Propriano

commune française du département de la Corse-du-Sud

Propriano
Propriano
Vue de Propriano depuis un drone
Blason de Propriano
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Sartène
Intercommunalité Communauté de communes du Sartenais-Valinco
Maire
Mandat
Paul-Marie Bartoli
2020-2026
Code postal 20110
Code commune 2A249
Démographie
Gentilé Proprianais
Population
municipale
3 706 hab. (2018 en diminution de 0,75 % par rapport à 2013)
Densité 198 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 40′ 34″ nord, 8° 54′ 18″ est
Altitude 12 m
Min. 0 m
Max. 609 m
Superficie 18,73 km2
Unité urbaine Propriano
(ville-centre)
Aire d'attraction Propriano
(commune-centre)
Élections
Départementales Sartenais-Valinco
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Propriano
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Propriano
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Propriano
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Propriano
Liens
Site web mairie-propriano.com

Propriano est une petite ville et commune française située dans le département de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. La ville appartient à la piève de Viggiano.

GéographieModifier

 
Le golfe et la ville
 
Propriano Vue de Drone

Propriano est une petite ville portuaire située sur la rive sud du golfe éponyme, sur la côte sud-ouest de la Corse et au nord de l'embouchure du Rizzanese.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Propriano est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Propriano, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[1] et 4 561 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Propriano, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 13 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

ToponymieModifier

En corse la commune se nomme Prupià (prononcé [pru.ˈpja]).

HistoireModifier

 
Gravure du golfe en 1838.

Sur l'actuel territoire de la commune, des communautés grecques, romaines, pisanes et turques se sont développées. L'existence du village a été troublée par plusieurs vagues d'invasions, Vandales au Ve siècle et Sarrasins au VIIIe siècle.

La découverte des vestiges de deux églises (la plus ancienne datant du VIe ou du VIIe siècle) constitue l'un des témoignages les plus précoces de la christianisation de la Corse[6]. La plus ancienne est également la plus vaste (16 mètres sur 8 mètres 50), laissant envisager la présence d'un évêché. Les abords de ces deux églises (imbriquées l'une dans l'autre, la seconde, plus petite, ayant été construite à l'emplacement de l'ancienne) ont révélé la présence d'une nécropole remontant au IVe siècle[7].

Propriano doit son développement, au XIXe siècle, à la construction de la route reliant Ajaccio à Bonifacio, tracée en 1873. Le premier bâtiment fut construit avec un entrepôt à Fozzano. Le port devient à la même période le débouché maritime de Sartène, au détriment de Tizzano.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Amédée-Napoléon Brancaleoni
(1906-?)
  Ancien agent des compagnies françaises de navigation
Ancien consul de Yougoslavie à Ajaccio
Ancien membre de la Commission administrative départementale (1941-1943)[8]
Président de la Chambre de commerce d'Ajaccio
1971 2001 Emile Mocchi RPR  
2001 mars 2014 Paul-Marie Bartoli PRG Conseiller général de 2004 à 2010, membre du Conseil exécutif de la Corse depuis 2010
mars 2014 mai 2014
(démission)
Caroline Bartoli[9] DVG  
juin 2014 En cours Paul-Marie Bartoli PRG Conseiller général de 2004 à 2010, membre du Conseil exécutif de la Corse depuis 2010
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2018, la commune comptait 3 706 habitants[Note 3], en diminution de 0,75 % par rapport à 2013 (Corse-du-Sud : +5,78 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
3004673385016338068941 1351 515
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 8601 8091 9592 1051 8621 9591 9462 0111 554
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
1 7221 5301 8462 9503 0983 2173 1663 2323 243
2008 2013 2018 - - - - - -
3 2543 7343 706------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Propriano vue depuis le nord

Personnalités liées à la communeModifier

Jacques-Martin CAPPONI : peintre né à Ajaccio le , mais dont la famille est originaire de Propriano et c'est dans cette commune qu'il décèdera. Le père du peintre (Verano Capponi, né en 1830), agent voyer ainsi que son grand-père (Giuseppe Maria Capponi, né vers 1800) vivent tous deux dans la maison familiale de Tivolaggio (Propriano). Jacques-Martin Capponi poursuit un premier cycle d’études artistiques à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, grâce à une bourse du département qui lui est octroyée en 1886. Il y suit d’abord les cours de dessins, puis de peinture. Appelé sous les drapeaux pour effectuer son service militaire, il est contraint d’arrêter sa formation. En 1888, une fois libéré de ses obligations, il postule auprès de la municipalité de Bastia pour l’obtention de la bourse d’étude du legs Sisco qui lui aurait permis de partir étudier la peinture à Rome durant cinq ans. Le Conseil municipal de Bastia reconnait la valeur du postulant, qui lors de ses études à Paris était notoirement classé au nombre des élèves méritants du peintre Jean-Léon Gérôme. Toutefois, n’étant pas né à Bastia et des candidats natifs de la ville s’étant fait connaître, on ne pu lui donner satisfaction. C’est une seconde bourse d’étude décernée par le département de la Corse, obtenue en 1892, qui lui permet d’achever ses études à Paris. Ses premiers résultats sont rapidement prometteurs puisqu’une année il fait partie des dix candidats sélectionnés, admis à présenter le concours du prix de Rome. Le , à Marseille, Capponi épouse Marie Lantieri. En 1911, le peintre Novellini mentionne dans ses écrits avoir vu trois portraits de la main de Capponi, conservés dans la collection de la veuve du Sénateur Muraccioli, à Ajaccio (Portrait du Président Casanelli ; Portrait de Madame Muraccioli ; Portrait du sénateur Muraccioli). Novellini les estime d’une peinture ferme, vigoureuse et d’un grand effet. Le musée d’Ajaccio conserve diverses œuvres de cet artiste : Portrait du peintre François Corbellini ; Idylle (Salon de 1900) ; Anankè (Salon de 1901), Scène biblique. On note qu’une de ses sœurs, peintre elle aussi, ouvre un atelier de peinture à Bastia où elle acquiert une certaine notoriété. Jacques-Martin Capponi est mort à Propriano en 1936.

HéraldiqueModifier

 

Le blason de la ville : « Au premier d'argent à la tour soudée d'or, au second d'azur au poisson d'argent renversé en pal ; à la vergette de gueules brochant sur la partition. »

Affaires politico-financièresModifier

Le maire Paul-Marie Bartoli (PRG) a été jugé par le tribunal correctionnel de Bastia en avec un promoteur, une élue municipale et un notaire, pour une vente soupçonnée frauduleuse d'un terrain municipal en bord de mer en 2013.[14]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Unité urbaine 2020 de Propriano », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 décembre 2020)
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  6. Savatier F, Propriano, vieille paroisse corse, Pour la Science, février 2010, p 8
  7. La christianisation de la Corse, Historia, mars 2010, p. 13
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9615610j/f6.image.r=commission%20administrative?rk=407727;2
  9. « Municipales à Propriano : Caroline Bartoli élue maire », Corse Matin, 30 mars 2014
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Soupçons de complicité d'escroquerie: prison avec sursis et inéligibilité requises contre le maire de Propriano, France 3, 15 octobre 2020