Ouvrir le menu principal

Ouvrier

travailleur artisanal, industriel ou agricole
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ouvrier (homonymie) et OS.
Une ouvrière américaine dans une usine Consolidated Aircraft à Fort Worth, au Texas, en octobre 1942.
Un ouvrier travaillant sur une machine à vapeur. Photographie de Lewis Hine, 1920.
Une laitière de Pont-l'Évêque, fin XIXe.

L'ouvrier est une personne qui loue ses services dans le cadre d'un travail industriel ou agricole en échange d'un salaire. Par définition, cette notion fait référence au statut du salariat et à l'exercice d'un travail manuel (ce qui exclut les employés de bureau).

Le développement de l'industrialisation et de la mécanisation va continuellement modifier le statut des ouvriers. Tout au long de cette évolution cette nouvelle forme de travail va s'accompagner de l'émergence d'un mouvement ouvrier et de la conscience ouvrière, de sa montée en puissance via les syndicats, afin de faire reconnaître leurs droits. Sur les plans social et politique, l'accroissement du nombre des ouvriers soulève des débats (la question sociale) ainsi que des réflexions et prises de position concernant l'existence et le destin d'une nouvelle classe sociale et économique : la classe ouvrière.

ÉtymologieModifier

Terme issu du latin « operari » (ouvrer, soit agir, opérer, travailler avec ses mains) et « operarius » (celui qui fait).

Fin XIIe siècle évolue vers « overier » puis « ouvrier ».

Fin XVIe siècle, le verbe « travailler » élimine progressivement la racine du terme « ouvrer » du fait de l'homonymie avec « ouvrir ». Se sont maintenues cependant certaines formes comme « ouvré », « ouvrable », « œuvre », « ouvroir »[1].

La condition ouvrièreModifier

À partir des années 1830, des enquêtes et des pétitions commencent à alerter sur le sort des enfants-ouvriers. En 1840, la publication de l'ouvrage de Louis René Villermé, Tableau physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, a un fort retentissement. Son enquête décrit la « misère de l'enfant de 5 ans à 5 sous par jour pour quinze heures de travail. (...) Nourris d'un morceau de pain, ajoutant à l'exténuation du travail celle de la longue étape matin et soir, ils vivaient en pénurie de sommeil, de nourriture, d'habits. Affamés, transis, épuisés, battus (...) ils mourraient vite. Les pays d’industrie textile se plaignaient d'en manquer[2]. »

D'après lui, la future loi (adoptée en mars 1841) « devrait concilier des intérêts opposés, celui des fabricants, celui des ouvriers et de ne pas trop accorder à l'un de peur de nuire à l'autre. C'est en rendant obligatoire l'assiduité des enfants à l'école que l'on peut le mieux résoudre le problème difficile de limiter leur emploi dans les manufactures jusqu'à un certain âge. » Les autorités ne s'opposent pas au principe même du travail des enfants. Il s’agit de le réguler : de fixer à huit ans l’âge de l’embauche, de limiter à huit heures par jour le travail des enfants âgés de huit à douze ans et à douze heures pour ceux âgés de douze à seize ans, de rendre obligatoire la scolarisation jusqu’à l’âge de douze ans, de mieux préserver la croissance et la santé des plus jeunes afin de préserver la reproduction d’une force de travail. Pourtant, la loi ne sera pas appliquée. Les inspecteurs manufacturiers, patrons établis, ne pouvaient sévir qu'en s'attirant des inimitiés préjudiciables à leur chiffre d'affaires[2].

Au moins jusqu'aux années 1930, les foyers ouvriers sont sujets à de graves carences alimentaires, notamment ce qui concerne le lait, les fruits et les légumes verts[3].

L'évolution du travail ouvrierModifier

L'analyse de référence est celle du sociologue Alain Touraine, professeur normalien qui s'essaya à la condition de mineur en 1947/48. Il définit trois phases d'évolution : la phase A, des débuts de la révolution industrielle, la phase B, avec la production de grande série et l'organisation scientifique du travail et la phase C, de recomposition du travail notamment associée à la montée de l'automation.

Typologie des postes ouvriersModifier

En France, on distingue différents niveaux de qualité et de qualification :

  • un apprenti : une personne en cours de formation ;
  • un manœuvre : un ouvrier manuel, peu qualifié ;
  • un ouvrier qualifié : un ouvrier ayant une réelle qualification ;
  • un ouvrier spécialisé : ouvrier spécialisé dans un produit ou un type de travail.

De ce niveau dépendra le type de travail effectué et la rémunération associée.

StatistiquesModifier

En France, dans les années 1950[4], les ouvriers occupent 40 % des emplois. L'effectif ouvrier atteint son niveau maximum vers 1970.

Selon les derniers recensements, les effectifs ouvriers représentent :

  • en 1999 : 7,05 millions de personnes sur 26,4 millions d'actifs (26.7 %)
  • en 2007 : 6,7 millions de personnes sur 29 millions d'actifs (23,1 %)[5].

En 2016, l'espérance de vie d'un ouvrier en France est 6,4 années inférieure à celle d'un cadre[6].

SociologieModifier

Un groupe social distinctModifier

Article détaillé : Classe ouvrière.

Cette position sociale (celui qui œuvre), recouvre de multiples fonctions, en général manuelles, mais ne peut pas être définie par un métier, ni même par un type de métier. Il regroupe l'ensemble des emplois nécessitant un effort manuel pour l'accomplir.

La Culture ouvrièreModifier

 
Le Dîner de l'ouvrier, huile sur toile de Francesc Sardà Ladico (1911).

L'ouvrier d'industrie ou agricole, qui a représenté une part importante de la population des pays développés de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe siècle, et plus généralement la culture ouvrière (parfois plus ou moins assimilée à la culture populaire, qui comprend aussi la culture paysanne, celle des marins, etc.) a donné lieu à d'innombrables écrits littéraires, philosophiques, sociopolitiques, culturels et scientifiques[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17] et à de très nombreuses représentations artistiques.

Le sport fut un vecteur d'émancipation pour les ouvriers, notamment au XXe siècle, et plus précisément en 1936 grâce au Front populaire[18] Sous l'impulsion du sous-secrétaire d'Etat aux sports, Léo Lagrange, le sport se démocratise. " L’ouvrier, le paysan et le chômeur trouvent dans le loisir la joie de vivre et le sens de leur dignité"[18] Une véritable politique publique du sport est alors menée en faveur des plus démunis. Faire du sport c'est avant tout accéder à la dignité, comme le martèle Léo Lagrange. En effet, faire du sport, c'est se donner une hygiène de vie, des habitudes, des manières de penser et un langage commun. C'est aussi s'ouvrir aux autres et partager des loisirs communs. Par exemple, le football, au-delà du strass et des paillettes, a contribué à créer des solidarités ouvrières[19],[20]

D'après le journaliste Daniel Paris-Clavel, la démocratisation de l'accès au sport en France « a été le fruit d’une véritable lutte de classe. À l’aube du XXe siècle, non seulement les ouvriers travaillent quotidiennement douze à seize heures par jour, six jours par semaine, pour des salaires de misère, mais la pratique du sport leur est clairement interdite. D’ailleurs, la puissante Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA), née à la fin des années 1880 et matrice des futures fédérations françaises, exige dans ses statuts que l’adhérent « ne se livre à aucune profession ouvrière ». L’accès aux compétitions comme aux terrains est la chasse gardée de la bourgeoisie : pas de place pour les gueux du stade[21]. »

HistoireModifier

Dans la mythologie grecque, Laomédon traite les dieux Apollon et Poséidon comme ses ouvriers alors qu'ils lui bâtissent la célèbre enceinte inexpugnable de Troie[22].

Durant la période féodale, les ouvriers les plus qualifiés peuvent aspirer au statut d'artisan et gagner davantage. Mais à l'occasion de la Révolution industrielle, le sens du mot d'ouvrier va renvoyer à une autre réalité : il ne désigne plus strictement l'ensemble des salariés qui travaillent dans l'agriculture ou dans l'artisanat, mais aussi -et surtout- l'ensemble de ceux qui réalisent un travail manuel rémunéré dans le cadre de l'industrie naissante.

Ce nouveau statut, souvent contraint et résultant de l'exode rural, inquiète : les peurs sociales se cristallisent autour des classes dangereuses, à la suite de l'accumulation souvent désordonnée de nouvelles populations dans les faubourgs des villes. Pour mieux contrôler les déplacements croissants des populations, est créé le 1er décembre 1803, sous le Consulat, le livret d'ouvrier. Ce document s'inscrit dans une politique qui vise à accentuer une certaine docilité de l'ouvrier envers les patrons[réf. nécessaire]. Un ouvrier rebelle ne trouverait en effet pas de travail puisque ce serait indiqué dans le livret qu'il doit présenter au patron à qui il demande un nouvel emploi.

Dans les années 1830, le Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie dressé par le Docteur Louis René Villermé est « le plus saisissant ouvrage paru sur les ouvriers français du XIXe siècle. Écrit précisément dans les débuts de l'industrialisation, il retrace avec minutie le cadre de travail et la vie de ceux qu'on appelle les « nègres blancs », condamnés à des journées de quinze à dix-sept heures, pour des salaires infimes. On atteint dans cette enquête le tréfonds de la misère, à une époque où le monde ouvrier ne fait qu'apparaitre. »[23].

Autres regards sur la condition ouvrièreModifier

TélévisionModifier

Les données du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) établissent que pour l'année 2018 4 % des personnes interviewées et/ou visibles à la télévision sont des ouvriers et 60 % des cadres[24].

L'historienne Ludivine Bantigny considère que les ouvriers, bien qu'ayant toujours été sous-représentés à la télévision, ont été progressivement invisibilisés : « La société a connu un tournant dans les années 1980, qui a eu des effets dans la représentation télévisuelle. C’est une période au cours de laquelle s'est imposée, au niveau médiatique et politique, l'idée qu'il fallait en finir avec les conflits sociaux, les classes sociales, la lutte des classes, en prétendant qu’elles avaient disparu. Il a été répété qu'il fallait accepter le capitalisme et qu'il n'y avait pas d'alternative. Une partie de la gauche gouvernementale s’est aussi convertie au néolibéralisme. Elle s’est mise à défendre l’esprit d’entreprise, comme si les entreprises étaient des entités non conflictuelles. Il y a eu tout un discours de la gauche gouvernementale sur le marché, supposément « ni de gauche ni de droite. En oubliant le milieu ouvrier, ce discours hégémonique pense qu’il est possible, du point de vue sociologique, de faire disparaître ce monde. Il y a une dimension performative à penser que les mots auront une efficacité agissante. Le mot « ouvrier » sera ainsi transformé par des euphémismes : les femmes de ménage deviennent des « techniciennes de surface », les ouvriers deviennent des « opérateurs », les salariés deviennent des « collaborateurs »… En faisant disparaître les mots, on prétend aussi faire disparaître cette conflictualité[24]. »

LittératureModifier

Article détaillé : Littérature prolétarienne.

Au XIXe siècle, des romans populaires, sous la forme de fascicules bon marché mettent en scène le monde ouvrier. Ils sont destinés aux ouvriers, puis le nombre de femmes augmentant, aux ouvrières. En 1890, Jules Cardoze publie aux éditions Jules Rouff, Jenny l'ouvrière, récit d'une ouvrière héroïque avec de l'action et des rebondissements[25].

Plusieurs œuvres d'Émile Zola sont le témoignage de la vie ouvrière au XIXe siècle et notamment du travail dans les mines de charbon, de leurs conditions de travail et de la vie sociale dans les corons (Germinal).

CinémaModifier

RadioModifier

  • Là-bas si j'y suis : Émission de reportages radio, dont certains s'intéressent au milieu ouvrier (le plus souvent dans le cadre de luttes)[26].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Ouvrages anciens
  • Dr Louis René Villermé, Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, recueil de textes choisis et présentés par Yves Tyl, Paris, Union générale d'éditions, coll. « 10/18 » (no 582), 1971, 317 p. [tome 1] [tome 2]
  • E. Dupont, Les Ouvriers, histoire populaire illustrée des travailleurs au XIXe siècle, Sceaux, impr. de Charaire et fils, 1890, 600 p. [lire en ligne]
  • Adrien César Égron, Le Livre de l'ouvrier : ses devoirs envers la société, la famille et lui-même, Paris, P. Mellier, 1844, 407 p.
  • Lucie Chenot Laboulais, L'ouvrier, considérations sur le travail, Paris, Paul Dupont, 1890 [lire en ligne]
  • Pierre Émile Levasseur, L'ouvrier américain : l'ouvrier au travail, l'ouvrier chez lui, les questions ouvrières, Paris, Librairie de la société du recueil général des lois et des arrêts et du journal du palais, 1898, 2 vol. [tome 1] [tome 2]
  • Dr René Martial, L'ouvrier : son hygiène, son atelier, son habitation, Paris, Octave Doin et fils, coll. « Bibliothèque d'hygiène et de médecine publiques » (no 19), 1909, 419 p.
Ouvrages contemporains
  • André Nataf, éd, Dictionnaire du mouvement ouvrier, [par] Gérard Adam [et al.], sous la direction de André Nataf, coll. Dictionnaires de culture, Paris: Éditions Universitaires, 1970.
  • Claude Willard (dir.), La France ouvrière : histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions de l'Atelier, 1995, 3 vol., tome 1, Des origines à 1920, 493 p. (ISBN 2-7082-3163-4) ; tome 2, De 1920 à 1968, 368 p. (ISBN 2-7082-3164-2) ; tome 3, De 1968 à nos jours, 267 p. (ISBN 2-7082-3174-X)
  • Les grandes luttes de la France ouvrière, Alain Rustenholz, Éditions Les Beaux Jours, 2008
  • Le Maitron, ensemble de dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier
  • Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Perrin, , 376 p. (lire en ligne)
  • Cultures ouvrières : Mil neuf cent, n° 35, 2017.

RéférencesModifier

  1. Larousse étymologique, Éditions Larousse, Paris, 1971.
  2. a et b Marie-Françoise Lévy, « La naissance d'une protection », sur Le Monde diplomatique,
  3. Roger-Henri Guerrand, « La première thèse sur les grèves en France », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  4. Michel Cézard, « Les ouvriers », Insee Première, no 455, mai 1996.
  5. « Insee - Territoire - Des spécificités socioprofessionnelles régionales », sur www.insee.fr (consulté le 26 janvier 2016)
  6. « Voix de faits », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018)
  7. Bozon, M. (2007). Les recherches récentes sur la culture ouvrière: une bibliographie.
  8. Terrain, no 2, mars 1984. Comptes rendus de recherches achevées ou en cours sur la culture ouvrière et l'anthropologie industrielle. Projets acceptés pour appel d'offres 1983, p. 72-90.
  9. Montlibert C. de, « Savoir, savoir dire, savoir faire : la mobilisation collective ouvrière », communication présentée au colloque de Nantes sur les cultures populaires, juin 1983.
  10. Frémontier J., La vie en bleu. Voyage en culture ouvrière, Paris, Fayard, 1980.
  11. Hissard J.-R., « L'expression populaire dans le cadre de vie : les jardins ouvriers de Belfort », Revue des sciences sociales de la France de l'Est, no 5, 1976, p. 202-214.
  12. Lalive d'Epinay C., « Persistance de la culture populaire dans les sociétés industrielles avancées », Revue française de sociologie, no 1, janv.-mars 1982, p. 87-111
  13. Molinari J.-P., Fleury J.-P., « Sur quelques aspects du changement dans les conditions de vie des ouvriers de Brière », Norois, no 112, 1981, p. 599-613
  14. Paradeise C., « Sociabilité et culture de classe », Revue française de sociologie, no 4, oct.-décembre 1980, p. 571-597.
  15. Terrail J.-P., « Boire et déboire. Sur les principes de la culture ouvrière », Société française, no 5, 1982, p. 38-47.
  16. Verret M., « Sur la culture ouvrière », La Pensée, no 163, 1972
  17. Bonnault-Cornu P. de, « Le langage de travail : une composante de la culture du monde ouvrier », communication au colloque de Nantes sur les cultures populaires, juin 1983
  18. a et b « Il y a 80 ans, le Front populaire inventait le sport... populaire », sur Le Monde.fr (consulté le 30 avril 2018)
  19. « Saint-Etienne La «classe» ouvrière », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2018)
  20. « Patrick Mignon : « Saint-Etienne, c'est la France ouvrière » », leparisien.fr,‎ 2013-04-20cest18:52:00+02:00 (lire en ligne, consulté le 30 avril 2018)
  21. Daniel Paris-Clavel, « Polo-vélo, naissance d’un sport populaire », sur Le Monde diplomatique,
  22. Apollodore, Bibliothèque [détail des éditions] [lire en ligne], II, 5.9.
  23. Introduction au Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, recueil de textes choisis et présentés par Yves Tyl, Paris, Union générale d'éditions, coll. « 10/18 » (no 582), 1971, 317 p.
  24. a et b « « La représentation médiatique porte à croire que le monde ouvrier n’existe plus » », La revue de médias,‎ (lire en ligne)
  25. Alexandre SUMPF, « Jenny l'ouvrière héroïne de roman », sur www.histoire-image.org, (consulté le 2 janvier 2018)
  26. La-bas.org