Ouvrir le menu principal

Ernst Lubitsch

réalisateur américain d'origine allemande
Ernst Lubitsch
Description de l'image Ernst Lubitsch 01.jpg.
Nom de naissance Ernst Lubitsch
Naissance
Berlin (Allemagne)
Nationalité d'origine : Drapeau de l'Allemagne Allemande
naturalisé : Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 55 ans)
Bel Air (Los Angeles)
Californie (États-Unis)
Profession Réalisateur
Films notables Haute Pègre
Sérénade à trois
Ninotchka
Rendez-vous
Jeux dangereux
Le ciel peut attendre

Ernst Lubitsch est un réalisateur américain d'origine allemande, également acteur au début de sa carrière, né le à Berlin, émigré aux États-Unis en 1922, et mort le à Bel Air (Los Angeles).

Réalisateur prolifique, il a tourné plus d'une cinquantaine de films en trente ans. Il a marqué l'histoire du cinéma par ses comédies, avec notamment Ninotchka, Rendez-vous, To be or not to be (Jeux dangereux), et le film qui est considéré comme son chef-d'œuvre : La huitième femme de Barbe-Bleue.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Ernst Lubitsch[1], [2], [3], [4], [5], [6], [7], [8], [9] est le fils d'un tailleur berlinois, Simon Lubitsch, qui tenait à Berlin un magasin de vêtements pour hommes réputé. Simon Lubitsch était issu d'une longue lignée de Hofjuden (« juifs de cour »). Ernst, fils unique, naît le et reçoit une éducation soignée, qui comprend notamment les arts dramatiques. Las des études et fasciné par le théâtre, il quitte l'école à seize ans. Simon n'admet guère la vocation de son fils et le prend au magasin. Six mois plus tard, il doit déchanter, tant le fils se montre incapable : « Mon fils est un Schlemihl. Il est incapable d'accrocher un costume sans en faire tomber cinq autres[10],[11]. »

Il décide donc de le placer comme comptable, ce qui donne à Ernst l'occasion de mener une double vie : il travaille le jour et se consacre à sa passion théâtrale la nuit. Par l'intermédiaire de Victor Arnold, acteur fort connu de l'époque, Lubitsch obtient divers petits engagements dans des cabarets. Comme il s'en sort fort bien, Arnold décide de le présenter à Max Reinhardt, directeur du Deutsches Theater, qui l'intègre dans sa troupe, au sein de laquelle se trouve déjà Emil Jannings. Lubitsch obtient ainsi des seconds rôles dans des pièces classiques : il joue notamment le Famulus Wagner dans Faust.

En 1912, l'une des représentations du Mirakel (Miracle) de Karl Gustav Vollmoeller (1887-1948) fut filmée. La même année, Lubitsch devient l'homme à tout faire du studio Bioscop de Berlin, pour arrondir ses fins de mois. Le cinéma est en effet en pleine expansion en Allemagne. En 1913, on l'engage comme acteur, ce que Lubitsch accepte non par intérêt pour le septième art naissant, mais en raison d'un salaire élevé : 20 marks par jour, à comparer aux 100 marks par mois qu'il gagnait avec Reinhardt. Il joue des rôles comiques dans Shuhpalast Pinkus, et surtout dans la série de films Meier[12], réalisée la plupart du temps par de quasi-inconnus, mais produit par Paul Davidson, dirigeant de l'Union-Film, dans laquelle il crée le personnage de « Meier », archétype du comique juif allemand. « Avec ces films, il devint le comique le plus en vue du cinéma allemand, aussi populaire que Max Linder en France et Harold Lloyd sinon Chaplin en Amérique à la même époque[13]. »

En 1914, les scénaristes sont à court d'idée, mais Lubitsch n'en manque pas. Aussi prend-il désormais la triple casquette d'acteur-réalisateur-auteur. Cet arrangement qui diminue les effectifs satisfait Davidson, qui offre à Lubitsch une augmentation de salaire. Au cours des quatre années de guerre, Lubitsch monte de nombreux films, prompts à relever le moral de la population allemande, et délaisse de plus en plus les premiers rôles : il se contente des seconds.

Période allemandeModifier

Ce succès lui permet de réaliser ses propres films à partir de 1916. Il abandonne alors sa carrière d'acteur.
En 1918, il réalise son premier film marquant : Les Yeux de la momie (Die Augen der Mumie Ma), un drame avec Pola Negri et Emil Jannings. Lubitsch sait s'entourer de collaborateurs de qualité, comme le scénariste Hans Kräly et le décorateur Kurt Richter. La même année, il réalise Carmen. En 1919, il triomphe avec La Princesse aux huîtres (Die Austernprinzessin), une étonnante satire dont les personnages sont dignes d'Erich von Stroheim (le roi des huitres, le millionnaire américain, le prince désargenté Nuki)[14]. Suivent des drames historiques (La Du Barry[15], Ann Boleyn) et des comédies, qui font de lui un réalisateur de stature internationale. On le surnomme même « le David Wark Griffith allemand », et en 1921, il est invité aux États-Unis pour la première fois.

Période hollywoodienneModifier

Après un premier séjour infructueux aux USA en 1922, il quitte l'Allemagne en 1923, à l'âge de trente ans, pour rejoindre Hollywood sur l'invitation de Mary Pickford. Elle veut qu'il la dirige dans Dorothy Vernon of Haddon Hall. Il refuse le projet, mais la dirige dans Rosita en 1923, son premier film américain, à nouveau un succès. Il est sous contrat avec la Mary Pickford Company ; c'est un travailleur acharné et chaque film semble surpasser le précédent, en qualité et en succès (critique et commercial). On commence à parler de la Lubitsch touch : élégance et sophistication dans la satire, sens du rythme et de l'ellipse.

En 1926, il rejoint la Paramount et réalise son premier film parlant en 1929 : Parade d'amour (The Love Parade) avec Maurice Chevalier et Jeanette MacDonald qui obtient six nominations aux Oscars dont celle de meilleur film. Avec l'apparition du son, de brillants dialogues viennent s'ajouter à la Lubitsch touch (même s'il n'est jamais crédité comme scénariste ou dialoguiste). En 1925, il obtient enfin une carte de séjour : il évitait jusqu'à présent le Service de l'Immigration grâce à la Warner[16].

En 1935, le régime nazi le déchoit de sa nationalité allemande. La même année, il devient directeur des productions de la Paramount, seul réalisateur hollywoodien à diriger un grand studio. Le 27 juillet 1935, il épouse Vivian Gaye, une actrice et agent artistique britannique, née Sanya Bezencenet en 1908[17]. Ils ont une unique fille, Nicola Lubitsch, née le 27 octobre 1938. En 1936, la Paramount le relève de ses fonctions de directeur des productions, et il redevient réalisateur à plein temps. La même année, il est naturalisé citoyen américain.

Dans cette période, Lubitsch réalise ses films les plus connus, tous des comédies. Il travaille avec les meilleurs scénaristes, notamment Billy Wilder et Charles Brackett, et fait travailler toutes les grandes stars de l'époque : Claudette Colbert, Gary Cooper, Marlène Dietrich, James Stewart, Carole Lombard, Gene Tierney. C'est lui qui fait pour la première fois entendre le rire de Greta Garbo, dans Ninotchka. Les films, malgré leur caractère léger et brillant, abordent souvent des préoccupations très sérieuses et contemporaines : en 1939, Ninotchka est l'un des premiers films à critiquer le régime de Staline, en 1940, Rendez-vous (The Shop Around the Corner) aborde la question du chômage, et en 1942 Jeux dangereux (To Be or Not to Be) a pour thème principal le nazisme.

En 1947, Ernst Lubitsch reçoit un Oscar d'honneur (il a été nommé trois fois et n'a jamais obtenu l'Oscar), mais il meurt peu après, d'une crise cardiaque, pendant le tournage de La Dame au manteau d'hermine qui est achevé par Otto Preminger. Il meurt le à Bel Air (Los Angeles). Il est enterré dans le Forest Lawn Memorial Park Cemetery à Glendale[18] en Californie. À son enterrement, Billy Wilder se serait affligé « Plus de Lubitsch », se voyant répondre par William Wyler « Pire que ça : plus de films de Lubitsch ».

Le 8 février 1960, une étoile lui est dédiée sur le Walk of Fame au 7042 Hollywood Boulevard[19].

Lubitsch et la FranceModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il existe de nombreuses affinités et liens d'amitié réciproque entre Ernst Lubitsch et la France. Déjà en 1936, lors du tournage de La Huitième Femme de Barbe-Bleue, Lubitsch avait été gratifié de la Légion d'honneur. Un peu moins de 60 ans plus tard, en 1992, lorsque la revue de cinéma Positif, tenta de statuer sur les vingt films les plus importants de l'histoire du cinéma, elle mit Jeux dangereux à la 17e place (ce qui en fait la seconde comédie, derrière Le Mécano de la « General » de Buster Keaton). Plus récemment encore, Le Monde consacra une page entière à la resortie d'un film muet un peu oublié du réalisateur allemand.

Si la France aime Lubitsch, force est de constater qu'en retour, Lubitsch aime la France. De 1930 (Love Parade) à 1939 (Ninotchka) la quasi-totalité de ses films se déroulent en France[20] (les deux seules exceptions étant Le Lieutenant souriant et Si j'avais un million). À remarquer également que l'on parle beaucoup français chez Lubitsch (dans Le ciel peut attendre, et dans Sérénade à trois, une scène entière se passe dans la langue de Molière). Il est enfin à noter que Lubitsch a beaucoup usé d'interprètes français (Maurice Chevalier, Claudette Colbert, Charles Boyer…) et d'auteurs français (l'argument d’Illusions perdues est tiré d'une pièce de Victorien Sardou, Divorçons).

L'esthétique lubitschienneModifier

La réalisation et la Lubitsch touchModifier

La Lubitsch Touch se caractérise par une retenue élégante des sentiments , rien n'explose, c'est ainsi que Lubitsch cultive l'ellipse, l'attente, la surprise, allant ainsi contre l’expressionnisme du cinéma allemand et de façon générale du cinéma muet[21], [22], [23], [24]. Plusieurs définitions ont été proposées pour définir la Lubitsch Touch[25], [26],[27] :

  • "La Lubitsch Touch" est une brève description qui embrasse une longue liste de vertus : sophistication, style, subtilité, esprit, charme, élégance, suavité, nonchalance raffinée et nuance sexuelle audacieuse. "  (Richard Christiansen)
  • " La Lubitsch Touch se caractérise dans ses films par l'humour subtil et la virtuosité visuelle. Le style était caractérisé par une compression parcimonieuse d’idées et de situations en plans uniques ou en scènes brèves qui apportaient une touche ironique aux personnages et à la signification de tout le film. " (Ephraim Katz)
  • " Un mélange subtil et sexy d'humour et d'esprit de retenue. " (Roger Fristoe).
  • " Un contrepoint de tristesse poignante pendant les moments les plus gais d'un film. " (Andrew Sarris)
  • "C'était l'utilisation élégante de la super blague. Vous aviez une blague et vous vous sentiez satisfait, puis il y avait une autre grosse blague dessus. La blague à laquelle vous ne vous attendiez pas. C'était la Lubitsch Touch .... " (Billy Wilder)
  • " ... un mélange de sexualité costumée de la Ruritanie et de la sexualité berlinoise adoucies pour les goûts américains. (Kevin Starr).
  • "La phrase évoque quelque chose de léger, d'étrangement indéfinissable, mais néanmoins tangible, et de voir les films de Lubitsch - plus que dans Presque n'importe quel travail de réalisateur - on peut ressentir cet esprit certain, non seulement dans le placement tactique et impeccablement approprié de la caméra, dans l'économie subtile de son intrigue, dans le dialogue oblique qui permettait de tout dire de façon allusive, mais aussi - et en particulier - dans la performance de chaque acteur, aussi petit que soit le rôle. " (Peter Bogdanovich)
  • "Un style gracieusement charmant et fluide, avec une ... ingénieuse capacité à suggérer plus que ce qu'il montre ..." (Leland A. Poague)
  • "... un style qui fait allusion au sexe, de manière ludique adulte dans ses thèmes, sans jamais franchir la ligne de démarcation invisible qui séparait le charbon du génie." (Saul Austerlitz)
  • " La Lubitsch touch se caractérise par d'une part une capacité propre à l'Europe de l'Est à représenter le raffinement cosmopolite des Européens continentaux auprès des Américains - et à double tranchant, comme il de la compréhension des faces cachées du gag américain et d'autre part par une affection critique pour les individus imparfaits qui fonctionnent selon deux poids deux mesures, enfin une manière élégante de gérer la musique en tant que partie intégrante de la construction d'un film. " (Jonathan Rosenbaum)
  • "La Lubitsch Touch" peut être considérée de manière concrète comme dérivant d'un dispositif narratif standard du film muet : interrompre l'échange dramatique en se concentrant sur des objets ou des petits détails qui font un commentaire spirituel ou une révélation surprenante sur l'action principale. " (Greg S. Faller)
  • "Dans son sens le plus large, cela signifiait aller du général au particulier, pour se condenser soudainement en un seul instant rapide et habile cristallisant une scène ou même le thème entier ... l'idée d'utiliser le pouvoir de la métaphore en condensant soudainement la quintessence de son sujet dans un commentaire ironique - un commentaire visuel, naturellement - qui disait tout. " (Herman G. Weinberg)

Les scénariosModifier

Lubitsch n’a tourné qu’un film à partir d’un scénario original (Jeux dangereux), tous les autres étant essentiellement des adaptations, le plus souvent très libres, d’œuvres théâtrales. Lubitsch avait une nette préférence pour les auteurs dramatiques hongrois : Laszlo Aladar (Trouble in paradise), Melchior Lengyel (Ange, Ninotchka), Nikolaus László (Rendez-vous) et László But-Feketé (Le ciel peut attendre), un tel répertoire ayant l’avantage d’être, du fait de l’éloignement, modifiable à merci par le réalisateur, et Lubitsch ne s’en privera pas. Viennent ensuite les dramaturges allemands (Hans Müller pour Monte Carlo, Leopold Jacobson et Felix Dortmann d’après un roman du même Müller dans Le Lieutenant souriant, Lothar Schmidt dans Une heure près de toi et Victor Léon et Leo Stein dans la Veuve joyeuse), et français (Léon Xanrof et Jules Chancel dans Parade d’amour, Maurice Rostand dans L’homme que j’ai tué et Victorien Sardou dans Illusions perdues). Cluny Brown constitue une double exception, puisque son argument est tiré d’un roman anglais.

La musiqueModifier

La musique joue un rôle fort important chez Lubitsch, en tant que suppléante de la parole, par essence surface conventionnelle. Le plus grand usage de cette fonction se trouve dans ‘’Ange’’. C’est en effet le thème mélodique improvisé par un violoniste tzigane, le soir où Lady Barker et Anthony Halton se rencontrent, qui va précipiter l’action : Lady Barker le joue sur son piano et le fait passer pour une composition personnelle auprès de son époux, mais celui-ci entend via le téléphone Anthony Halton l’interpréter également.

Il existe en fait plusieurs compositeurs attitrés de Lubitsch : le premier est Oscar Straus, un auteur d’opérettes contemporain de Franz Lehár (il mettra en scène La Veuve Joyeuse dans un film du même nom[28]). Lubitsch commence par faire une version cinématographique d’une de ses opérettes créée en 1907 (‘’Le Lieutenant souriant’’), puis fera à nouveau appel à lui pour composer la musique originale d’ ‘’Une Heure près de toi’’. Le second c’est Friedrich Hollaender (Frederick Hollander), compositeur allemand puis britannique privilégié de Marlene Dietrich, qui rédigera la partition de ‘’Desire’’ et, surtout, celle d’ ‘’Ange’’. Enfin, Werner R. Heymann, musicien plus obscur mais qui se prêtait fort bien au langage cinématographique, fut le compositeur le plus utilisé par Lubitsch avec quatre film à son actif: ‘’Ninotchka’’, ‘’The shop around the corner’’, ‘’That certain feelings’’ et ‘’To be or not to be’’.

BibliographieModifier

FrancophoneModifier

AnglophoneModifier

Autres languesModifier

  • Ser O No Ser - Ernst Lubitsch, par Sonia Garcia, éd. Ediciones Paidos Iberica (es), 2005,
  • As Folhas da Cinemateca: Ernst Lubitsch, collectif (Frederico Lourenço, João Bénard da Costa, José Navarro de Andrade, Manuel Cintra Ferreira, M.S. Fonseca, Maria João Madeira, éd. Cinemateca Portuguesa, 2000,
  • Ernst Lubitsch, par Guido Fink, éd. Il Castoro (italien), 1997,
  • Ernst Lubitsch, par Carlos García Brusco, éd. Ediciones JC (espagnol), 1988

Articles et émissionsModifier

PostéritéModifier

Ernst Lubitsch est considéré comme l'inventeur de tous les codes de la comédie moderne[53], [54]sa postérité est donc impossible à mesurer.

CitationModifier

« Ma théorie de base est que l'être le plus digne est ridicule au moins deux fois par jour »

Filmographie complèteModifier

Période allemandeModifier

Ernst Lubitsch est d'abord acteur puis réalisateur.
(À partir de là, E.L. est réalisateur de tous les films, sauf mention particulière)

Période américaine muetteModifier

Films parlantsModifier

Également producteur pour la Twentieth Century Fox en 1946 du Château du Dragon (Dragonwyck) de Joseph L. Mankiewicz. Il a tourné quelques scènes de Désir (Desire), en 1936 réalisateur : Frank Borzage, avec Marlène Dietrich, Gary Cooper

Projets avortésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Encyclopædia Universalis, « ERNST LUBITSCH », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 10 avril 2019)
  2. (en) « Ernst Lubitsch | American director », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 10 avril 2019)
  3. « Dictionnaire du cinéma anglo-saxon|Lubitsch Ernst », sur Dictionnaire du cinéma anglo-saxon (consulté le 10 avril 2019)
  4. (it) « Ernst Lubitsch », sur Enciclopedia Treccani
  5. « Ciné-club : Ernst Lubitsch », sur www.cineclubdecaen.com (consulté le 10 avril 2019)
  6. « Ernst LUBITSCH », sur encinematheque.fr (consulté le 10 avril 2019)
  7. « Ernst Lubitsch - Cinémathèque française », sur cinema.encyclopedie.personnalites.bifi.fr (consulté le 10 avril 2019)
  8. (en) « Ernst Lubitsch », sur Rotten Tomatoes (consulté le 10 avril 2019)
  9. Encyclopædia Universalis, « ERNST LUBITSCH », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 11 avril 2019)
  10. Hermann C. Weinberg, The Lubitsch Touch, Éditions Ramsay, 1994
  11. Cette histoire, déjà racontée par Curt Riess en 1956, serait peut-être un peu trop belle pour être vraie si l'on en croit la biographie de Hans Helmut Prinzler Prinzler publiée à l'occasion de la rétrospective Lubitsch du Festival de Berlin 1984
  12. Jean-Loup Bourget, Hollywood, un rêve européen, p.53, collection "Armand Colin Cinéma"
  13. Theodore Huff, An index to the films of Ernst Lubitsch, Britsh film institute, 1947, cité par Hermann C. Weinberg (ibid)
  14. Passek (dir.), Ciment, Cluny et Frouard, Dictionnaire du cinéma, Paris, Larousse, , 888 p. (ISBN 2035123038), p. Lubitsch
  15. (en) « Ernst Lubitsch: 10 essential films », sur British Film Institute (consulté le 11 avril 2019)
  16. Article Lubitsch darf in Amerika bleiben, Film-Kurier #306 (30/09/1925)
  17. Ernst Lubitsch, Laughter in Paradise
  18. (en) « Ernst Lubitsch », sur Find a grave
  19. « Ernst Lubitsch | Hollywood Walk of Fame », sur www.walkoffame.com (consulté le 10 avril 2019)
  20. « Le Paris d'Ernst Lubitsch - Paris Cinéma Région », sur Paris Cinema Region (consulté le 11 avril 2019)
  21. American Film Institute, « Billy Wilder On "The Lubitsch Touch" », (consulté le 11 avril 2019)
  22. Encyclopædia Universalis, « ERNST LUBITSCH », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 11 avril 2019)
  23. (en-US) « The Lubitsch touch », sur Museum of Modern Art, MoMa de New York
  24. (en-GB) « Acting ordinary in the shop around the corner », sur Université de Warwick (Londres)
  25. (en) « Film Forum · “THE LUBITSCH TOUCH” », sur Film Forum (consulté le 11 avril 2019)
  26. (en) « Cinema of Ernst Lubitsch: The Lubitsch Touch », sur THE CINEMA OF ERNST LUBITSCH (consulté le 11 avril 2019)
  27. a et b (en-GB) « The Lubitsch touch, A Meta-Critical Study, 1923–1947 », sur Université de Warwick
  28. (en) « Ernst Lubitsch and The Merry Widow - the music », sur www.harrys-stuff.com (consulté le 11 avril 2019)
  29. (en) Tom Ryan, « How Did Lubitsch Do It? review: Joseph McBride on the great filmmaker's touch », sur The Sydney Morning Herald, (consulté le 11 avril 2019)
  30. (en) « Nonfiction Book Review: Ernst Lubitsch: Laughter in Paradise by Scott Eyman, Author Simon & Schuster $27.5 (416p) ISBN 978-0-671-74936-1 », sur PublishersWeekly.com (consulté le 11 avril 2019)
  31. « "Dans le cinéma d'Ernst Lubitsch, les mots ont une dimension tactile" », sur France Culture (consulté le 11 avril 2019)
  32. (en-US) « Love Triangles, Screwballs, and WWII: An Ernst Lubitsch Primer », sur www.vulture.com (consulté le 11 avril 2019)
  33. (en-US) « The Masters’ Master: Ernst Lubitsch and The Marriage Circle », sur Bright Lights Film Journal, (consulté le 11 avril 2019)
  34. (en) Geoffrey O’Brien, « The Magician of Delight », sur The New York Review of Books, (consulté le 11 avril 2019)
  35. (en) John Farr et ContributorEditor, « Recalling "The Lubitsch Touch" », sur HuffPost, (consulté le 11 avril 2019)
  36. « Critique : To Be or Not to Be - Jeux dangereux, d'Ernst Lubitsch », sur critikat.com - le site de critique de films, (consulté le 11 avril 2019)
  37. (en) « Ernst Lubitsch’s charming pre-Code transgressions », sur The Dissolve (consulté le 11 avril 2019)
  38. (en) Leonard Maltin et Leonard Maltin, « ‘To Be Or Not To Be’ Is Better Than Ever », sur IndieWire, (consulté le 11 avril 2019)
  39. « Ernst Lubitsch (1892-1947) », sur France Culture (consulté le 10 avril 2019)
  40. Olivier Père, « Ernst Lubitsch, le prince de la comédie », sur Olivier Père, (consulté le 10 avril 2019)
  41. (en-US) Michael J et erson, « Transatlantic Auteur: Ernst Lubitsch’s Self-reflexive Comedies of Misunderstanding », sur Senses of Cinema, (consulté le 11 avril 2019)
  42. « Un cinéaste au paradis ou Lubitsch à Hollywood (1930-1945). Conférence de Pierre Berthomieu », sur www.canal-u.tv (consulté le 10 avril 2019)
  43. « Lubitsch se met à table », sur Télérama.fr (consulté le 11 avril 2019)
  44. « Déboussolant Ernst Lubitsch », sur Libération.fr, (consulté le 10 avril 2019)
  45. a et b « "L'Eventail de Lady Windermere" : Oscar Wilde, Ernst Lubitsch, deux grands esprits se rencontrent », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2019)
  46. Marc Lavastrou, « La réception de Madame du Barry d’Ernst Lubitsch par la presse cinématographique française du début des années 1920 », Trajectoires. Travaux des jeunes chercheurs du CIERA, no 1,‎ (ISSN 1961-9057, lire en ligne, consulté le 10 avril 2019)
  47. (en-US) A. O. Scott, « FILM; What Would Ernst Lubitsch Have Done? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 avril 2019)
  48. (en) Roger Ebert, « Trouble in Paradise Movie Review (1932) | Roger Ebert », sur www.rogerebert.com (consulté le 11 avril 2019)
  49. CA: American Society of Cinematographers Hollywood, americancinematographer13-1933-03, (lire en ligne)
  50. (en-US) Inc American Society of Cinematographers et Inc American Society of Cinematographers, American Cinematographer (1929), Los Angeles, American Society of Cinematographers, Inc., (lire en ligne)
  51. (en-US) Inc American Society of Cinematographers et Inc American Society of Cinematographers, American Cinematographer (1923), Los Angeles, American Society of Cinematographers, Inc., (lire en ligne)
  52. (en) Morning Telegraph, Jan.-Apr. 1922 (Louella Parsons) (lire en ligne)
  53. « La comédie au cinéma », sur Académie de Picardie
  54. « L'humour dans le film d'Ernst Lubitsch », sur Cairn.info, Les Temps Modernes, 2010/2-3 (n° 658-659), pages 322 à 335
  55. (en) Fritzi Kramer, « The Merry Jail (1917) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  56. (en) Fritzi Kramer, « The Eyes of the Mummy (1918) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  57. (en) Fritzi Kramer, « Gypsy Blood (1918) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  58. (en) Fritzi Kramer, « The Oyster Princess (1919) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  59. (en-US) Michael Ewins, « Die Austernprinzessin (The Oyster Princess, Ernst Lubitsch, 1919) », sur Senses of Cinema, (consulté le 11 avril 2019)
  60. (en) Fritzi Kramer, « The Doll (1919) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  61. (en) Fritzi Kramer, « The Wildcat (1921) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  62. (en-US) Isabella McNeill, « Nuanced Complexity: The Marriage Circle (Ernst Lubitsch, 1924) and the Early Days of the ‘Lubitsch Touch’ », sur Senses of Cinema, (consulté le 11 avril 2019)
  63. (en) Fritzi Kramer, « Lady Windermere’s Fan (1925) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  64. (en) Fritzi Kramer, « The Student Prince in Old Heidelberg (1927) A Silent Film Review », sur Movies Silently, (consulté le 11 avril 2019)
  65. (en-US) David Cairns, « The Love Parade », sur Senses of Cinema, (consulté le 11 avril 2019)
  66. (en-US) Danny, « Paramount on Parade (1930) Review, with Maurice Chevalier, Ruth Chatterton, Jack Oakie, Clara Bow, William Powell, and many more », sur Pre-Code.Com, (consulté le 11 avril 2019)
  67. « Monte Carlo (1930) de Ernst Lubitsch », sur L'Oeil sur l'Ecran (consulté le 11 avril 2019)
  68. « Le Lieutenant Souriant de Ernst Lubitsch (1931) - Analyse et critique du film - DVDClassik », sur www.dvdclassik.com (consulté le 11 avril 2019)
  69. (en) Variety Staff et Variety Staff, « The Man I Killed », sur Variety, (consulté le 11 avril 2019)
  70. (en-US) Wheeler Winston Dixon, « One Hour With You », sur Senses of Cinema, (consulté le 11 avril 2019)
  71. « Trouble in Paradise », sur www.festival-entrevues.com (consulté le 10 avril 2019)
  72. (en-US) Ken Hanke, « Design for Living », sur Mountain Xpress (consulté le 11 avril 2019)
  73. (en-US) Danny, « The Merry Widow (1934) Review, with Maurice Cheavalier and Jeanette MacDonald », sur Pre-Code.Com, (consulté le 11 avril 2019)
  74. Salles-Cinema.com, « Ange: la femme sans nom. », sur Salles-cinema.com: histoire et photos des salles de cinéma (consulté le 10 avril 2019)
  75. (en-US) Frank S. Nugent, « THE SCREEN IN REVIEW; Gary Cooper Comes a Cropper in 'Bluebeard's Eighth Wife', at the Paramount--'The Crime of Dr. Hallet' Is Shown at the Rialto At the Rialto », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 avril 2019)
  76. (en-US) « Ninotchka (1939) – Deep Focus Review – Movie Reviews, Critical Essays, and Film Analysis », sur Deep Focus Review (consulté le 11 avril 2019)
  77. (en) Variety Staff et Variety Staff, « The Shop Around the Corner », sur Variety, (consulté le 11 avril 2019)
  78. (en) « The Shop Around the Corner », sur The Slant magazine
  79. « That uncertain feeling (illusions perdues) », sur Les Inrocks (consulté le 11 avril 2019)
  80. (en-US) Wesley Emblidge, « Review: Ernst Lubitsch’s “To Be or Not to Be,” Starring Carole Lombard and Jack Benny », sur The Old Hollywood Times, (consulté le 11 avril 2019)
  81. (en-US) Eloise Ross, « Heaven Can Wait (Ernst Lubitsch, 1943) », sur Senses of Cinema, (consulté le 11 avril 2019)
  82. (en) Variety Staff et Variety Staff, « A Royal Scandal », sur Variety, (consulté le 11 avril 2019)
  83. (en-US) « THE SCREEN; 'Clany Brown,' New Picture at the Rivoli, a Whimsical Film in Which Jennifer Jones Has Role as a Flighty Servant », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 10 avril 2019)
  84. (en) Variety Staff et Variety Staff, « Cluny Brown », sur Variety, (consulté le 11 avril 2019)
  85. « La dame au manteau d’hermine (1948) de Ernst Lubitsch », sur L'Oeil sur l'Ecran (consulté le 11 avril 2019)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :