Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Page d'aide sur les redirections « ETA » redirige ici. Pour les autres significations, voir ETA (homonymie).

Euskadi Ta Askatasuna[5], plus connu sous son acronyme ETA (pour « Pays basque et liberté » en basque), est une organisation armée basque indépendantiste d'inspiration marxiste (révolutionnaire).

(eu) Euskadi ta Askatasuna
ETA
Idéologie Indépendantisme basque à tendance marxiste
Objectifs Création d'un État basque (Euskal Herria) socialiste et indépendant
Statut actif
Fondation
Date de formation
Fondé par Eneko Irigaray, Iñaki López Dorronsoro, José Luis Álvarez Emparanza « Txillardegi », José María Benito del Valle, J. Manuel Agirre, Julen Madariaga et Patxi Iturrioz
Pays d'origine Pays basque espagnol
Actions
Victimes (morts, blessés) Policiers/Militaires : 486
Civils : 343
Total : 829[1]
Zone d'opération Espagne principalement, France
Période d'activité 1959-2011
Organisation
Chefs principaux José Miguel Beñarán Ordeñana (« Argala »), Mikel Karrera Sarobe (« Ata »)
Membres Environ 150 en liberté (2010)[2]
Branche politique KAS (pour ETA(m)), Batasuna
Financement Impôt révolutionnaire, enlèvement, braquage.
Sanctuaire France, Portugal et pays d'Amérique latine
Répression
Nombre de prisonniers 347 (2017[3]), +750 (1999[4])
Conflit basque

Fondée en 1959, l'organisation a évolué d'un groupe résistant au régime franquiste vers une organisation indépendantiste basque.

Depuis 1968, selon les chiffres officiels et les communiqués d'ETA[6], ETA a tué 829 personnes[1], fait des centaines de mutilés[7], commis des dizaines d'enlèvements et de nombreuses extorsions de fonds[8].

ETA et une partie du mouvement nationaliste basque dénoncent la répression et les crimes imputés au régime franquiste. Selon la fondation Euskal Memoria, depuis 1960, 494[9] personnes ont été tuées, 22 417[10] personnes ont été incarcérées dont 4 774[11],[12] ont porté plainte pour avoir été torturées. Néanmoins, l'avènement de la démocratie en Espagne en 1977 ne fera pas baisser le nombre des attentats. Au contraire, le bilan de ceux-ci, les séquestrations d'entrepreneurs et de personnalités publiques augmenteront fortement les années suivantes.

Le groupe est proscrit comme organisation criminelle par les autorités espagnoles[13]. Il est placé sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada, des États-Unis, de la France[14] et du Royaume-Uni et l'était jusqu'en 2009 sur celle de l'Union européenne[15] mais n'apparaît plus en 2010[16]. En janvier 2017, encore 347 prisonniers[3] sont incarcérés dans des prisons en Espagne, en France, et dans d'autres pays[17].

La plupart des revendications d'ETA portent sur l'indépendance du Pays basque ou Euskal Herria[18] et ce, dans un courant marxiste-léniniste[19]. La devise d'ETA est « Bietan jarrai » et signifie « continuer dans les deux voies ». Elle se rapporte aux deux figures du symbole, un serpent (représentant la sagesse, et par extension la politique) enroulé autour d'une hache (représentant la force, et par extension la lutte armée)[20],[21],[22].

Le 5 septembre 2010, l'organisation indépendantiste basque annonce un cessez-le-feu dans une vidéo remise à la chaine d'information anglaise BBC. Le 10 janvier 2011, ETA annonce un cessez-le-feu « permanent, général et vérifiable », ce qui correspond à l'appel dit « déclaration de Bruxelles », signée par différentes organisations internationales, et à l'« accord de Guernica », signé par les principales forces de la gauche abertzale, qui appelaient ETA à franchir ce pas. Dans ce communiqué, l'organisation se donne pour objectif d'obtenir la « fin de la confrontation armée » au Pays basque[23]. Le 20 octobre 2011, l'organisation indépendantiste basque annonce « la fin définitive de son action armée »[24].

Les manifestations qui peuvent rassembler des dizaines de milliers de sympathisants, principalement de gauche mais aussi conservateurs du Parti national basque et qui sont pour le gouvernement interdites, parce que considérées comme soutien direct à ses prisonniers, sont selon les organisateurs un ras-le-bol contre l'éloignement des militants détenus[25][26].

Sommaire

HistoireModifier

AntécédentsModifier

Immédiatement après la guerre, des membres démobilisés d'Eusko Gudarostea furent formés par les Etats-Unis pour renverser le gouvernement de Franco, certains formeront par la suites les instructeurs de l'ETA[27].

Pendant l'année universitaire 1951-1952, de jeunes intellectuels décident de fonder le groupe d'études sur le nationalisme basque Ekin (« entreprendre »). Ils se rapprochent par la suite des militants du mouvement EGI Euzko Gaztedi Indarra (Jeunesse basque), issu du Parti nationaliste basque (PNV). Les deux mouvement fusionnent, mais rapidement des désaccords éclatent entre les membres plus modérés d'EGI, défendant un nationalisme non violent proche de la Démocratique chérienne et atlantiste et les militants d'Ekin beaucoup plus radicaux. Fin 1958, ces derniers décident de créer une nouvelle organisation[28].

Création et décennies de lutte arméeModifier

Article détaillé : Conflit basque.
 
Logo d'ETA à Altsasu (création de Félix Likiniano).

Sa création remonte au . Presque immédiatement, ses militants affirment leur volonté d'obtenir par « la lutte armée » l'indépendance du Pays basque[28]. Des tracts sont distribués mais les militants veulent passer à l'action révolutionnaire[28]. En décembre 1959, les premières charges explosives sont placées dans les commissariats de police et des casernes de la garde civile. Dans l'été 1960, plusieurs bombes éclatent dans les gares du Pays basque[28]. Le premier mort est un bébé de 22 mois qui succombe de ses blessures à la suite de l'explosion d'une bombe dans la gare d'Amara de Saint-Sébastien[28]. La responsabilité de l'attentat non revendiqué ne sera connue que plusieurs décennies après[28].

L'organisation jouit à ses débuts d'une grande popularité, en particulier dans les milieux de gauche, non seulement au Pays basque, mais aussi dans le reste de l'Espagne pour son opposition frontale au régime dictatorial du général Franco[28]. Les Basques considéraient les etarras comme étant de vrais gudaris (défenseurs du gouvernement et du peuple basques pendant la guerre civile)[réf. nécessaire].

L'organisation bénéficie également à ses débuts du soutien du clergé basque. Nombre de militants du mouvement se réclament, en effet, de la doctrine sociale de l'Église. La date du n'a d'ailleurs pas été choisie au hasard : elle correspond tout à la fois à la date de fondation du PNV, mais aussi à celle de la mort d'Ignace de Loyola, une indication que l'organisation omettra une fois son virage vers le marxisme opéré[28]. Elle bénéficiera également d'une grande partie des infrastructures du PNV et ce jusqu'en 1962-64, date de la rupture avec le vieux parti nationaliste[28].

En 1962 a lieu sa première assemblée, dans laquelle elle est définie comme une « organisation clandestine révolutionnaire ». Elle exige la reconnaissance du basque comme seule langue officielle. En 1964, sous l'influence des membres maoïstes, les militants adoptent les principes de la « guerre révolutionnaire »[28]. L'ETA rompt tous ses liens avec le PNV qualifié de « bourgeois capitaliste »[28]. Ce discours rejoint celui de l'agitateur politique et écrivain Federico Krutwig qui affirme la nécessité de lier la lutte nationaliste pour la libération du Pays basque et la lutte des classes en faveur du « prolétariat international »[28].

En 1965, commencent les attaques à main armée et l'encaissement de l'impôt révolutionnaire (extorsion de fonds auprès de certaines cibles : individus considérés comme ennemis, entreprises...).

Le 7 juin 1968, le policier José Pardines Arcay est abattu. L'auteur, chef de l'ETA, Txabi Etxebarrieta, est abattu par la police. Le 2 août, en représailles, le commissaire Melitón Manzanas est abattu par ETA. Pour la première fois, l'organisation fait la une des journaux[28].

En décembre 1970, le procès de Burgos où 16 indépendantistes sont jugés connaît un large écho international soulevant des mouvements de protestation dans plusieurs pays. L'attentat qui tue en 1973 Luis Carrero Blanco, chef du gouvernement et présenté comme le successeur probable de Franco, bénéficie de nombreux commentaires médiatiques[28].

Néanmoins, l'attentat de Madrid du 13 septembre 1974 qui occasionne la mort de 12 civils fait perdre au mouvement une partie de ses soutiens dans la presse[28].

Divisions internesModifier

À partir de 1974, l'accroissement des attentats aboutit à la scission d'ETA en deux branches. L'une est « ETA militaire » ou ETA(m), composée en grande partie d'exilés vivant au Pays basque français qui considèrent qu'ETA doit être une organisation armée, subordonnée à la direction idéologique de KAS. L'autre est « ETA politico-militaire » ou ETA(p-m), composée principalement de militants vivant au Pays basque espagnol et qui considèrent que la lutte politique et la lutte armée doivent être le fait d'une seule et même organisation. Différents groupuscules marxistes, tiers-mondistes, guévaristes ou autres s'affrontent au sein du mouvement[28].

En 1976 les « poli-milis » privilégient la voie politique, subordonnant la voie militaire à celle-ci, et participent à la création de la coalition nationaliste de gauche Euskadiko Ezkerra (« gauche basque »). En 1977 les commandos spéciaux (bereziak) d'ETA « politico-militaire » rejoignent ETA « militaire ».

Paradoxalement, l'avènement de la démocratie en Espagne en 1977 n'a pas pour conséquence de faire baisser le nombre des attentats. Au contraire, le bilan de ceux-ci et des séquestrations d'entrepreneurs et de personnalités publiques s'alourdit fortement. Ainsi, entre 1960 et 1975, le nombre des victimes de l'ETA est de 44 personnes. Il sera de 118 victimes en 1980, l'année la plus sanglante[28].

En 1982 des pourparlers ont lieu entre le gouvernement central espagnol et la coalition Euskadiko Ezkerra pour mettre fin aux violences ; une amnistie pour les membres d'ETA poursuivis ou incarcérés est accordée en contrepartie de l'arrêt des activités terroristes. ETA « politico-militaire » s'auto-dissout cette même année, ses militants abandonnant l'usage de la violence pour atteindre leurs objectifs.

Cependant, ETA « militaire » (qui est désormais désignée simplement par « ETA », ETA « politico-militaire » s'étant dissoute) considéra comme traîtres ceux qui acceptaient de mettre fin à la lutte armée, et fit assassiner des membres d'ETA en exil qui rentraient au pays sous couvert de l'amnistie.

En 1995, ETA commença à cibler des élus basques, des intellectuels basques ou des policiers basques considérés comme « traîtres ». Une des actions les plus retentissantes de cette politique est l'assassinat d'un élu du Parti populaire, Miguel Angel Blanco en juillet 1997. Le sentiment de voir l'action d'ETA dégénérer en guerre civile, ainsi que la lassitude de la population devant la violence, ont érodé le support populaire à ETA.

En septembre 1998, ETA décida d'une trêve unilatérale. Devant l'échec des négociations avec le gouvernement espagnol, ETA rompit la trêve en novembre 1999. Les attentats recommencèrent.

À partir de 2002, année où est votée la Ley de partidos, le gouvernement central espagnol de José María Aznar, avec l'appui de l'opposition (PSOE), poursuit une série d'actions contre les organisations politiques et culturelles basques considérées comme étant liées ou soutenant l'action d'ETA : interdiction de partis politiques, d'associations, fermeture de journaux et de radios. Désormais elles peuvent être condamnées par délit d’apologie du terrorisme ou être interdites de participation à certains scrutins.

En 2005, le Parti communiste des terres basques, assimilé par les autorités à une branche politique de l'ETA et interdit en conséquence, avait obtenu plus de 12 % des voix aux élections parlementaires basques[29],[30].


ETA déclare une trêve en mars 2006 et dénoncera dans un communiqué ultérieur l'absence d'avancée significative de la part des gouvernements des États espagnol et français, reprochant notamment que le rapprochement des prisonniers politiques basques ne soit pas ébauché (l'argument retenu par l'organisation est que l'éloignement des prisonniers politiques basques à plus de 500 km de leur terre d'origine est appliqué).

Intransigeante sur la totalité des points négociés, ETA commet un nouvel attentat le dans l'aéroport madrilène de Barajas. Dans un communiqué adressé le lundi 4 juin 2007 aux quotidiens Berria et Gara, l’organisation basque ETA annonce la rupture définitive du cessez-le-feu permanent en vigueur depuis le 24 mars 2006.

Le 20 octobre 2011, l'ETA annonce l'arrêt définitif de ses activités armées[24].

« Terrorisme anti-terroriste »Modifier

En 1982 sont créés les Groupes antiterroristes de libération (GAL) qui ont pour but d'éradiquer les militants (ou supposé tels) d'ETA. Les GAL sont auteurs de nombreux attentats et assassinats de 1983 à 1987 dont certains visaient à provoquer la terreur contre des civils. La justice espagnole a poursuivi plusieurs militaires de la garde civile ainsi que des responsables du gouvernement espagnol du PSOE (ministre de l'Intérieur : Barrionuevo, secrétaire d'État à la sécurité : Rafael Vera) pour leur participation aux activités violentes du GAL[31].

Lutte anti-terroristeModifier

Le , une vaste opération policière autour de Salies-de-Béarn, en France, a permis l'arrestation du numéro un présumé de l'appareil politique d'ETA, Mikel Albizu Iriarte, alias Mikel Antza, et de sa compagne María Soledad Iparragirre Genetxea, dite « Anboto », chargée de la gestion de l'« impôt révolutionnaire » sur les entreprises.

Le à Cauterets, est arrêté Mikel Garikoitz Aspiazu Rubina, dit « Txeroki », considéré comme le chef militaire de l'organisation par le gouvernement espagnol.

Le au soir est arrêté dans le village de Montauriol, Pyrénées-Orientales, Jurdan Martitegi, soupçonné d'être le principal dirigeant militaire de l'organisation séparatiste basque ETA et successeur de Mikel Garikoitz Aspiazu Rubina, dit « Txeroki ».

Le , sont arrêtés Asier Borrero, Itziar Plaza et Iurgi Garitagoitia à Idron, près de Pau. Le 15 août, sont arrêtés Alberto Machain Beraza, Aitzol Etxaburu et Andoni Sarasola dans la station de montagne de Villarambert-le-Corbier, en Savoie. Le 19 octobre, Aitor Elizaran, considéré à Madrid comme le chef de l'appareil politique de l'ETA, et sa compagne Oihana Sanvicente à Carnac, en Bretagne. Le 28 février 2010, Ibon Gogeascoechea Arronategui, considéré comme le « numéro un », est arrêté en Normandie. Le 27 mai 2012, Oroitz Gurruchaga Gogorza, considéré comme le responsable de l'appareil militaire et du recrutement, et Xabier Aramburu, son adjoint, sont arrêtés à Cauna dans les Landes.

Le , Mikel Irastorza, considéré comme l'un des principaux chefs de l'ETA, est mis en examen à Paris[32].

Les 16 et 17 décembre 2016, cinq personnes sont interpellées à Louhoussoa pour leurs liens présumés avec l'ETA selon le Ministère de l'intérieur, alors que ces personnes, militantes reconnues de la société civile, et non-violentes, avaient annoncé vouloir favoriser le processus de paix en détruisant une partie de l'arsenal de l'ETA[33]. Un caméraman et une journaliste étaient d'ailleurs là pour enregistrer les faits et ont aussi été arrêtés. Ces arrestations seront suivies à Bayonne d'une manifestation d'environ 4000 personnes réclamant leur libération[34].

Bilan humainModifier

Si l'organisation a toujours été ultra minoritaire comptant entre 200 et 600 membres avec un maximum de 800 dans les années 1980, le bilan humain de 50 ans d'activisme armé est de 829 morts. De ce nombre, 486 étaient membres de l'armée ou de la police et 343 des civils. D'autres sources mentionnent 858 morts en tout[28]..

Victimes par année (829, au )
1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989
2 1 0 0 1 6 19 16 17 10 66 76 92 30 37 32 32 37 43 52 21 19
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010
25 46 26 14 12 15 5 13 6 0 23 15 5 3 0 0 2 2 4 3 1

Ces morts sont répartis géographiquement : 551 au Pays basque, 123 à Madrid, 55 en Catalogne, 40 en Navarre, 57 dans les autres régions d’Espagne et 3 en France.

A ces nombres s'ajoutent ceux de 113 militants de l'ETA ayant trouvé la mort lors de heurts avec la police et les forces de sécurité ou lors de suicides en prison[28].

Chronologie de quelques-unes des actions d'ETAModifier

  •  : premier assassinat reconnu. L'ETA tue Melitón Manzanas, chef de la police de Saint Sébastien et ancien collaborateur de la Gestapo pendant la Seconde Guerre mondiale[35].
  •  : une bombe explose sur le passage de la voiture de l'amiral Luis Carrero Blanco qui est tué. Il présidait le gouvernement espagnol et était considéré comme l'un des successeurs potentiels du général Franco.
  •  : attentat à la bombe dans la cafétéria Rolando, très fréquentée par la police, à Madrid : douze personnes sont tuées.
  • 22 juin 1977 : assassinat de Javier Ybarra y Bergue à Bilbao.
  • Septembre 1985 : premier attentat à la voiture piégée à Madrid : seize policiers et un civil sont tués[36].
  •  : assassinat à Madrid du vice-amiral Cristobal Colon de Carvajal[37].
  •  : un attentat à la voiture piégée à Madrid est imputé à l'ETA. Il fait 5 morts[37].
  •  : attentat à la voiture piégée à Madrid : douze gardes civils sont tués. Le chef du commando Madrid, Iñaki de Juana Chaos, est arrêté peu après.
  •  : attentat à la voiture piégée contre les locaux du ministère de la Défense à Madrid : 10 blessés[37].
  •  : attentat à la voiture piégée sur le parking du centre commercial Hipercor à Barcelone : 21 morts et 45 blessés. ETA avait averti par deux appels téléphoniques, deux heures avant l'explosion, de la présence d'une bombe, mais la police n'avait pas fait évacuer les lieux [38].
  •  : attentat à la voiture piégée près d'une caserne de la garde civile à Saragosse : 11 morts (dont 4 enfants).

Rapport de 2015Modifier

Rejetant la théorie du conflit, un rapport de 2015, commandé par le gouvernement basque à des historiens liés à l'université du Pays basque et appartenant à l'institut Valentín de Foronda, estime en revanche qu'Euskadi n'a pas été victime d'un conflit avec l'État mais d'une tentative de l'ETA d'imposer un projet totalitaire[44], ce qui correspond dans les grandes lignes à la position de l'État espagnol.

DésarmementModifier

Une opération policière du aboutit à l'arrestation de cinq personnes de la société civile du Pays basque nord (un syndicaliste, un agriculteur, un viticulteur et deux journalistes) chargées de rendre dix caisses d’armement aux autorités françaises, et fait apparaître des armes : une dizaine de pistolets-mitrailleurs Uzi, une dizaine de fusils d’assaut G3 (Hecler & Koch), une vingtaine de revolvers Smith & Wesson, des pistolets (Sig-Sauer, Star, Browning), des centaines de détonateurs, des dizaines de kilos d’explosifs, des cordons et des munitions. Suite à cela, le processus de désarmement souhaite éviter la condamnation des individus impliqués[45],[46].

Le , l'ETA fournit aux autorités françaises, via des « artisans de la paix » de la société civile basque, la liste et les emplacements de ses 8 caches d'armes en France, en vue de son désarmement total[47],[48]. Les caches sont fouillées par la police, sans violence ni résistance, qui y retrouve 3,5 tonnes d'armes, d'explosifs et de munitions[48].

FilmographieModifier

Un film permettant d'avoir une vision « de l'intérieur » de la relation qu'ont les Basques avec leur histoire politique est La pelote basque, la peau contre la pierre (Julio Medem, 2003).

  • Operación Ogro relate l'organisation et le succès de l'attentat contre l'amiral Luis Carrero Blanco.
  • Le film de Miguel Courtois, El Lobo (2006) raconte l'histoire d'un Basque devenant agent des services secrets espagnols et s'infiltrant au cœur de l'organisation basque entre 1973 et 1975.
  • ETA, une histoire basque, documentaire de 52 minutes diffusé sur France 5.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (es) Dans les pages du Ministère de l'Intérieur espagnol; ETA a tué 823 personnes jusqu'en 08/19/08
  2. Viewing cable 07 Madrid1241, Spain: Government Denies Rumored ETE Talks sur WikiLeaks.
    (en)« Most police observers believe that fewer than 150 ETA terrorists remain at large »
  3. a et b Des milliers de doigts levés en faveur des détenus basques sur Mediabask.
  4. Record du nombre de prisonniers basques Par AFP.
  5. ETA, sigle de Euskadi ta Askatasuna, Pays basque et liberté sur Larousse.fr
  6. (en) http://edition.cnn.com/2000/WORLD/europe/11/19/spain.eta/index.html
  7. (en) Article de Joshua Hammer Smithsonian magazine, January 2007
  8. Ediciones País, « Los extorsionados por ETA toman la palabra » (consulté le 30 juin 2015)
  9. (es),(eu) Liste des personnes tuées sur Euskal Memoria. Les personnes ont été enlevées et assassinées, dans les contrôles routiers, dans les incidents de rue, dans les mobilisations de rue, en prison, sous la torture, guerre sale, en déportation ou en exil (certains sont morts après leur retour en Euskal Herria), parents de prisonniers ou de réfugiés, militants.
  10. (es),(eu) Liste des personnes incarcérées sur Euskal Memoria.
  11. (es),(eu) 9600 personnes auraient été torturées et 4774 personnes ont porté plainte. Liste des personnes torturées sur Euskal Memoria.
  12. Euskal Memoria recense 9600 cas de tortures en 50 ans au Pays basque sur le Journal du Pays Basque.
  13. http://www.france24.com/fr/en/20080308-espagne-pays-basque-eta-financement-entite-criminelle
  14. French list of terrorist organizations, in the annex of Chapitre XIV
  15. [PDF]http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2009:023:0025:0029:FR:PDF
  16. http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2010:178:0001:01:FR:HTML
  17. (es) La cifra de presos de ETA es la más alta de la última década con 728 encarcelados. El Confidencial, 07 January 2008
  18. (en) BBC NEWS World Europe Who are ETA ?
  19. (en) "What is the MNLV (4)"
  20. (es) Article en espagnol décrivant la signification de la hache et du serpent
  21. (es) Article en espagnol incluant le logo d'ETA
  22. (es) Article en espagnol incluant le logo d'ETA fait à la main
  23. « ETA anuncia un alto el fuego "permanente, general y verificable" », Público,‎ (lire en ligne)
  24. a et b ETA annonce la fin de son action armée sur le site du Monde. Consulté le 20 octobre 2011.
  25. « Les nationalistes basques défient Madrid dans les rues de Bilbao », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  26. « Le ras-le-bol basque contre l’éloignement des prisonniers de l’ETA », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  27. (es) El caso de los comandos vascos, par Mikel Rodríguez
  28. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s Arnaud Imatz, « L'ETA: du nationalisme au marxisme », Nouvelle Revue d'Histoire, Hors-Série, n°13H, Automne-Hiver 2016, p. 51-54
  29. « Archivo de Resultados Electorales », sur www.euskadi.eus
  30. « ESPAGNE. Et ETA créa le Parti communiste des terres basques », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  31. http://www.liberation.fr/monde/0109179603-detail-de-la-sale-guerre-contre-les-basques-recit-du-rapt-et-de-l-execution-de-deux-proches-de-l-eta-par-la-garde-civile-espagnole
  32. « Un des principaux chefs présumés de l'ETA, Mikel Irastorza, mis en examen à Paris », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  33. « Communiqué », sur cité par Médiabask,
  34. Michel Garicoïx (Bayonne correspondant), « A Bayonne, 4 000 personnes protestent contre les arrestations de Louhossoa », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  35. (es) Maria Antonia Iglesias, « HABLAN LAS VÍCTIMAS DE MELITÓN MANZANAS », El Païs,‎ (lire en ligne)
  36. Juliette Cua, « ETA: 50 ans de violence au Pays basque espagnol », L'Express,‎ (lire en ligne)
  37. a, b et c Chronique du XXe siècle : 1986 - Editions Larousse (ISBN 2-03-503218-0)
  38. (en) Associated press, « Barcelona bomb kills 15 civilians », nytimes.com,‎ (lire en ligne)
  39. Article de La Vanguardia du 30 mai 1991.
  40. C. M. et L.S., « Landes : le policier espagnol en "état de mort cérébrale" », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  41. http://hendayecitoyens.over-blog.com/article-32885156.html
  42. « Espagne: Deux attentats en plein été, le tourisme risque de souffrir », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  43. Page dédiée sur la base nominative et circonstanciée des policiers français victimes du devoir: http://policehommage.blogspot.fr/2010/03/jean-serge-nerin-csp-melun-val-de-seine.html.
  44. Ediciones País, « No hubo conflicto vasco, sino totalitarismo de ETA » (consulté le 30 juin 2015).
  45. « Des centaines d'armes et d'explosifs dans la nature, l'imposant arsenal de l'ETA », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  46. « Le désarmement de l’organisation ETA, un casse-tête pour l’Etat », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  47. « Sud-Ouest. ETA rend les armes après 40 années d'insurrection », ouest-france.fr,‎ (lire en ligne)
  48. a et b « ETA. Près de 3,5 tonnes d'armes, explosifs et matériels retrouvés », ouest-france.fr,‎ (lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Euskadi ta Askatasuna.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier