Simon Robert

général français de la Révolution et de l'Empire

Simon Robert
Simon Robert

Naissance
Nevers (Nièvre)
Décès (à 64 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 17791818
Distinctions Baron de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Simon Robert, né le à Nevers (Nièvre), mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service le , comme soldat au régiment de Beaujolais infanterie, et il fait les campagnes de 1781 à 1783, en Amérique. Il est mis en congé le .

Il reprend du service le , comme capitaine adjudant-major dans le 6e bataillon de volontaires de la Côte-d’Or, avec lequel il sert de 1792 à l’an II à l’armée des côtes de Cherbourg. En l’an III, il passe en Vendée, et le , il est admis dans la 2e légion des francs, incorporé à la 46e demi-brigade de ligne. Il est nommé chef de bataillon le , et l’année suivante, il fait partie de l’armée d’Angleterre.

Le , il reçoit du directoire une lettre de félicitation pour sa conduite distinguée à l’affaire d’Ostende le . En , il se trouve à l'abbaye de Paradies (de) en Suisse, rattaché à l’armée du Danube. Assailli par des forces supérieures, il déploie dans cette affaire autant de bravoure que de prudence, et il prend à l’ennemi 3 drapeaux et 4 pièces de canon. Le , près de Schatten, il soutient les efforts d’une forte colonne russe, et en arrête la marche.

Le , il est blessé de deux coups de feu à la Bataille de Moesskirch, mais il reste sur le champ de bataille jusqu’à la fin de la journée. En l’an IX et en l’an X, il commande un bataillon d’expédition sur Boulogne, et il s’acquitte de sa mission avec autant de zèle que d’intelligence.

Le , il est promu major du 36e régiment de ligne, et il est fait chevalier de la Légion d’honneur le . Il fait les campagnes de l’an XII à 1808, à l’armée des côtes de l’Océan. Le , il passe colonel en second de la 6e demi-brigade provisoire, et il est affecté le suivant, en qualité de major colonel dans le 4e régiment de tirailleurs de la jeune garde, avec lequel il combat à Wagram les 5 et . En 1810, il est envoyé à l’armée d’Espagne, et il est créé baron de l’Empire le . Il est fait officier de la Légion d’honneur le , et il participe à la campagne de Russie.

De retour en France, il prend le commandement des dépôts de la Garde en , et le , il commande une brigade d’infanterie de la division du général Michel. Le , lors de la bataille de Paris, il soutient toute la journée, avec 5 bataillons devant le village d’Aubervilliers, les efforts d’une division russe.

Lors de la première restauration, le roi Louis XVIII, le fait chevalier de Saint-Louis le , et le nomme général de brigade le .

Au retour de l’Empereur, il est attaché à la 24e division militaire le , dans le 6e corps d’observation du Var, et il est confirmé dans son grade de général par Napoléon le . Le , il est mis en demi-solde, et il est admis à la retraite le .

Il meurt le , à Paris.

DotationModifier

  • Le , dotation de 4 000 francs sur Rome et le dotation de 4 000 francs en Illyrie.

ArmoiriesModifier

Figure Nom du baron et blasonnement
Armes du baron Simon Robert et de l'Empire, décret du , lettres patentes du .

Écartelé au premier et quatrième d'azur au lion rampant armé d'une épée et adextré en chef d'une étoile, le tout d'or ; au deuxième des barons tirés de l'armée ; au troisième de gueules au casque taré de profil d'argent, grillé et panaché du même - Livrées : les couleurs de l'écu.

SourcesModifier