Ouvrir le menu principal

Accord sur l'immigration entre la Turquie et l'Union européenne

L'Accord sur l'immigration entre la Turquie et l'Union européenne est un texte signé le 18 mars 2016, prévoyant des mesures réciproques en matière d'immigration, et communiqué au public le même jour[1].

Principales dispositionsModifier

Le texte prévoit que la Turquie, où transitent un grand nombre d'immigrants illégaux à destination de l'union européenne, mettra en œuvre des dispositions visant à faire cesser (ou fortement diminuer) ces migrations, et s'engage à accepter le retour sur son sol des migrants ayant franchi la frontière entre la Turquie et la Grèce après le 20 mars 2016[1]. Sont concernés les « migrants n'ayant pas besoin d'une protection internationale qui partent de la Turquie pour gagner la Grèce et […] les migrants en situation irrégulière interceptés dans les eaux turques »[1].

En contre-partie, l'UE s'engage à lever les restrictions sur les visas attribués aux Turcs pour entrer dans l'espace Schengen à la fin du mois de juin 2016, sous réserve d'une évaluation des actions de la Turquie en matière de lutte contre les transits de migrants[1].

Concernant les Syriens éligibles à la demande d'asile, ceux-ci ne seront acceptés sur le sol de l'UE qu'en contre-partie du nombre de Syriens renvoyés sur le sol turc, et dans la limite de 72 000 personnes[1],[2].

Par ailleurs, l'Union européenne s'engage à accélérer le versement d'un fonds de 3 milliards d'euros antérieurement prévu afin de contribuer aux frais que représente pour la Turquie l'accueil de ces migrants, puis à accorder, en cas de respect des critères, une seconde tranche conditionnelle de 3 autres milliards après épuisement de la première[1],[2].

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f « Déclaration UE-Turquie, 18 mars 2016 », sur www.consilium.europa.eu, (consulté le 7 août 2016).
  2. a et b Cécile Ducourtieux, « Migrants : pacte sans gloire entre l’Union européenne et la Turquie », sur Le Monde.fr, (ISSN 1950-6244, consulté le 7 août 2016).

Pour aller plus loinModifier

  • Charles de Marcilly, « L'accord UE-Turquie et ses implications - Un partenariat incontournable mais sous conditions », Questions d'Europe n° 396, Fondation Robert Schuman,‎ (lire en ligne).