Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Calendrier républicain

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calendrier révolutionnaire.
Calendrier républicain de l'an II (1793-1794), dessin de Philibert-Louis Debucourt.
Exemplaire de calendrier républicain.

Le calendrier républicain, ou calendrier révolutionnaire français, fut créé pendant la Révolution française, et fut utilisé de 1792 à 1806, ainsi que brièvement durant la Commune de Paris. Il entre en vigueur le 15 vendémiaire an II (), mais débute le 1er vendémiaire an I (), jour de proclamation de la République, déclaré premier jour de l'« ère des Français ».

Comme le système métrique, mis en chantier dès 1790, ce calendrier marque la volonté des révolutionnaires d'adopter un système universel s’appuyant sur le système décimal, qui ne soit plus lié à la monarchie ou au christianisme[1], en remplacement du calendrier grégorien. Outre le changement d'ère (renumérotation des années), il comprend un nouveau découpage de l'année, et de nouveaux noms pour les mois et les jours.

L'année du calendrier républicain était découpée en douze mois de trente jours chacun (soit 360 jours), plus cinq à six jours complémentaires (selon les années) ajoutés en fin d'année pour qu'elle reste alignée avec l'année tropique (environ 365,25 jours).

La correspondance des dates plus bas, est donnée à titre indicatif. En effet, elles varient légèrement d'une année à l'autre. Une correspondance détaillée est donnée aux articles an I à an XIV.

Sommaire

Création et utilisationModifier

L’invention de ce calendrier se fit progressivement. Le , les députés de la Convention, réunis pour la première fois, décidèrent à l'unanimité par acclamation de l'abolition de la royauté en France et le lendemain (jour anniversaire de l'adoption du premier article de la Constitution de 1789[2]), la Convention nationale décréta que « Tous les actes publics sont désormais datés à partir de l'an I de la République ». C’est le que Charles-Gilbert Romme, rapporteur du groupe de travail nommé par le Comité d'instruction publique, présente devant la Convention (le Comité lui-même ayant eu droit à une présentation six jours auparavant) ce qui deviendra bientôt le calendrier républicain. Après certains ajustements, il entra en vigueur à partir du lendemain du décret de la Convention nationale du 14 vendémiaire an II ()[3],[Note 1].

La nomenclature des mois et des jours continua d’évoluer dans les mois qui suivirent. Le décret fut refondu le 4 frimaire an II (), qui donna sa forme définitive au calendrier. Ce dernier décret abolit l'« ère vulgaire » pour les usages civils et définit le comme étant le premier jour de l'« ère des Français ». Pour les années suivantes, le premier jour de l'année serait celui de l'équinoxe vrai à Paris (ce qui tombait entre le 22 et le 24 septembre selon le calendrier grégorien). La première année est l'an I, il n'y a donc pas d'année zéro.

La commission RommeModifier

L'organisation du nouveau calendrier a été créée par une commission formée de Gilbert Romme et de Claude Joseph Ferry, qui demandèrent que Charles-François Dupuis leur soit adjoint. Ils associèrent Louis-Bernard Guyton-Morveau, Joseph-Louis Lagrange, Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande, Gaspard Monge et Alexandre Guy Pingré à leurs travaux. Gilbert Romme fut le rapporteur de la commission, et c'est à ce titre que la création du calendrier républicain lui est généralement attribuée[4].

NomenclatureModifier

Les noms des mois et des jours furent conçus par le poète Fabre d'Églantine avec l'aide d'André Thouin, jardinier du Jardin des plantes du Muséum national d’histoire naturelle. Chaque nom de mois rappelle un aspect du climat français (décembre, nivose en rapport avec le thème de la neige) ou des moments importants de la vie paysanne (septembre, vendémiaire, les vendanges). Chaque jour était caractérisé par le nom d'un produit agricole, d'une plante, d'un animal ou d'un outil en lieu et place des noms de saints du calendrier traditionnel[5]. De ce fait, ce calendrier, que ses concepteurs voulaient « universel », était fortement lié à son pays d'origine et au poids économique que représentaient les activités agricoles à l'époque[6].

En 1796, Louis Lafitte fournit douze dessins du Calendrier républicain. Il produit aussi des décorations peintes sur papier huilé, destinées à être éclairées et vues par transparence.

StructureModifier

L'année du calendrier républicain était découpée en douze mois de trente jours chacun (soit 360 jours), plus cinq ou six jours (selon les années) ajoutés en fin d'année pour qu'elle reste alignée avec l'année tropique (environ 365,24 jours). Chaque mois était découpé en trois décades. La journée devait être découpée suivant le système décimal « de minuit à minuit » ; elle comportait dix heures découpées en dix parties elles-mêmes décomposables en dix parties, ainsi de suite « jusqu’à la plus petite portion commensurable de la durée ». Cette division décimale de la journée ne fut jamais appliquée et fut abolie en 1795 (entre l'an III et l'an IV).

Les moisModifier

Les années sextilesModifier

Le calendrier a produit des années sextiles (contenant six jours complémentaires - les « sanculottides ») les années 3, 7, et 11 par ajout d'un jour à la fin de l'année, donc un sixième jour complémentaire. Ce jour s'appelait le « jour de la Révolution », qui marquait la fin d'une franciade et qu'on célébrait comme une fête nationale.

Les six jours de fin d'année : les sans-culottidesModifier

Les six jours complémentaires de fin d'année, parfois appelés sans-culottides ou sanculottides :

  1. jour de la vertu (17 septembre, ou 16 septembre lors d'une année sextile)
  2. jour du génie (18 septembre, ou 17 septembre lors d'une année sextile)
  3. jour du travail (19 septembre, ou 18 septembre lors d'une année sextile)
  4. jour de l'opinion (20 septembre, ou 19 septembre lors d'une année sextile)
  5. jour des récompenses (21 septembre, ou 20 septembre lors d'une année sextile)
  6. jour de la révolution (21 septembre, uniquement utilisé lors des années sextiles)
 
Montre gousset à heures duodécimales, et jours du mois et de la semaine en calendrier révolutionnaire. Exposée au musée des Beaux-Arts de Neuchâtel.

Les décadesModifier

Chaque mois est divisé en trois décades[7] (semaines de 10 jours), et chacun des jours porte chronologiquement les noms suivants : Primidi[8], Duodi, Tridi, Quartidi, Quintidi, Sextidi, Septidi, Octidi, Nonidi et Décadi.

Les jours de l'annéeModifier

Chaque jour de l'année a un nom propre, les noms des saints du calendrier grégorien ayant été remplacés par des noms de fruits, de légumes, d'animaux, d'instruments, etc.[9]

Les quintidis ont reçu des noms d'animaux communs (pas forcément domestiques : lièvre), tandis que les décadis prenaient des noms d'instruments agricoles[10].

Jours de l'année et agricultureModifier

« L'idée première qui nous a servi de base, est de consacrer, par le calendrier, le système agricole, & d'y ramener la nation, en marquant les époques & les fractions de l'année par des signes intelligibles ou visibles pris dans l'agriculture & l'économie rurale. (...)

Le calendrier étant une chose à laquelle on a si souvent recours, il faut profiter de la fréquence de cet usage, pour glisser parmi le peuple les notions rurales élémentaires, pour lui montrer les richesses de la nature, pour lui faire aimer les champs, & lui désigner, avec méthode, l'ordre des influences du ciel & des productions de la terre.

Les prêtres avaient assigné à chaque jour de l'année, la commémoration d'un prétendu saint : ce catalogue ne présentait ni utilité, ni méthode ; il était le répertoire du mensonge, de la duperie ou du charlatanisme.

Nous avons pensé que la nation, après avoir chassé cette foule de canonisés de son calendrier, devait y retrouver en place tous les objets qui composent la véritable richesse nationale, les dignes objets, sinon de son culte, au moins de sa culture ; les utiles productions de la terre, les instruments dont nous nous servons pour la cultiver, & les animaux domestiques, nos fidèles serviteurs dans ces travaux ; animaux bien plus précieux, sans doute, aux yeux de la raison, que les squelettes béatifiés tirés des catacombes de Rome.

En conséquence, nous avons rangé par ordre dans la colonne de chaque mois, les noms des vrais trésors de l'économie rurale. Les grains, les pâturages, les arbres, les racines, les fleurs, les fruits, les plantes, sont disposés dans le calendrier, de manière que la place & le quantième que chaque production occupe est précisément le temps & le jour où la nature nous en fait présent. »

— Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale, dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, au nom de la Commission chargée de la confection du Calendrier[6], Imprimerie nationale, 1793

Mois d'automneModifier

Productions nationales et instruments ruraux associés aux mois d’automne (Vendémiaire, Brumaire, Frimaire)[11] :

Vendémiaire
(22 septembre – 21 octobre)
1 22 sep Raisin
2 23 sep Safran
3 24 sep Châtaigne
4 25 sep Colchique
5 26 sep Cheval
6 27 sep Balsamine
7 28 sep Carotte
8 29 sep Amarante
9 30 sep Panais
10 1er oct Cuve
11 2 oct Pomme de terre
12 3 oct Immortelle
13 4 oct Potiron
14 5 oct Réséda
15 6 oct Âne
16 7 oct Belle de nuit
17 8 oct Citrouille
18 9 oct Sarrasin
19 10 oct Tournesol
20 11 oct Pressoir
21 12 oct Chanvre
22 13 oct Pêche
23 14 oct Navet
24 15 oct Amaryllis
25 16 oct Bœuf
26 17 oct Aubergine
27 18 oct Piment
28 19 oct Tomate
29 20 oct Orge
30 21 oct Tonneau
Brumaire
(22 octobre – 20 novembre)
1 22 oct Pomme
2 23 oct Céleri
3 24 oct Poire
4 25 oct Betterave
5 26 oct Oie
6 27 oct Héliotrope
7 28 oct Figue
8 29 oct Scorsonère
9 30 oct Alisier
10 31 oct Charrue
11 1er nov Salsifis
12 2 nov Mâcre
13 3 nov Topinambour
14 4 nov Endive
15 5 nov Dindon
16 6 nov Chervis
17 7 nov Cresson
18 8 nov Dentelaire
19 9 nov Grenade
20 10 nov Herse
21 11 nov Bacchante
22 12 nov Azerole
23 13 nov Garance
24 14 nov Orange
25 15 nov Faisan
26 16 nov Pistache
27 17 nov Macjonc
28 18 nov Coing
29 19 nov Cormier
30 20 nov Rouleau
Frimaire
(21 novembre – 20 décembre)
1 21 nov Raiponce
2 22 nov Turneps
3 23 nov Chicorée
4 24 nov Nèfle
5 25 nov Cochon
6 26 nov Mâche
7 27 nov Chou-fleur
8 28 nov Miel
9 29 nov Genièvre
10 30 nov Pioche
11 1er déc Cire
12 2 déc Raifort
13 3 déc Cèdre
14 4 déc Sapin
15 5 déc Chevreuil
16 6 déc Ajonc
17 7 déc Cyprès
18 8 déc Lierre
19 9 déc Sabine
20 10 déc Hoyau
21 11 déc Érable sucré
22 12 déc Bruyère
23 13 déc Roseau
24 14 déc Oseille
25 15 déc Grillon
26 16 déc Pignon
27 17 déc Liège
28 18 déc Truffe
29 19 déc Olive
30 20 déc Pelle

Mois d'hiverModifier

Productions nationales et instruments ruraux associés aux mois d’hiver (Nivôse, Pluviôse, Ventôse)[12] ,[13] :

Nivôse
(21 décembre – 19 janvier)
1 21 déc Tourbe
2 22 déc Houille
3 23 déc Bitume
4 24 déc Soufre
5 25 déc Chien
6 26 déc Lave
7 27 déc Terre végétale
8 28 déc Fumier
9 29 déc Salpêtre
10 30 déc Fléau
11 31 déc Granit
12 1er jan Argile
13 2 jan Ardoise
14 3 jan Grès
15 4 jan Lapin
16 5 jan Silex
17 6 jan Marne
18 7 jan Pierre à chaux
19 8 jan Marbre
20 9 jan Van
21 10 jan Pierre à plâtre
22 11 jan Sel
23 12 jan Fer
24 13 jan Cuivre
25 14 jan Chat
26 15 jan Étain
27 16 jan Plomb
28 17 jan Zinc
29 18 jan Mercure
30 19 jan Crible
Pluviôse
(20 janvier – 18 février)
1 20 jan Lauréole
2 21 jan Mousse
3 22 jan Fragon
4 23 jan Perce-neige
5 24 jan Taureau
6 25 jan Laurier tin
7 26 jan Amadouvier
8 27 jan Mézéréon
9 28 jan Peuplier
10 29 jan Cognée
11 30 jan Ellébore
12 31 jan Brocoli
13 1er fév Laurier
14 2 fév Avelinier
15 3 fév Vache
16 4 fév Buis
17 5 fév Lichen
18 6 fév If
19 7 fév Pulmonaire
20 8 fév Serpette
21 9 fév Thlaspi
22 10 fév Thimele
23 11 fév Chiendent
24 12 fév Trainasse
25 13 fév Lièvre
26 14 fév Guède
27 15 fév Noisetier
28 16 fév Cyclamen
29 17 fév Chélidoine
30 18 fév Traîneau
Ventôse
(19 février – 20 mars)
1 19 fév Tussilage
2 20 fév Cornouiller
3 21 fév Violier
4 22 fév Troène
5 23 fév Bouc
6 24 fév Asaret
7 25 fév Alaterne
8 26 fév Violette
9 27 fév Marceau
10 28 fév Bêche
11 1er mars Narcisse
12 2 mars Orme
13 3 mars Fumeterre
14 4 mars Vélar
15 5 mars Chèvre
16 6 mars Épinard
17 7 mars Doronic
18 8 mars Mouron
19 9 mars Cerfeuil
20 10 mars Cordeau
21 11 mars Mandragore
22 12 mars Persil
23 13 mars Cochléaria
24 14 mars Pâquerette
25 15 mars Thon
26 16 mars Pissenlit
27 17 mars Sylvie
28 18 mars Capillaire
29 19 mars Frêne
30 20 mars Plantoir

Mois du printempsModifier

Productions nationales et instruments ruraux associés aux mois du printemps (Germinal, Floréal, Prairial)[14] :

Germinal
(21 mars – 19 avril)
1 21 mars Primevère
2 22 mars Platane
3 23 mars Asperge
4 24 mars Tulipe
5 25 mars Poule
6 26 mars Bette
7 27 mars Bouleau
8 28 mars Jonquille
9 29 mars Aulne
10 30 mars Greffoir
11 31 mars Pervenche
12 1er avril Charme
13 2 avril Morille
14 3 avril Hêtre
15 4 avril Abeille
16 5 avril Laitue
17 6 avril Mélèze
18 7 avril Ciguë
19 8 avril Radis
20 9 avril Ruche
21 10 avril Gainier
22 11 avril Romaine
23 12 avril Marronnier
24 13 avril Roquette
25 14 avril Pigeon
26 15 avril Lilas (commun)
27 16 avril Anémone
28 17 avril Pensée
29 18 avril Myrtile
30 19 avril Couvoir
Floréal
(20 avril – 19 mai)
1 20 avril Rose
2 21 avril Chêne
3 22 avril Fougère
4 23 avril Aubépine
5 24 avril Rossignol
6 25 avril Ancolie
7 26 avril Muguet
8 27 avril Champignon
9 28 avril Hyacinthe
10 29 avril Râteau
11 30 avril Rhubarbe
12 1er mai Sainfoin
13 2 mai Bâton-d'or
14 3 mai Chamérisier
15 4 mai Ver à soie
16 5 mai Consoude
17 6 mai Pimprenelle
18 7 mai Corbeille d'or
19 8 mai Arroche
20 9 mai Sarcloir
21 10 mai Statice
22 11 mai Fritillaire
23 12 mai Bourrache
24 13 mai Valériane
25 14 mai Carpe
26 15 mai Fusain
27 16 mai Civette
28 17 mai Buglosse
29 18 mai Sénevé
30 19 mai Houlette
Prairial
(20 mai – 18 juin)
1 20 mai Luzerne
2 21 mai Hémérocalle
3 22 mai Trèfle
4 23 mai Angélique
5 24 mai Canard
6 25 mai Mélisse
7 26 mai Fromental
8 27 mai Lis martagon
9 28 mai Serpolet
10 29 mai Faux
11 30 mai Fraise
12 31 mai Bétoine
13 1er juin Pois
14 2 juin Acacia
15 3 juin Caille
16 4 juin Œillet
17 5 juin Sureau
18 6 juin Pavot
19 7 juin Tilleul
20 8 juin Fourche
21 9 juin Barbeau
22 10 juin Camomille
23 11 juin Chèvrefeuille
24 12 juin Caille-lait
25 13 juin Tanche
26 14 juin Jasmin
27 15 juin Verveine
28 16 juin Thym
29 17 juin Pivoine
30 18 juin Chariot

Mois d'étéModifier

Productions nationales et instruments ruraux associés aux mois d’été (Messidor, Thermidor, Fructidor)[15] :

Messidor
(19 juin – 18 juillet)
1 19 juin Seigle
2 20 juin Avoine
3 21 juin Oignon
4 22 juin Véronique
5 23 juin Mulet
6 24 juin Romarin
7 25 juin Concombre
8 26 juin Échalote
9 27 juin Absinthe
10 28 juin Faucille
11 29 juin Coriandre
12 30 juin Artichaut
13 1er juillet Girofle
14 2 juillet Lavande
15 3 juillet Chamois
16 4 juillet Tabac
17 5 juillet Groseille
18 6 juillet Gesse
19 7 juillet Cerise
20 8 juillet Parc
21 9 juillet Menthe
22 10 juillet Cumin
23 11 juillet Haricot
24 12 juillet Orcanète
25 13 juillet Pintade
26 14 juillet Sauge
27 15 juillet Ail
28 16 juillet Vesce
29 17 juillet Blé
30 18 juillet Chalemie
Thermidor
(19 juillet – 17 août)
1 19 juillet Épeautre
2 20 juillet Bouillon-blanc
3 21 juillet Melon
4 22 juillet Ivraie
5 23 juillet Bélier
6 24 juillet Prêle
7 25 juillet Armoise
8 26 juillet Carthame
9 27 juillet Mûre
10 28 juillet Arrosoir
11 29 juillet Panic
12 30 juillet Salicorne
13 31 juillet Abricot
14 1er août Basilic
15 2 août Brebis
16 3 août Guimauve
17 4 août Lin
18 5 août Amande
19 6 août Gentiane
20 7 août Écluse
21 8 août Carline
22 9 août Câprier
23 10 août Lentille
24 11 août Aunée
25 12 août Loutre
26 13 août Myrte
27 14 août Colza
28 15 août Lupin
29 16 août Coton
30 17 août Moulin
Fructidor
(18 août – 16 septembre)
1 18 août Prune
2 19 août Millet
3 20 août Lycoperdon
4 21 août Escourgeon
5 22 août Saumon
6 23 août Tubéreuse
7 24 août Sucrion
8 25 août Apocyn
9 26 août Réglisse
10 27 août Échelle
11 28 août Pastèque
12 29 août Fenouil
13 30 août Épine vinette
14 31 août Noix
15 1er sep Truite
16 2 sep Citron
17 3 sep Cardère
18 4 sep Nerprun
19 5 sep Tagette
20 6 sep Hotte
21 7 sep Églantier
22 8 sep Noisette
23 9 sep Houblon
24 10 sep Sorgho
25 11 sep Écrevisse
26 12 sep Bigarade
27 13 sep Verge d'or
28 14 sep Maïs
29 15 sep Marron
30 16 sep Panier
Nonidi
29
Thermidor
CCXXV
Nonidi, 29 Thermidor an 225
Nonidi, 29 Thermidor an CCXXV

PostéritéModifier

L'abrogation du calendrierModifier

Le calendrier révolutionnaire a été abrogé par un sénatus-consulte impérial le 22 fructidor an XIII (9 septembre 1805). Il fixe le retour au calendrier romain (grégorien) au 11 nivôse suivant (1er janvier 1806). Le calendrier révolutionnaire a donc été appliqué durant 12 ans, 2 mois et 27 jours[16]. Avant même la date de promulgation de l’abrogation le calendrier révolutionnaire était peu utilisé. Antoine-Claire Thibaudeau écrit « malgré la promesse solennelle faite par le gouvernement consulaire de conserver le calendrier républicain comme une conquête faite sur le fanatisme on ne s’en servait presque plus pour les actes publics. Dans les relations sociales le calendrier romain avait été remis en usage[17]... ».

Ce qu'aurait pu être l'évolution du calendrierModifier

Il y a au moins trois options quant à l'évolution future des années sextiles si le calendrier était resté en vigueur.

Deux options peuvent être compatibles avec le Système Romme :

  • Les années sextiles auraient continué tous les quatre ans (donc les années 15, 19, 23, 27…) avec des variations pour les siècles et les millénaires ;
  • L’année sextile de l’an 19 aurait été reportée à l’an 20, date à partir de laquelle toutes les années sextiles seraient tombées une année divisible par quatre (donc en 20, 24, 28…)[18]. Des règles similaires au calendrier grégorien pour les siècles et les millénaires auraient été appliquées[Note 2];

Une option consiste à privilégier l'article III sur l'article X du décret[19] de la Convention :

Ces options sont utilisées dans des logiciels permettant l'affichage d'un calendrier républicain sur ordinateur ou smartphone.

Le 22 fructidor an XIII (), Napoléon signa le sénatus-consulte qui abrogea le calendrier républicain et instaura le retour au calendrier grégorien à partir du .

Le calendrier républicain fut cependant réutilisé pendant 15 jours et uniquement dans le Journal officiel lors de la Commune de Paris en 1871 (an LXXIX). D'autre part, le philosophe grec Theóphilos Kaíris s'en inspira pour son calendrier théosébiste dans les années 1830.

Même après le rétablissement définitif du calendrier grégorien, certains militants ou écrits d'extrême-gauche ont continué d'utiliser le calendrier révolutionnaire, au moins en double.

Un autre legs du calendrier révolutionnaire est un certain nombre de prénoms tirés du calendrier et passés dans l’usage courant (voir catégorie:prénom révolutionnaire), et l’usage du deuxième prénom qui se répand dans toutes les couches sociales[20].

Date actuelleModifier

225 Thermidor CCXXV
 
Primidi
Duodi
Tridi
Quartidi
Quintidi
Sextidi
Septidi
Octidi
Nonidi
Décadi
Décade 31
1 Mercredi 19 juillet 2017
2 Jeudi 20 juillet 2017
3 Vendredi 21 juillet 2017
4 Samedi 22 juillet 2017
5 Dimanche 23 juillet 2017
6 Lundi 24 juillet 2017
7 Mardi 25 juillet 2017
8 Mercredi 26 juillet 2017
9 Jeudi 27 juillet 2017
10 Vendredi 28 juillet 2017
Décade 32
11 Samedi 29 juillet 2017
12 Dimanche 30 juillet 2017
13 Lundi 31 juillet 2017
14 Mardi 1er août 2017
15 Mercredi 2 août 2017
16 Jeudi 3 août 2017
17 Vendredi 4 août 2017
18 Samedi 5 août 2017
19 Dimanche 6 août 2017
20 Lundi 7 août 2017
Décade 33
21 Mardi 8 août 2017
22 Mercredi 9 août 2017
23 Jeudi 10 août 2017
24 Vendredi 11 août 2017
25 Samedi 12 août 2017
26 Dimanche 13 août 2017
27 Lundi 14 août 2017
28 Mardi 15 août 2017
29 Mercredi 16 août 2017
30 Jeudi 17 août 2017
10 h
9:80:35
23:31:43
24 h
Calendrier républicain - I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - XII - XIII - XIV - 224 - 225 - 226 - (Romme)
Les chiffres des années sont cliquables et donnent une année complète.

BibliographieModifier

  • Aubin-Louis de Grandmaison, Annuaire du républicain ou légende physico-économique : avec l'explication des trois cents soixante-douze noms imposés aux mois et aux jours..., M. F. Drouhin, 1793-1794, 454 p. (lire en ligne)
  • Aubin-Louis de Grandmaison, Annuaire du républicain ou légende physico-économique..., M. F. Drouhin, , 360 p. (lire en ligne)
  • Paul Couderc, Le Calendrier, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je », (réimpr. 8e éd.2000), 125 p. (ISBN 2130399592)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Un décret de la Convention, du 5 octobre 1793, mit en usage un nouveau calendrier. La proclamation de la République eut lieu le 22 septembre 1792, jour de l'équinoxe d'automne. Profitant de ce hasard, les révolutionnaires ont pris cette date pour ère et fixé le début de l'année au jour civil où tombe l'équinoxe d'automne pour le méridien de Paris. » in Le calendrier, p. 75
  2. Ce saut aurait aussi simplifié les conversions entre calendriers républicain et grégorien puisqu'il y aurait eu concordance : par exemple l'ajout d’un jour le se compense quelques mois plus tard par l’ajout du jour de la Révolution an 20. Le déséquilibre ne persiste donc que quelques mois au lieu de durer plus d'un an.
  3. « Dans le calendrier républicain, l'année débute le jour où tombe à Paris l'équinoxe d'automne. Des astronomes étaient chargés de déterminer l'instant du phénomène et un décret fixait ensuite le commencement de l'année. Une difficulté était à prévoir : lorsque le passage du Soleil à l'équinoxe d'automne a lieu très près de minuit, à Paris, un minime écart entraîne une incertitude d'un jour entier. Selon Delambre, le cas se fût posé pour l'an CXLIV (144) de la République. (En fait, le Soleil est passé à l'équinoxe d'automne le 23 septembre 1935, à 23 h 48, heure de Paris). » in Le calendrier, p. 77.

RéférencesModifier

  1. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale, dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, au nom de la Commission chargée de la confection du Calendrier, Rapport fait à la Convention nationale sur Google Livres, Imprimerie nationale, 1793
  2. Yann Fauchois : section « de la Régence à la Révolution (1715-1799) » du Journal de la France et des Français « Quarto Gallimard » (2001)
  3. Calendriers Saga
  4. James Guillaume, Procès-verbaux du Comité d'instruction publique de la Convention nationale, t. I, p. 227-228 et t. II, p. 440-448 ; Michel Froechlé, « Le calendrier républicain correspondait-il à une nécessité scientifique ? », Congrès national des sociétés savantes : scientifiques et sociétés, Paris, 1989, p. 453-465.
  5. Émile Biémont, Rythme du temps - Astronomie et Calendrier, De Boeck et Larcier, (lire en ligne), p. 351
  6. a et b Rapport fait à la Convention nationale sur Google Livres
  7. Décret du 4 frimaire an II, article 8 : « Chaque mois est divisé en trois parties égales, de dix jours chacune, qui sont appelées décades ». Décret de la Convention nationale sur l'Ere, le commencement et l'organisation de l'Année, et sur les noms des Jours et des Mois
  8. Le peintre Germain-Primidi Carpentier, né le 3 décembre 1794, reçut comme second prénom Primidi.
  9. Marie-Nicolas Bouillet, Atlas universel d'histoire et de géographie, vol. 1, Paris, Hachette, (lire en ligne), p. 69
  10. Carpentier et Lebrun, Histoire de France, 1989, p. 252
  11. ALMillin, pp. 62-67 [lire en ligne]
  12. ALMillin, pp. 68-73 [lire en ligne]
  13. Le document publié sur Gallica donne des listes un peu différentes, notamment pour Nivôse.
  14. ALMillin, pp. 74-79 [lire en ligne]
  15. ALMillin, pp. 80-85 [lire en ligne]
  16. Michel Vovelle "l’abandon du calendrier révolutionnaire" in « Célébrations nationales 2005 » Paris 2004 Ministère de la culture et de la communication, direction des archives de France, délégation aux célébrations nationales. p. 26-27.
  17. Comte Antoine-Claire Thibaudeau, Le Consulat et l'Empire ou Histoire de la France et de Napoléon Bonaparte de 1799 à 1815, comte Antoine-Claire Thibaudeau, J. Renouard,, , 535 p. (lire en ligne), pp. 332 et s.
  18. FAQ des calendriers.
  19. Décret de la Convention nationale sur l'ère, le commencement et l'organisation de l'année, et sur les noms des jours et des mois.
  20. Marie-Odile Mergnac, Les prénoms du calendrier révolutionnaire, Paris : Archives et culture, 2006, (ISBN 2-35077-003-6), p. 41.

Voir aussiModifier