Évêque

ecclésiastique qui dirige un diocèse

Un évêque Écouter est le dignitaire d'une Église chrétienne particulière ou d'un diocèse. Sous des formes et des modalités différentes, la fonction épiscopale existe depuis les origines du christianisme. Au cours des siècles, elle subsiste dans les Églises catholique et orthodoxe, ainsi que dans la Communion anglicane et dans certaines Églises protestantes.

Augustin, évêque d'Hippone, fresque du milieu du VIe siècle, Rome, palais du Latran[1].

Dans chacune de ces Églises, l'évêque est consacré par un ou plusieurs évêques issus d'une chaîne d'ordonnateurs qui, théoriquement, remonte dans le temps jusqu'à l'un des apôtres du Christ. C'est ce que l'on appelle la succession apostolique, qui est revendiquée par l'ensemble de ces Églises.

Dans le protestantisme et le christianisme évangélique, le ministère d'évêque est présent dans toutes les dénominations, souvent avec d'autres noms comme président du conseil ou surveillant général. Certains dénominations utilisent spécifiquement ce titre.

ÉtymologieModifier

Le mot évêque vient du mot gallo-roman *EPISCU[2], forme raccourcie du latin episcopus, lui-même issu du grec ἐπίσκοπος / episkopos, qui signifie littéralement « surveillant » ou « superviseur », c'est-à-dire responsable d'une organisation ou d'une communauté. Le mot est plusieurs fois utilisé dans les Épîtres de Paul, qui sont les textes les plus anciens du christianisme. Ἐπίσκοπος est formé à partir de la préposition ἐπί (« sur ») et du verbe σκοπέω (« observer »).

Avant le christianisme, le terme désignait diverses fonctions d'administrateur dans les domaines civil, financier, militaire ou judiciaire.

HistoireModifier

Premiers sièclesModifier

Si l’histoire de la fonction épiscopale remonte à l’époque des premiers développements de l’institution ecclésiale, ses origines et son évolution durant les premiers temps du christianisme demeurent largement conjecturales[3]. En outre, la documentation fragmentaire a souvent laissé libre cours, dès l’Antiquité, aux surinterprétations dogmatiques ou confessionnelles dans le but de légitimer des institutions nouvelles en cherchant à les couvrir de l’autorité des Apôtres[3], ce qui en fait une question débattue de longue date[4].

Ainsi, les tentatives de proposer une vision évolutive de l'épiscopat sur base des éléments lacunaires conservés des trois premiers siècles du christianisme, constitués de l'histoire discontinue de certaines Églises locales aux réalités singulières et peu interconnectées, demeure autant de gageures[5]. On peut néanmoins dégager quelques grands traits de cette évolution : dès l’apparition des premières communautés d’adeptes de la foi chrétienne, des fonctions de services à ces communautés sont apparues, des services ou ministeria (« ministères ») qui se sont peu à peu spécialisés puis institutionnalisés, dans un processus sans uniformité répondant aux spécificités et besoins de communautés locales éparses et diversifiées avant de peu à peu converger au IVe siècle vers une structuration peu ou prou similaire qui caractérise certaines fonctions dans la plupart des communautés de la Grande Église[6], aboutissant notamment au principe d’« une communauté, un évêque »[7].

Les temps apostoliquesModifier

 
Fresque représentant Jésus-Christ en pasteur, Catacombe de Priscille, seconde moitié du IIIe siècle.

Si c'est le grec episkopos qui donne les termes « épiscope » puis « évêque », les contours de la fonction ou de ses prérogatives — souvent d'ailleurs indistinctes de celles du « presbytre » — sont variables durant les premiers siècles dans des communautés chrétiennes locales, différentes, dispersées et il ne correspond guère à l'usage en cours dans l'Église actuelle[8]. Signifiant « surveillant », « gardien » ou encore « inspecteur », le terme episkopos est connu en grec classique dans le vocabulaire administratif  et religieux, pour qualifier des tâches de direction plus ou moins importantes, ainsi que comme attribut divin[9], un usage que l'on retrouve également à deux reprises pour Dieu dans la Septante où douze autres occurrences concernent des fonction de déléguées de gardien du Temple, de cadre de l'armée ou de directeur de travaux[9].

Absent des Évangiles, il n'apparait qu'à quatre reprises dans le Nouveau Testament pour désigner un office ecclésial qu'il est difficile de distinguer de celui du presbyteros (« ancien »)[9]. On le trouve deux fois au singulier[10] et deux fois au pluriel[11], notamment dans un passage des Actes des apôtres où l'épiscope est présenté comme un berger qui « fait paître » les fidèles[9]. On trouve également un usage du terme comme titre christologique dans la première épitre de Pierre[12].

La littérature néotestamentaire atteste de l'émergence au sein des premières communautés de disciples de Jésus de Nazareth  — qui professent que ce dernier est le Messie — d'une certaine diversité de ministères qui plongent leurs racines dans le judaïsme tardif, tant pour le judéo-christianisme jérusalémite que pour le pagano-christianisme hellénistique de type paulinien[13]. Dans les différentes « assemblées » (ἐκκλησία/ekklesia) du paléochristianisme, on rencontre des ministères de type « charismatiques » généralement itinérants[14]— apôtres, prophètes et docteurs, trois catégories bénéficiant de dons divins — aux côtés de ministères plus « institutionnels » — épiscopes, presbytres et diacres davantage liés à une communauté donnée[13] — qui relèvent, dans des groupes organisés ne connaissant pas encore de « clergé », de la catégorie des « hommes d'Église »[15] chargés de la gestion pratique, cultuelle, spirituelle, doctrinale… dans la vie quotidienne des fidèles[16].  

Subordonnés aux apôtres, les episkopoi et presbyteroi semblent avoir joué le rôle de proche collaborateurs des apôtres dont ils sont parfois les délégués dans une communauté donnée[17]. Ils assument leur charge de l'episkopè — la « surintendance » ou la « vigilance » auprès des communautés — de manière collégiale sous l'autorité apostolique[18].

CollégialitésModifier

 
Ignace d'Antioche, céramique byzantine du Xe siècle, Walters Art Museum.

Avec la disparition des apôtres qui, de leur vivant, jouissent assez naturellement de la principale autorité au sein des communautés[17], ainsi qu'avec l'estompement consécutif des attentes eschatologiques, une crise de l'autorité se fait jour[19]. On observe assez rapidement une montée en puissance des fonctions institutionnelles qui s'affirment face à l'autorité des charismatiques[20], même si certains d'entre eux subsistent çà et là[21] : bien que cela suscite des résistances[22], les épiscopes/presbytres et diacres deviennent progressivement les détenteurs du pouvoir dans les communautés[23], dont ils assurent la direction spirituelle et matérielle sous une forme collégiale calquée sur la gestion des synagogues[24].  

On observe les premières aspirations à l'épiscopat d'un seul ou « mono-épiscopat » dans les écrits d'Ignace d'Antioche — dont l'activité est généralement située dans les deux premières décennies du IIe siècle[25] — qui défend auprès des communautés d'Asie Mineure l'unité de l'Église par un système hiérarchique « conforme à la volonté de Dieu » où l'évêque unique est assisté d'un collège de presbytres (presbyterium) et des diacres[26], justifiant le primat par une approche théologique[27]. Mais sa défense polémique du modèle atteste que celui-ci est encore loin d'être la norme[19] dans des groupes de chrétiens toujours largement autonomes y compris au sein d'une cité comme Antioche[28].

A contrario, la documentation qui évoque les ministères paléochrétiens contemporaine d'Ignace ignore le mono-épiscopat et atteste de diverses formes de direction collégiales : le Didachè recommande l'élection « d'évêques et de diacres », la Première épître de Clément  évoque un collège de presbytres, le Pasteur d'Hermas mentionne des « ministres de l'Église », Polycarpe — lui-même qualifié de « presbytre apostolique »[29] — atteste seulement de presbytres et de diacres tandis qu'Ignace lui-même ne fait pas état de la présence d'un modèle mono-épiscopal à Rome ni ailleurs qu'en Asie Mineure[30]. Il faut cependant noter que les sources sont également muettes sur le fonctionnement de ces collégialités assurant l'episkopè, réduisant les chercheurs aux conjectures[31]. En outre, les fonctions des épiscopes et des presbytres ne se distinguent toujours pas nettement, les deux termes étant même parfois appliqués aux mêmes personnes[18] : on trouve ainsi, au tournant du IIe siècle, les communautés de Corinthe et de Rome dirigée par un collège de presbytres ou d'épiscopes assistés de diacres[32] tandis que dans le dernier quart du siècle ni Irénée de Lyon ni Clément d'Alexandrie ne font encore la distinction[33], bien que le premier semble bien connaître une structure mono-épiscopale[29].

Ainsi, les étapes qui mènent vers l'installation du mono-épiscopat et de l'épiscope comme chef unique d'une église locale, distinct du presbyterium, ne sont pas claires, restent débattues et ont dû différer selon les emplacements[34]. Bien qu'elles restent là aussi conjecturales, plusieurs reconstructions ont néanmoins été proposées[30] : l'une voit dans le phénomène l'évolution de la présidence du collège « des anciens » initialement détenue par l'un des apôtres dont l'épiscope serait le délégué puis l'héritier[35] ; une autre envisage le besoin d'unité des églises domestiques des cités, jusque-là relativement indépendantes et dirigées par des chefs de familles ou anciens, rassemblés en conseils sous la pression de facteurs externes comme les innovations doctrinales, d'où aurait progressivement émergée la figure de l'évêque unique[36] ; une dernière enfin, plus théologique, veut que l'Église se ressente depuis ses origines comme une communauté eucharistique rassemblée autour d'un chef de communauté devenu le « superintendant » unique pour chaque ville, selon le modèle « pas d'Église sans eucharistie et pas d'eucharistie sans évêque »[18].  

Quels qu'en soient les causes et facteurs, il est un fait que le mono-épiscopat tend à devenir le modèle commun à partir de la seconde moitié du IIe siècle[34].

Mono-épiscopatModifier

Le IIIe siècle voit l'apparition d'un modèle d'organisation de l'Église inspiré des cités qui aboutit à l'apparition d'un ordre clérical et la formation d'un clergé qui se distingue du peuple, sacralisant progressivement les fonctions hiérarchisées sur un modèle vétérotestamentaire[37]. Depuis la seconde moitié du IIe siècle, le modèle mono-épiscopal s'est ainsi généralisé[31] et l'évêque prend bientôt la tête de cette hiérarchie ecclésiastique pour devenir le dispensateur sur terre de l'auctoritas — une notion jusque-là exclusivement civile — confiée par Dieu à l'Église[37].

On le retrouve ainsi désormais à la tête de chaque église, à la tête de laquelle il est proposé au peuple par le clergé local en collaboration avec les évêques des cités environnantes[38]. Une fois élu par le peuple et ordonné par un collège d'évêques, il cumule tous les pouvoirs[38] : en outre d'assurer la prédication, c'est l'évêque qui assure les fonctions liturgiques et sacrées, assurant l'administration du baptême, la célébration de l'eucharistie, la réconciliation des pénitents, la formation, l'ordination et le contrôle des clercs[39], la consécration des vierges et veuves ainsi que celle des édifices religieux[40] ; il assure la direction de la communauté et administre ses ressources ainsi que ses membres — qu'il a le pouvoir d'excommunier[40] — dont il arbitre les conflits et qu'il assiste dans les difficultés ou les épreuves, dans un rôle qui s'apparente à celui de pater familias[38].

Cependant, l'émergence de la structure mono-épiscopale ne signifie pas pour autant la disparition de la collégialité : la charge d'évêque n'est pas concevable sans un presbyterium d'anciens qui le conseille et qui peut d'ailleurs assurer la vie de la communauté en cas d'absence de l'évêque ou de vacance du siège épiscopal[41] ; par ailleurs les évêques eux-mêmes se considèrent entre eux comme membres d'un collège, ouvrant la voie aux pratiques synodales[42].  C'est ainsi en collège que les évêques veillent à l'orthodoxie de la doctrine et de la manière dont elle est dispensée par les clercs[38].

Si le mono-épiscopat implique la présence unique d'un évêque — auquel seul revient désormais l'appellation d'episkopos/episcopus[38] — pour chaque agglomération, il existe cependant une grande disparité dans la distribution des sièges épiscopaux : quand en Afrique romaine le moindre bourg est doté d'un évêque[42], l'Égypte et la Gaule ne connaissent qu'un unique siège métropolitain pendant longtemps, favorisant alors le rôle des presbytres comme responsables pastoraux des communautés locales, préfigurant les paroisses[43].  L'évêque est quant à lui désormais lié à son Église, qu'il ne peut en principe quitter pour une autre, et y reçoit parfois le titre d'affectueuse vénération de « pape »[44] que l'on retrouve à Carthage, Alexandrie ou Rome mais aussi dans des agglomérations plus modestes[38]. Rapidement, une hiérarchie entre les évêques finit cependant par apparaître : les évêques de villes importantes peuvent souvent se réclamer d'une origine apostolique plus directe et président aux affaires des évêques d'une région donnée.

Empire chrétienModifier

Lorsque, à la fin du IIIe siècle, Eusèbe de Césarée rédige sont Histoire de l'Église, la figure de l'évêque est devenue incontournable dans les communautés chrétiennes désormais largement répandues autour de la Méditerranée, à telle enseigne qu'ils sont particulièrement visés lors des persécutions de Valérien (257-260) puis de Dioclétien (303-313)[7]. Ainsi, lorsque Constantin s'empare de la tête de l'Empire, le modèle épiscopal de direction des communautés chrétiennes est largement établi[7].

Succession apostoliqueModifier

L’affirmation selon laquelle les ministères de l'Église remontent aux apôtres est attestée dès les années 80 par les Épîtres pastorales et, une dizaine d'année plus tard, la Première épître de Clément affirme que les épiscopes, comme les diacres, ont été institués par les apôtres eux-mêmes[45], dans la première attestation connue de la chaîne de transmission de l'autorité Dieu-Christ-apôtres-épiscopes[46].

Très tôt apparaissent des listes d'épiscopes que l'on fait remonter aux apôtres afin de démontrer l’orthodoxie d’une communauté locale[45] dans un procédé connu dans la littérature antique qui a pour fonction de témoigner d'une ancienneté plutôt que d'une historicité[47] : si l'on en croit Eusèbe de Césarée († 339)[48] qui écrit au tournant du IVe siècle et pour lequel le sujet « tourne à l’obsession »[45], l’utilisation des premières listes d’épiscopes d'origines apostoliques débute avec Hégésippe de Jérusalem († 180) ; elles sont développées ensuite chez Irénée de Lyon († 202) qui leur consacre le livre III de son Adversus Hæreses, chez Hippolyte de Rome († 235) ou encore Julius Africanus († 240)[45]. Vers le milieu du IIIe siècle, dans le cadre d'un conflit d'autorité dans sa communauté, Cyprien de Carthage affirme que les évêques, institués par Jésus lui-même dans la personne des apôtres, sont supérieurs aux diacres[45] qui ne l'ont été qu'à la Résurrection[49].

Dès la fin IVe siècle, l'apparition du terme « apostolique » dans le Credo atteste de cette revendication d'une continuité de l’Église tant dans son message et dans ses institutions depuis l'époque des apôtres[50] et, au début du Ve siècle, Augustin d'Hippone fixe la doctrine selon laquelle les évêques sont dépositaires de la succession de ces derniers : depuis lors, « le motif ecclésiologique qui fait des évêques les successeurs des apôtres paraît ressortir à la catégorie des invariants »[51].

Épiscopat dans les confessions chrétiennesModifier

Église catholiqueModifier

Théologie catholique de l'épiscopatModifier

La théologie de l'épiscopat distingue trois éléments constitutifs, de droit divin, tous trois également d'origine apostolique :

  • La titulature attribuée par l'élection, ou la désignation canonique, qui investit du droit au siège ;
  • Le pouvoir d'ordre, conféré par l'imposition des mains, ou ordination épiscopale, par un ou plusieurs évêque, qui alloue à son tour les pouvoirs sacramentels d'ordination épiscopale et sacerdotale, le pouvoir de confirmation pouvant être délégué par l'évêque dans son diocèse.
  • La juridiction, assumée au moment de la prise de possession du siège, ou investiture, qui confère l'autorité spirituelle et administrative immédiate sur une portion donnée du peuple de Dieu, l'Église particulière : diocèse, ou éparchie, ou patriarcat (ou même l'ensemble de l'Église catholique, dans le cas précis du pontife romain, c'est-à-dire du pape, qui est évêque de Rome.

Ces trois éléments, normalement unis et coordonnés l'un à l'autre, peuvent être accidentellement disjoints. La titulature et la juridiction peuvent varier, en cas de démission, ou de mutation de siège, par exemple. Le pouvoir d'ordre est donné pour toujours : sacerdos in aeternum.

La titulature et la juridiction sont distinctes pour chaque évêque ; ce sont elles qui constituent la hiérarchie ecclésiastique. Le pouvoir d'ordre, quant à lui, est unique et identique pour tous les évêques. Il fonde ce qu'on appelle la collégialité épiscopale. Tous trois, titulature, pouvoir d'ordre et juridiction, sont une participation au sacerdoce du Christ, unique vrai prêtre et pasteur.

Titres et fonctionsModifier

 
Mitre de Jacques de Vitry, fabrication anglaise entre 1216 et 1230, conservée dans le trésor d'Hugo d'Oignies à Namur.
Évêque diocésain et évêque titulaireModifier

On distingue entre l'évêque diocésain et l'évêque titulaire : « Sont appelés diocésains les Évêques auxquels est confiée la charge d'un diocèse; titulaires, les autres Évêques »[52]

Dans l'Église latine, l'évêque diocésain peut être :

  • Pape, évêque de Rome, ayant juridiction sur ce diocèse mais aussi ayant une juridiction plénière complète sur toute l’Église catholique
  • Primat, archevêque d'un diocèse le plus prestigieux et le plus ancien d'un pays (Par exemple, Lyon pour la France) et dont il a la juridiction
  • Patriarche, archevêque ayant ce titre (dans l'Église latine seulement honorifique), comme par exemple de Lisbonne ou de Venise
  • Archevêque, évêque investi de la charge d'un archidiocèse

L'évêque titulaire peut être :

  • au service du pape dans la curie romaine ou comme nonce apostolique etc.
  • pour excercer une fonction sur le territoire de divers diocèses[53], comme directeur d'une œuvre missionnaire pontificale, assistant ecclésiastique de l'Action catholique, recteur d'université catholique etc.
  • au service d'un diocèse particulier, comme évêque auxiliaire

Les évêques titulaires mentionnés jusqu'ici reçoivent le titre d'un siège titulaire, un diocèse éteint ou supprimé. Il y a aussi des évêques titulaires sans siège titulaire :

  • L'évêque émérite, qui, pour des raisons de santé ou pour avoir atteint la limite d'âge ou pour d'autres raisons, a présenté la démission de sa charge d'évêque diocesain, acceptée par le pape
  • L'évêque coadjuteur destiné à être successeur de l'actuale évêque diocésain
Évêques en situation irrégulièreModifier

Évêque suspendu par Rome, et perdant toute juridiction, s'il en avait une, mais gardant le pouvoir plénier d'ordination qui devient illicite mais qui reste valide.

Évêque excommunié latae sententiae (excommunication automatique) pour avoir consacré un nouvel évêque sans l'aval de Rome, mais conservant cependant son pouvoir plénier d'ordination, lequel devient illicite et conduit en principe à un schisme.

ParamentiqueModifier

 
Anneau pastoral portant le chrisme

Un évêque catholique se reconnaît à différents attributs :

  • Il porte une croix pectorale et un anneau pastoral (anneau épiscopal) ;
  • Sa soutane (ou livrée) est violette, autrefois entièrement, aujourd'hui noire doublée et filetée de cramoisi, avec une ceinture large en soie, ou en moire, voire en matière soyeuse, faisant le tour de la taille et se fermant sur le côté gauche, retombant en deux pans descendant au-dessous du genou ;
  • Une calotte violette ;
  • Il porte une mitre lors des cérémonies liturgiques ;
  • Il dispose d'une crosse symbole de sa fonction de pasteur ;
  • Il se choisit une devise épiscopale ;
  • Il a des armoiries composées d'un écu propre à chaque évêque entouré d'ornements extérieurs communs à tous les évêques :
    • un « chapeau » : vert pour les évêques et archevêques ou les assistants au trône pontifical, rouge pour les cardinaux. Ce vert était, à l'origine, le symbole de leurs franchises et exemptions de droits ;
    • entourant le chapeau des évêques : une cordelière d'où pendent douze voire vingt houppes vertes (ou glands appelé galero) accompagne les ornements extérieurs de l'écu. Le vert en héraldique se dit sinople. Les houppes pendant de chaque côté du chapeau et son posées 1, 2, 3, voire 1, 2, 3 et 4. Les houppes sont au nombre de trente pour les archevêques, également vertes et posées en cinq rangs de chaque côté, dans cet ordre : 1, 2, 3, 4, 5 ;
    • l'écu est posé sur une croix de procession : à une traverse[54] pour les évêques, et plusieurs traverses pour les archevêques, primats ou cardinaux ;
    • une devise figurant sous l'écu. L'évêque la choisit lui-même et la conserve toute sa vie, même lorsqu'il est promu cardinal par exemple ;
    • autrefois, les insignes et rubans de décorations et médailles entouraient l'écu ;
    • pour certains évêques et pour tous les archevêques un pallium entoure aussi parfois l'écu (mais pas toujours même pour ceux qui y ont droit, ni pour ceux de haut rang comme les primats ou les cardinaux). Le pallium s'agit d'un ornement liturgique catholique consistant en une bande d'étoffe de laine blanche. Son nom vient du latin pallium (au pluriel pallia) qui signifie manteau. Le pallium est orné de cinq croix pattées monochromes en soie symbole des plaies du Christ, une sur chaque appendice et quatre sur la partie circulaire. Les croix et les extrémités des parties pendantes du pallium noires (sauf pour le Pape où elles sont de couleur rouge). Pendant toute une partie du Moyen Âge les croix du pallium ont été de couleur rouge pour tous ;
    • une mitre était souvent posée sur l'écu mais cet usage est maintenant prohibé depuis quelques dizaines d'années.
    • une couronne était autrefois posée sur l'écu. Elle était soit familiale, soit représentant les titres de noblesse attachés au chef d'un évêché.

Nomination et consécrationModifier

Les évêques sont nommés par le pape, à partir de listes transmises à Rome par le nonce apostolique, établies par les évêques d'une même province ou même région ecclésiastique. Chaque évêque a le droit de faire des propositions.

Dans le passé, la désignation des évêques a souvent donné lieu à des luttes entre les pouvoirs politiques et l'Église catholique, par exemple la querelle des Investitures, au XIe siècle, entre les papes et les empereurs romains germaniques.

De nos jours, les évêques sont nommés par le Saint-Siège, cette règle connaissant des exceptions, comme en France pour l'évêque aux armées qui est fonctionnaire, et pour l'archevêque de Strasbourg et l'évêque de Metz, qui sont nommés formellement par le président de la République française (selon le concordat en Alsace-Moselle) mais sur proposition de Rome, et quelques diocèses de Suisse.

D'autre part, dans les Églises catholiques orientales, les évêques des Églises patriarcales et archiépiscopales majeures sont désignés par le synode ou par le patriarche.

Église orthodoxeModifier

Théologie orthodoxe de l'épiscopatModifier

 
Mitre d'évêque orthodoxe ornée d'icônes du Christ, de la Théotokos et de Jean le Baptiste.

L'évêque occupe le degré suprême de la hiérarchie ecclésiastique. Il est le successeur des apôtres qui préside à l'eucharistie. Il est l'icône du Christ et le pasteur d'une église particulière dont il porte le nom dans sa titulature. Il est le surveillant et le responsable de la doctrine et de l'enseignement de ses ouailles. Il veille à la communion à l'intérieur de son église et à la communion de son église avec les autres églises orthodoxes.

Seuls les hiéromoines (moines, prêtres) accèdent à l'épiscopat. Il en découle que les évêques orthodoxes sont astreints non seulement au célibat mais aussi au monachisme, contrairement aux prêtres orthodoxes qui peuvent rester mariés s'ils l'étaient déjà avant leur ordination diaconale.

L'évêque orthodoxe n'est pas « responsable d'une portion du peuple de Dieu » selon la formule du catholicisme. Il est, par la grâce de son épiscopat et par la sainte eucharistie qu'il préside ou qui est célébrée en son nom, celui qui a le pouvoir sacramentel de transformer en Église le troupeau de fidèles qui se rassemble autour de lui.

TitulatureModifier

ParamentiqueModifier

Les vêtements de l'évêque célébrant à l'autel :

  • Le sakkos, l'ample tunique impériale garnie de grelots.
  • Sur les icônes cependant, les évêques ne portent pas le sakkos mais la chasuble traditionnelle. Si cette chasuble est ornée de croix foncées sur fond clair, on l'appelle le polystavrio.
  • L'omophore, grande écharpe de laine qui est pliée autour de la tête et retombe devant et derrière. Elle symbolise la brebis perdue que le Christ porte sur ses épaules. Elle est le symbole même de l'épiscopat.
  • La Panaghia, un médaillon pectoral représentant la Mère de Dieu, du Signe.
  • Les évêques honorés d'un titre honorifique portent en plus une croix pectorale et une aigle bicéphale.
  • La crosse épiscopale est un bâton surmonté d'une croisette entourée de deux figures de serpents affrontés qui symbolisent la prudence et la sagesse.
  • La mitre épiscopale est une couronne en dôme.
  • Il est accompagné de deux sous-diacres portant chacun un chandelier, l'un à trois branches, l'autre à deux. Ce sont les symboles de la foi orthodoxe, en la Trinité et dans les deux natures du Christ.

La tenue solennelle de l'évêque présidant au chœur est la mandia, traîne violette ornée de bandes rouges et blanches.

Les vêtements de l'évêque en tenue de ville sont :

  • Il est habillé en moine avec son kalimaphion surmonté d'un voile.
  • Il porte son médaillon pectoral avec éventuellement la croix et l'aigle.
  • Il a un bâton pastoral.

Églises protestantesModifier

Églises anglicanesModifier

 
Katharine Jefferts Schori, évêque présidente de l’Église épiscopalienne américaine (2006–2015), première femme primat dans la Communion anglicane[55]
Théologie et disciplineModifier

Chez les protestants, la succession apostolique n'est généralement pas considérée comme historique, mais comme spirituelle. Les Églises anglicanes (certaines sont appelées épiscopaliennes) ont conservé l'épiscopat, qui fait partie de leur héritage d'avant la décision de rupture d'Henri VIII[56]. L'ordination sacramentale à vie par trois évêques, la conservation de la succession apostolique (souvent dite historique) et les devoirs et responsabilités de l'évêque suivent les grandes lignes de l'épiscopat catholique et orthodoxe .

Les évêques sont soit nommés, soit élus, suivant les us et coutumes de chacune des trente-huit provinces (églises nationales) de la Communion anglicane.

Ministère fémininModifier

Les femmes sont admises à l'épiscopat dans majorité des provinces anglicanes y compris l'Angleterre[57],[58]. La première femme à devenir évêque anglican, Barbara Harris, a été élue évêque suffragante dans le diocèse épiscopalien du Massachusetts en 1988 et consacrée le . Penny Jamieson est la première évêque anglicane diocésaine pour le diocèse de Dunedin le [59].

ParamentiqueModifier

De façon courante à la ville, ils portent souvent une chemise violette, ce qui n'est jamais le cas des évêques catholiques.

Les vêtements à l'autel sont semblables à ceux des évêques catholiques. Au chœur, pourtant, les évêques anglicans portent des vêtements très particuliers :

  • La soutane violette,
  • Le rochet, comme une aube mais avec des manches très larges resserrées aux poignets,
  • Le chimère, une espèce de chape légère, noir ou rouge,
  • L'écharpe ou tippet, comme une étole noire très longue,
  • Croix pectorale, anneau, crosse.

Églises protestantesModifier

Théologie et disciplineModifier

Dans le protestantisme (au sens strict, Irvingiens exceptés), seules certaines Églises luthériennes, méthodistes et quelques rares Églises réformées connaissent un ministère épiscopal personnel, qui est une fonction de l'Église et non un ordre sacramentel[60]. Les luthériens français désignent cette fonction par le terme d'inspecteur ecclésiastique. À noter que dans les pays scandinaves et dans une partie de l'Allemagne, la succession apostolique historique a été conservée puisque les diocèses catholiques sont devenus luthériens en bloc lors de la Réforme. Dans l'Église luthérienne, on garde le souvenir de cette étymologie en nommant les évêques des inspecteurs ecclésiastiques.

Ces fonctions sont électives, c'est-à-dire démocratiques ; le suffrage des fidèles s'exerçant soit directement au premier degré, soit au second degré. Dans la plupart des confessions protestantes acceptant le ministère épiscopal, la continuité apostolique est généralement entendue comme signifiant la fidélité à l'enseignement apostolique - une succession spirituelle donc, et non historique.

Dans les autres Églises protestantes, au niveau de l'Église locale, le ministère épiscopal est celui des pasteurs (traditionnellement élus), et collégialement des anciens. Le consistoire, ou conseil presbytéral est élu par l'assemblée générale qui élit aussi, dans le système presbytéro-synodal, un certain nombre de délégués au synode. Au niveau d'une union nationale, le ministère d'unité est assuré par les synodes et conseils élus par eux, avec parfois une forte concentration sur la personne de leur président. À défaut, il l'est par la collégialité des pasteurs.

Ministère fémininModifier

Les églises protestantes connaissent un épiscopat féminin, comme elles connaissent les ministères pastoraux féminins.

En 1918, Alma Bridwell White fut consacrée évêque méthodiste par William Baxter Godbey, et fut donc la première femme évêque aux États-Unis.

Christianisme évangéliqueModifier

Dans le christianisme évangélique, le ministère d’évêque avec des fonctions de surveillance sur un groupe de pasteurs est présent dans certaines dénominations chrétiennes évangéliques [61].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Karla Pollmann (éd.) et Meredith Jane Gill (éd.), Augustine Beyond the Book : Intermediality, Transmediality and Reception, BRILL, (ISBN 978-90-04-22213-7), p. 17-22
  2. Étymologie du mot évêque sur le site de CNRTL (lire en ligne) [1]
  3. a et b Mimouni et Maraval 2007, p. 412.
  4. voir notamment Alexandre Faivre, Naissance d'une hiérarchie : Les premières étapes du cursus clérical, Beauchesne, , (en) Richard Patrick Crosland Hanson, « Office and Concept of Office in the Early Church », dans R.P.C. Hanson, Studies in Christian Antiquity, Edinbourgh, T. & T. Clark, (ISBN 978-0567093639), p. 117–143, (en) Charles A. Bobertz, « The Development of Episcopal Order », dans H. W. Attridge and G. Hata (éds.), Eusebius, Christianity and Judaism, Leiden, Brill, (ISBN 978-90-04-09688-2), p. 183–211, (en) Laura Salah Nasrallah, An Ecstasy of Folly : Prophecy and Authority in Early Christianity, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-01228-8), (en) Karen Jo Torjesen, « Clergy and Laity », dans S. A. Harvey and D. G. Hunter (éds.), The Oxford Handbook of Early Christian Studies, Oxford, Oxford University Press, coll. « Christian Studies », (ISBN 9780199271566), p. 389–405 cités par (en) David M. Gwynn, « Episcopal Leadership », dans Scott Fitzgerald Johnson (éd.), The Oxford Handbook of Late Antiquity, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-027753-6), p. 877
  5. Baslez 2016, p. 10.
  6. Mimouni et Maraval 2007, p. 413.
  7. a b et c Gwynn 2015, p. 880.
  8. Baslez 2016, p. 19.
  9. a b c et d Cattaneo 2017, p. 35.
  10. 1Tim 3. 2, Tt 1. 7
  11. Ac 20. 28, Ph 1. 2
  12. 1 P 2. 25
  13. a et b Mattéi 2008, p. 233-234.
  14. La typologie qui assigne depuis les travaux de Harnack aux ministres « charismatiques » une nature itinérante est depuis nuancée et l'on considère par exemple qu'il y avait des « prophètes » fixés dans des communautés ; pour approfondir, cf. Brian J. Capper, « Apôtres, Maîtres de maison et domestiques », Études théologiques et religieuses, vol. 81, no 3,‎ , p. 407-411 (ISSN 0014-2239)
  15. Baslez 2016, p. 77.
  16. Baslez 2016, p. 9.
  17. a et b Cattaneo 2017, p. 81.
  18. a b et c Cattaneo 2017, p. 82.
  19. a et b Gwynn 2015, p. 878.
  20. Norelli 2015, p. 188.
  21. On rencontre encore des « prophètes » et des « prophétesses » ainsi que des « docteurs » jusqu'au IIIe siècle, qui ont cependant définitivement perdu leur fonction itinérante ; cf.  Simon Claude Mimouni et Pierre Maraval, Le christianisme des origines à Constantin, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », (ISBN 978-2-13-052877-7), p. 416
  22. Gwynn 2015, p. 879.
  23. Norelli 2015, p. 173.
  24. Mimouni et Maraval 2007, p. 414.
  25. Cette datation haute est remise en question par plusieurs chercheurs dont récemment Timothy Barnes qui date les écrits d'Ignace des années 140 ; cf. (en) Timothy D. Barnes, « The Date of Ignatius », The Expository Times, vol. 120, no 3,‎ , p. 119–130 (ISSN 0014-5246, lire en ligne, consulté le )
  26. Norelli 2015, p. 189.
  27. Pour Ignace, comme il y a un seul Dieu, il y a un seul évêque, image du Père auquel il convient de se référer et se soumettre ; les presbytres correspondent eux aux apôtres et les diacres effectuent le service du Christ ; cf. Claudio Moreschini et Enrico Norelli (trad. Madeleine Rousset), Histoire de la littérature ancienne grecque et latine, Genève, Labor et Fides, (ISBN 978-2-8309-0942-5), p. 140
  28. Claudio Moreschini et Enrico Norelli (trad. Madeleine Rousset), Histoire de la littérature ancienne grecque et latine, Genève, Labor et Fides, (ISBN 978-2-8309-0942-5), p. 140
  29. a et b Cattaneo 2017, p. 87.
  30. a et b Cattaneo 2017, p. 85.
  31. a et b Cattaneo 2017, p. 86.
  32. Norelli 2015, p. 177.
  33. Mimouni et Maraval 2007, p. 416.
  34. a et b Mimouni et Maraval 2007, p. 416-417.
  35. Cattaneo 2017, p. 84.
  36. Cattaneo 2017, p. 83.
  37. a et b Mimouni et Maraval 2007, p. 418.
  38. a b c d e et f Mimouni et Maraval 2007, p. 419.
  39. Joye 2019, p. 106.
  40. a et b Maraval 2006, p. 168.
  41. Cattaneo 2017, p. 134.
  42. a et b Cattaneo 2017, p. 88.
  43. Cattaneo 2017, p. 89.
  44. Philippe Levillain, « Pape », dans Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la Papauté, Fayard, (ISBN 9782213025377), p. 1244
  45. a b c d et e Régis Burnet, « La notion d’apostolicité dans les premiers siècles », Recherches de Science Religieuse, vol. 103, no 2,‎ , p. 201
  46. Norelli 2015, p. 178.
  47. Baslez 2016, p. 11.
  48. Histoire Ecclésiastique, III, 11 ; III, 32, 2 ; IV, 8, 1
  49. Lettres, 3, 3, 1
  50. Régis Burnet, « La notion d’apostolicité dans les premiers siècles », Recherches de Science Religieuse, vol. 103, no 2,‎ , p. 202
  51. Fabrice Delivré, « Succession apostolique : Autorité des évêques et pouvoir des clés dans l’Occident médiéval (fin XIe-milieu XVe siècle) », dans Jean-Philippe Genet (dir.), La légitimité implicite, Paris, éditions de la Sorbonne, (ISBN 979-10-351-0031-5), p. 111
  52. Code de Droit Canonique, canon 376 ; cf. canons 134 §3, 381 §2 et 450 §1, et Siège titulaire#Distinction entre évêque titulaire et siège titulaire
  53. CDC, canon 443 § 1,3, canonj 450 § 1; décret Christus Dominus nº 42
  54. Fournot Frédéric, docteur en histoire moderne, Université de Bourgogne
  55. "US Episcopal Church installs first female presiding bishop" article publié par Journeyonline.com.au le 7 novembre 2006 cosnulté le 19 novembre 2010
  56. William A. Dyrness et Veli-Matti Kärkkäinen, Global Dictionary of Theology : A Resource for the Worldwide Church, USA, InterVarsity Press, , p. 256.
  57. Female ordination in the Episcopal Church, USA (ECUSA) site de Religioustolerance.org consulté le 19/11/2010
  58. En décembre 2014, l'église anglicane d'Angleterre nomme sa première femme évêque L'église d'Angleterre nomme sa première femme évêque, Le Monde, 17 décembre 2014
  59. ACANZP Lectionary, 2019 (p. 145)
  60. J. Gordon Melton, Encyclopedia of Protestantism, Infobase Publishing, USA, 2005, p. 91-92
  61. Walter A. Elwell, Evangelical Dictionary of Theology, Baker Academic, USA, 2001, p. 171

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Ouvrages et articles spécialisésModifier

  • Enrico Cattaneo (trad. de l'italien par Agnès Bastit et Christophe Guignard), Les ministères dans l’Église ancienne : Textes patristiques du Ier au IIIe siècle, Paris, éditions du Cerf, , 666 p. (ISBN 978-2-204-11542-1)
  • Florian Mazel, L'évêque et le territoire. L'invention médiévale de l'espace (Ve – XIIIe siècle), Seuil, coll. « L'Univers historique », Paris, 2016 (ISBN 978-2021183108)
  • (en) David M. Gwynn, « Episcopal Leadership », dans Scott Fitzgerald Johnson (éd.), The Oxford Handbook of Late Antiquity, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-027753-6), p. 876-916
  • (en) Claudia Rapp, Holy Bishops in Late Antiquity : The Nature of Christian Leadership in an Age of Transition, University of California Press, (ISBN 978-0-520-93141-1)
  • Paul Christophe, L'élection des évêques dans l'Église latine au premier millénaire, Paris, Cerf, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-204-08952-4)
  • (en) Peter Norton, Episcopal Elections 250-600 : Hierarchy and Popular Will in Late Antiquity, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-920747-3)
  • Simon Claude Mimouni et Pierre Maraval, Le christianisme des origines à Constantin, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », , 528 p. (ISBN 978-2-13-052877-7), chap. IV. I (« Le développement des institutions et de la doctrine : L'organisation des communautés »)
  • Pierre Maraval, Le christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », , 3e éd. (ISBN 978-2-13-054883-6), chap. II (« Le développement des institutions du christianisme »)
  • Brian J. Capper, « Apôtres, Maîtres de maison et domestiques », Études théologiques et religieuses, vol. 81, no 3,‎ , p. 407-411 (ISSN 0014-2239)
  • André Lemaire, Les Ministères aux origines de l'Église : Naissance de la triple hiérarchie, évêques, presbytes, diacres, Cerf, 1971

Ouvrages généralistesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier