Tabac

produit élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun

Le tabac est un produit psychotrope manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes de tabac commun (Nicotiana tabacum), une espèce originaire d'Amérique appartenant au genre botanique Nicotiana (famille : Solanaceae).

Nicotiana tabacum, vue de dessus.
Tabac blond séché et haché.
Stockage du tabac dans la Tabacalera del Oriente, Tarapoto, Pérou.

L'usage du tabac s'est largement répandu dans le monde entier à la suite de la découverte de l'Amérique. Sa commercialisation est promue par l'industrie du tabac (monopole d'État dans certains pays) et soumise à des taxes qui varient fortement selon les pays.

Le tabac cause une forte dépendance et sa consommation est responsable de près de 6 millions de décès par an dans le monde dont 600 000 sont des non-fumeurs exposés à la fumée (tabagisme passif). De nombreuses maladies sont liées au tabagisme (maladies cardiovasculaires et cancers, entre autres).

ProductionModifier

Les Nicotiana sont des plantes néotropicales nitrophiles, originaires des régions chaudes et nécessitant un sol riche en humus. La température et la nature des sols jouent un rôle prépondérant sur les propriétés du tabac : la culture ne peut s'effectuer qu'entre des températures allant de 15 à 35 °C, et avec une hygrométrie voisine de 70 %.[réf. nécessaire]

CultureModifier

 
Plante de tabac adulte.

Les pathogènes spécifiques à la plante incluent : le virus de la gravure du tabac, le virus de la mosaïque du tabac et le virus A de la nécrose du tabac.

Les ravageurs incluent : la noctuelle orientale du tabac, le thrips du tabac et de l'oignon.

TraitementModifier

 
Tabac en train de sécher au soleil, nord-ouest de l'Iran.

Le séchage à l'air chaud est la principale méthode ; il nécessite environ une semaine[1] (cf. Effets sur l'environnement).

CompositionModifier

La composition du tabac est complexe : sa fumée contient environ 4 000 composés chimiques, dont 250 sont dangereux pour la santé et 50 sont reconnus cancérigènes[2].

Dans la plante fraiche de Nicotiana tabacum, on trouve un mélange d'alcaloïdes composés de 93 % de (S)-nicotine, 3,9 % de (S)-anatabine, de 2,4 % de (S)-nornicotine, et de 0,5 % de (S)-anabasine.

Lors de sa croissance, la plante absorbe plusieurs produits radioactifs, qu'on retrouve dans la fumée, le filtre et moindrement le papier des cigarettes ou des bidis[3],[4],[5],[6], puis dans les poumons, via l'inhalation de la fumée[7]. On y trouve des traces de thorium, polonium et d'uranium[8]. Le polonium du tabac engendre le plus de radioactivité inhalée[9].

L'American Journal of Public Health (en) a montré, en , que les « majors » de l'industrie du tabac, Philip Morris, RJ Reynolds Tobacco Company, British American Tobaccoetc., ont volontairement caché au public, depuis les années 1960, la présence dans les cigarettes de polonium 210, une substance hautement cancérigène, utilisée pour l'assassinat de l'espion Alexandre Litvinenko[10],[11],[12],[13]. Une des explications de cette présence de produits radioactifs dans le tabac est l'utilisation fréquente aux États-Unis d'engrais à base d'apatites, utilisés pour donner une saveur spécifique au tabac ; le tabac produit dans certains pays en développement peut ainsi avoir jusqu'à un tiers de radioactivité en moins que celui cultivé aux États-Unis[10],[11],[14]. Une étude de 1975 a constaté qu'une variété du nord du Bengale contenait moins de radon et de polonium[15].

L'industrie du tabac ajoute des additifs (arômes, sucres, humidifiants) dans le tabac de cigarettes, notamment des composés d'ammoniac qui modifient le pH de la nicotine (plus alcalin), en facilitent l'absorption tout en renforçant la dépendance à celle-ci (ouverture plus importante des récepteurs à la dopamine)[16].

ConsommationModifier

Le tabac est consommé principalement fumé sous forme de cigares, de cigarettes, à l'aide d'une pipe ou d'un narguilé ; il peut aussi être mâché (chiqué), sucé (snus) ou prisé.

Au début du XXe siècle, le tabac est cultivé et consommé sur tous les continents. Les progrès techniques et industriels font évoluer sa production et la consommation de cigarettes supplante dès lors la chique, la prise, la pipe et le cigare. En 1880, il est vendu cent millions de cigarettes dans le monde, en 1900 un milliard de cigarettes[17]. Sa consommation se diffuse massivement au milieu du XXe siècle avec l'essor de la publicité. En 1940, 1 000 milliards de cigarettes sont vendues dans le monde, 2 000 milliards en 1960, 5 000 milliards en 1980, 6 000 milliards en 2014[18].

La consommation de tabac entraine généralement une dépendance durable[19].

Effets et toxicitéModifier

Effets sur la santéModifier

La consommation de produits du tabac est la cause de nombreuses maladies mortelles.

Effets sur l'environnementModifier

En mai 2022, l'Organisation mondiale de la santé alerte sur les dégâts dus à l'industrie du tabac : plus d'un milliard de personnes fument encore. Environ 4 500 milliards de mégots sont jetés tous les ans. Cela fait de ce déchet l'un des plus importants au monde. Les experts en retrouvent des traces dans 70 % des oiseaux et 30 % des tortues ; sur les bords de la Méditerranée, 40 % des déchets ramassés sont des mégots, dont certains composants sont toxiques pour les animaux comme pour les plantes. La culture du tabac nécessite beaucoup d'énergie, d'engrais, et 22 milliards de tonnes d'eau. La production annuelle (32 millions de tonnes) contribue à près de 84 millions de tonnes équivalent CO2, soit 0,2 % du total des émissions ; elle serait en outre responsable de 5 % du déboisement mondial. 90 % des cultures sont concentrées dans les pays en développement, où elles concurrencent les cultures vivrières[20].

La culture du tabac a nécessité 3,24 millions d'hectares (32 400 km2) de terres arables dans le monde en 2020[21].

Le séchage du tabac nécessite par ailleurs une grande quantité de bois[22]. Le séchage à l'air chaud nécessite environ 20 kg de bois pour 1 kg de tabac. Ce mode de séchage est le premier utilisé : environ 6 tonnes de tabac sur 10 sont traitées par ce processus. Il entraîne une déforestation importante[1]. Au total, on estime qu'environ 2 à 4 % de la déforestation mondiale est due à la production du tabac, soit 600 millions d'arbres chaque année[23]. Cette proportion s'élève à 5 % dans les pays en développement[22], notamment dans certains pays comme le Zimbabwe[24].

Les mégots de cigarettes sont par ailleurs une source de pollution majeure, notamment pour les cours d'eau.

ÉconomieModifier

La consommation extensive du tabac dans le monde a engendré la constitution de majors d'industrie puissantes.

Le premier producteur mondial de tabac est le monopole chinois China National Tobacco Corporation.

Plus de 70 % du marché hors Chine est réalisé par quatre multinationales aux diverses marques. Ce sont, dans l'ordre décroissant de chiffre d'affaires :

La production de tabac, estimée à près de 7 millions de tonnes, est dominée par la Chine, l'Inde et le Brésil, qui à eux trois réalisent plus de 60 % de la production mondiale. Dans l'Union européenne, les principaux producteurs sont l'Italie, la Pologne, l'Espagne et la Grèce.

En 2010, la manufacture du tabac était dominée par la Chine, la Russie, les États-Unis, l'Allemagne et l'Indonésie[25]. Le tabac est essentiellement utilisé pour la production de cigarettes et de cigares. La production de cigarettes représente l'essentiel de la production et est estimée à plus de 5 000 milliards d'unités en 1993, 5 457 milliards d'unités en 2005.

L’Allemagne, la Bulgarie et la Suisse sont les seuls pays européens où la publicité pour le tabac est encore autorisée dans l'espace public[26],[27],[28]. La Revue médicale suisse relève également en 2015 que « la Suisse est le seul pays européen où la publicité pour les produits du tabac dans la presse est autorisée et, avec la Biélorussie, c’est également le seul pays où il n’existe pas de limitation concernant le parrainage d’événements culturels et sportifs »[26].

Production mondiale de tabac par pays[29]
Pays 2010 2013 2016 2019
  Chine 3 004 000 t 1 3 373 700 t 1 2 574 000 t 1 2 610 507 t 1
  Inde 690 000 t 3 765 154 t 3 759 594 t 2 804 454 t 2
  Brésil 787 817 t 2 850 673 t 2 677 472 t 3 769 801 t 3
  Zimbabwe 109 737 t 9 147 068 t 6 168 974 t 5 257 764 t 4
  États-Unis 325 764 t 4 328 208 t 4 285 180 t 4 212 260 t 5
  Indonésie 135 700 t 6 260 200 t 5 126 728 t 7 197 250 t 6
  Zambie 94 325 t 10 106 575 t 10 133 009 t 6 153 839 t 7
  Bangladesh 55 288 t 19 79 000 t 14 87 628 t 13 128 597 t 8
  Tanzanie 60 900 t 15 86 359 t 12 105 404 t 10 116 603 t 9
  Argentine 132 870 t 7 112 348 t 8 93 671 t 11 106 319 t 10
  Pakistan 119 323 t 8 108 307 t 9 115 851 t 8 104 355 t 11
  Mozambique 66 983 t 14 76 000 t 15 92 995 t 12 102 752 t 12
  Malawi 172 922 t 5 132 849 t 7 109 151 t 9 102 459 t 13
  Corée du Nord 72 000 t 13 80 000 t 13 85 374 t 14 90 702 t 14
  Turquie 53 018 t 20 93 158 t 11 74 238 t 15 70 000 t 15
  Thaïlande 59 540 t 17 71 586 t 16 57 384 t 17 66 780 t 16
  Laos 83 795 t 12 56 755 t 17 66 800 t 16 56 706 t 17
  Philippines 40 530 t 22 53 753 t 18 56 457 t 18 51 061 t 18
  Italie 89 112 t 11 49 770 t 20 48 470 t 19 41 860 t 19
  Ouganda 27 138 t 30 31 595 t 23 31 080 t 22 31 920 t 20
Total monde 6 983 628 t 7 606 700 t 6 388 495 t 6 685 611 t
 
Carte des principaux pays producteurs de tabac en 2019.

HistoireModifier

 
Fleurs et fruits du tabac.

Lorsque Christophe Colomb arrive en Amérique en 1492, il constate que les Indiens utilisent le tabac pour ses propriétés magiques et médicamenteuses. André Thevet en rapporte des graines et la culture du tabac commence en Europe. Bartolomé de las Casas commente plus tard cet usage, en précisant que ces tisons « sont des herbes sèches enveloppées dans une certaine feuille, sèche aussi, en forme de ces pétards en papier (a manera de mosquete hecho de papel) que font les garçons à la Pentecôte. Allumés par un bout, par l’autre ils le sucent ou l’aspirent ou reçoivent avec leur respiration, vers l’intérieur, cette fumée dont ils s’endorment la chair et s’enivrent presque. Ainsi, ils disent qu’ils ne sentent pas la fatigue. Ces pétards, ou n’importe comment que nous les appelions, ils les nomment « tabacs » (tabacos). J’ai connu des Espagnols dans l’île Espagnole qui s’étaient accoutumés à en prendre et qui, après que je les en ai réprimandés, leur disant que c’était un vice, me répondaient qu’il n’était pas en leur pouvoir de cesser d’en prendre. Je ne sais quelle saveur ou quel goût ils y trouvent ».

Selon des découvertes récentes, l'usage du tabac remonte à au moins 12 300 ans. Des graines de tabac ont été découvertes près du Grand Lac Salé dans l'Utah, aux États-Unis[30].

ÉtymologieModifier

Le substantif masculin[31],[32],[33],[34] tabac est un emprunt[31],[34] à l'espagnol tabaco[31],[32],[34], substantif masculin[35] lui-même emprunté[31] à l'arawak[32] de Cuba et Haïti[31] tsibatl, mot qui désignait soit un ensemble de feuilles, soit l'action du fumer, soit surtout le tuyau de roseau dont les Amérindiens se servaient pour aspirer la fumée[34].

Le mot « tabac », désignant à l'origine, pour les Européens, à la fois la plante et le cigare confectionné avec ses feuilles, vient de l'espagnol tabaco, lui-même emprunté à un mot arawak désignant une sorte de pipe, un instrument à deux tuyaux. Il est attesté sous sa forme espagnole depuis la première moitié du XVIe siècle. Les Arawaks, ensemble de peuplades amérindiennes des Antilles et d'Amazonie, possédaient donc probablement un autre mot pour désigner la plante que nous appelons tabac (digo selon l'archéologue Benoît Bérard) ; ce mot est apparu en espagnol par glissement sémantique, le contenant (pipe, instrument) finissant par désigner le contenu (feuilles séchées de la plante) puis la plante elle-même[36].

Origine en AmériqueModifier

Les peuples autochtones d'Amérique cultivaient et consommaient le tabac avant l'arrivée des colons européens.

Débuts en EuropeModifier

 
Esclaves travaillant dans un atelier de production de tabac, 1670, Virginie.

En 1492, lors de son expédition en Amérique, Christophe Colomb découvre le tabac[37] et le rapporte en Europe, à la Cour espagnole et portugaise, où il est pendant longtemps utilisé comme simple plante d'ornement. Ce n'est qu'au milieu du XVIe siècle que le médecin personnel de Philippe II d'Espagne commence à le promouvoir comme « médicament universel ». La première description écrite serait le fait de l'historien espagnol d'Oviedo.

Il est introduit en France en 1556 par un moine cordelier, André Thevet qui au retour de son séjour au Brésil, en fit la culture dans les environs de sa ville natale d'Angoulême. On l'appelle alors « herbe angoulmoisine » ou « herbe pétun ».

Dès 1775, les premiers soupçons de relation entre tabac et cancer sont exprimés[38].

TabagiesModifier

 
Tabagie du roi Frédéric-Guillaume.

Les tabagies (en allemand Tabakskollegium) étaient des réunions réservées aux hommes aux XVIIIe et XIXe siècles pour discuter d'affaires entre eux, en particulier après la chasse. Le roi Frédéric-Guillaume Ier y était très assidu dans son château de Wusterhausen, où il s'entourait de ses proches conseillers, en fumant de longues pipes[39],[40].

Tabac de troupeModifier

 
K Ration Dinner.

Dès 1917, on voit apparaître le tabac dans les rations alimentaires de l'armée française.

La Ration K, introduite par l'armée des États-Unis le pendant la Seconde Guerre mondiale, était une ration alimentaire quotidienne de combat individuelle contenant des cigarettes.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Fumer tue... la planète ! » (consulté le ).
  2. « Tabagisme et cancers », sur cancer-environnement.fr, Centre Léon-Bérard (consulté le ).
  3. Mussealo-Rauhamaa, H. and Jaakkola, T., 239Pu, 240Pu and 210Po contents of tobacco and cigarette smoke. Health Phys., 1985, 49, 296–301.
  4. Watson, A. P., Polonium-210 and lead-210 in food and tobacco products: transfer parameters and normal exposure and dose. Nucl. Saf., 1985, 26, 179–191.
  5. Khater, A. E. M. and Al-Sewaidan, H. A. I., Polonium-210 in cigarette tobacco. Int. J. Low Radiation, 2006, 3(2/3), 224–233
  6. Karali, T., Olmez, S. and Yener, G., Study of spontaneous deposition of 210Po on various metals and application for activity assessment in cigarette smoke. Appl. Radiat. Isot., 1996, 47, 409–411.
  7. Skwarzec, B., Ulatowski, J., Struminska, D. I. and Borylo, A., Inhalation of 210Po and 210Pb from cigarette smoking in Poland. J. Environ. Radioact., 2001, 57, 221–230.
  8. (en) ^ Nain, Mahabir; Gupta, Monika; Chauhan, R P; Kant, K; Sonkawade, R G; Chakarvarti, « Estimation of radioactivity in tobacco », Indian Journal of Pure & Applied Physics,‎ s k (november 2010), p. 48 (11): 820–2. hdl:123456789/10488
  9. Khater, A. E. M., Polonium-210 budget in cigarettes. J. Environ. Radioact., 2004, 71, 33–41.
  10. a et b Waking a Sleeping Giant: The Tobacco Industry’s Response to the Polonium-210 Issue, American Journal of Public Health (en), septembre 2008.
  11. a et b Jean-Michel Bader, « Le secret du polonium 210 dans la fumée de cigarette », Le Figaro, (version du 9 septembre 2008 sur l'Internet Archive).
  12. « Du polonium 210 dans les cigarettes : les industriels savaient », L'Obs, (version du 1 juin 2013 sur l'Internet Archive).
  13. Stéphane Foucart, « Les cigarettiers ont tu pendant des années la présence de polonium 210 », Le Monde, .
  14. (en) J. Marmonstein, « Lung cancer: is the increasing incidence due to radioactive polonium in cigarettes? », .
  15. (en) B. C. Purkayastha et D. K. Bhattacharyya, « Estimation of rare and radioactive constitutents in samples of Indian tobacco with the aid of low-level beta-counter », Journal of Radioanalytical and Nuclear Chemistry, vol. 27, no 2,‎ , p. 345-351 (DOI 10.1007/BF02520574, lire en ligne).
  16. Dan Véléa, Toxicomanie et conduites addictives, Heures de France, , p. 182.
  17. Exposés sur le tabagisme, Gauthier-Villars, , p. 26.
  18. Robert N. Proctor, Golden Holocaust. La conspiration des industriels du tabac, Éditions des Équateurs, , p. 57.
  19. (en) J. O’Loughlin, I. Karp, T. Koulis, G. Paradis et J. DiFranza, « Determinants of first puff and daily cigarette smoking in adolescents », American Journal of Epidemiology, vol. 170, no 5,‎ , p. 585-597 (lire en ligne).
  20. Muryel Jacque, « Environnement : l'OMS alerte sur l'impact délétère du tabac », Les Échos, .
  21. « FAOSTAT », sur Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (consulté le ).
  22. a et b « Fact Sheet: Environmental Impact of Tobacco », (version du 7 mars 2014 sur l'Internet Archive).
  23. Laura O'Connor, One UN Climate Change Learning Partnership (UN CC:Learn), « Les risques du tabac que vous ne connaissez peut-être pas : les dommages environnementaux causés par le tabac », sur medium.com, .
  24. « La renaissance du tabac zimbabwéen au prix d’une déforestation massive », (consulté le ).
  25. (en) « Manufacturing Cigarettes », sur tobaccoatlas.org (version du 15 juin 2013 sur l'Internet Archive).
  26. a et b Michela Canevascini, Hervé Kuendig, Claudia Véron et Myriam Pasche, « Publicité et promotion des produits du tabac et des cigarettes électroniques », Revue médicale suisse, vol. 11, no 478,‎ , p. 1288-1294 (lire en ligne, consulté le ).
  27. Robert Handrack, « L’Allemagne éteint sa cigarette, la France en rallume une », sur info.arte.tv, (consulté le ).
  28. « Restreindre la publicité pour protéger les jeunes », sur Office fédéral de la santé publique, .
  29. « FAOSTAT », sur fao.org (consulté le ).
  30. Pauline Brault, « Cela fait plus de 12 000 ans que l'homme consomme du tabac », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  31. a b c d et e Définitions lexicographiques et étymologiques de « tabac » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le ).
  32. a b et c Entrée « tabac » des dictionnaires de français Le Petit Larousse en ligne sur le site des éditions Larousse (consulté le ).
  33. Entrée « tabac » du Dictionnaire de la langue française le Littré (consulté le ).
  34. a b c et d Entrée « tabac », dans Alain Rey (dir.), Marianne Tomi, Tristan Hordé et Chantal Tanet, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, (réimpr. janvier 2011), 4e éd. (1re éd. février 1993), 1 vol., XIX-2614, 29 cm (ISBN 978-2-84902-646-5 et 978-2-84902-997-8, OCLC 757427895, BNF 42302246, SUDOC 147764122, lire en ligne) (consulté le ).
  35. (es) Entrée « tobaco » du Dictionnaire bilingue espagnol – français [en ligne], sur le site des éditions Larousse (consulté le ).
  36. Gardiens des trésors des Caraïbes, épisode 2 : Martinique, film documentaire réalisé par François Guillaume, avec Benoît Bérard, diffusé sur France Ô, Vendredi 6 février 2015, 12 h 50, 55 minutes.
  37. Dans son journal de bord 1492-1493, Christophe Colomb observe « beaucoup de gens qui se rendaient à leur village, hommes et femmes, avec à la main un tison d'herbes pour prendre leurs fumigations ainsi qu'ils en ont coutume »
  38. "Even as early as 1775, physicians such as Sir Percival Pott were publishing medical reports linking tars and other smoking products to cancer", Bill Fawcett, You said what? - Lies and propaganda though history, Harper-Collins eBooks, 2007, (ISBN 978-0-06-155885-6), p. 262.
  39. (de) Truc Vu Minh, « Tagungsbericht: Mehr als nur “Soldatenkönig”. Neue Schlaglichter auf Lebenswelt und Regierungswerk Friedrich Wilhelms I. vom 30. März bis 1. April 2017 », sur Research Center Sanssouci (consulté le ).
  40. (de) Kurt Zeissler, Die "Langen Kerls" : Geschichte des Leib- und Garderegiments Friedrich Wilhelms I, Ullstein, (ISBN 3-548-34968-4 et 9783548349688, OCLC 611606247).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Discours du tabac, où il est traité particulièrement du tabac en poudre. Avec des raisonnements physiques sur les vertus & sur les effets de cette plante, et de ses divers usages dans la médecine. 1re édition : 1668, 2e édition, 1677, 3e édition, Jean Jombert, 1693. Edme Baillard, pseudonyme de Jean Royer de Prade
  • Monographie du tabac comprenant l'historique, les propriétés thérapeutiques, physiologiques et toxicologiques du tabac, par Charles Fermond, Paris : Imprimerie de Napoléon Chaix, 1857 [1]
  • (es) Enrique Margery Peña, Estudios de mitología comparada indoamericana, San José, Editorial Universidad de Costa Rica, , 1re éd., 405 p., poche (ISBN 978-9977-67-739-2 et 9977677395, lire en ligne), « Usos y formas de consumo del tabaco en Indoamérica », p. 3-96
    Histoire : utilisation et mythologie du tabac dans l'Amérique précolombienne
  • Frédéric Bère, ingénieur des manufactures de l'État, conseiller général du Nord, professeur à l'Institut industriel de Lille, Les Tabacs, Paris, Librairies imprimeries réunies, , 275 p. (BNF 30086699, lire en ligne)
  • « L'affaire Ramsès II », Sciences et Avenir, no 441,‎
  • Éric Godeau, Le tabac en France de 1940 à nos jours, Paris, PUPS, 2008
  • Cigarettes : le dossier sans filtre, bande dessinée de Pierre Boisserie et Stéphane Brangier, Dargaud, 2019 (ISBN 9782205079333)
  • (en) Tobacco in History, de Jordan Goodman
  • (en) The Making of New World Slavery, de Robin Blackburn
  • Pour ou contre le tabac ? (Éditions du Sonneur, 2010), recueil d'opinions sur le tabac d'écrivains français de la fin du XIXe siècle (Joris-Karl Huysmans, Pierre Loti, Stéphane Mallarmé, Jules Verne, Hector Malot…)
  • (en) Robert N. Proctor, Golden Holocaust: Origins of the Cigarette Catastrophe and the Case for Abolition, 2012
  • Stéphane Foucart, « Les conspirateurs du tabac », Le Monde, (à l'occasion de la publication du livre de Robert N. Proctor)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier