République populaire de Lougansk

division administrative de la Fédération de Russie depuis 2022

République populaire de Lougansk
(ru) Луганская Народная Республика
Blason de République populaire de Lougansk
Emblème de la République populaire de Lougansk
Drapeau de République populaire de Lougansk
Drapeau de la République populaire de Lougansk
République populaire de Lougansk
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Non-intégré
District fédéral Sud
Statut politique République de la Russie, Territoire ukrainien sous occupation russe
Création (formation)
(sujet fédéral)
Capitale Louhansk
Chef de la République Leonid Passetchnik
Premier ministre Sergueï Kozlov
Démographie
Population 2 102 921 hab. (2022)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° nord, 39° est
Superficie 26 684 km2
Autres informations
Langue(s) officielle(s) Russe
Fuseau horaire UTC+03:00
Code OKATO 43
Hymne Гимн Луганской Народной Республики :
« Hymne de la République populaire de Lougansk »
Immatriculation pas encore assigné
Localisation
Localisation de République populaire de Lougansk
Liens
Site web sovminlnr.ru

La république populaire de Lougansk (en russe Луганская Народная Республика, Louganskaïa Narodnaïa Respoublika), ou de Louhansk (en ukrainien Луганська народна республіка, Louhanska narodna respoublika) selon la transcription, abrégé RPL ou par translittération LNR[1],[2], est une organisation quasi-étatique sécessionniste de l'Ukraine, créée par la Russie en 2014 dans les parties de l'oblast de Louhansk qu'elle occupe, et transformée en république, sujet de la fédération de Russie en 2022 après un référendum d'annexion à Louhansk conduit illégalement au regard du droit international par les forces d'occupation russes. La grande majorité de la communauté internationale n'a pas reconnu cette entité comme un État indépendant[3],[4]. Elle revendique comme capitale la ville de Louhansk (Lougansk), importante ville majoritairement russophone de l'est de l'Ukraine située dans le Donbass, qu'elle contrôle, de même que la quasi-totalité de l'oblast de Louhansk.

Le , Vladimir Poutine annonce la reconnaissance russe de l'indépendance des républiques du Donbass, dont celle de Lougansk. Cette reconnaissance fait immédiatement l'objet d'une large condamnation au Conseil de sécurité des Nations unies[5] et précède de trois jours l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022 ordonnée par le président russe.

Le 30 septembre 2022, la Russie annonce l'annexion de la république au sein de son territoire, en même temps que les autres territoires occupés[6].

Ni l'Ukraine ni la communauté internationale ne reconnaissent le statut de cette entité.

Histoire modifier

 
Le drapeau russe hissé le sur la façade du bâtiment de l'administration régionale.

À partir du , des hommes de la milice du Donbass sont engagés à Sloviansk contre l'opération ukrainienne « antiterroriste » menée par Tourtchynov, président ukrainien par intérim[7].

Le a lieu un référendum d'autodétermination. Jugé non démocratique par l'Union européenne, le référendum confirme l'indépendance de la république autoproclamée à une très large majorité. Le , son gouverneur, Valéri Bolotov, est blessé par un attentat au pistolet mitrailleur. Le , le procureur général d'Ukraine déclare la république populaire de Louhansk « organisation terroriste ».

Les opérations « anti-terroristes » redoublent en , faisant plusieurs centaines de morts. Dans la nuit du 14 au , les séparatistes abattent un avion de l'armée ukrainienne, tuant sur le coup quarante parachutistes et neuf membres d'équipage[8]. Trois jours après la chute de Sloviansk devant les forces gouvernementales ukrainiennes, un assaut de celles-ci est repoussé le par les forces rebelles de la république populaire de Louhansk[9]. Son président Valéri Bolotov démet son gouvernement le [10] puis démissionne le [11]. Il est remplacé par Igor Plotnitski.

L'offensive de l'armée gouvernementale ukrainienne contre la république populaire de Louhansk commence en , lors de la seconde phase de l'opération « anti-terroriste ». La ville de Lyssytchansk[12], située à 90 km au nord-ouest de Lougansk est reprise par l'armée ukrainienne le après avoir été le théâtre de violents combats[13],[14]. Pendant la contre-attaque des rebelles ukrainiens russophones d', l'aéroport international de Louhansk et ses environs sont repris par la rébellion à la fin du mois d'août[15].

Après une série de défaites des bataillons de volontaires ukrainiens pro-Kiev et de soldats, un cessez-le-feu est signé à Minsk, le entre les représentants de la république populaire de Lougansk, de la république populaire de Donetsk et du gouvernement de Kiev. Il est effectif ce même-jour à 18 heures[16]. Le , malgré le cessez-le-feu en vigueur depuis le , les tirs d'artillerie se font toujours entendre dans la ville, où un bataillon s'est installé afin que les recrues puissent s'entraîner à manier le fusil d’assaut et le lance-roquettes avant de partir au front[17].

À la suite du conflit opposant les Ukrainiens pro-Russes aux Ukrainiens pro-gouvernementaux, le Parlement ukrainien vote le 16 septembre une loi accordant une autonomie limitée pour les régions contrôlées par les pro-Russes, qui rejettent cette proposition[17].

Les armées de Donetsk et celles de Louhansk décident de fusionner le pour former les « forces armées des États de Novorossiya »[18],[19],[20]. Les mois de juillet et août sont désastreux pour elles, beaucoup d'analystes disant qu'elles sont sur le point de connaître la défaite. Une contre-offensive soudaine, soutenue par les troupes russes selon le gouvernement ukrainien, encercle des milliers de soldats ukrainiens et les force à se retirer[21].

Du 20 au , un coup d’État a lieu à Louhansk, après que le président Igor Plotnitski a tenté de limoger le ministre de l'Intérieur Igor Kornet. Ce dernier, soutenu par la république populaire de Donetsk et probablement par la Russie, force Plotnistki à fuir à Moscou et à démissionner et fait arrêter des membres de son entourage. Le chef des services secrets de Louhansk, Leonid Passetchnik, devient alors président par intérim. Profitant de la division entre les factions autonomistes, l'armée ukrainienne avance et reprend trois villages ainsi que des hauteurs stratégiques près de Debaltseve[22]. Elle cesse sa progression le au village de Krimskoe, qui ne se trouve qu'à une quarantaine de kilomètres au nord de Louhansk, à la suite de combats faisant 5 morts dans ses rangs[23].

Le 29 septembre 2022, conformément à l'annonce des résultats aux référendums, Vladimir Poutine signe des décrets reconnaissant l'indépendance des régions de Kherson et de Zaporijjia[24]. Le 30 septembre, le président russe prononce l'annexion de ces dernières ainsi que des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. L'annexion est formalisée le 5 octobre[25].

Politique et administration modifier

Le pouvoir exécutif et législatifs siègent dans les anciens bâtiments de l'administration centrale ukrainienne pris lors de la guerre de 2014.

Pouvoir exécutif modifier

La république populaire de Lougansk est dirigée par un président puis un chef (depuis le 5 octobre 2022) qui est élu au suffrage universel direct. L'actuel chef de la république est Leonid Passetchnik.

Pouvoir législatif modifier

Le pouvoir législatif est exercé par le Conseil populaire qui est renouvelé tous les quatre ans lors d'élections législatives. Le Conseil populaire est actuellement présidé par Denis Mirochnitchenko et les dernières élections législatives ont eu lieu le 11 novembre 2018.

Pouvoir judiciaire modifier

Organisation territoriale modifier

 

Réactions internationales modifier

 
L'oblast de Louhansk au sein de l'Ukraine.

À l'occasion d'une réunion d'urgence à Genève le , la Russie, l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne se mettent d'accord sur le fait que les formations militaires illégales en Ukraine doivent être dissoutes, et que toute personne occupant les bâtiments administratifs doit déposer les armes et les quitter. L'accord ajoute la possibilité d'une amnistie pour tous les manifestants anti-gouvernementaux. Néanmoins, les séparatistes Ukrainiens pro-Russes de Louhansk refusent l'accord, défiant ainsi les autorités centrales de Kiev et fragilisant une nouvelle entente occidentale sur l'Ukraine[26],[27],[28].

En cas de non désescalade du conflit, les États-Unis insistent sur le fait de prendre des « mesures additionnelles », c'est-à-dire des sanctions, contre la Russie[29],[30]. Le discours de Barack Obama en Pologne le est dirigé contre la Russie.

Reconnaissance de l'indépendance modifier

Le premier État à reconnaître l'indépendance de la république populaire de Lougansk est l'Ossétie du Sud à la suite d'un référendum[31].

Le , la Russie reconnaît à titre temporaire les pièces d'identité, passeports, diplômes émis par la république populaire de Lougansk et autorise les habitants à se rendre sur son territoire[32]. Ceci a été condamné par l'OTAN le 30 mars suivant[33].

Le , le président de la fédération de Russie Vladimir Poutine annonce, lors d'une allocution télévisée, que son pays reconnaît formellement l'indépendance des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk[34],[35]. Cette déclaration intervient dans le cadre de la crise russo-ukrainienne de 2021-2022.

La Syrie est le premier État à reconnaître les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk le 25 février 2022[36]. Le 13 juillet 2022, la Corée du Nord reconnaît à son tour les deux républiques[37].

États membres de l'ONU reconnaissant l'indépendance modifier

États membres de l'ONU soutenant la décision de la Russie modifier

États non membres de l'ONU ayant reconnu l'indépendance modifier

Culture modifier

 
Façade du palais de la Culture avec ses colonnes ioniques.

La ville possède un palais de la Culture (avant 2002 : palais de la Culture des cheminots) construit en forme de temple grec qui possède deux salles de spectacles (l'une de 450 places, l'autre de 132 places), quatre salles de danse, un foyer et accueille une vingtaine de clubs culturels.[réf. nécessaire]

La ville dispose de plusieurs bibliothèques, dont la plus importante est la bibliothèque Gorki, et de neuf musées : le musée régional, le musée d'Histoire (anciennement musée Vorochilov), le musée des beaux-arts, la galerie d'exposition de l'union des artistes, le musée de l'Aviation, le musée des Pompiers, le musée Vladimir-Dahl, l'appartement-musée Vladislav-Titov et enfin le musée du Génie mécanique.[réf. nécessaire]

Il existe en ville cinq salles de cinéma, un cirque (le cirque d'État de Lougansk) et quatre théâtres : le théâtre dramatique russe, le théâtre dramatique et musical ukrainien, le théâtre de marionnettes et le théâtre de variétés. La musique est bien représentée avec l'orchestre philharmonique régional, l'orchestre symphonique de Lougansk, le centre de création contemporaine « 7, place Rouge », le rock-club régional, l'orchestre du palais de la Culture, etc.[réf. nécessaire]

Armée modifier

Symboles modifier

Armoiries modifier

Depuis sa proclamation la RPL a plusieurs fois modifié ses symboles étatiques, passant d’un blason d’inspiration impériale en avril à une modification du blason ukrainien de l’oblast en juin et finalement à des armes de style soviétique fin octobre. Le drapeau a aussi été modifié à plusieurs reprises, il contient actuellement les armes actuelles[réf. nécessaire].

Drapeau modifier

Références modifier

  1. Céline Marangé, « Radioscopie du conflit dans le Donbass », Les Champs de Mars, vol. 29, no 1,‎ , p. 13–29 (ISSN 1253-1871, DOI 10.3917/lcdm.029.0013, lire en ligne, consulté le )
  2. « L’oblast de Lougansk grignoté par l’avancée ukrainienne », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  3. a et b Birk Tjeldflaat Helle et NTB, « Putin har beordret tropper inn i utbryterregionene i Øst-Ukraina », sur dn.no, (consulté le )
  4. a et b (en-GB) « Syria, Yemen's Houthis recognise independence of Russia-backed Donetsk, Luhansk », sur Middle East Monitor, (consulté le )
  5. Nations Unies, « Réunion d’urgence du Conseil de sécurité: large condamnation de la décision russe de reconnaître l’« indépendance » de certaines zones des régions de Donetsk et Louhansk », sur Site des Nations Unies, .
  6. « Poutine proclame l'annexion de quatre régions ukrainiennes ».
  7. https://www.lemonde.fr/europe/article/2014/04/13/ukraine-kiev-dit-passer-a-l-offensive-contre-les-prorusses-a-l-est_4400453_3214.html Le Monde
  8. Pierre Avril, « Entre Kiev et Moscou, l'heure est de nouveau à l'escalade », Le Figaro, 16 juin 2014, page 8.
  9. (ru) ITAR-TASS, article du 8 juillet 2014
  10. (en) Luhansk Republic’s government dismissed, ITAR-TASS News Agency, 4 juillet 2014
  11. (en) « The rebel leaders dropping out of the fight in eastern Ukraine », .
  12. Où se trouve notamment le bataillon Fantôme
  13. Ukraine : les miliciens ont quitté Lissitchansk, La Voix de la Russie, 25 juillet 2014.
  14. Ukraine : La ville de Lyssytchansk reprise aux séparatistes, 20 Minutes, 25 juillet 2014.
  15. Vidéo de l'aéroport de Louhansk.
  16. « Ukraine: un cessez-le-feu conclu entre Kiev et les séparatistes », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  17. a et b Laurent Geslin, « Ukraine : cessez-le-feu fantôme sur le front de Lougansk », Libération, (consulté le ).
  18. (ru) « ДНР и ЛНР приступили к созданию Армии Новороссии », sur Novorossiva,‎ (consulté le ).
  19. (en) « Donetsk, Luhansk armies to form armed forces », sur Information Telegraph Agency of Russia, (consulté le ).
  20. (en) « Kremlin-backed rebels form Novorossiya army », sur Kyiv Post, (consulté le ).
  21. (en) « After Re-Establishing Supply Lines, Ukrainian Separatists Launch Counteroffensive », sur Forbes, (consulté le ).
  22. « Ukraine : coup d'État fumeux dans la « République de Louhansk » », Le Figaro, (consulté le ).
  23. « Cinq soldats ukrainiens tués dans l'Est », Le Figaro, (consulté le ).
  24. (en) « Kremlin recognizes independence of two Ukrainian regions », sur Welle (www.dw.com), (consulté le )
  25. « Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du mercredi 5 octobre », sur Franceinfo, (consulté le ).
  26. Ukraine : des troupes russes à la frontière « en raison de la situation », Le Parisien, 18 avril 2014.
  27. (en) Eastern Ukraine militants snub Geneva deal on crisis, BBC News, 18 avril 2014
  28. UKRAINE. Les pro-russes continuent d'ignorer l'accord de Genève, L'Obs, 19 avril 2014.
  29. Ukraine : pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi, BFM TV, 15 avril 2014.
  30. Ukraine : les États-Unis préparent « activement » de nouvelles sanctions contre la Russie, RTL Info, 16 avril 2014.
  31. (en) South Ossetia recognizes self-proclaimed Lugansk People's Republic, The Voice of Russia, 17 juin 2014
  32. « Ukraine : Moscou reconnaît les passeports des séparatistes », Le Figaro (consulté le ).
  33. « Ukraine: l'Otan condamne la reconnaissance par Moscou des passeports séparatistes », Le Figaro (consulté le ).
  34. (no) Birk Tjeldflaat Helle, « Flere medier: Putin anerkjenner Donetsk og Luhansk som uavhengige stater », Dagens Næringsliv, (consulté le ).
  35. « Poutine reconnaît l'indépendance de deux territoires séparatistes ukrainiens », L'Express, (consulté le ).
  36. a et b « Guerre en Ukraine: la Syrie reconnait l'indépendance de deux territoires prorusses », sur RTBF, (consulté le )
  37. a et b (en) « North Korea recognises breakaway of Russia's proxies in east Ukraine », sur reuters.com, (consulté le )
  38. « Беларусь не стала признавать ДНР и ЛНР », sur amp.ura.news (consulté le )
  39. a et b (en) « Global Reactions to Russia's Recognition of East Ukraine Separatists », sur themoscowtimes.com, (consulté le )
  40. (en-US) « Central African Republic hails Russia’s decision to recognize the republics of Lugansk and Donetsk », sur Middle East 24 News English, (consulté le )
  41. (en) « Central Asian leaders mute on Ukraine, but markets and public reel », sur Eurasianet.org, (consulté le )
  42. « Conflit Ukraine-Russie : Le président vénézuélien Nicolas Maduro apporte son soutien à Poutine », sur 20minutes.fr
  43. (en-US) « Abkhazia recognises Ukraine’s Donetsk and Luhansk », sur OC Media, (consulté le )
  44. (en) « South Ossetia Recognizes 'Luhansk People's Republic' », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le ).

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier