Table de Peutinger

carte du réseau routier de l'Empire Romain (copie du 13ème siècle)

La table de Peutinger (Tabula Peutingeriana ou Peutingeriana Tabula Itineraria), appelée aussi carte des étapes de Castorius, est une copie du XIIIe siècle d'une ancienne carte romaine où figurent les routes et les villes principales de l'Empire romain qui constituaient le cursus publicus[1].

Table de Peutinger : région d'Arles, Fos-sur-Mer, Marseille, Aix-en-Provence (copie de Konrad Miller, 1887).

Ce document était également connu autrefois sous le nom de « table théodosienne »[2] (ou tabula theodosiana), nom qui fait référence à l'empereur Théodose car, selon M. d'Aigueperse, une copie affiche des vers écrits sous cet empereur[3].

Elle est conservée à la Bibliothèque nationale autrichienne de Vienne (Autriche).

Depuis 2007, elle est inscrite au Registre international Mémoire du monde de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, les sciences et la culture (Unesco), en tant que patrimoine documentaire de l'Autriche.

HistoriqueModifier

La table de Peutinger est une carte dessinée sur parchemin à la fin du XIIe siècle, qui consiste en une sorte de fac-similé d'un document de l'Antiquité romaine[4]. Elle fut découverte en 1494 par Conrad Celtis à Worms[1]. Elle porte le nom de l'humaniste et amateur d'antiquités Konrad Peutinger (1465-1547), qui la reçut en héritage de son ami Conrad Celtis en 1508[1]. Bien qu'il fût dans les intentions de Peutinger de publier la carte, il mourut avant de mener à bien cette tâche. À la mort de Peutinger, une copie de cette carte fut exécutée à la demande de sa famille, et c'est grâce à cette copie qu'Abraham Ortelius en donna l'édition imprimée[5]en 1598 à Anvers[réf. nécessaire].

On croyait la carte de Peutinger disparue : on ne la retrouva qu'en 1714, et l'année suivante elle fut remise au prince Eugène. À sa mort en 1736, l'empereur Charles VI racheta sa bibliothèque et l'intégra au fonds de la bibliothèque impériale ; la carte de Peutinger y reçut le numéro d'inventaire Codex Vindobonensis 324. En 1863, pour assurer sa conservation, la carte fut découpée en panneaux qu'on protégea de plaques de verre, remplacées en 1977 par des plaques d'acrylique[réf. nécessaire].

Elle est de nos jours conservée dans la Bibliothèque nationale d'Autriche, au sein du Département des manuscrits, autographes et fonds d'archives[6]. Elle est encore utile aux historiens et aux archéologues[6].

L’originalité de la Table de Peutinger — unique carte ancienne représentant le réseau routier cursus publicus de l'Empire romain — lui vaut de faire partie du patrimoine mondial de l'UNESCO au titre de son inscription au Registre international Mémoire du monde en tant que patrimoine documentaire de l'Autriche, en 2007[6],[4].

DescriptionModifier

Une longue bande de parcheminModifier

Table de Peutinger, avec le fac-similé de Konrad Miller de 1887[7].
 
Reconstitution des 12 zones géographiques contenues dans la carte

La table est composée de onze parchemins conservés (le plus à l'ouest étant perdu), assemblés pour former une bande de 6,82 m sur 0,34 m[1]. Elle montre 200 000 km de routes, mais aussi l'emplacement de villes, mers, fleuves, forêts, chaînes de montagnes. La table montre la totalité de l'Empire romain, le Proche-Orient et l'Inde, indiquant le Gange et le Sri Lanka (Insula Taprobane), et même la Chine est mentionnée. La topographie, déformée, n'est que vaguement représentée. Rome est symbolisée de façon exceptionnelle[8].

La première feuille représente l'Est des îles Britanniques, les Pays-Bas, la Belgique, une partie de la France et l'Ouest du Maroc. On peut apercevoir sur la 4e partie la ville d'Hippone[9] (la partie sud des feuilles 1, 2, 3, 4 et 5 représente l'Algérie). L'absence de la péninsule ibérique laisse supposer qu'une douzième feuille, aujourd'hui manquante, présentait l'Espagne et le Portugal, ainsi que la partie occidentale des îles Britanniques. Le fac-similé de Konrad Miller en 1887 présente une tentative de restitution de cette page manquante (partie blanche, à gauche).

SymbolesModifier

Quelque 555 villes et 3 500 autres particularités géographiques sont indiquées, comme les phares et les sanctuaires importants, souvent illustrées d'une petite image.

Les cités importantes de l'empire sont au nombre de trois : Rome, Constantinople, Antioche — Elles sont signalées par un médaillon orné.

Les villes de taille immédiatement inférieure sont en nombre de six : Nicomédie (Izmit), Nicée (Iznik), Aquilée et Ravenne. Ancyre (Ankara) et Alexandrie sont représentées, mais leurs noms ne sont pas indiqués. Elles sont représentées avec une muraille d'enceinte et un nombre de tours variables, sauf Alexandrie qui est représentée par un phare.

 
Bâtiments officiels des cités

Les autres villes sont représentées par un ou deux bâtiments[Note 1].

Il faut noter que nombre de grandes villes d'aujourd'hui n'ont pas droit à cette précédente représentation, seuls leurs noms y figurent.

La représentation d'un réseauModifier

Le format ne permet pas une représentation réaliste des paysages, mais ce n'était pas dans les intentions du concepteur. La carte doit plutôt être vue comme une représentation symbolique, à l'image des plans de transports en commun (bus, métro, RER) permettant de se rendre facilement d'un point à un autre, de connaître les distances des étapes, sans offrir une représentation fidèle de la réalité[1]. De fait, elle est considérée comme la première représentation cartographique d'un réseau.

Par contre, c'est une carte très détaillée des distances, qui sont exprimées la plupart du temps en milles romains, ou dans d'autres unités si elles étaient en cours dans une région, par exemple des lieues gauloises en Aquitaine[10]. Cela permettait d'avoir une idée assez exacte de la distance et du temps pour se rendre de n'importe quel point à un autre, même si parfois quelques liaisons ne sont pas indiquées.

Réalisme des itinérairesModifier

Les parcours sont assez réalistes. Chaque station porte la longueur de l'étape, tandis que des vignettes signalent les villes principales, les villes thermales, etc. Nombre de ces « stations » ne correspondent pas à des villes, mais à des carrefours. Inévitablement, la Table comporte des erreurs de copistes. Certains noms de villes ou des distances d'étapes comportent des coquilles : Grenoble est nommée Culabone alors que le nom classique antique de cette ville est Cularone (Cularo) ; certains V deviennent II, ou inversement. De plus, l'interprétation de l'écriture médiévale a occasionné d'assez nombreuses méprises. En effet, les z ressemblent à des h (Mannert a soupçonné l’erreur sans oser la corriger) ; les t se distinguent à peine des c et des i (lesquels n’ont pas de point) ; les N majuscules ressemblent à des H, etc.[11]. Afin de faciliter l'utilisation de la Table, il est conseillé d'avoir en regard un exemplaire d'une « carte de redressement », où les stations et itinéraires de la Table sont reportés sur une carte géographique moderne. Pour la Gaule : « Carte de redressement de la Gaule pour l'intelligence de la Table de Peutinger », par exemple.

Bases cartographiquesModifier

Elle est probablement basée sur la carte du monde préparée par Marcus Vipsanius Agrippa (né en 64 av. J.-C., mort en 12 av. J.-C.), un ami personnel de l'empereur Auguste. Après sa mort, la carte a été gravée dans le marbre et placée sur le Porticus Vipsaniæ, non loin de l'Autel de la Paix d'Auguste, le long de la Via Flaminia. Toutefois, c'est une version actualisée au IVe siècle qui paraît présentée. Il est possible aussi que le format d'origine ait été modifié et écrasé pour faciliter sa représentation sur parchemin.

Datation de la copie de PeutingerModifier

 
Table de Peutinger: Pars IV - Segmentum IV ; Représentation de la région Apuane. On y voit la colonie de Pisa, Lucca, Luni et le nom « Sengauni » ; la liaison entre Pisa et Luni n'y est pas encore représentée

Datation de l'originalModifier

La carte figure la Dacie, constituée au IIe siècle[1], ainsi que certaines villes de Germanie inférieure détruites au Ve siècle ou encore Constantinople qui devient capitale en 330. De plus Ravenne y est mentionnée comme étant une capitale (érigée sous ce titre en 402), ce qui correspond à la fin de l'Empire romain d'Occident. C'est ce qui a engagé plusieurs auteurs à soutenir l'hypothèse de la "Table théodosienne", en la considérant comme un complément à la Notitia dignitatum (catalogue de l'administration de l'Empire) datant de cette époque.

Mais le substrat semble beaucoup plus ancien. On y voit la ville de Pompéi pourtant détruite en 79 par l'éruption du Vésuve. D'autres éléments (par exemple dans la Pars IV – Levant de la Ligurie) sont peut-être antérieurs à −109, année de construction de la Via Aemilia Scaura, qui n'est pas indiquée sur la Table. Aucune route n'est indiquée non plus entre Pise et Luni, alors que figurent bien les Fossae Papirianae, marais situés près de l’actuelle Versilia, indiquées comme Fossis Papirianis (cf. Pars IV - Segmentum IV).

La Table de Peutinger est de ce fait une compilation de plusieurs cartes romaines, la plus ancienne antérieure à la fin du Ier siècle, qui a ensuite été mise à jour au IVe siècle et au Ve siècle[12]. L'indication de la "Francia", en tête de la Pars II, ne laisse aucun doute sur ces additions tardives.

Datation de la copie médiévaleModifier

Le manuscrit est généralement daté du XIIIe siècle. Il serait l'œuvre d'un moine copiste anonyme de Colmar qui aurait reproduit vers 1265 un document plus ancien.

OrigineModifier

Plusieurs hypothèses sont avancées quant à l'origine de cette Table : « simple indicateur routier destiné à guider l'utilisateur dans son déplacement d'un point à un autre », parchemin qui appartenait « à un représentant ou à un commerçant procédant à des livraisons en différents points du territoire ainsi localisés »[13].

Éditions de la TableModifier

 
Extrait de la copie IGN de la Table.
 
Projection de Desjardins éditée par Hachette (1869).

L'original est actuellement conservé à la Bibliothèque nationale autrichienne à Vienne.

Après une première édition partielle, en 1591, sous le nom de Fragmenta tabulæ antiquæ, par Abraham Ortelius pour le compte de la maison d'édition de Jan Moretus (Jean Moret), la Table est finalement imprimée par Moretus en décembre 1598, toujours à Anvers, en 250 exemplaires.

Il existe également une copie, en noir et blanc, de la Table dans les archives de la cartothèque de l'IGN, à Saint-Mandé (Val-de-Marne). C'est un fac-similé de la « copie von Scheyb » datant de 1753. La Bibliothèque nationale de France possède également des exemplaires d'éditions plus anciennes : la Table dite d'Anvers (1598) et celle d'Amsterdam (1619).

En 1869, Ernest Desjardins édite une version française officielle[11] commandée par le ministre de l'Éducation qui se voulait définitive car analysant les copies existantes. Ce fut l'occasion de critiquer ses prédécesseurs, notamment Scheyb (1753) et la réédition de Mannert (1824), dans lequel il relevait 89 erreurs de lecture pour la Gaule, sans compter les errements de dessin et 8 omissions de voies, et 387 erreurs pour la totalité de l’Empire[14]. Il a aussi introduit une projection des données de Peutinger sur une carte moderne.

Une autre version de la Table a été réalisée par Konrad Miller en 1887 (voir plus haut), consultable sur le site Bibliotheca Augustana[15].

Depuis la présidence autrichienne du Conseil de l'Union européenne de 2006, une copie en couleur de la Table est exposée dans le bâtiment du Conseil à Bruxelles.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Plus précisément, par deux tours au toit pointu, qui marquent un chef-lieu de cité (civitas)[8]

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Catherine Virlouvet (dir.), Nicolas Tran et Patrice Faure, Rome, cité universelle : De César à Caracalla 70 av J.-C.-212 apr. J.-C, Paris, Éditions Belin, coll. « Mondes anciens », , 880 p. (ISBN 978-2-7011-6496-0, présentation en ligne), chap. 9 (« Vivre dans l'empire des Césars »), p. 596.
  2. Ernest Desjardins, Essai sur la topographie du Latium, Durand, (lire en ligne), p. 89.
  3. Académie des sciences, belles-lettres et arts, Classe des sciences, Mémoires, vol. 6, Lyon, FR, Palud, (lire en ligne), p. 12.
  4. a et b Unesco, « La Table de Peutinger | Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture », sur www.unesco.org (consulté le )
  5. Marcus (1558-1614) Auteur adapté Welser et Konrad (1465-1547) Auteur adapté Peutinger, « Tabula itineraria », sur Gallica, (consulté le )
  6. a b et c [PDF] (en) Dr Johanna Rachinger, « Memory of the World Register - Tabula Peutingeriana », sur www.unesco.org, UNESCO, 2006-2007 (consulté le ).
  7. Weltkarte des Castorius, K. Miller (éd.), Ravensburg, 1887.
  8. a et b André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-9145-4196-1), p. 20.
  9. « Le guide touristique Algérien », sur www.leguidetouristique.com (consulté le )
  10. J. Dassié, « Valeur du mille en Aquitaine », (consulté le )
  11. a et b Ernest Desjardins, Géographie de la Gaule d’après la Table de Peutinger, Paris, Hachette, , lxxxix-480 p., p. xii-xiii
  12. (en) Leo Bagrow, History of Cartography, .
  13. Nathalie Garcia-Arguelles, Les voies gallo-romaines en Champagne méridionale, Maison du boulanger, , p. 30.
  14. Desjardins 1869, p xiv-xv.
  15. « Bibliotheca Augustana », sur fh-augsburg.de (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

En françaisModifier

  • Nicolas Bergier, Histoire des grands chemins de l'Empire romain, contenant l'origine, progrès et estenduë quasi incroyable des chemins militaires, pavez depuis la ville de Rome iusques aux extrémitez de son Empire…, Paris 1622. Réédition : Bruxelles : Jean Léonard, 1728 ou 1736, 2 vol.
  • Pascal Arnaud, « La cartographie à Rome », thèse de doctorat d'État, 1990
  • Table de Peutinger : Tabula imperii romanii, Lutetia, Atuatuca, Ulpia, Noviomagus, sur la base de la carte internationale du monde. ouvrage collectif, Picard, Paris, 1975, 202 p., ASIN:B0000DWIO8
  • Yan Loth, Traces d’itinéraires en Gaule romaine, Dammarie-les-Lys, éd Amatteis, 1986, in 4°, 127 p. + 1 cahier libre de 27 p. (12 cartes de redressement, en latin et français en regard). Utilise la Table et l'itinéraire d'Antonin, le tout divisé en 187 itinéraires ; les deux sources ne sont pas clairement référencées. Pas d'indication de distances, ni du réseau fluvial, pas d'index général des noms (environ 430 noms romains).
  • Gabriel Thiollier-Alexandrowicz, Itinéraires romains en France d'après la Table de Peutinger et l'Itinéraire d'Antonin, Guide Monde et musées, éd. Faton, 2000, 431 p. (ISBN 2878440366)
  • Francis de Coninck, Hannibal à travers les Alpes, une énigme de 2000 ans ; augmenté des routes romaines prétoriennes à travers les Alpes selon la table de Peutinger, Les Grands itinéraires de l'histoire, Edp Sciences, 1992, 128 p. (ISBN 2908233150)

En allemandModifier

  • Tabula Peutingeriana. Codex Vindobonensis 324, Österreichische Nationalbibliothek, Wien. Kommentiert von E. Weber. Akademische Druck- u. Verlagsanstalt Dr. Paul Struzl, Graz 2004 (ISBN 3-201-01793-0) (Faksimile)
  • Konrad Miller, Iteneraria Romana. Römische Reisewege an der Hand der Tabula Peutingeriana. Strecker & Schröder, Stuttgart 1916 (Nachdruck: Husslein, Bregenz 1988)
  • Hans Georg Wehrens, Warum Freiburg auf der „Tabula Peutingeriana“ nicht vorkommt. In: Freiburg im Breisgau 1504–1803, Holzschnitte und Kupferstiche. Verlag Herder, Freiburg 2004, S. 131 ff (ISBN 3-451-20633-1)
  • Johannes Freutsmiedl, Römische Straßen der Tabula Peutingeriana in Noricum und Raetien. Verlag Dr. Faustus, Büchenbach 2005 (ISBN 3-933474-36-1)
  • Hans Bauer, Die römischen Fernstraßen zwischen Iller und Salzach nach dem Itinerarium Antonini und der Tabula Peutingeriana. Neue Forschungsergebnisse zu den Routenführungen. Herbert Utz Verlag, München 2007 (ISBN 978-3-8316-0740-2)
  • Konrad Miller, Die Weltkarte des Castorius genannt die Peutingersche Tafel. 1887, Maier (Ravensburg)
  • [Scheyb (Fr. Chr. de)] Peutingeriana tabula itineraria quae in augusta bibliotheca Vindobonensi nuc servantur accurate exscripta. Numini maiestatique Mariae Theresiae… dicata a F. C. de Scheyb. Trattner, Wien, 1753, in f°. Luxueuse édition, le premier prétendu fac-simile au format réel mais plein d’erreurs de lecture, selon Desjardins. Division arbitraire de la carte en douze sections (au lieu de 11).

En italienModifier

  • Levi Annalina et Levi Mario Attilio, La Tabula Peutingeriana (échelle 1:1 reproduction de Tabula Peutingeriana), Edizioni Edison, Bologne, 1978
  • Tabula Peutingeriana. Le antiche vie del mondo, sous la direction de F. Prontera, Florence, Olschki, 2003

Articles connexesModifier

Liens externesModifier