Ouvrir le menu principal

Musée Courbet

musée français
Musée Courbet
Musée Courbet 2.jpg
Informations générales
Type
Ouverture
Dirigeant
Frédérique Thomas-Maurin
Surface
2 040 m2
Site web
Collections
Collections
Œuvres de Gustave Courbet
Bâtiment
Article dédié
Hôtel Hébert, Maison Borel et Hôtel Champereux
Protection
Localisation
Pays
Commune
Adresse
1, place Robert Fernier
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Doubs
voir sur la carte du Doubs
Red pog.svg

Le musée Courbet, consacré à l’œuvre du peintre Gustave Courbet, est situé dans la commune française d'Ornans, dans le département du Doubs.

Créé en 1971 par Robert Fernier dans l'Hôtel Hébert, maison natale de Gustave Courbet, le musée devient propriété du département du Doubs en 1976. Il a été entièrement rénové et agrandi entre 2008 et 2011 et a annexé la maison Borel et l'Hôtel Champereux, portant sa surface à plus de 2 000 m2 dont 1 000 m2 et 21 salles d'exposition permanente et temporaire.

HistoriqueModifier

 
Façade du musée donnant sur la Loue.

Au début du XXe siècle, la sœur de Gustave Courbet, Juliette, échoue à créer un musée Courbet à Ornans. En 1947, le peintre franc-comtois Robert Fernier le fonde dans les locaux de l'hôtel de ville où sont exposés cinq tableaux, deux autres salles venant agrandir le musée en 1957. En 1969, la maison natale de Gustave Courbet, l'hôtel Hébert, est à vendre. La Société des amis de Courbet, fondée en 1937 par Fernier, se porte acquéreur de cette maison de caractère située au bord de la rivière de la Loue, pour y installer le musée. Le 10 septembre 1971, le musée est inauguré par le ministre des Affaires culturelles Jacques Duhamel. En 1976, le conseil général du Doubs se porte acquéreur des collections et des murs pour en assurer la pérennité. Robert Fernier, premier conservateur du musée, meurt en 1977, son fils Jean-Jacques lui succède jusqu'en 2008. L'acquisition de deux maisons mitoyennes, l'hôtel Champereux en 1994 et la maison Borel en 2003, permet d'envisager l'agrandissement du musée.

Des travaux sont entrepris à partir de 2008 pour un montant global de 9,2 millions d'euros à la charge du département du Doubs avec l'aide du conseil régional de Franche-Comté (2 millions d'euros), de l’État français (1,28 million d'euros) et du grand emprunt (300 000 euros).

Après trois ans de fermeture, le musée Courbet a rouvert ses portes le , sa surface passant de 500 m2 à 2 000 m2, par l'adjonction des deux bâtiments historiques contigus acquis au préalable.

Depuis 2014, le musée d'Orsay a signé un partenariat avec le musée, ce rôle de parrain consiste en un partenariat scientifique et, entre autres, d'accompagner les prêts du musée sur le plan national et international. Trois autres musées de France sont partenaires d'Orsay.

ArchitectureModifier

Le bâtiment a été construit au XVIe siècle ; il a été restauré au XVIIIe siècle par la famille Hébert[1]. Il aurait vu la naissance du peintre Gustave Courbet le 10 juin 1819[1].

Une grande partie de l'aménagement intérieur (cuisine, chambre, cheminées) fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 19 février 1982[2].

Le musée a été racheté en 2008 par le conseil général du Doubs qui y a engagé d'importants travaux de rénovation et d'agrandissement entre 2008 et 2011 selon les plans de l’architecte Christine Edeikins de l'agence Ateliers 234.

FréquentationModifier

Nombre d'entrées au Musée Courbet
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
31 372 20 865 20 072 25 266 24 113 17 156 17 881 19 702 3 886 fermé fermé 60 556 58 579 79 559 66 843 48 353 51 665 35 208 38 185

Collection permanenteModifier

La collection permanente, complètement restaurée durant la fermeture du musée de 2008 à 2011, est composée de 75 œuvres (peintures, dessins, sculptures, lettres, archives) dont 41 peintures et quatre sculptures de Gustave Courbet, le restant étant l’œuvre d'artistes de son entourage tels que ses amis Max Claudet et Max Buchon, son maître Claude-Antoine Beau, ou encore ses disciples et suiveurs tels que Louis-Augustin Auguin, Marcel Ordinaire et Cherubino Patà, représentant un total de plus de 200 pièces.

Parmi les tableaux de Courbet exposé, celui intitulé Vue d’Ornans ou Le Miroir d’Ornans, peint vers 1872, est répertorié « MNR 181 » : il s'agit d'une œuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée le 19 janvier 1953 par arrêté du ministère de l'Éducation nationale et en attente de restitution à ses légitimes propriétaires[3].

Expositions temporairesModifier

  • 2011 :

Du 2 juillet au 3 octobre : Courbet et Clésinger : œuvres croisées. La première exposition temporaire après la réouverture du musée confronte les œuvres du peintre Gustave Courbet à celles du sculpteur franc-comtois Auguste Clésinger. Cette exposition a accueilli 44 500 visiteurs.

  • 2012 :

Du 19 novembre 2011 au 12 mars 2012 : Les Graveurs de Courbet. Le commissariat de cette exposition est assure par l Institut Courbet qui y presente son important fonds d art graphique en particulier des gravures d interpretation d apres le maitre d Ornans et de nombreuses caricatures.

Du 30 Juin au 1er Octobre 2012 : À l'épreuve du réel.

  • 2013 :

Du 24 novembre 2012 au 25 février 2013 : Les chasses de Monsieur Courbet.

Du 29 juin au 14 octobre 2013 : Courbet/Cézanne, la vérité en peinture. (51 276 visiteurs).

  • 2014 :

Du 14 décembre 2013 au 21 avril : Hector Hanoteau, un paysagiste ami de Courbet. Hector Hanoteau (1823-1890), peintre paysagiste, fut à son époque un artiste renommé, influent auprès de ses pairs.

Du 7 juin au 1er septembre : Cet obscur objet de désirs. Autour de « L’Origine du Monde ». Exposition qui s'articule autour du célèbre tableau de Courbet L'Origine du monde, prêté par le musée d'Orsay et qui avait déjà été exposé à Ornans en 1991 avant son entree par dation dans les collections du musee d orsay. La thématique aborde la représentation du sexe féminin des origines à nos jours.

  • 2015 :

Du 13 décembre 2014 au 20 avril : Auguste Baud-Bovy, poète de la montagne. En écho aux deux grandes expositions de la fondation Beyeler, l’exposition présente Auguste Baud-Bovy (1848-1899), peintre suisse, ami de Gustave Courbet, portraitiste et paysagiste.

Du 4 juillet au 14 octobre : Sensation de Nature. De Courbet à Hartung. À partir du milieu du XIXe siècle, la représentation artistique de la nature connaît l’une des plus grandes révolutions esthétiques.

  • 2016 :

Du 12 décembre 2015 au 18 avril : « Le Retour de la conférence », un tableau disparu. Peint en 1863 en Saintonge, Le Retour de la conférence fait partie des œuvres manifestes de Gustave Courbet. Ce tableau traduit l’anticléricalisme et l’opposition qui ont animé son travail tout au long de sa carrière et aurait été détruit après 1913 par un illuminé.

Du 9 juillet au 17 octobre : Courbet et l'impressionnisme. Gustave Courbet est considéré comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme. Cette exposition organisée en partenariat avec le musée d'Orsay a pour but de faire comprendre les liens personnels et artistiques qui unirent le maitre du réalisme à une nouvelle génération d'artistes.

  • 2017 :

Du 17 décembre 2016 au 30 avril : Courbet/Clergue, Rencontre photographique. Conçue en partenariat avec l'Institut Gustave Courbet[4] à partir de son important fonds photographique, l'exposition se décline en deux volets : une partie historique montrant le rapport de Gustave Courbet à la photographie et une partie contemporaine avec les photographies de Lucien Clergue venu à Ornans en 1979 sur les traces du maitre du réalisme.

Du 1er juillet au 16 octobre : Histoires d'ateliers, de Courbet à Soulages/ Photographies de Vincent Knapp. Cette exposition offre l'occasion de rentrer dans les univers uniques de création que sont les ateliers d'artiste. A l'occasion du dixième anniversaire du décès du photographe suisse Vincent Knapp, le musée expose un fonds photographique issu d'une commande en 1987. L'Atelier du peintre de Courbet est à (re)découvrir grâce à des installations numériques.

  • 2018 :

Du 23 décembre 2017 au 23 avril : Gustave Courbet et la Fédération des artistes sous la Commune. Exposition dossier sur l'implication des artistes durant la Commune de Paris (1871).

Notes, sources et référencesModifier

  1. a et b Dossier d'inventaire« hôtel Hébert, actuellement musée Courbet », notice no IA00014667, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Maison natale de Gustave Courbet », notice no PA00101705, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « Pays de Courbet - Pays d'artistes » site du département du Doubs, en ligne.
  4. Institut Gustave Courbet - Association des amis de Courbet et du musée : site officiel, en ligne.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier