Marie-Casimire-Louise de La Grange d'Arquien

Marie-Casimire-Louise de La Grange d'Arquien
Description de l'image Jan Tricius - Portrait of Maria Casimire (ca. 1676) - Google Art Project.jpg.

Titre

Reine de Pologne
Grande-duchesse de Lituanie


(22 ans et 27 jours)

Prédécesseur Anna Jabłonowska
Successeur Eberhardine de Brandebourg-Bayreuth
Biographie
Naissance
Nevers
Décès (à 75 ans)
Blois
Sépulture Cathédrale du Wawel
Père Henri Albert de La Grange d'Arquien
Mère Françoise de La Châtre
Conjoint Jean Sobiepan Zamoyski
Jean III Sobieski
Enfants Jacques Louis Henri Sobieski
Thérèse-Cunégonde Sobieska
Aleksander Benedykt Sobieski
Religion Catholicisme

Marie-Casimire-Louise de La Grange d'Arquien, nommée en Pologne Maria Kazimiera, et surnommée Marysienka, née le à Nevers[réf. nécessaire] et morte le 30 janvier 1716 à Blois, est reine de Pologne de 1674 à 1696 en tant qu'épouse de Jean III Sobieski.

BiographieModifier

Elle est la fille d'Henri Albert de La Grange d'Arquien, de la moyenne noblesse du Nivernais, et de Françoise de La Châtre.

Dès l'âge de cinq ans, elle accompagne comme dame de compagnie Marie-Louise de Gonzague-Nevers, qui devient reine de Pologne en épousant Ladislas IV, puis son successeur Jean II Casimir.

 
Portrait de la reine Marysieńka avec ses enfants, Jerzy Siemiginowski-Eleuter, 1684.

Elle rencontre Jean Sobieski dès 1656, mais est d'abord mariée à Jan Sobiepan Zamoyski le , dont elle aura quatre enfants, tous morts jeunes.

Devenue veuve en 1665, Marie-Casimire épouse Sobieski le de la même année. Ils auront ensemble quatorze ou quinze enfants, dont seuls quatre survivronnt. Parmi eux, Jacques Louis Henri Sobieski et Thérèse-Cunégonde Sobieska, épouse de l'électeur de Bavière Maximilien-Emmanuel.

Jean Sobieski est élu roi de Pologne en 1672 et règne à partir de 1674. Comme reine de Pologne, Marie-Casimire soutient une éventuelle alliance avec la France. Elle prône l'autocratie, n'aimant pas la monarchie limitée telle qu'elle existe en Pologne. Catholique fervente, elle rejette aussi la tolérance religieuse. Elle fait aménager l'église Saint-Casimir, dédiée au culte du Saint Sacrement, où sont installés les tombeaux de ses enfants.

Son mari meurt en 1696 ; elle quitte alors la Pologne pour revenir en France. Elle honore de sa bienveillance le modeste, pieux et savant moine bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, Dom Claude Devic à l'occasion de son séjour à Rome à partir de 1701.

CorrespondanceModifier

Le couple royal a échangé une abondante correspondance constituée de magnifiques lettres d'amour écrites principalement entre 1665 et 1683, lorsque Marysienka devait se trouver hors de Pologne pour diverses raisons socio-politiques. Ces lettres font état des difficultés et des problèmes de l'époque et témoignent des sentiments extrêmement forts qui les unissaient.

AncêtresModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles de La Grange d'Arquian de Montigny
 
 
 
 
 
 
 
Antoine de La Grange d'Arquien
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louise de Rochechouart de Boiteaux
 
 
 
 
 
 
 
Henri-Albert de La Grange d'Arquien
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis d'Ancienville de Révillon
 
 
 
 
 
 
 
Anne d'Ancienville
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Françoise de La Platière d'Epoisses
 
 
 
 
 
 
 
Marie-Casimire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean de La Châtre de Bruillebault
 
 
 
 
 
 
 
Baptiste de La Châtre de Bruillebault
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Madeleine de Cluys
 
 
 
 
 
 
 
Françoise de La Châtre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bonaventure Lamy de Chasteauguillon
 
 
 
 
 
 
 
Gabrielle Lamy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louise de La Marche
 
 
 
 
 
 

Fiefs, propriétésModifier

Notes et référencesModifier

  • Antonio Bassani, Viaggio a Roma della Signora Reale Maestà di Maria Casimira, Regina di Polonia vedova dell’Invittissimo Giovanni III per il voto di visitare i Luoghi Santi et il Supremo Pastor della Chiesa Innocenzo XII, Roma 1700.
  • Gaetano Platania, Due dame polacche nella Roma del Sei-Settecento, Salerno, Laveglia, 1980
  • Gaetano Platania, Gli ultimi Sobieski e Roma. Fasti e miserie di una famiglia reale polacca tra Sei e Settecento (1699-1715),Roma, Vecchiarelli editore, 1990.
  • Gaetano Platania, Viaggio in Italia e soggiorno romano di una dama polacca: Maria Casimira Sobieski, in Viaggiatori polacchi in Italia, n, 28, Gèneve, Slatkine, 1986, pp. 165–181.
  • Gaetano Platania, Una pagina inedita del soggiorno romano di Maria Casimira Sobieska, in "Studia Italo-Polonica", III, 1987, pp. 81–113.
  • Gaetano Platania, Maria Casimira Sobieska a Roma. Alcuni episodi del soggiorno romano di una regina polacca, in "Effetto Roma". Il viaggio, Istituto Nazionale di Studi Romani, Roma, Bulzoni editore, 1995, pp. 9–48.
  • Michał Komaszyński, Piękna królowa Maria Kazimiera d'Arquien-Sobieska, Kraków 1995.
  • Michel Komaszyński, Marie Casimire, reine de Pologne, dernière résidente royale du Château de Blois, Katowice 1995.
  • Gaetano Platania, Il viaggio politico di Maria Casimira Sobieska, in Donne in viaggio. Viaggio religioso, politico, metaforico, a cura di M.L. Silvestre e A. Valerio, Roma-Bari, Laterza editore, 1999, pp. 131–142.
  • Gaetano Platania, Viaggio a Roma sede d'esilio. Sovrane alla conquista di Roma, secoli XVII-XVIII, Roma, Istituto Nazionale di Studi Romani, 2002 (il capitolo dedicato a Maria Casimira Sobieska pp. 61–98).
  • Géraud Poumarède, "Marie-Casimire de la Grange d’Arquien et les réseaux français en cour de Rome (1699-1701)", Juliusz A. Chrościcki, Zuzanna Flisowska, Pawel Migasiewicz (dir.), I Sobieski a Roma. La famiglia reale polacca nella Città Eterna, Varsovie, Musée de Wilanow, 2018, p. 102-125 (halshs-02336490)
  • Géraud Poumarède. « "Fidèle sujette" ou "mauvaise française" ? Marie-Casimire de La Grange d’Arquien, reine de Pologne », in Jaroslaw Dumanowski, Michel Figeac (dir.), France-Pologne. Contacts, échanges culturels, représentations (fin XVIe- fin XIXe siècle), Paris, Champion, 2016, p. 69-92 ⟨halshs-02335138