Moulin Rouge (film, 2001)

film de Baz Luhrmann, sorti en 2001
Moulin Rouge
Titre original Moulin Rouge!
Réalisation Baz Luhrmann
Scénario Baz Luhrmann
Craig Pearce
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film musical
Romance
Durée 127 minutes
Sortie 2001


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Moulin Rouge[1] (Moulin Rouge![2]) est un film romantique et musical américano-australien co-écrit, co-produit et réalisé par Baz Luhrmann, sorti en 2001. Visiblement inspiré du roman La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils, bien que cela n'ait jamais été affirmé par le réalisateur, le film raconte l'histoire d'amour de Christian, un jeune écrivain anglais, joué par Ewan McGregor, et de Satine, une courtisane et actrice de cabaret, jouée par Nicole Kidman. L'histoire se déroule au début du XXe siècle dans le quartier de Montmartre, à Paris. Il s'agit du troisième film de la Trilogie du rideau rouge, après Ballroom Dancing et Roméo + Juliette.

Le film est nommé pour six Oscars lors de la 74e cérémonie des Oscars, dont meilleur film et meilleure actrice pour Nicole Kidman, et en gagne deux pour meilleure direction artistique et meilleure création de costumes. Il s'agit du premier film musical nommé pour l'Oscar du meilleur film en 10 ans, après La Belle et la Bête en 1991.

SynopsisModifier

En 1900, un homme prénommé Christian, souffrant de dépression, commence à écrire sur sa machine à écrire. Il y écrit son histoire un an auparavant, alors qu'il arrive dans le quartier de Montmartre, à Paris, dans l'espoir de devenir l'un des membres du mouvement bohème de l'époque. Il découvre que ses voisins sont une troupe d'artistes dirigées par Henri de Toulouse-Lautrec. Ces derniers demandent de l'aide à Christian pour les aider à finir d'écrire leur prochain spectacle, Spectaculaire Spectaculaire, qu'ils souhaitent présenter à Harold Zidler, le propriétaire du Moulin-Rouge. Le groupe arrive au Moulin-Rouge pendant une représentation des Diamond Dog Dancers de Harry Zidler. Toulouse-Lautrec s'arrange afin que Christian puisse rencontrer Satine, l'actrice principale de la troupe, dans ses quartiers afin de lui présenter son projet, sans savoir que Satine a été promise au riche duc de Monroth, un potentiel investisseur du cabaret.

Satine prend Christian pour le duc et danse avec lui avant de se retirer avec lui dans sa chambre, avant de découvrir qu'il n'est qu'un simple écrivain. Le duc les surprend ; Christian et Satine prétendent répéter des répliques pour Spectaculaire Spectaculaire. Avec l'aide de Zidler, la troupe de Toulouse-Lautrec improvisent un nouveau spectacle traitant d'un maharajah souhaitant faire la cour à une courtisane indienne, qui aime un pauvre joueur de sitar. Le duc accepte de soutenir le spectacle à condition d'être le seul à voir Satine. Satine parle avec Christian de son désir de quitter le Moulin-Rouge pour devenir une vraie actrice. Christian retourne voir Satine pour la convaincre qu'ils devraient être ensemble, et Satine accepte. Alors que le cabaret est transformé en théâtre, Christian et Satine continuent de se voir en prétendant répéter les répliques de Satine. Le duc devient suspicieux des nombreuses visites de Christian et menace d'arrêter de financer le spectacle ; Zidler arranger un dîner entre Satine et le duc, mais Satine tombe malade de la phtisie et ne peut s'y rendre. Zidler s'excuse auprès du duc et prétend que Satine est allée se confesser. Zidler apprend d'un docteur que les jours de Satine sont comptés mais n'en informe par Christian. Satine dit à Christian que leur relation nuit au spectacle, mais Christian rétorque en écrivant une chanson d'amour pour affirmer son amour.

Alors que le duc regarde les répétitions, Nini, une autre artiste jalouse, fait remarquer que la pièce est en réalité une métaphore du triangle amoureux entre Christian, Satine et le duc. Enragée, ce dernier ordonne que la fin du spectacle soit modifiée et que la courtisane finisse avec le maharajah plutôt qu'avec le joueur de sitar ; Satine propose de passer la nuit avec le duc afin de garder la fin originale. Une fois dans les quartiers du duc, Satine voit Christian dans la rue et réalise qu'elle ne peut pas passer la nuit avec le duc. Ce dernier tente de la violer, mais elle est sauvée par Chocolat, l'un des danseurs du cabaret. Christian urge Satine de s'enfuir avec lui. Le duc dit à Zidler qu'il fera tuer Christian si Satine n'est pas sienne. Zidler réitère son avertissement à Satine, mais quand elle refuse de se soumettre au duc, il lui apprend enfin qu'elle est mourante. Zidler dit à Satine que pour sauver la vie de Christian, elle doit lui dire qu'elle ira avec le duc et qu'elle ne l'aime pas. Christian tente de la suivre mais on lui interdit l'entrée au Moulin-Rouge.

Le soir de la représentation, Christian s'introduit dans le Moulin-Rouge pour payer à Satine son salaire de courtisane. Il parvient à la retrouver avant qu'elle aille sur scène et l'ordonne de lui dire qu'elle ne l'aime pas. Soudainement, ils se retrouvent sur la scène ; Zidler improvise et convainc le public que Christian est le joueur de sitar déguisé. Christian dénonce Satine et part de la scène. Du haut des chevrons, Toulouse-Lautrec crie « La plus grande vérité qu'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et de l'être en retour », ce qui pousse à Satine à chanter la chanson que Christian avait écrite pour exprimer son amour. Christian retourne sur la scène pour la rejoindre. Le duc ordonne à son garde du corps de tuer Christian mais est contrecarré, alors que le duc est arrêté par Zidler. Le duc part du cabaret alors que Christian et Satine finissent leur chanson.

Le rideau se ferme et Satine succombe à la phtisie. Avant de mourir, Christian et Satine s'avouent leur amour et elle lui demande d'écrire leur histoire. Un an plus tard, le Moulin-Rouge a fermé et Christian finit d'écrire le conte de son amour pour Satine.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

 
L'actrice principale Nicole Kidman à la première du film au festival de Cannes 2001.
Sources et légende : version française (VF) sur Voxofilm[4]. Version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[5]

DistinctionsModifier

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[6].

RécompensesModifier

NominationsModifier

Bande originaleModifier

Liste des morceaux
No TitreInterprète(s) Durée
1. Nature BoyDavid Bowie 3:25
2. Lady MarmaladeChristina Aguilera, Lil' Kim, Mya et P!nk 4:25
3. Because We CanFatboy Slim 3:27
4. Sparkling DiamondsNicole Kidman, Jim Broadbent, Caroline O'Connor, Natalie Mendoza et Lara Mulcahy 2:52
5. Rhythm of the NightValeria 3:49
6. Your SongEwan McGregor et Alessandro Safina 3:40
7. Children of the RevolutionBono, Gavin Friday et Maurice Seezer 2:59
8. One Day I'll Fly AwayNicole Kidman 3:18
9. Diamond DogsBeck 4:34
10. Elephant Love MedleyEwan McGregor, Nicole Kidman et Jamie Allen 4:13
11. Come What MayEwan McGregor et Nicole Kidman 4:18
12. El Tango de RoxanneEwan McGregor, José Feliciano et Jacek Koman 4:42
13. Complainte De La ButteRufus Wainwright 3:07
14. Hindi Sad DiamondsNicole Kidman, John Leguizamo et Alka Yagnik 3:28
15. Nature BoyDavid Bowie et Massive Attack 4:23

On peut également entendre des extraits ou reprises de :

Elephant Love Medley

L'Elephant Love Medley est composé d'extraits des chansons suivantes :

AccueilModifier

Le film a été un succès commercial, rapportant 179 231 434 $ au box-office mondial (dont 57 386 607 $ aux États-Unis)[3]. Il a réalisé 1 336 984 entrées en France, 378 351 au Québec, 218 201 en Suisse, et 76 684 en Belgique[7].

Il a reçu de bonnes critiques, recueillant 78 % de critiques positives, avec une note moyenne de 7/10 et sur la base de 173 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[8]. Il obtient un score de 66/100, sur la base de 35 critiques, sur Metacritic[9]. En 2006, l'American Film Institute a classé Moulin Rouge à la 25e place des meilleures comédies musicales de tous les temps[10]. En 2008, le magazine Empire l'a classé à la 211e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[11].

En France, il obtient une note moyenne de 3,7/5 sur la revue de presse d'AlloCiné[12]. Parmi les critiques positives, Le Point estime que Luhrmann réussit à « redonner une vigueur inédite à un univers que l'on croyait enseveli sous des tonnes de poussière et d'académisme » et que le film est « l'une des fictions les plus étonnantes de l'année », L'Express loue l'inventivité, l'irrévérence et la débauche visuelle du film, Positif évoque une « prodigieuse énergie visuelle » et un film « foisonnant, tape-à-l'œil, souvent grandiloquent », et Première trouve que « les ratés et maladresses sont compensés par l'originalité et l'énergie qui se dégagent de l'ensemble ». Le Monde et Le Parisien sont plus partagés, trouvant que l'esthétique du film ne compense pas tout à fait les faiblesses du scénario. Enfin, Le Nouvel Observateur délivre l'une des rares critiques négatives, estimant que Luhrmann a oublié ses interprètes au profit des effets de caméra[12].

Autour du filmModifier

  • Exploitant une histoire inspirée de La Bohème et surtout de La Traviata, le film prend une position originale dans son genre : généralement, les films musicaux sont soit des reprises de spectacles existants (Chicago), soit une création originale complète (les films de Jacques Demy). Mais ici, Baz Luhrmann fait le choix d'ignorer quasiment toute création propre (Come What May et le générique de fin) et de recycler un très large éventail de morceaux existants des années 1940 à 2000 réinterprétés et réorchestrés (cf. ci-dessus). Le film cultive donc un décalage total, brasse les inspirations, les époques, les rythmes ou les styles pour produire un traitement exubérant de ses thèmes romantiques et surtout un hommage appuyé au spectacle.
  • En 2018 : le film est adapté en comédie musicale pour Broadway. Si quelques chansons de l'oeuvre originale ont été retirées, comme le morceau One Day I'll Fly Away, d'autres ont été rajoutés. Ainsi, un second medley a été inséré dans l'adaptation musicale. Il comporte les morceaux : Tainted Love, La Vie en rose, Milord, Bad Romance, Sweet Dreams (Are Made of This) et Toxic. La comédie musicale met en scène Karen Olivo dans le rôle de Satine et Aaron Tveit dans le rôle de Christian [13].

RéférencesModifier

  1. La graphie retenue est l'anglosaxonne sans trait d'union, s'agissant d'un film américain. Les occurrences faisant référence au cabaret sont en revanche orthographiées à la française.
  2. Selon la graphie originale de certaines affiches.
  3. a et b (en) « Moulin Rouge », Box Office Mojo.
  4. Fiche du doublage français sur Voxofilm, consulté le 26 novembre 2014
  5. Fiche du doublage québécois sur Doublage Québec, consulté le 26 novembre 2014
  6. (en) « Awards for Moulin Rouge », Internet Movie Database.
  7. « Moulin Rouge », Lumière (consulté le 17 février 2011).
  8. (en) « Moulin Rouge », Rotten Tomatoes.
  9. (en) « Moulin Rouge », Metacritic.
  10. (en) « AFI's 100 Years of Musical », American Film Institute (consulté le 17 février 2011)
  11. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le 26 mars 2011).
  12. a et b « Moulin Rouge - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 17 février 2011).
  13. Thomas Berneuil, « Critique : “Moulin Rouge! The Musical” à l’Emerson Colonial... », sur Musical Avenue, (consulté le 12 juillet 2019)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :