Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RAF.

La Royal Air Force (« Force aérienne royale » en français, abrégée en RAF) est l'armée de l'air de l'armée britannique. Elle forme avec la British Army et la Royal Navy les Forces armées britanniques. Sa devise (motto) est Per Ardua ad Astra qui signifie « À travers les embûches jusqu'aux étoiles ».

Royal Air Force
Image illustrative de l'article Royal Air Force
Drapeau de la RAF.

Création [1]
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Allégeance Monarque britannique
Ministère de la Défense
Branche Force aérienne
Type Armée
Effectif 31 000
Fait partie de British Armed Forces
Couleurs RAF roundel.svg RAF-Finflash-Noncombat.svg
Devise Per Ardua ad Astra
(« À travers les embûches jusqu'aux étoiles »)
Marche Royal Air Force March Past
Équipement 827 aéronefs [Quand ?]
Commandant Air Chief Marshal Sir Stephen Dalton (en)

Crée le , devenant la 1re armée de l'air indépendante du monde, par regroupement des Royal Flying Corps (RFC) et Royal Naval Air Service (RNAS)[1].

Sommaire

HistoriqueModifier

La Première Guerre mondialeModifier

Article détaillé : Première Guerre mondiale.

La Royal Air Force est l'héritière du Royal Flying Corps, son nom a changé en avril 1918. Ses principaux chasseurs étaient le Sopwith Camel et le SE.5a. À sa création, elle aligne 20 000 avions et 300 000 hommes et participe aux dernières opérations du premier conflit mondial.

La position insulaire de l'île fonda la doctrine à venir du bombardement stratégique.

L'entre-deux-guerresModifier

Elle joua le rôle de police du ciel de l'Empire britannique en soutien aux maigres forces de la British Army dispersée à travers le monde. La Royal Air Force se déploie dans le cadre d’une doctrine nommée Air Control.

En , lors de la troisième guerre anglo-afghane, une tonne de bombes est larguée quotidiennement contre l’Afghanistan, principalement sur la ville de Jalalabad, sans que les Afghans aient la capacité de répliquer. Un maximum de 2 tonnes par jour sera atteint. Le , Kaboul est également bombardée. Le Palais royal est partiellement touché. Cela mettra fin à la guerre[2].

En 1920, éclate en Irak, passant alors sous mandat britannique de la SDN, une rébellion. Celle-ci est matée par voie aérienne. La Royal Air Force au cours de nombreuses missions totalisant 4 000 heures de vols, emploie 97 tonnes de bombes, 183 000 munitions et n’enregistre que 9 tués, 7 blessés et 11 appareils détruits. Environ 9 000 rebelles perdent la vie dans ce conflit. Certains seront victimes de gaz de combat de type moutarde, voire d’armes au phosphore[3].

La RAF organisa la première grande évacuation par voie aérienne entre décembre 1928 et février 1929 lorsque lors du pont aérien de Kaboul (en) ou 586 étrangers et personnalités durent quitter la capitale afghane lors d'une guerre civile[4],[5].

En 1938, l'effectif est de 35 000 personnes.

La Seconde Guerre mondialeModifier

 
Des avions de la Royal Air Force à l'aéroport de Karachi pendant la Seconde Guerre mondiale.
Article détaillé : Seconde Guerre mondiale.

Elle a joué un rôle considérable lors de la Seconde Guerre mondiale et notamment lors de la bataille d'Angleterre, où sa résistance, confortée par l'atout technique que représentaient les radars britanniques, a permis au Royaume-Uni de ne pas perdre le contrôle des airs qui eut été indispensable à la Wehrmacht pour toute tentative d'invasion des îles Britanniques.

Des centaines de pilotes polonais, tchèques, français et belges réfugiés en Grande-Bretagne ont participé à la bataille d'Angleterre et ont formé plus tard des escadrilles nationales qui combattirent sur divers fronts, principalement en Europe, mais aussi en Afrique.

Après la victoire de la bataille d'Angleterre, la Royal Air Force a contribué à mettre sous pression les régions de l'Allemagne qui étaient à sa portée. Les bombardements les plus massifs furent ceux de Hambourg (opération Gomorrah), Berlin et de Dresde, villes qui subirent des dégâts considérables. Les escadres de bombardement britanniques opéraient surtout la nuit, relayant les escadres américaines opérant pendant la journée.

 
Spitfire, un des atouts de la bataille d'Angleterre.

La RAF de l'époque était divisée en trois grands commandements, le Fighter Command (commandement de la Chasse), le Bomber Command (commandement du Bombardement) et le Coastal Command (commandement côtier). Par contre la Fleet Air Arm ne faisait pas partie de la RAF mais de la Royal Navy.

L'unité de base tant en chasse qu'en bombardement était le squadron, correspondant au groupe français. Les squadrons étaient souvent regroupés en wings (escadres) ou en groups (régiments) dans les bases importantes. Les squadrons de chasse étaient divisés en flights (escadrilles), eux-mêmes divisés en patrouilles de trois, puis quatre appareils. Trois forces aériennes tactiques fut créées durant le conflit pour le soutien des troupes au sol dont le Second Tactical Air Force. Notons un Balloon Command (en) disposant à son pic d'activité de 33 000 personnels chargés des 2 000 ballons captifs de défense antiaérienne flottant en continu à partir de 1940 en Grande-Bretagne[6] et un RAF Ferry Command rapatriant les avions construits en Amérique du Nord.

L'ensemble des pertes aériennes de la RAF sur les théâtres d'opérations d'Europe et de Méditerranée sera au 8 mai 1945 de 11 968 bombardiers et 10 061 chasseurs détruits et 79 281 personnels manquants[7].

Le Premier ministre en exercice, Winston Churchill, résuma en 1940 l'importance du rôle joué par la Royal Air Force dans une formule passée à la postérité : « Jamais tant de gens n'ont dû autant à si peu »[8].

Bataille de FranceModifier

Bien que peu connu du grand public français, l'effort aérien britannique fut important dans la bataille de France.

Au 10 mai 1940, la RAF avait engagé 416 avions dont 92 chasseurs et 192 bombardiers sur le sol français. Cette force aérienne, la BAFF (British Air Forces in France (en)) était sous le commandement de l'Air Marshal Barratt (en) et se subdivisait à son tour en Advanced Air Striking Force (AASF) supposée épauler l'armée de l'air française et l'Air Component of the British Expeditionary Force (BEF) chargée de soutenir le Corps expéditionnaire britannique.

Au 30 mai, 35 chasseurs (sur 650 possédés par le Royaume-Uni) et 40 bombardiers (sur 286) étaient en France.

Elle a perdu 959 avions et eu 1 526 tués, blessés et disparus (pertes légèrement supérieures à celles de l'armée de l'air française) et revendique 940 victoires (vraisemblablement autour de 500 victoires) et 3 968 tonnes de bombes larguées.

Royal Air Force Bomber CommandModifier

Article détaillé : Royal Air Force Bomber Command.

Les équipages de bombardiers de ce commandement eurent de très lourdes pertes. Sur les 89 119 hommes d'équipages, 48 876 furent tués dont 450 parmi les 10 510 faits prisonniers. Au total, seul 27 % des effectifs survécut à un tour de 30 opérations.

12 726 avions furent détruits dont 928 à l'entraînement.

Les non-britanniques dans la RAFModifier

L'une des forces de la RAF fut d'assimiler de nombreuses nationalités venues de l'ensemble de l'Empire britannique, des nations occupées par l'Allemagne nazie et des volontaires des États-Unis.

Les dominions du Commonwealth lui ont apporté 24 squadrons australiens, 47 canadiens, 12 indiens, 6 néo-zélandais et 26 sud-africains.

La RAF forma un total de 45 escadrons et 2 escadrilles de Belges, Danois, Égyptiens, Français, Grecs, Néerlandais, Norvégiens, Polonais, Tchécoslovaques et Yougoslaves. 3 escadrons de volontaires américains formés entre septembre 1940 et 1941 furent transférés à la 8th USAAF le [9].

Escadrons français de la Seconde Guerre mondiale dans la RAFModifier

3 500 Français, dans l'immense majorité des Forces aériennes françaises libres, servirent au total dans la RAF.

Escadrons belges de la Seconde Guerre mondiale dans la RAFModifier

Dès le début de la guerre aérienne, dans la bataille d'Angleterre, 28 Belges ont combattu dans le ciel anglais.

Plus tard, l'aviation militaire belge se reconstitua en trois Squadrons de chasse qui combattirent jusqu'à la fin de la guerre.

À la fin de la guerre, plus de 1 250 Belges avaient servi dans la RAF, outre 227 Belges dans l'aviation de la South African Air Force engagée en Éthiopie et en Égypte et plusieurs dizaines de Belges dans l'U.S. Army Air Force.

Escadrons polonais de la Seconde Guerre mondiale dans la RAFModifier

Dès août 1940, les forces armées polonaises repliées en Grande-Bretagne à la suite du Gouvernement polonais en exil, formèrent au sein de la RAF un certain nombre de squadrons, notamment de chasse. Le plus célèbre squadron polonais, qui s'illustra au cours de la bataille d'Angleterre, fut la 303e escadrille de chasse polonaise. Au total, quinze escadrilles polonaises opérèrent au sein de la RAF (dont huit de chasse, quatre de bombardement, deux de reconnaissance de chasse, etc.).

L'après-guerreModifier

Le XXIe siècleModifier

 
Un hélicoptère de recherche et de sauvetage de la RAF au-dessus des Cairngorms. Janvier 2013.

On assiste au début de ce siècle à une fonte rapide des effectifs et de la flotte d'avions de combat. En février 2013, 100 Eurofighter Typhoon sont en service. En 2015, on déclare qu'ils seront, dans les années 2020, 84 en première linge repartit dans 7 squadrons de 12 appareils et resteront en service jusqu'en 2040[11].

En termes d'effectifs, au , la RAF dispose de 31 250 militaires à plein temps, et prévoit à cette date 31 750 militaires en 2020[12].

Le coût de la formation de pilotes a très fortement augmenté, passant de 15 000 £ durant la Seconde Guerre mondiale à parfois plus de 4 000 000 £ en 2011 tandis que le nombre de pilotes en cours de formation a fortement régressé au Royaume-Uni, passant de plusieurs milliers dans les années 1940 à entre 300 et 400 dans les années 2010[13].

OrganisationModifier

Contrairement à l'Armée de l'air ou la United States Air Force, les titres des officiers et personnel dans la Royal Air Force sont connus par noms différents que ceux dans l'armée.

Les grades d'officiers dans la Royal Air ForceModifier

Grade Raies de manche pour uniforme ordinaire Raies de manche pour uniforme de parade Détails du uniforme No. 1 Service Dress Bande de commande Code d'OTAN
maréchal
de la
Royal Air Force
Marshal of the Royal Air Force[14]
        OF-10
chef maréchal de l'air
Air Chief Marshal
        OF-9
maréchal de l'air
Air Marshal
        OF-8
vice-maréchal de l'air
Air Vice-Marshal
        OF-7
commodore de l'air
Air Commodore (en)
        OF-6
capitaine de groupe
Group Captain (en)
        OF-5
commandant de vol
Wing Commander
        OF-4
chef d'escadron
Squadron Leader (en)
        OF-3
lieutenant d'escadron
Flight Lieutenant
      - OF-2
officier volant
Flying Officer (en)
      - OF-1
pilote officier
Pilot Officer (en)
      -

PersonnelModifier

PersonnalitésModifier

Équipements en 2015Modifier

 
Un ADAV Harrier à pleine charge, retiré du service fin 2010.
 
Panavia Tornado de la Royal Air Force.
 
Le A400M-180 ZM400, City of Bristol. Le premier de ce type reçu par la RAF.
Flotte[15] Rôle[15] Version[15] Quantité[15]
F-35 Joint Strike Fighter Combat multirôle F-35 B 6
Eurofighter Typhoon Combat multirôle Typhoon FGR Mk-4
Typhoon T Mk-3
103
22
Panavia Tornado Combat Tornado GR Mk-4 98
British Aerospace Hawk Entraînement avancé et présentations officielles Hawk T Mk-1
Hawk T Mk-2
103
28
Lockheed-Martin Hercules Transport tactique Hercules C Mk-4
Hercules C Mk-5
14
10
C-17 Globemaster III Transport stratégique Globemaster C Mk-1 8
Airbus Defense & Space Voyager Ravitaillement en vol et soutien logistique Voyager KC Mk-2
Voyager KC Mk-3
7
5
Raytheon Sentinel Reconnaissance stratégique et tactique Sentinel R Mk-1 5
Boeing Airseeker Reconnaissance stratégique et espionnage aérien Airseeker R Mk-1 2
Boeing E-3 Sentry Veille radar Sentry AEW mk-1 6
British Aerospace 146 Transport de personnels, de hautes personnalités et soutien à la famille royale 146 CC Mk-2
146 CC Mk-3
2
2
Beechcraft Shadow Reconnaissance tactique et guerre électronique Shadow R Mk-1 6
Bell Griffin Sauvetage et transport Griffin HAR Mk-2 4
Agusta-Westland Power Liaisons et transport de la famille royale Power HCC Mk-1 1
Boeing-Vertol Chinook Transport et assault Chinook HC Mk-4
Chinook HC Mk-5
Chinook HC Mk-6
38
8
6
Westland Puma Transport et assault Puma HC Mk-2 24
Westland Sea King Recherche et sauvetage Sea King HAR Mk-3 20
Airbus Defense & Space Atlas Transport stratégique Atlas C Mk-1 7
Beechcraft Avenger Entraînement avancé Avenger T Mk-1
Avenger T Mk-2
2
3
Britten-Norman Islander Liaisons et cartographie aérienne Islander CC Mk-2 3
Grob Tutor Entraînement initial Tutor T Mk-1 118
Short Tucano Entraînement intermédiaire Tucano T Mk-1 82

Notes et référencesModifier

  1. a et b Geneviève Moulard, Les femmes de la Royal Air Force 1918-1945. Engagées vers la victoire., Rennes, Marine Editions, 2012, p. 29.
  2. (en) Clive Richards, « The Origins of Military Aviation in India and the Creation of the Indian Air Force, 1910 – 1932 », Air Power Review, vol. 11, no 1,‎ , p. 23.
  3. (en) Peter Sluglett et University of Oxford. Middle East Centre, Britain in Iraq, 1914-1932, Londres, Ithaca Press for the Middle East Centre, St Antony's College, Oxford, (ISBN 978-0-903-72916-1).
  4. (en) Ben Farmer, « Afghanistan: 80 years since the British evacuation of Kabul », sur The Daily Telegraph, (consulté le 14 novembre 2016).
  5. Henri Boucher, « L'Air control britannique », Revue de l'armée de l'air, no 66,‎ , p. 68.
  6. (en)Greg Goebel, « [2.0] Balloons In Peace & War 1900:1945 », sur Air Vector, (consulté le 30 octobre 2012).
  7. Antoine, Roger, Forteresses sur l'Europel'Europe, Bruxelles, Éditions Rossel, 1980.
  8. Discours à la Chambre des communes, 20 août 1940. Voir transcription et version audio en ligne du discours « The Few ».
  9. (en) Air of Authority - A History of RAF Organisation.
  10. SPA 103 dite de Fonck, Association du Groupe de Chasse 01.002 Cigognes.
  11. (en) « PM pledges £178 billion investment in defence kit », sur Gouvernement du Royaume-Uni, (consulté le 23 novembre 2015).
  12. Phillipe Chapleau, « Grande-Bretagne : des coupes bien claires dans les civils de la Défense », sur Ouest-France, (consulté le 4 avril 2015).
  13. (en) « RAF to sack 100 student pilots – writing off £300m training », The Guardian, 14 février 2011.
  14. Grade seulement honorifique.
  15. a, b, c et d « Les aéronefs de la Royal Air Force en 2015 et en images - avionslegendaires.net », sur avionslegendaires.net, https://plus.google.com/107238894497060869388 (consulté le 28 novembre 2015).

Voir aussiModifier