Ouvrir le menu principal

Bouleau

genre d'arbres de la famille des bétulacées

Betula

Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Boulaud et Boulot.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouleau (homonymie).

Les bouleaux font partie de la famille des bétulacées et du genre Betula. La plupart des espèces sont des arbres ; quelques-unes, comme Betula nana, sont des chaméphytes.

Les bouleaux poussent en général sur les terres pauvres et souvent siliceuses, jusqu'à 2 000 m d'altitude, ainsi que dans les régions arctiques. Les bouleaux sont des plantes pionnières qui constituent souvent la première formation arborée lors de la reconquête ou de la colonisation de landes par la forêt. Ils apprécient les sols plutôt acides et humides. Les bouleaux forment des futaies appelées boulaies ou boulinières ou encore des bétulaies.

Il existe quatre espèces de bouleaux en Europe, dont deux arbres largement répandus : Betula pendula, le bouleau verruqueux, et Betula pubescens, le bouleau pubescent, et deux arbrisseaux des régions arctiques : Betula nana, le bouleau nain, et Betula humilis. De nombreuses autres espèces se rencontrent en Asie et en Amérique du Nord.

En climat tempéré, les bouleaux vivent moins longtemps (30-40 ans), mais plus au nord (Suède, Finlande, Russie, etc.) ils peuvent vivre jusqu’à 100 ans et plus[1].

Cet arbre caduc de la famille des betulaceae fleurit d'avril à mai. Le bouleau est très connu pour son écorce blanche, lisse et brillante, ses petites feuilles colorées de teintes vert clair au printemps et jaune à l’automne[2]. Sa couleur blanche est due à la bétuline, son principal constituant. Le port du branchage est souvent dressé et relativement aéré[1], filtrant la lumière en été. Le bouleau est donc considéré comme un bel arbre d'ornement[2] et ses caractéristiques lui permettent de s'adapter à tous les types de jardin[1]. Ses inflorescences sont des chatons allongés de 10 cm de longueur, dressés puis pendants pour les mâles et de 3 cm dressés pour les femelles. Ses fruits sont des samares groupées en chatons. Cet arbre à l'écorce blanche écaillée peut atteindre 20 à 30 m de hauteur et jusqu'à 60 cm de diamètre à la base. Les racines des bouleaux sont peu profondes[1]. On attribue à sa sève, ainsi qu'à son écorce, de nombreuses propriétés médicinales et autres [3],[4],[5],[6].

ÉtymologieModifier

Le terme bouleau procède de l'ancien pluriel du mot boulel (jadis un boulel, des bouleaux). L'ancien français boulel est le diminutif de l'ancien français boul (cf. un boulay ou une boulaie, « bois, forêt où le bouleau domine »). Le terme boul est issu du latin betula d'origine probablement celtique (gaulois), sur la base de *betuo-, thématisation de *betu-, dont est issu le nom brittonique du même arbre : breton bezv, gallois bedw et vieil irlandais beithe « bouleau »[7]. *betu-/betto pourrait désigner à l'origine en celtique, la poix (goudron de bouleau) obtenue en chauffant de jeunes arbres pleins de sève et équivalent du latin bitumen[8].

Peut-être aussi faut-il y voir une influence, un emprunt/calque, ou un "cousinage" (indo-européen ?), avec le latin "albellum" dont "bellum" serait une aphérèse, issue elle-même du latin "alb-", "blanc", à l'origine plus avérée des mots d'ancien français "obel", "obeau", qui pouvaient désigner les "peupliers blancs", et des patronymes "Obeau", "Desobeaux"[9]... du fait de l'écorce blanche des bouleaux.

Le catalan et l'occitan ont beç/bès « bouleau », l'espagnol abedul (avec influence de l'arabe...ou/et du latin supra ?) « bouleau ». La toponymie et l'anthroponymie du sud de la France compte de nombreux Besse, Bessières (plantation de bouleaux), Bèze, voire Besant, qui signifient tous « bois de bouleaux, boulaie »[10],[11].

Répartition géographiqueModifier

Le bouleau et l'HommeModifier

UtilisationModifier

 
Une chope en écorce de bouleau.
 
"Appareil pour l'extraction de l'huile de bouleau".

Le brai ou goudron de bouleau était largement utilisé comme adhésif dès le Paléolithique moyen jusqu'au au début du Mésolithique. Les Néandertaliens produisaient du brai par distillation sèche de l'écorce de bouleau il y a 200 000 ans[12].

En Europe du Nord (Scandinavie, Pays Baltes, Sibérie), Le rhytidome (écorce au sens strict) de bouleau, tressé en lanières, était utilisé à la campagne pour fabriquer des chaussures appelées lapti (лапти) en Russie. En Russie, il a également servi de support d'écriture [13].

Le bouleau est également un arbre décoratif utilisé dans les parcs et jardins. Il est souvent planté par groupe de trois (cépée de bouleaux).

 
Une cépée de trois bouleaux.

Le bouleau brûle vite sans que sa flamme soit trop chaude et il laisse très peu de cendres. Apprécié des boulangers, c'était le bois de boulange.

L'écorce de bouleau est un amadou efficace et qui brûle bien, connu depuis le néolithique.

En Europe du Sud où leur croissance est rapide, le bois des bouleaux pubescents et verruqueux est considéré comme de peu de valeur. Dans les pays du Nord où il croît plus lentement, on en tire un bois de belle qualité, d'aspect très blanc, doux et soyeux, qui se travaille et s'imprègne facilement. Ses propriétés mécaniques sont excellentes, son grain est fin et uniforme.

Le bois du bouleau jaune est utilisé en menuiserie (au Canada sous le nom de merisier et sous le nom de merisier rouge pour le bouleau flexible[14]).

En Amérique du Nord, de l'Est du Canada à l'Alaska, à partir de la sève brute du bouleau est produit de l'eau de bouleau, de la bière (Birch beer), du vin, de l'eau-de-vie, du vinaigre et du sirop de bouleau (un sirop édulcorant similaire au sirop d'érable)[15].

Ötzi, l'homme du paléolithique moyen mort 4 546 ± 15 ans av. J.-C., retrouvé sur un glacier entre l'Autriche et l'Italie en 1991, détenait des flèches dont la pointe de silex était solidement fixée notamment à l'aide de poix de bouleau. Auparavant, en 1960, des traces de fabrication datant de 43.800 ± 2.100 BP et 48.400 ± 3.700 BP ont été retrouvées en Allemagne à Königsaue près de Aschersleben, Saxe-Anhalt, Allemagne[16], ce qui en fait la plus ancienne colle fabriquée par l'homme. Ce même bitume de bouleau sert à colmater les embarcations autant que jadis les coques des navires. Enfin, sur les sites mésolithique (10.000 - 5.500 av. J.-C.) de Star Carr, Royaume-Uni ou encore néolithique (5.500 - 2.000 BC) de Altscherbitz, Saxe, Allemagne, de la poix de bouleau a également été retrouvée, portant des traces de morsure de dent humaines, sans qu'il n'ait pu toutefois être déterminé à quelle fin (technique ou dentaire)[17].

L'huile de poix de bouleau est un répulsif très apprécié pour son efficacité dans les pays scandinaves qui, l'été, sont infestés de moustiques, comme celui de l'« essence de népéta », documenté en Iowa, aux États-Unis.

En France, en 1896, le Journal des connaissances utiles indique dans un article du mois de mars que « les salières suspendues sous le manteau de nos cheminées de cuisine sont en bois de bouleau. Son écorce sert à tanner le cuir et à lui donner une belle couleur jaune... » parmi d'autres usages, son bois est utilisé dans la fabrication de balais, de verges, de sabots tandis que la sève, voire l'écorce, servent de matière première, par exemple au charron pour fabriquer une poix graisseuse mais stable appliquée sur les jantes des moyens de transport et de traction.

Vertus médicinalesModifier

La sève, les feuilles et l'écorce ont des vertus diurétiques et sont également utilisées dans le traitement des affections cutanées.

En herboristerie, le bouleau a de nombreuses vertus. On utilise les bourgeons ou l'écorce sèche en décoction et les feuilles en infusion comme dépuratif. La sève de bouleau appelée eau de bouleau est également utilisée dans de nombreux pays.

En phytothérapie on utilise la feuille de bouleau en poudre pour faciliter les fonctions d'élimination rénale et digestive.

Dans le traitement du cancer, l'acide bétulinique, un composé naturel de l'écorce de bouleau, est cytotoxique pour de nombreuses tumeurs[18],[19].

AllergiesModifier

Article détaillé : Pollinose.

Le bouleau produit un pollen très allergisant, à peu près 8 % de la population mondiale y étant sensible.

SymboliqueModifier

Calendrier celtiqueModifier

  • Le bouleau est le premier arbre du calendrier celtique ; il symbolise la naissance, le renouveau.

Calendrier républicainModifier

Le bouleau dans l'artModifier

PeintureModifier

PoésieModifier

Poème de Sergueï Essénine (poète russe, 1913)[21].

Белая берёза
Под моим окном
Принакрылась снегом
Точно серебром
(...)

Le bouleau blanc
Sous ma fenêtre
S'est couvert de neige
On dirait de l'argent.
(...)

— Sergueï Essénine

DiversModifier

  • Le nom local du bouleau est également à l'origine du nom du mois de mars dans plusieurs langues slaves, comme en tchèque (březen) et en ukrainien (березень); il s'agirait d'une évocation de la sève qui commence à circuler à cette époque[22].
  • Les Amérindiens considéraient le bouleau comme un arbre sacré et utilisaient son écorce pour fabriquer des canots[3] et des parchemins.
  • Enfin, si le frêne (ask) est l'arbre symbolisant les mythologies scandinaves, le bouleau (bjørk ou bjerk) est un symbole nationaliste norvégien, utilisé de nombreuses fois par les peintres romantiques. Johan Christian Dahl a pour un de ses plus célèbres tableaux, Bjerk i storm (Bouleau dans la tempête) représentant un bouleau situé sur une falaise et malmené par le vent.
  • De même en Russie, le bouleau est considéré comme l'arbre national et est fêté chaque année pendant la Semaine verte de début juin.

Liste des espècesModifier

Espèces de l'Ancien Monde (paléarctique)Modifier

 
Chaton de bouleau.

Espèces du Nouveau Monde (néarctique)Modifier

Les espèces européennesModifier

 
Betula nana, une espèce caractéristique de la toundra et des montagnes du Nord de l'Europe.
 
Betula humilis, une espèce relique glaciaire en Europe centrale et orientale.
  • Bouleau verruqueux (Betula pendula Roth., syn. B. verrucosa Ehrh.) – Presque toute l’Europe, mais rare dans le sud ; arbre à croissance rapide (12 m en 20 ans) pouvant atteindre 25 m de hauteur ; rameaux retombants glabres, pourvus de verrues résinifères ; feuilles triangulaires doublement dentées, glabres. Le bouleau verruqueux a une écorce blanche, lisse et brillante avec quelques taches noires, souvent accompagnées de crevasses. Espèce pionnière sur sol riche ou calcaire, parfois très sec (dunes).
    • Var. lapponica Lindq. se rencontre dans les régions arctiques.
  • Bouleau pubescent (Betula pubescens Ehrh., syn. B. alba L.) – Presque toute l’Europe, mais rare dans la région méditerranéenne et dans le sud-est ; plus hygrophile, il pousse dans les forêts humides et dans les tourbières. C'est un arbre au port élancé à croissance plus lente (10 m en 20 ans). Sa hauteur en général est de 10 à 15 m, parfois 20 m. Rameaux lisses et pubescents ; feuilles en losange, pubescentes à leur face inférieure. Le bouleau pubescent a une écorce d’un blanc plus mat, parfois rosé, avec souvent des bandes ou des lignes horizontales grisâtres, mais sans taches noires ni crevasses.
    • subsp. pubescens – Surtout en plaine jusqu’à environ 70° N. en Finlande et en Russie.
    • subsp. carpatica (Willd.) Asch. & Graebn. – Europe arctique et montagne d’Europe moyenne, des Pyrénées aux Carpates.
    • subsp. celtiberica (Rothm. & Vasc.) Rivas Mart. – Endémique des montagnes du nord et du centre de l’Espagne et du nord du Portugal.
    • subsp. tortuosa (Ledeb.) Nyman – Europe arctique, montagnes de Scandinavie et Islande.
  • Bouleau nain (Betula nana L.) – Europe arctique jusqu’en Russie centrale, relique glaciaire en Europe moyenne depuis la France (Margeride et Jura) jusque dans l’est des Carpates. Arbuste nain à port souvent prostré, atteignant 50 cm, parfois 1 m, à minuscules feuilles rondes et dentées (1 cm), devenant jaune or en automne. Espèce caractéristique de la zone des arbrisseaux des montagnes du nord de l’Europe.
  • Bouleau peu élevé (Betula humilis L.) – Nord de la Russie, relique glaciaire dans le centre et l’est de l’Europe, du nord de l’Allemagne au nord-est de la Suisse et au centre de la Roumanie[23],[24]. Espèce arbustive de 50 cm à 2 m, à rameaux pubescents glanduleux ; feuilles ovales dentées de 2 à 3 cm.

HybridesModifier

Là où plusieurs espèces croissent ensemble, on peut rencontrer les hybrides suivants :

  • Betula ×aurata Borkh. (Syn. Betula ×obscura Kotula), un hybride entre Betula pendula et Betula pubescens
  • Betula humilis × Betula nana
  • Betula nana × Betula pendula
  • Betula nana × Betula pubescens
 
Troncs de Betula nigra dont l'écorce s'exfolie en lamelles papyracées.
 
Écorce de bouleau.

Quelques espèces d’autres régionsModifier

  • Bouleau jaune (Betula alleghaniensis Britton) – Est de l’Amérique du Nord. Arbre au tronc droit long à couleur de miel ou brun clair, à branches fortes à faible défilement. Ce bouleau à croissance lente (4,5 m en 20 ans) atteint 19 à 25 m, parfois 30 m de hauteur. Les rameaux et l’écorce ont une odeur aromatique. Le bouleau jaune est l'arbre-emblème officiel du Québec (Canada).
  • Bouleau flexible (Betula lenta L.) – Est de l’Amérique du Nord. Arbre à écorce brun foncé pouvant atteindre 25 m. Comme le précédent, les rameaux et l’écorce ont une odeur aromatique.
  • Bouleau noir (Betula nigra L.) – Est des États-Unis. Espèce décorative par son écorce brun foncé, rugueuse, qui s’exfolie en lamelles papyracées. Ce bouleau à cime ovoïde souvent à plusieurs troncs, peut s’élever jusqu’à 30 m.
  • Bouleau à papier (Betula papyrifera Marshall) – Amérique du Nord. Tronc sinueux et à la cime ovale et étroite. L'écorce blanche souvent à plages rosées se détache en larges bandes, d'où son nom. À croissance rapide, ce bouleau peut atteindre 30, voire 40 m.
  • Bouleau de l'Himalaya (Betula utilis D. Don), originaire de l’Himalaya.
    • Var. jacquemontii (Spach) H. J. P. Winkl. : plus rustique, souvent cultivée pour l’ornement. Cette variété, qui atteint 12 à 15 m, a dès sa jeunesse une écorce très blanche sans taches noires ni crevasses.

GalerieModifier

SymboliqueModifier

PrésageModifier

  • Si le bouleau verdit avant l'aulne alors l'été sera sec, si c'est l'aulne qui devance le bouleau alors la saison sera humide[25].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Les bouleaux » article sur le site Desjardins Inspiration
  2. a et b « Bouleau : un très bel arbre d’ornement » article sur le site jardiner-malin
  3. a et b « Bouleau » article sur le site passeportsante
  4. « Bouleau » article sur le site santecheznous
  5. « Sève de bouleau et jus de bouleau » article sur le site consoglobe
  6. « Nettoyage de printemps » article sur le site plantes-et-sante
  7. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gaulois, éditions Errance, 2003, p. 74.
  8. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, éditions errance 1994.
  9. Merveilles et secrets de la langue française", ouvrage collectif de 2000 co-rédigé par Claude Gagnière, réalisé et édité par la "Sélection du Reader's Digest", pages 475 en marge droite et 439.
  10. Xavier Delamarre, op. cit.
  11. Merveilles et secrets de la langue française", ouvrage collectif de 2000 co-rédigé par Claude Gagnière, réalisé et édité par la "Sélection du Reader's Digest", page 439.
  12. Schmidt, P., Blessing, M., Rageot, M., Iovita, R., Pfleging, J., Nickel, K. G.; Righetti, L. & Tennie, C., « Birch tar extraction does not prove Neanderthal behavioral complexity », PNAS,‎ (DOI 10.1073/pnas.1911137116)
  13. (ru) Les tablettes en écorce de bouleau : l'intégralité des tablettes photographiées et transcrites.
  14. Le bouleau jaune, arbre emblématique du Québec
  15. Développement économique Canada et Ressources naturelles Canada. Bouleau blanc ou à papier - Fiches techniques des produits forestiers non ligneux en Gaspésie
  16. Judith M. Grünberg, Heribert Graetsch, Ursula Baumer, Johann Koller: Untersuchung der mittelpaläolithischen "Harzreste" von Königsaue, Ldkr. Aschersleben-Staßfurt. In: Jahresschrift für mitteldeutsche Vorgeschichte. Band 81, 1999, S. 7–38.
  17. Voir Wikipédia en allemand, Repellent
  18. (en) Matthias Bache et al., « Betulinyl Sulfamates as Anticancer Agents and Radiosensitizers in Human Breast Cancer Cells », Int. J. Mol. Sci.,‎ (lire en ligne)
  19. (en) Marcin Drag et al., « Comparision of the Cytotoxic Effects of Birch Bark Extract, Betulin and Betulinic Acid Towards Human Gastric Carcinoma and Pancreatic Carcinoma Drug-sensitive and Drug-Resistant Cell Lines », Molecules,‎ (lire en ligne)
  20. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 25.
  21. (ru)Poème original de Essénine.
  22. Voir Tableau comparatif des noms de mois slaves
  23. Cartographie de Betula humilis
  24. Fiche de Betula humilis
  25. Alexandre Soljenitsyne (trad. du russe par René Marichal, Et chaque année : c'est juste ! Et quand ils verdissent en même temps, alors l'été sera variable.), Le chêne et le veau (autobiographie), Paris, Seuil, , 540 p. (ISBN 978-2020021210, notice BnF no FRBNF34571305), p. 202

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Alan Mitchell, A Field Guide to the Trees of Britain and Northern Europe, William Collins Sons & Co. Ltd., 1974 – (ISBN 0 00 212035 6). 
  • Roger Phillips, Trees in Britain, Europe and North America, Pan Books, 1978 – (ISBN 0 33 025480 4) 
  • Jacques Brosse, Larousse des arbres et des arbustes, Larousse-Bordas, 2000 – (ISBN 2 03 505172 X). 
  • Bernard Bertrand, Le Bouleau, l'arbre à la peau d'argent, 01/10/2007, Terran (éditions de) - (ISBN 978-2-913288-71-3)
  • Michel Roussillat (ill. Yves Larvor), Le Bouleau, Arles, Actes Sud, coll. « le nom de l'arbre », (1re éd. 1995), 96 p., 10 × 19 cm, broché (ISBN 978-2-330-01848-1, présentation en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :