François Coty

parfumeur, homme d'affaires, mécène, personnalité politique et patron de presse

François CotyJoseph Marie François Spoturno le à Ajaccio (Corse) et mort le à Louveciennes (Seine-et-Oise), est un industriel parfumeur français, fondateur de l'entreprise de parfums Coty, aujourd'hui multinationale. Il est considéré comme le père fondateur de l'industrie moderne de la parfumerie.

François Coty
Image dans Infobox.
Portrait photographique de François Coty par André Taponier.
Fonctions
Maire d'Ajaccio
-
Paoli (en)
Campiglia (d)
Sénateur
Corse
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière des Sanguinaires (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Joseph Marie François SpoturnoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activités
Enfant
Roland Coty, Christiane Coty et 5 enfants naturels[1].
Parentèle
Henri R. Coty (d) (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Religion
Date de baptême
Partis politiques
Archives conservées par
Sceau de François Coty.svg
sceau
Œuvres principales
signature de François Coty
signature

À la veille de la Première Guerre mondiale, sa réussite financière fait de lui l'un des hommes les plus riches de France, ce qui lui permet d'agir en mécène, de collectionner demeures historiques et œuvres d'art et d'aspirer à une carrière politique.

Après-guerre, il acquiert une grande influence politique par l'entremise de la presse de droite dont il contrôle plusieurs grands journaux. Parmi ceux-ci figurent Le Figaro, Le Gaulois et L'Ami du peuple, organe nationaliste, xénophobe, antisémite et anticommuniste.

Redoutant l’extension du communisme, il subventionne divers mouvements de droite et d’extrême droite parmi lesquels l'Action française dont il s’éloigne en 1928. En 1933, face à une classe politique qu’il estime incapable, il publie un projet de réforme de l’État et fonde son propre mouvement Solidarité française, qui se radicalise après sa mort.

Conséquence de son divorce, du coût de son empire de presse et des retentissements de la crise économique de 1929, sa fortune est grandement amoindrie à sa mort.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Né à Ajaccio[2] en 1874, dans une famille de notables corses originaire de Ligurie et implantée sur l’île depuis le XVIe siècle[3],[N 1], François Coty est élevé par sa grand-mère Anne Marie Belon (ou Beloni), sa mère, Marie, étant morte alors qu'il était encore enfant et son père, Jean-Baptiste, ayant été porté disparu après insoumission militaire[7].

Âgé de onze ans, il quitte son île natale à l'automne 1885 avec sa grand-mère, seulement muni d'un certificat d'études primaires[8], il s'installe à Marseille, où il est probablement vendeur en « sachets de corsage odoriférants »[9],[10]. Après avoir effectué son service militaire (1896-1898), il arrive en 1898 à Paris[11], où il devient attaché parlementaire non rémunéré[12] d'Emmanuel Arène, député républicain de la Corse, puis sénateur[13]. Il est alors introduit dans les milieux influents parisiens[14],[N 2].

Le , alors que Paris accueille l'Exposition universelle qui célèbre, entre autres, la mode et la parfumerie françaises[16], il épouse à la mairie du 6e arrondissement de Paris Yvonne Alexandrine Le Baron (1880-1966)[N 3] et s'installe définitivement dans la capitale[18].

 
Publicité, 1902.

Il lance grâce à un prêt de sa grand mère une première entreprise de parfumerie qui se révèle au bout d'un an être un échec[16]. Il passe une partie de l'année 1903 à l'école de parfumerie créée par la maison Chiris à Grasse[16],[17], où, auprès de Georges Chiris (1872-1953)[19], fils de Léon Chiris[20], il s’initie aux matières premières naturelles et aux produits de synthèse[19], ainsi qu'aux opérations de distillation et d'extraction[21].

Revenu à Paris, il vend aux barbiers de la capitale des essences qu'il fait venir de Grasse. Puis il installe un premier laboratoire artisanal dans son petit appartement du boulevard Raspail. Pour la présentation de ses créations, son épouse, Yvonne agrémente les flacons de rubans et de satin, ayant été modiste, comme sa mère Virginie, aux Grands Magasins du Louvre[22],[23]. En 1904, il utilise deux des produits de synthèse qu'il a étudiés à Grasse[16] pour créer son premier succès de parfumerie, La Rose Jacqueminot. Selon une anecdote dont la véracité n'est pas établie, l'odeur d'un flacon brisé dans un grand magasin, peut-être par Coty lui-même, par accident ou délibérément, attire la clientèle et lui vaut une commande de 12 flacons[16],[24]. C'est à cette époque qu'Emmanuel Arène lui conseille d'utiliser le nom de sa mère, Coti, adapté en Coty, pour la commercialisation de ses parfums[18].

Industriel de la parfumerieModifier

 
Vue aérienne de l'usine Coty à Suresnes, circa 1930.

Élisabeth de Feydeau souligne qu'il transforme les processus habituels de création du parfum, organise son industrialisation à une plus grande échelle et en étend la clientèle à la bourgeoisie. C'est surtout la détermination de Coty à élargir le marché du parfum qui le distingue. Il considérait toujours le parfum comme un luxe, mais il voulait le vendre à une clientèle plus large[25], et même aux milieux plus modestes, tout en recherchant une « puissance et [une] clarté qui faisait défaut aux parfums existants » et en créant « les familles olfactives modernes principalement les familles florale, ambrée et chyprée »[26]. Il est à ce titre considéré comme le « père fondateur de l'industrie moderne de la parfumerie »[27].

François Coty associe les essences naturelles à des produits de synthèse[28],[29], que les progrès de la chimie organique permettent depuis le XIXe siècle de produire à bon marché[30],[31], en se fournissant auprès de sociétés comme Firmenich[32] ou De Laire[33] .

En 1904, il crée sa société, puis à partir de 1909, sur les bords de la Seine, à Suresnes, sur une partie des terrains du château de la Source, il crée son usine, la « Cité des parfums »[34],[35]. Elle sera suivie de nombreuses autres installations industrielles : dans l'île de Puteaux pour les conditionnements métalliques, à Neuilly-sur-Seine pour les boîtes de cuir et de carton, à Pantin et aux Lilas pour les flacons. À l'instigation de sa belle-mère, Virginie Le Baron (née Dubois), il met en place une intégration verticale de la production[36]. Coty gère le personnel de ses usines de manière paternaliste[37],[38], mettant en œuvre ce que notent Patrice de Sarran[37], Jean-Marie Maroille de la Société historique de Suresnes[39] et que Ghislaine Sicard estime être « une véritable politique d’assurance sociale, avec caisse de retraite, [...], horaires aménagés pour les jeunes mères »[38].

 
Flacon Lalique Ambre Antique pour Coty (circa 1910).

Tout en n'étant pas le premier parfumeur à s’intéresser à la qualité esthétique du flaconnage, « c’est bien François Coty qui le premier expose des flacons comme s'il s’agissait de joyaux lors de l'exposition universelle de Bruxelles de 1910 », rappelle Rosine L’Heureux [40],[41], François Coty comprend l’importance pour les ventes, du conditionnement, de l'emballage, de la présentation[42]. On lui attribue l'affirmation qu'un « parfum se regarde autant qu'il se sent, il est objet avant d'être senteur »[41]. Il fait appel à l'artiste verrier René Lalique, qui crée pour lui le flacon de L’Effleurt, puis celui d’Ambre Antique, mais aussi à Baccarat et au décorateur Léon Bakst[43] ou au peintre Jean Helleu pour les emballages ou affiches publicitaires[17]. Les étiquettes en papier gaufré doré à chaud sont imprimées par la maison Draeger. Il résume ainsi sa philosophie commerciale :

« Donnez à une femme le meilleur produit que vous puissiez préparer, présentez-le dans un flacon parfait d’une belle simplicité, mais d’un goût impeccable, faites le payer un prix raisonnable, et ce sera la naissance d’un grand commerce tel que le monde n’en a jamais vu[44]. »

Cette attention au conditionnement, plus coûteux que le contenu du flacon, deviendra, selon l’historien des entreprises Geoffrey Jones (en), une caractéristique fondamentale de l'industrie de la parfumerie[45].

Il remporte de grands succès commerciaux avec La Rose Jacqueminot (1904), un soliflore associant un absolu de rose de mai à deux composants de synthèse[46], suivi de L'Origan (1905), le premier parfum contenant de l'ionone, vendu dans un flacon conçu par Baccarat avec une étiquette dessinée par Lalique[47],[48]. Viennent ensuite Ambre Antique (1905) ; Annick Le Guérer souligne que ces parfums sont « contemporains du « fauvisme », mouvement qui se constitue autour de Vlaminck, Derain, Matisse et privilégie l’éclat, la violence de la couleur, ces parfums ont toute l’audace et la force de ce courant pictural. Ils reflètent aussi le côté impulsif d’un homme au caractère complexe, étonnant mélange de timidité et de dureté, de générosité et d’exigences parfois despotiques »[2]. ils sont suivis par Le Muguet (1910), Lilas blanc (1910), Iris (1913), (soliflore), et surtout Chypre, lancé en 1917[49],[50],[51], qu’Edmond Roudnitska décrit comme un « chef d’œuvre d’harmonie, de délicatesse et de goût »[52], qui donne naissance à une nouvelle famille olfactive, et dont le succès durera des décennies. Son souhait est que « chaque femme ait sa propre fragrance subtile, celle qui convient à son style et qui exprime réellement sa personnalité ». Parallèlement, Coty s'emploie à modifier les habitudes de consommation du parfum, qui était appliqué au XIXe siècle sur les vêtements ou sur un mouchoir, et dont il recommande l'usage directement sur la peau, une pratique jusqu'alors réservée aux femmes considérées de rang inférieur[45]. Ces innovations sont désapprouvées par les grands parfumeurs parisiens, le Syndicat national de la Parfumerie française lui refusant l’admission en son sein[16]. Selon Bertrand de Saint-Vincent, ce refus s'explique par le statut « d'outsider » autodidacte de Coty[53], en effet, en tant qu'étranger à l'industrie du parfum et au monde parisien, il a dû faire face à l'hostilité et au scepticisme[16].

 
Poudrier et poudre Coty.

Il diversifie également sa gamme avec, outre des parfums, des crèmes, des savons, des sels de bain, des rouges à lèvres[54]et même de la papeterie, devenant un précurseur d'une ligne de produits parfumés de la même marque[25]. La poudre « L'Origan », dans sa célèbre boîte orange et blanc, se vend à 16 millions d'exemplaires par an en France[55] avec 30 000 poudriers métalliques par jour rien qu’aux États-Unis[17].

Ce succès suscite des contrefaçons[56],[57],[58].

 
Publicité pour une contrefaçon, 1920.

Selon l'usage de la profession à l'époque, François Coty vend ses produits dans ses propres magasins, ouverts en 1905 rue La Boétie et au 23 place Vendôme à Paris. Il innove également en distribuant, de manière atypique dans l'industrie française de l'époque, des produits à d'autres détaillants, cherchant à construire un marché national, et plus tard international, vendant y compris aux grands magasins, employant à cette fin 7 vendeurs professionnels en 1907, comme les Britanniques et les Américains le faisaient déjà[25].

 
Catherinettes devant la boutique du 23, place Vendôme en 1922.

Le succès est « foudroyant », François Coty a désormais des dépositaires en province, participe aux expositions internationales ; Bruxelles en 1910, Kiev en 1913, il prend position à l’exportation et fait des affaires à l’étranger[17]. À la veille de la Première Guerre mondiale, les parfums Coty sont no 1 dans le monde, avec des succursales à Moscou, New York [N 4], Londres et Buenos Aires[60], et François Coty est déjà très riche. En 1913, son agent exclusif aux États-Unis, depuis 1910, Benjamin Levy, l’assiste dans la création de la Coty Inc. dans le Delaware[61]. En 1917, dans la tourmente de la Révolution russe, ses magasins, usines, stocks, comptes et dépôts au Crédit Lyonnais de Moscou (soit près de 4 millions de francs de l’époque) sont confisqués par les bolcheviques[62],[63].

Durant la Première Guerre mondiale, il soutient l'association Les Jouets de France, créée en 1917 par son ami François Carnot (fils du Président Sadi Carnot). Dans les usines de l'Île de Puteaux, qu'il finance, des menuisiers forment des mutilés de guerre pour créer et assembler des jouets en bois pour les enfants[64]. Selon Elizabeth Coty et Roulhac Toledano, il accueille également les blessés de guerre dans sa résidence de Longchamp (située non loin de son usine suresnoise) et au château d'Artigny[65].

En 1918, pour relancer les ventes, François Coty a l'idée de conditionner ses parfums en petits flacons, adaptés au marché des cadeaux de soldats revenus du front.

En 1923 la Coty (England) Ltd est créée avec une usine à Brentford[61], et François Coty est un industriel puissant qui en 1924 transforme son entreprise française en SA dont le chiffre d’affaires va croitre et dégager des « profits fabuleux »[17].

En , le couturier Paul Poiret avait créé sa société de parfums, les Parfums de Rosine[66], devenant ainsi le premier couturier-parfumeur, à associer une ligne de parfums à ses créations de couture, bien avant Chanel[67]. Ses parfums étaient produits par la la société des parfums Rallet à Cannes La Bocca[68]. En , François Coty, qu'il ne connaissait précédemment pas, lui fait, dans le cadre d'un entretien « bref et sans suite »[69], une offre d'achat qu'il décline[70],[71]. En 1926, François Coty rachète la société de parfums Rallet[72].

 
Coty. Inc, stock.

À partir de 1922, la société américaine Coty conditionne les parfums Coty aux États-Unis, avec des jus français et de l'alcool américain, afin d'éviter les droits de douane imposés aux États-Unis sur les parfums français[73]. Ainsi, les parfums sont vendus au même prix qu'en France[73]. Des points de vente sont ouverts dans plusieurs villes dont Chicago, San Francisco et Memphis[73]. Le bénéfice de la société américaine passe de 1 à 4 millions de dollars de 1923 à 1928, les ventes atteignant 50 millions de dollars en 1929, ce qui fait de Coty le leader de la parfumerie (à l'exception des produits de toilette) sur le marché américain[73]. Grâce à cette expansion rapide, la société américaine acquiert la majorité des sociétés Coty européennes[73], « créant ainsi une entreprise cosmétique géante dont le siège légal, se trouvant aux États-Unis, lui donne accès aux principaux marchés américains »[74].

En 1929, la société Coty est touchée par la crise économique, dont l'effet est aggravé par la réaction de la société, qui réduit fortement ses prix pour essayer de maintenir ses volumes de vente, ce qui entraîne une dépréciation de la marque en termes de prestige et de luxe, les ventes américaines atteignant néanmoins 3,5 millions de dollars en 1933[75],[76]. François Coty, vilipendé par la presse française pour évasion fiscale après avoir créé des holdings suisses, se retire alors de la gestion de la société, désormais confiée à Vincent Roubert[77]. Selon Geoffrey Jones :

« Le ralentissement des activités de Coty peut s'expliquer à plusieurs niveaux. Si la dévalorisation de la marque a été clairement excessive, l'entreprise dans son ensemble était trop tributaire de son fondateur, alors même que sa taille croissante exigeait une gestion plus poussée. Au cours des années 1920, François Coty était resté obsessivement attaché au contrôle de tous les aspects de son entreprise en expansion [...] peut-être à l'excès. La redomiciliation de la propriété à New York et l'énorme concentration sur le marché américain ont peut-être aussi été un pas de trop[75]. »

Milliardaire, mécène et collectionneurModifier

En 1920, la fortune de François Coty se compte en centaines de millions de francs.

MécèneModifier

 
Dieudonné Costes devant son Breguet 19 modifié pour les grands raids et surnommé le Point d’Interrogation.

Coty commandite les aviateurs Costes et Bellonte, Joseph Le Brix et René Mesmin [78],[79], il aide le sport et finance l’équipe de France de bobsleigh et les jeux olympiques de 1928[80]. Il finance et soutient également des artistes comme Foujita[81], ainsi que l'Académie de France à Rome[82]. Après les Inondations de mars 1930 dans le bassin du Tarn, il fait construire et offre quatre fermes modèles aux agriculteurs méritants[83]. « En novembre 1932 grâce à la générosité de M. François Coty », Édouard Branly est doté d’un admirable laboratoire[84].

Il subventionne de nombreux projets en Corse[85],[86] mais s'y montre, selon Paul Silvani, « peu soucieux des arts », n'apportant notamment pas son soutien à Abel Gance pour la réalisation de son Napoléon[87],[88],[89]. Il donne des millions au Saint-Siège et à Pie XI pour sa lutte contre le communisme[90]. En 1926, il fait une offre de 100 millions de francs, au gouvernement en tant que contribution volontaire à la réduction de la dette publique, mais sous des conditions précises de participation et de regard[91]. Cette offre est qualifiée d’extravagante par Nicolas Delalande[92],[93]. Claire Blandin note toutefois que « de contestations juridiques en problèmes financiers, Coty ne verse rien de cette somme »[94], mais offre cent mille dollars à l’Hôpital français de New York[91], [N 5].

CollectionneurModifier

Dans les années 1920, François Coty compte parmi les plus importants propriétaires de France[17].

Le , François Coty acquiert pour 600 000 francs le château d'Artigny à Montbazon, près de Tours[96], remanié au XIXe siècle. Il fait raser les bâtiments et construire, douze mètres plus loin, entre 1912 et 1929, par Emmanuel Pontremoli entre autres architectes, un grand château dans le style du XVIIIe siècle, inspiré du château de Champlâtreux.

 
François Coty, son épouse, sa fille Christiane et son gendre Paul Dubonnet en 1918.

Il réside avec sa famille dans ce domaine de 1 300 hectares la moitié de l'année, « le maître » travaillant au premier étage, ce qui explique le choix de construire les cuisines sous les combles pour que les odeurs de cuisson ne viennent perturber l'élaboration des parfums[97]. Le décor intérieur est somptueux, avec une grande fresque du peintre Charles Hoffbauer (1875-1957), représentant la famille du parfumeur à un bal costumé et les actrices Mary Marquet, Edwige Feuillère, Cécile Sorel, les danseurs et maîtres de ballet Serge Lifar et Serge de Diaghilev, ainsi que le peintre Foujita[98],[99]. En visite au château d’Artigny, quelques années plus tard, le cinéaste Jean-Pierre Melville écrit dans le livre d’or que le château « apprend aux cinéastes que Citizen Kane n’était pas américain »[100]. D'immenses serres à orchidées sont construites dans les jardins à la française.

Il achète en 1921 l'hôtel particulier de l'urbaniste américain George Kessler, au 24-26, avenue Raphaël, considéré comme l’une des plus grandes réussites architecturales d’Ernest Sanson, qu'il utilise comme adresse postale, préférant résider à l’hôtel Claridge, 74 avenue des Champs-Élysées[101], où il reçoit ses amies ; des femmes anonymes ou plus célèbres telle Elvire Popesco[102]. Il y entrepose toutefois ses collections de meubles, objets d’art et tableaux, avec une prédilection pour le XVIIIe siècle. Jean-Marie Maroille observe que François Coty ne se montre pas sensible à l'évolution de la peinture de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, ses choix artistiques personnels contrastent avec ceux qu'il fait à titre industriel, et qui sont plus en phase avec son époque, en particulier avec l'école de Nancy et l’Art nouveau ; ils « sont plutôt ceux d'un roi et non d'un mécène de l'art contemporain »[103].

 
Pavillon de Louveciennes.

En 1923, il achète à Louveciennes, un domaine comprenant le pavillon édifié par Claude-Nicolas Ledoux en 1771 pour la comtesse du Barry, où, s'installant dans les communs, il entreprend d'énormes aménagements, inachevés comme dans la plupart de ses nombreuses autres maisons. Afin de créer en sous-sol un laboratoire de parfumerie, un générateur électrique, des cuisines et une piscine, il n'hésite pas à faire déplacer la demeure de plusieurs mètres, ce qui aura pour effet de la préserver, quelques années plus tard, d'un affaissement de la falaise au bord de laquelle elle avait été bâtie. Se croyant menacé en permanence, il équipa ses immenses caves de portes commandées par des cellules photo-électriques[97]. Comme pour celui de Bagatelle à Paris, l'aspect de cette folie néo-classique est altéré par l'ajout d'un étage dû à l'architecte Charles Mewès fils, (Charles Edouard Mewes, 1889-1968), afin de créer cinq chambres à coucher supplémentaires ; comme à Artigny, des serres tropicales sont créées, reliées au pavillon par des passages souterrains.

Dans les années 1920, François Coty possède également le château Sainte-Hélène à Nice[104], la villa Namouna à Beaulieu-sur-Mer et le château de la Grande Filolie à Saint-Amand-de-Coly. En Corse, il rachète la propriété de Barbicaja près d'Ajaccio qui avait été dans sa famille pendant plusieurs décennies[105],[106],[107], avec l'intention d'y développer la culture de fleurs et la propriété du Scudo à Ajaccio, où est invitée à séjourner Valentine de Saint-Point[108].

Presse et politiqueModifier

Après la Première Guerre mondiale[N 6], à l'orée de la cinquantaine, François Coty se lance en politique. Georges Bernanos résume cet engagement d'une phrase : « c'est un Birotteau qui se prend pour un César »[112],[113],[114]. Nationaliste, antiparlementaire, admirateur de Mussolini, anticommuniste[115],[116],[117],[N 7] et xénophobe, mettant à contribution sa grande fortune personnelle, il finance et acquiert plusieurs journaux et subventionne diverses organisations avant de fonder son propre mouvement, la ligue Solidarité française[119]. Selon Jean Plumyène et Raymond Lasierra,

« Il n'existe sans doute aucun autre exemple dans la vie politique française de ce genre de personnage, qui se prend pour l'éminence grise du fascisme français, puis pour un homme politique d'une envergure mussolinienne [...] On retrouve son nom et sa personne à l'origine de toutes les entreprises fascistes qui précèdent 1934[120]. »

Projet politique et électoral en CorseModifier

François Coty a d'abord des ambitions politiques dans son île natale, la Corse. En 1919, les grandes lignes du projet qu’il a conçu pour tirer l’île de son sous-développement et assurer sa prospérité sont publiées dans Le Petit Bastiais[121]. Le projet vise en particulier trois secteurs d’activité : l’industrialisation, le tourisme et la formation, avec également la création à Paris d’une « Maison de la Corse ». Il suggère la création d’un groupement de producteurs corses, la Coopérative Centrale Corse, qui doit en premier lieu se concentrer sur les cultures florales, en vue de la mise en valeur des richesses inexploitées de l’île. Ce regroupement de producteurs permettrait de rivaliser avec les productions provençales ou coloniales. Il crée ainsi à Nice La Banque de la Méditerranée afin de soutenir et encourager les entreprises corses. Il préconise par ailleurs l’union de tous les élus contre les clans[122].

En 1921, François Coty est élu conseiller général de Soccia dans l'arrondissement d'Ajaccio[123], il crée le quotidien L'Éveil de la Corse[124], et soutient financièrement le journal en langue corse A Muvra de Petru Rocca [125].

En 1923, il est élu sénateur de la Corse, mais son élection est contestée par son opposant, notamment pour des faits de corruption et l'implication du brigand Nonce Romanetti dans sa campagne[126],[127],[128],[129]. Après l'annulation de quatre suffrages de part et d’autre, huit suffrages en tout[130],[131], la majorité absolue n’étant désormais plus atteinte, l'élection est invalidée et le siège déclaré vacant par le Sénat l'année suivante[132],[130],[131]. Une autre élection est prévue en juin, mais Coty ne se représente pas[130].

En 1931, François Coty est élu maire d’Ajaccio comme candidat du parti bonapartiste, après avoir dépensé, selon le Canard enchaîné, 14 millions pour cette élection[133],[N 8], mais ne vient pas une seule fois au conseil municipal[135]. Durant ce mandat, François Coty collabore au journal L'Éveil de la Corse avec François Piétri, plusieurs fois ministre, et chef des Croix-de-Feu de l'Île. L'historien Francis Arzalier relève qu'entre 1931 et 1934, la ligne du journal s'éloigne du bonapartisme traditionnel et « multiplie les phrases admiratives pour la réussite du fascisme ou du nazisme », proposant notamment de « collaborer, fût-ce avec [l]es ennemis d'hier, au grand nettoyage que prépare la civilisation avancée » (janvier 1933) et, à propos des réfugiés allemands antinazis, de les « parquer dans un camp de concentration où on pourrait surveiller de près cette vermine » (mars 1933)[136],[N 9].

Patron de presseModifier

 
Ancien siège du Figaro dans les hôtels Bamberger et Lautrec, Rond-point des Champs-Élysées.

Pour devenir actionnaire principal du Figaro, dès 1919, François Coty se porte acquéreur de toutes les actions mises en vente par la SA Le Figaro. En 1921, il possède déjà 31 % du capital et en la majorité[138],[139],[140].

En devenant actionnaire principal du Figaro, François Coty poursuit des « objectifs bien précis relativement semblables à ceux qu’il s’est fixés en tant qu’industriel : démocratiser, élargir, internationaliser l’offre ; transformer le « vieux journal mondain » plutôt conservateur en un quotidien moderne ouvert au plus large public - en particulier les lecteurs de la presse communiste - diffuser ses idées politiques, dire « toute la vérité », dénoncer les scandales. », relève Claire Blandin[138]. Sous la direction de François Coty, l'importance des informations financières et économiques se développe ainsi que la rubrique sportive, la place accordée aux jeux, à la radio, avec la chronique TSF, au cinéma, la multiplication des suppléments thématiques ainsi que l’ouverture sur d’autres pays, toutes modifications qui, selon Claire Blandin, seront poursuivies par la suite[138]. Jacques Varin écrit que Coty « renou[e] avec le journalisme qu’il avait pratiqué pendant sa jeunesse »[141]. Tristan Gaston-Breton rapporte une information similaire : François Coty aurait « trouvé grâce aux relations de sa famille, une place de représentant de commerce en mercerie à Marseille puis de rédacteur dans un journal local »[54]. En revanche, plusieurs historiens soulignent qu'il n'écrivait pas lui-même ses articles. Fred Kupferman décrit son « incapacité à écrire » qui « l'obligeait à disposer d'une armée de porte-plume »[142]. Ralph Schor cite le journaliste du Figaro Louis Latzarus, selon lequel Coty est un « illettré » qui s'est « mis à écrire ou plutôt à signer des articles »[143]. Urbain Gohier, un des « nègres » de Coty[144],[145],[146], jugeait ce dernier, selon un propos rapporté par Patrice de Sarran et Claire Blandin, « dénué de culture et de tous moyens d'expression »[147],[148]. Le journaliste André Lang, tout en citant également ce propos, note toutefois que Coty « n'écrivait lui-même ses articles que lorsqu'il parlait de soi »[149],[147].

 
François Coty par Adrien Barrère, 1922.

En , François Coty installe le Figaro dans les immeubles du 12 et 14, Rond-Point des Champs-Élysées qu'il acquiert à cet effet[150]. D'après Claire Blandin, il commence par le moderniser et le relancer (20 000 exemplaires en 1921 ; 50 000 en 1928)[151]. Le Maréchal Lyautey est nommé conseiller de la rédaction[152], les « deux meilleurs chroniqueurs de Paris », Robert de Flers et Alfred Capus sont rappelés, l’ancien rédacteur en chef Louis Latzarus est congédié[153], [8],[N 10], et en 1925, Lucien Romier devient rédacteur en chef du Figaro, mais Coty se sépare de lui deux ans plus tard. À partir de la mort de Robert de Flers, le journal adopte une ligne éditoriale résolument à droite[N 11]. François Coty opère un changement de ton, utilisant le journal comme une tribune de combat, « il dénonce les complots occultes qui menacent la France, il vante les bienfaits du fascisme italien, félicite le régime nazi d’avoir écrasé le communisme et les syndicats marxistes ; car l’anticommunisme de François Coty prend de plus en plus le pas sur son hostilité à l’Allemagne »[156],[N 12]. Kim Perron estime que sous la direction de François Coty, qu'il qualifie de « grand admirateur du fascisme italien » et dont il juge les propres positions politiques comme fascistes, « le corporatisme, l'antisémitisme, la xénophobie, mais surtout l'anticommunisme représentent quelques-uns des thèmes récurrents que l'on retrouve dans Le Figaro »[158].

Selon l'historien Laurent Joly, pour expliquer la crise économique aux lecteurs, il s’appuie sur plusieurs mythes et stéréotypes et adopte « une ligne éditoriale sinueuse au service de l'« intérêt national », mais aussi de ses propres entreprises. ». L'industriel tempête contre l'administration fiscale et soutient la politique de réconciliation de Briand (et Chamberlain) tandis que la « xénophobie s'impose néanmoins d'emblée comme l'un des thèmes de prédilection du Figaro ». À partir de 1924, François Coty y mène campagne contre le capitalisme, la finance internationale, et contre le communisme par le biais d'articles « denses » et « souvent austères »[159]. D'après Pierre Milza, il ne reste qu'une dizaine de milliers de lecteurs en 1933 lorsque François Coty perd le contrôle du quotidien[160].

François Coty rachète également plusieurs journaux de province[161],[N 13], et en 1928 Le Gaulois, quotidien monarchiste, puis bonapartiste et républicain, qu’il fusionne avec Le Figaro pour en faire un puissant organe de rassemblement politique au service de la droite nationaliste[162],[163],[126]. La même année, il fonde le quotidien L'Ami du peuple, dont les bureaux sont installés rue Drouot. Destiné aux classes populaires, L'Ami du peuple est vendu moins cher que les autres journaux, Havas, distributeur parisien exclusif, refuse alors de lui donner la publicité en dépit d’une circulation d’un million par jour, et les messageries Hachette qui détenaient le monopole de la vente des journaux dans les kiosques parisiens et dans les gares refusent de le distribuer ; s’ensuit un procès retentissant intenté par Havas et les 5 plus grands quotidiens parisiens[164] parmi lesquels Le Matin, Le Journal, Le Petit Parisien et Le Petit Journal. Un arrêt de la cour en date du 9 avril 1930 donne gain de cause à François Coty qui reçoit, après un arbitrage mené par André Tardieu, des dommages-intérêts et se voit reconnaître le droit de publier et distribuer son journal[165],[166].

En 1930, le journal publie sa carte de visite indiquant : « François Coty, Artiste, Industriel-Technicien, Économiste Financier, Sociologue. Promoteur de la Croisade des Patries, auteur de la Réforme de l’État, prélude nécessaire à la reconstitution de l’ordre, de l’autorité, de la hiérarchie, de la discipline démocratique et sociale sans quoi ne peut subsister aucune grande nation du monde civilisé, Maire d’Ajaccio, deux fois élu Sénateur de la Corse »[167],[168]. Son premier biographe, l'historien Fred Kupferman (1934-1988) observe que « ses châteaux annonçaient le nouveau riche », que Coty dépense à perte des millions « afin d'imposer par le dumping ses vues et phobies de Mussolini français » à travers L’Ami du peuple, « journal lancé à deux sous » et constamment surveillé par le monde politique et la presse [169], diffusant, selon l'historien Ralph Schor les « thèmes majeurs » de l'extrême droite française des années 1930[170], dérangeant la droite et inquiétant la gauche[169]. La campagne que la gauche mène contre lui pendant plusieurs années, commence à porter ses fruits et les ventes de L'Ami du Peuple s'en ressentent de plus en plus[171].

 
Urbain Gohier en 1912.
 
Jacques Ditte en 1930.

Laurent Joly estime que François Coty donne à l'antisémitisme des années 1930 en France et à la xénophobie une médiatisation exceptionnelle grâce à la force de frappe de son quotidien[172]. Principal rédacteur de L'Ami du peuple, Urbain Gohier sert également de secrétaire particulier et de « nègre » à l'industriel, notamment dans le cadre d'une campagne de presse co-organisée avec l'avocat nationaliste Jacques Ditte et menée du 8 au . Le riche parfumeur signe ainsi six articles de Gohier qui exploite la théorie du complot judéo-bolchevique. La Ligue internationale contre l’antisémitisme fondée par Bernard Lecache en 1928, décide de tout mettre en œuvre pour lui faire échec. « La démarche est à la fois sincère et stratégique, il s’agit de mobiliser les militants face à un danger qui les concerne directement », et Coty est « l’épouvantail antifasciste idéal, comme plus tard le colonel de la Rocque »[172]. Bernard Lecache déclare en  : « Nos pères ont eu Drumont, et nous avons Coty »[173].

En mai 1933, François Coty proteste dans le Figaro contre la proposition du ministre de l'Éducation nationale, Anatole de Monzie, d'offrir à Einstein, fuyant l'Allemagne nazie, une chaire de physique théorique au Collège de France, déclarant que « le Collège de France n'a pas été créé pour hospitaliser tous les Israélites qui, se jugeant persécutés, se targueraient d'une science inaccessible au reste des mortels. [...] Le professeur Einstein est [...] un communiste militant »[174],[175],[N 14].

En juin 1933, après la publication dans Le Figaro et dans L'Ami du peuple d'articles affirmant que des associations d'anciens combattants juifs et de sportifs juifs étaient des paravents pour des organisations révolutionnaires, François Coty perd un procès en diffamation intenté par des associations d'anciens combattants juifs[177],[178]. Le mois suivant, en juillet 1933, il publie un article où il critique l'influence auprès de Franklin Delano Roosevelt de Bernard Baruch, dans laquelle il voit l'effet d'un complot du B'nai B'rith[179]. Le 10 septembre, il adresse à la communauté juive de Genève un télégramme de « rétractation de son antisémitisme » en demandant qu'il soit lu à une séance de préparation du Congrès juif mondial[180]. En juillet 1934, la condamnation pour diffamation de juin 1933 est confirmée en appel[181].

Ralph Schor dénombre près de 400 articles sur les étrangers publiés dans L'Ami du peuple entre 1928 et 1937, avec un pic en 1931 et le début de la crise économique (plus de 70 articles), fréquence sans équivalent dans la presse de l'époque, même à L'Action Française[182]. Dans le même article, Schor note toutefois que, dans la France de l'entre-deux guerres, certaines catégories sociales et diverses professions témoignaient une méfiance voire une hostilité marquée à l'égard des étrangers. Considérant que ces campagnes xénophobes furent bien reçues par les lecteurs, Schor demande, si L'Ami du peuple influence le public ou s’il est influencé par lui et considère que la réponse est assurément positive dans les deux cas[183].

Laurent Joly et Rita Thalmann qualifient L'Ami du peuple de « journal le plus xénophobe de son temps[184] », « véritable anthologie xénophobe et antisémite »[185]. L'historien Zeev Sternhell estime que le quotidien, avec 600 000 exemplaires vendus en 1933, joue un rôle fondamental « dans la formation du climat politique de l'époque » qui débouchera après la défaite de 1940 sur l'antisémitisme d'État du régime de Vichy[186]. Le publiciste Henry Coston rééditera en , dans un numéro spécial de La Libre Parole, plusieurs articles signés par François Coty durant la campagne de 1932, tout en le félicitant d'avoir - soi-disant - pressenti « l'avènement de la judéo-maçonnerie au pouvoir »[187]. Au début des années 1930, en conclusion d'une des éditions en français des Protocoles des Sages de Sion (à l’origine un faux fabriqué par l'Okhrana, la police politique du Tsar au début du siècle[188]),[189], il lance un appel aux Français : « Maintenant que vous connaissez le plan juif, qu’allez-vous faire ? Laisserez-vous votre patrie, votre famille, votre personne tomber sous la tyrannie juive ? Réfléchissez et si vous êtes un homme courageux, venez à nous. »[190].

François Coty doit vendre L'Ami du Peuple en janvier 1934, racheté par Havas entre autres, et perd le contrôle d'un Figaro en crise, lors d'une réunion extraordinaire de son conseil d'administration, annoncée par Charles de Beaupoil de Saint-Aulaire, le 4 octobre 1933 qui supprime la fonction de directeur[191].

Au total, selon l'universitaire Patrick Eveno, Le Figaro et Le Gaulois font perdre une centaine de millions à François Coty, à comparer avec les 500 millions que lui coûte L'Ami du peuple et les 425 millions de son divorce[192],[N 15]. En effet, le couple se sépare en 1929[198] ; en 1933, Yvonne se remarie avec Léon Cotnaréanu[199].

Soutien à différents mouvements et création de la Solidarité françaiseModifier

En parallèle, face à la gauche, après les résultats des élections législatives de 1924 et la montée des socialistes et des communistes à la Chambre, François Coty soutient et subventionne un temps différents mouvements de droite. L'historien Pierre Milza présente François Coty comme le principal financier de « l'ultra-droite des années trente », dans le cadre d'un engagement « dans la voie du putschisme fascisant »[200].

D'après les historiens américains Eugen Weber et Robert Soucy, entre 1924 et 1928, il a donné deux millions de francs au journal du mouvement monarchiste Action française[201],[202]. Il contribue également, selon Zeev Sternhell et Robert Soucy, à hauteur d'un million de francs au Nouveau Siècle, journal du Faisceau de Georges Valois[202],[203], l'historien français Yves Guchet estimant toutefois que les sources exploitées par ces deux historiens ne permettent pas de faire la lumière sur le montant exact de ce financement[204]. Valois et Maurras l'insulteront dès qu'il cesse ses financements[réf. nécessaire].

Jean d'Orléans, « duc de Guise », prétendant orléaniste au trône de France de 1926 à 1940, fit appel à lui pour servir de conseiller à son fils Henri d'Orléans, titré « comte de Paris » en 1929[205]. Il offrit en cadeau de mariage () à Isabelle d'Orléans-Bragance, future « comtesse de Paris », « qu’il considère comme la future reine de France, un magnifique diadème de feuillages en diamants sertis de sept grosses émeraudes cabochon »[206].

En 1927, à la suite du scandale des décorations mettant en cause le haut fonctionnaire Ruotteil, François Coty soutient financièrement la création de l'Association des membres de la Légion d'honneur décorés au péril de leur vie (faits de guerre et d'héroïsme civil) de Maurice d'Hartoy, qui s’installe dans les locaux de Figaro. L'association sera par la suite absorbée par le mouvement regroupant des anciens combattants français décorés de la Croix de guerre 1914-1918, les Croix-de-Feu. François Coty apporte son soutien financier à la création de cette dernière organisation en 1927 et met à sa disposition des locaux dans l'immeuble du Figaro[207],[208].

François Coty se déclare bonapartiste[209], nationaliste, fervent défenseur d'une République forte avec une prépondérance du pouvoir exécutif et l’usage de référendums, il regrette le rôle excessif du parlement, la centralisation et l’étatisme qui paralysent les initiatives. Pour faire connaître ses idées politiques, il rédige deux ouvrages, Contre le communisme et Sauvons nos colonies, le péril rouge en pays noir, publiés respectivement en 1928 et 1931 chez Grasset[164].

 
La Réforme de État, première page du Figaro du .

Selon l'historien allemand Klaus-Jürgen Müller, une analyse du contenu de ses déclarations ainsi que du programme de La Réforme de l'État[210] révèle deux éléments déterminants ; premièrement « avec l'introduction du vote des femmes, le programme anticipait une institution de la IVe République, et avec l'idée d'un exécutif présidentiel fort, d'une réduction du rôle du parlement et l'introduction du plébiscite, il contenait déjà des éléments de la constitution de la VeRépublique ». « Il ne s'agissait nullement d'un refus de la République, de la démocratie et du parlementarisme, mais plutôt de l'expression d'une attitude protestataire envers une classe politique incapable de maîtriser la crise »[211]. À ses deux idées centrales venait s'ajouter un anticommunisme militant et « Coty répondait tout à fait aux tendances dominantes de l'heure. C'est là un fait dont, le plus souvent, il n'a pas été tenu compte par les chercheurs »[211].

Fred Kupferman le décrit entouré de courtisans, de parasites, d'aigrefins sachant tirer parti de sa fortune, mené en bateau par des politiciens plus aguerris que lui[212], isolé dans le monde politique et dans le patronat de presse. Cette situation d'« homme seul »[213], conforme à l’idée de François Coty qui se verrait bien en homme providentiel, est exaltée par son ami Albert Surier dans le journal ajaccien L'Éveil de la Corse, le décrivant dressé contre la « horde » des partis politiques [...], bien qu'il ne reste « qu'un franc-tireur, contesté au sein même de sa famille politique et raillé par bien des observateurs », déclare l'historien Jean Garrigues[214].

Dans ses journaux, il critique vivement la politique internationale de son pays, soulignant ses faiblesses et enjoignant les dirigeants à ne pas se contenter de la construction de la Ligne Maginot pour se protéger d’une Allemagne expansionniste. Il dénonce la politique menée par le gouvernement Hérriot avec l’URSS qui aboutit au pacte de non agression franco-soviétique de novembre 1932[215]. Après l’assassinat de Paul Doumer, un climat délétère s'intalle[216] et au printemps 1933 — dans un contexte où les gouvernements se succèdent les uns après les autres (six gouvernements de à ), constitués des mêmes hommes de la majorité, tour à tour institués puis discrédités, l'inflation et la politique déflationniste et un régime décrédibilisé par une succession de scandales politico-financiers tels l'affaire Hanau, l'affaire Oustric —, l'industriel fonde son propre mouvement : la Solidarité française[126],[128] avec, parmi les adhérents, des retraités, des rentiers, des chômeurs, des agriculteurs, des membres de la classe moyenne commerciale, des fonctionnaires et travailleurs de bas niveau, soit les groupes sociaux les plus durement touchés par la crise et les mesures prises par le gouvernement pour y faire face[217]. Le nombre d'adhérents, difficile à évaluer, se monte probablement à « plusieurs dizaines de milliers » en 1933-1934, chiffre que l'historien Gilles Lahousse estime « comparable à celui des disciples de Pierre Taittinger plus qu'à celui des partisans de Marcel Bucard »[218]. Le dans L'Ami du peuple puis le dans Le Figaro[210], François Coty publie un article intitulé La Réforme de l'État, présentant un programme global conçu comme un « prélude indispensable à la régénération de la nation tout entière »[128]. Ce programme est également affiché sur les murs de nombreuses villes et suivi à l'automne par la publication de 200 000 exemplaires d'une brochure le présentant, également distribuée durant des manifestations « à des fins d'agitation »[211]. Selon Gilles Lahousse, ce plan « n'a rien - ou presque - de révolutionnaire [...] Il s'inscrit tout bonnement dans la longue tradition issue de la Contre-Révolution, qui vise à restaurer la toute-puissance de l'exécutif aux dépens de la médiation politique[219]. » L'industriel y propose de renforcer le pouvoir du président de la République, qui reste cependant limité aux « traditionnelles fonctions régaliennes (défense, maintien de l'ordre, justice, diplomatie, etc.)[219]. Le président de la république est élu pour sept ans[219],[N 16], dans le cadre d'un suffrage universel caractérisé par un vote des femmes mais aussi par un « vote familial » exercé par le chef de famille et attribuant des voix aux enfants mineurs[220],[N 17]. Ce programme de base est développé dans les manifestations organisées par la Solidarité française et dont les « ordres du jour » sont adoptés par acclamation, par exemple le refus de reconnaître « les engagements internationaux acceptés dans un but de parti et contraires aux besoins du peuple français » ou l'appel à « un contrôle direct des députés, ces « requins de l'épargne », par le peuple[211]. Selon Klaus-Jürgen Müller, ces déclarations et ce programme révèlent « l'absence de représentation de certains intérêts socio-économiques et sa conséquence, le mouvement de protestation des catégories de la population socialement les plus faibles et les plus touchées par la crise »[211] ». Ils répondent à « un manque de représentation adéquate des intérêts socio-économiques de ceux qui étaient le plus durement touchés par la crise [...] et la protestation politique qui en résulte[217] ». Selon cet historien, les polémiques lancées par la Solidarité française sont « une instance classique de la manière dont l'antisémitisme, la xénophobie et la psychose de la conspiration n'étaient en réalité que des formules vides [...] Ces diatribes étaient complétées par la mise en accusation de l'incompétence du parlement : les parlementaires n'étaient plus capables de résoudre les problèmes économiques et sociaux »[222]. » Selon Robert Soucy, cette réforme est « au total plus bonapartiste que démocratique [...] mais elle n'en est pas moins indéniablement fasciste »[221], est au total plus bonapartiste que démocratique, mais elle n'en est pas moins indéniablement fasciste[223].

D'après l'historien Richard Millman, parmi les ligues qui participent à l'émeute antiparlementaire du , — qui suit les révélations de l’affaire Stavisky en janvier 1934 —, la Solidarité française ; chez les dirigeants des ligues, « seul Coty, en sécurité et loin du champ d'action, semble prêt pour un putsch »[224]. La pression et la menace de la rue parisienne aboutirent alors à un changement de majorité politique donnant a posteriori au 6 février son caractère insurrectionnel[225]. Selon Kupferman, le label « fasciste » est, à ce moment, apposé automatiquement par la gauche sur les ligues anciennes ou modernes[226].

À compter de 1934, après la mort de François Coty, le mouvement se radicalise sous l'impulsion de son successeur Jean Renaud en s'orientant, selon Lahousse, « vers un activisme de plus en plus fascisant »[227]. Selon Klaus-Jürgen Müller, un changement de l'équipe dirigeante s'accompagna d'une dénaturation des idées de Coty[211]. Jean Renaud « poursuivra les campagnes de dénonciation de la « tyrannie judéo-bolchévique » lancées par Coty dans sa presse », précisent Pierre-André Taguieff et Annick Duraffour[228].

Décès et inhumationsModifier

 
Mausolée familial.

François Coty s'éteint à Louveciennes, des suites d'une double congestion pulmonaire[24] et cérébrale[229], après des complications dues à une rupture d'anévrisme[230], le 25 juillet 1934, âgé de soixante ans[231]. Il est inhumé au cimetière de Montbazon, puis transféré à Ajaccio vers la fin des années 1960. Il repose dans l'ancien cimetière marin U Campu Santu di u Canicciu.

PostéritéModifier

 
Maison France 1936, affiche de propagande anti-maçonnique et antisémite. Zeev Sternhell, Pierre-André Taguieff et Laurent Joly voient une continuité entre François Coty patron de presse et l’antisémitisme postérieur à la mort de l’industriel[186],[187],[232].

« Coty mort, le cotysme s'écroule comme un château de cartes », écrit Fred Kupferman[233],[N 18]. Selon l'historien américain Dietrich Orlow (de), l'entreprise politique de François Coty et son empire de presse ne survivent pas à sa mort, ses héritiers ne souhaitant pas en continuer le financement[235]. Selon Laurent Joly, sa campagne antijuive lancée en 1932 joue un rôle précurseur de l’antisémitisme qui connaît un essor politique important au milieu des années 1930, annonçant « la période de l'Occupation et de l'« antisémitisme de plume » parisien » où s'illustreront encore les deux ex-rédacteurs de L'Ami du peuple, Jacques Ditte et Urbain Gohier[232].

Jean-Noël Jeanneney souligne que sa vie est une succession d'aventures plus ou moins réussies[236]. Avec Ford aux États-Unis et Emil Rathenau en Allemagne, François Coty est l’un des trois novateurs de l’époque, écrit Maurice de Waleffe[9]. Tristan Gaston-Breton estime qu’il a révolutionné l’industrie du parfum avec une réussite éclatante[54]. Claire Blandin considère que, si François Coty « fut et demeure un éblouissant parfumeur, […] un industriel audacieux et visionnaire », il était aussi un homme « qui se pensait tout-puissant parce que fabuleusement riche », mais que sa réussite ne « le prédisposai[t] en rien à devenir un grand patron de presse » ; elle rappelle que ses contemporains expliquaient ses « déboires » dans la presse par son « incapacité » à s'adapter à ses spécificités, voire son « obstination » à y appliquer les méthodes qui avaient fait son succès en tant qu'industriel[237].

Pour Geoffrey Jones, « François Coty se distingue comme un génie créatif durant les phases de formation de l’industrie [cosmétique] au début du XXe siècle.[…] Il s'est efforcé de créer une marque qui symbolise style et élégance, […] avant que la Grande Dépression n'éviscère ce qui était devenu la plus grande entreprise de beauté au monde. Coty était un personnage plus grand que nature »[238].

Pour Élisabeth de Feydeau, il a révolutionné profondément et durablement la conception des parfums[17]. Le seul regret du parfumeur, quant à lui, est de « ne pas être parvenu à capturer l'essence du chèvrefeuille »[54], confie-t-il à son amie Gérard d'Houville[239].

L'ex-épouse de François Coty devient la première actionnaire du Figaro dès 1934, elle cédera la moitié de ses actions, le , à un groupe constitué autour de Jean Prouvost et, en 1964, l'autre moitié au groupe Prouvost-Béghin.

Le 21 février 1935, peu de temps après la mort de François Coty, Armand Petitjean, son collaborateur, crée sa propre marque Lancôme[240] et débauche une partie de son personnel[241].

 
La belle Strasbourgeoise (vers 1703), aujourd’hui au musée des beaux-arts de Strasbourg[242].

La maison de Louveciennes est encore en chantier à la mort de François Coty en 1934. Du fait de sa situation financière préoccupante à cette date, conséquence du divorce engendré par ses frasques amoureuses[243], de son train de vie, de sa prodigalité[244], des retentissements de la crise de 1929 et du coût de son empire de presse, elle est placée sous séquestre, ainsi que le château d'Artigny. Les 30 novembre et 1er décembre 1936, ses collections d'art, qui comprenaient des pièces de Boucher, Greuze, Fragonard, Watteau, Reynolds[245], Perroneau, Demachy et Gainsborough, ainsi que des tapisseries d'Aubusson, des Gobelins, de Beauvais (Amphitrite, Thétis, Vénus, ces dernières désormais au siège de la Banque de France[246] ) et du mobilier de Mathieu Criaerd[247] sont vendues en 124 lots à la Galerie Charpentier à la requête d'un administrateur judiciaire près le tribunal civil de la Seine. Entre autres peintures La Belle Strasbourgeoise, un portrait de Nicolas de Largillierre[248], fut adjugé un million et demi de francs[249], un prix exceptionnel pour une œuvre de l’École française[250],[251]. Le tableau est aujourd'hui conservé au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg. Le château d'Artigny fut fermé jusqu'en 1939.

 
Coty Building (au centre), Cinquième Avenue.

En 1963, la société Coty est vendue à Pfizer[252], qui garde son nom ; la Société des Parfums Coty existe toujours aujourd’hui, elle détient des marques comme Calvin Klein, Chloé, Cerruti, Jennifer Lopez, Céline Dion, les parfums Adidas, Rimmel, et Lancaster[253]. Ses grandes créations, comme Chypre[254], qui donna son nom à la famille des parfums chyprés, Ambre Antique, L'Origan, Émeraude, l'Aimant, le jasmin de Corse ou son premier parfum la Rose Jacqueminot, peuvent toujours êtes sentis au Conservatoire international des parfums de Versailles.

Dans les années 1980, le bâtiment de Coty sur la Cinquième Avenue de New York est redécouvert, sauvegardé, et inscrit à la protection historique après la restauration des fenêtres signées Lalique[255].

L’« Association François-Coty », qui perpétue sa mémoire, remet chaque année un prix à un parfumeur, pour l’ensemble de son œuvre[256].

Le principal stade[257] de la ville d'Ajaccio porte actuellement son nom[258]. En septembre 2019 est inaugurée à Puteaux, la passerelle François Coty[259]. En décembre , le choix de la Mairie de Puteaux de dédier une passerelle à la mémoire de l'industriel de droite suscite une polémique[260],[261],[262].

PublicationsModifier

ParfumsModifier

Conservés à l'Osmothèque :

 
Affiche de Leonetto Cappiello pour La Rose Jacqueminot.
  • 1904 : « La Rose Jacqueminot » (décor flacon et étiquette conçus par Alphée Dubois, réalisé par Baccarat)[263].
  • 1905 : « L’Origan », « Ambre Antique », « La Jacée », Cologne «  Cordon Vert  »
  • 1906 : « Jasmin de Corse », « l’Ambréine », « La Violette Pourpre »
  • 1907 : « L’Effleurt »
  • 1909 : Cologne « Cordon Rouge »
  • 1910 : « Muguet », « Lilas Blanc »
  • 1911 : « Styx »
  • 1912 : « Au Cœur des Calices », « L'Or »
  • 1913 : « Iris », « Cyclamen »[264], « Héliotrope », « L'Entraînement »
  • 1914 : « Lilas Pourpre », « L'Œillet France », « Jacinthe », « La Violette Ambrée »
  • 1917 : « Le Chypre de Coty »
  • 1918 : Lance les parfums présentés en petite bouteille
  • 1920 : « La Feuillaison », « Eau de Coty »
  • 1921 : « Emeraude »
  • 1922 : « Idylle », « Moia », « Paris », « Le Nouveau Cyclamen »
  • 1924 : « Knize Ten » avec Vincent Roubert[265].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Famille apparentée aux Bonaparte[4], avec laquelle les Spoturno s'uniront à plusieurs reprises[5]. Patrice de Sarran note que François Coty fleurit pendant longtemps la tombe du Duc de Reichstadt[6].
  2. Les milieux politiques, littéraires et artistiques[15].
  3. Petite fille d’Alphée Dubois Grand Prix de Rome [17].
  4. Il installera en 1910 un magasin-salon au 712 5th Avenue (Midtown (Manhattan) où il fait appel, pour les vitrages des façades, à Lalique qui y réalise sa première œuvre architecturale[59].
  5. (2 500 000 francs de l'époque selon le Chicago Tribune)[95].
  6. Dans un climat de tension et d’instabilité résultant des pertes cruelles dans la population masculine du pays et du mécontentement suscité par plusieurs clauses du Traité de Versailles, entre autres, le ressentiment croissant envers les États-Unis pour avoir exigé le remboursement de l'aide financière accordée pendant la guerre[109]. La victoire a suscité un fort sentiment patriotique [110], mais le pays est considérablement appauvri, les anciens combattants éprouvent un sentiment d’ingratitude pour les sacrifices consentis et doivent faire face à des difficultés de réinsertion dans la vie civile, ce qui engendre des frustrations. Du fait des besoins liés à la reconstruction, l’arrivée d’étrangers pallie la faible vitalité démographique française[111].
  7. Selon l’universitaire Gilles Lahousse, « François Coty est souvent présenté par ceux qui l'ont connu comme un homme délicat, timide, réservé, esthète par certains côtés. Son métier le met constamment en relation avec une clientèle aisée et majoritairement féminine, ayant, a priori, le culte du luxe et du bon goût. Anglophile, il craint par-dessus tout l'Allemagne, qu'il pressent inexorablement belliqueuse, et le communisme, dont il redoute l'extension. Admirateur de Mussolini, il n'en reste pas moins attaché aux traditions politiques nationales : « Ma thèse est spécifiquement française, et ses applications strictement françaises ... Le fascisme est une formule spécifiquement italienne, conçue par un génie tout italien, pour la situation particulière de l'Italie au moment où les circonstances l'exigeaient. Le plan que je propose pour la réforme de l'État s'inspire uniquement des traditions, du passé, des besoins présents de la nation française et de sa culture millénaire, de ses mœurs et de ses vœux évidents » . Enfin, dernier point, mais d'importance, il ne connut guère le front puisqu'il fut rapidement démobilisé à la suite d'un accident qui lui fit perdre l'usage de l'œil droit[118]. ».
  8. Il contribue financièrement, entre autres, à l'électrification, à la construction d'HBM, à l'édification du monument aux morts de la Grande Guerre, de la ville d'Ajaccio et à la grotte de Napoléon, et soutient la création et le développement d’écoles de commerce, encourage la culture physique et fait un don en vue de la création d’un stade[134].
  9. Germanophobe, François Coty souligne dans le Figaro, que si les juifs français se disaient français, les juifs allemands pouvaient difficilement prétendre qu'ils n'étaient pas allemands. Curieusement, le comportement de certains juifs semble le confirmer. Dans sa contribution à l'ouvrage collectif La France et l'Allemagne 1932-1939, Rita Thalmann mentionne un juif allemand, Alfred Rosenthal, qui distribuait des films nazis […], un autre Samuel, plus connu sous le nom de Lucien Leeman, qui a utilisé son poste de directeur de la publicité d'une société cinématographique pour aider la propagande nazie en France, et un troisième, Walter Ruttmann, qu'elle décrit comme un agent de Goebbels[137].
  10. Peu de temps après, Louis Latzarus, rédige un pamphlet peu amène à l’égard de Coty ; évoquant la relation entre les deux hommes, Patrice de Sarran le caractérise comme un « ennemi juré du parfumeur »[154].
  11. En 1929, il renomme le journal « Figaro » (de 1929 à 1934), reprenant le nom que lui avaient donné ses fondateurs[155].
  12. L'historien Claude Quétel estime que Coty incarne « un exemple presque caricatural » de « diabolisation » du communisme, indiquant néanmoins que « mezza voce » toute la presse de droite dit la même chose que lui[157].
  13. Les multiples publications de l’empire de presse de François Coty, acquises par rachat, subvention, fusion et création, touchant à un large éventail de centres d’intérêt comprennent : L'Éveil de la Corse, Le Figaro, Le Gaulois, L'Intérêt français, Le Réveil des contribuables, La Tribune de l’électricien, le journal féministe La Fronde, L'Ami du peuple, L'Ami des sports, Les Enfants de France, L'Étudiant français, Le Coup de patte, Le Télégramme du Nord, L'Avenir du Loir et Cher, L'Indépendant de Tours, Le Journal du Loiret[155].
  14. Selon Simon Veille, depuis 1923, Einstein « soigne sa réputation d’homme de gauche »[176], selon Peter Hayes, pour François Coty, Einstein représentait un agent du bolchevisme international du fait de son bref rapprochement avec Henri Barbusse en 1932[137].
  15. Pour le règlement de son divorce en 1929, François Coty devait payer à son ex-épouse 425 millions de francs en trois versements[193], soit une coquette somme en argent liquide[194]. Il effectue le premier paiement le jour de la signature de l'accord[193]. Le second de 100 millions de francs est effectué un an plus tard. Ensuite, François Coty n'a plus assez de liquidités, et propose de verser le solde en dix annuités. Yvonne Coty insiste pour un paiement immédiat[195]. Pour couvrir les frais de défaut de paiement et autres dépenses — sur les recommandations de son nouveau mari Léon Costenareanu[196] —, elle exige tous les avoirs américains de Coty en mai 1934, deux mois seulement avant sa mort[197].
  16. Selon Klaus-Jürgen Müller cette disposition préfigure la constitution de la VeRépublique, de même que l'introduction du plébiscite[211]. Selon Gilles Lahousse, ce dernier point constitue au contraire une résurgence du « thème de la démocratie référendaire chère à la tradition plébiscitaire, dont l'objectif est de court-circuiter les corps intermédiaires par l'instauration d'un dialogue direct entre le souverain et son peuple »[219].
  17. Selon Klaus-Jürgen Müller, l'introduction du vote des femmes anticipe une institution de la IVe République[211]. Selon Daniella Sarnoff, cette organisation est au contraire significative du rôle politique dévolu aux femmes par les ligues : en « noyant » leur droit de vote dans un droit étendu du chef de famille, c'est à la paternité et non à la maternité qu'une prime politique est dévolue[220]. De son côté, Robert Soucy analyse le droit de vote consenti aux femmes comme un élément « démocratique, voire libéral », qu'il rapproche de la création d'une cour suprême garante des droits fondamentaux[221].
  18. Le « cotysme », c’est ainsi que dans sa thèse de 1965, Fred Kupferman nomme le système politique élaboré par François Coty[234].

RéférencesModifier

  1. Sicard-Picchiottino 2006, p. 208.
  2. a et b Annick Le Guérer, Le Parfum : des origines à nos jours, Odile Jacob, , 416 p. (ISBN 978-2-7381-8783-3, lire en ligne), p. 196, 197, 198.
  3. Toledano et Coty 2009, p. 34-35.
  4. Jean-Pierre Mattei , La Corse & le cinéma: première époque, 1897-1929 : le muet , A. Piazzola, , 296 p. (ISBN 9782907161251), p. 82.
  5. Sicard-Picchiottino 2006, p. 7.
  6. Sarran 1990, p. 7.
  7. Sicard-Picchiottino 2006, p. 9.
  8. a et b Maroille 2005, p. 10.
  9. a et b Maurice de Waleffe, « Derrière le cercueil de Coty », La vie à Paris - Paris-midi,‎ (lire en ligne).
  10. Maroille 2005, p. 11.
  11. Jones 2010, p. 29.
  12. Toledano et Coty 2009, p. 45.
  13. Arène, Êmmanuel, sénateur de la 3e Républiquesur Sénat.fr.
  14. Sicard-Picchiottino 2006, p. 21-29.
  15. Sicard-Picchiottino 2006, p. 25-26.
  16. a b c d e f et g Jones 2010, p. 30
    « His interest in perfume seems to have been inspired by the universal Exposition held in Paris In 1900 which included an extraordinary celebration of French fashion and perfumery. »
    .
  17. a b c d e f g et h Élisabeth de Feydeau, La Grande histoire du parfum, Larousse, (ISBN 978-2035969101), p. 60-61.
  18. a et b Maroille 2005.
  19. a et b Maroille 2005, p. 12.
  20. Mathilde Cocoual, « Élites et familles méditerranéennes influentes en politique, XIXe-XXe siècle : La famille Chiris : des industriels en politique, une politique d’industriels ? », Cahiers de la Méditerranée, no 92,‎ (lire en ligne).
  21. Sicard-Picchiottino 2006, p. 58.
  22. Sicard-Picchiottino 2006, p. 25 et 63.
  23. (en) Mary McAuliffe, Twilight of the Belle Epoque : The Paris of Picasso, Stravinsky, Proust, Renault, Marie Curie, Gertrude Stein, and Their Friends through the Great War, Rowman & Littlefield, , 432 p. (ISBN 9781442221642, présentation en ligne), p. 91, 92, 93
    « Coty’s wife sewed and embroidered the silk pouches with velvet ribbons and satin trim that contained the bottles and Coty drew on his sales skills. »
    .
  24. a et b Le Petit Journal, François Coty est mort à Louveciennes, 26 juillet 1934 via Retronews.
  25. a b et c Jones 2010, p. 31.
  26. Élisabeth de Feydeau (François Coty, le révolutionnaire), La Grande histoire du parfum, Larousse, (ISBN 978-2035969101), p. 71.
  27. Biusanté.Paris Descartes
  28. (en) Robert R. Calkin et J. Stephan Jellinek, Perfumery: Practice and Principles, John Wiley & Sons, (lire en ligne), p. 121.
  29. Annick Le Guérer, Le Parfum : Des origines à nos jours, Odile Jacob, (lire en ligne), p. 197.
  30. Eugénie Briot, « Le marché français des parfums artificiels au XIXe siècle, entre défiance et démocratisation », dans Nicolas Stoskopf, L’industrie chimique en question, Picard, (DOI 10.3917/pica.stosk.2010.01.0137)/
  31. Eugénie Briot, « « Le parfumeur millionnaire », notable et industriel parisien du XIXe siècle » », Revue d'histoire du XIXe siècle, no 34,‎ (DOI 10.4000/rh19.1352).
  32. Maroille 2005, p. 25.
  33. François Coty sur auparfum.com.
  34. Maroille 2005, p. 15.
  35. Sarran 1990, p. 15.
  36. Maroille 2005, p. 21.
  37. a et b Sarran 1990, p. 18.
  38. a et b Sicard-Picchiottino 2006, p. 123.
  39. Maroille 2005, p. 23.
  40. (en) Eugénie Briot, « From Industry to Luxury: French Perfume in the Nineteenth Century », The Business History Review, vol. 85, no 2,‎ (JSTOR 41301392).
  41. a et b Rosine Lheureux, Une histoire des parfumeurs: France 1850-1910, Champ Vallon, (lire en ligne), p. XV.
  42. La parfumerie française et l’art dans la présentation, Paris, La Revue des marques de la parfumerie et de la savonnerie, (lire en ligne), p. 35 à 37.
  43. (en)Coty powder compact designed by Leon Bakst, Museum of Applied Arts & Sciences.
  44. (en)Coty founders- François Coty.
  45. a et b Jones 2010, p. 32.
  46. Élisabeth de Feydeau, Le roman des Guerlain. Parfumeurs de Paris, Flammarion (lire en ligne), p. 157.
  47. Marc de Ferrière le Vayer, « L’industrie du luxe et la mode : du temps des créateurs au temps des communicants (fin XIXe, fin XXe siècle) », Apparences, no 1,‎ (DOI 10.4000/apparences.61).
  48. (en) J. Stephan Jellinek, The Psychological Basis of Perfumery, Springer, (lire en ligne), p. 96.
  49. Emilie Veyretout, « Il y a 100 ans, le Chypre de Coty changeait la face de la parfumerie », Madame Figaro,‎ (lire en ligne).
  50. Véronique Blamont, Souvenirs de parfums: Secrets et histoires de senteurs, FeniXX , ,  96 p. (ISBN 9782755522655, lire en ligne)
    « Un parfum de François Coty baptisé Chypre sorti en 1917. Il eut un tel succès qu’il est devenu le nom générique de la famille regroupant des parfums qui jouent sur des accords de mousse de chêne, ciste labdanum, patchouli et bergamote »
    .
  51. (en)Janet Flanner, Perfume and Politics, 25 avril 1930 sur The New Yorker.
  52. Edmond Roudnitska, L’Esthétique en question : introduction à une esthétique de l’odorat, PUF, , 264 p. (lire en ligne), p. 133, 172, 202.
  53. Bertrand de Saint-Vincent et Jean-Charles Chapuzet, Le Roman du Figaro, 1826-2006, Plon, , 228 p. (ISBN 9782259205832, lire en ligne), p. 142
  54. a b c et d Tristan Gaston-Breton, « 16. François Coty », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2018).
  55. Georges Chétochine, Le marketing des émotions: Pourquoi Kotler est obsolète ?, Editions Eyrolles, (lire en ligne), p. 46.
  56. Bec et ongles, 2 avril 1932 via Gallica.
  57. La Lutte contre la contrefaçon dans La Publicité : journal technique des annonceurs, avril 1925 via Gallica.
  58. Le Figaro, 16 mai 1923 via Gallica.
  59. Sicard-Picchiottino 2006, p. 83.
  60. (en)François Coty, the Genius of Perfumery sur Patrons.org.
  61. a et b Toledano et Coty 2009, p. 107.
  62. Toledano et Coty 2009, p. 33.
  63. Sicard-Picchiottino 2006, p. 91.
  64. Sicard-Picchiottino 2006, p. 92-94.
  65. Toledano et Coty 2009, p. 26,64.
  66. La ligne de vie parfumée de François Coty 2018, p. 97
    « 1911, Paul Poiret crée sa maison de parfums, la Maison de Rosine. Cet évènement inaugure l'entrée des couturiers parfumeurs sur le marché très lucratif des parfums ».
  67. (en) Astrid Wendlandt, « The Rebirth of Paul Poiret », The New York Times,‎ (lire en ligne)
    « He was the first couturier to introduce perfumes commercially, and set up his own perfume company named after his daughter Rosine in 1911 — a decade before his archrival, Coco Chanel, introduced Chanel No. 5. The business proved so successful that François Coty, the Frenchman who developed modern perfumery, tried in vain to buy it. »
  68. Musée international de la Parfumerie, Paul Poiret. Couturier Parfumeur, Somology éditions d’art, (lire en ligne), p. 28.
  69. Musée international de la Parfumerie, Paul Poiret. Couturier Parfumeur, Somology éditions d’art, (lire en ligne), p. 28
    « Cette initiative de Paul Poiret est un tel succès que François Coty lui fait une offre de rachat (1913) »
    .
  70. Paul Poiret, En habillant l’époque, Grasset, , p. 140.
  71. Toledano et Coty 2009, p. 87.
  72. (en) Nigel Groom, New Perfume handbook, Springer Science & Business Media, , 437 p. (ISBN 9780751404036, lire en ligne), p. 281.
  73. a b c d et e Jones 2010, p. 107.
  74. Geoffrey Jones, « Firmes mondialisées et imaginaire de la beauté », Relations internationales, no 157,‎ (DOI 10.3917/ri.157.0131).
  75. a et b Jones 2010, p. 110 [lire en ligne]
    « The unwinding of Coty’s business can be explained on several levels. While the cheapening of the brand had clearly been excessive, the business as a whole had also depended too much on its founder, even as the growth in scale required more depth in management. During the 1920’s François had remained obsessively in control of every aspect of his expanding business, and although this was quite characteristic of the cosmetic business, he might have carried it to excess. The relocation of the ownership to New york and the huge focus on the American market might also have been a step too far. »
    .
  76. (en) Richard Rutter, « Personality: He Has Young Ideas in Old Line », New York Times,‎  :

    « Sales plumeted from $ 50,000,000 in this country alone in 1929 to $ 3,500,000 in 1933. The depression of course was a major factor. But the management compounded its mounting problems by slashing prices in a desperate effort to gain a mass market. This was a near-fatal move in which prestige and the luxury symbol were vital. The Coty image - and sales - suffered around the world. »

    .
  77. Jones 2010, p. 110 — « Coty himself, who had been vilified in the French press for tax evasion after creating Swiss holding companies, largely withdrew from managing the company ».
  78. Sarran 1990, p. 172.
  79. Toledano et Coty 2009, p. 130.
  80. Sarran 1990, p. 17.
  81. Toledano et Coty 2009, p. 140.
  82. Académie des beaux-arts, Institut de France, Palais de l'Institut, janvier 1927 via Gallica.
  83. Sarran 1990, p. 16.
  84. Jack Sanger, Édouard Branly, FeniXX, 112 p. (ISBN 9782262088156).
  85. Gisèle Berstein, La Troisième République, M.A., , p. 84.
  86. Gisèle Berstein et Serge Berstein, Dictionnaire historique de la France contemporaine: 1870-1945, Editions Complexe, (lire en ligne), p. 204.
  87. Paul Silvani, Le bonapartisme: une saga corse, Albiana, , p. 254.
  88. Dimitri Vezyroglou, « Une « petite histoire » corse en 1925: Ou comment le Napoléon d’Abel Gance croise l’histoire du fascisme français », Ecrire l'histoire, no 17,‎ (DOI 10.4000/elh.1215).
  89. Roger Icart, Abel Gance ou le Prométhée foudroyé, L'Age d'homme, (lire en ligne), p. 170.
  90. Toledano et Coty 2009, p. 30.
  91. a et b Toledano et Coty 2009, p. 177-179.
  92. Nicolas Delalande, « Quand l'État mendie : la contribution volontaire de 1926 », Genèses, no 80,‎ , p. 27-48 (lire en ligne).
  93. Nicolas Delalande, « Chapitre X, La guerre après la guerre: Le problème de la dette », dans Les Batailles de l’impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours, Seuil, Média Diffusion, , 460 p. (ISBN 9782021049282, présentation en ligne).
  94. Claire Blandin, Le Figaro: Deux siècles d'histoire, Armand Colin, (lire en ligne), p. 1924.
  95. (en) « François Coty, 61, wealthy perfumer and publisher dies », The Chicago Tribune and the Daily news, New York,‎ (lire en ligne).
  96. Stephane Fraget, Un parfum des années 1920 au château d’Artigny, 18 août 06 sur les Échos.
  97. a et b Maroille 2005, p. 31-32.
  98. Sarran 1990, p. 48.
  99. Bridgeman Images
  100. Cité en exergue par Sarran 1990
    À plus d’un titre Artigny est remarquable. D’abord parce qu’il apprend aux cinéastes que Citizen Kane n’était pas américain et qu’ensuite il enseigne que toute folie est sage, que toute démesure finit par être à la dimension de son temps »
    .
  101. (en) Debra Milligan, The Dawn : Volume I, Debra Milligan (ISBN 978-1-4762-4703-8, lire en ligne).
  102. Sicard-Picchiottino 2006, p. 208.
  103. Maroille 2005, p. 34.
  104. Mairie de Nice, archive.
  105. Caroline Marcelin, « À Barbicaghja, la fin de la vieille carte postale ajaccienne », Corsematin,‎ (lire en ligne)
    « un vaste domaine agricole où étaient plantés la vigne, l'olivier, des citronniers, des figues de barbarie et des oranges ».
  106. Compte-rendu de l'exposition générale des produits agricoles, industriels et artistiques de la Corse du 10 au 16 mai 1865 à Ajaccio, [1], page 95.
  107. Gustave Heuzé, « Domaine de Barbicaja (extrait du rapport de M. Buisson », dans Les primes d’honneur et les médailles de spécialité décernées dans les concours régionaux en 1865, vol. 2, Impr. Nationale, (lire en ligne).
  108. Toledano et Coty 2009, p. 112 et 113.
  109. Toledano et Coty 2009, p. 177.
  110. Vincent Adoumié 2019, p. 1-12.
  111. Sicard-Picchiottino 2006, p. 107 à 111.
  112. Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points. Histoire » (no H131), (1re éd. 1982 sous le titre Édouard Drumont et Cie : antisémitisme et fascisme en France), 504 p., poche (ISBN 978-2-7578-4307-9, présentation en ligne, lire en ligne), p. 258.
  113. Jean-Christian Petitfils, L'Extrême-droite en France, Presses Universitaires de France, (lire en ligne), p. 35.
  114. René Rémond, La droite en France de 1815 à nos jours : continuité et diversité d'une tradition politique, Paris, Aubier, , p. 207.
  115. Alain Chatriot, Danièle Fraboulet, Patrick Fridenson et Hervé Joly, Dictionnaire historique des patrons francais, Flammarion (lire en ligne), p. 192.
  116. Renaud Dély, Pascal Blanchard et Claude Askolovitch, Les années 30 sont de retour: Petite leçon d'histoire pour comprendre les crises du présent, Flammarion, (lire en ligne), p. 213.
  117. Pierre-André Taguieff, L'antisémitisme de plume 1940-1944, Univers Poche, (lire en ligne), p. 491.
  118. Lahousse 1998, p. 50.
  119. Lahousse 1998, p. 43-54.
  120. Jean Plumyène et Raymond Lasierra, Les Fascismes français, 1923-1963, Seuil, (lire en ligne), p. 46.
  121. Les projets de M.Coty en Corse, dans Le Petit Bastiais, 19 décembre 1919.
  122. Sicard-Picchiottino 2006, p. 193-201.
  123. Sicard-Picchiottino 2006, p. 196.
  124. La mort de François Coty, par E. Desbonnet, dans La Culture physique, octobre 1934, pages 306 et 307.
  125. Sicard-Picchiottino 2006, p. 163.
  126. a b et c Jean Jolly, « Coty François », sur Sénat.
  127. « Vérification de pouvoirs », Journal officiel de la République française. Débats parlementaires,‎ , p. 689 (lire en ligne).
  128. a b et c Lahousse 1998, p. 44.
  129. (en) Allen Douglas, From Fascism to Libertarian Communism : George Valois Against the Third Republic, University of California Press, (lire en ligne), p. 83.
  130. a b et c Sicard-Picchiottino 2006, p. 199.
  131. a et b « La séance du Sénat », L’Excelsior,‎ (lire en ligne).
  132. Millman 2002, p. 85-86.
  133. Sarran 1990, p. 160.
  134. Sicard-Picchiottino 2006, p. 197-198.
  135. Ralph Schor, « Sicard-Picchiotino (Ghislaine), François Coty », Recherches Alpes-Maritimes et contrées limitrophes régionales, no 188,‎ (lire en ligne).
  136. Francis Arzalier, Les régions du déshonneur: La dérive fasciste des mouvements identitaires au XXe siècle, Librairie Vuibert, (lire en ligne), p. 41
  137. a et b (en) Peter Hayes, How Was It Possible? : A Holocaust Reader, University of Nebraska press, , 904 p. (ISBN 9780803274693, lire en ligne), p. 195.
  138. a b et c Blandin 2010, p. 214.
  139. Bernard Latzarus, « L'Homme au perroquet », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  140. « M. Coty assommé par Figaro : Une réponse de Jules Vallès à M. Louis Latzarus », La Lanterne,‎ (lire en ligne).
  141. Max Heilbronn et Jacques Varin, Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette, Economica, , 170 p. (lire en ligne), p. 36.
  142. Fred Kupferman, « François Coty », dans Olivier Barrot et Pascal Ory, Entre deux guerres : la création française entre 1919 et 1939, F. Bourrin, (lire en ligne), p. 81.
  143. Ralph Schor, Le dernier siècle français (1914-2015), Place des éditeurs, (lire en ligne), p. 242.
  144. Pierre-André Taguieff et Annick Durafour, Céline, la race, le Juif, Fayard, (lire en ligne), p. 148.
  145. Dominique Venner, Histoire de la collaboration, Pygmalion, , p. 598.
  146. Laurent Joly, « L'Ami du Peuple contre les « financiers qui mènent le monde » », Archives juives, vol. 39,‎ (lire en ligne).
  147. a et b Patrice de Sarran 1990, p. 136.
  148. Claire Blandin, Le Figaro: Deux siècles d'histoire, Armand Colin, (lire en ligne), p. 1926.
  149. André Lang, Pierre Brisson: le journaliste, l'écrivain, l'homme (1896-1964), Calmann-Lévy, , p. 180.
  150. Toledano et Coty 2009, p. 123.
  151. Christian Delporte, Claire Blandin et François Robinet, Histoire de la presse en France: XXe-XXIe siècles, Armand Colin, , 352 p. (ISBN 9782200615857, lire en ligne).
  152. Blandin 2010, p. 215.
  153. Sicard-Picchiottino 2006, p. 174.
  154. Sarran 1990, p. 31.
  155. a et b Claire Blandin, Le Figaro histoire d’un journal, Nouveau monde éditions, , 358 p. (ISBN 9782365838146, lire en ligne).
  156. Claire Blandin, Le Figaro histoire d’un journal, Nouveau monde éditions, , 358 p. (ISBN 9782365838146, lire en ligne).
  157. Claude Quétel, L'impardonnable défaite : 1918-1940, JC Lattes, , 450 p. (ISBN 9782709634809, lire en ligne).
  158. Kim Perron, La révolution culturelle nazie vue par la presse française entre 1933 et 1939, (Mémoire de maîtrise), Université de Sherbrooke, Département d'Histoire, , 134 p. (lire en ligne [PDF]), p. 5.
  159. Joly 2006, p. 96-97.
  160. Milza 1990, p. 143.
  161. Fred Kupferman, François Coty, journaliste et homme politique, thèse de 3e cycle, Université de Lettres et de Sciences Humaines de Paris, 1965, sous la direction de Jacques Droz, (consulter en ligne)[2].
  162. Édouard Leduc, Georges Bernanos: le sceptre et la croix, Publibook, , 151 p. (ISBN 2342054602, lire en ligne), p. 56 et 57.
  163. (en)François Coty sur Britannica Online.
  164. a et b Lazareff 1942, p. 53-58.
  165. « La fin d’un conflit de presse », Le journal, Paris,‎ (lire en ligne).
  166. Christophe Charle, Le Siècle de la presse : 1830-1939, Paris, Seuil, Media diffusion, (ISBN 9782021008593, lire en ligne).
  167. Sicard-Picchiottino 2006, p. 284.
  168. Toledano et Coty 2009, p. 9.
  169. a et b Kupferman 1990, p. 80-82.
  170. Schor 1976, p. 116.
  171. Médiaspouvoirs, « Les aventures de Coty », Mediaspouvoirs, Bayard presse, no 36,‎ , p. 92 (lire en ligne).
  172. a et b Joly 2006, p. 99.
  173. Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff, Céline, la race, le juif : légende littéraire et vérité historique, Paris, Fayard, , 1174 p. (ISBN 978-2-213-70049-6), p. 130-131.
  174. Collège de France, « Albert Einstein et le Collège de France : quelques Points d'histoire » [PDF], sur Collège de France, Media lettre.
  175. Figaro, Le communisme au Collège de France, 18 mai 1933.
  176. Simon Veille, Einstein dans la tragédie du XXe siècle, Imago, , 416 p. (ISBN 9782849527504, lire en ligne).
  177. (en) « Coty in Paris Trial on Anti-semitic Libel », Jewish Daily Bulletin,‎ (lire en ligne [PDF]).
  178. (en) Hershel Edelheit, Abraham J. Edelheit et Raymond Arons, A World in Turmoil: An Integrated Chronology of the Holocaust and World War II, Greenwood Publishing Group, (lire en ligne), p. 31.
  179. (en) « Coty Attacks B’nai B’rith for Roosevelt ‘abdication’ », Jewish Daily Bulletin,‎ (lire en ligne [PDF]).
  180. (en) « Coty Recants Error of Anti-semitism in Telegram to Geneva », Jewish Daily Bulletin,‎ (lire en ligne [PDF]).
  181. Catherine Nicault, « Le procès des protocoles des sages de sion, une tentative de riposte juive à l'antisémitisme dans les années 1930 », Vingtième Siècle, no 53,‎ (DOI 10.3406/xxs.1997.3596).
  182. Schor 1976, p. 117-118.
  183. Schor 1976, p. 144.
  184. Joly 2006, p. 97.
  185. Rita Thalmann, « Xénophobie et antisémitisme sous le Front populaire », Matériaux pour l'histoire de notre temps, Paris, Association des amis de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) et du musée, no 6 « 1936 en France »,‎ , p. 18 (ISSN 0769-3206, lire en ligne).
  186. a et b Zeev Sternhell, Ni droite ni gauche : l'idéologie fasciste en France, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Histoire » (no 203), , 4e éd. (1re éd. 1983, Éditions du Seuil), 1075 p. (ISBN 978-2-07-044382-6, présentation en ligne, lire en ligne), p. 801.
  187. a et b Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff, Céline, la race, le juif : légende littéraire et vérité historique, Paris, Fayard, , 1174 p. (ISBN 978-2-213-70049-6), p. 131-132.
  188. Joly 2006, p. 96-109.
  189. « Le Péril juif, texte intégral des Protocoles des Sages de Sion, la bible moderne de la juiverie », Les Cahiers Politiques, avec une note de François Coty ; Pierre-André Taguieff, Les Protocoles des sages de Sion : Faux et usages d’un faux, Paris, Berg international/Fayard, (présentation en ligne), p. 331.
  190. Ralph Schor, L'antisémitisme en France dans l'entre-deux-guerres : prélude à Vichy, Bruxelles, Éditions Complexe, coll. « Historiques » (no 144), , 380 p. (ISBN 978-2-8048-0050-5, lire en ligne), p. 126.
  191. Claire Blandin Claire et Alain-Gérard Slama, Le Figaro : deux siècles d'histoire, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-26877-0 et 2-200-26877-7, OCLC 421929089, lire en ligne).
  192. Patrick Eveno, L'argent de la presse française des années 1820 à nos jours, Éditions du CTHS, , p. 86-88.
  193. a et b Toledano et Coty 2009, p. 213.
  194. Sicard-Picchiottino 2006, p. 215-216.
  195. Lazareff 1942, p. 44.
  196. Toledano et Coty 2009, p. 204.
  197. Toledano et Coty 2009, p. 214.
  198. (en)Mme François Coty Gets Divorce, The New York Times, 29 mai, 1929.
  199. (en)The New York Times, obituries, Leon Cotnareanu of Le Figaro dies, 3 janvier, 1970 « In 1933, Mr. Cotnareanu married Yvonne Le Baron, the widow of Francois Coty ».
  200. Pierre Milza, L’ultra-droite des années trente », dans Michel Winock (dir.), Histoire de l’extrême droite en France, Paris, Seuil, , p. 173.
  201. Eugen Weber, L'action française, Paris, Fayard, (ISBN 9782213016788, présentation en ligne), p. 219.
  202. a et b Robert Soucy, Le Fascisme français, 1924-1933, Paris, Presses universitaires de France, , p. 53, 145-146.
  203. Zeev Sternhell, « Anatomie d'un mouvement fasciste en France : le faisceau de Georges Valois », Revue française de science politique, vol. 26, no 1,‎ (DOI 10.3406/rfsp.1976.393652).
  204. Yves Guchet, Georges Valois: l’Action française, Le Faisceau, la République syndicale, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 6.
  205. François Broche, Le Comte de Paris, l’ultime prétendant, Paris, Perrin, (ISBN 9782262017415), p. 55 et 56.
  206. Vincent Meylan, « Les grands mariages de la maison de France », Point de Vue, no 1372, p. 39.
  207. Robert Soucy, « Les Croix-de-Feu et le Parti social français », dans Fascismes français ? 1933-1939. Mouvements antidémocratiques, Paris, Éditions Autrement, (lire en ligne).
  208. Paul Chopine, Six Ans chez les Croix de Feu, Paris, Gallimard, (lire en ligne), p. 30.
  209. Lahousse 1998, p. 43.
  210. a et b François Coty 1933, p. 1 et 2.
  211. a b c d e f g et h Klaus-Jürgen Müller, « Ambition, argent et protestation », dans Gilbert Merlio, Ni gauche ni droite : Les chassés croisés idéologiques des intellectuels français et allemands dans l’entre deux guerres, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, (ISBN 9782858925872, présentation en ligne, lire en ligne), p. 229 à 244.
  212. Kupferman 1990, p. 79-81.
  213. Kupferman 1990, p. 85.
  214. Jean Garrigues, Les hommes providentiels : histoire d'une fascination française, Paris, Éditions du Seuil, , 459 p. (ISBN 978-2-02-097457-8, présentation en ligne), p. 72.
  215. Sicard-Picchiottino 2006, p. 256.
  216. Sicard-Picchiottino 2006, p. 254.
  217. a et b (en) Klaus-Jürgen Müller, « Fascism in France? : Some Comments on Extremism in France Between the Wars », dans Haim Shamir, France and Germany in an Age of Crisis, 1900-1960: Studies in Memory of Charles Bloch, Leiden, E. J. Brill Archive, , 411 p. (ISBN 9789004092280, lire en ligne), p. 279 à 301.
  218. Lahousse 1998, p. 51-52.
  219. a b c et d Lahousse 1998, p. 45.
  220. a et b (en) Daniella Sarnoff, « Interwar Fascism and the Franchise: Women’s Suffrage and the Ligues », Historical Reflections, vol. 34, no 2,‎ (DOI 10.3167/hrrh2008.340207).
    « The power of a potentially enfranchised female was diluted, however, by Coty’s proposition that state reform should also include “vote familial” for the head of the household: “The head of the family possesses the ‘family vote,’ which means that he has available to him as many votes as he has minors.” The combination of support for female suffrage and for the head of the family receiving more than one vote is telling. It enfranchised women, but guar-anteed that women’s voices would be drowned out by the magnified vote of men. The family vote rewarded men for the number of children in a family. According to this plan fatherhood was rewarded, not motherhood. This plan is also indicative of the view of proper masculinity within the leagues: just as women were to have power and political access through maternity, male power was to be enhanced and solidified through paternity. »
  221. a et b (en) Robert Soucy, French Fascism : The Second Wave, 1933-1939, Yale University Press, , 352 p. (ISBN 978-0-300-07043-9, lire en ligne), p. 85.
    « Reform of the State contained several democratic and even liberal features. It called for the president of the republic to be elected by direct universal suffrage (women were also to vote) and for a Supreme Court that would guarantee basic rights.[...] France would practice a true republicanism, not the false republicanism of the Third Republic. [...] The president would be elected for seven years and be eligible for a second term. »
  222. (en) Klaus-Jurgen Müller, « French Fascism and Modernization », Journal of Contemporary History, vol. 11, no 4,‎ (JSTOR 260192).
    « The polemics of the Solidarite Franfaise offer a classic instance of how antisemitism, xenophobia and a conspiracy-psychosis were in reality no more than empty formulae which, though they were intended to camouflage it, in fact underlined the self-interestedness of the extremist anti-parliamentary right: Jews, foreign capitalists and freemasons were supposedly plundering France with impunity and stealing the nation's savings; the profit was being made by the parliamentarians and their clientele, and by foreign countries who were making hay on the open French market. Unemployment and the deception of those with savings had been the disastrous consequences. Such diatribes were supplemented by the accusation of parliamentary incompetence: the parliamentarians were no longer capable of solving the economic and social problems. »
  223. (en) Robert Soucy, French Fascism : The Second Wave, 1933-1939, Yale University Press, , 352 p. (ISBN 978-0-300-07043-9, lire en ligne), p. 85.
    « On balance, Coty's Reform of the State was far more Bonapartist than democratic. It called for an immense strengthening of the executive at the expense of the legislature. Parliament would still be elected (the Chamber of Deputies by direct and the Senate by indirect suffrage), but it’s members would be restricted to one term in office, which Coty said would make them less demagogic, that is, less accountable to their constituents. Conversely, the president would be elected for seven years and be eligible for a second term. Parliament would have the power to vote taxes and control expenditures but not the right to initiate legislation, that task being reserved exclusively for the excutive branch of the government. A council of state appointed by the president would draft all legislation, which would then be voted by parliament. Should the president dislike the outcome, he could dissolve parliament and call for new elections. All major reforms would be submitted to a national referendum for approval. The president would appoint all government ministers, half of whom would have to come from non parliamentary background - One more feature of Coty’s constitution that would make government official less beholden to the public. That Coty's Reform of the State echoed the Bonapartist tradition is no reason to deny it was fascist. »
  224. Millman 2002, p. 88.
  225. Jean Etienne Dubois, « La rue parisienne à la reconquête de la souveraineté nationale ? Cortèges, violences et politiques à Paris en janvier et février 1934 », dans Jean-Claude Caron, Paris, l'insurrection capitale, Champ Vallon, , 264 p. (ISBN 9782876739987, lire en ligne).
  226. Kupferman 1990, p. 91.
  227. Lahousse 1998, p. 46 ; 50-51.
  228. Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff, Céline, la race, le juif : légende littéraire et vérité historique, Paris, Fayard, , 1174 p. (ISBN 978-2-213-70049-6, présentation en ligne, lire en ligne), p. 133.
  229. Sicard-Picchiottino 2006, p. 288.
  230. Toledano et Coty 2009, p. 216.
  231. Nécrologie, Ric et Rac : grand hebdomadaire pour tous, juillet 34 via Gallica.
  232. a et b Joly 2006, p. 104-105.
  233. Kupferman 1990, p. 86.
  234. Blandin 2010, p. 220.
  235. (en) Dietrich Orlow, The Lure of Fascism in Western Europe: German Nazis, Dutch and French Fascists, 1933-1939, Springer, (lire en ligne), p. 28 — Bien qu'il traite explicitement du parfumeur, Orlow l'appelle René.
  236. Jean-Noël Jeanneney, L'argent caché : Milieux d’affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe siècle, Seuil, , 306 p. (OCLC 77408189), p. 27.
  237. Blandin 2010, p. 218.
  238. (en) Harvard Business School, The History of Beauty, par Sean Silverthorne, 19 avril 2010.
  239. Toledano et Coty 2009, p. 51.
  240. Toledano et Coty 2009, p. 109, 140.
  241. (en) Lisa Eldridge, Face Paint : The Story of Makeup, Abrams, , 240 p. (ISBN 9781613128183, lire en ligne).
  242. Musée Strasbourg.eu, 220594.
  243. Toledano et Coty 2009, p. 202.
  244. Gaby Curral-Couttet, Les folles années de Chamonix, France-Empire, coll. « Si 1900 m'était conté », , 235 p. (ISBN 9782704803347, présentation en ligne), p. 195-205
  245. Pierre Lafitte, « La Curiosité », Excelsior,‎ (lire en ligne).
  246. Raymond Penaud, Trésors de la Banque de France : histoire et richesses de l’hôtel de Toulouse, Hervas, (ASIN B006EGCT9O), p. 109-110.
  247. Toledano et Coty 2009, p. 225.
  248. La Renaissance, juin 1933, page126 via Gallica.
  249. dans La vie en Alsace, 1937, photo Associated-press.
  250. Maurice Feuillet, « Ventes d’art et de curiosité, Les collections de M. Coty », Le Journal,‎ (lire en ligne)
  251. Archives alsaciennes d'histoire de l'art, Volumes 13 à 15 [3]
  252. (en)The New York Times, Leon Cotnareanu of Le Figaro Dies, Jan 3 1970
  253. Site de Lancaster.
  254. Fabrice Léonard, Les fragrances magiques de Chypre : Il y a cent ans, Chypre, imaginé par l'homme d'affaires et industriel corse François Coty, révolutionnait l'univers de la parfumerie, 22 mai 2018 sur Le Point.
  255. (en)The New York Times, A Belle of Fifth Avenue returns Freshened up, Feb. 28, 1991.
  256. Véronique Coty relance le prix François Coty, 20 août 2018 sur Industries cosmétiques.fr.
  257. Corse football inauguration du Stade F.Coty, doc France football.
  258. Structurae, Stade François Coty.
  259. Puteaux, cadre de vie, La passerelle François Coty.
  260. Isabelle Barré, « Un ouvrage d'art au parfum d'extrême droite », Le Canard enchâiné,‎ .
  261. Florence Hubin, « Donné (sic) à une passerelle de Puteaux, le nom de François Coty, industriel d’extrême-droite, ne passe pas », sur leparisien.fr, (consulté le 13 janvier 2020).
  262. Xavier de Jarcy, « À Puteaux, un parfum de scandale », Télérama,‎ .
  263. Sicard-Picchiottino 2006, p. 65.
  264. (en)Flacon Lalique Cyclamen, Collection Victoria and Albert Museum, London.
  265. (en)The Sniff Box.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Bibliographie complémentaireModifier

  • Patrick Renard, François Coty, un magicien du parfum, Historia, décembre 1987,
  • Pierre Enckell, Il ne s'appelait pas Hersant, L'Événement du jeudi, du 19 au 25 mars 1987,
  • Collectif Historama, Un politicien au parfum, François Coty, Historama, no 48, février 1988,
  • Jean-Jacques Vignault, Un grand parfumeur, François Coty, Parfums, cosmétiques et arômes, no 54, décembre 1983,
  • Jean-Paul Luciani, Coty, le grand vaporisateur corse, Historia, juin 1998, no M 1856-618 30 F ,
  • Jean Galtier-Boissière, Les Gros, chapitre : grandeur et décadence de François Coty, republié dans Le Crapouillot, no 35, 1956.
  • George Garnir, Léon Souguenet et Louis Dumont-Wilden (archives de l'Université de Liège), « François Coty Empereur de la presse et de la parfumerie », Pourquoi Pas?, Université de Liège, no 757,‎ (lire en ligne [PDF]).

LittératureModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier