Ouvrir le menu principal

Astérix et la Rentrée gauloise

Album de bande dessinée de la série Astérix

Astérix et la Rentrée gauloise
32e album de la série Astérix
Scénario René Goscinny et Albert Uderzo
Dessin Albert Uderzo

Personnages principaux Astérix, Obélix

Éditeur Albert René
Première publication 1993
Nb. de pages 48 (1993)
56 (2003)
64 (Grande Collection)

Prépublication de 1962 à 2003 dans différents journaux
Albums de la série Astérix

Astérix et la Rentrée gauloise est un album de bande dessinée de la série Astérix, créée par René Goscinny et Albert Uderzo, réunissant des histoires courtes publiées dans Pilote ou d'autres journaux, ainsi qu’une histoire inédite, précédées chacune d'un court texte explicatif.

L'album a fait l'objet d'une première édition en 1993 sous forme de hors-série puis d'une deuxième en 2003 portant le no 32, agrémentée d’une nouvelle couverture et augmentée de nouvelles histoires[1]. Cette deuxième version est ressortie en décembre 2006 dans le cadre de la « Grande Collection » dans un format supérieur et avec des images restaurées.

Deux versions différentesModifier

Édition de 1993

Cet album est en fait la réédition d’un album publicitaire pour Pesto Print paru en 1987[2] sous le titre Mini-histoire. Il contient 10 histoires et son tirage original est de 500 000 exemplaires.

Ce hors-série était offert avec les cassettes VHS des dessins animés d’Astérix commercialisées par Gaumont Vidéo. Il fut également publié dans l'intégrale des éditions Rombaldi.

  • Où vont-ils chercher tout ça ?, introduction par Albert Uderzo
  • Naissance d’une idée
  • page d’ébauche des personnages d’Astérix (été 1959)
  • En 50 avant J.-C.
  • La Rentrée gauloise
  • La Mascotte (version de 7 pages parue dans Super Pocket Pilote no 1)
  • Mini, midi, maxi…
  • Etc, etc…
  • Au gui l’an IX
  • Le Printemps gaulois
  • L’Antiquaire
  • Obélisc’h
Édition de 2003

Cette version reprend – dans un ordre différent – les histoires de l'édition de 1993, à l'exception de L’Antiquaire et de la page d'ébauches, précédées d'une présentation par Abraracourcix et auxquelles s'ajoutent quatre autres histoires.

Le tirage original de l'album est de 1 100 000 exemplaires (France). Les histoires communes avec l’édition précédente ont été recolorisées.

  • introduction par l’éditeur
  • Conférence de presse d’Abraracourcix
  • La Rentrée gauloise
  • La Naissance d’Astérix
  • En 50 avant J.-C.
  • Chanteclairix
  • Au gui l’an IX
  • Mini, midi, maxi…
  • Astérix tel que vous ne l’avez jamais vu
  • Lutèce olympique
  • Le Printemps gaulois
  • La Mascotte (version remontée en 4 pages)
  • Etc, etc… (rebaptisé Latinomanie)
  • Obélisc’h
  • Où vont-ils chercher tout ça ? par Albert Uderzo, avec des illustrations extraites d’une planche parue dans Pilote[3]
  • Naissance d’une idée

SommaireModifier

Conférence de presse d’AbraracourcixModifier

  • Texte : Goscinny et Uderzo
  • Dessins : Uderzo.
  • Parution originale : 1966.
  • 1 planche.

Abraracourcix nous résume brièvement l'album en répondant à des questions de ses concitoyens, telle une conférence de presse.

Cette planche fut publiée à l'origine dans Pilote avec un texte différent pour annoncer la sortie du Combat des chefs.

La Rentrée gauloiseModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : 6 octobre 1966 dans Pilote no 363
  • 2 planches

À l'occasion de la rentrée des classes, Astérix et Obélix s'occupent du ramassage scolaire de leur village. Au terme de cette opération menée difficilement, les élèves et leurs « ravisseurs » entrent dans la classe de Panoramix tenue en extérieur. Au bout de quelques minutes de travail, un élève demande au druide pourquoi Astérix et Obélix ne suivent pas les cours avec ses camarades et lui-même. Panoramix lui répond que, quand ils avaient l'âge, ils sont bien allés à l'école et en sont ressortis bien éduqués. Pour confirmer sa réponse, il demande à Obélix la date de la bataille de Gergovie. Ce dernier, ne la sachant pas, va alors se placer aux pupitres avec les autres élèves, sous le regard hilarant d'Astérix et Idéfix.

NB : Quand un élève tente de répondre à la question du druide, il donne MDXV, allusion à la date de la Bataille de Marignan.

Histoire réalisée à l'occasion de la rentrée des classes 1966. Le texte explicatif est accompagné de la couverture du Pilote no 363, couverture ressemblant d'ailleurs à celle du présent album.

La Naissance d’AstérixModifier

  • Texte et dessins : Uderzo
  • Parution originale : octobre 1994 dans Le Journal exceptionnel d'Astérix
  • 4 planches

La nouvelle raconte la naissance d'Astérix et d'Obélix.

Le texte explicatif est accompagné de l’édition spéciale du Pilote d’octobre 1994, Le Journal exceptionnel d'Astérix réalisé pour célébrer les 35 ans du personnage. Dans cette histoire, on apprend les noms des parents de certains habitants du village ; Uderzo a construit leurs noms en reprenant le début du nom de leurs enfants. Ainsi, le père d'Astérix se prénomme Astronomix, celui d'Obélix Obélodalix, celui de Cétautomatix Cétaubofix et celui d'Ordralfabétix Oftalmologix. Quant aux mères d'Astérix et Obélix, elles se prénomment respectivement Praline et Gélatine.

En 50 avant J.-C.Modifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : mai 1977 dans National Geographic
  • 3 planches

Présentation du monde à l'époque d'Astérix et Obélix.

Le récit était préparé pour présenter Astérix aux Américains, en prélude à une distribution en syndication.

ChanteclairixModifier

  • Texte et dessins : Uderzo
  • Parution originale : août 2003 (nouvelle inédite)
  • 5 planches

Cette aventure est centrée sur des habitants peu connus du village d'Abraracourcix : les gallinacés. En effet, dans cette histoire, ces oiseaux de la basse-cour luttent contre un aigle impérial romain. Leur délégué est Chanteclairix qui, aidé de la potion magique fournie par Idéfix, écrase littéralement son ennemi.

Le texte explicatif est accompagné d’un dessin d’Uderzo représentant Chanteclairix et Le Noiraud.

Le nom du coq est inspiré de Chantecler, héros de la pièce d'Edmond Rostand.

Au gui l’an IXModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : décembre 1967 dans Pilote no 424
  • 2 planches

Nos Gaulois renouvellent la tradition du baiser sous le gui, au moment du Nouvel An. En effet, on voit Obélix voulant embrasser Falbala, mais cette dernière rebrousse chemin et il donne finalement un baiser à Galantine, après s'être refusé à un Romain qui voulait se conformer aux coutumes locales. Mécontent il embrasse alors Astérix, tandis que Falbala embrasse Idéfix resté seul sous le gui.

Le texte explicatif est accompagné de la couverture du Pilote du 7 décembre 1967.

Mini, midi, maxi…Modifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : 2 août 1971 dans Elle no 1337
  • 2 planches

Aventures des femmes du village : alors que le narrateur fait une description complète de la femme gauloise, les villageoises se battent au sujet de leur beauté, les hommes s'en mêlent, et cela se finit, comme bien souvent, en bagarre générale.

Le texte explicatif est accompagné d’un dessin d’Uderzo représentant un banquet gaulois, pour une fois, féminin (extrait de l'album La Zizanie).

Astérix tel que vous ne l’avez jamais vuModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : 11 décembre 1969 dans Pilote no 527
  • 3 planches

Les aventures d’Astérix parodiées dans différents styles (dessin enfantin, pop art, réalisme), avec des textes réduits à leur plus simple expression ou exagérément allongés. Ce qui devient énervant pour Astérix et Obélix qui s'énervent contre les auteurs.

Le texte explicatif est accompagné d’une case de la nouvelle, dessinée par Uderzo, représentant Astérix et Obélix en version très naïve.

Lutèce olympiqueModifier

  • Texte et dessins : Uderzo
  • Parution originale : 25 octobre 1986 dans Jours de France no 1660
  • 4 planches

Astérix et Obélix sont appelés, par Retraitix chef des Parisii, pour protéger les délégués du comité olympique, en voyage dans la « capitale gauloise », des embûches que les Romains pourraient leur tendre. En effet, les deux villes respectives, Lutèce et Rome, sont en lice pour accueillir les Jeux olympiques. Durant la visite, l'envoyé de César Tadevirus tente de kidnapper le chef des délégués, mais Astérix et Obélix interviennent et grâce à eux, les délégués sont convaincus que Lutèce accueillera les prochains jeux olympiques.

Histoire destinée à promouvoir la candidature de Paris aux Jeux olympiques d'été de 1992. Le texte explicatif est accompagné d’une affiche promotionnelle pour « Paris 1992 », dessinée par Uderzo et représentant Astérix à cheval sur la tour Eiffel déclarant « Vive Paris capitale olympique MCMXCII »[4]. Si la candidature parisienne n'a pas abouti, l'opération ne fut pas perdue pour tout le monde, l'original de l'affiche n'ayant pas été rendu à son auteur.

La visite du Paris antique est l'occasion pour l'auteur de nombreux clins d’œils au Paris actuel. Retraitix siège à l'Assemblée de la Nation gauloise (dont le bâtiment parodie le Palais Bourbon), le comité olympique arrive en RER (Routiers Extramuros Remarquables, train formé par plusieurs chars attachés en file), la ville communique grâce à un grand colombier (dans lequel on reconnaît la tour Eiffel), possède ses propres Arènes, attire des populations du monde entier (allusion à sa réputation touristique), est vitrine de la gastronomie gauloise...

Le Printemps gauloisModifier

  • Texte : Goscinny et Uderzo
  • Dessins : Uderzo.
  • Parution originale : 17 mars 1966 dans Pilote no 334.
  • 2 planches.

Mise en scène des saisons : le printemps, aidé par Astérix et Obélix (et la potion magique), prend le dessus sur l'hiver. Le printemps peut commencer.

Le texte explicatif est accompagné de cases de l’album et de la couverture du Pilote no 334.

La MascotteModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : 13 juin 1968 dans Super Pocket Pilote no 1
  • 7 planches (version d'origine), puis 4 (version 2003)

Des Romains volent Idéfix puis se le font reprendre violemment par Astérix et Obélix.

Le texte explicatif est accompagné d’une case, dessinée par Uderzo, représentant une scène de bagarre gallo-romaine.

Et cætera, et cætera ou LatinomanieModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : mars 1973
  • 1 planche

Parodie de la campagne menée par Maurice Druon contre le « franglais », sous forme d'une mise en scène des villageois gaulois utilisant sans cesse des mots latins dans leur conversation. Mais Panoramix les entend et leur explique qu'en tant que résistants gaulois ils ne doivent pas utiliser la langue ennemie et préserver la pureté de leur belle langue, alors qu'à la fin de la nouvelle, il utilise lui-même la locution et cætera.

Le texte explicatif raconte la création de l'histoire et est accompagnée d’une case de cette même histoire. Dans l'édition de 2003, Uderzo justifie dans une seconde partie la publication d'une nouvelle version, illustrée par la couverture de l’édition de 1993 (p. 47).

L'AntiquaireModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : ?
  • 4 page

Cette histoire n'apparaît pas dans l'édition de 2003.

Histoire mettant en scène Détritus de La Zizanie et Caïus Saugrenus de Obélix et Compagnie sous d'autres noms.


Obélisc’hModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : 7 février 1963 dans Pilote nos  172 à 186
  • 4 planches ½

L’histoire est précédée du texte Les Auteurs en scène, expliquant la mise en scène des auteurs de bandes dessinées dans leurs œuvres. Il est illustré par un médaillon représentant une caricature des auteurs (Goscinnyrix et Uderzorix), qui figurait sur la page de titre de quelques-uns des albums de la série.

Albert Uderzo et René Goscinny rencontrent, dans un petit port breton, un descendant d'Obélix le livreur de menhirs, nommé Obélisc’h, résidant en Bretagne et raffolant du sanglier. Ils l'emmènent à la rédaction de Pilote. Obélisc'h montre aussi aux auteurs un parchemin avec un arbre généalogique qui montre qu'Obélix a fondé une dynastie à travers les âges et que tout ses descendants avaient l'effet permanent de la potion magique car certains ont gagné très facilement des batailles de l'Histoire. Obélisc'h aussi pouvait porter facilement un menhir pour voyager avec.

Sur le mur de la gare où tous trois vont prendre le train pour Paris, une pancarte mentionne "Le Gouët" (sans doute la ville où se situe le port), du nom d'un fleuve de Bretagne à Saint-Brieuc.

Où vont-ils chercher tout ça ?Modifier

  • Texte et dessins : Uderzo
  • Parution originale : août 1993
  • 1 page.

Le texte illustré répond à la question éponyme (« Où les auteurs trouvent-ils leurs idées ? ») et introduit l'histoire suivante.

Naissance d’une idéeModifier

  • Texte : Goscinny
  • Dessins : Uderzo
  • Parution originale : 25 octobre 1962 dans Pilote no 157
  • 1 planche

Démonstration de la découverte d'idées par les auteurs d'Astérix. Malheureusement, le patron du bar où ils se trouvent appelle les secours pour les enfermés à l'asile psychiatrique.

ÉditionsModifier

L'album a été traduit en de nombreuses langues régionales (picard, gallo, breton, alsacien, corse et occitan) et étrangères[5].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le numéro d'ordre n'apparaît cependant pas sur l’édition originale de 2003 et l'album reste listé dans les « hors collection de BD » sur la 4e de couverture. Il ne sera numéroté qu'après la sortie de l'album Le ciel lui tombe sur la tête (no 33) en 2005, et plus précisément lors de son intégration à la « Grande Collection ».
  2. Source : BDM
  3. interview télévisée de Goscinny et Uderzo, au sortir de laquelle ils se disputent. Cette planche a été rééditée dans Le Livre d’Astérix le Gaulois (1999), entre autres.
  4. (en) « Fact », sur Inside the Games,
  5. Astérix et la Rentrée gauloise