Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Représentation de la tour Eiffel dans l'art et la culture

Tableau de Georges Garen peint en 1889, intitulé Embrasement de la tour Eiffel pendant l’Exposition universelle de 1889.

Symbole de Paris et de la France, monument populaire, la Tour Eiffel a fait l'objet de nombreuses représentations artistiques sous divers supports : peintures, photographies, films, séries, téléfilms, documentaires, écrits littéraires, etc.

Dès son inauguration, Gustave Eiffel pense pouvoir exploiter commercialement l'image de sa tour, comme le lui avait proposé Jules Jaluzot, à l'époque directeur du Printemps, qui veut lui racheter les droits exclusifs de reproduction, afin de fabriquer en série des copies. Cette initiative soulève un tollé de la part des nombreux artisans qui exploitent déjà l'image du bâtiment. Gustave Eiffel se rangera finalement de leur côté en abandonnant ses droits au domaine public, et par cette occasion, facilitera grandement la reproduction en grand nombre et sous des formes très diverses, l'exploitation et la diffusion de l'image de sa tour, en assurant ainsi la "promotion" dans le monde entier.

Sommaire

En peintureModifier

Avant même la fin de sa construction, Georges Seurat ou encore Paul-Louis Delance peignent la tour Eiffel. De nombreux artistes les suivent et font de l'édifice le thème central de quelques-uns de leurs tableaux. Ainsi le Douanier Rousseau, Paul Signac, Pierre Bonnard, Maurice Utrillo, Marcel Gromaire, Édouard Vuillard, Albert Marquet, Raoul Dufy, Marc Chagall et Henri Rivière s'en sont directement inspiré pour des peintures répondant à des courants artistiques divers.

Mais le peintre qui rendra le plus bel hommage à la tour Eiffel est sans doute Robert Delaunay qui réalisera une trentaine de toiles ayant pour sujet le monument parisien. Il commence en 1910 avec une représentation de la tour Eiffel éclatée, à la manière des cubistes. En 1925, il reprend ce thème qui lui est cher, mais avec une approche plus unitaire de la tour, plus calme.

Exemples de peintures d'artistes célèbres ayant pour sujet la tour Eiffel
Artiste Courant artistique Titre Genre Année Lieu d'exposition Images
Henri Rivière (1864-1951) - Les 36 vues de la tour Eiffel Lithographies 1902 - Henri Rivière
Georges Seurat (1859-1891) Pointillisme La tour Eiffel Huile sur panneau 1889 Fine Arts Museum - San Francisco  
Henri Rousseau (dit le douanier) (1844-1910) Art naïf La tour Eiffel - 1898 The Museum of Fine Arts (Houston, Texas)  
Raoul Dufy (1877-1953) - La tour Eiffel Aquarelle 1935  
Marc Chagall (1887-1985) - Les mariés de la tour Eiffel Huile sur toile de lin 1838-1839 Centre Pompidou
Paul-Louis Delance (1848-1924) - La tour Eiffel vue de la Seine Peinture à l'huile Musée Carnavalet (Paris)  
Robert Delaunay (1885-1941) Cubisme Tour Eiffel
La Ville de Paris
Peinture à l'huile sur toile
Peinture à l'huile sur toile
1926
Entre 1910 et 1912
Musée d'art moderne de la ville de Paris  

Au cinéma et à la télévisionModifier

Dès que l'ingénierie cinématographique commença à se développer, la tour Eiffel fut filmée par les cinéastes les plus illustres. Ainsi, dès 1897, soit seulement 8 ans après son inauguration, Louis Lumière filme le premier l'édifice dans Panorama pendant l'ascension de la tour Eiffel pour le diffuser au public dans sa salle de projection parisienne. Un autre pionnier du cinéma, Georges Méliès, la montrera dans Images de l'exposition 1900.

La tour Eiffel trouve sa première consécration dans une œuvre de fiction avec les premiers Fantômas de Louis Feuillade, soit 5 films d'action réalisés durant les années 1913 et 1914 (Fantômas, Juve contre Fantômas, Le mort qui tue, Fantômas contre Fantômas et Le Faux Magistrat). René Navarre qui joue Fantômas est alors le maître de la tour Eiffel.

En 1923, avec Paris qui dort, René Clair réalise la première fiction ayant la tour Eiffel pour personnage principal. Dans ce court film (35 minutes), un scientifique plonge Paris dans le sommeil. Une poignée d'hommes et de femmes qui se réfugient dans les hauteurs de la tour Eiffel échappent au sort réservé aux autres habitants de la capitale. La tour Eiffel devient alors un lieu magique qui offre sa protection à ces heureux individus. Le réalisateur français récidivera en 1928, avec La Tour, mais cette fois-ci sous forme de documentaire. Pendant les 14 minutes que dure cette œuvre, il explore toutes les possibilités de la caméra et montre le monument sous toutes ses coutures. Par là même, il signe une sorte de déclaration d'amour à cet édifice qui l'inspire tant.

En 1930, avec La Fin du monde, Abel Gance pousse encore les recherches pour mettre en valeur l'esthétisme des structures de la tour.

En 1939, le réalisateur Ernst Lubitsch connaît un des plus grands succès de sa carrière avec le film Ninotchka. La camarade russe Ninotchka, jouée par Greta Garbo, arrive en mission à Paris. En chemin vers la tour Eiffel, elle rencontre un Français (Melvyn Douglas) avec lequel elle vivra une aventure sentimentale qui prendra de plus en plus d'ampleur à chaque étage franchi de la tour. La plupart des vues de la tour Eiffel sont réalisées en studio et non sur place. La célèbre scène du cocktail associera à jamais l'image du champagne à celle de la tour Eiffel et comme l'explique le scénariste du film, Billy Wilder, futur réalisateur de Sept Ans de réflexion en 1955 et de Certains l'aiment chaud en 1959, à la suite de ce film, Hollywood aura tendance à adopter l'enchaînement d'une bouteille de champagne à la tour Eiffel pour chaque scène se déroulant à Paris.

En 1949, Burgess Meredith réalise L'Homme de la tour Eiffel (The man on the Eiffel Tower), la première adaptation au cinéma d'un roman de Georges Simenon. Charles Laughton, qui incarne le commissaire Maigret, doit résoudre un meurtre commis à la tour Eiffel, ce qui le pousse à revenir plusieurs fois sur les lieux à la recherche d'indices.

En 1951, dans la comédie De l'or en barres (The Lavander Hill Mob), Alec Guinness, qui jouera plus tard dans Le Pont de la rivière Kwaï, Lawrence d'Arabie, Docteur Jivago ou encore Star Wars, interprète un timide employé de banque qui vole un camion rempli de lingots d'or. Pour les transporter hors du pays, il transformera le métal précieux en miniatures de la tour Eiffel, afin de passer inaperçu.

En 1985, la présence de la tour Eiffel au cinéma est déjà consacrée. Le film Dangereusement vôtre (A View to a Kill) qui sort cette année-là sur les écrans met en scène un nouvel épisode de James Bond interprété par Roger Moore. Dans une des séquences du film, James Bond poursuit May Day (Grace Jones) dans les marches de la tour Eiffel. Une scène d'action prend ensuite place dans un restaurant (reconstitué en studio) de la tour.

Mais avant toutes choses, la tour Eiffel deviendra au fil du temps, le symbole visuel de Paris et de la France.

Ainsi, dès 1942, le célèbre film de Michael Curtiz, Casablanca met furtivement en scène la tour Eiffel pendant l'histoire romantique se passant à Paris entre Rick Blaine (Humphrey Bogart) et Ilsa Lund Laszlo (Ingrid Bergman).

Le monument apparaîtra également dans plusieurs films de François Truffaut qui était un collectionneur d'objets figurant la tour Eiffel. Ceci s'expliquant peut-être en partie par le fait qu'elle était visible depuis deux appartements qu'il avait habités. On la retrouvera en 1959 dans Les 400 Coups ou encore en 1983 dans Vivement dimanche ! (où Barbara Becker (Fanny Ardant) se sert comme arme d'une tour Eiffel miniature pour assommer un adversaire). On la retrouvera également dans des films où elle n'apparaît pas dans la fiction, mais uniquement sur l'affiche, comme dans Baisers volés en 1968 (où elle apparaît à droite de Jean-Pierre Léaud) (« affiche ») et Le Dernier Métro en 1980 (où elle apparaît à l'arrière-plan, en ombre chinoise) (« affiche »).

Le cinéma américain sera également très friand d'apparitions de la tour, notamment pour l'effet pratique et symbolique. Elle permet en effet de signifier en un seul plan ou une seule séquence, même courte, que l'action se situe en France ou à Paris. Ainsi, dès 1953, Byron Haskin la montre détruite dans son adaptation de La Guerre des mondes.

Ce genre d'images (la tour Eiffel détruite) sera par la suite souvent utilisée dans des films américains pour signifier un danger planétaire immédiat et grave, comme en 1996 dans Independence Day et Mars Attacks! ou encore Armageddon en 1998.

Principales apparitions de la tour Eiffel dans les films, téléfilms et documentaires
Année Titre Réalisateur Genre (1) Pays (2) Durée Commentaires
1897 Panorama pendant l'ascension de la tour Eiffel Louis Lumière D Fr - (3) -
1900 Images de l'exposition universelle de 1900 Georges Méliès D Fr - -
1906 La Course à la perruque Georges Hatot - Fr - -
Entre 1913 et 1914 "Fantômas" (cinq films d'action différents) :
Fantômas (avril 1913)
Juve contre Fantômas (septembre 1913)
Le mort qui tue (novembre 1913)
Fantômas contre Fantômas (février 1914)
Le Faux Magistrat (mai 1914)
Louis Feuillade F Fr Durée différente selon le film -
1923 Paris qui dort René Clair - Fr 35 min Dans cette courte fiction, un scientifique plonge Paris dans le sommeil, à l'exception de certaines personnes qui trouvent refuge dans les hauteurs de la tour Eiffel et échappent au sort des autres Parisiens
1924 La Cité foudroyée Luitz-Morat F Fr - -
1926 Paris en cinq jours Pierre Colombier
Nicolas Rimsky
F Fr 75 min -
1927 Mystères de la tour Eiffel Julien Duvivier - Fr - -
1928 La Tour René Clair D Fr 14 min -
1930 La Fin du monde Abel Gance F Fr 1 h 45 min -
1939 Ninotchka Ernst Lubitsch F É-U 1 h 50 min La camarade russe Ninotchka (Greta Garbo) arrive en mission à Paris. En chemin vers la tour Eiffel, elle rencontre un Français (Melvyn Douglas) avec lequel elle vivra une aventure sentimentale. La plupart des scènes se passant sur la tour sont tournées en studio.
1942 Les Hommes sans peur Yvan Noé F Fr 105 min -
1942 Casablanca Michael Curtiz F É-U 1 h 42 min Rick Blaine (Humphrey Bogart) et Ilsa Lund Laszlo (Ingrid Bergman) se sont aimés à Paris avant de se séparer et de se retrouver à Casablanca. La tour Eiffel est visible une seule fois, en arrière-plan.
1942 Monsieur la souris Georges Lacombe F Fr 1 h 46 min -
1947 À l'assaut de la tour Eiffel Alain Pol - - 24 min -
1948 Paris 1900 Nicole Vedrès D Fr 1 h 10 min -
1949 L'Homme de la tour Eiffel (The Man on the Eiffel Tower) Burgess Meredith F É-U/Fr 1 h 37 min Première adaptation en couleur d'un épisode du commissaire Maigret, imaginé par Georges Simenon. Le meurtre est commis à la tour et le commissaire enquête sur les lieux du crime à la recherche d'indices
1950 De l'or en barre (The Lavender Hill Mob) Charles Crichton F R-U 1 h 21 min Henry Holland (Alec Guinness) vole un camion rempli de lingots d'or et imagine une astuce pour le sortir du pays : l'utiliser sur des tours Eiffel miniatures tant prisées des touristes, pour qu'ainsi personne ne se doute que ces simples souvenirs puissent en fait représenter une fortune.
1951 Seul dans Paris Hervé Bromberger F Fr 95 min -
1952 Bonjour Paris Jean Image - - - -
1953 La Guerre des mondes (The War of the Worlds) Byron Haskin F É-U 1 h 25 min À la fin du film, on voit la tour Eiffel qui est détruite.
1955 Marguerite de la nuit Claude Autant-Lara F It/Fr 2 h 05 min -
1956 Les soucoupes volantes attaquent
(Earth vs. the Flying Saucers)
Fred F. Sears F É-U 83 min -
1956 Le Chanteur de Mexico Richard Pottier F Esp/Fr 1 h 43 min
1957 Drôle de frimousse (Funny Face) Stanley Donen F É-U 1 h 44 min -
1959 Les Quatre Cents Coups François Truffaut F Fr 1 h 39 min Le film s'ouvre sur un plan de la tour Eiffel, dont Truffaut aimait collectionner des miniatures. Elle était également visible depuis deux appartements qu'il avait habités.
1959 Tour Eiffel idylle Louis Cuny - - - -
1960 À bout de souffle Jean-Luc Godard F Fr 1 h 27 min
1960 Zazie dans le métro Louis Malle F It/Fr 1 h 29 min Zazie (Catherine Demongeot), une petite fille de 10 ans, découvre Paris avec son oncle qui lui fait visiter la tour Eiffel
1962 Prière sur la Tour Chris Marker D fr - -
1964 Les Plus Belles Escroqueries du monde
(L'Homme qui vendit la tour Eiffel)
Claude Chabrol F Fr/It/Jap/P-B 1 h 51 min Le film s'ouvre sur un plan de la tour Eiffel
1965 La Grande Course autour du monde (The Great Race) Blake Edwards F É-U 2 h 40 min
1966 Les Cinq Dernières Minutes
(La Rose de Fer)
Jean-Pierre Marchand T F 1 h 40 min -
1966 À la belle étoile Pierre Prévert F Fr 55 min -
1966 La Tour Eiffel qui tue Jean-Roger Cadet
Michel de Ré
- Fr - -
1967 Un idiot à Paris Serge Korber F Fr 1 h 30 min -
1967 Eiffel, le magicien du fer Georges Franju D Fr 19 min -
1968 Paris jamais vu Albert Lamorisse D Fr - -
1968 La Grande Lessive (!) Jean-Pierre Mocky F Fr 95 min -
1970 Les Aristochats Wolfgang Reitherman DA É-U 1 h 18 min
1972 Les Charlots font l'Espagne Jean Girault F Fr 1 h 20 min Un touriste japonais photographie une Tour Eiffel miniature posée sur le toit d'une voiture pensant prendre en photo la vraie qui était juste derrière
1980 Superman 2 Serge Korber F R-U 2 h 07 min
1981 Les Uns et les Autres Claude Lelouch F Fr 3 h 04 min
1981 La Tour Eiffel en otage Claude Guzman - É-U - -
1981 Les Écureuils Jean-Marc Soyez D Fr - -
1981 Condorman Charles Jarrott F R-U 1 h 30 min Au début du film, Woody (Michael Crawford) s'élance du haut de la Tour Eiffel dans le costume de Condorman et vole au-dessus de Paris avant de s'échouer dans la Seine.
1983 Le Ruffian José Giovanni F Fr/Ca 1 h 48 min Aldo (Lino Ventura) se suicide du haut de la tour
1983 Vivement dimanche ! François Truffaut F Fr 1 h 50 min Barbara Becker (Fanny Ardant) se sert comme arme d'une tour Eiffel miniature pour assommer un adversaire.
1984 Rive droite, rive gauche Philippe Labro F Fr 1 h 45 min -
1984 Autour de la tour Eiffel Vidéothèque de Paris D Fr - -
1985 Dangereusement vôtre (A View to a Kill) John Glen F R-U/É-U 2 h 11 min James Bond (Roger Moore) poursuit May Day (Grace Jones) sur les marches de la tour Eiffel. Une scène prend place dans un restaurant (reconstitué en studio) de la tour.
1985 European Vacation Amy Heckerling F É-U 1 h 35 min Russell 'Rusty' Griswold (Jason Lively) lance son béret du haut de la tour. Un chien, pensant que c'est un frisbee, saute dans le vide pour essayer de le rattraper.
1988 Camille Claudel Bruno Nuytten 175 min La tour Eiffel est encore en construction. Elle apparaît une seconde fois, achevée, par les fenêtres d'un bureau.
1989 Un monde sans pitié Éric Rochant F Fr 1 h 24 min Le protagoniste prétend éteindre la tour Eiffel en claquant des doigts pour provoquer plus d’intimité avec sa compagne. Cette scène est reprise dans le film La Haine.
1991 Star Trek 6 : Terre inconnue (Star Trek VI: The Undiscovered Country) Nicholas Meyer F É-U 1 h 53 min Au XXIIIe siècle, la tour Eiffel est toujours en place et est visible depuis le bureau du président de la Fédération.
1994 Un Indien dans la ville Hervé Palud F Fr 1 h 30 min Mimi-Siku (Ludwig Briand) escalade à mains nues la tour Eiffel
1995 La Haine Mathieu Kassovitz F Fr 1 h 36 min Les principaux protagonistes se lamentent sur le fait de ne pas pouvoir éteindre les illuminations de la tour Eiffel, comme pourraient le faire des héros de cinéma. Pourtant, une fois le dos tourné, comme par magie, les lumières de la tour disparaissent
1996 Independence Day Roland Emmerich F É-U 2 h 25 min On aperçoit brièvement la tour. Elle est détruite par les extraterrestres dans la version française
1996 Mars Attacks! Tim Burton F É-U 1 h 46 min La tour Eiffel est détruite par les martiens
1997 Le Loup-garou de Paris (An American Werewolf in Paris) Anthony Waller F É-U/Lux/Fr/P-B/R-U 1 h 45 min Andy McDermott, Brad et Chris, trois amis viennent de terminer leurs études et veulent se faire des frayeurs, partir en quête de danger. Ils se rendent à Paris où, pour commencer, ils sautent à l'élastique de la tour Eiffel. Pendant son saut, Andy (Tom Everett Scott) sauve Serafine Pigot (Julie Delpy) qui tentait de se suicider.
1998 Armageddon Michael Bay F É-U 2 h 30 min La tour Eiffel est détruite
1998 Le Dîner de cons Francis Veber F F 1 h 20 min Dans le TGV, François Pignon (Jacques Villeret) montre une maquette de la tour Eiffel à Jean Cordier (Edgar Givry). L'appartement de F. Pignon donne sur la tour Eiffel.
2000 Les Razmoket à Paris, le film (Rugrats in Paris: The Movie - Rugrats II) Stig Bergqvist
Paul Demeyer
DA É-U/All 1 h 18 min Les bébés sont en haut de la tour alors qu'il utilise l'invention Reptar géante
2001 Moulin Rouge ! Baz Luhrmann F Aus/É-U 2 h 07 min -
2003 The Real World Paris (show sur MTV US) Inconnu S É-U - La saison 13 est consacrée à Paris, où l'on peut apercevoir la tour Eiffel à plusieurs occasions.
2003 Les Looney Tunes passent à l'action (Looney Tunes: Back in Action) Joe Dante DA É-U 1 h 30 min -
2004 Van Helsing Stephen Sommers F É-U/Rép.Tch 2 h 12 min On aperçoit la tour en construction
2004 Team America, police du monde (Team America: World Police) Trey Parker DA É-U 1 h 38 min La « Team America » bombarde le haut de la tour Eiffel qui s'effondre sur l'arc de triomphe
2004 Godzilla: Final Wars (Gojira: Fainaru uôzu) Ryuhei Kitamura F Jap/Aus/É-U/Chi 2 h 05 min Kamacuras attaque la tour
2004 Eurotrip Jeff Schaffer F É-U/Rép.Tch 1 h 30 min -
2005 Cyclone Catégorie 7 : Tempête mondiale Dick Lowry T E-U 169 min Lorsqu'une tempête de catégorie 6 ravage Paris, la Tour Eiffel est arrachée de son socle après avoir perdu son antenne et s'écroule dans le Champ de Mars.
2005 La Légende vraie de la tour Eiffel Simon Brook T Fr 95 min S'appuyant sur les recherches de l'écrivain Pascal Lainé, ce téléfilm historique retrace le combat qu'a dû mener Gustave Eiffel (interprété par Jacques Frantz) pour achever son ouvrage et le pérenniser.
2005 À la poursuite de demain Brad Bird F E-U 130 min La tour se transforme en fusée qui proposera aux protagonistes un voyage dans le futur.
2007 Rush Hour 3 Brett Ratner F É-U 1 h 30 Un combat de nuit dans la structure de la Tour Eiffel illuminée.
2008 Le Jour où la Terre s'arrêta Scott Derrickson F E-U
2009 G.I. Joe : Le Réveil du Cobra Stephen Sommers F E-U
2009 2012 Roland Emmerich F E-U
2011 Hugo Cabret Martin Scorsese F E-U
2012 Men in Black 3 Barry Sonnenfeld F E-U 1 h 43 On voit à la télévision les vaisseaux boglodites arracher de son socle la tour Eiffel
2012 Starship Troopers : Invasion Shinji Aramaki Jap É-U 1 h 21 Quand la reine des insectes essaye de crasher un vaisseau spatial sur Paris, on voit la tour Eiffel.
2015 Avril et le monde truqué Franck Ekinci DA Fr, Be, Ca 1 h 43 Dans ce monde steam-punk, il y a deux tours Eiffel, qui servent de station monocable.
2016 Ballerina Eric Summer
Eric Warin
1 h 30 La tour Eiffel est encore en construction.

Légende :

(1) D=Documentaire; DA=dessin animé/Film d'animation; F=Film/Fiction; S=show télévisé; T=Téléfilm.
(2) All=Allemagne; Aus=Australie; Ca=Canada; Chi=Chine; Esp=Espagne; É-U=États-Unis d'Amérique; Fr=France; It=Italie; Jap=Japon; Lux=Luxembourg; P-B=Pays-Bas; Rép.Tch=République tchèque; R-U=Royaume-Uni.
(3) Quelle que soit la colonne, le signe « - » signifie toujours « donnée inconnue ».

Au théâtre et à l'opéraModifier

Principales apparitions de la tour Eiffel au théâtre
Année Titre Auteur Genre Pays Structure Commentaires
1889 Une visite à l'exposition de 1889 Henri Rousseau Vaudeville France 3 actes et 10 tableaux -
1921 Les Mariés de la tour Eiffel Jean Cocteau Ballet France 10 scènes -

En littératureModifier

  • Dans Le Voyage d'hiver, Amélie Nothomb décrit un personnage qui, par dépit amoureux, concocte un acte terroriste consistant à détourner un avion pour le faire percuter la tour Eiffel. On y explique que Gustave Eiffel aurait choisi de concevoir celle-ci en forme de « A » par amour pour une nommée Amélie.

En photographieModifier

Exemples de photographies ayant pour sujet la tour Eiffel
Artiste Nom de l'œuvre Année Image
Henri Cartier-Bresson - - « Tour Eiffel »
Robert Doisneau La tour Eiffel "gondolée" 1965 « Eiffel tower effect »
André Kertész Shadows 1929
Marc Riboud Le Peintre de la Tour Eiffel 1953 « sans nom »
Henri Silberman La tour Eiffel « La Tour Eiffel - Paris »

Dans les parcs à thèmesModifier

En bande dessinéeModifier

Sans être à proprement parler une bande dessinée, André Juillard a réalisé 36 vues de la tour Eiffel, à la manière d'Hokusai avec ses Trente-six Vues du mont Fuji (estampes, 1831) et Henri Rivière avec ses 36 vues de la tour Eiffel (lithographies, 1902)[3].

En musiqueModifier

  • Le 10 juin 2000, Johnny Hallyday donne un concert et un spectacle pyrotechnique au pied de la tour Eiffel. Il en sera tiré un disque : 100 % Johnny - Live à la tour Eiffel, Johnny Hallyday., compilation (CD album), 2 Volumes, 2000.
  • Concert pour la tolérance : Le 14 juillet 1995, Jean Michel Jarre a donné un concert au pied de la tour Eiffel pour célébrer les 50 ans de l'UNESCO devant plus d'un million de spectateurs.
  • Tour Eiffel est le titre d'une chanson enfantine :
« La tour Eiffel »
La tour Eiffel a trois cent mètres
Du haut en bas on voit la Seine
Pour y monter
Il faut payer
Tous les millions
Qu'elle a coûtés.
  • Tu l' reverras, Paname est une chanson populaire :
« Tu l' reverras, Paname »
Eh ! pantruchard, c'est y qu'tu s'rais malade,
Ou qu'le cafard te rendrait tout transi ?
Ce soir t'as pas l'cœur à la rigolade,
Tu dois penser qu'c'est rudement loin Paris.
Sûr, c'est pas drôle quand un copain calenche,
Mais si tu dois en r'venir, c'est écrit.
Pour pas qu'tu flanches,
Fais commj'te dis :
T'en fais pas, mon p'tit gars
La tour Eiffel, la place Blanche, Notre-Dame,
Les Boulevards et les belles madames,
Tu l'reverras, Paname,
Le métro, le bistro où tu prenais l'apéro
Après l'boulot ! Comme c'est loin tout ça
Mais tu l'reverras, à Paname.

Jeux vidéoModifier

Dans le jeu de stratégie en temps réel Command and Conquer (1995), la tour Eiffel est un des objectifs de mission possible du GDI (en français, Groupement de défense internationale ou en version originale Global Defense Initiative). Cinq ans plus tard, elle apparaît de nouveau dans Command and Conquer : Alerte Rouge 2 (2000). Dans le jeu pour PlayStation Twisted Metal 2 (1996), la tour Eiffel apparaît dans un des 11 niveaux (le niveau « Monumental Disaster » qui se passe à Paris). Elle est présente dans le jeu de course Midnight Club II (2003), sur la map Paris. La tour apparaît aussi de manière plus ou moins importante dans Onimusha 3: Demon Siege (2004), Evil Genius (2005). La même année, elle apparaît dans Astérix et Obélix XXL 2 : Mission Las Vegum dans le niveau de Lutèce et dernièrement dans Blazing Angels: Squadrons of WWII (2006). Il est possible de la visiter dans le GTA-Like The Saboteur (2009), elle est également présente sur la jaquette. Il est possible de la construire dans sa propre ville dans le city-builder Cities XL (2009), ainsi que dans ses suites. Elle apparaît également en feux dans Call of Duty: Modern Warfare 3 lorsque le joueur prend d'assaut le pont d'Iéna victime de l'invasion russe. La tour finit par s'effondrer et à tomber dans la Seine à côté du joueur à la suite d'un bombardement de A-10 Warthog. La tour Eiffel apparaît également dans le jeu de course automobile Juiced 2: Hot Import Nights dans lequel on peut courir sur un circuit parcourant de part et d'autre la tour Eiffel. Elle est disponible uniquement dans le DLC "French City Set" du city-builder Sim City (2013). Le jeu Assassin's Creed Unity, dont l'action prend place à Paris lors de la Révolution française, permet de visiter la Tour Eiffel via une faille temporelle où elle apparaît entouré de trois dirigeables, un drapeau rouge et noir arborant un aigle est suspendu sous le premier étage et un grand « V » blanc domine le second étage[4].

Dans l'imagerie populaireModifier

Logotypes 
    • Représentée de manière stylisée, en rouge sur fond bleu, la tour Eiffel est actuellement utilisée comme logotype du Paris Saint-Germain Football Club.
    • L'entreprise publique française Aéroports de Paris utilise actuellement comme logotype une tour Eiffel stylisée dont les contours apparaissent en bleus et portant des ailes.
    • Dans le logo des Galeries Lafayette, le double « t » de « Lafayette » est calligraphié de manière à évoquer la forme de la Tour Eiffel[5].
Monnaies 
Timbres 
    • Un timbre français a été édité en 1939 pour fêter le cinquantenaire de la tour Eiffel.
    • En 2003, la chambre de commerce et d'industrie de Paris fêtait son bicentenaire. Pour l'occasion fut tiré un timbre représentant la tour Eiffel sur fond jaune, créé par Bleuen Maisonneuve, étudiante de la formation graphiste de l'École des Gobelins.
Plumes 
La société Blanzy Poure & Cie a créé une boîte de plumes pour écrire intitulée "grand prix" qui évoque le contexte de la construction de la tour Eiffel pour l'exposition universelle de 1889 (« Boîte de plumes »).
Affiches 
    • Diverses affiches commerciales montrant la tour Eiffel ont été réalisées à l'époque de l'exposition universelle de 1889, pour les chemins de fer Paris Lyon Méditerranée, pour le chemin de fer du nord (« affiche »), pour l'agence internationale des voyages (« affiche »), pour la Compagnie parisienne (« affiche »), etc.
    • En 1942, paraît une affiche de propagande du régime de Vichy représentant le maréchal Pétain et les valeurs qu'il dit incarner. Pétain, en grand, au centre, représente le père de la patrie (drapeaux tricolores, devise de l'État français "travail, famille, patrie" dans la bande tricolore qui fait fronton). Il apparaît dans une vision essentiellement militaire (tenue, rameau de chêne, rameau d'olivier, francisque ornée d'étoiles) et incarne la "France éternelle". La famille est figurée par une femme et ses quatre enfants (en bas, au milieu), enfin, le travail est représenté, d'une part, par un paysan et un attelage de bœufs, les toits et le clocher d'un village pour la France rurale, agricole, et d'autre part, par des cheminées d'usine et la tour Eiffel pour la France industrielle.
    • Taxi 2, film réalisé par Gérard Krawczyk sur un scénario de Luc Besson et sorti en 2000, utilisait la tour Eiffel en toile fond de son affiche cinéma.

SourcesModifier

  1. Note : Éditions Casterman, 48 pages, 1976. (ISBN 2-203-305029)
  2. Edgar Pierre Jacobs, Blake et Mortimer, t. 8 : S.O.S. Météores, Lombard, , 63 p., album cartonné, en couleurs, 1 × 24 × 31 cm (ISBN 978-2-87097-015-7).
  3. Note : Édition Christian Desbois, 80 pages couleurs, 30 × 24 cm, novembre 2002, (ISBN 978-2-910150-18-1)
  4. « La tour Eiffel dans Assassin's Creed Unity », sur LesNumeriques.
  5. Edito de Philippe Houzé (président du directoire du Groupe Galeries Lafayette), sur le site du Groupe Galeries Lafayette.

Références bibliographiques et internetModifier

Pour la partie « peinture »
Pour la partie « cinéma »

⇒Toutes les données de la partie « cinéma, télévision » (dates, durée, réalisateurs etc) ont été corroborées grâce aux sites spécialisés www.imdb.com et www.allocine.fr.

Pour la partie « dans l'imagerie populaire »
Pour la partie « musique »