République populaire de Donetsk

république proclamée sans reconnaissance internationale au sein de l'Ukraine

République populaire de Donetsk

(ru) Донецкая Народная Республика

(uk) Донецька народна республіка

Drapeau
Drapeau de la république populaire de Donetsk
Blason
Armoiries de la république populaire de Donetsk
Hymne Slavsia Respoublika nacha narodnaïa
Description de l'image Location of Donetsk People's Republic.png.
Administration
Forme de l'État République populaire
Revendiqué par Drapeau de l'Ukraine Ukraine (oblast de Donetsk)
Reconnu par Drapeau de la Russie Russie
Et autres
Président de la République Denis Pouchiline
Premier ministre Alexandre Anantchenko
Parlement Conseil populaire
Langue officielle Russe
Capitale Donetsk
Géographie
Superficie totale 7 853 km2
Fuseau horaire UTC +3[1]
Histoire
Indépendance Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Déclarée
Démographie
Population totale (2018, estimée) 2 302 444 hab.
Densité 293 hab./km2
Économie
Monnaie Rouble russe[2]
Divers
Indicatif téléphonique +380 62

La république populaire de Donetsk (RPD en forme abrégée[a] ; en russe : Донецкая Народная Республика, Donetskaïa Narodnaïa Respoublika) est une organisation quasi-étatique sécessionniste de l'Ukraine, qui s'autoproclame État, dans l'oblast de Donetsk le et contrôlant une partie de celui-ci. Le , Vladimir Poutine annonce la reconnaissance russe de l'indépendance des républiques du Donbass, dont celle de Donetsk. Cette reconnaissance fait immédiatement l'objet d'une large condamnation au Conseil de Sécurité des Nations Unies.[4]

HistoireModifier

La république de Donetsk est d'abord le nom d'une organisation active à partir de et ayant pour projet l'autonomie territoriale de l'oblast de Donetsk[5]. L'idée d'un référendum sur l'avenir de l'oblast de Donetsk dans le contexte du conflit russo-ukrainien est lancée notamment par Pavel Goubarev, gouverneur choisi à main levée par les manifestants de Donetsk en  ; il est arrêté trois jours plus tard par la SBOu ukrainienne et libéré en , en échange de prisonniers des forces « Alpha ». Entre-temps a lieu le référendum d'autodétermination de la Crimée, le .

AutoproclamationModifier

Le s'est tenu un référendum d'autodétermination à Donetsk organisé par les insurgés pro-russes qui revendiquent la victoire avec environ 90 % des voix pour l'indépendance de la république de Donetsk[6]. Néanmoins, ce référendum n'est reconnu ni par l'Union européenne, ni par les États-Unis, ni même par la Russie qui se contente du silence, et le procureur général de Kiev déclare cette république de Donetsk « organisation terroriste » ().

Le , l'un des responsables séparatistes de Donetsk, Denis Pouchiline, demande à Moscou d'étudier le rattachement de la République populaire de Donetsk à la fédération de Russie[6], alors que selon Djavad Iskenderov, co-président du gouvernement temporaire, il n’était pas question de rejoindre la fédération de Russie, malgré les liens avec cette dernière[7]. Igor Strelkov devient commandant militaire dans la République populaire de Donetsk également le .

Mi-mai, plusieurs responsables séparatistes sont mis en cause, leurs anciennes activités financières en Russie, impliquant notamment des pyramides financières douteuses, étant révélées au public[8]. Les jours suivants, Alexandre Borodaï, citoyen russe de 41 ans et possible agent du FSB, devient chef du gouvernement de la république de Donetsk[9].

Début de la guerre du DonbassModifier

Le , lors d'un congrès, la république populaire de Donetsk décide de s'unir avec la République populaire de Lougansk (abrégée en « RPL ») pour former les États fédérés de Nouvelle-Russie (Novorossia)[10], qui finissent par prendre le nom d’Union des républiques populaires.

Parallèlement les opérations contre les insurgés s'intensifient. Le , l'aviation ukrainienne à bord de Mig-29, Su-25, et d'hélicoptères Mil Mi-24 attaque les insurgés, provoquant la mort de dizaines de rebelles et civils. Début juin, des colonnes de chars entourent la ville. Le , un attentat par balles vise Denis Pouchiline, tuant son assistant[11]. Dans la nuit du 12 au , une bombe fait exploser la voiture de Denis Pouchiline, qui ne se trouvait pas à bord, et tue deux autres de ses assistants. L'« opération anti-terroriste », telle qu'elle est nommée par le pouvoir central de Kiev, se poursuit tout le mois de juin. La ville de Marioupol est reprise par l'armée ukrainienne (bataillon Azov[12], bataillon Donbass et bataillon Ukraine), les combats ayant commencé à l'aube du . Plusieurs pertes sont à déplorer du côté des insurgés et seulement des blessés légers du côté des forces de Kiev. « Le plan se réalise avec succès » déclare le ministre de l'Intérieur ukrainien Arsen Avakov[13]. Trois cents personnes sont arrêtées ce même jour, dont le maire, Alexandre Fomenko. Le , selon l'agence de presse russe ITAR-TASS, une dizaine de civils meurent et plus d'une dizaine d'autres sont blessés dans un assaut mené par les forces gouvernementales, près de Kramatorsk[14].

Le , l'armée ukrainienne reprend militairement les villes de Sloviansk et Kramatorsk[15],[16]. La ville de Siversk est reprise par l'armée ukrainienne le . Des lance-roquettes Grad sont déployées à dix kilomètres de Donetsk au village d'Olenivka, le [17].

Le même jour, le ministre de la Sécurité de la RPD, l’Ukrainien Alexandre Khodakovski, est remplacé par Vladimir Antioufeïev, homme politique russe de Transnistrie.

Le , le vol Malaysia Airlines 17 est abattu par un missile sol-air au-dessus du territoire contrôlé par les forces de la RPD, chacune des parties en conflit accusant l’autre d’être responsable de la catastrophe. Les services secrets ukrainiens (SBU)[18] et le gouvernement américain[19] affirment que le missile a été tiré à partir d'une zone tenue par les rebelles de la RPD, d'après des images satellitaires non publiées, et que le système de missile utilisé, SA11, est de fabrication russe et a pu être livré par la Russie aux séparatistes.

L'équipe d'enquête néerlandaise (JIT pour « Joint Investigation Team ») publie son rapport définitif le  : « Le JIT est convaincu d'avoir obtenu des preuves irréfutables pour établir que, le 17 juillet 2014, le vol MH-17 a été abattu par un missile Buk 9K38. Selon le JIT, il y a aussi des preuves identifiant l'emplacement de tir dans un champ, près de Pervomaïskyï, en zone occupée à cette période par les combattants pro-russes. […] ». Le rapport conclut, également, que le système Buk a été introduit par le territoire de la Russie. Et qu'après le tir, celui-ci est retourné en Russie en traversant la frontière la nuit-même[20].

Le même jour, à Moscou, Denis Pouchiline démissionne de ses fonctions de président du soviet suprême de la République populaire de Donetsk, son successeur par intérim est Vladimir Makovitch[21] ; puis, Boris Litvinov est élu le [22]. Le , trois villes de la région de Donetsk sont attaquées et prises par les forces loyalistes : Dzerjynsk, Roubijne et Soledar, ainsi qu'une banlieue de Donetsk, Pisky. Ce même jour également, les forces loyalistes avancent dans la banlieue de Louhansk[23].

Remplacement des dirigeants russesModifier

 
Donetsk, le .

Le , le Premier ministre Alexandre Borodaï laisse son poste à l’Ukrainien Alexandre Zakhartchenko, réduisant en apparence l’influence des citoyens russes dans le gouvernement de la RPD[24]. Le 14 août, est annoncé le remplacement du ministre de la défense Strelkov, Russe, par l’Ukrainien Vladimir Kononov[25]. Parallèlement le dirigeant de la RPL Valéri Bolotov est remplacé le même jours par Igor Plotnitski[26].

Le , la ministre des affaires étrangères Ekaterina Goubareva (Ukrainienne) est démise de ses fonctions et remplacée par Alexandre Karaman, homme politique de Transnistrie proche de Vladimir Antioufeïev.

Un volontaire russe ayant combattu dans les rangs des séparatistes, Anton Raïevski, interprète la réorganisation du personnel dirigeant la RPD comme une purge ciblée des partisans de Strelkov, qui aurait perdu les faveurs du Kremlin, par l’équipe d’Antioufeïev, plus expérimentée et proche des services secrets[27].

Succession historiqueModifier

En février 2015, par une résolution parlementaire, la République populaire de Donetsk se revendique comme l'État successeur de la république soviétique de Donetsk-Krivoï Rog[28],[29].

Assassinat d'Alexandre ZakhartchenkoModifier

Le , Alexandre Zakhartchenko et son garde du corps meurent des suites d’un attentat à la bombe survenu dans un café au centre de Donetsk[30]. Après la démission d'Igor Plotnitski de la tête de la République populaire de Lougansk et l'assassinat de plusieurs responsables militaires, la mort d’Alexandre Zakhartchenko marque la fin des dirigeants historiques des territoires séparatistes pro-russes[31].

Trois jours de deuil sont décrétés dans le Donbass séparatiste[32]. Le vice-Premier ministre, Dmitri Trapeznikov, assure l’intérim[31]. Denis Pouchiline le remplace une semaine plus tard[33].

Vladimir Pachkov, citoyen russe ancien vice-gouverneur de l'oblast d'Irkoutsk, est nommé Premier ministre le 5 février 2020[34].

Tensions entre l'Ukraine et la Russie en 2022Modifier

Le , les dirigeants pro-russes de Donetsk et Lougansk annoncent l'évacuation de civils (femmes, enfants, vieillards) vers l'oblast de Rostov en Russie[35] avec des allocutions pré-enregistrées deux jours auparavant[36]. Parallèlement une mobilisation générale est annoncée dans les deux entités séparatistes[37].

Le 21 février 2022, lors d'une allocution télévisée, Vladimir Poutine annonce la reconnaissance russe de l'indépendance des républiques du Donbass, dont celle de Donetsk[38].

Le 9 juin 2022, La République populaire de Donetsk condamne à mort deux Britanniques et un Marocain qui avaient rejoint les forces ukrainiennes pour terrorisme, activités mercenaires et tentative de renversement du gouvernement de la Donetsk.[39].

Politique et administrationModifier

Le pouvoir exécutif et législatifs siègent dans les anciens bâtiments de l'administration ukrainienne pris lors de la guerre en 2014.

Pouvoir exécutifModifier

La République populaire de Donetsk est dirigée par un président qui est élu au suffrage universel direct et par un Premier ministre nommé par le président. L'actuel président est Denis Pouchiline et le premier ministre est Vladimir Pachkov.

Pouvoir législatifModifier

Le pouvoir législatif est exercé par le Conseil populaire qui est renouvelé tous les quatre ans lors d'élections législatives. Le Conseil populaire est actuellement présidé par Volodymyr Bidyovka et les dernières élections législatives ont eu lieu le 11 novembre 2018.

Pouvoir judiciaireModifier

Organisation territorialeModifier

Au 23 février 2022, le territoire contrôlé par la République populaire de Donetsk est divisée en 17 divisions administratives[40] :

  1. Donetsk
  2. Dokoutchaïevsk
  3. Starobechevo
  4. Amvrossievka
  5. Telmanovo (Boïkovskoïe)
  6. Novoazovsk
  7. Khartsyzk
  8. Makeïevka
  9. Iassinovataïa
  10. Gorlovka
  11. Debalstevo
  12. Ienakievo
  13. Jdanovka
  14. Kirovskoïe
  15. Chakhtiorsk
  16. Thorez
  17. Snejnoïé

Les autres villes de l'Oblast de Donetsk contrôlées par l'Ukraine n'ont jamais été mentionnées par les séparatistes.

Liens avec l'extrémisme de droiteModifier

En juillet 2015, Alexandre Zakhartchenko, alors président de la République populaire autoproclamée, a déclaré qu'il avait ressenti du respect pour le parti ukrainien d'extrême droite Secteur droit dans deux situations : « Pour la première fois de ma vie, j'ai ressenti du respect pour eux. Je les ai respectés à deux moments : lorsqu'ils ont tabassé les homosexuels à Kiev et lorsqu'ils ont tenté de destituer Porochenko. J'ai réalisé que le Secteur droit étaient des hommes ordinaires comme nous »[41].

Les membres de la « République populaire de Donetsk » sont étroitement liés au parti néonazi Unité nationale russe (RNE), dirigé par Alexandre Barkachov. Le RNE est notamment lié à la milice « Armée russe orthodoxe » et Barkachov aurait, selon un enregistrement audio publié, donné personnellement des instructions à son commandant Dmitri Boïtsov[42]. Avec d'autres organisations d'extrême droite et néonazies comme le Mouvement de libération nationale et l'Union eurasienne de la jeunesse d'Alexandre Douguine, le RNE soutient la Russie dans la guerre en Ukraine et recrute des combattants[43]. Un membre de la RNE, Pavel Goubarev, est apparu comme le chef du département de mobilisation du ministère de la Défense de la soi-disant « République populaire de Donetsk »[44].

Réactions internationalesModifier

À l'occasion d'une réunion d'urgence à Genève le 17 avril 2014, la Russie, l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne se rejoignent sur le fait que les formations militaires illégales en Ukraine doivent être dissoutes, et que toute personne occupant des bâtiments administratifs doit déposer les armes et les quitter. L'accord ajoute la possibilité d'une amnistie pour tous les manifestants anti-gouvernementaux. Néanmoins les séparatistes pro-russes à Donetsk refusent ces conditions imposées unilatéralement, défiant ainsi les autorités de Kiev et mettant en question l'entente occidentale sur l'Ukraine[45],[46],[47].

En cas de non désescalade du conflit, les États-Unis avaient insisté sur le fait de prendre des « mesures additionnelles » (sanctions) contre la Russie[48],[49].

En août 2014, une représentation officielle de la RPD est accueillie en Serbie[50].

Bureau de vote à Donetsk, lors des élections du .

Le 2 novembre 2014, des élections générales sont organisées par les séparatistes pro-russes, Alexandre Zakhartchenko est alors élu président de la République populaire de Donetsk.

 
Alexandre Zakhartchenko, ex-président de la république populaire de Donetsk.

Le 26 juin 2017, trois élus locaux français (Christian Borelli, Hubert Fayard et Christiane Pujol), n'ayant pas compétence pour représenter leur pays, conviennent d'une représentation de la RPD en France confiant à Hubert Fayard un poste de « représentant honoraire de la République populaire de Donetsk à Paris »[51],[52]. En septembre 2017, une antenne non reconnue par le ministère français des Affaires étrangères est ouverte à Marseille[53]. Le 6 septembre 2018, elle est jugée légale par la justice française, qui la considère comme une association[54].

Reconnaissance de l'indépendanceModifier

Le , la Russie reconnaît à titre provisoire les pièces d'identité, passeports, diplômes émis par la République populaire et autorise les habitants à se rendre sur son territoire[55]. Ceci a été condamné par l'OTAN le 30 mars suivant[56].

Le , le président de la fédération de Russie Vladimir Poutine annonce, lors d'une allocution télévisée, que son pays reconnaît formellement l'indépendance des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk[57]. Cette déclaration intervient dans le cadre de la crise russo-ukrainienne de 2021-2022.

Suite à l'allocution de Poutine, le ministre des Affaires étrangères syrienne Faisal Mekdad annonce le 25 février reconnaître les deux républiques. L'agence de presse syrienne SANA a rapporté par la suite que la Syrie était « prête à établir des relations avec les républiques de Lougansk et de Donetsk »[58].

État membre de l'ONU reconnaissant l'indépendanceModifier

État membre de l'ONU soutenant la décision de la RussieModifier

États non membres de l’ONU reconaissant l'indépendanceModifier

Réunion du Groupe de MinskModifier

Les représentants de la République populaire de Donetsk et le gouvernement de Kiev signent le 5 septembre 2014 à Minsk un protocole d'accord prévoyant notamment un cessez-le-feu à partir du jour-même à 18 heures[68] et un statut particulier pour les oblasts de Donetsk et Lougansk dans le cadre d'une loi ukrainienne.

ArméeModifier

Droits de l'hommeModifier

Au cours de la guerre du Donbass, de nombreux cas de disparition forcée se sont produits sur le territoire de la République populaire de Donetsk. Le dirigeant de la RPD, Alexandre Zakhartchenko, a déclaré que ses forces arrêtaient jusqu'à cinq « subversifs ukrainiens » chaque jour. Le « Centre for Release of Captives » a estimé que le , environ 632 personnes étaient détenues illégalement par les forces séparatistes[69].

Le , le journaliste indépendant Stanislav Aseyev a été enlevé. Dans un premier temps, le gouvernement de facto du RPD a nié savoir où il se trouvait, mais le 16 juillet, un agent du « ministère de la Sécurité de l'État » du MRN a confirmé qu'Aseyev était sous leur garde et soupçonné d'« espionnage ». Les médias indépendants ne sont pas autorisés à faire des reportages à partir du territoire contrôlé par la RPD[70].

SymbolesModifier

ArmoiriesModifier

DrapeauModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Emploi par exemple dans le titre d'articles de presse[3].

RéférencesModifier

  1. (en) « DPR and LPR switch over to Moscow time », sur TASS (consulté le ).
  2. « О порядке использования валют на территории Донецкой Народной Республики », sur pravdnr.ru (consulté le )
  3. « L'un des assistants du chef de la RPD tué dans le centre de Donetsk » [archive du ], sur french.ruvr.ru (La Voix de la Russie), (consulté le ).
  4. Nations Unies, « Réunion d’urgence du Conseil de sécurité: large condamnation de la décision russe de reconnaître l’« indépendance » de certaines zones des régions de Donetsk et Louhansk », sur Site des Nations Unies,
  5. (uk)« Що таке "Новоросія" і як з нею бути », Українська правда, 15 août 2014, consulté le 23 mai 2020.
  6. a et b « La « république de Donetsk » demande à être rattachée à la Russie », sur journaldemontreal.com,
  7. « À la rencontre de cette « république populaire de Donetsk » », sur euronews.com,
  8. Pierre Avril, « Les ex-truands de la République de Donetsk », Le Figaro, 17 / 18 mai 2014, p. 10.
  9. Adrien Jaulmes, « Le mystérieux patron de la République de Donetsk », Le Figaro, 19 mai 2014, p. 6.
  10. « Ukraine : Donetsk et Lougansk forment un nouvel État », sur La Voix de la Russie,
  11. Denis Pouchiline ne se trouvait pas dans sa voiture ce soir-là
  12. Piotr Smolnar, Le Monde, 17 juin 2014, p. 5
  13. (ru) ITAR-TASS, Article du 13 juin 2014
  14. (en) ITAR-TASS, Ukraine's military continues shelling cities in Donetsk, Luhansk regions, 17 juin 2014
  15. Le drapeau ukrainien flotte à nouveau sur le bastion rebelle de Sloviansk, francetvinfo.fr, 5 juillet 2014.
  16. L'armée ukrainienne reprend Kramatorsk aux insurgés prorusses - article de francetvinfo.fr du 5 juillet 2014.
  17. (fr) RIA Novosti, Des lance-roquettes Grad sont déployés à 10 km de Donetsk, 16 juillet 2014
  18. (en) « SBU intercepts phone conversations of separatists admitting downing a civilian plane », Kyiv Post,‎
  19. « MH17 : les États-Unis affirment que le système de missile venait de Russie », Le Figaro,‎
  20. (uk) « JIT: Flight MH17 was shot down by a BUK missile from a farmland near Pervomaiskyi », Openbaar Ministerie,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (ru) Председатель Верховного совета самопровозглашенной Донецкой народной республики (ДНР) Денис Пушилин заявил о своей отставке.
  22. (ru) ITAR-TASS, article du 23 juillet 2014
  23. (ru) ITAR-TASS, article du 21 juillet 2014
  24. « À Donetsk, Zakhartchenko est la nouvelle tête des prorusses », sur liberation.fr, (consulté le )
  25. (ru) « Владимир Кононов назначен и. о. министра обороны ДНР вместо Игоря Стрелкова », sur kommersant.ru,‎ (consulté le ).
  26. (en) « The rebel leaders dropping out of the fight in eastern Ukraine », .
  27. (ru) « Русский фашист: спецслужбы ФСБ "зачищают неугодников Кремля" среди патриотов РФ на Донбассе », sur ipress.ua,‎ (consulté le ).
  28. (ru) « ru:Депутаты Народного Совета провозгласили ДНР преемником Донецко-Криворожской Республики » [« Deputies of the People's Council proclaimed DPR as the successor of the Donetsk-Krivoy Rog Republic »], dan-news.info,‎ (consulté le )
  29. (en) « Ukraine crisis: No breakthrough in talks between Hollande, Merkel and Putin », sur Telegraph.co.uk,
  30. « Ukraine - Le dirigeant séparatiste Zakhartchenko tué dans une explosion », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  31. a et b « Ukraine: le principal chef séparatiste prorusse tué dans une explosion », sur RFI, (consulté le )
  32. « L'est de l'Ukraine en deuil après la mort d'un dirigeant séparatiste », sur LExpress.fr (consulté le )
  33. La-Croix.com, « Atmosphère de purge dans le Donbass séparatiste », sur La Croix (consulté le )
  34. (en) « Russia in Review: The Kremlin's Fake De-escalation in Donbas », sur understandingwar.org, (consulté le ).
  35. (en) « Pro-Russian separatists order mass evacuation of eastern Ukraine », sur theguardian.com, (consulté le ).
  36. (de) « Prorussische Separatisten nahmen “dringenden” Evakuierungsaufruf schon vor zwei Tagen auf », sur 18 février 2022, derstandard.de (consulté le ).
  37. (en) « Ukraine rebels order full mobilisation as Putin oversees missile launch drills », sur theguardian.com, (consulté le ).
  38. « Указ Президента Российской Федерации № 71 “О признании Донецкой Народной Республики” », 21 février 2022.
  39. (en) « 3 sentenced to death for fighting on Ukraine’s side », AP News, 9 juin 2022.
  40. « Прием граждан | Официальный сайт Народного Совета ДНР », sur dnrsovet.su,‎ (consulté le )
  41. (ru) Захарченко заявил, что зауважал Правый сектор. In: Korrespondent, 18 juillet 2015.
  42. (en) « Is Anyone in Charge of Russian Nationalists Fighting in Ukraine? », sur The Washington Post, (consulté le ).
  43. (en) Natalia Yudina, « Russian nationalists fight Ukrainian war », Journal on Baltic Security, de Gruyter, vol. 1, no 1,‎ , p. 47–69 (DOI 10.1515/jobs-2016-0012, lire en ligne).
  44. (en) Timothy Snyder, « Far-Right Forces are Influencing Russia's Actions in Crimea », The New Republic,‎ (lire en ligne).
  45. Ukraine : des troupes russes à la frontière « en raison de la situation », Le Parisien, 18 avril 2014
  46. (en) Eastern Ukraine militants snub Geneva deal on crisis, BBC News, 18 avril 2014
  47. UKRAINE. Les pro-russes continuent d'ignorer l'accord de Genève, Le Nouvel Observateur, 19 avril 2014
  48. Ukraine : pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi, BFMTV, 15 avril 2014
  49. Ukraine : les États-Unis préparent « activement » de nouvelles sanctions contre la Russie, RTL Info, 16 avril 2014
  50. (en) « In Serbia, an office was opened for DNR », sur novorossia-onlain.info, .
  51. (en) « French politicians to visit Donbas to "support Russian army being bombarded by Ukraine" », sur Euromaidan Press, (consulté le )
  52. (ru) « Делегаты из Франции готовы сотрудничать с Республикой, в стране будет открыт Представительский центр ДНР (фото + видео) / Delegates from France are ready to cooperate with the Republic, the Representative Center of the DPR will be opened in the country (photo & video) | Официальный сайт ДНР », sur dnr-online.ru (consulté le )
  53. « Un ex-FN ouvre une ambassade de la République non reconnue de Donetsk », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. « La justice juge légale la «représentation de la République de Donetsk» en France », sur RFI (consulté le )
  55. « Ukraine: Moscou reconnaît les passeports des séparatistes », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  56. « Ukraine: l'Otan condamne la reconnaissance par Moscou des passeports séparatistes », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  57. a et b (no) Birk Tjeldflaat Helle, « Flere medier: Putin anerkjenner Donetsk og Luhansk som uavhengige stater », Dagens Næringsliv, (consulté le )
  58. a et b (en-GB) « Syria, Yemen's Houthis recognise independence of Russia-backed Donetsk, Luhansk », sur Middle East Monitor, (consulté le )
  59. (en-US) Anton Troianovski, « Putin Orders Troops to Separatist Regions and Recognizes Their Independence », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  60. « Guerre en Ukraine: la Syrie reconnait l'indépendance de deux territoires prorusses », sur RTBF, (consulté le )
  61. « Беларусь не стала признавать ДНР и ЛНР », sur amp.ura.news (consulté le )
  62. a et b (en) « Global Reactions to Russia's Recognition of East Ukraine Separatists », sur themoscowtimes.com, (consulté le )
  63. (en-US) « Central African Republic hails Russia’s decision to recognize the republics of Lugansk and Donetsk », sur Middle East 24 News English, (consulté le )
  64. (en) « Central Asian leaders mute on Ukraine, but markets and public reel », sur Eurasianet.org, (consulté le )
  65. « Conflit Ukraine-Russie : Le président vénézuélien Nicolas Maduro apporte son soutien à Poutine », sur 20minutes.fr,
  66. (en-US) « Abkhazia recognises Ukraine’s Donetsk and Luhansk », sur OC Media, (consulté le )
  67. (en) « South Ossetia recognizes independence of Donetsk People’s Republic », sur TASS (consulté le )
  68. « Ukraine: un cessez-le-feu conclu entre Kiev et les séparatistes », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  69. (en) « Rapport sur la situation des droits de l'homme en Ukraine: 1er décembre 2014 au 15 février 2015 » [PDF], Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, (consulté le ), p. 4.
  70. « URGENT ACTION: IMPRISONED JOURNALIST MUST BE RELEASED », Amnesty International, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier