Le Mort qui tue (film, 1913)

film de Louis Feuillade, sorti en 1913
Le Mort qui tue
Description de cette image, également commentée ci-après
Le Mort qui tue, affiche Gaumont, 1913.

Réalisation Louis Feuillade
Scénario Louis Feuillade, d'après le roman Le Mort qui tue (1911) de Pierre Souvestre et Marcel Allain.
Sociétés de production Gaumont
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film policier
Sortie 1913

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Mort qui tue est un film d'aventures français de Louis Feuillade, sorti en 1913.

Le Mort qui tue.

SynopsisModifier

Les aventures de Fantômas qui va s'amuser à berner l'inspecteur Juve, cette fois grâce aux empreintes d'un homme qu'il a assassiné, lui arrachant la peau des mains et les recouvrant comme des gants lors de ses méfaits.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

 
Fantômas s'apprête à compromettre le peintre Jacques Dollon dans l'assassinat de la baronne de Vibray.
Photogramme du film.

BibliographieModifier

 
Fantômas prélève la peau des mains du peintre Jacques Dollon. Affiche Gaumont.
  • Emmanuelle André, « De l'indice visuel à la trace fantômatique (Fantômas, Louis Feuillade, 1913-1914) », Double jeu. Théâtre / Cinéma, Caen, Presses universitaires de Caen, no 8 « Les images aussi ont une histoire »,‎ , p. 97-114.
  • Philippe Azoury et Jean-Marc Lalanne, Fantômas, style moderne, Paris / Liège, Centre Pompidou / Yellow Now, coll. « Les cinémas », , 116 p. (ISBN 2-84426-121-3 et 2-87340-167-2, présentation en ligne).
  • (en) Emma Bielecki, « Fantômas's shifting identities : From books to screen », Studies in French Cinema, vol. 13, no 1,‎ , p. 3-15 (DOI 10.1386/sfc.13.1.3_1).
  • Jacques Champreux, « L'année du « Maître de l'Effroi » », 1895, Paris, Association française de recherche sur l'histoire du cinéma (AFRHC), no hors-série « L'année 1913 en France »,‎ , p. 244-263 (lire en ligne).
  • Jacques Champreux, « Entretien à propos du DVD de Fantômas », 1895, Paris, Association française de recherche sur l'histoire du cinéma (AFRHC), no hors-série « Louis Feuillade »,‎ , p. 343-349.
  • Paolo Cherchi Usai, « Les vies parallèles de Fantômas », Les Cahiers de la Cinémathèque. Revue d'histoire du cinéma éditée par l'institut Jean Vigo, no 48 « Louis Feuillade »,‎ , p. 71-76 (ISSN 0764-8499).
  • Collectif, « Spécial Feuillade / Fantômas », L'Avant-scène cinéma, no 271-272, 1er-, 98 p.
  • (en) Sarah Delahousse, « Reimagining the criminal : the marketing of Louis Feuillade's Fantômas (1913–14) and Les Vampires (1915) in the United States », Studies in French Cinema, vol. 14, no 1,‎ , p. 5-18 (DOI 10.1080/14715880.2013.875742).
  • (en) Ruth Mayer, « "Never twice the same" : Fantômas's Early Seriality », Modernism/modernity, Johns Hopkins University Press, vol. 23, no 2,‎ , p. 341-363 (DOI 10.1353/mod.2016.0034).
  • René Navarre, Fantômas c'était moi : souvenirs du créateur de Fantômas en 1913 / mémoires présentés et commentés par son petit-fils, François-Marie Pons, Paris, L'Harmattan, coll. « Graveurs de mémoire », , 335 p. (ISBN 978-2-296-96812-7, présentation en ligne).
  • Benjamin Thomas, Fantômas de Louis Feuillade, Paris, Vendémiaire, coll. « Contrechamp », , 105 p. (ISBN 978-2-36358-289-8).

Voir aussiModifier

Liens externesModifier