Ouvrir le menu principal

Aéroport d'Ajaccio-Napoléon-Bonaparte

aéroport desservant Ajaccio, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AJA.

Ajaccio-Napoléon-Bonaparte
Vue d'ensemble de l'aéroport.
Vue d'ensemble de l'aéroport.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Ajaccio
Coordonnées 41° 55′ 27″ nord, 8° 48′ 09″ est
Altitude 5 m (17 ft)

Géolocalisation sur la carte : Corse

(Voir situation sur carte : Corse)
AJA
AJA

Géolocalisation sur la carte : Corse-du-Sud

(Voir situation sur carte : Corse-du-Sud)
AJA
AJA

Géolocalisation sur la carte : Ajaccio

(Voir situation sur carte : Ajaccio)
AJA
AJA
Pistes
Direction Longueur Surface
02/20 2 407 m (7 897 ft) béton bitumineux
Informations aéronautiques
Code AITA AJA
Code OACI LFKJ
Nom cartographique AJACCIO
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire CCI d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud

L'aéroport d'Ajaccio-Napoléon-Bonaparte[1] (code AITA : AJA • code OACI : LFKJ) appelé encore usuellement par son ancienne dénomination « Campo dell'Oro », est un aéroport du département de la Corse-du-Sud situé dans l'est du territoire de la commune d'Ajaccio, à cinq kilomètres du centre-ville. L'emprise aéroportuaire est bordée au sud-est par le golfe d'Ajaccio.

Cet aérodrome est ouvert au trafic national et international commercial, régulier ou non, aux avions privés, au vol aux instruments et au vol à vue. Il possède une piste de 2 407 mètres de long sur 45 mètres de large orientée NNE-SSO et une piste courte, désaffectée, orientée Est-Ouest.

Il est géré par la Chambre de commerce et d'industrie d'Ajaccio et de la Corse-du-Sud (comme l'aéroport de Figari Sud Corse).

HistoriqueModifier

 
La tour de contrôle de l'aéroport d'Ajaccio.

Avant l’aviation, Campo dell’Oro était une plaine alluviale à l’embouchure du Gravona. La signification de «champ d'or» reste obscure; certains auteurs du XIXe siècle font référence à une «riche terre cultivée»; d'autres, dans un marais infesté de paludisme. Un terrain en herbe existait avant la Seconde Guerre mondiale, mais ne proposait apparemment aucun service de transport. Les premiers vols réguliers à destination de Marseille ont débuté avec la mise en place d'un service d'hydravion en 1935 au départ du port d'Ajaccio.

En 1940, une unité du corps aérien de Vichy est restée inactive à Campo dell’Oro. La libération de la Corse a commencé avec le débarquement par mer en 1943 du 1er Corps à Ajaccio dans le cadre de l'opération Vésuve. Quelques mois plus tard, le groupe de chasseurs GC2 / 7 de l’armée de l’air libre, une unité française de la Royal Air Force, était opérationnelle sur le terrain en herbe de Campo dell’Oro avec Spitfires. Les avions lourds ont été incapables d'atterrir et sont venus s'égarer dans la surface molle.

En 1944, les forces aériennes de l’armée américaine ont repris l’aéroport et posé une surface dure de tapis perforés en métal sur lesquels volait un escadron de P-51[2],[3]. Ils ont défendu le vol des B-24 à partir de nouveaux aérodromes construits sur la côte est de la Corse. Campo dell’Oro représentait un défi pour les gros avions en raison de ses pistes relativement courtes et de sa proximité des montagnes. Vers la fin de la guerre, les pistes étaient pavées, fondement de l'aéroport moderne.

Le 16 avril 1981, une bombe explose dans les consignes de l'aéroport lors de l'arrivée du président Giscard d'Estaing, faisant 1 mort et 8 blessés[4],[5].

Le 1er décembre 1981, le vol 1308 Inex-Adria Aviopromet s’est écrasé alors qu’il se trouvait en approche de l'aéroport, sur le Monte San Petru, tuant ses 180 passagers et membres d'équipage.

LocalisationModifier

Statistiques de fréquentationModifier

L'aéroport d'Ajaccio est le premier aéroport corse en nombre de passagers, devant ceux de Bastia Poretta, de Figari Sud Corse et de Calvi-Sainte-Catherine.


Trafic annuel des aéroports de Corse Voir la requête sur le moteur Wikidata.


Passagers[6]
Année Passagers Dont low cost Mouvements
2000 1 072 532 - 51 091
2001 1 102 348 - 51 261
2002 1 067 072 - 39 825
2003 1 066 399 - 46 450
2004 976 769 - 36 898
2005 978 548 - 42 043
2006 981 428 - 38 539
2007 1 025 119 - 38 880
2008 1 072 768 21 777 34 449
2009 1 089 797 61 772 31 849
2010 1 114 573 116 531 29 423
2011 1 175 874 115 388 31 854
2012 1 218 705 181 862 30 325
2013 1 350 431 329 916 36 165
2014 1 361 954 341 995 33 065
2015 1 362 353 352 323 33 063
2016 1 422 259 454 902 32 807
2017 1 569 649 546 367 33 632
2018 1 673 308 618 734 34 521

Compagnies et destinationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a/c du 8 mai 2008
  2. Office of Assistant Chief of Air staff, Intelligence, « The AAF in Southern France » [archive du ], sur The United States Army Air Forces in World War II, Headquarters, Army Air Forces Washington, D.C. (Center for Air Force History), (consulté le 20 mai 2008)
  3. Marc Long, « Calamity in Corsica » [archive du ], sur Aviation and Air Combat Articles, SimHQ, (consulté le 20 mai 2008)
  4. [vidéo] TF1, journal de 20 heures, « Attentat aéroport Ajaccio », sur ina.fr, INA, (consulté le 15 septembre 2016)
  5. Stéphane Kovacs et Blandine Le Cain, « Depuis 1980, une quinzaine d'attentats dans les gares et aéroports européens », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 15 septembre 2016)
  6. Site de l'Union des aéroports français, Aeroports.fr
  7. « Nouveautés 2017 », sur Air Corsica (consulté le 3 novembre 2016)
  8. « Air Corsica Avec Londres la compagnie place la Corse au coeur de l'Europe », sur corsenetinfos (consulté le 12 octobre 2017)
  9. http://www.igavion.fr

Liens externesModifier