Armageddon (film, 1998)

film de Michael Bay, sorti en 1998
Armageddon
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Réalisation Michael Bay
Scénario Jonathan Hensleigh
J. J. Abrams
Tony Gilroy
Shane Salerno
Robert Roy Pool
Musique Trevor Rabin
Harry Gregson-Williams
Acteurs principaux
Sociétés de production Touchstone Pictures
Jerry Bruckheimer Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre catastrophe
Durée 145 minutes
Sortie 1998


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Armageddon est un film américain de science-fiction, réalisé par Michael Bay et sorti en 1998.

SynopsisModifier

Alors qu'elle se trouve en mission en orbite terrestre, la navette Atlantis est détruite par une pluie de météorites qui termine sa course sur New York. Ceci est le prélude d'une catastrophe majeure : un astéroïde de la taille du Texas s'écrasera sur Terre dans exactement dix-huit jours. Dan Truman, directeur des opérations de vol à la NASA, envisage la mission de la dernière chance : envoyer des astronautes sur l'astéroïde pour qu'ils y creusent un puits dans lequel sera insérée une charge nucléaire. Pour ce faire, il fait appel à Harry Stamper, le plus grand spécialiste en forage pétrolier. Mais ce dernier, ainsi que ses hommes, n'ont aucune notion d’astronautique, et devront bénéficier d'une formation accélérée.

Fiche techniqueModifier

 
Le réalisateur Michael Bay et le producteur Jerry Bruckheimer, à la base aérienne d'Edwards Air Force Base en Californie où plusieurs scènes ont été tournées.

DistributionModifier

 
L'équipe du film lors de la première au Centre spatial Kennedy en 1998.
  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[1] , Voxofilm[2] et selon le carton du doublage français sur le DVD zone 2.

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

D'après le scénariste de Deep Impact, Bruce Joel Rubin, lors d'un déjeuner un exécutif de Disney aurait pris des notes après lui avoir posé des questions sur son scénario. Peu après, la production d'Armageddon fut lancée pour concurrencer Deep Impact en été 1998[3].

De nombreux scénaristes ont participé à l'écriture du film. Scott Rosenberg, Robert Towne et Ann Biderman ne sont pas crédités pour leur travail. J. J. Abrams devait initialement ne pas être mentionné au générique, mais le réalisateur Michael Bay a tellement aimé ses contributions, notamment aux dialogues, qu'il a demandé à ce qu'il y figure. J. J. Abrams apparaît donc avec Shane Salerno comme auteur de l'histoire d'origine[4].

Le film comporte des similitudes troublantes avec un projet avorté de James Cameron et Peter Hyams, Bright Angel Falling, que Cameron a initié et devait produire[5]. Le héros du scénario est un père divorcé et fâché avec sa fille, qu'il revoit en souvenir avant de se sacrifier pour sauver la Terre. On y retrouve également l'entraînement express d'un civil pour devenir astronaute, la destruction de la station Mir, le catapultage autour de la Lune, entre autres[6]...

Distribution des rôlesModifier

Sylvester Stallone a été envisagé pour incarner Harry Stamper, rôle qui reviendra finalement à Bruce Willis[4]. Alors que Milla Jovovich et Robin Wright ont refusé le rôle de Grace Stamper, Denise Richards a également été envisagée[4]. Arnold Schwarzenegger a également été pressenti pour jouer le rôle de Harry Stamper.

TournageModifier

Le tournage a eu lieu aux États-Unis, notamment dans le Dakota du Sud (parc national des Badlands, Interior), en Californie (Edwards Air Force Base, Culver Studios, Fletcher Oil Refinery de Carson, Pasadena, Walt Disney Studios Burbank, Torrance) et notamment à Los Angeles (Los Angeles Theatre, St. Brendan Catholic Church, Downtown, Shrine Auditorium), au Texas (Ellington Air Force Base et centre spatial Lyndon B. Johnson à Houston, Denton et son comté, Pilot Point, Sanger, Aubrey), en Floride (centre spatial Kennedy, base de lancement de Cap Canaveral), au Nouveau-Mexique (Karl G. Jansky Very Large Array), à New York (Flatiron Building, Grand Central Terminal), à Washington, D.C. ainsi que dans le golfe du Mexique[7].

De nombreux villes et monuments du monde entier apparaissent dans le film. L'équipe a ainsi tourné dans d'autres pays[7] :

À la suite du succès planétaire de Titanic, les producteurs décidèrent de développer la romance entre les personnages de Ben Affleck et Liv Tyler, pour attirer le public féminin. La séquence montrant la destruction de Paris fut également un rajout tardif en post-production[11].

Bande originaleModifier

Armageddon
The Album

Bande originale de divers artistes
Sortie
Durée 57:05
Genre hard rock, rock, musique de film
Label Hollywood, Columbia, Sony Music Soundtrax
Critique

La musique du film est composée par Trevor Rabin et Harry Gregson-Williams, assistés de nombreux compositeurs de Remote Control Productions : Steve Jablonsky, John Van Tongeren, Don Harper, Martin Tillman, Justin Caine Burnett et Hans Zimmer.

L'album de la bande originale contient cependant davantage de chansons Hard rock, dont deux titres inédits du groupe Aerosmith (dont le chanteur Steven Tyler est le père de l'actrice Liv Tyler, qui joue dans le film) ou encore La Grange des ZZ Top. On retrouve également des morceaux inédits de Journey (Remember Me) et Jon Bon Jovi (Mister Big Time) ainsi qu'un remix inédit de Starseed de Our Lady Peace.

No TitreAuteurInterprètes Durée
1. I Don't Want to Miss a ThingDiane WarrenAerosmith 4:59
2. Mister Big TimeJon Bon Jovi, Aldo NovaJon Bon Jovi 2:51
3. When the Rainbow ComesKarl WallingerShawn Colvin 4:25
4. Wish I Were YouPatty Smyth-MacEnroe, Glen BurtnikPatty Smyth 3:53
5. La GrangeBilly Gibbons, Dusty Hill, Frank BeardZZ Top 3:38
6. Come TogetherJohn Lennon, Paul McCartneyAerosmith 3:48
7. PushermanCurtis MayfieldCurtis Mayfield
8. Sweet Emotion (David Thoener Remix)Steven Tyler, Tom HamiltonAerosmith 5:13
9. Roll Me AwayBob SegerBob Seger 4:42
10. What Kind of Love Are You OnSteven Tyler, Joe Perry, Jack Blades, Tommy ShawAerosmith 3:15
11. StarseedRaine Maida, Mike Turner, Chris Eacrett, Arnold LanniOur Lady Peace 4:23
12. Don’t Blame Me, My DearIgor KhramowLimpopo[Lequel ?]
13. Leaving on a Jet PlaneJohn DenverChantal Kreviazuk 4:45
14. Remember MeJonathan Cain, Neal Schon, Jack BladesJourney 5:33
15. Theme from ArmageddonTrevor RabinTrevor Rabin 3:12
16. Animal Crackers (dialogue par Ben Affleck et Liv Tyler)Warren, Rabin, Harry Gregson-WilliamsSteven Tyler 2:40
56:41

AccueilModifier

CritiqueModifier

Armageddon reçoit principalement des mauvaises critiques de la part des journalistes[13]. À la sortie du film le célèbre critique américain Roger Ebert écrit notamment « le film est une attaque pour les yeux, les oreilles et le cerveau ». Il le considérera comme le pire film de 1998, après avoir un temps hésité avec Spice World, le film[14]. Quelques années plus tard, Roger Ebert l'incluera dans sa liste Most Hated (« les films les plus détestés »)[4],[15].

Todd McCarthy de Variety publie lui aussi une critique négative sur le film en mettant en avant le découpage trop rapide des scènes qui provoque de la confusion et regrette le manque de rythme dramatique et le manque de développement des personnages[16]. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film n'obtient que 38 % d'opinions favorables, pour 119 critiques presse, alors que le public le plébiscite à 73%[17]. Sur Metacritic, le film obtient une note moyenne de 42100, pour 23 critiques[18].

Bruce Willis a été très critique sur sa collaboration avec Michael Bay et a affirmé qu'il ne retravaillerait plus jamais avec lui[4],[19]. En 2013, lors de la promotion de No Pain No Gain, Michael Bay déclara notamment :

« Nous devions tourner le film entier en 16 semaines. C’était une tâche énorme. Ce n’était pas juste pour le film. Je referais toute la troisième partie si je pouvais. Mais le studio nous a littéralement enlevé le film des mains. Mon superviseur des effets visuels a fait une dépression nerveuse, et j’ai donc dû m’en occuper. J’ai appelé James Cameron et je lui ai demandé “Qu’est-ce qu’on fait quand on se retrouve à faire tous les effets soi-même ?”. Mais le film a bien marché[20]. »

Box-officeModifier

Malgré des critiques négatives, le film rencontre un succès commercial mondial. Il se classe notamment 2e du box-office américano-canadien et 7e au box-office annuel français.

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
201 578 182 $[21] [22] 12[22]
  France 4 618 327 entrées[23] n/a -

  Total mondial 553 709 788 $[21] n/a -

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Armageddon a été nommé quatre fois lors de la 71e cérémonie des Oscars :

Le film est également nommé six fois lors de la 19e cérémonie des Razzie Awards :

Autour du filmModifier

 
L'insigne de la mission
 
L'attraction Armageddon : Les Effets Spéciaux
  • La même année (1998) est sorti un autre film américain avec la même trame de scénario : Deep Impact qui lui est plus axé sur le côté humain de la catastrophe.
  • La première partie du scénario reprend la trame du film Les Feux de l'enfer (Hellfighters, 1968) d'Andrew McLaglen qui conte les aventures d'un spécialiste des extinctions de puits de pétrole (inspiré de Red Adair) et ses rapports conflictuels avec sa fille qui vient d'épouser son jeune et intrépide associé.
  • Pour l'occasion du film, un insigne factice de mission a été créé. Il porte la mention For all mankind (Pour l'humanité tout entière) et le numéro STS-9?. Le dernier chiffre n'est pas montré mais suggère que l'action du film se situe entre les missions STS-90 et STS-99, soit entre le et le .
  • La personne qui assemble les quatre parties de l'aperçu satellite de l’astéroïde en vue infrarouge n'est autre que le réalisateur Michael Bay.
  • Le film a été adapté en une attraction, Armageddon : Les Effets Spéciaux dans le parc à thème Walt Disney Studios de Disneyland Paris. L'attraction est désormais fermée. Un des Scarabées à 12 roues était exposé devant l'attraction.
  • L'université de Leicester a fait une étude pour confronter le film à la réalité scientifique. La méthode n'est pas viable si on se base sur des calculs scientifiques et les informations présentes dans le long-métrage. Pour couper en deux l'astéroïde, il faudrait dégager une énergie de 8·1026 J, donc une bombe deux milliards de fois plus puissante que la Tsar Bomba (la plus puissante bombe nucléaire qui fut testée avec 4,18·1017 J). De plus, pour éviter que des fragments touchent la Terre, il faudrait que l'explosion ait lieu à 12 milliards de kilomètres (approximativement 80 UA) de la planète[24],[25].
  • L'astéroïde du film est en fait une terre située dans le Dakota du Sud. Michael Bay l'a repéré en voyageant depuis son jet. Il a ensuite convaincu la production de construire plusieurs kilomètres de route afin de pouvoir y acheminer le matériel[26].
  • Le réalisateur a été autorisé à placer des caméras tout autour de la navette lors de son lancement. Certaines, fortement secouées, ont été rendues en plusieurs morceaux à Panavision[26].

Notes et référencesModifier

  1. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage.
  2. « Fiche du doublage français du film », sur Voxofilm.
  3. « Tales from the Script: Hollywood Screenwriters Share Their Stories - - Nonfiction Book & Film Project About Screenwriting », sur www.talesfromthescript.com (consulté le )
  4. a b c d et e (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  5. David Fakrikian, James Cameron, l'odyssée d'un cinéaste, Fantask, , 344 p. (ISBN 9782374940144), page 301
  6. (en) « http://www.scifimoviezone.com/imagelegend/brightangel.pdf » (consulté le )
  7. a et b (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  8. « Le Mont-Saint-Michel dans armageddon », sur Spotern (consulté le )
  9. « La Bretagne star des décors », sur Le Télégramme, (consulté le )
  10. « Paris à l'écran : 20 lieux immortalisés par le cinéma - page 7 : Armageddon », sur Allociné, (consulté le )
  11. « MICHAEL BAY : CAPTURE MAG LE PODCAST - ÉPISODE 25 » (consulté le )
  12. (en) Original Soundtrack - Armageddon (Original Soundtrack) - AllMusic
  13. Eric Lichtenfeld, Action Speaks Louder : Violence, Spectacle, and the American Action Movie, Wesleyan University Press, , 383 p. (ISBN 978-0-8195-6801-4, présentation en ligne), p. 220
  14. (en) Roger Ebert – Armageddon. Rogerebert.suntimes.com. Retrieved on 2012-05-14.
  15. (en) Roger Ebert, « Ebert's Most Hated », sur Chicago Sun-Times,
  16. Lichtenfeld, p. 220.
  17. (en) « Armageddon reviews », sur Rotten Tomatoes (consulté le )
  18. (en) « Armageddon reviews », sur Metacritic (consulté le )
  19. « Bruce Willis et Michael Bay, le clash ! », sur Le Gossip, (consulté le )
  20. « Michael Bay s’excuse pour "Armageddon"… ou pas », sur Allociné, (consulté le )
  21. a et b (en) « Armageddon (1998) », sur Box Office Mojo (consulté le )
  22. a et b (en) « Armageddon (1998) - Weekly Box Office Results », sur Box Office Mojo (consulté le )
  23. « Armageddon (1998) », sur JP's Box-Office (consulté le )
  24. (en) Back A, Brown G, Hall B and Turner S, « Could Bruce Willis Save the World? », Journal of Physics,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « It's official: try-hard Bruce Willis could not save the world », Astronomy & Geophysics, vol. 53,‎ (lire en ligne)
  26. a et b Maroussia Dubreuil et Jules Perret, « Mister Dynamite », So Film n°39,‎ , p. 62 à 68

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :