Haut-Doubs

partie montagneuse du département de Doubs

Haut-Doubs
Image illustrative de l’article Haut-Doubs
Le Haut-Doubs en été

Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Franche-Comté
Subdivision administrative Doubs
Villes principales Pontarlier
Coordonnées 46° 47′ 56″ nord, 6° 18′ 15″ est
Superficie approximative 1 142 km2
Relief Massif du Jura. Entre 500 et 1463m
Production bois, élevage, industrie
Communes 68
Population totale 51 000 hab. ()
Régions naturelles
voisines
Pays horloger
Haut-Jura
Pays de Besançon
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Haut-Doubs

Le Haut-Doubs est une région naturelle de France qui correspond à la partie montagneuse du département du Doubs en Bourgogne-Franche-Comté, dans le massif du Jura, le long de la frontière suisse avec pour point culminant le mont d'Or à 1 463 m.

Ferme comtoise traditionnelle du Haut-Doubs vers Morteau, protégée par des tavaillons.

CaractéristiquesModifier

Le Haut-Doubs est peuplé d'environ 51 000 habitants sur une superficie de 1 142 km2 tout du long de la frontière suisse avec une densité de 45 habitants au km2 répartis sur 5 communautés de communes et 68 communes avec pour ville principale Pontarlier (18 000 habitants)[1].

Les températures exceptionnellement basses observées dans la région, notamment dans la vallée de Mouthe, lui valent le surnom de Petite Sibérie[2],[3],[4].

LocalisationModifier

Le Haut-Doubs n'a pas de définition ou de limites précises[5]. L'acception la plus large englobe le territoire du département qui s'étend sur les seconds plateaux du massif du Jura.

On distingue généralement le Haut-Doubs forestier au sud (aux alentours de Mouthe et Pontarlier) du Haut-Doubs horloger au nord (autour de Maîche et Morteau).

AltitudeModifier

Entre 500 m au plus bas, à Ouhans, et 1 463 m pour point culminant avec le mont d'Or. On peut également trouver des sommets de basse altitude comme le mont Miroir à 982 m.

Fleuves, lacs et rivièresModifier

ÉconomieModifier

Le Haut-Doubs est une région d'élevage bovin (lait, viande, fromage), d'industrie traditionnelle et historique en microtechnique et horlogerie, et de toutes les activités liées à la filière bois.

De nombreux frontaliers français bénéficient de hauts niveaux de revenus grâce au change avantageux du franc suisse en euro. Ils travaillent par exemple dans les importantes zones industrielles spécialisées en microtechnique et horlogerie suisses notamment au Locle et à La Chaux-de-Fonds à 15 km de Morteau.

Le commerce bénéficie également du relativement haut pouvoir d'achat des Suisses qui profitent massivement de leur avantage économique pour certaines catégories d'achat.

Un gisement de lignite est exploité de façon artisanale entre la fin du XVIIe siècle et 1946, principalement dans la mine du Grand-Denis située à Flangebouche. Le gisement de prolonge dans la Bresse.

LoisirsModifier

GastronomieModifier

Le Haut-Doubs produit de nombreuses spécialités de la cuisine franc-comtoise, par son terroir de région montagneuse et verte d'élevage bovin, de production laitière et de fromages, de salaisons fumées, d’eau claire des torrents, rivières et des lacs, de forêts à champignons, de gibiers.

 
Tuyé traditionnel de ferme comtoise.

Quelques exemples de produits locaux :

Notes et référencesModifier

  1. Le syndicat mixte du pays du Haut-Doubs.
  2. François Labande, Sauver la montagne, Genève (Suisse), Olizane, , 401 p. (ISBN 978-2-88086-325-8, lire en ligne), p. 67.
  3. Association des professeurs d'histoire et de géographie, Historiens et géographes, n°370, 2000, p. 239, « « Petite Sibérie » pour les régions du Jura (tourbière de Mouthe) ».
  4. Gérard Mottet, Géographie physique de la France, Presses universitaires de France, , 768 p., p. 508.
  5. Jean-Christophe Foltête et Florent Masson, « Délimiter le Haut-Doubs : entre représentations mentales et limites physiques », Images de Franche-Comté,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier