Corse (langue)

langue romane

Corse
Corsu, lingua corsa
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Corse Corse et diaspora corse
Flag of Sardinia, Italy.svg Sardaigne au nord
Nombre de locuteurs 122 000 en 2002[1],[2]
Typologie syllabique
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Reconnue en Corse par l'Assemblée de Corse et en Sardaigne
Codes de langue
IETF co
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (texte en français)

Articulu Prima

In cismuntincu

Nascenu tutti l'omi liberi è pari di dignità è di diritti. Anu a ragione è a cuscenza è li tocca à agisce trà elli di modu fraternu.

In pumuntincu

Nascini tutti l'omi libari è pari di dignità è di diritti. Ani a raghjoni è a cuscenza è li tocca à agiscia trà iddi di modu fraternu.

Le corse est une langue romane étroitement apparentée au toscan, appartenant au groupe italo-roman et très proche des dialectes d'Italie centrale.

Classification du corseModifier

 
Carte des dialectes italiens centraux et méridionaux.
  • Dialectes toscans
  • Dialectes centraux
  • Dialectes méridionaux
  • Dialectes méridionaux extrêmes
  •  
    Les langues romanes

    Il n'y a pas de consensus au sujet de la classification du corse en tant que langue à part entière. En effet, pour la majorité des linguistes, il n'entre pas dans la définition généralement admise de langue romane distincte du point de vue typologique (structural), étant donné sa forte proximité avec le toscan et les dialectes siculo-calabrais.[3],[4],[5],[6],[7],[8]. L'appellation de langue est jugée donc impropre par certains spécialistes des langues romanes, qui y voient une revendication politique sans fondement du point de vue linguistique, alors qu'elle est unanimement reconnue, par exemple, pour le sarde. L'île était historiquement et culturellement liée à la péninsule italienne du Moyen Âge jusqu'au XIXe siècle, et installée dans un système diglossique où le corse et le toscan étaient perçus comme deux niveaux sociolinguistiques d'une même langue.[9]

    En revanche, depuis les années 1960 le mouvement nationaliste corse milite généralement pour faire du corse une langue à part entière, compte tenu de l'unité relative de l'ensemble des dialectes insulaires. En dehors des publications de type nationaliste qui énoncent que le corse aurait évolué indépendamment très tôt (depuis le bas latin) jusqu'à notre époque en subissant seulement tout au long de son histoire les influences linguistiques des différents conquérants (Pise, Gênes), le statut toscan du corse, avec lequel il partage une ressemblance lexicale de l'ordre de 90 %, n'est remis en cause par aucun romaniste, malgré ses particularités et ses variantes.

    Il existe une revue culturelle corse en langue italienne A viva voce[10], dont les rédacteurs revendiquent l'italien comme la langue historique de l'île et considèrent le corse parlé aujourd'hui comme un idiome dénaturé par le français (ce qu'ils appellent u francorsu).

    On notera que le corse a été influencé légèrement par la langue française depuis le XIXe siècle[11]. On entend ainsi couramment sciuffore, aviò, travagliadore pour chauffeur, avion et travailleur au lieu de autista, aereo, lavoratore en italien.

    Le corse reste très proche de l'italien standard, qui, malgré des accents différents, permet une certaine intercompréhension[12]. Le corse et l'italien, par l'affinité de leurs structures, forment ensemble un diasystème (ou langue par distance ou langue Abstand).

    HistoireModifier

    Initialement, la langue paléocorse aurait été proche des premiers parlers de Toscane (sous-groupe dit tyrrhénien), mais aussi des Sardes en Sardaigne et de certaines régions de la péninsule ibérique. Ensuite, durant la proto-histoire, il est possible que cette variante ait été successivement influencée par d'autres langues de l'époque. Il est souvent fait mention durant cette période de langages proches de ceux des Ibères, mais aussi des Celto-Ligures.

    Selon Sénèque, une partie des habitants de la Corse et une partie de la langue parlée dans cette île au premier siècle de notre ère sont d'origine ligure[13].

    En 828, la Toscane prend possession de la Corse et le toscan s'implante comme langue principale de l'île. L'arrivée de Gênes en 1282 ne remettra pas en cause cette suprémacie, sauf dans quelques bastions où les génois sont majoritaires (Calvi, Bonifacio).

    Jusqu'au début du XIXe siècle, avec la date clé de 1852 où seul le français devient officiel et où l'italien est proscrit, le corse et l'italien sont considérés comme deux formes d'une même langue (un diasystème), le corse étant la forme parlée, avec ses variantes locales, l'italien la langue écrite. Ainsi, la constitution corse de 1755 de Pasquale Paoli est rédigée en italien. À partir du Second Empire, le corse se trouve davantage coupé de l'italien qui n'est plus la langue administrative de l'île et tend à être perçu – notamment à travers le lent développement d'une littérature d'expression corse – comme une langue autonome.

    Répartition géographique des dialectesModifier

    Autrefois, chaque vallée parlait sa propre version du corse. Les deux principales formes parlées de corse que l'on peut distinguer sont celle de la moitié nord, appelée traditionnellement cismontano (en corse cismuntincu), et celle de la moitié sud appelée oltramontano (pumuntincu en corse). On distingue parfois également une zone dite de transition, dans la région d'Ajaccio. L'ensemble des dialectes corses présente une relative unité, en ce sens que des règles au niveau de l'écriture permettent, par exemple, de passer de l'un à l'autre (langue-toit). La ressemblance du lexique entre le nord et le sud varie entre 79 et 89 %. Cette coexistence de l'unité et de la diversité a donné naissance au concept sociolinguistique de langue polynomique.

    Nord de la CorseModifier

    Les idiomes du groupe septentrional cismontano sont parlés sur une zone qui correspond plus ou moins à la Haute-Corse. On les retrouve dans le Cap corse, en Balagne, dans le Niolo, dans les régions de Bastia et de Corte et au nord d'une ligne reliant les villages de Piana, Vico, Vizzavona, Ghisoni et Ghisonaccia. Il y a cependant quelques petites différences. Dans le Cap, on utilise lu, li, la, le comme articles définis, comme en italien mais à la différence du corse. De même à Bastia, on dira ottanta, momento, oliva, ocello, alors qu'en Balgagne, dans le Niolo et à Corte on dira plutôt uttanta, mumentu, tuccà, arechja, acellu.

    Tous ces dialectes ont en commun le -ebbe du conditionnel. De plus, les lettres associées « st » dans un mot se prononceront « cht » dans un bon quart nord-est de l'île : Bastìa s'y dira "bachti-a". Dans cette même zone, les « a », « e » et « o » précédant un « m » ou un « n » auront tendance à être largement nasalisés : pane se prononcera comme "pan-nè". Et au nord d'une ligne Sari-d'Orcino-Ghisonaccia, de nombreuses consonnes sont voisées lorsqu'elles ne suivent pas une syllabe tonique ni une consonne et ne sont pas en début de phrase : u San Petrone se prononcera [u zɑ̃ɱpeˈdrɔ̃nɛ].

    Le dialecte parlé dans l'île de Capraia jusqu'au XXe siècle, aujourd'hui éteint, était largement similaire au corse voisin[14]. Il y a aussi des caractériques communes avec les parlers de l'île d'Elbe, particulièrement dans la région de Chiessi et Pomonte.

    Zone de transitionModifier

    Il existe une zone de transition dans laquelle on retrouve des phénomènes linguistiques associés avec le cismontano ou l' oltramontano. C'est le cas des dialectes des régions de Piana, Calcatoggio, Cinarca, Vizzavona (avec un conditionnel de type sud), Fiumorbo (avec le son [ɖ]), la région d'Ajaccio (pluriel féminins en i, son [ɖ] prononcé ghj, mots typiquement septentrionaux tels que cane et accattà au lieu de ghjacaru et cumprà, influence ligure), la région de Gravone, Bastelica et Solenzara (pas de préservation des voyelles courtes latines, seccu, 'rossu).

    Sud de la CorseModifier

    Les idiomes du groupe sudiste oltramontano sont parlés dans les zones de Sartène, Porto-Vecchio et au sud de la ligne formée par Porticcio, Bastelica, Col di Verde et Solenzara.

    Des dialectes notables sont ceux de la région de Taravo (son retroflex -dd- en place de l'historique -ll- : frateddu, suredda, beddu; formes en famiglia, figliolu, vogliu; perte des vocales courtes du latin : seccu, peru, rossu, croci, pozzu), de Sartène (avec préservation des vocales courtes du latin : siccu, piru, russu, cruci, puzzu; modification du -rn- historique pour -rr-: forru, carri, corru; formes de type: piddà, famidda, fiddolu, voddu; imparfait en cantàvami, cantàvani; pluriel masculin en a: l'ochja, i poma;), l'Alta Rocca (similaire au nord de la Sardaigne), et l'intérieur du pays de Porto-Vecchio et Bonifacio (noms masculins toujours en u au singulier: fiumu, paesu, patronu; noms masculins pluriels toujours en a : i letta, i solda, i ponta, i foca, i balcona; l'imparfait de type cantàiami, cantàiani).

     
    (it) Le gallurais en Sardaigne

    L' oltramontano présente quelques caractéristiques communes avec le groupe linguistique sicilien de l'Italie méridionale[3]. Ainsi, comme dans le Mezzogiorno, le son /è/ atone en finale d'un mot n'existe pas: u pastori ou a nazioni contre u pastore ou a nazione au nord.

    Le corse du sud est souvent considéré comme plus archaïque linguistiquement, dans le sens où il a subi moins d'évolutions par rapport aux langues mélangées du passé, il a ainsi conservé le u final que l'on trouve en italien médiéval.

    SardaigneModifier

    Du fait d'une ancienne et forte émigration de Corses sur l'île de la Maddalena, on y parle un corse similaire à celui de Sartène. Le gallurais et le sassarais, dialectes du nord de la Sardaigne, sont également très proches des parlers du sud de la Corse avec lesquels ils forment un continuum linguistique.

    ExceptionsModifier

    Les dialectes des villes fortifiées de Bonifacio (bonifacien)[15] et de Calvi (calvais), ont des dialectes ligures hérités de la période génoise, totalement différents du corse du reste de l'île. Le dialecte d'Ajaccio a été également influencé par le ligure, sans que celui prenne le dessus.

    Langue et cultureModifier

    Le mouvement culturel corse n'a pas vraiment cherché à imposer une langue unifiée à l'ensemble de l'île. Les linguistes corses parlent de « langue polynomique » ; son enseignement est fondé d'abord sur chaque variété locale puis sur la connaissance passive de l'ensemble des parlers de l'île. On assiste toutefois, depuis quelques années, chez les intellectuels, les créateurs, les professionnels de la communication, à l'émergence d'un « corse élaboré », relativement unifié.

    Cette langue présente sur un territoire où la pression démographique est faible, où la volonté de parler français (phénomène que l'on retrouve fréquemment ailleurs) pour mieux « s'intégrer » a créé une cassure linguistique entre les générations de la deuxième moitié du XXe siècle, où l'omniprésence d'une langue autre que le corse n'a jamais été aussi forte et massive qu'aujourd'hui (médias, scolarisation…), où un brassage des populations accru fait que les parents pouvant transmettre leur langue maternelle se font aujourd'hui de plus en plus rares, où enfin l'État français ne prend en compte que partiellement la réalité des langues dites minoritaires, fait que la question de sa survie est clairement posée. Le mouvement nationaliste récent lui a obtenu un statut de langue, enseignée de façon facultative dès l'école primaire.

    Du fait que le corse n'ait jamais été écrit sous l'occupation pisane ou génoise, il est remarquable que les toponymes officiels de Corse sont pour la plupart écrits en italien et non en corse. Aux XVe et XVIe siècles, quelques cartographes français se sont risqués à les traduire, mais seuls demeurent L'Île-Rousse et Saint-Florent (en italique apparaissent les noms historiques italiens ou français).

    Nom italien Nom corse Nom officiel
    Ajaccio Aiacciu/Aghjacciu Ajaccio
    Aleria Aleria Aléria
    Bastia Bastìa Bastia
    Bonifacio Bunifaziu Bonifacio
    Calvi Calvi Calvi
    Cervione Cervioni Cervione
    Corte Corti Corte
    Isola Rossa Lìsula L'Île-Rousse
    Porto Vecchio Portivechju Porto-Vecchio
    Propriano Prupià Propriano
    Rogliano Ruglianu Rogliano
    San Fiorenzo San Fiurenzu Saint-Florent
    Sartena Sartè Sartène
    Vico Vicu Vico

    ExemplesModifier

    Mot Traduction Prononciation standard Mot italien
    la terre a terra/a tarra a dèrra/a darra/ a tarra la terra
    le ciel u celu u celi ou dchélou/ ou tchéli il cielo
    l'eau l'acqua làkoua l'acqua
    le feu u focu u vògou il fuoco
    l'homme l'omu lòmou l'uomo
    la femme a donna a ona a donna la donna
    manger manghjà/magnà màn'dyia mania mangiare
    boire beie bia bia bere
    grand grande/grende/grandi/maiò gran'nde/grin'nde/mayò grande
    petit chjucu/pìcculu tioùgou/pic-coùlou piccolo
    le beurre u butiru/u butirru/u buttirulu/a grètula ou oudirou ou boutir(r)ou il burro
    le jour u ghjornu ou yiornou ou diornu il giorno

    OfficialitéModifier

     
    Les autres langues régionales de France.
     
    Panneaux de signalisation en corse.

    Au sens de la classification établie par l'Unesco, le corse fait partie des langues menacées[16] de disparition avant la fin du siècle.

    Le corse est cité parmi les langues régionales de France, dans la liste officielle publiée par le gouvernement français (ministère de la Culture/DGLF). Elle est utilisée dans la signalisation routière en Corse. Toutefois, ce n'est pas une langue officielle en France, seul le français ayant acquis ce statut en 1992, avec l'ajout d'un premier alinéa à l'article 2 de la constitution de 1958.

    Le , l'Assemblée de Corse vote une motion qui fait de la langue corse une langue coofficielle, avec le français. Toutefois, il s'agit d'une résolution symbolique, car elle est anticonstitutionnelle.

    RéférencesModifier

    1. François Héran, Alexandra Filhon et Christine Deprez, « La dynamique des langues en France au fil du XXe siècle », Population et société, Ined, no 376,‎ (lire en ligne [PDF]).
    2. (en) Fiche langue[cos]dans la base de données linguistique Ethnologue.
    3. a et b Ghjacumu Fusina et Fernand Ettori, Langue corse, incertitudes et Paris, Ajaccio, Scola Corsa, , p. 12 :

      « Au sud, on sera peut-être surpris de constater que la plus proche parenté n’est pas avec le sarde, pourtant si proche dans l’espace, mais avec les dialectes de l’Italie méridionale, notamment le calabrais. Un Corse du Sud parlant corse en Toscane sera identifié comme Calabrais ; un Corse du nord parlant corse en Sardaigne centrale sera identifié comme italien ; quant à un Sarde parlant sarde dans la péninsule, il ne sera pas compris. »

    4. « Corsica », dans Britannica (lire en ligne)
    5. « Map of the Romance languages », dans Britannica (lire en ligne)
    6. Cortelazzo, Manlio (1988). En effet, il existe et a existé un continuum d'intercompréhension avec les dialectes traditionnels de Toscane. Gliederung der Sprachräume/Ripartizione dialettale, in Lexikon der Romanistischen Linguistik (LRL), edited by G. Holtus, M. Metzeltin e C. Schmitt, vol. IV, Tübingen, Niemeyer, pg. 445-453
    7. Arrighi, Jean-Marie (2002). Histoire de la Corse, Edition Jean-Paul Gisserot, Paris, pg.51
    8. Toso, Fiorenzo. Lo spazio linguistico corso tra insularità e destino di frontiera, Università di Udine
    9. <<Pendant des siècles, toscan et corse ont formé un couple perçu par les locuteurs comme deux niveaux de la même langue.>> Fusina, Ghjacumu; Ettori, Fernand (1981). Langue Corse Incertitudes et Paris, Ajaccio, Scola Corsa, pg.81
    10. (it) « a viva voce », sur a viva voce (consulté le 25 avril 2018)
    11. Robert J. Blackwood, « Corsican distanciation strategies: Language purification or misguided attempts to reverse the gallicisation process? », Multilingua – Journal of Cross-Cultural and Interlanguage Communication, vol. 23, no 3,‎ , p. 233–255 (DOI 10.1515/mult.2004.011)
    12. «Dalla lettura di queste canzoni si vedrà che i Corsi non hanno, né certo finora aver possono, altra poesia o letteratura, fuorché l'italiana. [...] E la lingua côrsa è pure italiana; ed anzi è stata finora uno dei meno impuri dialetti d'Italia.», Salvatore Viale, incipit di Canti popolari corsi, 1843
    13. Xavier Poli - La Corse dans l'Antiquité et dans le Haut Moyen Âge p. 29 - Librairie Albert Fontemoing Paris 1907
    14. « Capraia, la più còrsa delle isole toscane »
    15. Éléments de grammaire du bonifacien http://gcompa.free.fr/site_b_dialecte/b_grammaire.html#ORIGINE
    16. UNESCO Atlas of the World's Languages in Danger : « Corsican », sur unesco.org

    Voir aussiModifier

     
    Consulter le Wiktionnaire rédigé en corse.

    Articles connexesModifier

    Liens externesModifier

    Sur les autres projets Wikimedia :