Marine ukrainienne

Forces navales ukrainiennes
Image illustrative de l’article Marine ukrainienne
Emblème de la marine ukrainienne.

Création 19171921
Pays Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Type Marine de guerre
Effectif 6 500 militaires
Fait partie de Forces armées de l'Ukraine
Composée de infanterie navale ukrainienne,
artillerie côtière
,aviation navale ukrainienne
Garnison Odessa, Mykolaïv, Berdiansk et Marioupol
Anniversaire chaque premier dimanche de juillet
Guerres
Conflit russo-ukrainien
Batailles Crimée 2014 ; Donbass 2014 ; Ukraine 2022
Commandant Vice-amiral Oleksiy Neïjpapa
Pavillon Naval ensign of Ukraine.svg
Pavillon de beaupré Flag of Ukraine.svg

La marine ukrainienne (en ukrainien : Військово-Морські Сили України, ВМСУ ; Viskovo-Morski Sili Ukrayini, VMSU) est la branche maritime des Forces armées de l'Ukraine. Elle a pour mission d'opérer dans la mer Noire, la mer d'Azov et le delta du Danube.

Elle consiste en quatre composantes : les forces de surface, l'aviation navale, les batteries côtières d'artillerie et le corps d'infanterie de la marine. Elle avait au début 2014 un total de 15 450 personnels actifs, dont 12 000 stationnés en Crimée. Ses bases navales étaient, avant la crise de Crimée, à Sébastopol, où était implantée son quartier-général et l’académie navale, à Novoozerne et à Odessa. Les bases situées en Crimée ont été perdues à la suite de la crise de 2014, la marine ukrainienne est ensuite basée principalement à Odessa (état-major), Mykolaïv (infanterie de marine), Berdiansk et dernièrement à Marioupol[1].

HistoriqueModifier

Marine des Cosaques zaporoguesModifier

 
Navires zaporogues devant Kaffa en 1616.

Vers 1600, les cosaques zaporogues utilisaient des snekkja, dérivés des bateaux longs scandinaves, qu'ils utilisèrent pour razzier Trébizonde en 1614, puis Istanbul en 1615. Ravageant les faubourgs, ils défirent la flotte qui voulait les détruire en 1617. Les cosaques revinrent en 1625, forçant le sultan à quitter sa capitale.

Marine de la République populaire d'UkraineModifier

 
Sous pavillon bleu et jaune, le Pamiat Merkuria en novembre 1917.

Elle est fondée brièvement en 1917 au début de la guerre civile russe, la République populaire ukrainienne récupérant théoriquement la flotte russe de la mer Noire, sous le commandement de Mikhaïl Sabline. L'ancienne flotte impériale était principalement stationnée et manœuvrée par des équipages issus de l'Ukraine, divisés politiquement, mais nombre d'officiers étaient russes : en décembre 1917, certains navires portent encore la croix bleu russe, d'autres le drapeau rouge des soviets, celui noir des anarchistes ou le bleu et jaune ukrainien[2]. D'octobre 1917 à mars 1918, la flotte opérait neuf cuirassés, sept croiseurs, dix-huit destroyers, quatorze sous-marins, seize patrouilleurs et avisos plus onze navires de transport et auxiliaires. Un détachement de la flotte de la Baltique était stationnée sur le Danube.

Détachement de la flotte de la Baltique, au  :

Flotte de la mer Noire :

Ces navires sont soit capturés par les Allemands, soit sabordés en juin 1918. Les unités survivantes sont récupérés par les Franco-Britanniques en décembre 1918, puis remises aux Russes blancs. Quand l'Armée rouge conquis le Sud de l'Ukraine en mars 1919, puis la Crimée en novembre 1920, les navires de la flotte de l'Armée blanche permettent l'évacuation de l'armée du général Wrangel. Internée à Bizerte à partir de décembre 1921, la flotte cesse d'exister en 1924 quand la France reconnait l'URSS. Les navires sont remis aux représentants soviétiques, mais vétustes et sans équipage, ils sont vendus puis ferraillés.

Marine contemporaineModifier

 
Navires de débarquement U401 de la classe Polnochny et U402 de la classe Ropucha de la marine ukrainienne à Sébastopol en 2007.

Elle est réactivée le et fondée officiellement le , lors de la dislocation de l'URSS et l'indépendance de l'Ukraine, à partir d'unités de la flotte de la mer Noire de la marine soviétique. Le , un accord avec la Russie partage la flotte de la mer Noire : l'Ukraine obtient 17 % de la flotte (soit 80 navires), et la Russie 83 % (soit 338 navires). Elle participe à des opérations internationales, telle que l'opération Active Endeavour en mer Méditerranée et l'opération Atalante dans la corne de l'Afrique.

Crimée 2014Modifier

Des trois composantes des Forces armées de l'Ukraine (terre, air et mer), la marine ukrainienne est celle qui a subi le plus grand impact lors de l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Les navires ukrainiens basés en Crimée font l'objet d'un blocus de la part de la marine russe. Le croiseur russe Otchakov de la classe Kara, ainsi qu'un remorqueur, sont coulés volontairement le pour bloquer l’accès du lac Donouzlav, où se trouve la base navale ukrainienne de Novoozerne[3]. Les installations et navires ukrainiens en Crimée ont tous été capturés en date du [4],[5]. Soit 12 des 17 navires de combat dont l'unique sous-marin et 40 navires de soutien[6]. Avec l'annexion de la Crimée par la Russie, 6 000 des 8 000 hommes de la flotte ukrainienne en Crimée choisissent de rejoindre la Russie[7]. Une partie des navires capturés en Crimée sont ensuite rétrocédée à la marine ukrainienne[8].

Durant la guerre du Donbass, sept groupes de patrouilleurs de la marine et des garde-côtes surveillent la mer d'Azov[9].

Mer d'Azov 2018Modifier

En , dénonçant des entraves russes[10] à la circulation de ses navires commerciaux en mer d'Azov, la marine ukrainienne a décidé de renforcer ses moyens militaires dans la ville de Marioupol[11]. Le dimanche , une confrontation entre la marine ukrainienne et les gardes côtes russes au niveau du détroit de Kertch a entraîné l’arraisonnement de trois navires ukrainiens et la capture des équipages [12]. Après la libération des marins par les autorités russes en , les trois navires ont été rétrocédés à l'Ukraine en [13].

Invasion 2022Modifier

 
La frégate Het’man Sahaidachnyi de la classe Krivak en 1994, navire amiral de la flotte ukrainienne, sabordée en 2022.

Au tout début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, au matin du , les navires de la Marine ukrainienne basés à Odessa ont été frappés par une salve de missiles russes[14]. La frégate Hetman Sagaidachny est sabordée par les Ukrainiens le à Mykolaïv pour éviter la capture par les forces russes[15].

La 35e brigade d'infanterie de marine est engagée au sol, tenant le front sur l'axe entre Kherson et Mykolaïv ; de son côté, la 36e brigade est quasi détruite durant le siège de Marioupol, sauf son 503e bataillon, qui tient le front à l'est de Velyka Novossilka[16]. Le , l'artillerie côtière ukrainienne frappe le croiseur russe Moskva (alors à 60 km à l'est de l'île des Serpents) avec deux missiles R-360 Neptune, guidés grâce à un drone Bayraktar TB2 ; le croiseur sombre le .

InstallationsModifier

Les navires de la Marine ukrainienne sont affectées à trois bases navales :

En 2014, l'annexion de la Crimée par la Russie entraîne le déplacement de la base sud à Otchakiv (l'avant-port de Mykolaïv) et du quartier général à Odessa.

L'infanterie navale ukrainienne est composée de la 35e brigade d'infanterie en garnison à Dachne-2 (uk) (près d'Odessa), de la 36e brigade d'infanterie à Otchakiv, de la 406e brigade d'artillerie côtière à Mykolaiv (avec ses quatre bataillons respectivement à Bilhorod-Dnistrovskyï au sud d'Odessa, Dachne-2, Berdyansk et Otchakiv) et du 32e régiment de lance-roquettes à Altestove au nord d'Odessa.

L'aviation navale ukrainienne est composée de la 10e brigade d'aviation, dont les engins évacués en 2014 de la base de Saki-Novofedorivka (près de Sébastopol) se sont réfugiés à Mykolaïv.

Commandants de la MarineModifier

 
Drapeau du commandant de la Marine.

Le président de l'Ukraine est « commandant en chef suprême des Forces armées ukrainiennes » (Верховним Головнокомандувачем Збройних Сил України)[17] ; sous ses ordres, il a le ministre de la Défense comme commandant en chef jusqu'à 2020 (si ce dernier est un civil, c'est le chef de l'état-major général, Начальник Генерального штабу, qui prend cette fonction). Depuis 2020, ce poste est confié au Commandant en chef des forces armées ukrainiennes.

Sous leurs ordres se trouvent les cinq commandants (командувач) de l'Armée de terre, de la Marine, de la Force aérienne, des Forces d'assaut aérien et des Forces d'opérations spéciales. Le commandant de la Marine fut successivement :

Nommé le à la tête de la Marine ukrainienne par le président par intérim Oleksandr Tourtchynov dans le cadre de la crise de Crimée, l'amiral Denis Berezovski (uk) est démis dès le et annonce qu'il prête allégeance aux autorités pro-russes de Crimée[23]. La marine ukrainienne est commandée par le contre-amiral (контрадмірал) Oleksiy Neizhpapa depuis le  ; il est fait vice-amiral (віцеадмірал) le (après la destruction du croiseur russe Moskva).

Liste des navires en 2020Modifier

 
Structure de la marine ukrainienne en 2018.

À l'automne 2018, selon certaines sources, les États-Unis proposeraient de céder deux frégates de la classe Oliver Hazard Perry à la marine ukrainienne[25]. Fin 2020, la marine ukrainienne étudiait la proposition turque de vente de plusieurs corvettes de la classe Ada[26].

Notes et référencesModifier

  1. « L'Ukraine déploie des navires de guerre en mer d'Azov », sur defence-blog.com.
  2. (ru) В. В. Крестьянников, Севастополь: Хроника революций и гражданской войны 1917—1920 гг. [« Sébastopol : chronique des révolutions et de la guerre civile, 1917-1920 »], Sébastopol,‎ , 294 p.
  3. Nicolas Gros-Verheyde, « Touché, coulé, bloqué. Le génie naval russe frappe », sur Bruxelles2, (consulté le ).
  4. Nicolas Gros-Verheyde, « La flotte ukrainienne en Crimée, c’est fini », sur Bruxelles2, (consulté le ).
  5. (en) Philip Shishkin, « One-Ship Ukraine Navy Defies Russia to the End », sur The Wall Street Journal, (consulté le ).
  6. Khan, « Les conséquences du rattachement à la Russie de la Crimée pour la marine russe », sur RusNavy Intelligence, (consulté le ).
  7. « La flotte ukrainienne en perdition depuis l'annexion de la Crimée », Le Point/AFP,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « La Russie restitue du matériel militaire à l'Ukraine », sur Janes.com, .
  9. « La situation dans les régions de l'Ukraine (29 août 2014) », sur Kyiv Post, (consulté le ).
  10. (en-US) « Russia provokes Ukrainian ships in the Sea of Azov – Defence Blog », sur defence-blog.com (consulté le )
  11. « Donbas and Korets vessels are in Mariupil regardless provocations », Ministry of Defence of Ukraine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « La Russie ouvre le feu et capture trois navires ukrainiens en mer Noire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « La Russie prête à restituer trois navires à l'Ukraine », sur Boursorama, (consulté le ).
  14. (en-US) « Ukrainian fleet disabled Odessa under attack Kalibr in air », (consulté le ).
  15. Vincent Groizeleau, « La marine ukrainienne saborde son principal bâtiment de combat », sur Mer et Marine, (consulté le ).
  16. (en) « Deployment map », sur https://militaryland.net/ (consulté le ).
  17. Article 106, paragraphe 17, de la Constitution ukrainienne de 1996 : (uk) « Конституція України », sur https://zakon.rada.gov.ua (consulté le ).
  18. « УКАЗ ПРЕЗИДЕНТА УКРАЇНИ № 84/2014 » [archive du ], sur president.gov.ua (consulté le )
  19. « Контр-Адмірала Дениса Березовського Призначено Командувачем Військово-Морських Сил Збройних Сил України » [archive du ], sur mil.gov.ua,‎ (consulté le )
  20. « Rear Admiral D.V.Berezovsky was dismissed from duty as commander of the Naval Forces of Ukraine » [archive du ], Ministry of Defense of Ukraine,
  21. « Poroshenko appointed the Naval Commander (Порошенко призначив командувача ВМС) » [archive du ], Ukrayinska Pravda,‎
  22. (en) « Zelensky taps Rear Admiral Neizhpapa to command Ukraine's Navy (Photo) », sur www.unian.info (consulté le ).
  23. « Ukraine : le commandant en chef de la marine prête allégeance aux pro-Russes », sur Le Figaro, (consulté le ).
  24. (en-US) « U.S. Coast Guard implements transfer of two 110-foot Island-class cutters to Ukraine – Defence Blog », sur defence-blog.com (consulté le )
  25. (en) « U.S. eyes giving Ukraine Oliver Hazard Perry frigates to boost defenses in Black, Azov Seas », https://www.unian.info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. (en-US) Dorian Archus, « Ukraine ordered four ADA-class corvettes from Turkey », sur Naval News, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier

Articles connexesModifier