Palais Lantivy

bâtiment administratif à Ajaccio (Corse-du-Sud)

Le palais Lantivy est un bâtiment néoclassique situé à Ajaccio, en France[1]. Il sert de préfecture au département de Corse-du-Sud et de résidence aux préfets du département et de la région. La construction a débuté en 1826 et a pris fin en 1830, sous les plans de l'architecte français Alphonse de Gisors. Depuis , le Palais Lantivy est classé monument historique.

Palais Lantivy
Hôtel de préfecture de Corse-du-Sud.jpg
Présentation
Type
Style
XIXe siècle
Architecte
Construction
1826-1830
Occupant
Préfecture de la Corse-du-Sud (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Département
Usage
Hôtel de préfecture (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Corse
(Voir situation sur carte : Corse)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Ajaccio
(Voir situation sur carte : Ajaccio)
Point carte.svg

LocalisationModifier

 
Palais Lantivy en 1837

L'édifice est situé dans le département français de Corse-du-Sud, au cœur même de la commune d'Ajaccio, cours Napoléon. En effet, il est situé sur le cours Napoléon, qui prend fin à la Place de Gaulle, où se trouve une statue où figurent Napoléon Bonaparte et ses quatre frères. Le bâtiment est situé au nord-ouest de la cathédrale d'Ajaccio, et au sud-ouest du Musée Fesch.

HistoriqueModifier

La construction du bâtiment a été autorisée par une ordonnance royale le . La construction a eu lieu entre 1826 et 1830, sur un plan de l'architecte Alphonse de Gisors. Les travaux étaient dirigés par l'ingénieur Jouvin. Il apportera des modifications aux plans des d'étage d'origine en 1829[2]. Le palais porte le nom du préfet de Corse Gabriel de Lantivy de Kerveno, qui assurait cette fonction de 1824 à 1828.

En , les dirigeants du Comité du salut public (dont Jean-Robert Thomazo) occupèrent le palais dans le cadre de l'Opération Résurrection, et réclament le retour du général De Gaulle au pouvoir[3]. Une foule immense était alors présente aux abords du Palais Lantivy.

De nos jours, la fiscalité de l'île est géré au Palais Lantivy. Il a été classé monument historique le [4]. Entre 2000 et 2002, la façade du palais, la salle principale et le porche à colonnes (péristyle) ont été rénovés. Le toit a été remplacé en 2003. Les fresques originales ont été restaurées en 2006[4].

CaractéristiquesModifier

Conçu par Gisors dans le style architectural néoclassique, la première pierre du palais a été posée en 1826[5]. Le bâtiment se compose d'un plan rectangulaire, de deux étages et d'une façade flanquée de deux ailes. Un atrium est situé au milieu du palais. Des ajouts plus récents incluent les ailes est et ouest. Une salle de délibération au-dessus du hall d'entrée est accessible par un escalier, tandis qu'une salle adjacente présente un plafond et des murs décorés, et est également de style néoclassique. Un bureau contient une arche représentant une fresque d’Aurora sur un char tiré par un cheval. Les appartements du préfet, ainsi que le salon, la salle à manger et le bureau se trouvent du côté ouest du bâtiment et donnent sur un jardin[2]. Le bâtiment est entouré d'un jardin bien entretenu avec des plantes typiques de la Méditerranée .

Notes et référencesModifier

  1. « Palais Lantivy », notice no PA00099128, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b « Palais Lantivy - POP », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 10 mai 2019)
  3. Bertrand Pauvert, Droit Constitutionnel : Théorie générale : Ve République, Levallois-Perret, Studyrama, , 493 p. (ISBN 978-2-84472-443-4 et 2-84472-443-4, lire en ligne), page 245
  4. a et b « Palais Lantivy à Ajaccio - PA00099128 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le 10 mai 2019)
  5. Collectif; Auzias, Dominique; Labourdette, Jean Paul, Corse 2014 Petit Futé 'avec cartes, photos), Petit Futé, , 245 p. (ISBN 978-0-7190-0893-1, lire en ligne), p.121

Voir aussiModifier

Liens externesModifier