Ouvrir le menu principal

Géopolitique de l'Europe au XXIe siècle

Géopolitique de l'Europe au XXIe siècle
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte politique de l'Europe.

Date 2000 -
Lieu
Chronologie des années 2000 - 2009
Russie : élection de Vladimir Poutine à la présidence
UE : lancement de l'Euro
Espagne : attentats à Madrid faisant 200 morts revendiqué par Al-Qaïda
OTAN : élargissement à 7 pays de l'ancien bloc soviétique
UE : entrée de 10 nouveaux membres
UE : le non l'emporte en France et aux Pays-Bas lors du referendum pour la constitution européenne
Russie : Poutine dénonce les projets de défense antimissile des États-unis en Europe
Kosovo : Russie et Serbie s'opposent au plan d'indépendance préparé par l'ONU
Irlande du Nord : accord de gouvernement entre protestants et catholiques
Géorgie : début de la deuxième guerre d'Ossétie du Sud
Europe : la crise financière partie des États-Unis affecte lourdement les économies européennes
Ukraine - Russie : conflit gazier engendrant des craintes d'approvisionnement en Europe
Chronologie des années 2010 -
France : importante participation à l'intervention militaire en Libye
Ukraine - Russie : crise de Crimée
UE - Turquie : signature de l'accord sur l'immigration
UE : les Britanniques votent pour le Brexit

La géopolitique de l'Europe au XXIe siècle consiste en la description des relations des États européens entre eux et avec le reste du monde. Cette description prend en considération les facteurs politiques, géographiques, économiques, démographiques et culturels qui les influencent. Le terme de géostratégie est aussi employé dans un sens voisin de celui de géopolitique[note 1].

L'Europe est la partie occidentale de la plaque eurasiatique. Les liens entre l'Europe et l'Asie sont donc une dimension fondamentale de la géopolitique européenne, d'autant plus que deux pays majeurs, la Russie et la Turquie sont situés à cheval sur les deux continents et jouent un rôle clef sur chacun d'eux.

L'Europe politique est fragmentée en une quarantaine de pays, dont le nombre et les frontières sont pour beaucoup le résultat des grands conflits du XXe siècle, la Première et la Seconde Guerre mondiale, puis la guerre froide qui s'achève par l'effondrement et l'éclatement de l'Union soviétique. L'Europe est aussi le continent qui pousse le plus loin les coopérations interétatiques et le seul qui développe, via l'Union européenne, une intégration avancée entre des pays qui représentent la majeure partie de sa population et de sa richesse.

Sommaire

L'Europe, continent à géométrie variableModifier

Article détaillé : Liste des pays d'Europe.

L'usage fait de l'Europe un continent mais elle est, d'un point de vue géographique, la partie occidentale de la plaque eurasiatique. Les limites terrestres de l'Europe ont donc toujours été imprécises à l'est car il n'existe pas de relief ou de mer venant clairement scinder l'Eurasie. Les frontières géographiques de l'Europe sont donc plus politiques que physiques[1].

Quoique la géographie ne soit pas le seul déterminant en matière de géopolitique, elle joue cependant un rôle important dans la fixation des frontières entre les États européens et dans les rapports entre eux et le reste du monde. Les montagnes ou les fleuves sont des frontières naturelles entre de nombreux pays d'Europe. Certaines, comme la ligne Oder-Neisse qui sépare l'Allemagne de la Pologne depuis la fin de la Seconde guerre mondiale sont devenues symboliques de la paix retrouvée en Europe[2]. Les pays d'Europe de l'Est sont par nature essentiellement continentaux ; la Russie, qui est le plus grand pays du monde, tire de cette situation un avantage stratégique induit par les possibilités de repli dans la profondeur dont elle a su tirer parti lors de la campagne de Russie contre Napoléon puis durant la Seconde guerre mondiale. L'accès aux débouchés maritimes constitue en revanche une préoccupation constante pour les pays qui en sont privés. Staline a cherché à plusieurs reprises à s'assurer le contrôle du Bosphore et de ports à l'extrême-Est de l'Union soviétique pour sécuriser l'accès à la Méditerranée depuis la Mer noire. Les autres pays d'Europe possèdent pour la plupart d'entre eux de vastes accès maritimes qui les ont encouragés depuis des siècles à se projeter au-delà des mers et ont largement contribué à leur essor économique.

Au XXIe siècle, la France et quelques autres États européens possèdent encore des territoires dans l'océan Indien et l'océan Pacifique qui constituent des points d'appui stratégiques importants pour projeter leur puissance dans les zones de conflits hors d'Europe et pour protéger leurs communications maritimes, vitales pour leurs économies, dès lors qu'elles ne possèdent sur leurs territoires qu'une faible partie des ressources énergétiques et des matières premières qu'elles consomment[2].

Principaux pays d'Europe et des confins de l'Europe et de l'Asie (selon la classification de l'ONU[3])[note 2]
Europe de l'Ouest Europe de l'Est Europe du Nord Europe du Sud Confins Europe-Asie
Asie occidentale Asie centrale
Allemagne
Autriche
Belgique
France
Liechtenstein
Luxembourg
Monaco
Pays-Bas
Suisse
Biélorussie
Bulgarie
Hongrie
Pologne
Moldavie
Roumanie
Russie
Slovaquie
Tchèque (Rép.)
Ukraine
Danemark
Estonie
Finlande
Islande
Irlande
Lettonie
Lituanie
Norvège
Suède
Royaume-Uni
Albanie
Andorre
Bosnie-Herzégovine
Croatie
Espagne
Grèce
Italie
Macédoine
Malte
Monténégro
Portugal
Saint-Marin
Serbie
Slovénie
Vatican
Arménie
Azerbaïdjan
Chypre
Géorgie
Turquie
Kazakhstan
Kirghizistan
Ouzbékistan
Tadjikistan
Turkménistan

Halford John Mackinder, théoricien « classique » de la géopolitique, soutient que l'opposition géopolitique entre puissances continentales et puissances maritimes est une constante. Sa thèse est que le « Heartland » qu'il situe en Russie occidentale est le pivot géographique de l'histoire, foyer des conflits résultant des tentatives des puissances continentales de dominer les débouchés littoraux, le « Rimland », qui s'étend des côtes européennes au Moyen-Orient, à l'Inde et à l'Extrême-Orient[2]. Son contemporain, Nicholas Spykman, reprend la théorie du Heartland, mais considère que le « Rimland » offre un potentiel économique et démographique et donc de pouvoir plus important que le « Heartland » de par des caractéristiques géographiques également plus propices au développement[4].

Des frontières souvent récentes et parfois contestéesModifier

Les frontières européennes sont le plus souvent récentes et résultent pour une majorité de décisions internationales prises lors du règlement des grands conflits du XXe siècle ou de la fin de la guerre froide, en particulier dans la partie Est du continent où des pays comme les États baltes ont alternativement été annexés et recréés, d'autres comme ceux de l'ex-Yougoslavie, sont nés dans la guerre civile à la toute fin du XXe siècle, et enfin où beaucoup d'autres ont connu des rectifications importantes de leurs frontières à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vingt-sept pour cent des frontières résultent d'événements qui se sont produits en Europe depuis 1991. La guerre froide avait figé les frontières et les revendications territoriales. Sa fin et l'effondrement de l'Union soviétique se traduisent au début du XXIe siècle par le retour en force des questions frontalières le plus souvent liées aux minorités ethniques ou religieuses dans de nombreux États-nations récents à l'Est, et par la montée des régionalismes dans les États-nations plus anciens à l'Ouest[5].

Les régionalismes, les irrédentismes ou les indépendantismes prennent à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle le plus souvent une forme pacifique ou très marginalement violente. Mais ils débouchent parfois sur des luttes armées qui s'éteignent par lassitude et impopularité ou par l'action de la communauté internationale comme en Irlande du Nord, ou bien qui sont entretenues lorsqu'ils se doublent d'un enjeu géopolitique aux marches entre la Russie et les Occidentaux qui ont repoussé loin vers l'Est leur présence via les élargissements successifs de l'OTAN et de l'Union européenne. À l'Ouest les États-nations comme l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne ou le Royaume-Uni, ont souvent répondu aux attentes régionalistes par un niveau élevé de décentralisation[5].

Liste des principaux mouvements nationalistes armés de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle
État ou région
séparatiste
État
d'origine
Conflit armé Reconnu par
ONU Russie États-
Unis
UE
Abkhazie[6]   Géorgie Guerre d'indépendance (1992 - 1993) et conflit de 1998        
Chypre du Nord   Chypre Invasion turque de Chypre (1974)        
Crimée   Ukraine Annexion par la Russie (2014)        
Donbass   Ukraine Guerre du Donbass (2014 - )        
Haut-Karabagh[7]   Azerbaïdjan Guerre du Haut-Karabagh (1988-1994)        
Irlande du Nord   Royaume-Uni Conflit nord-irlandais (1966 - 1998) Nation constitutive du R.-U.
Kosovo[note 3]   Serbie Guerre du Kosovo (1998 - 1999) et déclaration d'indépendance en 2008        
Ossétie du Sud   Géorgie Première guerre (1991 - 1992) et deuxième guerre d'Ossétie du Sud (2008)        
Pays basque espagnol   Espagne Conflit basque mené par l'ETA (1961 - 2018) Communauté autonome d'Espagne
Transnitrie   Moldavie Guerre indépendantiste de 1992        

Coopérations et intégration européennesModifier

Principales organisations internationales
en Europe
Organisation Nombre membres Pays de
l'UE
Russie Turquie
1989 2017
Union européenne 12 28      
OTAN 16 29 22 sur 28    
OCDE 24 36      
OSCE 32 57      
Conseil de l'Europe 23 47      

L'Europe est la région du monde qui compte le plus grand nombre d'organisations internationales de coopération et qui atteint le niveau d'intégration le plus élevé à travers l'Union européenne[8]. De toutes ces organisations, l'UE est celle qui se rapproche le plus d'un État fédéral de par ses caractéristiques institutionnelles et juridiques que toute autre organisation[note 4],[9]. Ces organisations ont souvent été créées durant la guerre froide, soit du côté occidental comme c'est le cas de l'OTAN, de la CEE, ou de l'OCDE, soit dans l'optique des politiques de détente et de coopération entre l'Ouest et l'Est comme c'est le cas de la CSCE devenue l'OSCE[10].

Élargissement vers l'Est des organisations occidentalesModifier

Depuis la fin de la guerre froide, la plupart de ces organisations accueillent de nombreux nouveaux membres afin de favoriser la stabilité politique et le développement économique du continent européen. Deux de ces organisations, le Conseil de l'Europe et l'OSCE, rassemblent la quasi-totalité des États d'Europe. Cet universalisme leur permet d'être des lieux d'échanges entre tous les pays mais limite aussi par construction leurs possibilités d'action dès lors qu'elles fonctionnent sur un principe d'unanimité.

Fondé en 1949, le Conseil de l'Europe est la plus ancienne organisation intergouvernementale européenne et celle qui regroupe le plus de pays d'Europe (47 pays membres en 2017). Il agit principalement pour la sauvegarde des droits de l'homme et pour les valeurs démocratiques, à travers notamment la Cour européenne des droits de l'homme. La Turquie en devient membre dès 1950, afin de l'arrimer au camp occidental, sans réellement prendre en considération sa politique des droits de l'homme. En novembre 1990, la Hongrie, premier pays de l'Est à rejoindre le Conseil de l'Europe, en devient le 24e membre. Entre 1990 et 1996, tous les pays d'Europe de l'Est et du Nord de l'ancien bloc soviétique, à l'exception de la Biélorussie, en deviennent membres. La Russie, dont l'adhésion est freinée par la guerre de Tchétchénie, finit par être admise au Conseil de l'Europe en 1996, bien qu'elle soit loin de respecter tous les critères en matière de respect des droits de l'homme. Durant la décennie 1990, la volonté politique des dirigeants occidentaux d'associer la Russie est la plus forte[11],[12].

L’origine de l’OSCE, créée en 1994, remonte à la période de détente du début des années 1970, lorsque la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) a été constituée pour servir d’instance multilatérale de dialogue et de négociation entre les blocs de l’Est et de l’Ouest. L'action de l'OSCE qui vise à assurer la paix et la sécurité en Europe, s'appuie notamment sur les principes de l’Acte final d’ Helsinki (1975) et de la Charte de Paris pour une nouvelle Europe[13]. Dés l'origine, elle compte donc parmi ses membres les États européens de l'Est et l'Union soviétique dont la Russie, comme c'est le cas de manière générale, prend la suite. Son élargissement entre 1991 et 1993 concerne presque exclusivement des États qui n'existaient pas sur le plan international du temps de l'Union soviétique. En 2017, l’OSCE met en œuvre seize opérations de terrain situées en Europe du Sud-Est, en Europe orientale, dans le Caucase du Sud et en Asie centrale[14].

Le sommet annuel des « principales puissances économiques démocratiques »[15],[16], le G7, devient en 1998 le G8 avec l'entrée de la Russie[17],[note 5].

Genèse de la coopération entre l'Union européenne et la RussieModifier

La disparition de l'Union soviétique le et la naissance de l'Union européenne par le traité de Maastricht du fondent un cadre géopolitique radicalement nouveau en Europe au début des années 1990. L'Union européenne dont un des piliers fondateurs est l'adoption d'une « politique étrangère et de sécurité commune », la PESC, met sur pied dans l'urgence une politique à l'égard de la Russie et des États de l'Est avec lesquels les Communautés européennes n'avaient que peu de relations institutionnelles. La stratégie générale adoptée par l'UE vise à accompagner l’adoption par les États post-soviétiques d’un ensemble de normes fondé sur la démocratie, les droits de l’homme et l’économie de marché[18]. En pratique, l'UE conçoit de nouveaux types d'accords, les « accords de partenariat et de coopération » (APC) dans lesquels les volets commerciaux et économiques sont complétés par un volet politique par lequel les États signataires souscrivent à certains engagements politiques en matière de droits de l’homme, d'application des principes relatifs à l'État de droit et à la démocratie[18].

La négociation de l'APC entre la Russie et l'Union européenne débute en 1992. Les deux parties peinent à s'entendre sur le volet politique relatif aux valeurs démocratiques, un compromis est finalement trouvé en juin 1994. Le déclenchement en décembre 1994 de la première guerre menée par les Russes dans leur province sécessionniste de Tchétchénie entraîne la suspension du processus de ratification de l'accord. L'accord de partenariat et de coopération entre la Russie et l'Union européenne entre finalement en vigueur le 1er décembre 1997[19],[18].

L'UE conclut ensuite un APC en 1998 avec l'Ukraine et la Moldavie, et en 1999 avec six États du Caucase et d'Asie centrale nés de la disparition de l'URSS[20].

Coopérations en demi-teinte avec la Russie au sein de l'OTAN et de l'OCDEModifier

Article connexe : Élargissement de l'OTAN.

L'intégration de la Russie dans le système institutionnel européen et occidental demeure partielle : outre le fait qu'elle n'est volontairement pas engagée dans un processus d'adhésion à l'UE, elle n'est membre ni de l'OTAN, ni de l'OCDE. Elle a toutefois établi avec ces deux institutions un « partenariat » qui permet de nombreux échanges mais sans qu'elle bénéficie d'un droit de vote sur les décisions. Ces instances de dialogue et de coopération entre le monde occidental et la Russie continuent de fonctionner malgré l'aggravation des tensions enregistrées depuis 2014.

Établi en 2002, le Conseil OTAN-Russie continue d'exister bien que l'OTAN ait suspendu toute coopération pratique avec la Russie en 2014[21]. Des réunions périodiques au niveau des ambassadeurs ou des chefs d'état-major permettent de garder ouverts les canaux de communication civils et militaires[22],[note 6].

La coopération entre l’OCDE et la Russie démarre en 1992. En 1996, la Russie demande à en devenir membre. En 2007, l'OCDE approuve une « feuille de route » pour l'adhésion de la Russie. Par décision de son Conseil de gouvernance en mars 2014, l'OCDE reporte sine die les activités liées au processus d'adhésion de la Fédération de Russie, et dans le même temps décide de renforcer davantage la coopération existante entre l'OCDE et l'Ukraine[23],[24]. Dans le même temps, les négociations menées en parallèle depuis 1994 pour l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) aboutissent en 2012[25].

Coopérations eurasiatiques sous l'impulsion de la RussieModifier

Principales organisations interétatiques
impulsées par la Russie
CEI OTSC UEE(A) OSC
Europe de l’Est
  Biélorussie 1991 1992 2015
  Moldavie 1991
  Russie 1991 1992 2015 2001
  Ukraine 2018
Asie occidentale (Caucase)
  Arménie 1991 1992 2015
  Azerbaïdjan 1991 1999
  Géorgie 2008 1999
Asie centrale
  Kazakhstan 1991 1992 2015 2001
  Kirghizistan 1991 1992 2015 2001
  Ouzbékistan 1991 2012 2001
  Tadjikistan 1991 1992 2001
  Turkménistan
Asie de l’Est et du Sud
  Chine 2001
  Inde 2017
  Pakistan 2017
Article détaillé : Géopolitique de la Russie.

La Russie ne peut résister dans les années 1990 à l'élargissement vers l'Est des institutions dominées par les Occidentaux. Elle tente de le contrebalancer par des initiatives dans la zone eurasiatique en direction d'anciennes républiques soviétiques et de pays d'Asie. Les principales organisations créées dans cette optique et toujours en activité en 2018, sont la Communauté des États indépendants (CEI), l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), l'Union économique eurasiatique (UEE ou UEEA) et l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Moscou s'appuie sur ces nombreuses structures multilatérales pour régénérer sur le plan international son influence et son rayonnement, sensiblement amoindris depuis l’éclatement de l’URSS.

Concomitamment avec la dissolution de l'Union soviétique, la Russie, l'Ukraine et la Biélorussie créent la CEI[26] en décembre 1991 par le traité de Minsk. Huit autres anciennes républiques soviétiques du Caucase et d'Asie centrale rejoignent la CEI lors du sommet d'Alma-Ata (actuelle Almaty)[27]. Quelques mois plus tard, en mai 1992, neuf de ces onze États signent un traité de sécurité collective, donnant naissance à l'OTSC, seules la Moldavie et surtout l'Ukraine faisant exception. La Géorgie se retire de la CEI en 2008 à la suite du bref conflit armé qui l'oppose à la Russie pour le contrôle de sa province séparatiste d'Ossétie du Sud. L'Ukraine en fait autant en 2018 en raison des interventions russes en Crimée et dans le Donbass.

Dans le domaine de la coopération économique et du libre-échange, l'Union économique eurasiatique (UEE ou UEEA) remplace en 2015 la Communauté économique eurasiatique (CEEA). Conçue par V. Poutine comme un moyen de faire barrage aux contrats d'association proposés par l'UE, l'UEEA compte cinq membres à sa fondation en 2015, la Russie, la Biélorussie, l'Arménie, le Kazakhstan et le Kirghizistan[28]. L'Ukraine choisit finalement de ne pas y adhérer et de signer un accord d'association avec l'UE, décision qui constitue le point de départ de la crise ukrainienne. L'Inde et le Pakistan négocient des accords de libre-échange avec l'UEEA en 2017 et 2018.

En Europe de l'Est, la zone d'influence russe s'est fortement réduit. La Biélorussie est le seul État allié indéfectible de la Russie. Membre de la CEI, de l'OTSC et de l'UEEA , elle est aussi liée à la Russie par de forts accords bilatéraux. Sa frontière ouest avec la Pologne, la Lituanie et la Lettonie est stratégique pour la Russie qui stationne des troupes sur le sol biélorusse. La rupture entre la Russie et l'Ukraine fait de la Biélorussie le dernier état « tampon » face au territoire des États membres de l'OTAN. La Moldavie, pays de 3,5 millions d'habitants, entre la Roumanie et l'Ukraine, de moindre importance stratégique, est partagée entre fidélité à la Russie et volonté de se rapprocher de l'UE avec laquelle elle signe un accord de partenariat en 2014. L'Arménie, géographiquement aux marges de l'Europe dans le Caucase et dépendante de la Russie, s'en rapproche dans les années 2013 à 2015 et devient membre de l'UEEA[29]. Cependant, elle négocie en 2016 et 2017 un nouvel accord de coopération avec l'UE[30].

En marge des organisations animées par les grandes puissances régionales, quatre États de l'ex-Union soviétique, la Géorgie, l'Ukraine, l'Azerbaïdjan et la Moldavie, forment l'Organisation pour la démocratie et le développement, dite GUAM, d'orientation plutôt pro-occidentale[31].

Du « Forum de Shangai » à l'Organisation de coopération de ShanghaiModifier

Pour contrecarrer sa perte d'influence en Europe, et ne pas laisser le champ libre à la Chine en plein développement, la Russie initie une nouvelle alliance de sécurité collective avec la Chine et ses alliés traditionnels d'Asie centrale. Une première étape est franchie en avec la constitution du « Forum de Shanghai » par la Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan et la signature des « accords visant à renforcer la confiance dans le domaine militaire dans la région de la frontière ». L'année suivante, les cinq signent un « accord sur la réduction conjointe des forces militaires dans les régions frontalières ». Il s'agit en premier lieu pour Moscou et Pékin de mettre fin aux tensions sur leur longue frontière qui existaient depuis 1964, et en second lieu de stabiliser la région d'Asie centrale considérée comme un enjeu commun de sécurité au regard notamment de la montée des phénomènes terroristes et extrémistes dans la région.

 
Photo des dirigeants participant au sommet de l'OCS en 2018.

En 2001, les cinq sont rejoints par l'Ouzbékistan et transforment le forum en une organisation structurée de coopération dans de nombreux domaines dont la priorité demeure la sécurité collective, et la lutte contre le terrorisme, les séparatismes et les extrémismes[32],[33]. L'Inde et le Pakistan rejoignent l'OCS en 2017[34].

L’OCS a donc été créée pour des raisons sécuritaires et économiques strictement régionales et non comme un outil d'opposition à la présence des États-Unis en Asie. Cependant, l’OCS a été utilisée, de manière croissante, tant par Moscou que par Pékin, comme un vecteur pour limiter « l’expansionnisme politique » américain, sur la scène internationale comme régionale[33]. Elle sert largement les intérêts de Moscou en ce qu'elle pérennise son influence en Asie centrale et lui permet de ne pas laisser Pékin développer seule une politique de leadership régional. Ce dernier facteur explique l'insistance des Russes à ce que l'Inde et le Pakistan rejoignent l'OCS, ce qui advient finalement en 2017[35],[36].

Trois pôles de puissance, générateurs de tensions intra-européennesModifier

Population et PIB de l'Europe
Pays
ou entité
Population PIB
(106)
(2016)
[37]
% (109 $)
(2017)
[38]
%
  Union européenne 511 69 % 17 282 85,4 %
  Allemagne 82 11 % 3 677 18,2 %
  France 67 9 % 2 583 12,8 %
  Italie 61 8 % 1 935 9,6 %
  Royaume-Uni 66 9 % 2 622 13,0 %
  Russie 144 19 % 1 578 7,8 %
Autres pays d'Europe 89 12 % 1 366 6,8 %
Total Europe[note 7] 744 100 % 20 226 100 %
  Turquie 80 852

L'Union européenne et ses grandes démocraties occidentales qui en sont le moteur, la Russie et la Turquie sont les trois pôles de puissance en l'Europe : ils en détiennent l'essentiel de la population et de la richesse économique, ils exercent de par ces atouts et aussi de par leur histoire une grande influence politique auprès des autres pays d'Europe ou des régions proche-orientales ou asiatiques à proximité, enfin ils possèdent la quasi-totalité des moyens militaires d'Europe.

Union européenneModifier

Ce premier pôle est, d'un point de vue démographique et économique, de loin au premier rang en Europe. Il s'articule autour d'un noyau d'États, les plus riches d'Europe : l'Allemagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni qui jouent un rôle déterminant dans la construction de l'UE et la définition de ses orientations géopolitiques. Ces quatre États totalisent plus de la moitié de la population (54 %) et presque les deux-tiers du PIB (63 %) des 28 États membres de l'UE. Leur poids dans le monde est aussi le résultat de leur alliance historique avec les États-Unis avec lesquels ils forment le monde occidental, dont l'unité s'est presque toujours vérifiée dans les situations de crise géopolitique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale[note 8].

Dans un discours prononcé en 2014, la chancelière A. Merkel affirme que « l'intégration européenne – qui nous a apporté la paix, la liberté et la prospérité depuis plus d'un demi-siècle maintenant – semble presque être un miracle » qui ne doit pas être considéré comme définitivement acquis, ainsi que le montre la situation dans les Balkans occidentaux ou en Ukraine[39]. Au-delà de la paix retrouvée en Europe, la chancelière met à l'actif de l'intégration européenne la libre circulation dans une Europe sans frontières, le respect des principes de l'État de droit, l'union économique et monétaire et la préservation du modèle social européen. Ces acquis reconnus[40] sont à mettre en balance avec les difficultés rencontrées par une Union élargie à 28 membres pour approfondir son intégration en dépit de la grande hétérogénéité des pays et des populations la composant, et pour parler d'une seule voix sur la scène internationale[41].

Limites institutionnelles de l'UE comme acteur de la géopolitique européenneModifier

L'Union européenne, quoique l'organisation politico-économique la plus intégrée dans le monde, joue un rôle en matière de politique étrangère et de sécurité plus limité que son poids et ses institutions pourraient le permettre. Pourtant ce domaine est un des trois piliers de l'architecture institutionnelle initiale définis à la création de l'UE en 1992 par le traité de Maastricht, traité fondateur de l'Union. Le Titre V (articles 21 à 46) du traité sur l'Union européenne (TUE) intitulé « Dispositions générales relatives à l'action extérieure de l'Union et dispositions spécifiques concernant la politique étrangère et de sécurité » (PESC / PSDC) dote l'Union d'ambitions, de règles et d'institutions propres à ces domaines. Cependant, les États membres ne sont pas allés jusqu'à placer la PESC et la PSDC sous le régime de la méthode communautaire[note 9],[42]. Désireux de conserver dans ce domaine leur pleine souveraineté, ils ont réservé au Conseil européen statuant à l'unanimité les principaux pouvoirs de décision, et donné au Haut Représentant et aux organes administratifs placés sous son autorité, un rôle de proposition et de mise en œuvre des décisions. Par ces dispositions l'Union a renoncé d'elle-même par construction à mener une politique de puissance dans le jeu géopolitique européen et mondial[43]. Toutefois depuis 2015 les États européens renforcent leur Politique de sécurité et de défense commune pour moins dépendre des États-Unis qui avec Barack Obama ont commencé à regarder davantage vers l'Asie que vers l'Europe et qui surtout avec Donald Trump mènent une politique avec leurs alliés européens et dans le monde de manière générale qui les inquiète. Les initiatives prises qui relèvent soit du volontarisme de certains États membres (comme la Coopération structurée permanente ou l'Initiative européenne d'intervention) soit du renforcement des institutions communes (comme le Fonds européen de défense) marquent un rôle grandissant du niveau européen dans les questions de défense.

Stratégie de politique extérieure et de sécurité de l'UEModifier

L'UE entend promouvoir la paix par la primauté du droit, du multilatéralisme et le développement des échanges. L'UE a mis en place sa Politique européenne de voisinage dans l'objectif de créer des relations de proximité avec les États européens non membres de l'Union et de contribuer à la stabilité du continent. Dans ce cadre général, de nombreux programmes de coopération et de partenariat sont signés avec des pays d'Europe et hors d'Europe[44],[45],[46]. Parmi eux, le Partenariat oriental lancé en 2009 concerne six pays d'Europe du Sud-Est et du Caucase[note 10] avec lesquels de multiples accords pratiques de coopération ont été signés, assortis d'aides financières[47].

Fondée pour assurer la paix en Europe, l'Union trouve davantage à s'employer dans la diplomatie que dans l'action militaire. Dans les situations de crise, elle privilégie la coopération et la recherche de solutions négociées avant d'envisager de recourir à des sanctions ou à des mesures coercitives[43]. À titre d'illustration, l'UE est l'un des signataires de l'Accord de Vienne sur le nucléaire iranien de 2015 aux côtés de 7 États dont trois, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, sont membres de l'UE.

Dans le contexte de la crise ukrainienne, de la guerre en Syrie, des attentats de l'État islamique et de la crise migratoire, l'Union européenne élabore en 2015-2016 une nouvelle stratégie globale qui définit les priorités et les principes d'action en commun des États de l'Union. Concernant l'ordre de sécurité européen, ce document affirme que « la gestion des relations avec la Russie constitue un défi stratégique majeur. [...]. Une évolution substantielle des relations entre l'UE et la Russie présuppose le plein respect du droit international et des principes qui sous-tendent l'ordre de sécurité européen, notamment l'Acte final d'Helsinki [de 1975] et la Charte de Paris [de 1990]. Nous ne reconnaîtrons pas l'annexion illégale de la Crimée par la Russie [en 2014] ni n'accepterons la déstabilisation de l'est de l'Ukraine »[48].

Malgré leur appartenance à l'UE, la France et le Royaume-Uni continuent d'affirmer leur vocation mondiale et leur indépendance stratégique au nom desquelles ils s'engagent régulièrement dans des opérations militaires, soit seuls, soit dans des coalitions ad hoc, hors du cadre de l'UE, comme ce fut le cas par exemple de la France pour l'opération Serval au Mali en 2013. Sous le poids de l'héritage du passé, l'Allemagne assume au contraire son pacifisme et ne fait intervenir son armée que dans des opérations de maintien de la paix. Le budget de la Bundeswehr est en proportion du PIB le plus faible des grandes nations européennes, et elle ne peut participer à des opérations militaires hors du territoire allemand que sous réserve d’un vote préalable du Parlement fédéral, d’une résolution des Nations unies autorisant le recours à la force et d’un ancrage des troupes allemandes dans une opération multinationale, sous les auspices de l’ONU, de l’OTAN ou de l’UE[49].

Primauté de l'OTAN sur la politique de sécurité et de défense communeModifier

Il découle logiquement des choix effectués par les Européens que pour assurer leur sécurité la plupart des États membres de l'UE continuent de compter avant tout sur l'OTAN, dont 22 d'entre eux sont également membres. À cet égard, le TUE stipule explicitement que « la politique de l’Union [...] n’affecte pas le caractère spécifique de la politique de sécurité et de défense de certains États membres, elle respecte les obligations découlant du traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre »[50]. L'attractivité de l'OTAN se nourrit aussi des faiblesses de la politique de sécurité et de défense commune de l'Union européenne, dont la mise en œuvre pratique ne progresse que pas à pas, faute d'un consensus entre les trois pays clés, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, pour lui conférer un rôle premier et abandonner un peu de leur souveraineté[51]. La coopération entre l'OTAN et l'UE se développe sous le signe de la complémentarité et de l'interopérabilité.

RussieModifier

 
Graphique d'évolution comparée sur une base 100 en 1989 du PIB et des dépenses de défense (base 100 en 1993) de la Russie et du prix du baril de pétrole brut sur le marché mondial[52],[53],[54].

La Russie constitue un deuxième pôle de puissance. Sortie très affaiblie de la dislocation de l'Union soviétique à la fin de la guerre froide, elle redevient depuis le début des années 2010 un acteur important de la scène internationale en Europe et au Moyen-Orient. Plus grand pays du monde, la Russie demeure aussi la deuxième puissance nucléaire mondiale et possède de gigantesques ressources naturelles que lui achètent les autres pays d'Europe. L'évolution du PIB de la Russie est très fortement corrélée à celle du cours du pétrole dont la forte augmentation depuis le début du XXIe siècle lui permet de financer son réinvestissement dans le domaine militaire. Puissance européenne et asiatique, elle est l'héritière de l'Empire russe et aspire à jouer un rôle mondial en dépit des faiblesses de sa démographie et de son économie. Du point de vue de Moscou, les Occidentaux ont profité du démantèlement de l'Union soviétique, non pour établir une situation d'égalité, mais pour étendre la domination occidentale aux frontières de la Russie, considérée toujours comme un ennemi potentiel[55].

Stratégie de la RussieModifier

Si la Russie se montre régulièrement critique de l'ordre international tel que les Occidentaux veulent l'imposer depuis le milieu des années 1990, son retour sur la scène internationale date véritablement de la fin des années 2000 où elle accentue son opposition, par exemple lors du discours de V. Poutine en 2007 à la conférence de Münich[56] et reprend l'initiative par exemple en intervenant militairement en Géorgie en 2008[57].

Moscou voit pour l'avenir un paysage international multipolaire complexe caractérisé par de profondes transformations, une forte compétition, des risques d'affrontement armé et la confrontation de systèmes de valeurs différents[55]. Dans ce contexte, les Russes considèrent que le risque d'une guerre à grande échelle, voire nucléaire, entre les principales puissances reste faible, mais que celui de leur implication dans les conflits régionaux et d'une escalade des crises augmente. La Russie multiplie par plus de trois son budget militaire entre 2000 et 2017, pour le porter à un niveau supérieur à celui de la France ou du Royaume-Uni[58]. L'effort porte en particulier sur la modernisation des équipements dont beaucoup sont maintenant au niveau de ceux des pays de l'OTAN[59]. En complément de la puissance militaire, l'usage des instruments de la « puissance douce » (soft power) pour atteindre ses objectifs de politique étrangère devient partie intégrante de la politique internationale du Kremlin[note 11],[60].

Concernant la « région euro-atlantique », le point de vue de Moscou est que l'expansion géopolitique de l'OTAN et de l'UE ainsi que l'absence de volonté de mettre en pratique les déclarations politiques de leurs dirigeants sur la formation d'un système européen commun de sécurité et de coopération, ont suscité une crise sérieuse dans les relations entre la Russie et les États occidentaux[61]. La Russie critique régulièrement le rôle de l'UE qu'elle voit trop inféodée à Washington. À la recherche d'une alternative, elle met en avant l'OSCE en tant que forum privilégié d'une véritable multipolarité en Europe[55].

Relations entre la Russie et l'UEModifier

Importations d'énergie par l'UE
en % du total par nature - données 2016[62],[63]
Principaux pays
d'origine
Nature d'énergie
Pétrole Gaz Charbon
  Algérie 12,1 %
  Arabie saoudite 7,5 %
  Australie 14,6 %
  Norvège 10,8 % 24,9 %
  Colombie 23,4 %
  États-Unis 14,1 %
  Irak 6,2 %
  Qatar 5,5 %
  Russie 34,6 % 40,2 % 30,2 %

Les relations entre la Russie et les États membres de l'UE sont à deux niveaux, globales avec les instances européennes et bilatérales avec les diverses capitales européennes. Les relations institutionnelles entre la Russie et l'UE sont fondées sur l'Accord de partenariat et de coopération (APC) de 1997. Ces relations sont complexes car elles combinent des facteurs positifs, comme l'interdépendance économique et l'absence de rivalité stratégique, et négatifs, comme la bienveillance de l'UE à l'égard des États-Unis et la compétition pour les quelques pays européens qui ne sont à ce jour ni dans l'UE ni sous la domination russe dont l'Ukraine est l'exemple le plus marquant[64],[65],[66].

L’UE adopte en juin 1999 une stratégie commune à l'égard de la Russie dont les objectifs principaux sont la « consolidation de la démocratie, de l'État de droit et des institutions publiques en Russie [et] l'intégration de la Russie dans un espace économique et social européen commun »[67]. Lors du sommet UE - Russie d'octobre 1999 à Helsinki, Vladimir Poutine[note 12] présente la stratégie de la Russie sur le développement de ses relations avec l’UE au cours de la période 2000-2010[68]. Le point de départ en est une vision de la place de la Russie en Europe, « puissance mondiale s'étendant sur deux continents, [qui veut] garder sa liberté afin de définir et de mener sa propre politique intérieure et extérieure [et préserver] les avantages que lui confère le fait d'être un État eurasiatique et le pays le plus important de la CEI »[69],[18]. Cette vision d'une Russie totalement maîtresse de son destin et centrale en Eurasie est peu compatible avec l'approche de l'UE. Il en découle logiquement que la Russie ne se fixe pas pour objectif d'adhérer à l'Union européenne mais souhaite développer toutes les coopérations possibles[69].

En mai 2003, l’Union européenne et la Russie se sont fixé pour objectif de réaliser à terme quatre « espaces communs », respectivement en matière économique, de sécurité et de justice, de coopération dans le domaine de la sécurité extérieure et enfin de recherche, d’éducation et de culture. Les progrès concrets sont restés limités. Les négociations lancées en 2008 sur un nouvel accord de partenariat stratégique n'ont pas abouti[70]. Quoiqu'obsolète, l'APC de 1997 reste en vigueur faute de pouvoir converger sur une vision stratégique partagée de l'avenir de l'Europe. La politique russe vis-à-vis de l'UE est marquée par le refus de laisser l'UE influencer les affaires politiques et économiques internes de la Russie. Les deux axes majeurs de la politique russe - forger des liens plus profonds avec ses voisins pour éviter l'isolement tout en conservant une souveraineté totale - ont compliqué l'interaction de la Russie avec l'UE[71].

Les échanges commerciaux entre l'UE et la Russie représentent 6,2 % du total des échanges de biens extra-UE en 2017, part en diminution depuis le début de la décennie[72]. La Russie est le quatrième partenaire commercial de l'UE. Mais l'UE est le premier partenaire commercial de la Russie avec plus de 40 % de son commerce extérieur[73]. La Russie est le principal fournisseur en pétrole brut, gaz et combustibles solides de l'UE[62]. Cette situation d'interdépendance a conduit les deux parties à utiliser l'arme commerciale avec retenue. Les sanctions prises en 2014 par l'UE à l'encontre de la Russie ne portent pas de conséquence catastrophique sur l'économie soviétique qui dépend avant tout de l'évolution des cours du pétrole et du gaz.

Les relations bilatérales entre la Russie et l'Allemagne, la France et d'autres États de l'UE revêtent une grande importance en raison des difficultés de l'UE de mettre en œuvre une politique extérieure unifiée.

TurquieModifier

Troisième pôle de puissance, la Turquie se situe aux portes de l'Europe[note 13]. Grand pays de presque 800 000 km2 et 80 millions d'habitants, elle est l'héritière de l'Empire ottoman. Elle est le pivot entre l'Occident et le Moyen-Orient. Elle est une des puissances régionales qui comptent dans la géopolitique du Moyen-orient et du Caucase, mais elle entretient aussi avec l'Europe des relations anciennes et vitales pour son développement[74].

Comparaison multi-critères entre la Turquie, la Russie et trois grands pays de l'UE
Pays PIB/hab.
($ PPA)
(2017)
[75]
CPI
(2018)
[76],[77]
IDH
(2017)
[78]
IND
(2018)
[79],[80]
  Allemagne 50 639 80 0,936 8,68
  France 42 850 72 0,901 7,80
  Italie 39 427 52 0,880 7,71
  Russie 25 533 28 0,816 2,94
  Turquie 26 504 41 0,791 4,37

La relation entre la Turquie et les États européens ne se résume pas à la question de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. La Turquie est aussi l'acteur d'une relation triangulaire avec la Russie et l'UE. En outre, les questions de sécurité sont une dimension dans laquelle les États-Unis sont aussi présents puisque la Turquie est membre de l'OTAN depuis 1952 et joue un rôle clef qui ne s'est pas éteint avec la fin de la guerre froide dans la stratégie de défense des Occidentaux[81]. Cet entrelacs de relations historiques et géopolitiques modernes fait de la Turquie une puissance régionale tant en Europe qu'au Moyen-Orient, d'autant plus que dans les années 2010 elle adopte une politique étrangère plus nationaliste et de moins en moins alignée sur la diplomatie des États-Unis, de l'Allemagne ou de la France[74]. La question de savoir si la Turquie est ou non dans l'Europe est de facto sans objet d'un point de vue historique et encore davantage au XXIe siècle depuis que l'UE et la Turquie ont entamé le processus officiel d'adhésion en 2005, sans toutefois que les craintes et arrière-pensées soient absentes de nombreux dirigeants européens. Les raisons en sont que la taille de la Turquie, son niveau de vie encore faible par rapport à celui des grands pays riches qui supportent l'essentiel du financement de l'Union, et des spécificités politiques, culturelles ou religieuses constituent des obstacles à franchir[82],[83].

Un partenaire ancien mais difficile des OccidentauxModifier

Les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne commencent officiellement en 2005. Elles sont rendues difficiles par de nombreux obstacles dont la situation préoccupante de l'État de droit et des droits de l'homme qui s'est aggravée depuis le coup d'État manqué de juillet 2016 contre le président Erdoğan[84],[85]. Celui-ci apprécie peu le soutien tardif qu'il reçoit des Américains et des Européens, qui sont en revanche prompts à le mettre en garde sur les atteintes aux libertés résultant de la vague de répressions qui suit le coup d'État ; les tensions sont aussi exacerbées par la traque d'opposants connus ou soupçonnés à l'étranger[86],[87],[88],[89],[90].

La priorité de l'UE est cependant de faire face à la crise migratoire devenue critique depuis 2015 ; l'UE signe un plan d'action commun avec la Turquie en novembre 2015 pour limiter les flux migratoires vers l'Europe qui transitent par son territoire en provenance notamment de Syrie. Un accord complémentaire sur l'immigration est signé en mars 2016[91],[92].

La Turquie est aussi membre de l'OTAN comme la Grèce depuis 1952[81] avec laquelle elle est en conflit au sujet de Chypre, État membre de l'UE, dont elle occupe la partie Nord depuis 1974. En 2017 et 2018, les relations de la Turquie avec l'OTAN sont devenues difficiles en raison du rapprochement opéré par Ankara avec Moscou et de son offensive militaire à Afrine contre les Kurdes, alliés des États-Unis et de la coalition occidentale dans la lutte contre l'État islamique[86]. Selon les propos de la ministre allemande de la Défense, « la Turquie ne nous facilite pas la tâche au sein de l’Otan »[93],[94].

Rapprochement entre la Turquie et la RussieModifier

Les relations entre les deux États sont au plus bas fin 2015 après la destruction d'un avion russe par la Turquie dans le ciel syrien[95]. Pourtant quelques mois plus tard, et par contrecoup des tensions entre la Turquie et les Occidentaux, un rapprochement spectaculaire s'opère entre Ankara et Moscou à la faveur d'un échange entre Poutine et Erdoğan[96], qui sera rapidement suivi de plusieurs rencontres entre mi-2016 et mi-2018. Ce rapprochement trouve son application dans la guerre civile syrienne avec l'initiative diplomatique dite du processus d'Astana prise par la Russie, la Turquie et l'Iran, mais aussi sur le terrain de la coopération militaire avec l'acquisition de missiles antimissiles russes S-400 non compatibles avec les systèmes de l'OTAN et la relance de projets comme le gazoduc Turkish Stream[97]. Mi-2018, il est encore trop tôt pour savoir si ce rapprochement, mis en scène de façon spectaculaire par les deux dirigeants, débouchera sur des résultats concrets dans la crise syrienne et sur des accords politiques et économiques de long terme ou s'il est dicté essentiellement par des considérations de court terme et la volonté de faire pression sur les États-Unis et l'UE[98].

Influence des États-Unis sur la géopolitique européenneModifier

La géopolitique de l'Europe ne peut se comprendre sans prendre en compte le rôle premier que les États-Unis ont joué en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et continuent d'y jouer depuis la fin de la guerre froide.

Le monde unipolaire post-guerre froideModifier

Le monde bipolaire des années de guerre froide fait place durant la dernière décennie du XXe siècle et la première du XXIe siècle sur le plan de la géopolitique mondiale à un monde unipolaire dans lequel les États-Unis et leurs alliés européens propagent l'ordre politique et économique occidental, fondé sur la démocratie et le libéralisme économique. Dans les années 1990, face à une Russie très affaiblie, les États-Unis forts de leur puissance incontestée exploitent à leur avantage le besoin de sécurité des pays qui ont connu quarante ans de domination soviétique contre leur gré. Les Américains, soutenus finalement par leurs alliés européens, impulsent un vaste élargissement par étape de l'OTAN, malgré les protestations de Moscou qui nourrissent la controverse relative à l'engagement qu'auraient pris, ou non, les dirigeants occidentaux de ne pas étendre l'OTAN vers l'Est[note 14],[51],[99],[100].

Durant cette période, les États-Unis pratiquent aussi une politique extérieure interventionniste, le plus souvent avec le soutien des Européens : durant les années de guerres civiles dans l'ex-Yougoslavie, les États-Unis et l'OTAN interviennent militairement en Bosnie-Herzégovine (1993-2004) puis au Kosovo et en Serbie (1999), avec l'appui des Russes dans le premier cas mais contre leur avis dans le second cas. Cependant, l'atlantisme des Européens n'est pas toujours unanime : si les États-Unis obtiennent facilement l'appui de leurs alliés pour mener la guerre du Golfe (1990-1991)[101],[102], et la guerre en Afghanistan (2001-2014), ce n'est pas le cas de la guerre d'Irak (2003-2011) à laquelle la France et l'Allemagne s'opposent, empêchant ainsi avec le concours de la Russie le vote d'une résolution par le Conseil de sécurité qui aurait donné à l'intervention américaine, soutenue par le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie notamment, sa légalité juridique internationale[103].

Vers un monde multipolaire et l'affaiblissement du lien transatlantiqueModifier

Annoncée par les attentats du 11 septembre 2001, confirmée par l'incapacité des États-Unis à obtenir des victoires nettes dans les conflits où ils sont engagés au Moyen-Orient et en Asie centrale, et définitivement actée par la montée en puissance de la Chine, d'autres puissances régionales dont la Russie, et d'organisations non-étatiques, la fin de l'ère unipolaire post-guerre froide se traduit progressivement au cours des deux premières décennies du XXIe siècle par l'émergence d'un monde multipolaire complexe dans lequel l'ordre libéral occidental n'est plus l'unique référence et les pays européens se trouvent confrontés à des risques plus nombreux et plus directement menaçant que ceux du contexte géopolitique des années 1990[104].

Le lien transatlantique est demeuré solide depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en dépit des crises qui le secouent comme celle résultant de la décision des États-unis de mener une guerre en Irak en 2003 à laquelle plusieurs des puissances européennes, dont l'Allemagne et la France, se sont fortement opposées. Pour autant, tandis que les Américains s'enlisent en Irak dans une longue guerre, ces deux États et la plupart des autres pays européens participent avec les États-Unis à la force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan et de façon générale coopèrent étroitement à la lutte contre le djihadisme international, notamment au cours des années 2010 dans le cadre de la coalition internationale en Irak et en Syrie ou des opérations françaises au Mali. Sur le plan diplomatique, Américains et Européens adoptent des positions proches concernant les relations avec la Russie concernant la crise ukrainienne[105] ou avec l'Iran, dont ils sont par exemple co-signataires de l'accord de Vienne sur le nucléaire iranien de 2015[106].

La politique menée par Donald Trump depuis son arrivée à la Maison-Blanche début 2017 au nom de son slogan « America First » inquiète profondément les Européens, attachés au multilatéralisme[107]. Les décisions prises à Washington contre l'avis de ses principaux partenaires européens, comme le retrait de l'accord de Paris sur le climat, le retrait de l'accord sur le nucléaire iranien ou encore les tensions commerciales avec la Chine font craindre en Europe la fin de la relation privilégiée avec les États-Unis, basées sur un large socle commun de valeurs fondant l'ordre libéral occidental et sur la prééminence donnée aux négociations multilatérales dans la résolution des conflits de toutes natures. La fêlure du lien transatlantique est mise en évidence par exemple en février 2019 lors de la Conférence de Munich sur la sécurité où les discours du vice-président américain M. Pence et de la chancelière allemande A. Merkel ne font apparaître aucun point de convergence[108],[109].

La lutte contre le terrorisme et la montée des tensions avec la Russie incitent les Européens à continuer de s'appuyer sur les États-Unis pour leur sécurité collective. L'OTAN demeure la pierre angulaire de la défense européenne. Son élargissement vers l'Est engagé dans les années 1990 et poursuivi avec l'adhésion de dix nouveaux pays entre 2004 et 2017, ainsi que le retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN le démontrent. Toutefois, la distance que Donald Trump semble prendre vis-à-vis de l'OTAN et ses virulentes critiques à l'égard du niveau des dépenses de défense des États européens conduisent ces derniers à approfondir leur coopération en matière de défense dans le cadre de la PSDC[104].

L'Europe, puissance maritime à l'échelle du mondeModifier

La géographie et l'histoire ont fait de la plupart des pays de la façade occidentale de l'Europe de grandes puissances maritimes. Leur prépondérance et leur richesse jusqu'à la Première Guerre mondiale, de par la constitution de vastes espaces coloniaux et le développement de leur commerce, sont largement associées à cette domination sur les mers et les océans[110]. A contrario, la Russie est avant tout une puissance terrestre, qui n'a cependant jamais cessé de chercher de nouveaux accès maritimes et à devenir elle aussi une grande puissance maritime.

Importance du commerce maritime pour l'EuropeModifier

Commerce de marchandises en 2016
(Import + Export)
Pays Rang
Mondial
Valeur
Milliards $
%
  Union européenne
(extra-UE)
(1) 3 821 15,1 %
  Allemagne 3 2 395 7,4 %
  France 5 1 074 3,3 %
  Pays-Bas 6 1 073 3,3 %
  Royaume-Uni 8 1 045 3,2 %
  Italie 10 866 2,7 %
  Russie 14 473 1,9 %
  Turquie 20 342 1,4 %

L'Union européenne, considérée comme une entité commerciale unique, représente en 2016 un peu plus de 15 % du commerce mondial de marchandises en valeur, ce qui la positionne au premier rang dans le monde de peu devant les États-Unis et la Chine. Pris séparément, cinq des États membres de l'UE font partie des 10 premiers pays au monde en matière de commerce[111],[112],[113].

Concentration des points de passage critiques du commerce maritime au Moyen-OrientModifier

La moitié des marchandises achetées ou vendues par l'Union est acheminée par mer, ce qui rend vital le maintien de routes maritimes ouvertes et sûres[114]. La route principale entre la mer de Chine méridionale et les côtes européennes passe par le canal de Suez – fermé entre 1967 et 1975 –, Bab el-Mandeb – infesté par la piraterie jusqu’à l’opération Atalante –, l'océan Indien et le détroit de Malacca.

Concernant spécifiquement le transport de pétrole et de gaz du golfe Persique, le détroit d'Ormuz qui débouche sur l'océan Indien constitue également un point de passage très étroit donc exposé à un blocage potentiel.

Développement de la puissance maritime de la ChineModifier

Article détaillé : Marine chinoise.

La Chine revendique des îlots et une ZEE qui couvrent la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, en conflit avec les autres pays riverains. Après avoir militarisé plusieurs îlots des archipels Spratleys et Paracels, et développé très vite ses forces navales, la Chine a de facto le contrôle de cette région stratégique pour le commerce maritime mondial. Les risques qui pèsent sur cette route vitale pour les Européens conduisent l'UE à définir une « Stratégie de sureté maritime » en 2014[115].

La Chine et l'Inde sont en compétition en Asie et investissent toutes deux massivement dans le développement de leurs marines. Devenue la deuxième puissance navale militaire, la Chine déploie désormais sa marine dans le monde entier, de l’ensemble du Pacifique à l’Atlantique, en passant par l’océan Indien, la Méditerranée et jusqu’en Baltique[116]. La Chine commence à disposer de bases navales dans l'océan Indien. L'Inde suit la même stratégie de renforcement de ses capacités dans ce vaste océan de 70 millions km2. Elle signe un accord en mars 2018 lui donnant accès aux bases navales françaises dans l'océan Indien[117]. L'importance croissante de cette zone se traduit par l'utilisation de plus en plus fréquente du terme « région indo-pacifique », et simultanément par un moindre intérêt pour la notion de « région asie-pacifique »[118].

Présence outre-mer des puissances européennes occidentalesModifier

ZEE et flottes de guerre
Pays ZEE[119]
Millions km2
Flotte de guerre[120]
Rg. Déplacement
Milliers t.
  France 10,1 6 280
  Royaume-Uni 6,6 4 408
  Russie 7,7 2 1 031
  Turquie 11 103
  États-Unis 12,1 1 2 586
  République populaire de Chine 3 627
  Inde 2,3 7 229
  Italie 9 125

Si les puissances européennes ne dominent plus le monde au XXIe siècle, la France et le Royaume-Uni possèdent toujours des territoires notamment dans les océans Indien et Pacifique qui leur permettent de projeter leur puissance bien au-delà de leurs territoires métropolitains. La création des Zones économiques exclusives (ZEE) par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer a renforcé l'intérêt économique de ces territoires. Grâce à ses départements d’outre-mer et à ses collectivités territoriales éparpillés dans les océans, la France possède la deuxième ZEE, derrière les Etats-Unis[121].

La France et le Royaume-Uni possèdent des bases militaires dans l'océan Indien, qui est le pivot des routes maritimes avec l'Asie et le Moyen-orient. Ces bases se situent soit sur des territoires ultra-marins soit sur le sol de pays tiers avec lesquels des accords ont été passés. La France maintient des « forces de souveraineté » dans tous ses territoires ultra-marins et des « forces de présence » stationnées à Djibouti, au Gabon, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et aux Emirats-Arabes Unis en vertu d'accords de défense passés avec ces États[122]. La marine française effectue des missions ponctuelles jusqu'en mer de Chine pour affirmer le caractère international de ses eaux et montrer ainsi symboliquement que la France désapprouve la politique que la Chine y mène[123],[124].

Le Royaume-Uni dispose également de points d'appui militaires dans l'océan Indien et en mer de Chine (Singapour, Brunei). Les Britanniques possèdent aussi Gibraltar qui verrouille l'accès à la Méditerranée.

L'US Navy américaine demeure de loin la plus puissante flotte de guerre au monde[120]. Elle est présente en permanence en Méditerranée (6e flotte), dans les océans Indien (5e flotte), Pacifique (7e flotte) et Atlantique (2e flotte).

Ambitions maritimes de la Russie et de la TurquieModifier

La Russie possède quatre façades maritimes, la Baltique, la mer Noire, l'océan glacial Arctique et l'océan Pacifique. Les détroits danois et le détroit du Bosphore, portes d'accès des deux premières, sont aussi des points de passage exposés et qui limitent les possibilités stratégiques de la Russie vers l'Ouest. Le réchauffement climatique bouleverse le régime glaciaire de l'Arctique qui devient un enjeu géostratégique premier et donne à la Russie un accès par le passage du Nord-Est bien davantage libre que par le passé aux océans Atlantique et Pacifique[125]. La Russie modernise rapidement sa marine militaire qui est la deuxième au monde par le tonnage de ses navires[126].

Les détroits du Bosphore et des Dardanelles donnent à la Turquie un atout géostratégique majeur vis-à-vis de la Russie qu'elle exploite activement sur le plan politique et renforce en modernisant et accroissant ses forces navales[120]. Cet avantage stratégique est en partie contourné par la Russie grâce à la construction de nouveaux oléoducs et gazoducs qui diminuent le trafic maritime de produits pétroliers, et sur le plan militaire, grâce à la mise à disposition de bases navale et aérienne en Syrie qui lui permettent de mener ses opérations militaires dans ce pays depuis 2015. La Turquie accroît les capacités de sa flotte de guerre[120] et conclut avec le Qatar en 2014 un accord stratégique qui lui donne pour la première fois un accès permanent au golfe Persique[127].

La Méditerranée, souvent qualifiée dans le passé de lac de l'OTAN, est devenue un lieu de face à face des marines russes et occidentales. À la faveur du conflit syrien, la Russie consolide en 2015 sa base navale de Tartous en Syrie et déploie en 2018 de façon permanente une dizaine de bâtiments. Symétriquement les États-Unis renforcent la présence de leur Sixième flotte. La Chine commence aussi à déployer périodiquement des bâtiments de guerre en Méditerranée[128].

Nouvelle guerre froide entre l'Occident et la Russie ?Modifier

Considérations généralesModifier

À partir de 1947, et pour plus de quarante ans, l'Europe est coupée en deux par le « rideau de fer ». La fin de la guerre froide devait ouvrir une « nouvelle ère de démocratie, de paix et d'unité » selon les termes de la Charte pour une nouvelle Europe signée à Paris en 1990 par les États-Unis, l'Union soviétique et la plupart des pays européens, dans le cadre de la CSCE, devenue l'OSCE[129]. La Russie des années 1990 n'a pas les moyens de s'opposer aux initiatives des États-Unis, seule grande puissance dans un monde devenu unipolaire à leur profit, même lorsqu'elles concernent des pays de sa zone d'influence historique, dans l'ex-Yougoslavie en particulier[130].

Durant les années de la présidence de George W. Bush, les relations se tendent progressivement, après une courte période de soutien de la Russie à l'engagement militaire des États-Unis en Afghanistan faisant suite aux attentats du 11 septembre 2001. Les décisions prises l'année suivante par l'Administration américaine de se retirer du traité ABM de 1972 et d'ouvrir l'OTAN à sept nouveaux pays d'Europe de l'Est mécontente fortement V. Poutine. Le déclenchement en 2003 de la guerre d'Irak est également critiqué par Moscou. Les relations ne s'améliorent pas les années suivantes[131].

Le monde occidental a investi très largement l'Europe de l'Est et du Nord en intégrant au sein de l'Union européenne en plusieurs phases à partir de 2003 les six anciens États satellites de l'URSS[note 15], les trois anciennes républiques soviétiques baltes et deux pays issus de l'ex-Yougoslavie. Ces mêmes pays ont également rejoint l'OTAN, avec un temps d'avance sur leur adhésion à l'UE, afin de bénéficier de la promesse de sécurité fournie par son organisation militaire intégrée. Tous les pays européens membres de l'OTAN continuent de considérer que les États-Unis, via l'OTAN, doivent demeurer le garant principal de leur sécurité collective[51],[note 16].

La Russie n'a plus de « glacis » la séparant des puissances de l'Ouest, ce qui constitue pour elle une situation inédite connue ni des Tsars ni des dirigeants soviétiques. La Russie est dans une situation de « solitude géopolitique » en Europe qui la conduit à consolider ses positions en Asie centrale et au Moyen-Orient, et à se rapprocher de la Chine malgré l'inquiétude que son dynamisme économique et démographique provoque[130].

Le raidissement de la Russie se confirme en 2008, lorsque V. Poutine fait intervenir l'armée russe en Géorgie[130]. Le président russe Dmitri Medvedev affirme à cette occasion que « nous n’avons peur de rien, ni de la perspective d’une nouvelle guerre froide »[132]. Depuis lors, le monde est entré pour beaucoup d'analystes dans une nouvelle guerre froide, dont le principal terrain de jeu se situe en Europe dans les anciennes républiques d'Union soviétique devenues indépendantes, comme l'Ukraine ou les pays Baltes, mais aussi au Moyen-Orient, notamment en Syrie[133].

Depuis la crise d'Ukraine et de Crimée en 2014, les tensions entre les Occidentaux et les Russes sont devenues plus aiguës. Elles se traduisent notamment par des sanctions économiques prises à l'encontre de la Russie, le renforcement des présences et des exercices militaires de part et d'autre des frontières, des actions dans le domaine du soft power.

Remilitarisation en EuropeModifier

Les plus grandes puissances militaires en Europe
(Données en $ constants de 2016 - SIPRI 2016[59])
Dépenses 2000 Pays Dépenses 2016 Variation
2016/2000
Rang Mrds $
Rang Mrds $
5 42,3   Allemagne 9 41,6 -2 %
6 41,3   Chine 2 216,0 423 %
1 420,5   États-Unis 1 600,1 43 %
2 50,9   France 5 57,4 13 %
7 35,8   Italie 11 28,2 -21 %
4 43,5   Royaume-Uni 7 48,1 11 %
10 20,4   Russie 3 69,2 239 %
14 16,9   Turquie 15 17,9 6 %
12 17,3   Espagne 17 14,0 -19 %

En 2016, les budgets de défense des cinq États européens membres de l'OTAN qui consacrent le plus de moyens à leur défense, retrouvent un niveau globalement comparable à celui de l'année 2000, après avoir connu une baisse dans les années de la crise financière de 2008. La hausse constatée depuis 2015 doit se poursuivre afin de respecter l'engagement pris par les membres de l'OTAN de consacrer 2 % de leur PIB à la défense[59].

Dans le même temps, la Russie a multiplié par 3,4 le montant de son effort de défense, entreprenant un vaste effort de modernisation de ses forces armées. La Russie passe ainsi du dixième au troisième rang dans le monde en la matière. Cependant, ses dépenses de l'ordre de 69 milliards $ demeurent très inférieures aux 175 milliards $ que les cinq principales puissances militaires européennes de l'OTAN dépensent pour leur défense. Les États-Unis demeurent de très loin la première puissance militaire mondiale[59].

Sur le plan stratégique, la Russie dénonce le déploiement en Europe du bouclier antimissile de l'OTAN et modernise en retour ses forces stratégiques nucléaires. La France en 2017 et le Royaume-Uni en 2016 ont également décidé de renouveler leurs forces de dissuasion nucléaire[134],[135].

Sur le plan tactique, les activités militaires de l'OTAN et de la Russie se multiplient depuis 2014. Le plan d'action « réactivité » de l'OTAN adopté en 2014 et les mesures complémentaires de « présence avancée » adoptées en 2016 au sommet de Varsovie se traduisent par une présence militaire accrue des forces de l'OTAN en Pologne, en Roumanie et dans les pays baltes. Des manœuvres militaires, d'une ampleur inconnue depuis la guerre froide, sont menées par l'Otan (par exemple « Saber Strike » en juin 2018) et la Russie (par exemple « Zapad » en octobre 2017)[136],[137],[138].

Dans son rapport annuel 2018, la Conférence de Münich sur la Sécurité (MSC) souligne que « l'érosion rampante des traités de contrôle des armements (INF et CFE) et le déploiement de capacités militaires supplémentaires pourraient conduire à une nouvelle détérioration de la situation sécuritaire en Europe »[139].

Nouvelles formes de conflictualitéModifier

La puissance et l'influence d'un État sont devenus au XXIe siècle moins dépendants de sa puissance militaire et davantage liés à sa capacité à utiliser les capacités offertes par le soft power pour arriver à ses fins en influençant et en déstabilisant ses rivaux.

Zones de crise latente ou ouverteModifier

Les tensions géopolitiques en Europe se concentrent sur quatre zones : l'Ukraine, le Caucase, les Balkans occidentaux et les États baltes.

La crise ukrainienneModifier

Articles détaillés : Crise ukrainienne et Crise de Crimée.

L'Ukraine est avec 603 550 km2 le plus grand pays d'Europe continentale, si l'on excepte la partie européenne de la Russie, et compte en 2016 plus de 45 millions d'habitants. Sa situation géographique et son poids démographique et économique l'ont mise au centre d'un jeu d'influence très actif des Occidentaux et des Russes depuis son indépendance en 1991. L'Ukraine est membre du Conseil de l'Europe et de l'OSCE. Tout en étant partie prenante dans la Communauté des États indépendants (la CEI) qui rassemble sous le leadership russe plusieurs des anciennes républiques soviétiques, l'Ukraine se rapproche dès les années 1990 de l'Union européenne avec laquelle elle négocie des accords de coopération, puis dans les années 2010 un accord d'association. Fin 2013, le président ukrainien, V. Ianoukovytch, rompt les négociations, accédant ainsi à la demande pressante de Moscou qui voit en l'Ukraine une pièce maîtresse de son projet de constitution d'une nouvelle union douanière eurasienne, l'UEEA. Ce revirement provoque des manifestations pro-européennes dites « Euromaïdan » qui conduisent à l'élection d'un nouveau président, Petro Porochenko. Cet accord d'association est finalement signé en 2014 et entre pleinement en vigueur en septembre 2017. Il entraine la sortie de l'Ukraine de la CEI et la fin des espoirs de Moscou de l'inclure dans l'accord de libre échange UEEA qu'elle met sur pieds[140],[141],[142].

 
Les dirigeants de la Biélorussie, de la Russie, de l'Allemagne, de la France et de l'Ukraine les 11 et 12 février 2015 à Minsk.

La crise ne reste pas sur le terrain diplomatique et économique. L'Ukraine est un pays composite dont les frontières actuelles sont récentes. Avec le soutien actif de Moscou, la Crimée fait sécession en mars 2014, et des troupes russes y prennent position. À l'Est du pays, une guerre civile s'ouvre dans le Donbass avec des séparatistes russophones. Visant à instaurer un cessez-le-feu, le protocole de Minsk est signé en septembre 2014 par les représentants de l'Ukraine, de la Russie, de la République populaire de Donetsk (DNR) et de la République populaire de Lougansk (LNR), sous les auspices de l'OSCE[14],[143],[144],[note 17]. Les combats ne cessent pas pour autant. Une seconde conférence, dite Minsk II, est organisée le , cette fois avec la participation en sus de l'Allemagne et de la France. Un nouvel accord est conclu dont l'OSCE reste chargée d'en vérifier l'application sur le terrain[145],[146]. Sans que le cesse-le-feu soit complet, la situation se stabilise. Pour appuyer son application et en condamnation de l'annexion de la Crimée par la Russie, l'Union européenne prend des sanctions contre la Russie[147],[148],[149],[150].

En 2018, les tensions demeurent vives. Le HCDH enregistre sur l'année plus de 100 civils tués et le double de blessés dans des actions de guerre. Dans le Donbass, les deux Républiques autoproclamées (RPD et RPL) organisent des élections législatives en . Ces élections, jugées illégales par Kiev et les Occidentaux, confirment dans leurs fonctions les dirigeants séparatistes[151]. La Russie inaugure au printemps 2018 un pont à travers le détroit de Kertch et restreint la liberté de navigation dans la mer d'Azov[152], ce qui a pour conséquence de limiter l'accès aux ports ukrainiens de Marioupol et de Berdyansk. Fin novembre 2018 des incidents opposent les marines russe et ukrainienne[153],[154].

Entre 2014 et 2019, malgré les multiples cessez-le-feu décidés par le Groupe de contact trilatéral (Ukraine, Russie, OSCE), le conflit fait plus de 13 000 morts dont environ 3 000 victimes civiles selon le décompte effectué par le HCDH[155],[156],[157],[158]. En 2019 toutefois, des échanges de prisonniers et des retraits partiels des forces militaires en présence ont lieu. À Paris, le , un sommet en format « Normandie » — Russie, Ukraine, Allemagne et France — renoue le dialogue, trois ans après le précédent ; cette première rencontre entre Poutine et Volodymyr Zelensky, élu Président d'Ukraine en avril, sans permettre d’avancées politiques, aboutit à un accord sur un échange total de prisonniers et un désengagement militaire sur trois nouveaux points du front[159],[160],[161].

Le Caucase sous le coup de multiples influences et guerres ethniquesModifier

Les pays du Caucase
(Population en millions d'habitants en 2016[37])
Pays Pop. Statut au regard de
UEEA UE OTAN
  Arménie 2,9   Partenariat
oriental
Coopération
  Azerbaïdjan 9,8 Coopération
  Géorgie 3,7 Coopération
  Russie 144  

Composé d'une multitude de familles ethno-linguistiques, le Caucase est un carrefour entre l’Europe et l’Asie, la Chrétienté et l’Islam, et un enjeu pour les puissances régionales frontalières, l'Iran, la Turquie et la Russie. Il constitue une région pétrolière stratégique, traversée par les oléoducs reliant la Mer caspienne à la Mer Noire. Les États-Unis y développent aussi leur présence, notamment en matière économique [162],[163].

Morcellement politique et mouvements autonomistesModifier

La carte politique du Caucase au début du XXIe siècle est issue de la structure politique de l'Union soviétique et des conflits locaux nés de son effondrement. Dans le Caucase Sud, ou Transcaucasie, les trois anciennes Républiques socialistes soviétiques d'Arménie, d'Azerbaïdjan et de Géorgie sont devenues en 1991 trois États indépendants éponymes, membres de l'ONU depuis 1992 ; les trois régions qui bénéficiaient déjà d'un statut spécial d'autonomie au temps de l'URSS, l'Abkhasie et l'Adjarie en Géorgie, et le Nakhitchevan en Azerbaïdjan, ont conservé cette spécificité. Le Caucase Nord, ou Ciscaucasie, fait partie du territoire de la Fédération de Russie, administrée via sept républiques autonomes[note 18] selon un découpage également hérité de l'URSS[164].

La fin de l'Union soviétique en 1991 fait resurgir les revendications nationalistes internes ou inter-étatiques qui mènent à plusieurs conflits dont aucun n'est définitivement réglé. Le conflit en Tchétchénie résulte de la proclamation de son indépendance en 1991 et de son refus de signer, en 1992, le traité constitutif de la fédération de Russie. La Russie mène une première guerre de 1994 à 1996 puis une seconde en 1999 et 2000, qui se poursuit de manière sporadique jusqu'en 2009. L'indépendantisme tchétchène semble durablement brisé, mais des attentats attribués à des tchétchènes ou à des ressortissants d'autres régions du Caucase continuent de se produire en Russie dans les années 2010.

Le conflit relatif au Haut Karabakh, région de l’Azerbaïdjan, réclamée et occupée par l’Arménie, donne lieu à des affrontements armés de grande ampleur entre 1992 et 1994 et entraîne d'importants déplacements de populations. Depuis le cessez-le-feu de mai 1994, les négociations n'ont pas abouti. Ces deux pays ont chacun développé des actions de coopération avec l'OTAN[165],[166].

Géopolitique de la GéorgieModifier

Le conflit en Ossétie du Sud et en Abkhasie nait des volontés séparatistes de ces deux régions du nord de la Géorgie, frontalières de la Russie. Amorcé au début des années 1990, le conflit s'aggrave brutalement avec l'intervention des troupes russes en août 2008. Un cessez-le-feu intervient rapidement, qui laisse les deux parties face-à-face. Dix ans plus tard, aucun règlement diplomatique du conflit n'est en vue[167]. L'Union européenne déploie en Géorgie depuis 2008 une mission d'observation (EUMM Géorgie) dont le mandat court jusqu'à fin 2008. Elle compte environ 200 observateurs dont le rôle est de « contribuer à la stabilisation et à la normalisation de la situation et à l'instauration d'un climat de confiance entre les parties au conflit »[168].

Pour contrebalancer la présence militaire de la Russie, la Géorgie s'est rapprochée de l'OTAN qui réaffirme périodiquement son attachement à sa sécurité et à son intégrité territoriale, et appelle la Russie à revenir sur sa décision de reconnaître les régions géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud et à retirer ses forces du territoire géorgien[169]. Face à l'opposition de la Russie à l'adhésion de la Géorgie, l'OTAN, plutôt que d'engager un Plan d'action pour l'adhésion (MAP), met en place une solution de compromis autour d'un plan de « coopération renforcée »[170],[171].

Partenariat oriental de l'UEModifier

Les trois pays du Caucase Sud sont parties prenantes du « Partenariat oriental » initié en 2008-2009 par l'Union européenne et qui vise à développer la coopération multilatérale entre les partenaires et les relations bilatérales entre l'UE et chacun de ces pays avec lesquels l'UE conclut des accords spécifiques[47]. Un accord d'association avec la Géorgie, le premier du genre avec un pays du Caucase, est entré en vigueur en 2016[172]. Un temps suspendu à la suite de son adhésion à l'UEEA, un nouvel accord de partenariat est finalement signé en 2017 avec l'Arménie[30],[173]. Des négociations sont en cours avec l'Azerbaïdjan pour un nouvel accord[174].

Les Balkans occidentaux, toujours une source d'inquiétude pour l'Union européenneModifier

Les 7 pays issus de l'ex-Yougoslavie
(Population en millions d'habitants en 2016[37])
Pays Pop. Statut au regard de
UE OTAN
  Bosnie-Herzégovine 3,5 En cours En cours
  Croatie 4,2 2013 2009
  Kosovo 1,8 Potentiel
  Macédoine du Nord 2,1 En cours En cours
  Monténégro 0,6 En cours 2017
  Serbie 7,1 En cours
  Slovénie 2,1 2004 2004

De la Yougoslavie de l'ère Tito sont issus sept pays dont deux ne sont pas en 2018 reconnus universellement. Le Kosovo, qui déclare son indépendance en 2008 en se séparant de la Serbie, n'est dix ans plus tard pas reconnu par la Russie, la Chine et cinq des États membres de l'Union européenne, et n'est par conséquent pas membre de l'ONU[175]. La Macédoine qui bénéficie d'une très large reconnaissance, est devenue membre de l'ONU en 1993, mais sous le nom provisoire d'ARYM[note 19] en raison du différend qui l'oppose à la Grèce dont une des régions porte aussi le nom de Macédoine ; ce désaccord bloque l'adhésion de la Macédoine à l'UE et à l'OTAN. L'accord de Prespa intervenu en entre ces deux pays sur le nom de « République de Macédoine du Nord » et ratifié en par leur parlement débloque cette situation[176],[177].

La stabilisation de cette région est une priorité de l'Union européenne depuis le Conseil européen de Thessalonique en juin 2003 qui adopte « l'agenda pour les Balkans occidentaux ». Les risques de nouveaux conflits ne sont pas exclus tant sont grandes les tensions d'origines ethniques ou religieuses qui existent encore à la fin des années 2010 entre États, comme entre le Kosovo et la Serbie, ou au sein même d'un État comme en Bosnie-Herzégovine[178]. Plusieurs opérations de maintien de la paix ont été menées par l'ONU ou l'UE depuis le début des années 2000 dont trois sont en cours en 2018, EUFOR Althea en Bosnie-Herzégovine, EULEX Kosovo au Kosovo et la MINUK, mission d’administration intérimaire de l'ONU au Kosovo. L'UE a pris dans les années 2000 plusieurs initiatives à la fois pour solder le passé, en exigeant de ces États une pleine coopération avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), et pour organiser et soutenir les mutations que les États des Balkans occidentaux doivent accomplir pour remplir les critères de Copenhague qui sont un préalable nécessaire à l'aboutissement du processus de leur adhésion[178].

L'Union européenne vise l'adhésion à terme de tous les pays constitutifs des Balkans occidentaux, soit les cinq pays de l'ex-Yougoslavie qui ne sont pas déjà membres auxquels s'ajoute l'Albanie. Le document « Stratégie pour les Balkans occidentaux » publié par la Commission européenne début 2018, définit un nouveau plan d'actions relatif à ces six États et précise que l'adhésion des deux plus avancés dans le processus, le Monténégro et la Serbie, pourrait déboucher en 2025. Tous ces pays sont encore loin de satisfaire à tous les critères définis par l'UE pour que l'adhésion devienne possible, notamment au regard du respect de l’État de droit, de l'élimination de la corruption, de la sécurité et des migrations[179],[180].

La Russie est également présente dans les Balkans qui constituent après l'Ukraine et le Caucase une autre ligne de front avec l'Occident[181]. Moscou s'appuie notamment sur la Serbie, son allié traditionnel, qui en 2017 annonce qu'elle ne désire plus adhérer à l'OTAN[note 20], dont les bombardements sur le pays en 1999 continuent d'alimenter les griefs de la population[182],[183],[184]. La Russie et les Occidentaux sont en compétition pour la maîtrise des approvisionnements en gaz de l'Europe dont les Balkans constituent un des points de passage stratégique[185].

Les États baltes et leurs voisins sous haute tensionModifier

Les États baltes et leurs voisins
(Population 2016 en millions d'hab. [37])
Pays Pop. Admission % Pop.

russe

EU OTAN
  Estonie 1,3 2004 2004 24,8 %
  Lettonie 2,0 2004 2004 26,2 %
  Lituanie 2,9 2004 2004 5,8 %
  Biélorussie 9,5 8,3 %
  Pologne 38,0 2004 1999 ε
  Finlande 5,5 1995 0,5 %
  Suède 9,9 1995 ε

Les trois États baltes deviennent indépendants entre 1918 et 1920. La Russie[note 21] et chacun de ces États signent un traité de paix en 1920[186]. Leur admission à la Société des Nations en 1921 consacre leur reconnaissance par la communauté internationale. Les protocoles secrets du pacte germano-soviétique de 1939 attribuent ces États à l'Union soviétique qui les occupe en juin 1940. Les États baltes sont annexés à l'Union soviétique et deviennent en juillet 1940 des Républiques socialistes soviétiques. Les populations paient un lourd tribut durant la Seconde guerre mondiale et lors de la réoccupation soviétique en 1944 jusqu'à la mort de Staline en 1953. La période d’indépendance, entre 1918 et 1940, occupe toujours une importance considérable dans la conscience de nombreux Baltes. Bien qu'intégrés à l'Union soviétique, ces trois États ressemblent davantage à ceux d’Europe centrale où la soviétisation n'a jamais pris le pas sur l'identité nationale[187].

Profitant de l'implosion de l'Union soviétique, les États baltes proclament leur indépendance en 1990, qui est reconnue par l'Union soviétique en septembre 1991[188],[189], et ne rejoignent pas la CEI. Depuis le retour à l’indépendance, les politiques de ces trois États ont en commun une recherche fondamentale de sécurité et d’intégration à l’économie mondiale[187]. Ils deviennent membres de l'OTAN et de l'UE en 2004. La région n'est pour autant pas devenue un « lac otanien » puisque ni la Finlande ni la Suède n'en sont membres.

La Baltique est une des fenêtres sur la mer de la Russie à laquelle elle accède via Saint-Pétersbourg et l'exclave de Kaliningrad, isolée du reste de son territoire. L'alliance entre la Russie et la Biélorussie permet que les forces militaires russes soient présentes le long des frontières Est des États baltes et de la Pologne. Le réarmement russe depuis 2008 se traduit par un renforcement des capacités et des activités militaires aux portes des États baltes, devenu l'objet du côté occidental de craintes réelles ou supposées[190]. Kaliningrad est redevenue une véritable « forteresse militaire » et abrite des missiles capables d'emporter des têtes nucléaires[191].

Le regain de tensions entre les Occidentaux et les Russes conduit aussi la Finlande et la Suède à réexaminer la question de leur adhésion à l'OTAN depuis la crise ukrainienne[192].

Depuis leur intégration dans l'OTAN en 2004, les États baltes bénéficient du système de défense aérienne de l'OTAN qui inclut une mission de police du ciel assurée par rotation par d'autres États de l'OTAN avec des avions basés en Estonie, Lituanie et Pologne[193]. Faisant suite aux évènements en Ukraine, l'OTAN décide lors du sommet de Varsovie en 2016 de renforcer sa présence avancée de forces terrestres par rotation dans les États baltes et en Pologne[194].

Moscou utilise aussi les ressources du « soft power » pour faire pression sur les États baltes. En particulier, les actions de séduction des minorités russes, importantes en Estonie et en Lettonie, se sont multipliées ces dans les années 2010, faisant craindre leur utilisation comme cheval de Troie[195],[196].

Facteurs défavorables à la stabilité européenneModifier

Un contexte démographique source de tensions au sein de l'UE et entre l'UE et ses voisinsModifier

Population en baisse à l'EstModifier

Les plus fortes variations de population en Europe (1991-2016)[37]
Pays Var. 2016/1991
Millions %
  Ukraine -7,0 -13 %
  Russie -4,3 -3 %
  Roumanie -3,3 -14 %
  Bulgarie -1,5 -17 %
  Géorgie -1,1 -23 %
  Bosnie-Herzégovine -0,9 -20 %
Article détaillé : Démographie de l'Europe.

La disparition du rideau de fer et les bouleversements politiques, économiques et sociaux qui s'ensuivent ont des conséquences importantes sur la démographie : ainsi, les pays d'Europe connaissent depuis la fin de la guerre froide des évolutions démographiques très contrastées qui alimentent les tensions intra-européennes, à l'échelle de l'Europe entière ou de l'Union européenne.

Dans un premier groupe de pays au Nord-Ouest de l'Europe, parmi lesquels le Royaume-Uni et la France, la population a progressé d'au moins 10% sous le double effet d'un solde naturel et d'un solde migratoire positifs. Dans un deuxième groupe de pays comprenant principalement l'Allemagne, l'Italie et les pays du Sud, le solde naturel devenu négatif est compensé par un solde migratoire positif. Le troisième groupe comprend la plupart des pays d'Europe de l'Est qui voient leur population décroître sous le double effet négatif d'une natalité en berne et d'une forte émigration[197].

La Russie compte en 2016 plus de 144 millions d'habitants, en diminution de 4,3 millions depuis 1991. Les principaux facteurs en sont un indice de fécondité bas, une espérance de vie parmi les plus faibles en Europe et une faible attractivité migratoire. Toutefois, depuis 2011 la population avait recommencé à croître légèrement, mais cette tendance s'est de nouveau inversée en 2017 conduisant le gouvernement russe à prendre de nouvelles mesures[37],[198],[199],[200].

La Turquie constitue un cas à part : entre 1991 et 2016, sa population a crû de 45 % passant de 45 millions à 80 millions d'habitants, soit à un niveau très proche de l'Allemagne qui comptait déjà 80 millions d'habitants en 1991 et n'en compte que deux de plus en 2016[37].

Les conséquences géopolitiques de ces disparités sont importantes à court terme dans l'Union européenne où le mouvement migratoire de l'Est vers l'Ouest est source de divergences politiques profondes en favorisant les poussées nationalistes et populistes.

L'explosion démographique en Afrique et l'instabilité chronique du Proche-Orient génèrent dans les années 2010 une pression migratoire forte, facteur de désunion politique et de fragilisation de l'Union européenne. La persistance annoncée de ces facteurs devrait continuer de générer une pression migratoire très forte sur l'Union européenne et constituer ainsi un défi majeur à sa cohésion et à sa capacité d'en tirer un parti positif pour son économie et sa place dans le monde.

Progression de l'indice de développement humain partout en EuropeModifier

Évolution du niveau de l'IDH de 2000 à 2017[78]
Nombre de pays Année 2000 Année 2017
Niveau
IDH
Europe Monde Europe Monde
Très élevé (> 0,800) 19 30 36 59
Élevé (> 0,700) 16 35 7 53
Moyen (>0,550) 7 57 0 39
Bas 0 50 0 38
Nombre de pays 42 172 43 189

En revanche, l'indice de développement humain, indice composite publié par le PNUD qui prend en compte l'espérance de vie, le niveau d'éducation et le niveau de vie évolue favorablement depuis le début du XXIe siècle. En 2000, la plupart des pays Occidentaux ont un IDH très élevé (valeur > 0,800) ; sur les 30 pays dans le monde entrant dans cette catégorie, 19 sont européens. Mais les pays d'Europe de l'Est ayant appartenu au bloc soviétique durant la guerre froide ont un IDH élevé (valeur > 0,700) et même pour six d'entre eux seulement un IDH moyen (valeur > 0,550). En 2017, cette situation a sensiblement évolué. Plus aucun pays d'Europe n'a un IDH moyen et seuls l'Ukraine, l'Albanie, la Géorgie, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine et la Serbie ont un IDH élevé, tous les autres pays ayant un IDH très élevé. Entre Europe et Asie, la Turquie passe de la catégorie IDH moyen à celle d'IDH élevé. La Russie progresse et rejoint le groupe des pays européens à IDH très élevé. Cependant un écart subsiste entre les pays d'Europe de l'Ouest et du Nord qui occupent les premières places du classement européen et figurent en très bonne position dans le classement mondial, et les pays d'Europe du Sud et de l'Est[78].

Facteurs politiques pesant sur la cohésion de l'Europe et de l'UEModifier

Indice de démocratie (The Economist)
(2018)[201],[80]
Pays 2008 2018 Var.
  Union européenne 8,15 7,89 -3 %
  Allemagne 8,82 8,68 -2 %
  France 8,07 7,80 -3 %
  Hongrie 7,44 6,63 -11 %
  Pologne 7,30 6,67 -9 %
  Roumanie 7,06 6,38 -10 %
  Royaume-Uni 8,15 8,53 +5 %
  Russie 4,48 2,94 -34 %
  Turquie 5,69 4,37 -23 %

L'objectif d'une Europe unie autour de valeurs démocratiques et libérales communes est largement présent dans les discours des dirigeants européens au début du XXIe siècle. Cet objectif s'est éloigné au cours de la deuxième décennie de ce siècle en raison d'un recul de la démocratie en Russie et en Turquie, quantifié par l'indice de démocratie publié par The Economist[201]. Leurs dirigeants s'appuient sur le passé impérial de leur pays pour mobiliser les sentiments nationalistes de la population et asseoir leur pouvoir. En Russie, V. Poutine recueille un large soutien de son opinion publique en faisant vivre un sentiment d'encerclement et d'hostilité de ses voisins européens et des États-Unis hérité de la guerre froide et en prenant le contrôle de la Crimée au nom de la défense des populations russophones. La Turquie s'engage dans des opérations armées en Syrie contre les Kurdes qui pourtant coopèrent étroitement avec ses alliés de l'OTAN. Ces deux États adoptent par conséquent des postures géopolitiques défavorables à l'approfondissement des coopérations intra-européennes[202]. Dans la partie occidentale de l'Europe, la démocratie demeure solide et les pays de cette zone continuent d'occuper sept des dix premières places du classement mondial. Toutefois les scores touchant la culture politique, le fonctionnement des institutions, le processus et le pluralisme électoraux et et les libertés individuelles diminuent faiblement mais constamment entre 2015 et 2018. Ce déclin persistant de la qualité de la démocratie accroit le soutien populaire à la lutte contre le « système ». Entre décembre 2017 et novembre 2018, des partis anti-système sont entrés au gouvernement en Italie et en Autriche, en raison de la persistance de l’incapacité des partis traditionnels à répondre aux préoccupations et à l’insécurité de larges pans de la population[80].

L'Union européenne fait face à d'importantes difficultés résultant d'une part du vote des Britanniques en juin 2016 en faveur du Brexit et d'autre part des divergences politiques fortes entre ceux de ses États membres qui prônent la poursuite de l'intégration et une économie ouverte et ceux où les élections ont porté au pouvoir en Hongrie, Pologne ou Roumanie particulièrement des gouvernements d'inspiration plus nationaliste et moins démocratique. L'indice de démocratie recule de façon significative depuis 2008 en Hongrie, Pologne, Roumanie et Ukraine[80]. En Hongrie, Viktor Orbán soutient en mai 2018 à l'occasion de sa quatrième investiture en tant que Premier ministre « qu’à la place de la démocratie libérale naufragée nous avons l’intention de bâtir la démocratie chrétienne du XXI° siècle, qui garantit la dignité, la liberté et la sécurité de l’individu, protège l’égalité entre les hommes et les femmes, respecte le modèle familial traditionnel, met un frein à l’antisémitisme, protège notre culture chrétienne et donne sa chance à la pérennité et au développement de notre nation » et « que la migration conduit en fin de compte à la désagrégation des nations et des États »[203]. Ce point de vue est partagé par les trois autres États du Groupe de Visegrád qui s'opposent aux accords européens de délocalisation des migrants.

Les divergences entre une grande majorité des États membres de l'UE et ceux d'Europe de l'Est, rejoints par l'Italie en juin 2018, qui sont en rupture avec les lignes directrices suivies par l'UE depuis sa création, se traduisent de manière aigüe non seulement sur la politique d'immigration mais aussi sur l'avenir même de l'union économique et monétaire, de la libre circulation au sein de l'UE et in fine sur la capacité de l'UE à rester un acteur de la géopolitique européenne. Le Livre blanc sur l'avenir de l'Europe publié par la Commission européenne en 2017 témoigne de ces incertitudes en présentant cinq scénarios[204].

Affaiblissement prévisible du poids de l'Europe dans le mondeModifier

Souvent annoncé, le déclin américain au profit de l'Asie ne résultera que d'une évolution lente : dans les années 2020, les États-Unis resteront la première puissance mondiale en termes politiques, économiques et militaires. En revanche le déclin relatif de l'Europe est une réalité depuis la fin du XXe siècle et les projections réalisées par l'ONU, l'OCDE, l'UE[205] et Pwc[206] prévoient toutes qu'il se poursuivra.

Projections démographiques pessimistesModifier

Projection des populations à l'horizon 2050 (en millions d'habitants)[207],[208]
Région 2015 2050 Variation
  Union européenne 505 500 -5
  Russie 144 129 -15
  Turquie 78 96 +18
  États-Unis 321 390 +69
  Chine 1376 1348 -28
  Inde 1371 1705 +334
  Japon 127 107 -20

La démographie est l'un des principaux moteurs de la croissance économique à long terme. En pourcentage de la population mondiale, l'UE a atteint son apogée après l'élargissement de 2007 à la Bulgarie et à la Roumanie, mais sa part diminuera progressivement à environ 6% de la population mondiale en 2030, soit exactement le même pourcentage qu'avant l'élargissement de 2004[209]. À plus long terme, selon les projections démographiques de l'ONU, la population de l'UE stagnerait autour de 500 millions d'habitants à l'horizon 2050 et diminuerait de 49 millions de personnes en âge de travailler dans la tranche des 20-64 ans, dont 11 millions pour la seule Allemagne. Les populations actives française et britannique continueraient de croître, mais baisseraient aussi en Espagne et en Italie.

La Russie perdrait une quinzaine de millions d'habitants et plus de vingt millions dans la tranche des 20-64 ans. Dans le même temps, la population des États-Unis s'accroîtrait de près de 70 millions d'habitants, celle de la Chine reculerait en conséquence de la politique de natalité de l'enfant unique poursuivie pendant des décennies, et la population indienne continuerait de croître à un rythme rapide ainsi que celle de l'Afrique et de l'Amérique latine[208],[207],[210],[197].

L'analyse statistique des données relatives aux pays occidentaux montre une forte corrélation entre le dynamisme démographique et l'accroissement de la productivité, indicateur clef de performance économique[note 22]. La diminution de la population active et l'accroissement des populations âgées inactives sont des facteurs d'affaiblissement économique de l'Europe dans le monde par érosion de son propre marché intérieur et par manque de main d'œuvre pour relever les défis technologiques d'avenir. La plus touchée serait la Russie dont les ambitions géopolitiques à l'échelle de son immense territoire et de l'Eurasie dans son ensemble seraient entravées par sa chute démographique.

Croissance faibleModifier

Article détaillé : Liste des pays par PIB (PPA).
Projections du PIB 2016-2030
Pays PIB 2016[38] PIB 2030[206] PIB en PPP 2016[note 23] PIB en PPP 2030
Rg. Milliards $ Rg. Milliards $ Rg. Milliards $ Rg. Milliards $
  États-Unis 1 18 624 2 23 475 2 18 624 2 23 475
  Chine 2 11 199 1 26 499 1 21 269 1 38 008
  Japon 3 4 940 4 5 468 4 4 932 4 5 606
  Allemagne 4 3 477 5 4 347 5 3 979 7 4 707
  Royaume-Uni 5 2 647 6 3 530 9 2 788 10 3 638
  France 6 2 465 7 3 186 10 2 737 11 3 377
  Inde 7 2 263 3 7 841 3 8 721 3 19 511
  Italie 8 1 858 10 2 278 12 2 221 15 2 541
  Russie 12 1 283 13 2 111 6 3 745 6 4 736
  Turquie 17 863 17 1 705 14 1 906 12 2 996

Données géopolitiques et économiques par paysModifier

Délimitation géopolitique de l'EuropeModifier

La délimitation de l'Europe ne repose pas sur des critères exclusivement géographiques puisque rien ne la sépare nettement de l'Asie sur ses marges orientales. Des critères de nature politique ou économique sont donc employés pour définir un périmètre européen. Les différentes organisations internationales adoptent chacune des définitions un peu différentes en fonction de leurs membres et de leur périmètre d'activité.

L'ONU situe en Europe 43 de ses États membres. Les pays du Caucase y compris la Turquie sont classés en Asie occidentale ainsi que Chypre, que l'UNCTAD classe toutefois en Europe[211]. Le Saint-Siège est un État non-membre qui dispose d'une mission permanente d'observation à l'ONU. Le Kosovo n'est pas un État membre et ne figure pas dans les listes publiées par l'ONU[212].

L'agrégat Europe du FMI comprend 41 pays. Par rapport au classement de l'ONU, le FMI n'inclut pas les principautés d'Andorre, du Liechtenstein et de Monaco. En revanche, il inclut Chypre. Comme l'ONU, il n'inclut pas non plus les pays du Caucase et la Turquie dans sa liste des pays d'Europe.

Fondé en 1949 par 10 pays, le Conseil de l’Europe est la plus ancienne des organisations européennes à but politique. Avec 47 membres depuis 2007, elle est aussi celle qui s'élargit le plus à l'Est aux marges de l'Europe, puisqu'elle accueille entre 1999 et 2001 les trois pays du Caucase, l'Azerbaïdjan, l'Arménie et la Géorgie. La Turquie en est membre depuis 1950 ; cette adhésion précoce vise alors comme celle à l'OTAN en 1952 vise à ancrer la Turquie dans le camp occidental. La Biélorussie n'est pas membre du Conseil de l'Europe.

Agrégats et comparaisonsModifier

En 2016, la population de l'Europe représente 10,0 % de la population mondiale. Elle en représentait 19,7 % en 1960.

Données agrégées et comparaisons
Agrégats
[note 7]
IND
(2018)
[79],[80]
Population[37] PIB[38] PIB/hab.
($ PPA)
(2017)
[75]
IDH
(2017)
[78]
Millions
(2016)
% (109 $)
(2017)
%
Total Europe[note 7] 7,22 744 10,0 % 20 226 25,1 % 35 547 0,870
Union européenne 7,89 511 6,9 % 17 282 21,4 % 41 126 0,897
États-Unis 7,96 323 4,3 % 19 391 24,0 % 59 532 0,924
Chine 3,32 1 379 18,5 % 12 238 15,2 % 16 807 0,752
Total monde 5,48 7 444 100,0 % 80 738 100,0 % 16 941 0,728

Données politiques et économiques par paysModifier

Dans le tableau ci-dessous, figurent tous les pays qui soit sont membres du Conseil de l'Europe, soit figurent dans les statistiques démographiques ou économiques du FMI en tant que pays d'Europe. La région d'appartenance de chacun de ces pays dans la nomenclature de l'ONU figure également. Les États membres de l'Union européenne et de la zone euro sont aussi identifiés. Les données démographiques et économiques sont renseignées pour les pays européens de la liste du FMI, seuls ces pays sont inclus dans les données « Total Europe » qui figurent dans le présent article.

Données politiques, démographiques et économiques des pays d'Europe
Pays Année
ONU
[213]
Région
ONU[3]
UE Liste
FMI
[214]
Conseil
Europe

[215]
IND
(2018)
[79],[80]
Hab.
(103)
(2016)
[37]
PIB
(109 $)
(2017)
[38]
PIB/hab.
($ PPA)

(2017)
[75]
IDH
(2017)
[78]
  Albanie 1955 Eur. du Sud   1995 5,98 2 876 13 12 021 0,785
  Allemagne 1973 Eur. de l'Ouest     1950 8,68 82 488 3 677 50 639 0,936
  Andorre 1993 Eur. du Sud 1994
  Arménie 1992 Asie occ. 2001 4,79
  Autriche 1955 Eur. de l'Ouest     1956 8,29 8 731 417 52 398 0,908
  Azerbaïdjan 1992 Asie occ. 2001
  Belgique 1945 Eur. de l'Ouest     1949 7,78 11 339 493 47 840 0,916
  Biélorussie 1945 Eur. de l'Est   3,13 9 502 54 18 848
  Bosnie-Herzégovine 1992 Eur. du Sud   2002 4,98 3 517 18 12 876 0,768
  Bulgarie 1955 Eur. de l'Est     1992 7,03 7 128 58 20 329 0,813
  Chypre 1960 Asie occ.     1961 7,59 1 170 22 34 503 0,869
  Croatie 1992 Eur. du Sud     1996 6,57 4 174 55 25 264 0,831
  Danemark 1945 Eur. du Nord     1949 9,22 5 728 325 51 364 0,929
  Espagne 1955 Eur. du Sud     1977 8,08 46 485 1 311 37 998 0,891
  Estonie 1991 Eur. du Nord     1993 7,97 1 316 26 31 742 0,871
  Finlande 1955 Eur. du Nord     1989 9,14 5 495 252 44 866 0,920
  France 1945 Eur. de l'Ouest     1949 7,80 66 892 2 583 42 850 0,901
  Géorgie 1992 Asie occ. 1999 5,50
  Grèce 1945 Eur. du Sud     1949 7,29 10 771 200 27 602 0,870
  Hongrie 1955 Eur. de l'Est     1990 6,63 9 814 139 28 108 0,838
  Irlande 1955 Eur. du Nord     1949 9,15 4 750 334 75 648 0,938
  Islande 1946 Eur. du Nord   1950 9,58 335 24 53 153 0,935
  Italie 1955 Eur. du Sud     1949 7,71 60 627 1 935 39 427 0,880
  Lettonie 1991 Eur. du Nord     1995 7,38 1 960 30 27 598 0,847
  Liechtenstein 1990 Eur. de l'Ouest 1978
  Lituanie 1991 Eur. du Nord     1993 7,50 2 868 47 32 092 0,858
  Luxembourg 1945 Eur. de l'Ouest     1949 8,81 582 62 103 745 0,904
  Macédoine 1993 Eur. du Sud   1995 5,87 2 081 11 15 231 0,757
  Malte 1964 Eur. du Sud     1965 8,21 437 13 39 535 0,878
  Moldavie 1992 Eur. de l'Est   1995 5,85 3 552 8 5 698
  Monaco 1993 Eur. de l'Ouest 2004
  Monténégro 2006 Eur. du Sud   2007 5,74 622 5 18 765 0,814
  Norvège 1945 Eur. du Nord   1949 9,87 5 236 399 61 414 0,953
  Pays-Bas 1945 Eur. de l'Ouest     1949 8,89 17 030 826 52 503 0,931
  Pologne 1945 Eur. de l'Est     1991 6,67 37 970 526 29 026 0,865
  Portugal 1955 Eur. du Sud     1976 7,84 10 325 218 31 673 0,847
  Slovaquie 1993 Eur. de l'Est     1993 7,10 5 431 96 31 616 0,855
  République tchèque 1993 Eur. de l'Est     1993 7,69 10 566 216 36 327 0,888
  Roumanie 1955 Eur. de l'Est     1993 6,38 19 699 212 25 841 0,811
  Royaume-Uni 1945 Eur. du Nord     1949 8,53 65 596 2 622 43 269 0,922
  Russie 1945 Eur. de l'Est   1996 2,94 144 342 1 578 25 533 0,816
  Saint-Marin 1992 Eur. du Sud   1988 33 2 62 426
  Serbie 2000 Eur. du Sud   2003 6,41 7 058 41 15 090 0,787
  Slovénie 1992 Eur. du Sud     1993 7,80 2 065 49 34 868 0,896
  Suède 1946 Eur. du Nord     1949 9,39 9 923 538 50 208 0,933
  Suisse 2002 Eur. de l'Ouest   1963 9,03 8 372 679 64 712 0,944
  Turquie 1945 Asie occ. 1950 4,37
  Ukraine 1945 Eur. de l'Est   1995 5,69 45 005 112 8 667 0,751

NotesModifier

  1. Selon la définition classique d'Yves Lacoste, la géopolitique est « l'étude des rivalités de pouvoir sur les territoires ».
  2. Les territoires dépendants ne figurent pas dans ce tableau (Îles Anglo-Normandes, Îles Féroé, Île de Man, Gibraltar, Groenland). Les États non-membres de l'ONU mais reconnus par une partie de la communauté internationale ne sont pas mentionnés dans ce tableau (Abkhazie, Kosovo, Chypre du Nord, Ossétie du Sud-Alanie).
  3. Parmi les États de l'UE, vingt-quatre ont reconnu le Kosovo, cinq y sont opposés.
  4. Le fait que les citoyens puissent intenter une action en justice contre leur État ou les institutions européennes devant la Cour de justice européenne est un indicateur du degré exceptionnel de coopération entre les États et de l'importance accordée à des acteurs tels que le Parlement européen, la Commission ou la société civile.
  5. Les réunions du G7/G8 constituent un cadre de discussion informel où les chefs d’Etat ou de gouvernement discutent d’autant plus librement qu’il n’y a pas de décision à prendre. La Russie est temporairement exclue du G8 depuis 2014 à la suite des évènements de Crimée et d'Ukraine. L’Union européenne participe également aux rencontres du G7, sans toutefois présider ou accueillir le Sommet du G7.
  6. À titre d'illustration, le Conseil OTAN-Russie s'est réuni le 31 mai 2018 pour procéder à un échange sur la situation en Ukraine et alentour, et les questions relatives aux activités militaires. En avril, une réunion s'était au préalable tenue à Bakou entre le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général Scaparrotti, et le chef d'état-major russe de la défense, le général Guerassimov.
  7. a b et c Les données statistiques « Total Europe » incluent 40 des 43 pays classés par l'ONU dans la région Europe (en excluant Andorre, Liechtenstein et Monaco) plus 1 pays, Chypre, classé en Asie occidentale. La Turquie et les pays du Caucase ne sont donc pas inclus dans les données « Total Europe ». Le Kosovo ne figure pas non plus, n'étant pas reconnu par l'ensemble de la communauté internationale. La Macédoine en revanche est incluse dans ces données.
  8. La politique étrangère de la France ne fait pas exception à cette règle, malgré l'accent mis sur l'indépendance nationale. Vis-à-vis de l'Union soviétique, la France joue la solidarité atlantique à l'occasion de chacune des grandes crises comme à Berlin en 1949 ou à Berlin encore en 1958-1963, ou encore lors de la crise de Cuba en 1962. Depuis 1991, la France s'associe quasi systématiquement aux interventions extérieures menées dans le cadre de l'OTAN (ou de l'UE). L'exception la plus spectaculaire est le refus de la France en 2003 de s'associer à la guerre d'Irak menée par les États-Unis avec le concours du Royaume-Uni et de quelques autres, mais pas de tous, pays européens.
  9. Dans de nombreux domaines, les décisions de l'Union européenne sont prises au moyen de la méthode « communautaire » qui se caractérise par le droit exclusif de la Commission européenne de prendre des initiatives législatives, le droit de codécision du Conseil et du Parlement européen, et le recours au vote à la majorité qualifiée au Conseil. Elle s'oppose au mode de fonctionnement intergouvernemental utilisé principalement en ce qui concerne la politique étrangère et de sécurité commune (PESC / PSDC) et certains aspects de la coopération policière et judiciaire. Cette méthode se caractérise par les principaux éléments suivants: le droit d'initiative de la Commission, soit partagé avec les pays de l'UE, soit limité à certains domaines spécifiques, le rôle souvent important du Conseil européen, explicitement mentionné dans le traité de Lisbonne, le recours général à l'unanimité au Conseil et le rôle purement consultatif du Parlement européen.
  10. Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Moldavie, Ukraine et Biélorussie.
  11. Le document de concept de la politique étrangère de la Russie cite comme instruments du « soft power » l’usage des capacités de la société civile, des méthodes et technologies d'information et de communication, sociales et autres, en plus des méthodes diplomatiques traditionnelles (§ 6 à 9).
  12. Vladimir Poutine est nommé chef du gouvernement russe en août 1999, puis est élu président de la Fédération de Russie en mars 2000. Après la crise des relations entre la Russie et l'Occident en 1998 et 1999, l'arrivée de Poutine permet une relance pragmatique du dialogue entre la Russie et l'UE.
  13. La Turquie est pour 97 % de son territoire en Asie occidentale et possède des frontières terrestres avec trois États clés du Proche-Orient, l'Iran, l'Irak et la Syrie qui concentrent une part importante de l'activité diplomatique et militaire des Occidentaux et des Russes.
  14. Une idée largement répandue est que le président George H. W. Bush et les dirigeants européens ont assuré M. Gorbatchev que l'OTAN « ne s'étendrait pas d'un pouce vers l'Est ». Cette thèse est combattue par ceux qui considèrent que ces propos doivent être replacés dans leur contexte historique de 1990-1991 et que, depuis la disparition de l'Union soviétique, les Occidentaux sont légitimes à accéder à la demande insistante de ses anciens États satellites de rejoindre l'OTAN.
  15. Slovaquie, Pologne, République tchèque et Hongrie en 2003, Bulgarie et Roumanie en 2005
  16. La France a réintégré en 2009 l'organisation militaire de l'OTAN et réaffirme régulièrement que sa politique de défense combine volonté d'indépendance nationale et solidarité avec ses alliés au sein de l'UE et de l'OTAN.
  17. La Mission spéciale d’observation de l’OSCE en Ukraine est une « mission civile non armée [...] qui a pour tâches principales d’observer la situation en Ukraine et d’en rendre compte de manière impartiale et objective, ainsi que de faciliter le dialogue entre toutes les parties à la crise ». Elle déploie sur le terrain un dispositif d'environ 1 200 observateurs.
  18. Adyguée, Daghestan, Ingouchie, Kabardino-Balkarie, Karatchaïévo-Tcherkessie,Ossétie-du-Nord-Alanie,Tchétchénie.
  19. Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM)
  20. La Serbie adhère et participe toutefois activement depuis 2006 au Programme pour la Paix (PPP) de l'OTAN.
  21. Sous le nom de République socialiste fédérative des Soviets de Russie.
  22. Pour un panel de 23 pays développés, membres de l'OCDE, sur la période 1993-2015, la moyenne des variations annuelles (en %) de la population totale d'une part et la moyenne des variations annuelles (en %) du volume du PIB/habitant sont fortement corrélés statistiquement (droite de régression avec un R2 de 0,42).
  23. PIB en PPP: le produit intérieur brut à parité de pouvoir d'achat est corrigé pour tenir compte des différences de niveau des prix entre les pays et fournit ainsi une meilleure mesure du volume de biens et de services produits dans une économie.

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « ONU : standard country or area codes for statistical use (M49) », sur UNSD,
  2. a b et c Géopolitique de l'Europe - Chap. 1 Un espace géographique singulier, p. 13-25
  3. a et b (en) « UNdata », sur ONU,
  4. Olivier Zajec, « Introduction à « The Geography of the Peace » de Nicholas Spykman - Une réinterprétation critique », Res Militaris,‎ vol.4, n°1, hiver-printemps 2014, p. 36 (lire en ligne)
  5. a et b Géopolitique de l'Europe - Chap. 3 États, nations, minorités, frontières et fractures en Europe, p. 50-71
  6. « Dossier - La Russie reconnaît l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud », Sputniknews.com,‎ (lire en ligne)
  7. Gaïdz Minassian, « Le Haut-Karabakh peut-il devenir indépendant ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. Laurent Chamontin, « Quelle Europe au XXIe siècle ? », sur Diploweb,
  9. « Géopolitique de l'Europe - MOOC de Sciences Po », sur Coursera / Sciences Po, (consulté en juin 2018)
  10. « Historique », sur OSCE,
  11. « Le Conseil de l’Europe et ses limites », sur Cairn.info,
  12. Marie Jégo, « Le Conseil de l'Europe dynamité par la Russie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. « Historique de l'OSCE », sur OSCE, (consulté le 18 juin 2018)
  14. a et b « Rapport annuel 2017 (OSCE) », sur OSCE,
  15. « Présidence canadienne du G7 de 2018 », (consulté le 6 juillet 2018)
  16. Marc Semo, « Au sommet du G7, Trump seul contre tous », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. « Du G 7 au G 8 : la Russie intronisée par le club des « Grands » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  18. a b c et d Jérôme Clerget, « De l’accord de partenariat et de coopération aux « quatre espaces communs » », Les Cahiers Irice,‎ (lire en ligne)
  19. « ACCORD DE PARTENARIAT ET DE COOPERATION établissant un partenariat entre les Communautés européennes et leurs États membres, d'une part, et la Fédération de Russie, d'autre part (JO du 28 11 97) », sur EUR-Lex,
  20. « Accords de partenariat et de coopération (APC): Russie, Europe orientale, Caucase méridional et Asie centrale », sur EUR-Lex, (consulté le 20 juin 2018)
  21. « Conseil OTAN-Russie », sur OTAN,
  22. « Réunion du Conseil OTAN-Russie à Bruxelles », sur OTAN,
  23. « La Fédération de Russie et l'OCDE », sur OCDE,
  24. « Déclaration de l'OCDE sur le statut du processus d'adhésion avec la Russie et la coopération avec l'Ukraine », sur OCDE,
  25. Laure Beaulieu, « OMC : les enjeux de l'adhésion de la Russie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  26. « Géopolitique de la CEI », sur Diploweb,
  27. « Création de la Communauté des États indépendants », sur Perspective monde, (consulté le 12 juin 2018)
  28. « L’Union européenne face au défi de l’Union économique eurasiatique », sur La documentation française, (consulté le 8 juin 2018)
  29. « Arménie : non à l’UE oui à l’UEE », sur Diploweb.com, (consulté le 8 juin 2018)
  30. a et b « Relations de l'UE avec l'Arménie », sur Consilium, (consulté le 11 juin 2018)
  31. (en) « Organization for Democracy and Economic Development », sur GUAM, (consulté le 11 juin 2018)
  32. (en) « Site officiel de l'OCS (Shangai Cooperation Organisation) »,
  33. a et b Isabelle Facon, « L’Organisation de coopération de Shanghai », Le courrier des pays de l'Est,‎ (lire en ligne)
  34. Julien Bouissou, « L’Inde et le Pakistan rejoignent l’Organisation de coopération de Shanghaï », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  35. « L'Inde et le Pakistan rejoignent l'Organisation de coopération de Shanghaï », RT,‎ (lire en ligne)
  36. « Russie-Chine-Inde : un vieux triangle dans un nouvel ordre mondial ? », sur Ifri, (consulté le 6 septembre 2018)
  37. a b c d e f g h et i « Population, total », sur Banque Mondiale, (consulté le 9 juin 2018)
  38. a b c et d « PIB ($ US courants) », sur Banque Mondiale, (consulté le 9 juin 2018)
  39. (en) « Speech by Federal Chancellor Angela Merkel in London – Thursday 27 February 2014 », sur Parliament.uk, (consulté le 9 juin 2018)
  40. Géopolitique de l'Europe - Chap. 4 L'Union européenne, un système multi-polaire original 2016, p. 59-74
  41. Géopolitique de l'Europe - Chap. 3 Depuis 2005, l'Europe des doutes 2016, p. 43-58
  42. « Méthodes communautaire et intergouvernementale », sur EUR-Lex, (consulté le 10 juin 2018)
  43. a et b Géopolitique de l'Europe - Chap. 8 L'Union européenne, une puissance ? 2016, p. 127-141
  44. « La politique européenne de voisinage », sur Parlement européen, (consulté le 12 juin 2018)
  45. (en) « European Neighbourhood Policy », sur Commission européenne, (consulté le 12 juin 2018)
  46. « La politique européenne de voisinage », sur Toute l'Europe, (consulté le 12 juin 2018)
  47. a et b « Partenariat oriental », sur Consilium, (consulté le 11 juin 2018)
  48. Stratégie globale de l'UE - Synthèse - 3.4 Ordres régionaux de coopération 2016, p. 25-31
  49. Hans Stark, « L’Allemagne : le passé qui ne passe pas », Politique Étrangère,‎ (lire en ligne)
  50. Articles 42 et 43 du TUE
  51. a b et c Géopolitique de l'Europe - Chap. 2 Raconte-moi des histoires (1947-2004), p. 27-42
  52. « Data Fédération de Russie », sur Banque mondiale, (consulté le 23 juin 2018)
  53. « SIPRI Military Expenditure Database », sur SIPRI, (consulté le 23 juin 2018)
  54. (en) « Statistical Review of World Energy », sur BP, (consulté le 23 juin 2018)
  55. a b et c Facing Russia’s strategic challenge: Security developments from the Baltic to the Black Sea - 2.1 Russia’s views, aims and means 2017, p. 5-8
  56. (en) « Vladimir Poutine - Speech and the Following Discussion at the Munich Conference on Security Policy », sur President of Russia (site officiel), (consulté le 14 juin 2018)
  57. Russia’s national security strategy and military doctrine and their implications for the EU - Introduction, p. 4-5
  58. « La Russie a-t-elle les moyens financiers de ses ambitions militaires ? », sur Revue de l'OTAN, (consulté le 15 juin 2018)
  59. a b c et d (en) « SIPRI Military Expenditure Database », sur SIPRI, (consulté le 10 juin 2018)
  60. Concept de politique étrangère de la Fédération de Russie 2016, p. § 6 à 9
  61. Concept de politique étrangère de la Fédération de Russie 2016, p. § 61
  62. a et b « La production et les importations d’énergie », sur Eurostat, (consulté le 13 juin 2018)
  63. (en) « The EU in the world - 2018 edition », sur Eurostat, (consulté le 1er février 2019)
  64. Timofei V. Bordachev, « Les relations UE-Russie à l’ère du jeu à somme nulle », IFRI - Politique étrangère, vol. 2013/1,‎ , p. 161-173 (lire en ligne)
  65. « Relations Russie-Union européenne : une crise qui s’enracine », sur Fondation pour la recherche stratégique, (consulté le 13 juin 2018)
  66. (en) « Facing Russia’s strategic challenge: Security developments from the Baltic to the Black Sea », sur Parlement européen, (consulté le 13 juin 2018)
  67. « 1999/414/PESC: Stratégie commune de l'Union européenne, du 4 juin 1999, à l'égard de la Russie », sur EUR.Lex,
  68. « La Russie et l'Union européenne », sur Parlement européen,
  69. a et b Anne de Tinguy, « Vladimir Poutine et l'Occident : l'heure est au pragmatisme », Politique étrangère,‎ (lire en ligne)
  70. « Pour un partenariat stratégique spécifique entre l'Union européenne et la Russie », sur République française - Sénat, (consulté le 13 juin 2018)
  71. (en) Dov Lynch, « Russia’s Strategic Partnership with Europe », sur ISS Union européenne, (consulté le 23 juin 2018)
  72. « Un tiers du commerce de l'UE effectué avec les États-Unis et la Chine », sur Eurostat, (consulté le 13 juin 2018)
  73. (en) « The EU in the world - international trade », sur Eurostat, (consulté le 13 juin 2018)
  74. a et b (en) « A Farewell to the West? Turkey’s Possible Pivot in the Aftermath of the July 2016 Coup Attempt », sur The Hague Centre for Strategic Studies, (consulté le 4 février 2019)
  75. a b et c « PIB par habitant, ($ PPA internationaux courants) », sur Banque mondiale, (consulté le 30 novembre 2018)
  76. (en) « Corruption Perception Index 2018 », sur Transparency International, (consulté le 5 février 2019)
  77. (en) Dan Hough, « There’s more to measuring corruption than Transparency International’s annual index, just released », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  78. a b c d et e (en) « Human Development Reports », sur United Nations Development Programme, (consulté le 31 janvier 2019)
  79. a b et c (en) « Democracy Index 2018 », sur The Economist, (consulté le 1er février 2019)
  80. a b c d e et f (en) « Indice de démocratie de 2018 », sur pages.eiu.com (consulté le 11 janvier 2019)
  81. a et b « Revue de l'OTAN - La Grèce et la Turquie : 60 ans d’appartenance à l’OTAN », sur Revue de l'OTAN, (consulté le 15 juin 2018)
  82. (en) « Does "Muslim" Turkey Belong in "Christian" Europe? », sur Peu Research Center, (consulté le 4 février 2019)
  83. « Adhésion de la Turquie à l'Union européenne : où en est-on ? », sur Toute l'Europe,
  84. Géopolitique de l'Europe - Chap. 9 Les autres Europe 2016, p. 143-166
  85. Wladimir Garcin, « La Turquie sanctionnée financièrement par l'UE pour non-respect des droits de l'Homme », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  86. a et b The West’s Turkey conundrum 2018
  87. (en) Unal Cevikoz, « EU-Turkey relations: the beginning of the end? », sur European Council on Foreign Relations, (consulté le 4 février 2019)
  88. (en) « History of Turkey- EU Relations », sur Republic of Turkey Ministry of Foreign Affairs - Directorate for EU Affairs, (consulté le 5 février 2019)
  89. Garip Turunç, « La Turquie et l’Europe : Une relation embrouillée », Mondes en développement, vol. 2004/4, no 128,‎ , p. 89-113 (lire en ligne)
  90. « Élargissement de l'UE - Turquie », sur Consilium (site officiel de l'UE), (consulté le 5 février 2019)
  91. Ariane Tyché, « La Turquie, partenaire obligé des Européens », La Croix,‎ (lire en ligne)
  92. « L'accord UE-Turquie et ses implications », sur Fondation Robert Schuman, (consulté le 15 juin 2018)
  93. Laurent Lagneau, « La Turquie mise sur la sellette au sein de l’Otan? », Opex360.com,‎ (lire en ligne)
  94. Galip Dalay, « « L’imbroglio syrien a refroidi un peu plus les relations américano-turques » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  95. « Ce que l’on sait de l’avion russe abattu par la Turquie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  96. Isabelle Mandraud, « Poutine propose à Erdogan de « tourner la page » de la crise russo-turque », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  97. « À quoi est dû le rapprochement entre la Russie et la Turquie? », Sputnik.news,‎ (lire en ligne)
  98. Aymeric Janier, « La Russie et la Turquie mettent en scène leur rapprochement », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  99. (en) « Briefing Book #613 - NATO Expansion: What Gorbachev Heard », sur National Security Archive, (consulté le 6 juin 2018)
  100. (en) James Kirchik, « The Roots of Russian Aggression », National Review,‎ (lire en ligne)
  101. Paul-Marie de La Gorce, « L’éclatante démission de la diplomatie européenne », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  102. Monique Chemillier-Gendreau, « Que vienne enfin le règne de la loi internationale », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  103. Gaëlle Briguet, « Grands Etats européens dans la guerre d’Irak : raisons et justifications », sur Université de Genève, (ISBN 2-940174-31-8, consulté le 8 juin 2018)
  104. a et b « Revue stratégique de défense et de sécurité nationale 2017 - Synthèse », sur Ministère des Armées, (consulté le 18 février 2019)
  105. « Accord diplomatique pour une résolution de la crise en Ukraine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  106. Mathilde Damgé, Maxime Vaudano, Jérémie Baruch et Pierre Breteau, « Comprendre l’accord sur le nucléaire iranien en 7 questions », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  107. Alexandra de Hoop Scheffer (German Marshall Fund of the United States), « « Le trumpisme continuera après Trump » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  108. Thomas Wieder et Sylvie Kauffmann, « A Munich, le fossé se creuse entre Etats-Unis et Europe », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  109. Nicolas Barotte, « À Munich, Angela Merkel seule en scène pour défendre le multilatéralisme », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  110. « Quand l’Europe dominait le monde et ses richesses », sur Le Monde diplomatique (consulté le 3 juillet 2018)
  111. (en) « World Trade Statistical Review 2017 », sur WTO, (consulté le 1er juillet 2018)
  112. (en) « Extra-EU trade in goods », sur Eurostat, (consulté le 1er juillet 2018)
  113. (en) « International Trade in Goods - Database », sur Eurostat, (consulté le 1er juillet 2018)
  114. (en) « Half of EU trade in goods is carried by sea », sur Eurostat, (consulté le 1er juillet 2018)
  115. « Stratégie de sûreté maritime de l'Union européenne », sur Consilium,
  116. Vincent Groizeleau, « La Chine consolide sa position de seconde flotte mondiale », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  117. Laurent Lagneau, « L’Inde aura désormais accès aux bases navales françaises dans l’océan Indien », Opex360.com,‎ (lire en ligne)
  118. (en) Don Emmerson, « In Search of the Indo-Pacific », sur CSIS - Asia Maritime Transparency Initiative, (consulté le 2 juillet 2018)
  119. Jean-Benoît Bouron, « Mesurer les Zones Économiques Exclusives », sur Géoconfluences, (consulté le 2 juillet 2018)
  120. a b c et d « Sultans of Swing ? Quand la marine turque veut tendre vers la puissance régionale », sur Centre d'études stratégiques de la marine, (consulté le 1er juillet 2018)
  121. « La France, deuxième empire maritime mondial », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  122. « Les forces françaises prépositionnées », sur Ministère des Armées, (consulté le 2 juillet 2018)
  123. Nathalie Guibert, « A bord de l’« Auvergne », en mer de Chine du Sud », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  124. Axelle Letouze, « Pourquoi la France doit regarder vers la mer de Chine », sur IRIS, (consulté le 2 juillet 2018)
  125. Frédéric Faux, « L'Arctique, carrefour de routes maritimes «pleines d’avenir» », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  126. « Moscou dévoile le nombre de ses navires dans l'océan mondial », Sputniknews.com,‎ (lire en ligne)
  127. « Ankara et Doha s’accordent sur le déploiement des premiers soldats turcs au Qatar », L'observatoire du Qatar,‎ (lire en ligne)
  128. « En Méditerranée, le jeu des puissances se densifie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  129. « Charte de Paris pour une nouvelle Europe », sur OSCE,
  130. a b et c La nouvelle guerre froide - Et puis la paix s'est éloignée, p. 4-5
  131. « Les grands moments des relations russo-américaines sous Bush et Poutine », sur La Dépêche, (consulté le 13 juin 2018)
  132. « Caucase du Sud : vers une « nouvelle guerre froide » ? », sur Centre Thucydide,
  133. Florence Mardirossian, « Géorgie-Russie, les enjeux de la crise », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  134. Michael Fallon (Ministre de la défense du Royaume-Uni), « Michael Fallon : « Le Brexit ne modifiera pas l’engagement britannique pour la sécurité européenne » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  135. Revue stratégique de défense et de sécurité nationale 2017, p. 6, 53, 72 et 73
  136. Nathalie Guibert, « Manœuvres militaires Zapad 2017 : la Russie a testé une guerre majeure, juge l’OTAN », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  137. « L'Otan s'entraîne à prendre la région russe de Kaliningrad », SputnikNews,‎ (lire en ligne)
  138. « L'Armée américaine inaugure un exercice multinational sur le flanc oriental de l'Otan », La Croix,‎ (lire en ligne)
  139. Munich Security Report 2018, p. 32
  140. Sébastien Gobert, « L’Ukraine se dérobe à l’orbite européenne », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  141. (en) « Ukraine & the EU », sur Union européenne - EEAS, (consulté le 6 juin 2018)
  142. « La Russie, l'Ukraine et le droit international », sur Fondation Robert Schuman, (consulté le 6 juin 2018)
  143. Benoit Vitkine, « Le cessez-le-feu dans l'Est ukrainien ouvre la voie à des négociations déséquilibrées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  144. (en) « OSCE Special Monitoring Mission to Ukraine », sur OSCE,
  145. Yves-Michel Riols, « Un accord de paix imparfait et fragile sur l’Ukraine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  146. « De la fuite de Ianoukovitch aux accords de Minsk 2, un an de crise en Ukraine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  147. Union européenne, « Sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie concernant la crise en Ukraine », sur Europa.eu,
  148. « La crise en Ukraine », sur Diploweb.com, (consulté le 8 juin 2018)
  149. Julien Vercueil, « Aux racines économiques du conflit ukrainien », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  150. Jacques Lévesque, « La crise russo-ukrainienne accouchera-t-elle d’un nouvel ordre européen ? », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  151. Benoît Vitkine, « Dans l’est de l’Ukraine, élection sans surprise sous l’œil de Moscou », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  152. Benoit Vitkine, « Ukraine : emprise russe en mer d’Azov », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  153. Benoit Vitkine, « La Russie capture trois navires ukrainiens en mer Noire », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  154. Benoit Vitkine, « L’Ukraine déclare la loi martiale sur une partie de son territoire », Le Monde,‎
  155. (en) « Conflict in Ukraine », sur Council on Foreign Relations - Global Conflict Tracker, (consulté en décembre 2019)
  156. (en) « Ukraine - OHCHR Reports », sur HCDH / OHCHR,
  157. (en) Sabine Fischer, « The Donbas Conflict - Opposing Interests and Narratives, Difficult Peace Process », sur Stiftung Wissenschaft und Politik (the German Institute for International and Security Affairs, SWP), (consulté en décembre 2019)
  158. (en) « Report N° 254 - Rebels without a Cause: Russia’s Proxies in Eastern Ukraine », sur International Crisis Group, (consulté en décembre 2019)
  159. Piotr Smolar , Claire Gatinois et Benoît Vitkine, « Guerre en Ukraine : à Paris, le sommet renoue le dialogue, sans permettre d’avancées politiques », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  160. « Format Normandie : Zelensky passe au russe et fait sourire Macron », Sputnik.news,‎ (lire en ligne)
  161. Nicolas Gros-Verheyde, « N°51. Le processus de Minsk. La négociation des accords Russie-Ukraine en format Normandie (v3) », Bruxelles2,‎ (lire en ligne)
  162. Philippe Rekacewicz, « Les conflits du Caucase », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  163. « Les conflits au Caucase », sur Geolinks (Observatoire en Géostratégie de Lyon), (consulté le 11 juin 2018)
  164. « Les structures géopolitiques de la Russie », sur Université Laval (Canada), (consulté le 11 juin 2018)
  165. « Les relations entre l’OTAN et l’Arménie », sur OTAN, (consulté le 11 juin 2018)
  166. « Relations avec l'Azerbaïdjan », sur OTAN, (consulté le 11 juin 2018)
  167. (en) « Abkhazia and South Ossetia: Time to Talk Trade », sur International Crisis Group, (consulté le 11 juin 2018)
  168. « Géorgie: le mandat de la mission d'observation de l'UE est prorogé de deux ans », sur Consilium, (consulté le 11 juin 2018)
  169. « Relations avec la Géorgie », sur OTAN, (consulté le 11 juin 2018)
  170. (en) Joshua Kucera, « Ivanishvili: We Will Get NATO MAP in 2014 », (consulté le 17 août 2013)
  171. (en) Adrian Croft, « NATO unlikely to grant Georgia step to membership: diplomats », Reuters,‎ (lire en ligne)
  172. « Relations de l'UE avec la Géorgie », sur Consilium, (consulté le 11 juin 2018)
  173. « L’Union européenne et l’Arménie signent un accord sur les priorités du partenariat », sur European External Action Service (SEAE/EEAS), (consulté le 11 juin 2018)
  174. « Relations de l'UE avec l'Azerbaïdjan », sur Consilium, (consulté le 11 juin 2018)
  175. « Dix ans après son indépendance, le Kosovo se cherche encore », sur Euronews, (consulté le 9 juin 2018)
  176. « Athènes et Skopje signent un accord historique pour se partager le nom de la Macédoine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  177. « Le Parlement grec valide l’accord sur le nouveau nom de la Macédoine », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  178. a et b « Les Balkans occidentaux : entre stabilisation et intégration à l'Union européenne », sur Fondation Robert Schuman, (consulté le 9 juin 2018)
  179. « Stratégie pour les Balkans occidentaux », sur Commission européenne, (consulté le 9 juin 2018)
  180. « L’Union européenne peut-elle réussir l’intégration des Balkans occidentaux ? », sur IRIS, (consulté le 9 juin 2018)
  181. Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin, « Les Balkans, nouvelle ligne de front entre la Russie et l’Occident », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  182. « Des milliers de Serbes commémorent les victimes des bombardements de l’Otan », Sputnik.news,‎ (lire en ligne)
  183. « La Serbie prend «une décision forte» et dit «non» à l’adhésion à l’Otan », sur Sputnik.news, (consulté le 9 juin 2018)
  184. « Les relations entre l’OTAN et la Serbie », sur OTAN, (consulté le 9 juin 2018)
  185. « Russie-Occident: grandes manœuvres gazières dans les Balkans », Le Point,‎ (lire en ligne)
  186. « Traité de paix entre l'Estonie et la Russie », sur Digithèque MJP, (consulté le 12 juin 2018)
  187. a et b « Dix ans d'indépendance balte : d'une Union à l'autre ? », sur Sciences Po - CERI, (consulté le 12 juin 2018)
  188. « Première décision du nouvel exécutif fédéral - Moscou a reconnu l'indépendance des trois Etats baltes - Feu l'Union et son fantôme », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  189. « L’URSS a quitté les pays Baltes presque à l’anglaise », Sputniknews,‎ (lire en ligne)
  190. Antoine Jacob, « L’inquiétude monte dans les pays Baltes face à la Russie », La Croix,‎ (lire en ligne)
  191. Facing Russia’s strategic challenge: Security developments from the Baltic to the Black Sea - 2.3 Kaliningrad and the militarisation of Russian foreign policy towards the Baltic Sea region 2017, p. 10-12
  192. « La sécurité nordique: sur la voie de l’OTAN? », sur Center for Security Studies (CSS), ETH Zürich, (consulté le 12 juin 2018)
  193. « La police du ciel: Sécuriser l'espace aérien OTAN », sur OTAN, (consulté le 13 juin 2018)
  194. « Renforcer la présence de l'OTAN à l'est et au sud-est », sur OTAN, (consulté le 13 juin 2018)
  195. Facing Russia’s strategic challenge: Security developments from the Baltic to the Black Sea - 2.4 The question of the Russian minorities in the Baltic Sea region 2017, p. 12-16
  196. (en) « The World Factbook », sur CIA, (consulté le 18 juin 2018)
  197. a et b Dossier, « Bouleversement démographique en Europe », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  198. « Population totale, Russie », sur Université de Sherbrooke - Perspective monde, (consulté le 24 juin 2018)
  199. « Russie: Poutine s'inquiète de la situation démographique », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  200. Philippe Descamps, « La Russie en voie de dépeuplement », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  201. a et b (en) « Democracy Index 2017 Free speech under attack », sur The Economist, (consulté le 25 juin 2018)
  202. Gilles Andréani, « La vague populiste globale : coïncidence ou transformation politique ? », Questions internationales,‎ (lire en ligne)
  203. « Discours complet de Viktor Orbán pour sa quatrième investiture en tant que Premier ministre de Hongrie », sur Visegradpost, (consulté le 25 juin 2018)
  204. « Livre blanc sur l’avenir de l’Europe et la voie à suivre », sur Commission européenne,
  205. (en) « Global Europe 2050 », sur Commission européenne,
  206. a et b (en) « The Long View - How will the global economic order change by 2050? », sur PwC Price Waterhouse Coopers,
  207. a et b « Europe 2050: suicide démographique », sur Fondation Robert Schuman,
  208. a et b (en) « World Population Prospects », sur ONU - Department of Economic and Social Affairs,
  209. (en) « Europe's Place in the Global Economy – What Does the Last Half Century Suggest for the Future? », sur Intereconomics,
  210. Géopolitique de l'Europe - Chap. 7 Les enjeux géopolitiques des évolutions démographiques en Europe, p. 111-126
  211. « Classification pays », sur UNCTAD STAT, (consulté le 30 janvier 2019)
  212. « Index des États membres », sur ONU, (consulté le 31 janvier 2019)
  213. « Nations unies - États membres », sur ONU, (consulté le 1er février 2019)
  214. (en) « IMF DataMapper », sur International Monetary Fund,
  215. « Nos États membres », sur Conseil de l'Europe, (consulté le 30 janvier 2019)

BibliographieModifier

Ouvrages en françaisModifier

  • Frédéric Charillon et Célia Belin, Les États-Unis dans le monde, CNRS Éditions, , 295 p. (ISBN 978-2271092519)
  • Gérard-François Dumont et Pierre Verluise, Géopolitique de l'Europe. De l'Atlantique à l'Oural, PUF, , 234 p. (ISBN 978-2130750178)
  • Bernard Elissalde, Géopolitique de l'Europe, Nathan, , 383 p. (ISBN 978-2091649382)
  • Le Monde diplomatique « Manière de voir » #159, La nouvelle guerre froide, Le Monde diplomatique, (lire en ligne)
  • République française, Revue stratégique 2017 : une analyse lucide et volontariste pour préparer la prochaine loi de programmation militaire, (lire en ligne)
  • Union européenne, Une stratégie globale pour la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne - Synthèse (texte français), , 42 p. (lire en ligne)
  • Gouvernement russe, Le Concept de politique étrangère de la Fédération de Russie (approuvé par le Président russe Vladimir Poutine le 30 novembre 2016), The Ministry of Foreign Affairs of the Russian Federation, (lire en ligne)
  • Sénat, Union européenne-Russie : une confiance à reconstruire, République française, (lire en ligne)
  • Jean-Baptiste de la Torre, « 30 ans après la chute du mur, où en sont les économies du bloc de l’Est qui ont intégré l’UE? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)

Ouvrages en anglaisModifier

  • (en) Hal Brands, American Grand Strategy in the Age of Trump, Brookings Institution Press, , 244 p. (ISBN 978-0815732785)
  • (en) Hal Brands, Making the Unipolar Moment: U.S. Foreign Policy and the Rise of the Post-Cold War Order, Cornell University Press, , 469 p. (ISBN 978-1501702723)
  • (en) Amanda Sloat, The West's Turkey Conundrum, The Brookings Institution, , 29 p. (lire en ligne)
  • (en) Munich Security Report 2018, , 88 p. (lire en ligne)
  • (en) Munich Security Report 2017, , 90 p. (lire en ligne)
  • (en) Isabelle Facon (Fondation pour la recherche stratégique, FRS, Paris), Russia’s national security strategy and military doctrine and their implications for the EU, European Parliament's Sub-Committee on Security and Defence, (ISBN 978-92-846-0583-5, lire en ligne)
  • (en) Nicolás De Pedron (Espagne), Panagiota Manoli (Grèce), Sergey Sukhankin (Ukraine), Theodoros Tsakiris (Grèce), Facing Russia’s strategic challenge: Security developments from the Baltic to the Black Sea, European Parliament - Policy Department, Directorate-General for External Policies, , 45 p. (ISBN 978-92-846-2198-9, lire en ligne)
  • (en) CIA, The World Factbook, CIA, (lire en ligne)
  • (en) UK House of Lords, The EU and Russia: before and beyond the crisis in Ukraine, UK Parliament, (lire en ligne)

ComplémentsModifier