Ouvrir le menu principal

Gare de Neuchâtel

gare ferroviaire suisse

Neuchâtel
Image illustrative de l’article Gare de Neuchâtel
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare
(à droite).
Localisation
Pays Suisse
Commune Neuchâtel
Adresse Place de la Gare 1
2000 Neuchâtel
Coordonnées géographiques 46° 59′ 48″ nord, 6° 56′ 09″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire CFF
Exploitant BLS
CFF
TransN
TPF
Services IC, RE, S, R
Altitude 479 m
Correspondances
Trolleybus TransN 107
Autobus TransN 106, 109, 120, 421
Funiculaire Ligne 110 (Fun'ambule)

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Neuchâtel

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

(Voir situation sur carte : canton de Neuchâtel)
Neuchâtel

La gare de Neuchâtel est une gare ferroviaire suisse située à Neuchâtel, sur la ligne du Pied-du-Jura, de Neuchâtel à Besançon par Le Locle et La Chaux-de-Fonds, de Neuchâtel à Pontarlier puis Paris et enfin de Neuchâtel à Berne. Elle est la propriété des Chemins de fer fédéraux suisses.

Sommaire

ImplantationModifier

La gare est située sur le plateau du même nom à 479 mètres d'altitude[1]. Elle est relativement éloigné du centre-ville en étant située à environ 15 minutes à pied de la zone piétonne qui est elle à l'altitude de 425m[2].

Pour résoudre partiellement le problème de l'éloignement une ligne de tram puis de trolleybus a été exploitée entre la place Pury et la gare, cette ligne a été supprimée en 2001 lors de la création d'un nouveau pôle d'échange et de l'ouverture du funiculaire Gare-Université[3]. Un projet hypothétique voudrait que dans le cadre du projet Projet RUN une nouvelle halte, située à 600 mètres de l'actuelle gare et juste au-dessus de la rue du Seyon, soit construite afin d'assurer une meilleure desserte du centre-ville[4].

HistoireModifier

Le chemin de fer est arrivé dans la ville en 1857, lors de l'ouverture de la ligne Yverdon-les-Bains-Le Landeron[5]. Le bâtiment actuel a par contre été construit en 1936, à l'emplacement exact de son prédécesseur.

Dans les années 1940, le plan de voies ainsi que l'accès des voyageurs aux quais est complètement revu. Par la même occasion, le système de sécurité qui protège la gare est remis à neuf.

1987 marque une date importante pour la gare et la ville de Neuchâtel, avec l'arrivée du TGV sur la liaison Paris – Pontarlier – Berne.

En 1998 le bâtiment de l'Office Fédérale de la Statistique, sis à côté de la gare, a été inauguré[6] dans le cadre de la revalorisation du quartier de la gare.

À l'occasion d'Expo.02 la gare a été complètement rénovée, avec le prolongement et la surélévation des quais, ainsi que la création d'une nouvelle sortie (depuis le passage sous-voie reliant les quais) qui permet d'assurer de meilleures correspondances avec le réseau urbain[7], ainsi que la réalisation d'un nouveau funiculaire[8] reliant directement la gare à l'université (où se trouvait alors le site neuchâtelois de l'exposition nationale).

Le nouveau bâtiment de la Haute École Arc, ainsi que du conservatoire de musique (CMN), ont été réalisés juste devant les locaux de l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les nouveaux locaux de la HE-Arc, construits à l'est en utilisant les anciennes voies et bâtiments de douane de la gare marchandises inutilisés, ont été achevés à l'automne 2011[9].

Services disponiblesModifier

Les CFF proposent plusieurs services dans la gare même, comme un service de vente de billets, une agence de voyages, un bureau de change avec possibilités d'utilisation de Western Union, un service des objets trouvés, un service de vélos en libre-service et un bureau de check-in pour bagages non-accompagnés sont disponibles[10]

Actuellement, les CFF considèrent la gare de Neuchâtel comme d'importance moyenne et celle-ci dispose dès lors d'un certain nombre de commerces, un fleuriste, ainsi que des magasins d'alimentation de proximité et quelques lieux voués à la restauration[11]. Un parking souterrain de 190 places est également à disposition juste devant la gare[12].

Relations possiblesModifier

Depuis la gare de Neuchâtel, il est notamment possible de se rendre à Paris (navettes CFF de Neuchâtel à Frasne — via Pontarlier —, où la correspondance est organisée avec les TGV Lyria vers Paris via Dijon[13]), Lausanne, Genève, Bâle et Saint-Gall via Zurich en InterCity (IC). On peut également se rendre en trains directs à La Chaux-de-Fonds, au Locle et à Berne. Enfin des trains régionaux permettent de se rendre à Gorgier-Saint-Aubin, dans le Val-de-Travers, à Bienne ainsi qu'à Fribourg.

En plus des relations précitées, la gare offre une correspondance riche avec les Transports publics neuchâtelois.

Depuis la gare même, la ligne 110 ou « Fun'ambule » (funiculaire) relie la gare à l'université de Neuchâtel à la fréquence d'un départ toutes 5 minutes. Ce service est néanmoins très souvent suspendu durant les vacances scolaires, ou pour cause de maintenance.

La station TransN Gare (nord), accessible depuis le passage sous les voies de la gare, permet d'utiliser la ligne de trolleybus 107 à destination d'Hauterive et les lignes d'autobus 106 pour l'Ermitage, 109 pour Pierre-à-Bot, 120 pour Rochefort et enfin 421 pour Cernier. Toutes ces lignes mènent également à la Place-Pury, au centre ville, à l'exception de la ligne 120[14].

 
Vue hivernale du faisceau de voies de la gare.

Notes et référencesModifier

Article connexeModifier