Ouvrir le menu principal

Jean Nohain

animateur et parolier français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nohain (homonymie).

Jean Nohain, dit « Jaboune », de son vrai nom Jean Marie Pierre Étienne Legrand, est un animateur et parolier français, né le à Paris 9e[1] et mort le à Paris 16e, qui fait partie des pionniers de la télévision française. Une rue a son nom lui est consacrée dans le 19eme arrondissement de Paris.

CarrièreModifier

FamilleModifier

Fils de l'écrivain et librettiste Franc-Nohain et de Marie-Madeleine Dauphin (1879-1942), Jean Nohain est le frère de l'acteur Claude Dauphin. Son parrain était Alfred Jarry.

Il reprend le nom de plume de son père, Franc-Nohain, inspiré d'une rivière donziaise. Le , il épouse sa cousine Jeanne Delaunay (1899-1979)[2] ; le couple aura quatre enfants, Marie-Françoise, professeur de latin et de grec, Dominique, acteur, Denis, musicien et Daniel, ingénieur[2], et quinze petits-enfants[3]. Son fils Dominique Nohain a fait une apparition dans quelques-uns de ses spectacles, mais s'est orienté ensuite vers une carrière d'auteur dramatique. Il est le grand-père de l'écrivaine Raphaëlle Giordano[4].

Enfance, formation et débutsModifier

rue des Martyrs, ses parents déménagent lorsqu'il a trois ans pour habiter au cinquième étage d'un immeuble au faubourg Saint-Honoré, ils y reçoivent notamment Colette, Maurice Barrès et Maurice Ravel[2]. Il fait ses études au lycée Condorcet[2]. En 1918, âgé de 18 ans, avec l'autorisation de son père, il s'engage dans l'armée et est affecté dans un régiment d'artillerie à cheval et au centre d'instruction de Saint-Julien-du-Sault (Yonne). Lors de son instruction, un caporal-chef demanda au peloton : « Combien de temps met le fût du canon pour refroidir ? » La réponse, « un certain temps », devint un sketch célèbre, repris par Fernand Raynaud. Il est engagé dans les ballons captifs et envoyé à Zamask combattre à cheval les Ukrainiens[5].

Après la Première Guerre mondiale, il est avocat et devient en 1922 secrétaire de la conférence du stage en compagnie d'un autre jeune avocat, Gaston Monnerville[2]. Puis il devient grâce à son père qui y est secrétaire général, journaliste à l'Écho de Paris où il s'occupe de la page pour les enfants. Il prend alors le surnom de Jaboune que lui avait donné son jeune frère[6]. Devant le succès de sa page, il a l'idée de créer un journal pour la jeunesse : Benjamin dont le premier numéro sort en janvier 1929 et qui trouvera rapidement 200.000 jeunes lecteurs[2].

CarrièreModifier

En 1923, Jean Nohain entre à la radio pour y animer une émission de jeux[7], notamment pour la jeunesse, sous le pseudonyme de « Jaboune ». Il a l'idée de créer le jeu radiophonique intitulé Avec quoi faisons-nous ce bruit ? où les auditeurs doivent reconnaître un bruit (porte qui claque, timbre de bicyclette, etc.). Il raconte qu'il fut renvoyé de Radiola, à la suite de la plainte d'une centaine d'auditeurs, après avoir voulu faire deviner le bruit de versement du contenu d'une carafe dans une cuvette, ceux-ci croyant reconnaître une miction[8].

Il est aussi parolier, notamment de Mireille. En 1934, sur des textes de Jean Nohain, Francis Poulenc compose les mélodies des Quatre chansons pour enfants. En 1935, il compose Puisque vous partez en voyage, sur une musique de Mireille, la chanson est interprétée en duo par celle-ci et Jean Sablon.

 
Jean Nohain en 1939 (photo studio Harcourt).

Bien que non mobilisable car père de quatre enfants, il s'engage en 1939 et combat lors de la Seconde Guerre mondiale. En juin 1940, il perd son char au combat près d'Abbeville, celui-ci ayant sauté sur une mine. Il est décoré de l'ordre de la Francisque[9], marque d'estime du régime de Vichy. Pendant l'Occupation, il fait des tournées artistiques dans la zone libre, en compagnie de son frère Claude Dauphin et de Marguerite Moreno[2]. Puis, en décembre 1942, il rejoint les Forces françaises libres à Londres[10] et combat ensuite au sein de la 2e division blindée. Il arrive le premier, à la libération de Paris, devant Notre-Dame, sur un char d'assaut baptisé Champs-Elysées[5]. Le , il reçoit une balle à la mâchoire, blessé il quitte son char, ce qui lui sauve la vie, car quelques secondes plus tard celui-ci prend feu, touché par un tir de bazooka[2]. Cette blessure lui vaudra une paralysie du visage pour le restant de ses jours ; c'est pourquoi, par la suite, dans les émissions de télévision, il s'est toujours efforcé de présenter « son meilleur profil ». Il était souvent accompagné, pour présenter ses émissions, du ventriloque Jacques Courtois avec sa poupée Omer comme interlocuteur pour ne donner que « le bon côté » de son visage.

Alors qu'il est en convalescence à l'hôpital du Val de Grâce pour soigner sa blessure à la mâchoire, il prépare une nouvelle émission pour la radio : « Comme le temps passe », à laquelle succéderont « Que personne ne sorte » puis « Reine d'un jour » où une Française prise au hasard vit comme une reine le temps d'une journée, en échange de ses impressions ; une émission qui connaît un très grand succès[2].

En 1950, il est engagé par Wladimir Porché pour la télévision. Les débuts sont difficiles :

« Je n'y connaissais rien. Nous nous y sommes mis à une dizaine d'amis, dont Henri Spade et Pierre Tchernia. On a filmé quelques émissions. Au début, on se faisait engueuler. Les acteurs, inexpérimentés, étaient affolés devant les caméras. Un jour Marie Bell, venue dire un poème, a oublié son texte et s'est mise à pleurer. Une autre fois, c'est Louis de Funès qui est resté en panne au milieu d'un poème de mon père, Le Poisson rouge. Nous avons fait quelques émissions ratées[11]. »

Après une pause de deux mois, il a l'idée de créer 36 chandelles[12], une émission de variétés télévisée considérée comme étant de grande qualité, diffusée sur la RTF du au . Cette émission a permis au grand public de découvrir Fernand Raynaud qui en était un invité quasi permanent, le ventriloque Jacques Courtois ou encore Robert Hirsch et le géant belge Fernand Bachelard.

À la fin des années 1950, il anime des émissions pour les enfants sur Radio-Luxembourg, puis à la télévision dans les années 1950, 1960 et 1970 en collaboration avec Gabrielle Sainderichin, le ventriloque Jacques Courtois avec sa poupée Omer, Gilbert Richard et Jacqueline Duforest[13].

Il propose à la télévision des concepts de programmes jusqu'en 1972, ayant de nombreuses idées originales. Par exemple : aller porter un bonhomme de neige en Nouvelle-Calédonie (Le Grand Voyage de Bonhomme de Neige, à Nouméa-ORTF 1re chaîne, Noël 1968, réalisateur André Leclerc). Dès 1960, il invente aussi la première émission de reportages pour enfants à l'ORTF, Quand j'avais dix ans. Celle-ci met en scène des reporters de dix ans qui abordent des sujets intéressant l'enfance tels qu’un entretien avec Annie Fratellini, mais vu sous l'angle et avec les questions d'un enfant de dix ans. Diffusée le jour de congé de tous les écoliers et sur l'unique chaîne de télévision de France, l'émission Quand j'avais dix ans connaît un très grand succès.

Jean Nohain est aussi l'auteur de livres pour enfants, comme Friquet pilote de ligne ou les séries des Frimousset, des Grassouillet et de La Famille Amulette, toutes illustrées par Joseph Pinchon, l'auteur de Bécassine.

Sur scène, Jean Nohain se caractérisait par une bonhomie et un regard malicieux ponctués de quelques expressions qui lui étaient typiques (par exemple « bien de chez nous », « c'est merveilleux », etc.) Caricaturé sans méchanceté par des humoristes de l'époque, son esprit de perpétuel naïf émerveillé devant les progrès de la civilisation était en phase avec l'optimisme général des années 1950 et 1960, et apprécié pour cette raison.

Dans les années 1970, refusant de prendre sa retraite, il parcourt la France en y animant des galas où se produisent Mathé Altéry, la chanteuse Marie-Claire Tambour et le comique Amédée. Il affiche alors, malgré son âge, une santé de fer, un dynamisme et une bonne humeur inchangés, déclarant en 1978 :

« Dans la vie, l'important est de ne pas s'arrêter : les malheureux qui partent à la retraite, s'installant devant un poste de TV ou autour d'une table de belote, sont foutus. S'il ne m'arrive aucun accident, si je ne suis pas malade, je continuerai jusqu'au bout. J'ai dit oui à la vie, oui à la France. C'est ma joie d'aller de ville en ville. »

Il écrit aussi des articles pour le magazine Notre temps[3].

Il meurt le , quelques mois avant Georges Brassens (décédé en octobre), l'un des grands chanteurs et artistes qu'il admirait et dont il avait aidé la carrière en l'invitant souvent à son émission 36 chandelles, dans les années 1950, au temps où il n'y avait qu'une seule chaîne de télévision. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (division 89)[14].

Il vécut square Alboni (16e arrondissement de Paris). Une plaque lui rend hommage.

Prix Jean NohainModifier

En 2004, le prix littéraire Jean Nohain[15] est créé, ses lauréats sont :

ŒuvresModifier

  • Nos amies les bêtes, André Kertész, Jean Nohain, Paris, Librairie Plon, 1936 (OCLC 18151457)
  • Friquet, pilote de ligne (sous le pseudonyme Jaboune) co-écrit avec Henri Kubnick, Plon, 1937
  • Friquet sur sa locomotive, (sous le pseudonyme Jaboune) co-écrit avec Henri Kubnick, Plon, 1938
  • Le Bal des pompiers, Jean Nohain, Paris, Édition du livre français, 1946 (OCLC 30724122)
  • Plume au vent comédie musicale en 6 tableaux, Jean Nohain, Paris, Paris-Théâtre, 1948 (OCLC 65775850)
  • La Famille Fanfare, albums Jaboune, texte de Jean Nohain, images de Poléon, Calmann-Lévy éditeur, 1952.
  • Jean Donguès, Gosses de Paris (préface de Jean Nohain), Jeheber, Paris, 1956
  • Histoire du rire à travers le monde, Jean Nohain, Paris, Hachette, 1965 (OCLC 1489503)
  • La Traversée du XXe siècle, Jean Nohain, Paris, Hachette, 1966 (OCLC 19006849)
  • Le Pétomane, 1857-1945, sa vie, son œuvre, Jean Nohain, François Caradec, Paris, J.J. Pauvert, 1967 (OCLC 2062283)
  • Frégoli, 1867-1936, sa vie et ses secrets, Jean Nohain, François Caradec, Paris, la Jeune Parque, 1968 (OCLC 3914379)
  • Gaffes et Gaffeurs : bévues, bourdes, cuirs, impairs, maladresses, pataquès, pieds dans le plat, quiproquos, Jean Nohain, Paris, P. Horay 1972 (OCLC 709629)
  • Bien de chez nous ! : mot à mot de A à Z, Jean Nohain, Paris, Éditions de Provence, 1976 (OCLC 2492660)
  • Les Châteaux de sable, Jean Nohain, Arlette Albane, Paris, P. Horay, 1977 (OCLC 3531268)
  • La Main chaude, Jean Nohain, Paris, Julliard, 1980 (OCLC 6609414)
  • Demain je dors, Jean Nohain et Mireille

ThéâtreModifier

AuteurModifier

ComédienModifier

CinémaModifier

PostéritéModifier

Dans leur sketch Les commerces, les Inconnus font dire à un de leurs personnages : « J'ai même plus le temps d'écouter la TSF. Même les émissions de Jean Nohain... Jean Nohain est mort ?! Mais lors d'un bombardement c'est pas possible autrement ».

Notes et référencesModifier

  1. Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 9/229/1900, avec mention marginale du décès (consulté le ).
  2. a b c d e f g h et i Almanach de la Télévision de Télé 7 Jours, année 1963 : "Jean Nohain, le merveilleux Monsieur Jaboune"
  3. a et b Télé 7 jours no 944, semaine du 1er au 7 juillet 1978, page 101, article d'Éric de Goutel : Qu'est-ce qui fait courir Jean Nohain ?
  4. Virginie Bloch-Lainé, «  Raphaëlle Giordano : C’est (pas) que du bonheur » sur Libération, .
  5. a et b Télé 7 Jours no 690, 14 juillet 1973, page 79, court portrait de Jean Nohain, à l'occasion de son passage à l'émission Témoins de Pierre Bellemare, réalisée par Grégory Franck, le jeudi 19 juillet 1973 à partir de 21 h 25 sur la deuxième chaîne.
  6. Hebdomadaire Semaine de France no 19, semaine du 13 au 19 septembre 1952, page 25 : « À 50 ans, Jean Nohain a gardé son âme de premier communiant. » et "Almanach de la Télévision de Télé 7 Jours, année 1963 : "Jean Nohain, le merveilleux Monsieur Jaboune. À 8 ans, il est tout en rondeur : on le surnomme Jean Boule qui deviendra Jaboule, puis Jaboune"
  7. Télé 7 jours no 690, 14 juillet 1973, page 74.
  8. Témoignage de Jean Nohain dans Télé 7 jours no 690, 14 juillet 1973, page 75, propos recueillis par Paulette Durieux.
  9. Philippe Randa, L'Ordre de la Francisque et la Révolution nationale, Paris, Déterna, (ISBN 2-913044-47-6), p. 103
  10. « Jean Nohain », Centre national de documentation pédagogique (consulté le 18 juillet 2007).
  11. Témoignage de Jean Nohain dans Télé 7 jours no 690, 14 juillet 1973, pages 74 et 75, propos recueillis par Paulette Durieux.
  12. 36 chandelles, André Leclerc, Jean Nohain, Paris, Gallimard 1959 (OCLC 43062858).
  13. Marcel Rossi, Oui, je les ai bien connus... et alors?, Marseille, Prolégomènes, (ISBN 978-2-917584-22-4), p. 35.
  14. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 605
  15. « Prix Jean Nohain », Prix-Littéraire.net (consulté le 18 juillet 2007)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Louis-Jean Calvet, « Jean Nohain », in Cent ans de chansons française, Archipel, 2006 (ISBN 9782809813210)
  • Yvonne Germain, Notre ami Jean Nohain, Paris, L'Harmattan, 1992 (OCLC 32856550)

Liens externesModifier