Tchétchénie

république constitutive de la fédération de Russie

République tchétchène
(ru) Чеченская республика
(ce) Нохчийн Республик
Blason de République tchétchène
Armoiries de la Tchétchénie
Drapeau de République tchétchène
Drapeau de la Tchétchénie
Tchétchénie
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Caucase du Nord
District fédéral Caucase du Nord
Statut politique République
Création 10 décembre 1992[1] (de jure)
(de facto)
(rétablissement)
Capitale Grozny
Chef de la République Ramzan Kadyrov
Premier ministre Mouslim Khoutchiev
Démographie
Population 1 506 700 hab. (2021)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 00″ nord, 45° 43′ 00″ est
Superficie 16 172 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Tchétchène et russe
Fuseau horaire UTC+4
Code OKATO 95
Code ISO 3166 RU-CE
Hymne Hymne national de la république de Tchétchénie
Immatriculation 20
Liens
Site web http://chechnya.gov.ru

La Tchétchénie (en russe : Чечня́, Tchetchnia ; en tchétchène : Нохчийчоь, Noxçiyçö), en forme longue République tchétchène (en russe : Чече́нская Респу́блика, Tchetchenskaïa Respoublika ; en tchétchène : Нохчийн Республика, Noxçiyn Respublika) ou République de Tchétchènie, est une république constitutive de la fédération de Russie, tirant son nom du peuple tchétchène.

Située sur le versant nord des montagnes du Caucase et la vallée de Tchétchénie, dans le district fédéral du Caucase du Nord, elle est limitrophe du kraï de Stavropol au nord-ouest, de la république du Daghestan au nord-est et à l'est, et des républiques d'Ingouchie et d'Ossétie du Nord-Alanie à l'ouest, toutes trois des républiques de la fédération de Russie. Elle a également au sud, le long de la ligne de crête du Caucase, une frontière internationale avec la Géorgie.

Carte de la Tchétchénie au sein du Nord Caucase.
Carte simplifiée de la Tchétchénie.

GéographieModifier

SituationModifier

La Tchétchénie est une république qui s'étend sur 15 647 km2 et qui est située dans la partie centrale de Ciscaucasie (partie nord du Caucase) russe dans le district fédéral et la région économique homonyme. Environ 35 % du territoire est constitué de hautes montagnes escarpées, qui ne sont pas habitables, ce qui favorise la biodiversité. Cette partie du territoire pourrait devenir un parc naturel. Le nord est constitué d'une plaine, avec généralement moins de 200 mètres d'altitude, et c'est là que l'on trouve la capitale, Grozny, et l'essentiel de la population.

Pays et régions limitrophesModifier

Topographie et hydrographieModifier

 
Carte topographique de la Tchétchénie.

La Tchétchénie est située entre la partie centrale-nord de la chaîne montagneuse du Grand Caucase et la Vallée Tchétchène et celle de Terek-Koum. Le mont Teboulo est le pic le plus haut de la Tchétchénie et culmine à 4 493 m.

Les rivières principales sont :

  1. Le Terek ;
  2. La Sounja ;
  3. L’Argoun.

Les principaux lacs de la république sont : Galantchoj, Guékhi-Am, Kezenoïam, Tchentiï-Am et Vezik-Om. Le lac Kezenoïam est le lac le plus profond (72 m) et le plus vaste (2 km2) en Ciscaucasie[2].

Géologie et risques naturelsModifier

Le sol tchétchène recèle d'importantes réserves de pétrole (plus de 30 gisements dont les plus importants sont proches de Grozny et de Goudermes), de gaz naturel, de calcaire et de marne.

La Tchétchénie se trouve dans une zone de sismicité élevée (magnitude potentielle de 7) avec une profondeur inférieure à 40 km[3].

Météorologie et climatModifier

Le climat de la Tchétchénie est continental, avec des hivers tempérés dans les vallées (température moyenne du mois de janvier est de −3 °C) et froids dans les montagnes (−12 °C). La température moyenne du mois de juillet varie de 25 °C dans les vallées à 21 °C dans les montagnes.[réf. nécessaire] Même si le territoire est assez montagneux au sud et comprend des plaines au nord, les étés peuvent être très chauds, et les températures peuvent souvent dépasser les 35 °C.

Flore et fauneModifier

Dans la vallée sèche de Terek-Koum la végétation dominante est composée essentiellement d'armoises et de salsolas, tandis que dans la Vallée tchétchène la végétation est celle des steppes ou des steppes boisées — on y trouve entre autres des fétuques et des stipes à feuilles pennées. Les montagnes (jusqu'à 2 200 m d'altitude) sont couvertes de forêts tempérées caducifoliées. Plus haut, s'ouvrent ensuite les étages subalpins.[réf. nécessaire]

La faune de la Tchétchénie est relativement variée : on y trouve de nombreux rongeurs et reptiles, des oiseaux de la région (grande outarde, canard et oie sauvages, faisan du Caucase, etc.). Dans les montagnes on croise la fouine, la martre des pins, l'ours brun, le sanglier, le chevreuil. le chat sauvage et le loup, dans les prés — les vautours à tête noire et les tétras du Caucase. L'ours brun a beaucoup été victime des conséquences des nombreuses guerres de Tchétchénie.

Réseaux de communication et de transportModifier

RoutesModifier

Les guerres ont eu un impact considérable sur l'état des routes tchétchènes. Par la suite, les routes les plus empruntées ont été renouvelées, en majorité celles de Grozny[réf. nécessaire].

Voies aériennes et aéroportModifier

Le l'aéroport de Grozny (code AITA : GRV) a ouvert ses portes après sa reconstruction à la suite des destructions quasi totales causées par les conflits armés[4]. Actuellement, l'aéroport dessert Moscou, Tioumen, Istanbul et Saint-Pétersbourg[5].

HistoireModifier

 
Vladimir Poutine avec Akhmat Kadyrov, alors chef de l'administration de la République tchétchène, lors d'une réunion avec des représentants de la diaspora tchétchène, le .

Ancienne république socialiste soviétique autonome, la Tchétchénie-Ingouchie s'est proclamée république socialiste soviétique le . Après le renversement de son Soviet suprême (ru) par des membres du Congrès national du peuple tchétchène (en) le , elle est divisée entre la république tchétchène d'Itchkérie et la république d'Ingouchie le . La première prend son indépendance le tandis que la seconde choisit de rester dans le giron de la RSFS de Russie le .

En 1994, la première guerre de Tchétchénie est menée par le président russe Boris Eltsine contre la république tchétchène d'Itchkérie, en réponse à son refus d'intégrer la fédération de Russie. Elle se solde par un échec des russes à prendre le contrôle de la république et un cessez-le-feu est signé en . Les troupes russes quittent alors le territoire[6],[7].

En 1997, l'indépendantiste modéré tchétchène Aslan Maskhadov est élu mais ne parvient pas à maintenir l'ordre, mis à mal par le développement de mouvement fondamentalistes islamistes dans le pays. Plusieurs attentats non revendiqués se succèdent à Moscou. Président par intérim après la démission d'Eltsine en 1999, Vladimir Poutine accuse la Tchétchénie et déclare vouloir « buter les terroristes tchétchènes jusque dans les chiottes »[6]. Il lance alors une « opération antiterroriste », plus tard connue sous le nom de seconde guerre de Tchétchénie. Les russes prennent Grozny en 2000 et reprennent le contrôle de la Tchétchénie[7]. Le mufti pro-russe Akhmad Kadyrov (qui avait été auparavant chef des indépendantistes tchétchènes avant de changer de camp) est ensuite élu aux élections présidentielles tchétchènes le 5 octobre 2003 à 80% après un scrutin qualifié de mascarade par les observateurs[7],[8]. Des actes de guérilla de la part des indépendantistes continueront jusqu'en 2009[9].

Akhmad Kadyrov est assassiné en 2004. Son fils Ramzan devient alors premier ministre à 27 ans, mais est de facto leader du pays. Puis, ayant atteint l'âge minimal légal requis, il devient à 30 ans président de la Tchétchénie en 2007 sur proposition de Vladimir Poutine, ratifiée par la quasi-unanimité du parlement tchétchène[10],[11].

Ramzan Kadyrov renforce alors le caractère conservateur de la République Tchétchène concernant la religion, l'islam étant pratiqué par la majorité des tchétchènes[10]. Selon Jean Radvanyi, il s'inspire notamment de la charia sans toutefois tomber dans l'islamisme radical, la république bénéficiant en effet d'une certaine autonomie à l'égard des lois de la fédération de Russie[12]. L'histoire des massacres commis lors des deux guerres de Tchétchénie est effacée au profit d'un narratif en faveur du Kremlin et de Ramzan Kadyrov[13].

Politique et administrationModifier

L'organisation des pouvoirsModifier

 
Le président actuel de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, en 2018.

La Tchétchénie est une république présidentielle dirigée par un régime autoritaire voire dictatorial imposé depuis 2007 par le président Ramzan Kadyrov[14],[15],[16].

  • Le gouvernement est constitué de 8 membres et 14 ministres sectoriels. Le Président dispose du Cabinet (Apparat) composé de plusieurs départements spécialisés ou sectoriels.
  • Le parlement, à nouveau monocaméral depuis [17], se compose de 41 députés. Le Parti pro-Kremlin Russie unie avait obtenu 61 % des voix lors du scrutin de 2005. Depuis l'élection de 2016, ce parti domine l'assemblée avec 37 sièges sur 41. Russie juste et le Parti communiste de la fédération de Russie ne disposent chacun que de deux sièges.
  • Le Conseil d'État (Gossoviet), composé de 34 membres, est un organe représentatif des raions administratifs de la république. Il joue un rôle consultatif auprès du Parlement.

Après des années de conflit, le Kremlin a mis l’accent sur la mise en place d'organes législatifs et exécutifs démocratiques tchétchènes qui devront fonctionner selon la Constitution de la fédération de Russie. La restauration d’un État de droit est avancée par Vladimir Poutine comme gage ultime de normalisation et de non-retour au régime de la junte militaire.[réf. nécessaire]

À la suite de l’adoption, à une grande majorité et au suffrage universel, d'une Constitution pro-fédérale en et après les deux élections présidentielles d' et d', la république a élu son parlement, le . Ainsi, avec ces dernières élections, le processus de mise en place d'un nouveau pouvoir en Tchétchénie a été achevé[réf. nécessaire]. « Les élections ont officiellement clos le rétablissement du système constitutionnel de la République », a déclaré M. Poutine cité par l'agence de presse Interfax.

Tendances politiques, partis et électionsModifier

DirigeantsModifier

Liste des chefs et présidents de la République :

Mouvements séparatistes actuelsModifier

Certains représentants tchétchènes indépendantistes se trouvent toujours en activité à l'étranger, où ils reçoivent un soutien politique et financier ou une couverture médiatique, grâce, notamment, au travail de relations publiques qu'ils mènent[réf. nécessaire].

Deux gouvernements en exil, celui de Dokou Oumarov (depuis 2006) et celui de Akhmed Zakaïev (depuis 2007) maintiennent cette opposition indépendantiste[réf. nécessaire].

Akhmed Zakaïev, représentant du gouvernement déchu d'Aslan Maskhadov, est réfugié à Londres[réf. nécessaire]. La Russie tente d'obtenir son extradition des pays européens, où il fait sporadiquement des apparitions[réf. nécessaire], en l'accusant de liens avec le terroriste Chamil Bassaïev, chef de guerre et organisateur déclaré de plusieurs attentats meurtriers dont celui de Beslan en 2004[18].

Découpage administratifModifier

Subdivision actuelleModifier

 
Division territoriale de la Tchétchénie.

Les raïons :

  1. Naourski (Наурский район)
  2. Chelkovskoï (en) (Шелковской район)
  3. Nadtéretchny (en) (Надтеречный район)
  4. Groznenski (en) (Грозненский район)
  5. Goudermesski (en) (Гудермесский район)
  6. Atchkhoï-Martanovski (Ачхой-Мартановский район)
  7. Ourouss-Martanovski (en) (Урус-Мартановский район)
  8. Sernovodsky (en) (Серноводский район)
  9. Chalinski (en) (Шалинский район)
  10. Kourtchaloevski (en) (Курчалоевский район)
  11. Itoum-Kalinski (en) (Итум-Калинский район)
  12. Chatoïski (en) (Шатойский район)
  13. Védenski (en) (Веденский район)
  14. Nojaï-Iourtovski (en) (Ножай-Юртовский район)
  15. Charoïski (en) (Шаройский район)

Les chefs-lieux des raions(population à la date du )[19] :

  1. Znamenskoïé
  2. Naourskaïa
  3. Atchkhoï-Martan
  4. Ourous-Martan (48 700 hab.)
  5. Grozny (capitale) (226 100 hab.)
  6. Chali (44 200 hab.)
  7. Goudermes (41 200 hab.)
  8. Chelkovskaïa
  9. Itoum-Kalé
  10. Chatoï
  11. Vedeno
  12. Nojaï-Io

SymbolesModifier

Le symbole tchétchène est le loup (en). Pour les tchétchènes, il personnifie le courage, l'habileté et l'intelligence[20].

JusticeModifier

Ordre public et défenseModifier

Éducation et santéModifier

Le système éducatif est le même qu'en Russie. Chaque enfant entre en première classe (le CP), jusqu'à la onzième classe (la terminale), mais il restera dans la même classe durant toute sa scolarité. Cela veut dire qu'il y restera onze ans, avec le même enseignant et les mêmes élèves[réf. nécessaire].

Lorsqu'ils arrivent en onzième classe, ils doivent passer l'Examen pour entrer à l'université.

Fiscalité et budget de la RépubliqueModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique
1989 2002 2010 2015 2016 2019
1 275 5131 103 6861 268 0421 370 2681 394 1721 467 000

Composition ethniqueModifier

La composition ethnique d'après le recensement de 2010 est la suivante :

Ethnie Nombre Pourcentage
Tchétchènes 1 206 551 95,3 %
Russes 24 382 1,9 %
Koumyks 12 221 1,0 %
Avars 4 864 0,4 %
Autres 18 456 1,5 %

Selon les ONG, entre 100 000 à 300 000 civils ont péri lors des conflits entre 1994 et 2000[21]. D'après les recensements officiels russes de 1989 et de 2002, la population tchétchène est actuellement plus nombreuse qu'avant le début des hostilités. Le nombre total des citoyens de nationalité tchétchène en fédération de Russie en 2002 était de 1 360 253 personnes, dont 1 031 647 résident en Tchétchénie même, contre 899 000 en 1989 dans toute la Russie dont 734 000 en Tchétchénie.

Les Tchétchènes sont le peuple du Caucase du Nord le plus nombreux[22]. La population du groupe ethnique Russe a beaucoup baissé : en 1985, il y avait environ 150 000 Russes, et ils ne sont que 24 382 en 2010. Mais avant 1992, et la chute de l'URSS, de nombreux Russes étaient présents en Tchétchénie, dans un cadre professionnel, avec des contrats qui dépassaient rarement les 2 ans de présence sur le territoire.

Il existe aussi un groupe minoritaire issu d'unions entre Tchétchènes et Russes, et qui souvent éprouvent des difficultés à se définir comme appartenant à un groupe ethnique en particulier[réf. nécessaire]. Les autres groupes minoritaires sont les Coumykes, les Ingouches, les Ukrainiens, les Kazakhs, les Azerbaïdjanais, les Arméniens, etc.[réf. nécessaire]

En 1940, il y avait un petit groupe d'Allemands en Tchétchénie, estimé entre 500 et 1000 personnes, souvent issus de la communauté des Allemands de la Volga. Entre 1944 et 1947, ils sont tous déportés en représailles à la guerre contre l'invasion Allemande, entre 1941 et 1945 sur l'ordre de Staline.

ReligionsModifier

L'islam sunnite, est la principale religion de la république, apparu au VIIe siècle. En 2002, 94% des tchétchènes étaient musulmans, contre 69% en 1989[23]. Une minorité russe de Tchétchénie est orthodoxe russe.

 
La mosquée Akhmad Kadyrov à Grozny, construite en 2008, remplace la statue de Lénine détruite pendant la guerre[24].

IslamModifier

D'anciens cultes subsistent dans des régions reculées des montagnes du Caucase, comme la vénération de sommets montagneux ou d'autres, plus répandus comme la vénération des arbres ou des vergers. Le Christianisme arrivera en Tchétchénie vers le Haut Moyen Âge mais ne se développera que dans quelques régions montagneuses (dans lesquelles il subsiste quelques traces avec quelques églises) et ne s'imposera jamais, étant associé à des rites païens traditionnels. Il n'en reste quasiment que le calendrier que les Tchétchènes garderont même après l'avènement de l'Islam au XVII ème siècle[25].

Le Mekhk-Khel ( « Conseil du pays » )[26] déclare au XVII ème siècle que toutes les communautés Tchétchènes embrassent l'Islam. La Charia est alors imposée mais se heurte aux traditions Tchétchènes qui accordent notamment une place importante au respect de la sphère privée. Le renforcement de l'Islam s'effectuera ensuite à la fin du XVIII ème siècle avec la résistance menée par Cheikh Mansour face au colonialisme Russe[27].

L'islam pratiqué est modéré, se rattachant au soufisme, dont une des caractéristiques est le dhikr[28],[29]. Une des confréries soufies présente en Tchétchénie est la Qadiriyya[30].

Pendant l'ère soviétique, bien que le soufisme soit un courant pacifique, il est interdit de le pratiquer[28]. L'islam est absent de la sphère publique, les différents rituels comme le pèlerinage ou le jeûne sont effectués souvent dans la sphère familiale, clandestinement et ne peuvent pas s'effectuer dans leur entièreté. Entre la fin des années 1980 et le début des années 1990, les acteurs islamiques de l'URSS profitent de la politique de la perestroïka menée par Gorbatchev pour s'émanciper. De nombreuses mosquées sont alors réouvertes et construites en Tchétchénie. Cette émancipation apporte un renouvellement de l'élite religieuse avec des étudiants qui peuvent se former à l'étranger, affranchis de l'influence du KGB. Mais elle mène également à l'introduction de mouvements islamistes (notamment le salafisme venu d'Arabie Saoudite) qui seront un facteur de déstabilisation de la république. Pendant la première guerre russo-tchétchène en 1994, avec l'arrivée de moudjahidins venus du Moyen-Orient, des courants extrémistes comme le wahabisme et le salafisme djihadiste se développent au sein d'une partie de la population. Les adeptes de ces mouvances considèrent que le soufisme est un islam dénaturé[31].

Après la guerre et son élection à la présidence en 1996 face au chef commando Chamil Bassaïev, le modéré Aslan Maskhadov fait entrer quelques leaders salafistes au gouvernement dans un objectif d'apaisement. Maskhadov perd alors la confiance de ses électeurs et de Moscou. Les salafistes en profitent pour s'imposer politiquement notamment dans la sphère judiciaire. Ils créent des tribunaux chariatiques. Cependant, l'incompétence, la corruption des juges ainsi que les châtiments et les exécutions en public rendent impopulaires ces tribunaux auprès de la population tchétchène[31]. En 1998, de violentes discordes apparaissent au sein du pouvoir entre salafistes et soufis. Le 15 juin, des combats éclatent à Goudermes entre soufis et salafistes. Maskhadov exige que les salafistes quittent la ville. Ces derniers sont évacués après des négociations menées par Bassaïev, qui prendra ensuite la tête des radicaux et s'installera au Daghestan voisin. Maskhadov révoque les salafistes du pouvoir. En 1999, les radicaux menés par Bassaïev reviennent à Grozny. Malgré la pression, un procès et l'exigence des radicaux d'imposer une république islamique, Maskhadov résiste et impose la loi chariatique qui ne sera jamais appliquée[31].

Malgré leur forte minorité, la capacité des salafistes à continuer d'exercer une influence s'explique par la faiblesse des théologiens soufis (comme le mufti Akhmad Kadyrov, futur président tchétchène). Ces derniers, ayant eu peu accès aux connaissances soufies depuis des dizaines d'années, peinent à faire face aux arguments de salafistes formés, qui prônent un Islam pur, se reposant sur la Sunna et le Coran[31].

Depuis 2004, pour lutter contre l'islamisme radical, Ramzan Kadyrov, revient à une forme de soufisme, tendance Qadiriyya (avec Dhikr au moins en hommage hebdomadaire à son père assassiné Akhmad Kadyrov)[réf. nécessaire]. Cependant, de nombreux soldats islamistes tchétchènes partent combattre au sein de l'Etat Islamique à partir de 2012[32].

À partir de 2007, Ramzan Kadyrov fait appliquer certaines règles de la charia, avec restreinte de certaines libertés individuelles et fondamentales. Ainsi, l'alcool se vend dans les villes moyennes, dans les mêmes proportions que certaines villes du reste de la fédération de Russie. Le port du voile est quasi-obligatoire pour les femmes dans l'espace public et le hidjab est obligatoire pour les fonctionnaires et étudiantes[33],[34]. Bien qu'imposant un discours religieux rigoriste, Kadyrov réprime les mouvements djihadistes et plus globalement tout mouvement rigoriste s'opposant au régime[35].

ChristianismeModifier

La Tchétchénie est partiellement christianisée entre le 8e et le 13e siècles, aux grandes époques du Royaume de Géorgie, particulièrement de la reine Tamar[réf. nécessaire].

Les chrétiens orthodoxes représentent environ 2 % de la population, et sont surtout constitués de minorités essentiellement Géorgiennes et Ossètes. Les protestants évangéliques sont environ 2 000, et d'implantation récente. Il y aurait environ une centaine de catholiques. Des animistes, peu nombreux, peuvent se rencontrer dans les zones de haute montagne, où des rites chamaniques sont pratiqués avec les rites musulmans, dans le cadre de traditions orales.

Globalement, il est difficile de se dire agnostique ou athée en Tchétchénie, et ceux qui le sont, sont très discrets, ou se cachent. Avant 1992, la population est plutôt tolérante, ou indifférente à la religion, et ressemble à de nombreuses autres contrées de l'ex-URSS, et le regain religieux est plutôt le fait des conséquences des guerres de Tchétchénie, ce qui fit renaître un sentiment identitaire, nationaliste, et communautaire, chez le peuple tchétchène.

Entre 1941 et 1944 les Tchétchènes (et les Ingouches) sont accusés de collaboration avec les Allemands. Les Tchétchènes qui collaborent alors le font plutôt pour échapper au joug stalinien, et à la politique de collectivisation, le caractère religieux étant vraiment absent à l'époque. Par l'Opération Tchétchévitsa en février 1944, de nombreux Tchétchènes (500 000) sont déportés, Tout le long passé violent entre Russie et Tchétchénie est désormais nié, avec la montée en puissance des forces spéciales tchétchènes, utilisées par la Russie dans les différents conflits.

LanguesModifier

Le tchétchène est parlé par 85 à 90 % de la population. Dans les grands espaces urbains, comme Grozny, au moins 90 % de la population parle parfaitement le russe. Le russe est obligatoire à l'école, dès la maternelle. La langue russe est moins importante dans les zones rurales, mais y est parlée par au moins 75 % de la population. Il existe une minorité de Tchétchènes qui ne parlent que le russe, et qui sont présents à Grozny, et qui représentent environ 10 % de la population. De petits groupes parlent des langues présentes dans le reste du Caucase comme l'ingouche, le laze, l'azéri, le géorgien ou encore l'arménien.

Les langues étrangères sont peu pratiquées, et il est difficile pour un étranger qui ne parle pas le russe de se faire comprendre. Toutefois, l'anglais, l'allemand, le farsi (persan), et le turc, sont des langues étrangères enseignées à Grozny à l'université. L'allemand et l'anglais sont des langues proposées dans les collèges et lycées, et il est possible d'apprendre le farsi ou le turc dans certains lycées de la république, surtout à Grozny.

SportsModifier

 
Le Coliseum de Grozny, accueillant des combats de boxe, ou autres sports de combats, inauguré pour le 38ème anniversaire de Razmazn Kadyrov[24].

Le sport est très présent dans l'éducation tchétchène. Cette culture du sport remonte au Moyen Âge pendant lequel la force physique et la santé étaient perçues comme une richesse. Les tchétchènes sont de très bon cavaliers et mêlent équitation et art des armes. Des compétitions de courses de chevaux, de lutte, d'art martiaux ou encore de lancers de pierre sont organisées régulièrement, y compris lors d'évènements traditionnels comme les mariages[24].

En Tchétchénie, les sports de combat tels que la lutte, la boxe, le MMA sont très pratiqués et prédominants[réf. nécessaire]. Plusieurs champions de lutte ou MMA sont issus de la Tchétchénie ou du Daghestan à l'image de Khabib Nurmagomedov[36], Zubaira Tukhugov[37] ou encore Abdulrashid Sadulaev[38],[39]. Bien que de nombreux imams tchétchènes affirment que le Coran interdit certains sports de combats comme la boxe, ceux-ci sont tout de même pratiqués par de nombreux musulmans tchétchènes, souvent par attrait économique. En 2014, Ramzan Kadyrov nomme lui-même Salah-Haji Mezhiev mufti suprême de la région, lequel conseille à la jeunesse tchétchène de pratiquer un sport de combat. Cependant, pour les femmes, depuis l'arrivée au pouvoir de Ramzan Kadyrov, il est difficile de pratiquer un sport (cela étant considéré par certains comme contraire aux valeurs de l'islam), celles-ci devant s'exiler à l'étranger pour en faire[24].

Le président Ramzan Kadyrov utilise le sport à des fins politiques, notamment en se mettant en scène dans une activité sportive ou en s'affichant régulièrement avec des personnalités comme le Daghestanais Khabib Nurmagomedov[36]. Les portraits de Ramzan Kadyrov et de Vladimir Poutine, souvent accompagnés de slogans, sont omniprésents dans les lieux sportifs. Le sport permet également de maintenir la population jeune éloignée du tabac, l'alcool, la drogue ou la délinquance[24].

Droits humainsModifier

Des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme accusent Ramzan Kadyrov d'avoir instauré une sévère dictature en Tchétchénie, de semer la terreur sur la population, d'enlever, torturer et exécuter divers suspects et innocents sans inculpation ni jugement[40],[41],[42],[43],[44], d'emprisonner de rares voix dissidentes en les faisant condamner sur la base d'accusations truquées[45], d'intimider, contraindre de s'excuser et humilier devant les caméras des internautes critiquant son pouvoir[46],[47],[48], de forcer les employés du secteur public et les étudiants à prendre part aux rassemblements de masse (meetings, soubbotniks, matchs de football, flashmobs) en menaçant de licencier les uns et d'exclure les autres[49],[50],[51],[52],[53], d'avoir bâclé les travaux de reconstruction dans la République en détournant une partie de l'argent destiné à cette fin, et de ponctionner les salaires des fonctionnaires au profit de sa mystérieuse « fondation Kadyrov »[54].

Droits LGBTModifier

Depuis 2017, il y a une persécution des homosexuels en Tchétchénie. En , Novaya Gazeta, un journal d’opposition russe affirme que les autorités tchétchènes ont mené un projet de répression des homosexuels, les arrêtant et parfois les battant à mort[55],[56],[57]. Selon plusieurs témoignages, les autorités tchétchènes encouragent les familles à tuer leurs enfants homosexuels[58]. À la suite de ces révélations, fondées sur les témoignages de survivants, les journalistes ont été menacés par des responsables tchétchènes et des dirigeants religieux[59]. En , la situation est telle que certains pays de l'Union européenne décident d'accorder des visas aux homosexuels tchétchènes persécutés[60]. En 2017, le chanteur Zelimkhan Bakaev, disparaît après avoir été arrêté sur des soupçons d'homosexualité.

Économie et développementModifier

 
Aoul tchétchène, 19e siècle.

En Tchétchénie, se poursuit activement le programme de reconstruction résidentielle et industrielle, dont le but principal est de donner des logements convenables à la population, d'augmenter le PIB et de diminuer le chômage. À titre d'exemple, le combinat géant « Krasny Molot » — la plus grande entreprise de la république fondée en 1886, qui livrait de l'équipement pétrochimique dans 56 pays avant la guerre, a été entièrement détruit dans les années 1990. Sa reconstruction est terminée et le combinat est à nouveau opérationnel depuis le début 2006. L'aéroport de Grozny, le plus grand dans le Caucase du Nord, a rouvert en , entièrement rénové, avec une autoroute qui y mène depuis la capitale.

Depuis le début 2006, la reconstruction civile et résidentielle, effectuée sous la tutelle directe de Ramzan Kadyrov et financée en grande partie par sa fondation dont le financement provient des prélèvements obligatoires auprès des hommes d'affaires tchétchènes, a fortement augmenté. Kadyrov, qui se rend régulièrement aux chantiers, exigea en que le centre-ville de Grozny soit entièrement dépourvu des traces de guerre. Fin 2007, la ville est entièrement reconstruite.

La compagnie publique pétrolière « Grozneftegaz » a extrait en 2005 2,2 millions de tonnes du pétrole et 500 000 m3 de gaz naturel (700 000 tonnes de pétrole en 2001, 1,5 million en 2002, 1,8 million en 2003 et 2 millions en 2004). Les analystes estimaient que les gisements tchétchènes devraient diminuer et s'attendent à ce que le volume d'extraction s'établisse à 1,8 million de tonnes vers 2008 et qu'il continue à descendre par la suite.

Emploi, revenus de la population et développement humainModifier

Parmi les problèmes importants qu'affronte la société tchétchène actuelle, il faut noter le niveau record de chômage (impossible à déterminer en raison de la prépondérance du travail non déclaré), le nombre de chômeurs officiels étant de 340 000 personnes en 2006. Le chômage de masse induit un important niveau de pauvreté. Le budget de la Tchétchénie est d'environ de 250 milliards de roubles (environ 6 milliards d’euros) en 2011[réf. nécessaire].

EntreprisesModifier

Principaux secteurs de l'activité économiqueModifier

Agriculture et agro-alimentaireModifier

Le volume de la production agricole est de 11 milliards de roubles (2010). La branche principale de l'agriculture est l'élevage (70 % de la production agricole), la production végétale représente 30 %.

Des céréales, des vignobles et des légumes sont cultivés en Tchétchénie. La superficie ensemencée des cultures agricoles en 2010 s'élevait à 189 000 hectares, dont les céréales pour 54 %, les cultures fourragères - 33 %, les cultures industrielles - 8 %, les pommes de terre et les cultures de légumes et de melons - 5 %. La production céréalière est de 126 000 tonnes, la betterave à sucre - 40 000 tonnes, les pommes de terre - 22 000 tonnes, les légumes - 26 000 tonnes.

L'élevage avicole et ovin est bien développé dans le secteur de l'élevage. L'élevage de bovins est en cours. En 2010, le cheptel bovin s'élevait à 211 000, ovins et caprins - 195 000. Production de viande en poids carcasse - 21 000 tonnes, lait - 263 000 tonnes (2010).

Ces dernières années, il y a eu une croissance régulière de la production agricole en Tchétchénie. De 2004 à 2010, l'indice de la production agricole a augmenté de 41 %.

Industrie et constructionModifier

En 2011, le volume de production de l'industrie tchétchène s'élevait à 13,6 milliards de roubles, dont l'industrie extractive représentait 32 %, l'industrie de transformation - 8 %, la production et la distribution d'électricité, de gaz et d'eau - 60 %.

Depuis 2008, l'industrie de la ville de Grozny est représentée par les grandes entreprises suivantes : Grozneftegas, Transmash, Usine électromécanique de Grozny, Electropult-Grozny, Usine de meubles expérimentaux de Grozny, Usine de confection Berkat, Conserverie Grozny. À Gudermes, il y a une usine chimique. À Argun, il y a Pishchemash (production de voitures « VAZ »), CHP, ZhBZ.

CommerceModifier

Chiffre d'affaires du commerce de détail + 55,5 milliards de roubles (2009).

Le plus grand centre commercial de Tchétchénie est la ville de Grozny, qui représente plus de 50 % du commerce de détail de la république. Il y a beaucoup de magasins à Gudermes, les plus grands sont Detsky Mir, le centre commercial de Kosmos, le salon de meubles de l'Arizona, la maison de commerce de Zhemchuzhina et le marché central.

Place de la Tchétchénie dans l'économie russeModifier

CultureModifier

La culture Tchétchène a une histoire millénaire. Elle est représentée par l'ensemble des genres inhérents aux société civilisées, différant par son originalité ethnique, qui a été influencée à la fois par la situation géographique et l'environnement ethnoculturel[61]. Le folklore tchétchène est représenté par les genres suivants: mythologie, épopée héroïque, contes de fées, légendes, chansons (rituel, travail, berceuses, etc.), proverbes, folklore pour enfants, folklore religieux (hadis, nazms), œuvres de zhukhurgs et tyulliks. Seuls des fragments de la mythologie du peuple tchétchène ont été préservés[61].

PhilatélieModifier

Entre 1991 et 2003, les philatélistes eurent connaissance de l'émission de nombreux timbres de Tchétchénie. Certains sujets émis sur les timbres ne concernent pas la Tchétchénie, d'autres sujets abordent des héros tchétchènes des temps passés ou le patrimoine tchétchène. La Tchétchénie faisant partie intégrante de la fédération de Russie, les autorités russes ne reconnaissent pas l'émission de ces timbres, et les seuls timbres en vigueur et utilisés en Tchétchénie sont ceux de la fédération de Russie. L'usage de ces timbres « fantaisistes » est interdit en Tchétchénie. Les catalogues de philatélie reconnus, comme Yvert et Tellier et Michel ne reconnaissent pas ces timbres, surtout émis à l'étranger, et introuvables en Tchétchénie. On ignore à qui va la recette de la vente de ces timbres. Les philatélistes experts en émissions de timbres signalent l'émission de plus de 200 timbres différents entre 1991 et 2003. La vente de ces timbres, même dans un cadre de philatélie, est rigoureusement interdite en fédération de Russie, qui s'oppose à l'indépendantisme tchétchène sous toutes ses formes.

ArchitectureModifier

 
Bibliothèque nationale de la République tchétchène.

Après la guerre le patrimoine architectural existant jusqu'alors, notamment dans la capitale Grozny, a complètement été détruit[62]. Il reste cependant dans les zones montagneuses, là où les bombardements russes ont été moins intensifs, des maisons habitées par la majorité des Tchétchènes avant leur déportation en 1944 dans l'URSS. Cette architecture spécifique, est un des seuls patrimoines encore existants en Tchétchénie[réf. nécessaire].

Il existe également quelques tours datant du Haut moyen âge dans les montagnes[réf. nécessaire].

Depuis la reconstruction de la capitale, quelques édifices modernes s'élèvent sur la ville. L'ancienne bibliothèque Tchekhov (ru) avait été rasée et pillée pendant la première guerre en 1995. Le fond bibliothécaire est alors peu à peu reconstitué par des dons et des bénévoles[62]. La Bibliothèque nationale de la République tchétchène (ru) est inaugurée le 23 mars 2013[13].

À Grozny, l'avenue Poutine reconstruite en 2008 (anciennement avenue Pobeda) a une architecture inspirée des Champs-Elysées[24].

La résidence de Ramzan Kadyrov, construite en 2012, est un édifice qui se remarque dans Grozny. Elle a couté cent cinquante-neuf millions de dollars et comporte un important dispositif de sécurité couvrant ses quelques deux cent soixante mille mètres carrés. Elle comporte un parc, une mosquée privée, des tours en pierre traditionnelles tchétchènes, un zoo, une piscine, des salles d’entraînements, plusieurs maisons attribuées à ses proches et un manoir dans lequel il vit[24].

LittératureModifier

 
Portrait d'Ivan Bartolomei (1813–1870).

L'émergence de la littérature tchétchène est associée à l'utilisation de l'écriture. Les alphabets géorgien et grec d'origine byzantine étaient alors employés. Ainsi, les plus anciens ouvrages écrits en langue tchétchène sont les teptars (chroniques familiales) qui utilisent ces deux alphabets. En 1866, le militaire et écrivain russe Ivan Bartolomei (en) traduit les premiers éléments de folklore tchétchène vers la langue russe dans un abécédaire[63].

La littérature moderne tchétchène émerge dans les années 1920. Le recueil Chansons et histoires d'Ahmat Nazhayev est publié en 1923. Le journal Serlo, fondé à Grozny en 1925, publie des histoires, des essais et des vers en langue tchétchène d'Abdi Dudayev, Shirvani Sagaipov, Mahmad Salmurzayev et Issa Eldarkhanov. Le genre littéraire dominant dans les années 1930 et 1940 est la poésie. Le thème dominant de la littérature tchétchène à partir des années 1920 est l'émancipation de la culture ancienne tchétchène au profit du modèle soviétique et des idées révolutionnaires[63].

À partir de la fin des années 1950 jusque 1980, une nouvelle génération d'écrivains comme Said-Bei Arsanov, Magomet Mamakaev et Khalid Oshaev arrivent aux côtés des anciens. Dans un de ses romans, Mamakaev dépeint le destin d'Aslanbek Sheripov, le principal dirigeant révolutionnaire tchétchène et commandant en chef de l'Armée rouge tchétchène[63].

La littérature tchétchène moderne est représentée par une variété d'écrivains et de genres[63].

Arts, musique et événements culturelsModifier

CinémaModifier

MédiasModifier

GastronomieModifier

Personnalités liées à la TchétchénieModifier

LittératureModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Закон РФ от 10 декабря 1992 г. N 4071-I "О внесении изменений в статью 71 Конституции (Основного Закона) Российской Федерации - России" » (consulté le ).
  2. (ru) Озеро Кезеной-Ам Site Ichkeria Online.
  3. (fr) [PDF] D'après l'Institut de physique du globe de Paris ([1]).
  4. (ru) В Грозном открыли аэропорт.
  5. [2].
  6. a et b « Tchétchénie - Russie, l'histoire d'une guerre interminable », sur TV5MONDE, (consulté le )
  7. a b et c « Chronologie de la Tchétchénie (1991-2010) », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Anne Le Huérou, Aude Merlin, Amandine Regamey et Silvia Serrano, « La Tchétchénie sans Maskhadov », Le Courrier des pays de l'Est, vol. 2, no 1048,‎ , p. 91 (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Avant la guerre en Ukraine : Tchétchénie, Géorgie, Crimée, Donbass, Syrie… 30 ans de guerres menées par la Russie », sur Sud-Ouest, (consulté le )
  10. a et b « Bagarreur, bling-bling et fan de lions : Ramzan Kadyrov, l'ami du Kremlin qui persécute les homosexuels de Tchétchénie », sur Franceinfo, (consulté le )
  11. « Ramzan Kadyrov a été officiellement désigné président de la République de Tchétchénie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Qui est Ramzan Kadyrov, le tyran tchétchène qui vient d’être promu général par Vladimir Poutine ? », sur Ouest France, (consulté le )
  13. a et b Aude Merlin, « Tchétchénie : silence, ordre et violence », sur Cairn, (consulté le )
  14. « En France, la double peine de la diaspora tchétchène », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « La Tchétchénie se rebelle: quelles sont les menaces du séparatismes en Russie? », sur Le HuffPost, (consulté le )
  16. Claude Bruillot, « Tchétchénie : vingt ans après la guerre, un Etat dans l’Etat », sur France Culture, (consulté le )
  17. Office français de protection des réfugiés et apatrides, Tchétchénie : le régime de Ramzan Kadyrov, (lire en ligne), p. 5
  18. Voir aussi (en) Sur la prise d'otages de Beslan.
  19. [3].
  20. (en) Amjad M. Jaimoukha, The Chechens: A Handbook, Psychology Press, (ISBN 978-0-415-32328-4, lire en ligne)
  21. LDH-Toulon] Tchétchénie, briser le silence.
  22. (ru) Tableur НАСЕЛЕНИЕ ПО НАЦИОНАЛЬНОСТИ И ВЛАДЕНИЮ РУССКИМ ЯЗЫКОМ ПО СУБЪЕКТАМ РОССИЙСКОЙ ФЕДЕРАЦИИ
    Tableur НАЦИОНАЛЬНЫЙ СОСТАВ НАСЕЛЕНИЯ
    Recensements russes de 1989 et 2002.
  23. (en) Judyth Twigg, « Russia’s Muslim and Slavic Populations », Differential Demographics,‎ , p. 138 (lire en ligne)
  24. a b c d e f et g Lukas Aubin, « Être fort comme un tchétchène », sur Cairn.info, (consulté le )
  25. (en) Lecha Ilyasov, The Diversity of the Chechen culture: from historical roots to the present, UNESCO Office Moscow, , 263 p. (ISBN 978-5-904549-02-2, lire en ligne), p.52-55
  26. Boris Kharsiev, « 9. Les cultures du nord du Caucase et leurs mutations au tournant du xxe siècle : Le cas du peuple ingouche », dans La Montagne des langues et des peuples : Imbrications et transferts culturels dans l’espace Caucase, Demopolis, coll. « Quaero », (ISBN 978-2-35457-171-9, lire en ligne), p. 241–252
  27. (en) Lecha Ilyasov, The Diversity of the Chechen culture: from historical roots to the present, UNESCO Office Moscow, , 263 p. (ISBN 978-5-904549-02-2, lire en ligne), p.65
  28. a et b Amandine Dusoulier (Russie, Caucase du Nord Géorgie), « Revendications nationales et islamisme en Tchétchénie », sur Observatoire Pharos, (consulté le )
  29. (en) Lecha Ilyasov, The Diversity of the Chechen culture: from historical roots to the present, UNESCO Office Moscow, , 263 p. (ISBN 978-5-904549-02-2, lire en ligne), p.66
  30. Maïrbek Vatchagaev, « 12. L’islam en Tchétchénie : sur fond d’aggravation de la situation politique, analyse et témoignage (1990-2005) », dans Religion et politique dans le Caucase post-soviétique : Les traditions réinventées à l’épreuve des influences extérieures, Institut français d’études anatoliennes, coll. « Rencontres d’Istanbul », (ISBN 978-2-36245-050-1, lire en ligne), p. 203–223
  31. a b c et d Maïrbek Vatchagaev, « 12. L’islam en Tchétchénie : sur fond d’aggravation de la situation politique, analyse et témoignage (1990-2005) », dans Religion et politique dans le Caucase post-soviétique : Les traditions réinventées à l’épreuve des influences extérieures, Institut français d’études anatoliennes, coll. « Rencontres d’Istanbul », (ISBN 978-2-36245-050-1, lire en ligne), p. 203–223
  32. (en) Julie Wilhelmsen et Mark Youngman, « Violent Mobilization and Non-Mobilization in the North Caucasus », sur www.jstor.org, (consulté le )
  33. Lorraine Millot, « La Tchétchénie soumise à la charia de Kadyrov », sur Libération (consulté le )
  34. « Qui est Ramzan Kadyrov, le tyran tchétchène qui vient d’être promu général par Vladimir Poutine ? », sur Ouest-France, (consulté le )
  35. « En Tchétchénie : « Un mélange de puritanisme musulman et de patriotisme russe » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. a et b « Planète Sport. En Tchétchénie, l’étrange amitié entre le dictateur Kadyrov et le champion de MMA Nurmagomedov », sur Franceinfo, (consulté le )
  37. « UFC: Tukhugov vole la vedette à Hooker avec un terrible TKO », sur RMC SPORT (consulté le )
  38. « SADULAEV Abdulrashid profile page », sur uww.org (consulté le )
  39. Alexandre Larcan, « Plus qu’un sport: comment le Daghestan est devenu fer de lance des champions en arts martiaux », sur Russia Beyond FR, (consulté le )
  40. Natalie Nougayrède, « La république caucasienne quadrillée par les milices tchétchènes de Kadyrov vit sous le règne de la terreur », sur Le Monde, (consulté le ).
  41. Joséphine Dedet, « Ramzan le Terrible », sur Jeune Afrique, (consulté le ).
  42. (en) Conor Sweeney, « Ex-rebel nominated as Chechen president despite torture claims », sur The Irish Times, (consulté le ).
  43. Vincent Prado (réalisé par), Tchétchénie : le jouet macabre de Poutine, France : Ligne de mire production, 2008.
  44. (ru) « Чеченские власти тайно расстреляли десятки людей » [« Les autorités tchétchènes ont secrètement fusillé des dizaines d'hommes »], sur Кавказ.Реалии,‎ (consulté le ).
  45. Ce serait le cas de l'homme politique Rouslan Koutaev, du journaliste du site indépendant Kavkazski Ouzel Jalaoudi Gueriev, et du responsable du centre des droits de l'homme Memorial Oyub Titiev ((ru) Елена Милашина, « МВД Чечни: в машине 60-летнего главы местного "Мемориала" Оюба Титиева обнаружили наркотики » [« Le ministère de l'Intérieur tchétchène : de la drogue a été trouvée dans la voiture du chef de la section locale de Memorial, Oyub Titiev, âgé de 60 ans »], sur Новая газета,‎ (consulté le )).
  46. (ru) Олег Краснов, « Кавказоведы заявили об игнорировании Кремлем унижений жителей Чечни » [« Les caucasologues constatent le laisser-faire du Kremlin face aux humiliations des habitants de Tchétchénie »], sur Кавказский узел,‎ (consulté le ).
  47. (ru) Александра Гармажапова, « Кадыров листает Инстаграм, да бургеры ест » [« Kadyrov surfe sur Instagram et mange des burgers »], sur Кавказ.Реалии,‎ (consulté le ).
  48. (ru) « Чеченка извинилась в эфире телеканала "Грозный" за критику полицейских, напавших на ее односельчан » [« Une Tchétchène s'est excusée sur la chaîne Grozny TV d'avoir critiqué les policiers qui s'en étaient pris à ses co-villageois »], sur NEWSru.com,‎ (consulté le ).
  49. (ru) « Власти собрали участников праздничного митинга в Грозном по разнарядке » [« Les autorités ont réuni les participants d'un meeting festif à Grozny sur la base de quotas »], sur Кавказский узел,‎ (consulté le ).
  50. (ru) Софья Романова, « Есть такая работа – на митинги ходить » [« Aller aux meetings, un boulot comme un autre »], sur Кавказ.Реалии,‎ (consulté le ).
  51. (ru) « Грозненцев заставили посетить игру "Ахмата" вопреки профилактике коронавируса » [« Des Grozniens forcés d'assister au match du FC Akhmat malgré les mesures de prévention du coronavirus »], sur Кавказский узел,‎ (consulté le ).
  52. (ru) « СМИ: жителей Грозного заставили посетить матч "Ахмата" вопреки профилактике коронавируса » [« Médias : des habitants de Grozny forcés d'assister au match du FC Akhmat malgré les mesures de prévention du coronavirus »], sur Кавказ.Реалии,‎ (consulté le ).
  53. (ru) « Чеченские педагоги сообщили о принуждении к флешмобу в поддержку Кадырова » [« Les pédagogues tchétchènes se disent contraints de faire une flashmob en soutien de Kadyrov »], sur Кавказский узел,‎ (consulté le ).
  54. Bernard de la Villardière (présentée par), Enquête exclusive. Tchétchénie : les coulisses d'une incroyable dictature, France : Piments Pourpres Productions, 2014.
  55. Fanny Marlier, « Arrestations, tortures… La Tchétchénie accusée de tuer des homosexuels », lesinrocks.com, 11 avril 2017.
  56. « VIDÉO. Oui, en Tchétchénie, il existe bel et bien des prisons secrètes pour homosexuels », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. « Meurtres d’homosexuels en Russie : « Être gay en Tchétchénie, c’est déjà être en danger de mort » », sur http://www.telerama.fr, (consulté le ).
  58. « La police demande aux parents de tuer leurs enfants gay », sur www.ledauphine.com, (consulté le ).
  59. « Russie : Des responsables tchétchènes et dirigeants religieux menacent des journalistes », sur www.hrw.org, (consulté le ).
  60. BFMTV, « Tchétchénie : des pays commencent à accorder des visas aux homosexuels persécutés », sur BFMTV (consulté le ).
  61. a et b (en) Lecha Ilyasov, The Diversity of the Chechen culture: from historical roots to the present, UNESCO Office Moscow, , 263 p. (ISBN 978-5-904549-02-2, lire en ligne)
  62. a et b Jean-Pierre THIBAUDAT, « Les livres se raniment dans Grozny en ruine. », sur Libération (consulté le )
  63. a b c et d (en) Lecha Ilyasov, The Diversity of the Chechen culture: from historical roots to the present, UNESCO Office Moscow, , 263 p. (ISBN 978-5-904549-02-2, lire en ligne), p.86-95

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier