des locaux devenus inadaptés, il est prévu de construire un nouvel hôpital regroupant les différents services actuels sur le site de Stiletto à l'est de la ville.

CultesModifier

CatholiqueModifier

Diocèse d'Ajaccio[111],[112]:

  • Cathédrale Notre-Dame d'Assomption, rue Forcioli Conti.
  • Église du Sacré-Coeur, boulevard Sylvestre Marcaggi.
  • Église Saint-Érasme, rue Forcioli Conti.
  • Église Saint-Jean, montée Saint-Jean.
  • Église Saint-Antoine de Padoue, avenue du Colonel Colonna d'Ornano.
  • Église Saint-Pierre et Paul, cours Jean Nicoli.
  • Église Saint-Roch, cours Napoléon.
  • Chapelle Notre-Dame de Lorette, chemin Loretto.
  • Chapelle des Grecs, cours Lucien Bonaparte.
  • Chapelle impériale, rue du Cardinale Fesch.
  • Chapelle Saint-Antoine, route des Sanguinaires de la Pointe de la Parata.
  • Chapelle Saint-Jean-Baptiste, rue de Roi de Rome.
  • Chapelle Saint-Ruchellu, rue du Cardinal Fesch.
  • Chapelle du parc, avenue de la Libération.
  • Chapelle de l'avenue de Verdun.
  • Chapelle de l'hôpital de Castellucio.
  • Chapelle maison de retraite, rue François Pietri.
  • Chapelle Saint-Joseph, boulevard Georges Pompidou.
  • Chapelle du Boulevard Sébastianu Costa.
  • Des dizaines de chapelles funèraires sur le boulevard Stephanopoli de Comène.

AnglicanModifier

  • Église anglicane, cours de Général Leclerc, (école nationale et municipale de danse).

MusulmanModifier

  • Mosquée, avenue du Colonel Colonna D'Ornano.
  • Mosquée Tunisienne, boulevard Jérôme et Barthélémy Maglioli.

Protestant/évangéliqueModifier

  • Temple réformé, cours Napoléon.
  • Église évangélique assemblée de Dieu, chemin de la Pietrina.
  • Église évangélique, rue de Vittulo[113],[114].

IsraéliteModifier

Témoins de jéhovahModifier

  • Salle du royaume, boulevard Abbé Recco.

SportsModifier

Ajaccio est pour la première fois une étape du célèbre Tour de France de l'édition 2013. C'est chaque année le lieu de départ ou d'arrivée du Tour de Corse automobile.

Les infrastructures sportives, assez diverses, sont bien développées sur l'ensemble de la ville. Ainsi, Ajaccio est une cité pluridisciplinaire en matière sportive. Football, volley, handball : dans toutes ces disciplines, les clubs de la ville évoluent ou ont évolué au plus haut niveau national.

  • Football :
    • le club de l'AC Ajaccio, le club le plus populaire de la ville évolue en championnat de France de football de Ligue 1 depuis 2022-2023 au stade François-Coty, stade privé de 10 500 places, situé au nord-est de la ville. L'AC Ajaccio a évolué 14 saisons en Ligue 1 (1967-1973, 2002-2006, 2011-2014, 2022-en cours) et évolue au niveau professionnel depuis 1998. Ce dernier a été sacré deux fois champion de France de Ligue 2 (1967 et 2002).
    • le Gazélec Football Club Ajaccio, qui évolue en championnat de France de National 3 depuis 2021, joue quant à lui au stade Ange-Casanova, situé dans le quartier de Mezzavia, au nord de la ville. Ce dernier compte 4 100 places.
  • Le GFC Ajaccio Volley-Ball évolue en Ligue A dans le nouveau palais des sports et des spectacles d'Ajaccio de 2 000 places inauguré en et baptisé U Palatinu. Il a remporté la coupe de France 2016 et 2017 ainsi que la Super Coupe en 2016, face au champion de France, Paris.
  • GFC Ajaccio Handball a évolué en Division 1 durant deux saisons au début des années 2000
  • GFC Ajaccio Basket-Ball.
  • Hippodrome des Vignetta.

Vie militaireModifier

Unités ayant été stationnées à Ajaccio :

Culture locale et patrimoineModifier

Ajaccio dispose d'un potentiel touristique varié, possédant aussi bien un cadre culturel dans le centre de la ville qu'un patrimoine naturel à travers la mer Méditerranée, ses criques et ses plages, ainsi que la réserve Natura 2000 que constituent les îles Sanguinaires.

Lieux et monumentsModifier

CitadelleModifier

 
Vue de la vieille ville d'Ajaccio avec la citadelle à droite

La citadelle du XVIe siècle est l'œuvre du maréchal de Thermes et de son successeur, Giordano Orsini. Elle fut édifiée pour l'essentiel de 1554 à 1559. Les fortifications avec fossés, fermées au public, sont inscrites au titre des Monuments historiques[117].

« La citadelle jolie, régulière, fut élevée par le maréchal de Thermes, conquérant plus heureux qu'illustre, chevalier bien effacé par ses deux barbares lieutenan[t]s le montagnard corse Sampiero et le corsaire Dragut, amiral de Soliman alors allié de la France. L'inscription trouvée dans une ancienne maison voisine de la citadelle porte : Henri II, par la grâce de Dieu roi de France et seigneur de l'île de Corse, l'an de grâce 1554. »

— Antoine Claude Valery in Voyages en Corse, à l'île d'Elbe et en Sardaigne, 1837 - p. 167.

Plusieurs monuments sont consacrés à NapoléonModifier
Autres monuments commémoratifsModifier
  • Monument commémoratif du premier Consul[122].
  • Monument commémoratif du Général Abbatucci[123].
  • La statue du commandant L'Herminier (devant la gare maritime), commandant du sous-marin Casabianca qui participa activement aux combats pour la libération de la Corse dès .
  • Monument commémoratif du cardinal Fesch[124].
  • Monuments aux morts et plaques commémoratives[125],[126].
Patrimoine religieuxModifier
Patrimoine civilModifier
  • La vieille ville et le Borgu sont typiquement méditerranéens avec leurs rues étroites et pittoresques.
  • Le palais Fesch-musée des Beaux-Arts abrite une très importante collection de peintures italiennes de la Renaissance[135].
  • Le musée A Bandera Musée d’Histoire Corse Méditerranéenne[136].
  • La bibliothèque municipale conserve de nombreux incunables des XVe et XVIe siècles[137].
  • Le palais Lantivy, sur le cours Napoléon, palais italien siège de la préfecture de Corse[138].
  • Le quartier dit « des Étrangers » comporte nombre d'anciens palaces, de villas et de bâtiments autrefois construits pour les hivernants anglais à la Belle époque, comme l’église anglicane ou le Grand Hôtel Continental. Certains des bâtiments ont été détruits pour l'édification d'immeubles modernes. Le quartier conserve tout de même une belle architecture et reste très agréable à visiter.
 
Bibliothèque municipale.
  • Hôtel de ville[139].
  • Le square Pierre-Griffi (devant la gare ferroviaire), héros de la Résistance corse, l'un des membres de la mission secrète Pearl Harbour, première opération lancée en Corse sous l’Occupation pour coordonner la Résistance.
  • Ancien hôtel de luxe du XIXe, le Cyrnos Palace (sur le cours Grandval)[140], célèbre palace de la belle époque dans le quartier des étrangers, aujourd'hui transformé en logements.
  • L'ancien Grand Hôtel Continental est construit entre 1894 et 1896 sur les plans de l'architecte Barthélémy Maglioli. Hôtel de luxe situé cours Grandval[141], il comporte cent chambre avec salle de bain, des colonnades en trompe-l’œil, une salle à manger monumentale et un parc de 12 000 mètres carrés. L'écrivain Victorien Du Saussay le décrit comme « le palais moderne de la ville ». Le gotha européen s'y presse et on compte parmi les clients l'empereur d'Autriche François-Joseph et sa femme Sissi, le duc de Saxe Georges II ou encore l'écrivain Joseph Conrad[142]. Il accueille de nos jours le siège de la Collectivité de Corse.
  • Phare des îles Sanguinaires aussi appelé phare du golfe d'Ajaccio[143].
  • Ancien Lazaret d'Aspretto[144].

Patrimoine naturelModifier

  • Archipel des Sanguinaires:
    • La route des Sanguinaires longe toute la côte sud-ouest de la ville, après la plage Saint-François. Elle est bordée de belles villas et de criques et plages. En bordure de la route se situe le cimetière d'Ajaccio, avec la tombe de Tino Rossi.
    • Au débouché de la route des Sanguinaires se situe la pointe de la Parata avec à proximité l'archipel des Sanguinaires et son phare.
  • Le sentier des Crêtes, qui part du centre-ville permet une randonnée facile et offre de splendides panoramas sur le golfe d'Ajaccio. Les rives de ce dernier sont parsemées d'une multitude de plages et petites criques idéales pour la baignade et la plongée sous-marine.
  • De nombreux petits sentiers à travers le maquis maillent le territoire de la commune.

Dialecte ajaccienModifier

Le génoisModifier

Le génois a été la langue des premiers Ajacciens de 1492, ce n'est que cent ans plus tard que des familles de toute la Gravona, Prunelli, Cinarca et Ornano se sont installés à Ajaccio et ont contribué au changement du parler local.

L'aghjaccinuModifier

  • Le parler des Ajacciens est nommé l'aghjaccinu.

Culture populaireModifier

CinémaModifier

Films tournés à Ajaccio :

MusiqueModifier

HéraldiqueModifier

Le blason d'Ajaccio se blasonne ainsi : D'azur à une colonne sommée d'une couronne d'argent, accostée et supportée par deux lions affrontés d'or, le tout posé sur une terrasse de sinople.

En 1575, le Sénat de Gênes avait concédé à la cité d'Ajaccio des armoiries « d'azur » à la colonne d'argent surmontée des armes de Gênes, accostée de deux lévriers blancs.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles de revues
Ouvrages généraux sur la Corse
Ouvrages sur l'histoire d'Ajaccio
  • Francis Pomponi (dir.), Histoire d'Ajaccio, Ajaccio, La Marge, , 417 p. (ISBN 2-86523-096-1).
Sitographie

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Prononciation en italien standard retranscrite selon la norme API.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Le site de l'ancienne cité se trouve à Lucciana en Haute-Corse.
  5. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

RéférencesModifier

  1. a et b José Martinetti 1995, p. 46.
  2. a b et c Antoine Albitreccia 1938, p. 361.
  3. a b et c Odette Conchon 1985, p. 14.
  4. Odette Conchon 1985, p. 16.
  5. Odette Conchon 1985, p. 18.
  6. Antoine Albitreccia 1938, p. 362.
  7. Rivière De Ponte Bonellu
  8. Cours d'eau traversant le territoire d'Ajaccio
  9. Fiche du poste 20004002, contenant les données publiques de la station Météo-France, consulté le 24 octobre 2015.
  10. Table climatique
  11. Météo France.
  12. Site de MétéoFrance.
  13. « Fiche du Poste 20004002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  14. a b c et d Laurent Carroué, « Corse », dans Laurent Carroué (dir.), La France des 13 régions, Paris, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-61536-9), p. 285-292.
  15. [1] Itinéraires ViaMichelin.
  16. Communauté d'agglomération du Pays ajaccien.
  17. www.ca-ajaccien.fr et version en cache Google.
  18. Aéroport d'Ajaccio Napoléon Bonaparte
  19. « Ajaair » (consulté le ).
  20. a b et c Solange Montagné-Villette, « Corse », dans Ouvrage collectif, La France : Les 26 régions, Paris, Armand Colin, (ISBN 978-2-20024-663-1), p. 111-118.
  21. a b et c Chambre de Commerce et d’Industrie d’Ajaccio et de la Corse du Sud.
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Unité urbaine 2020 d'Ajaccio », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  26. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  27. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le ).
  29. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  30. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  31. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  34. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  35. Plan local d'urbanisme
  36. charte d'écoquartier du Finosello
  37. "La France des villes", de Fabriès-Verfaillie et Stragiotti, 2000.
  38. Site Officiel de la ville d’Ajaccio.
  39. Commune : Ajaccio sur sig.ville.gouv.fr
  40. Reportage télé d'André Maurice, 1975 https://www.facebook.com/ajacciounevilleunehistoire/videos/serie-annees-701975-les-grands-travaux-de-la-villeon-%C3%A9vite-de-d%C3%A9raper-merci-/687065898100348/
  41. Exemple : Décision du Conseil d'État du 2 juin 1995 (sur déféré préfectoral contre permis de construire de la société Diamant Immobilier) https://www.legifrance.gouv.fr/ceta/id/CETATEXT000007903947?dateDecision=&init=true&page=1&query=ajaccio+urbanisme+d%C3%A9molition&searchField=ALL&tab_selection=cetat
  42. PADDUC, annexe 7, Espace n°2A23 https://www.aue.corsica/Le-Padduc-dans-son-integralite_a47.html
  43. ZNIEFF St-Antoine-Salario-Scudo, Inventaire National du Patrimoine Naturel https://inpn.mnhn.fr/zone/znieff/940013186
  44. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - page 287 - (ISBN 2600028838).
  45. Daniel Istria 2010, p. 335.
  46. Daniel Istria 2010, p. 336.
  47. a et b Daniel Istria 2010, p. 337.
  48. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 85.
  49. Daniel Istria 2010, p. 340.
  50. a b c et d Daniel Istria 2010, p. 342.
  51. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 89.
  52. a et b Daniel Istria 2010, p. 344.
  53. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 116.
  54. a b et c Antoine Albitreccia 1938, p. 363.
  55. a b et c Daniel Istria 2010, p. 327.
  56. Daniel Istria 2010, p. 345.
  57. Daniel Istria 2010, p. 343.
  58. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 133.
  59. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 135.
  60. Antoine Albitreccia 1938, p. 364.
  61. a b et c Antoine Albitreccia 1938, p. 365.
  62. a et b Daniel Istria 2010, p. 329.
  63. a b et c Antoine Albitreccia 1938, p. 367.
  64. a b et c Francis Arzalier 1993, p. 472.
  65. Francis Arzalier 1993, p. 479.
  66. Francis Arzalier 1993, p. 480.
  67. Francis Arzalier 1993, p. 482.
  68. Francis Arzalier 1993, p. 483.
  69. Francis Arzalier 1993, p. 484.
  70. a et b Francis Arzalier 1993, p. 486.
  71. a et b Robert Colonna d'Istria 2019, p. 211.
  72. a b c et d José Martinetti 1995, p. 47.
  73. a b et c Antoine Albitreccia 1938, p. 368.
  74. a et b Antoine Albitreccia 1938, p. 370.
  75. « Loi du 5 août 1850 », sur criminocorpus.org (consulté le ).
  76. a b et c José Fanchi, « Le bagne oublié de Saint Antoine : Une colonie horticole pas comme les autres », sur www.corsenetinfos.corsica, (consulté le ).
  77. a et b Frédéric Scarbonchi, « Un cimetière pour enfants exhumé par les citoyens à Ajaccio », sur www.corsematin.com, (consulté le ).
  78. Antoine Albitreccia 1938, p. 366.
  79. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 224.
  80. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 247.
  81. Hélène Chaubin 2004, p. 85.
  82. Hélène Chaubin 2004, p. 79.
  83. a et b Hélène Chaubin 2004, p. 88.
  84. Hélène Chaubin 2004, p. 84.
  85. a b et c Robert Colonna d'Istria 2019, p. 249.
  86. « Ajaccio : La ville rend hommage à Fred Scamaroni, célèbre résistant », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  87. « 9 septembre 1943, jour de la Libération d’Ajaccio », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  88. Hélène Chaubin 2004, p. 90.
  89. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 254.
  90. a et b Janine Renucci 1962, p. 213.
  91. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 267.
  92. Robert Colonna d'Istria 2019, p. 268.
  93. « Mort d’Yvan Colonna : la manifestation pour le militant indépendantiste à Ajaccio dégénère », sur www.lemonde.fr, (consulté le ).
  94. a et b "La France des villes" de Fabriès-Verfaillie et Stragiotti, 2000
  95. « Tempête Fabien et inondations en Corse : 15 départements en alerte pour vents violents et pluie », sur www.leparisien.fr, (consulté le ).
  96. Site de l'Académie de Corse
  97. Les comptes de la commune
  98. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  99. « Décret n° 2014-229 du 24 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Corse-du-Sud », sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le ).
  100. (en) « Twinnings of Larnaka » (consulté le )
  101. « Villes Jumelées avec Ajaccio » (consulté le )
  102. Janine Renucci 1962, p. 212.
  103. Janine Renucci 1962, p. 209.
  104. CCI d'Ajaccio : aéroport.
  105. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  106. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  107. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  108. Académie de Corse.
  109. La France des villes de Fabriès-Verfaillie et Stragiotti, 2000
  110. Castelluccio - Établissement Public de Santé.
  111. Diocèse d'Ajaccio
  112. Les lieux de culte d’Ajaccio
  113. Culte protestant chapelle Sainte-Lucie
  114. L’Église protestante unie de Corse
  115. Locaux situés au 38 rue du Vitullo à Ajaccio
  116. Ajaccio : Hanouka célébrée pour la première fois en public
  117. Notice no PA00099062, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  118. Monument commémoratif de Napoléon et de ses frères
  119. Maison de Napoléon Bonaparte
  120. Monument commémoratif de Napoléon 1er
  121. Chapelle Impériale
  122. Monument commémoratif du premier Consul
  123. Monument commémoratif du Général Abbatucci
  124. Monument commémoratif du cardinal Fesch
  125. Monument aux morts Conflits commémorés : Guerre 1914-1918
  126. Monuments aux morts et plaques commémorative s]
  127. Cathédrale Santa Maria Assunta ou cathédrale Notre-Dame
  128. Ajaccio, cathédrale, Orgue de la cathédrale de Cavaillé-Coll (1849) - Cicchero (1997).
  129. Le père Joseph FINI, organiste titulaire de la Cathédrale
  130. Baptistère paléochrétien de Saint-Jean
  131. « Baptistère paléochrétien de Saint-Jean », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  132. « Chapelle Impériale », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  133. Chapelle des Grecs (chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel)
  134. « Oratoire Saint-Jean-Baptiste », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  135. Palais Fesch
  136. Musée A Bandera
  137. Bibliothèque municipale. Salle patrimoniale. Ajaccio. Bibliothèque Fesch - Ajaccio
  138. Palais Lantivy
  139. Hôtel de ville
  140. Hôtel Palace-Cyrnos
  141. Grand Hôtel
  142. : Véronique Emmanuelli, « Histoire : au temps du Grand Hôtel d'Ajaccio Continental », sur corsematin.com, (consulté le ).
  143. Phare des îles Sanguinaires aussi appelé Phare du golfe d'Ajaccio (Etablissement de signalisation maritime n°1552/000)
  144. Ancien Lazaret d'Aspretto
  145. Notice de Ajacciu bellu sur Rate Your Music.